THRASH

ANTHRAX : Le classement des albums

Le 19/05/2024

Voici le classement des albums studio d'ANTHRAX par les abonnés d'Ahasverus-Le-Groupe.
En commençant par le meilleur...

  • N°1 :  Among the Living (1987) - 12 voix
    Anthrax

  • N° 2 : Spreading the Disease (1985) - 8 voix
  • N° 3 : Sound of White Noise (1993) - 5 voix
  • N° 4 : State of Euphoria (1988) / Worship Music (2011) - 4 voix
  • N° 6 I'm the Man (EP - 1987)  / Persistence of Time (1990) / We've Come for You All (2003)   - 3 voix
  • N° 9 : Fistful of Metal (1984) / Armed and Dangerous (EP - 1985)  / Penikufesin (EP - 1989) / Volume 8: The Threat is Real (1998) / For All Kings (2016) - 2 voix
  • N° 14 : Stomp 442 (1995) - 1 voix

Ils ont dit : 

  • « J'aime beaucoup Anthrax, surtout l' album Sound Of White Noise qui est un condensé de l'energie thrash typique du groupe et de heavy rock alternatif ultra-mélodique. Et les excellentes performances vocales de John Bush, une réussite pour un premier album avec le groupe. » (Alan)

  • « Après le départ de Bush et le retour de Belladonna ils n'ont pas réussi à se réinventer suffisamment pour marquer les esprits. Dommage... » (Julien)

  • « Le petit frère dans la famille Big 4.... plus décontracté du slip que ses aînés ! » (Yann)

  • « C'est groovy Anthrax. Trop. Pour moi, le quatrième membre du Big 4 a toujours été Testament. » (Stéphane)

KERRY KING - 1er single de From Hell I Rise (1er album solo - 17/05/24)

Le 08/02/2024

Par Dam'Aël

KERRY KING ressort ses chaînes lustrées en vue d'éblouir de nouveau la scène Trash. 

K king from hell i rise

Membre majeur et co-fondateur de feu SLAYER, Kerry KING ne se laisse pas aller à l'abandon de son art, de son talent, de sa passion.

Un peu d'histoire :

« Quand j'ai appris que le groupe allait s'arrêter (SLAYER- ndlr), j'ai ressenti de la colère. Quoi d'autre ? C'était prématuré. Si j'emploie ce terme, c'est parce que mes héros d'enfance continuent à jouer ! Je sais toujours jouer, j'ai toujours envie de jouer, mais j'ai été privé de mon gagne-pain. Mais je suppose qu'il faut passer au chapitre suivant. Nous étions au sommet du monde et partir quand on est à son apogée est une bonne chose. Ça, c'est le point positif. Mais est-ce que ça me manque de jouer ? Affirmatif. » dixit K.KING.


On se rappelle tous de ce moment historique chargé d'émotion et surtout de tristesse pour grand nombre d'entre nous quand SLAYER a frappé d'un grand coup de massue la fin de son histoire après presque quarante ans de feu d'artifice sur scène : « Samedi 30 novembre 2019, le Forum de Los Angeles, un peu avant minuit, Slayer vient de terminer son ultime concert. Kerry King se tient au centre de l'arène, ses chaînes emblématiques pendent à sa ceinture, il se dirige vers la droite, les décroche, les brandit en l'air avant de les laisser tomber lourdement sur le sol. Le guitariste se  retourne puis quitte la scène... »
Slayer, c'est 11 albums studio, 2 EP, 3 albums Live, 1 album de reprises, 2 VHS, 4 DVD, 1 BD (The Repentless Killogy  en 2019).

D'autre part, on rappelle que Kerry King avait joué les cinq premiers concerts de MEGADETH en 1984 avant de quitter le groupe pour poursuivre sa carrière avec SLAYER.

So Kerry King Music begins his revolution! 

Unnamed 1

Crédit photo : Andrew Stuart

Depuis cette difficile décision que le roi du Trash a véritablement très mal vécu - d'ailleurs quelques rancœurs persistent concernant Tom ARAYA et Dave LOMBARDO - King s'attèle à corps perdu à la composition, avec une idée en tête aussi puissante que la musique qu'il a jouée toute sa vie.

« J'ai su très tôt que je n'en avais pas fini et que je n'avais aucunement  l'intention de ne pas continuer à jouer. » - Kerry King

Il en résulte un premier album solo « From Hell I Rise »,  dont la sortie est prévue pour le 17 mai prochain (un second a déjà tout le matériel nécessaire pour sa future réalisation).

Il s'agit d'un 13 titres entièrement réalisé par ses soins (dont deux titres sont issus de sessions d'élaboration du douzième album REPENTLESS de Slayer) , enregistré aux Henson Studios de Los Angeles et en collaboration avec le producteur Josh Wilbur (Korn, Lamb of God, Avenged Sevenfold, Bad Religion, Gogira, soulfly...) et qui sortira sur le label Reigning Phoenix Music. KK ressort ses chaînes bien loin d'être rouillées qu'il lustrera à l'huile de coude et motivation dans le but évident d'écumer les scènes internationales.

Selon King, ses nouvelles compositions s'inspirent de « divers sujets liés aux religions, à la guerre, des choses lourdes, parfois tendance punk, les atmosphères sont sombres, voire effrayantes, le tout joué des vitesses herculéennes ». En effet, on se remémore certains titres joués par Slayer à un BPM  de 250, en mode Formule 1. Et le guitariste d'ajouter « Si vous avez toujours aimé Slayer, quelle que soit la période de notre histoire, il y a forcément quelque chose sur cet album qui vous plaira, que ce soit du punk classique, du punk rapide, du thrash ou tout simplement du heavy metal ».

Kerry  est un homme au charisme bien trempé, au franc-parler,  aux opinions bien arrêtées, un authentique aux bec et ongles acérés, un enfant du Metal pour une concession à vie, sans compromis si possible.

Idle hands

Premier single : "Idle Hands" (05/02/24)

KING  s'entoure pour cette première galette en mode solo, du batteur Paul Bostaph (Slayer), du bassiste Kyle Sanders (Hellyeah, Bloodsimple,Medication...), le frère de Troy Sanders (Mastodonte), du guitariste Phil Demmel (ex-Machine Head, ex-Vio-lence) et du chanteur Mark Osegueda (Death Angel pour lequel il restera en poste malgré ce nouvel engagement avec the KING), un ami de très longue date de Kerry.

Line-up :


Kerry King (ex-Megadeth, Slayer...) - guitare
Mark Osegueda (Death Angel) - chant
Kyle Sanders (Hellyeah, Bloodsimple,Medication...) - basse
Phil Demmel (ex-Machine Head, ex-Violence) - guitare
Paul Bostaph (Slayer) - batterie

Une rumeur a circulé selon laquelle c'est PHILIP H. ANSELMO (Pantera, Down, Razor White... propriétaire de Housecore Records)  qui aurait été convoité pour ce poste par le manager, le producteur et le label. Or d'une part, Phil sera déjà très occupé par les tournées 2024 et d'autre part, KING n'étant pas convaincu qu'il s'agisse de l'homme idéal pour ce projet, c'est donc Mark Osegueda qui fût retenu. De même, si Gary Holt avait été pressenti au poste de seconde guitare, l'idée a avorté très rapidement afin d'éviter un SLAYER Like sans doute mal venu.

Qu'en est-il de ce premier single "Idle Hands" ? 

Evidemment si vous aimez Slayer, vous aimerez "Idle Hands" et sans doute From Hell I Rise. Pour tous les fans du Big 4, ce devrait être le single qui ravivera de bons souvenirs et ravira vos esgourdes. Rapide, furieux, agressif, testostéroné, solide comme un mur en béton armé, banché par l'expérience et le talent de KING où les soli sont véloces,  et cisaillent de manière aussi dévastatrice que ceux joués à l'époque, dans une autre vie...
Trash efficace, costaud qui ne bouscule pas les codes du trash mais qui fait le taf, un taf qui ravigote efficacement devant sa platine et bientôt sur les planches. Car en effet, the very big guest attendu au Hellfest cette année, c'est lui ! Annoncé depuis quelques heures, Kerry KING sera sur la Mainstage 1, le jeudi 27 juin prochain, juste avant MEGADETH. Tiens donc !

K king hellfest 24

Liste des titres :

01. Diablo
02. Where I Reign
03. Residue
04. Idle Hands
05. Trophies Of The Tyrant
06. Crucifixation
07. Tension
08. Everything I Hate About You
09. Toxic
10. Two Fists
11. Rage*
12. Shrapnel
13. From Hell I Rise*

Titres* de l'album From Hell I Rise extraits de la session  REPENTLESS de Slayer (douzième et dernier album studio du groupe sorti sur le label Nuclear Blast le 11 septembre 2015 et produit par Terry Date. ). Certains riffs avaient été travaillés et enregistrés sur un smartphone à l'époque.

Les Liens :

 

BLACK ABSINTHE - deuxième album en mars

Le 11/01/2024

« On Earth Or In Hell », le nouvel album de BLACK ABSINTHE, sortira le 27/03/2024.
Black absinthe artwork

Citant Slayer, Testament et Anthrax, mais aussi Gojira, Mastodon et Motörhead, Black Absinthe est issu de la scène torontoise qu'il a commencé à arpenter en 2011. 
Présentant un mélange de mosh pit thrashing et de  riffs heavy, les Canadiens unifient la grandeur du métal classique, les sections rythmiques speed-demon, les envolées de guitares et la technique moderne.
Au fil de trois EP et d'un LP, (« Early Signs of Denial » en 2016), Black Absinthe a continué à évoluer et à expérimenter ses influences NWOBHM tout en conservant l'intensité du genre heavy metal contemporain.
Plusieurs singles disponibles vous donneront une idée de ce qui vous attend sur le futur album, un opus bourré de haute énergie.

ETERNAL EVIL (heavy/thrash), The Gates Beyond Mortality (27/10/2023)

Le 26/11/2023

Préservant sa patine old school, « The Gates Beyond Mortality » permet aux Suédois de ne pas enferrer ce deuxième album dans la seule logique du « plus vite que moi tu meurs ».
Par Ahasverus
Eternal evil 2 photographie scott bradshaw 1Photographie : Scott Bradshaw


Après l'ébourriffant « The Warriors Awakening... Brings The Unholy Slaughter! » (2021) qui filait comme une caisse à savon le long d'une pente vertigineuse, Eternal Evil revient avec un deuxième album intitulé « The Gates Beyond Mortality » qui nous arrive via Listenable Records.
Eternal evilLe line-up de la formation suédoise se voit renouvelé pour moitié par une section rythmique toutes fraîche constituée par Niklas Saari (Atonement) à la basse et Adam Schmidt à la batterie . (Photographie Scott Bradshaw) 
Eternal evil 3 scott bradshawLe nouvel opus nous accueille avec quelques arpèges avant de s'élancer dans une course effrénée le temps d'un premier titre. Eternal Evil a cependant choisi pour ce second long format de se démarquer de son premier album en ralentissant sa cadence pour proposer un opus plus sombre, plus heavy, sans cependant écarter les structures thrash. 
Le rythme trouve donc une première rupture dès la troisième piste, celle qui donne son titre à l'album.

Alternant moments ravageurs, échappées thrash et riffs heavy, la nouvelle combinaison permet d'éviter cette linéarité qui pouvait frapper le néanmoins respectable « The Warriors Awakening... » sur le long terme.
Si des morceaux comme le savoureux « Signs of Ancient Sin », avec ses plans variés et ses rythmiques si bien martelées, partent en chasse d'un nouveau public, les dernières pistes de l'album rassureront les fans de la première heure qui retrouveront la recette initiale sauvegardée dans des morceaux comme « The Astral Below » ou plus encore dans l'incandescent « Immolation », qui envoie à nouveau la caisse à savon dévaler à tombeau ouvert les pentes sinueuses et infernales du thrash le plus speedé.

Préservant remarquablement sa patine old school, « The Gates Beyond Mortality » permet donc aux Suédois de ne pas s'enferrer dans la seule logique du « plus vite que moi tu meurs » qui l'aurait conduit à terme dans une impasse. Il présente un bon compromis heavy/thrash dont les  quarante-et-unes minutes particulièrement digestes regorgent de moments de haut niveau qui ne manqueront pas de vous donner dans la nuque ces fourmillements nécessaires à provoquer le processus de headbang libérateur que vous espérez à chaque sortie d'album.

STEPHANIE NOLF : L'interview Unsafe

Le 15/10/2023

« J'ai fait tellement de compos que j'en ai oublié une bonne partie.  »


Il y a des hommes qui ne dorment jamais, chantait Sardou. Il y a des femmes tout pareil... Celle-ci écrit, compose, growle, joue de la basse, fait des artwork, des mixages, diversifie les projets... Stéphanie Nolf officie au chant dans UNSAFE, dont elle a entièrement composé le dernier album. Comme on l’a beaucoup aimé, ce “Mankind”, cette synthèse musclée de Thrash et de Metal, on a profité du confinement pour proposer à Stéphanie une rétrospective dune carrière bien remplie.
Voici son interview.
   Unsafe 1 
Bonjour Stéphanie Nolf. D'abord un saut dans le passé : premier album acheté avec votre argent de poche ?
Bonjour Ahasverus. Je n'en ai aucune idée, j'avais très peu d'argent de poche jusqu'à la fac. Je ne crois pas avoir acheté les K7 audio que j'avais à cette époque... Sinon je me rappelle avoir bien flashé sur l'album "Dirt" d'Alice in Chains quand il est sorti, peut-être que celui-là, je l'avais acheté moi-même...
Premier concert auquel vous assistez ?
Le premier gros concert auquel j'ai assisté c'est celui des Toy Dolls au centre culturel de ma ville (Limoges) le 13 mai 1993. C'est un ami qui m'avait emmené. C'était bien sympa et du coup, juste après, le 14 juin, au même endroit, je suis allée voir Suicidal Tendencies (la claque !). Depuis je n'ai jamais arrêté d'aller aux concerts ni de faire de la musique.

 
Premier contact avec un instrument de musique ?
Si l’on enlève les cours de musique à l'école, où on nous faisait jouer de la flûte, à dix-sept ans je suis arrivée à la fac, et peu de temps après j'ai acheté une basse. Au départ je voulais faire de la batterie, mais je n'aurais pas pu me l'acheter et il aurait fallu trouver un endroit pour jouer... Mais c'est bien, la basse, ça me convient très bien...

 

Premier groupe dans lequel vous jouez ?
Le premier vrai groupe dans lequel j'ai joué c'est Endless Fall en 1994, un groupe de thrash hardcore. Ça faisait deux ans que je m’entraînais à jouer de la basse. Je n'avais même pas d'ampli à cette époque, et des filles musiciennes dans des groupes de métal et de hardcore, il n'y en avait vraiment pas beaucoup.
Le premier concert que nous avons fait c'était en juin 1994, au centre culturel de la ville, en première partie de Mercyless. Je ne faisais pas la maline ! Sinon il y a eu d'autres concerts sympas, première partie de Madball en 95, sélection au Printemps de Bourges en 96, la deuxième édition du festival Megafolies en 96, l'échange culturel avec Gdansk en Pologne en 97...

 

Votre parcours musical est très dense, aussi en viendrais-je directement à Unsafe, que vous co-fondez en 1998. Trois ans plus tard votre opus Fake Reality” est démo du trimestre sur le magazine Metallian...
Je jouais déjà avec Lionel Faucher, guitariste dans Endless Fall. Dès que ce groupe s'est arrêté, en 1998, nous avons continué et fondé Unsafe, au début avec le même batteur. Puis les musiciens ont beaucoup changé, seul Lionel et moi sommes restés jusqu'à aujourd'hui.
Ce mini LP a été bien accueilli dans la presse.

 
Visitons votre discographie point par point : en 2008, dix ans après sa fondation, Unsafe sort “Manipulative Progress”. Votre regard sur cet album ?
Et bien, il faudrait que je le réécoute... J'ai fait tellement de compos que j'en ai oublié une bonne partie, et dès que les albums sont sortis je ne les réécoute pas, je passe à autre chose. Celui-ci, je ne suis pas sûre que cela soit mon préféré. Et ce n’est d’ailleurs pas tout à fait le premier album car nous avions enregistré dix morceaux deux ans auparavant, que nous n'avons pas sortis.
Sinon pour un concert, nous avons pour objectif de reprendre un vieux morceau du cinq titres "Human Toxin" (2005), avec un ancien chanteur, Lucas. Et pour l'occasion j'ai réécouté celui-là, et je me suis dis que ça sonnait pas mal pour l'époque.
Dès Manipulative Progress vous étiez responsable de l'essentiel des compositions...
Oui, et la difficulté pour nous a été de trouver des musiciens constants, investis, performants... Bref, un peu comme dans beaucoup de groupes, en fait, et nous sommes perdus au milieu de la France... Ce n’est pas très grand ici (NDLR : UNSAFE est basé à Limoges), et ce n'était pas très évident. Comme le line-up n'arrêtait pas de changer, il fallait que l'on puisse avancer malgré tout, alors faire les compos, c'était le moyen de faire progresser le projet et de garder une certaine cohérence dans le style.
Lionel en a fait aussi quelques unes.
Cinq chanteurs au moins se succèdent depuis la fondation d'Unsafe jusqu'à ce premier album. Qu'est-ce qui vous motive à quitter la basse pour le chant ?
J'aime bien jouer de la basse. Je n'avais pas du tout prévu de faire du chant.
En 2011, nous avions un enregistrement studio planifié pour l'album “Masterpiece of the Absurd”, et six mois avant le chanteur arrête. Il fallait donc trouver quelqu'un en catastrophe. Ayant déjà passé un certain nombre de chanteurs de la ville, nous nous sommes dit qu’il serait plus pratique que quelqu'un du groupe s’y colle...
Unsafe masterpiece
UNSAFE, Masterpiece of the Absurd (2011)
C’est ainsi qu’en 2011 vous chantez sur “Masterpiece of the Absurd”... Un mot sur cet album ?
Et bien voilà, l'enregistrement de cet album a été très compliqué ! Notre dernier chanteur en date est parti six mois avant l’enregistrement, ce qui m’a laissé peu de temps pour me mettre au point. J'ai dû m'arracher pour tenter de faire une voix gutturale, et comme pour tout ce que j'ai fait dans la musique, je n'ai pas pris de cours, je me suis débrouillée toute seule... Bon avec le recul je trouve que là mon chant n'est pas super au point...
Et le batteur qui nous a fait faux bond après une journée de studio ! C’est Aaron Mac Lennahan, l’ingénieur du son chargé de l’enregistrement, un très bon batteur et bassiste, qui s’est proposé pour le remplacer au pied levé. Il a fait un super boulot. On ne pouvait communiquer qu'en anglais, c'est bien, ça nous a fait bosser la langue en même temps... même si pour les termes techniques, des fois, c'était un peu compliqué.

 

“Evilution” sort en 2013...
Cette fois-ci nous l’avons entièrement enregistré à la maison par nos propres moyens, puis nous avons envoyé les morceaux au Dôme Studio à Angers pour le mixage et le mastering. Ce troisième album marque un net bond en avant, que ce soit au niveau du son ou des compositions. Par rapport aux précédents où chacun enregistrait ses parties, j’ai enregistré le chant, la basse et les guitares rythmiques. Le fait de procéder ainsi, sans avoir à gérer les aléas de chacun, fait que l’album gagne en cohésion et en efficacité.
 
“Enter Dark Places" en 2015, illustré par le clip "Watch Out"...
Pour cet album, nous avons procédé comme pour le précédent : enregistrement à la maison et mixage au Dôme Studio. En ce sens, “Enter Dark Places” est assez proche de “Evilution”, mais tout y est un cran au dessus. Je me suis même essayée pour la première fois à faire une intro avec un logiciel qui peut reproduire un orchestre symphonique.
Nous avons eu l’opportunité de signer avec un label danois, Mighty Music, qui nous a offert une bien meilleure distribution et promotion (Europe, U.S.A., Japon) grâce à laquelle nous avons eu des chroniques très positives dans de nombreux magazines étrangers.
Quant aux clips, nous faisons tout nous même avec très peu de moyens.
Depuis "Manipulative Progress" vous êtes responsable de la majorité - pour ne pas dire de la totalité - des musiques, des textes, voire des artworks d'Unsafe. Quels sont vos recettes de création ?
J'ai un côté impulsif quand je n'ai pas fait de guitare et de compos depuis un moment, car j'ai plein d'autres choses à gérer pour le groupe et d'autres projets, le boulot à côté... je dois m'y remettre et je me dis que je ne vais plus y arriver... Et là je fais de la guitare toute la journée, je trouve une compo, et après je fais ça tous les jours, sur mon temps libre. Du coup, ça va vite pour faire un album, mais je fais pas mal de morceaux et de riffs qui passent à la poubelle. Je suis bien influencée par les groupes que j'écoute à ce moment là, et comme je suis du style à rester bloquée six mois sur le même groupe à n'écouter que ça en boucle, cela m'inspire bien !
Pour les artworks, c'est un peu le hasard qui fait que je choisis telle ou telle idée avec ce que j'ai sous la main. Je fais des essais. Pour Mankind, j'avais pris des photos chez des amis collectionneurs, et je m'en suis servie dans le livret.

 

Au fait, vous vous souvenez de votre toute première composition ?
Question difficile ! Je me rappelle avoir trouvé un riff dans Endless Fall. J'ai commencé à faire des compos après pour Unsafe, mais je ne me rappelle pas de la première qui a certainement dû partir à la poubelle. Au début nous n'avions pas d'ordinateur, on jouait de la guitare au métronome et on s'enregistrait sur un magnétophone à cassettes pour se rappeler des riffs. Il fallait ensuite faire écouter cela aux autres musiciens en répète et tenter d'expliquer l'ambiance et le rendu recherché avec des mots. C'était beaucoup plus difficile. Maintenant les compos sont entièrement faites et enregistrées sur ordi, avec tous les instruments, avec le chant, sous forme de démo, ce qui donne une meilleure idée du morceau. Nous revoyons ça ensuite, au local. Les musiciens adaptent, modifient, rajoutent, enlèvent des éléments en fonction du jeu de chacun...

 

Mankind (2019) est donc le cinquième album d'Unsafe. Là encore vous réalisez les musiques, les textes et l'artwork et vous co-signez l'enregistrement et le mixage...
Après l'album “Evilution” nous nous sommes retrouvés à nouveau à deux, Lionel et moi. On se demandait si nous allions continuer à faire des répétitions. Je me suis dit que je pouvais bien faire un album toute seule (à part pour les solos guitare), et tant pis si on ne trouvait personne : cela ne m’empêcherait pas de produire quelque chose ! Du coup j'ai continué à bosser sur cet album. Mais entre temps, j'ai aussi participé à un projet de Metal féminin, Ashes Arise. Donc ça m'a pris un peu plus de temps pour terminer “Mankind”.
Puis sont arrivés dans Unsafe Luke Perry (guitariste) et Xavier Garrabos (batteur de retour). Nous avons donc sorti l'album, qui était déjà entièrement enregistré, (il ne manquait que les solos de guitare). Nous avons repris les répètes et les concerts, j'ai dû apprendre à jouer de la basse et faire le chant en même temps. Christophe Vivier est ensuite venu nous rejoindre pour me remplacer à la basse.
Unsafe
UNSAFE, Mankind (2019)
Mankind est une parfaite synthèse de l'agressivité du Thrash et l'efficacité rythmique du Heavy... Où vos racines vont-elles puiser lorsque vous composez ?
Je suis encore bien marquée par les groupes que j'écoutais au début, et que je continue d'écouter : Carcass, Death, Napalm Death, Pantera, Slayer, Soilwork, The Haunted, Testament, Lamb of God... mais j'accroche bien aussi sur des groupes comme Beyond Creation, Necrophagist, Decapitated, Jinjer, Exhorder.
Ce qui me plaît dans les groupes que j'ai commencé à écouter dans les années quatre-vingt dix, c'est que leurs morceaux sont très accrocheurs, très efficaces. Bien qu'ayant une certaine complexité, à la première écoute, ils te restent dans la tête, ça sonne ! Je n'accroche pas trop à des styles rythmiquement trop simples et dépouillés, ou trop fournis, donnant parfois l'impression que c'est du collage de riffs. Tous ces groupes et d'autres comme Anthrax, Nevermore, Forbidden, King Diamond, Annihilator, Arch Enemy, Cannibal Corpse, Entombed, Machine Head (dans les premiers albums), Fear Factory, Voivod (je note ceux-la car ils sont dans la bibliothèque musique de mon ordi, ça m'évite de descendre voir dans le meuble à CD, mais il y en a plein !) ont des riffs qui tuent !

 

Vous avez parlé du groupe Ashes Arise, créé en 2016 et qui a sorti en 2018 "Resurgence from Oblivion"... Un mot sur ce projet ?
Ashes Arise c'est en projet en ligne à trois auquel j'ai participé avec deux Américaines : Amy et Emily.
L'objectif était de faire un album Metal entièrement réalisé par des femmes. Nous ne nous sommes jamais rencontrées, nous avons juste communiqué par messages écrits, en anglais ce qui a été compliqué, tout ça avec un décalage horaire de neuf heures...
Cela reste une très bonne expérience, je n'ai pas composé de morceaux dans ce projet, j'ai fait la prog. batterie, la basse, du chant guttural, le mix, les clips.
Le projet est en stand-by aujourd'hui, je ne pense pas que cela continue, j'ai basculé sur un autre projet maintenant.

 
Visiblement vous ne dormez jamais puisqu'on on vous retrouve encore dans le projet Chaos Rising. De quoi s'agit-il ?
Chaos Rising ça pourrait être pour moi un peu comme la suite du précédent projet mais en plus ambitieux. Au départ j'avais contacté Isa pour remplacer Emily au chant dans le projet féminin précédent, mais il n'avançait plus, alors je me suis dis qu'on allait créer quelque chose de plus vaste...
C'est donc un projet collaboratif international (en ligne), créé en 2019, ouvert à toute femme artiste intéressée par la musique Metal : musicienne, productrice, graphisme, écriture de paroles, promotion, vidéo… Nous travaillons en équipes pour composer des morceaux dans différents styles de Metal. Chacune peut s'investir dans ce qui lui plaît, participer à une seule ou plusieurs compos, changer de style, d'instruments...
Ce qui est intéressant c'est que cela bouge tout le temps, cela demande de pouvoir s'adapter, passer d'un instrument à l'autre ou d'un style à l'autre pour celles qui le souhaitent. Je bosse en ce moment avec une équipe de Metal mélodique et deux équipes de Death/Thrash Metal. J’aime beaucoup l'idée : cela permet de bien progresser et d'échanger avec plein de monde, chacune ayant sa vision du style... C'est très enrichissant ! Par contre cela demande beaucoup de rigueur, et d'avoir de bonnes bases techniques. Chacune doit pouvoir maîtriser son domaine, savoir s'enregistrer proprement au clic, avoir un bon niveau de pratique permettant de produire quelque chose de qualité...
Voici les musiciennes qui ont déjà participé à des compos :
Isa Lçn (chant & textes), France - Mel Most (guitare, basse, textes), France - Audrey Gardenat (batterie), France - Tina Grusch (basse & graphisme), Allemagne - Anika Ov Moseberg (chant & textes), Allemagne - Britta Görtz (chant & textes), Allemagne - Barbara Teleki (guitare, solos), UK.
D'autres participantes s'ajoutent petit à petit.
Dans un premier temps, pour faire avancer le projet, je passe d'un poste à l'autre lorsqu'il manque quelqu'un : compos, guitare, basse, chant, paroles, prog. batterie, mixage, clips... Mais au fur et à mesure que vont s'ajouter des participantes, je me recentrerais sur la compo à la guitare.
Le but est de proposer une actu régulière de notre travail, et tout ça réalisé uniquement par des femmes.
Si d'autres filles sont intéressées, il est possible de nous contacter sur nos pages.
 
Cette période de confinement a-t-elle été propice à la création vous concernant ?
Pour moi question création, confinement ou pas, cela ne change pas grand chose : je compose, je bosse sur un élément de mes différents projets pendant la majeure partie de mon temps libre depuis plusieurs années, et j'ai un travail à côté. La limitation des déplacements me permet quand même d'avoir un peu plus de temps ; les journées s'organisent autrement.

 

Des projets pour ce deuxième semestre 2020 ?
Nous allons continuer à présenter et mettre en ligne petit à petit des nouveaux morceaux avec Chaos Rising, deux morceaux des équipes Death/Thrash sont quasiment finis, plusieurs autres sont en préparation. Isa et Mel sont très productives, on ne va pas tarder à avoir l'équivalent d'un album !
Nous commençons aussi à réfléchir à des morceaux pour un prochain album d'Unsafe. Luke (guitariste) a de très bonnes idées de compos, et Lionel aussi va contribuer. J'en ferai moins qu'avant, ce qui va permettre de diversifier et d'enrichir le style du groupe.
Enfin je bosse aussi la basse pour le groupe Syrinx, de Rémi Tharaud (guitare/chant) et Mehdi Ghiani (batterie). Un nouvel album est en préparation, et c'est très bien, tout ça !

 

Deux albums que vous emmèneriez pour un séjour sur une île déserte ?
Je vais prendre un classique et une production plus récente : Carcass “Heartwork” et Beyond Creation “Earthborn Evolution”...

 

Merci Stéphanie Nolf de m'avoir accordé cette interview...
Un grand merci pour ton soutien !
 
      

 

SADISTIC FORCE (thrash metal), Midnight Assassin (13/10/2023)

Le 13/10/2023

« Midnight Assassin » vous replongera à une époque où speed metal, punk et heavy entraient en collision pour donner naissance à un nouveau courant du Metal.
Par Ahasverus
Sadistic Force est né en 2020 à Austin, (Texas) sous l'impulsion du chanteur/guitariste James Olivier. Déjà très actif, ce projet, qui combine des éléments thrash, black et speed metal, ne compte pas moins de cinq opus en trois ans.
Son premier EP, « Pain, Sex, and Rapture », est publié en 2021. James Oliver s'est alors associé avec un percussionniste crédité sous le nom de Hell Troll. Le duo revient peu après avec un deuxième EP, « Black Moon Sadism ».
Après cette sortie, James Olivier cherche à étoffer son line-up. Il recrute sur la scène d'Austin le bassiste Blaine Dismukes et le batteur Jose Alcaraz. C'est donc en formule trio que Sadistic Force enregistre « Aces Wild », son premier album, qui lui servira de base pour effectuer une tournée de onze dates au Royaume Uni. 
Sadistic force band necroblanca photography
SADISTIC FORCE par NecroBlanca Photography
À peine quatre mois plus tard, les trois musiciens combinent leurs talents avec le groupe Hellrot, basé à Tijuana (Mexique), sur un split-EP de quatre chansons, intitulé à juste titre « Sadistic Rot ».
Le 13/10/2023 Sadistic Force revient pour un deuxième album, « Midnight Assassin », entièrement composé par James Olivier, à l'exception d'une cover du groupe Electrocutioner (« The Unseen Force »). James Oliver explique s'être totalement immergé dans le processus d'écriture, dévorant d'innombrables heures de slasher movies des années 80 et de true crimes pour trouver l'inspiration. « Midnight Assassin est un disque imprégné de sang et de terreur », déclare-t-il à propos de cet album positivement sinistre.
Musicalement, « Midnight Assassin » prend sa source au tout début des années 80, et il vous replongera à une époque où speed metal, punk et heavy entraient en collision pour donner naissance à un nouveau courant du Metal.

L'album a été enregistré par J. Petri et mixé par Noah Buchanan au  Mercinary Studios d'Avon, (Ohio).
Joel Grind a pris en charge le mastering.
Quant à l'artwork, il est signé Timbul Cahyono.
Sadistic force cover

NERVOSA (thrash metal), Jailbreak (29/09/2023)

Le 03/10/2023

Prika Amaral peut être fière de son nouveau gang qui a remarquablement relevé le gant et qui vient de réaliser un album de musique extrême, fait d'un thrash puissant, impressionnant de violence et d'agressivité, sans aucune linéarité, musicalement foisonnant.

Par Ahasverus
Nervosa par gregory dourtounis
NERVOSA par Gregory Dourtounis


Même si elle est habituée à l'exercice (depuis 2010 l'histoire de Nervosa est une longue suite de départs et d'arrivées), il fallait de la ressource à sa fondatrice Prika Amaral pour rebondir après la défection de sa section rythmique partie fonder Crypta. Elle a retroussé ses manches, Prika, puis complété son line-up par Michaela Naydenova (batterie), Hel Pyre (basse) et Helena Kotina (guitare). Et puis elle a décidé qu'elle prendrait le chant à son compte.  On  n'y voit rien à redire, qu'elle s'époumone, au contraire ! Elle s'en sort admirablement et n'a besoin d'aucun soutien, même si elle en reçoit parfois, et des plus efficaces. Mais le chant, tout important qu'il soit, n'est pas le tournant où l'on attend particulièrement les thrasheuses de Nervosa...
Son équipe constituée, Nervosa revient nous chatouiller les cervicales avec un cinquième album studio intitulé « Jailbreak ».
Nervosa jailbreak
Helena Kotina (à la guitare depuis 2021) explique : 
« Je pense que Jailbreak est l’opus le plus révolutionnaire de Nervosa, tant musicalement que textuellement. Cela a été un processus complexe, mais très constructif à la fois. Nous avons soigné chaque détail jusqu’à ce que nous obtenions le meilleur résultat. »
Pour preuve, les Brésiliennes dévoilaient des extraits sous forme de clips, ainsi « Endless Ambition », qui ouvre l'album :

Ce morceau aux structures pleines et nerveuses souffle la tempête et ne laisse aucun doute sur les intentions et les capacités du nouveau line-up.
Puis Nervosa dévoilait « Seed Of Death », un morceau d'un calme relatif (par rapport au reste de l'album !) dont les paroles philosophiques explorent le cycle de la vie.
Prika Amaral confiait :
« J’ai toujours voulu une chanson comme celle-ci, mais différentes raisons ont fait que ce n’est jamais arrivé. Maintenant, elle existe. »

C'est collectivement que Nervosa emporte la partie. Prika l'explique :
« Nous avons pris plus de risques et créé de nouvelles choses. Avec deux guitares, les portes se sont ouvertes sur plus de possibilités. Même si Nervosa impliquait deux guitaristes au départ, nous avons ensuite choisi de n’en garder qu’une seule pour des raisons logistiques, car il était plus simple d’avoir une personne en moins pendant les tournées. Maintenant, notre groupe est doté d’une plus grande structure qui permet cette addition, et nous apprécions beaucoup cette période. L’écriture de ces nouvelles chansons a été un vrai amusement et a permis de faire ressortir la musicalité en chacun, ce qui a enrichi le groupe. »
Avec des titres comme « Jailbreak », le morceau qui donne son titre à l'album, et l'un de ses moments les plus forts, Nervosa écrit un grand moment de thrash metal et a de quoi secouer les pits :
« Cette chanson représente les racines de ce nouvel album. Helena et moi adorons les motos, et nous voulions écrire une chanson qui transmette un sentiment de liberté aux gens, car c’est ce que nous ressentons lorsque nous roulons. Jailbreak inclut aussi l’un des plus grands duos de guitare - vous serez surpris de l’entendre en live. J’ai hâte ! »

Nervosa avait également dévoilé « Elements of Sin », une véritable tornade thrash placée en avant-dernière piste de l'album.
Prika la livrait avec ce commentaire : 
« Elements Of Sin est l’une des premières chansons que Helena et moi avons écrit ensemble. Je me rappelle le moment où le riff du refrain m’est venu, fin 2021, puis les paroles du refrain sont arrivées. Nous étions tellement excitées par cette nouvelle chanson que nous avons également composé les parties de batterie au même moment. Créer cet album a été très amusant ! »

La force profonde de « Jailbreak » réside dans ses rythmiques imparables (« Behind The Wall », « When The Thruth Is A Lie », « Superstition Failed ») et ses leads sidéraux (« Jailbreak »), mais aussi dans la présence d'une batterie merveilleusement active (« Suffocare », « Ungrateful »). L'album est extrême, nerveux comme une fuite en avant. Il est parfaitement servi par la production. Prika Amaral peut être fière de son nouveau gang qui a remarquablement relevé le gant et qui vient de réaliser un opus fait d'un thrash puissant, impressionnant de violence et d'agressivité, sans aucune linéarité, musicalement foisonnant. C'est tout simplement savoureux, et ce cinquième long format qui impose un sans-faute sur plus de quarante-cinq minutes est peut-être le meilleur des cinq albums que compte désormais la formation brésilienne dans sa discographie !
Gary Holt d’Exodus et Lena Scissorhands d'Infected Rain apportent leur contribution à deux des treize titres de ce nouveau Nervosa.
« Jailbreak » est disponible dans les formats suivants chez Napalm Records :
- 1 vinyle violet
- 1 vinyle rouge/blanc marbré + un disque de feutrine + bracelet en mousse + un tote bag
- 1 cassette rouge et impressions blanches
- Lot : CD digipack + t-shirt artwork "Jailbreak"
- Lot : CD digipack + t-shirt artwork "Seed Of Death"
- Format digital
Nervosa coffret
Commandez l'album ICI

NERVOSA EST EN CONCERT A PARIS (Petit Bain) LE 29/11/2023

ART OF SHOCK (Thrash), Shine Black Light (08/09/2023)

Le 09/09/2023

On pourra débattre, mais enfermer « Shine Black Light » dans la rubrique thrash serait voué à l'échec : Art Of Shock n'hésitera pas à franchir clandestinement les frontières jusqu'à arriver à un résultat personnel qui doit autant à Metallica et Megadeth  qu'au hardcore new yorkais ou à des groupes comme les Red Hot, Faith No More, et peut-être même Queen !
Par Ahasverus

Art of shock
L'histoire d'Art Of Shock commence à Mexico, ville dont sont originaires les frères Geezar. Inspirés par les groupes de thrash et de metal au son desquels ils ont biberonné, Art (guitare, chant) et Adrian (batterie) décident d'aller voir si l'herbe est plus verte aux USA.  Leur chemin les conduit à Los Angeles. Les valises posées, le groupe Art Of Shock (re)constitué, ils enregistrent l'album  « Dark Angeles » (2020). La bio explique : « Étant des outsiders éternels, les Geezar n’en avaient rien à foutre de jouer dans les endroits cool de la ville. » Cependant Art Of Shock décroche une place sur le Vans Warped Tour, un festival mêlant musiques et sports extrêmes. Cette opportunité fait tourner un vent qui leur permet de se faire remarquer et de vendre trois mille CD de leur premier album. La chance ne s'arrête pas là : Art Of Shock va partager la scène avec plusieurs groupes établis (Trivium, Sacred Reich) et ouvrir l'intégralité de la tournée nord-américaine de Sepultura ! « Regarder Sepultura ou Crowbar tous les soirs nous a rendus humbles et plus affamés » se souvient le guitariste et chanteur Art Geezar. Cette expérience convainc le groupe de resserrer et d'intensifier son jeu. S'estimant prêt et plus fort, Art Of Shock, devenu le combo que ses géniteurs ont «  toujours rêvé d’être », revient le 09/09/2023 avec l'album  « Shine Black Light ».
Art of shock artwork
Pour l'artwork, il est fait appel à Travis Smith (Opeth, Nevermore), mais c'est au niveau de la production qu'Art Of Shock crée la surprise en faisant appel au producteur Taylor Young. « Taylor est surtout connu pour ses disques beaucoup plus brutaux et bruyants » explique Adrian, tandis qu'Art complète : « Venant du hardcore, Taylor n'est pas aussi mécanique que la plupart des producteurs de métal dans sa façon d'entendre les choses. » Il précise sa pensée :« Il ne s’agit pas de montage et de perfection avec lui. Il s’agit davantage d’ambiance et de violence, ainsi que d’intensité et d’honnêteté de l’enregistrement. » Le résultat est aussi percutant que virevoltant.

Dès la première piste la touche hardcore s'impose, mais avec suffisamment de pause et de finesse pour venir effleurer la case progressive. On pourra débattre, mais enfermer « Shine Black Light » dans la rubrique thrash serait voué à l'échec : Art Of Shock n'hésitera pas à franchir clandestinement les frontières jusqu'à arriver à un résultat personnel qui doit autant à Metallica et Megadeth  (« Shine Black Light », « Death Stays Silent ») qu'au hardcore new yorkais ou à des groupes comme les Red Hot, Faith No More, et peut-être même Queen (« You Don't Know Me ») !

L'ensemble est mené avec beaucoup de lisibilité par des musiciens dont la créativité n'est entravée par aucune limite technique ou artistique et qui sont capables d'imposer des morceaux aux structures totalement démentes (« You Don't Know Me »).
Un album moins classique et plus personnel musicalement que le premier opus, un pallier dans la carrière du groupe, mais également un opus plus intime et sociétal dans les thématiques qu'il aborde, avec notamment le morceau « Drag Me to Hell » qui prend des allures de ballade mais qui traite de la violence intrafamiliale, très bien mise en images par le clip de Carlos Toro.

Art explique : 
« Drag Me to Hell est très différent de tout ce que nous avons fait dans le passé, tant au niveau des paroles que du son. Au départ, il m'a été difficile de partager cette chanson car elle reflète mon parcours personnel de survie. C'est la capture d'une époque où je me sentais impuissant et en quelque sorte responsable de la violence qui m'était infligée. Cela représente un moment où je ne pouvais pas imaginer un avenir au-delà du cycle sans fin dans lequel j'étais piégé. Cependant, comme beaucoup d'autres, j'ai finalement réalisé que je n'étais pas seul et j'ai découvert la force en moi de réécrire la fin de mon histoire. Malheureusement, des millions de personnes restent piégées dans ce cauchemar. En partageant nos voyages et en faisant preuve de solidarité avec ceux qui souffrent encore, nous pouvons les inciter à trouver leur force intérieure. Nous pouvons changer la fin de l'histoire. Nous sommes des survivants. »
Neuf pistes séduisantes qui démontrent qu'Art Of Shock a trouvé sa voie, slalommant entre thrash, hardcore et metal, brassant de vastes influences pour en faire une synthèse moderne restituée dans un album particulièrement réussi.

LIVE-REPORT DE "ORANGE METALIC FESTIVAL" - 08/08/2023

Le 21/08/2023

Par Dam'Aël

Orange Metalic Festival 2023

Chanceuse j'ai été sur ce coup là ! Tout d'abord avec l'accréditation média accordée par Replica Promotion et Olivier Garnier aux commandes. Ensuite j'ai réussi, à 4 jours de l'événement, à  dégoter une chambre dans un magnifique petit hôtel en plein centre, mais quand je dis plein centre, c'est à 200 mètres du théâtre antique ! Yes vous l'avez compris, ça s'amorce sous les meilleurs hospices. Arrivée en avance, je fais le tour des cafés environnants pour repérer quelques têtes connues. Salut Mélie Red, puis Manuwar Fly FM, Thierry Dubreuil, Olivier Garnier, évidemment mon acolyte Christophe Corroyer et plus tard, quelques autres.
En attendant l'ouverture des portes, une petite glace lavande et noisettes grillées à la fleur d'oranger est la bienvenue sous cette chaleur estivale. Que la vie est belle sous le soleil d'Orange, magnifique ville de 30  000 habitants qui bougent ses *** (vous y mettez ce que vous voulez) pour mettre en valeur son magnifique patrimoine historique dont le mythique et surtout antique théâtre. Un monument de plus de 20 siècles particulièrement bien conservé ; on dit qu'il fait partie des rares à être aussi bien préservé. Magistral, majestueux, classieux et surtout ouvert d'esprit quand on voit les propositions culturelles très éclectiques qui s'y produisent. Résultat pour ce 8 août 2023, du Metal high level sous le regard dubitatif ou ravi de l'empereur Auguste, vêtu de son paludamentum imperatoris et tenant son bâton de commandement... ahah lui seul connaît ses émotions à cet instant.

Vue du mur et scene
Plus de 5h de show vont s'orchestrer sous le professionnalisme d'une organisation au taquet, efficace, agréable et remplie de bienveillance : adam concerts et Replica Promotion ont l'art et l'œil.
Le théâtre s'est déjà bien rempli pour l’arrivée du premier groupe TRIVIUM dont le bassiste est souffrant. Ce sera d'ailleurs la série ce soir, car Joël O'Keeffe  (faisant la paire avec Johnny  Deep sur le Hellfest, les deux se présentant avec un plâtre au pied droit pour le premier et une attelle au pied gauche pour le second) s'étant cassé le pied, arbore un plâtre dont il a de toute évidence, complètement oublié l'existence tant ses déplacements couvrent l'ensemble de la scène ainsi que le pit à une vitesse qui laisse dubitatif.  Quant à Dave Mustaine,  malade aussi a une voix réduite  mais présente grâce aux doigts de fée du médecin.

L'heure est venue de lancer les hostilités et c'est le groupe venu de Floride Trivium qui ouvre le festival.
 

TRIVIUM :

Les Américains ont manifestement une envie débordante d'en découdre au vu de l'énergie déployée et des watts déversés sans modération. Avec plus de 20 ans de carrière, 11 albums et nombre de concerts dans le monde, le quartet composé de Matt Heafy (chant, guitare), Corey Beaulieu (guitare), Paolo Gregoletto (basse) et Alex Bent (batterie) sait déclencher l'étincelle et embraser les lieux. Une énergie sur scène qui contamine la fosse sous l'appel répétitif de Matt qui ne conçoit de délivrer le trash américain à tendance mélodique qu'avec la complicité des festivaliers. Et force est de constater qu'ils ne se sont pas faits prier pour entamer circle pits, sauts sur place et pogo. Matt va sur Amongst the Shadow And The Stones, descendre dans le pit pour son solo guitare et  jusqu'à demander  sur In Waves, aux gradins de se lever et à la fosse de s'accroupir, confirmant son charisme et son jeu de leader. Un set qui est délivré sans temps morts chauffant les pierres du théâtre pour la prestation qui suit, celle de AIRBOURNE, malgré quelques légers soucis de sonorisation.

 
Dirk Verbeuren : "on a fait deux ou trois tournées avec eux aux Etats-Unis ; c’est un jeune groupe qui cartonne bien sur scène, il y a un côté agressif et en même temps mélodique."
 
Setlist : 
01. In The Court Of The Dragon
02. Down From The Sky

03. The Sin And The Sentence
04. Becoming The Dragon

05. Strife
06. Feast Of Fire
07. Amongst The Shadows & The Stones
08. The Heart From Your Hate
09. A Gunshot To The Head Of Trepidation
10. In Waves
 
AIRBOURNE :
 
Après une petite demi-heure nécessaire pour le changement de plateau, les Australiens d'Airbourne  investissent à grands pas énergiques voire énervés pour le leader, la scène de l'hémicycle.  La sonorisation du théâtre un peu aigu à  mon goût  d'où j'étais, sied à merveille au chant du leader Joël O'Keeffe (guitare). Crowd Surfers , circle pits, wall of death  ne se font pas attendre et la température, déjà bien haute, s'élève instantanément dès les premières notes de la formation : à la batterie le frère O'Keffe, Ryan, à la guitare rythmique David Roads et à la basse Justin Street. Pas de litige possible, les Australiens savent porter haut et fort les watts du Rock n'Roll et du Hard Rock dont l'influence n'échappe à personne. Le clou du spectacle s'annonce dès le troisième morceau "Girls in Black", Joël descendant dans la fosse juché sur les épaules d'un roady pour y jouer son solo de guitare, allant jusqu'à faire exploser sur sa tête une canette de bière et aspergeant les quelques dizaines de fans qui gravitent autour, heureux, voire en extase, conscients de vivre un moment épique et inoubliable dans ce théâtre antique.
Si les hommages à Lemmy sont récurrents partout dans le monde, Airbourne ne rate pas l'occasion d'honorer le maître en distribuant J*ck D***els et C**a-C*l* à chacun des membres de la formation en les présentant tour à tour, soli en prime. Les Australiens savent faire le show, mouiller la chemise quand ils l'ont, balancer du bon son bien lourd et explosif, n'hésitant pas à faire durer le titre "Live It Up" pendant plus de 10 minutes, tant l'interaction avec leur public fait partie intégrante de leur prestation. Efficacité, générosité, survoltage, puissance!
Dirk Verbeuren : "Airbourne, c’est un groupe excellent, très fun à voir. Dans le style hard rock classique, on ne fait pas mieux à part évidemment AC/DC qui sont sûrement des exemples pour eux."
 
Setlist :
 01. Ready To Rock
 

02. Too Much, Too Young, Too Fast


03. Girls In Black
04. Burnout The Nitro
05. Breakin' Outta Hell
06. It's All For Rock'n'Roll


07. Stand Up For Rock'n'Roll

(Rappel)
08. Live Ut Up
09. Runnin' Wild

 

Clin d'œil : Si Olivier Garnier s'est fait voler une paire de S***mon pendant ses vacances, un festivalier lui en a perdu sa semelle et l'arbore avec fierté et contentement. C'est vous dire que ambiance et satisfaction sont là, quitte à s'en trouver presque déshabillé.  
 
MEGADETH
 
Les 30 minutes allouées pour vider la scène et l'aménager pour la prestation suivante ne sont pas de trop pour reprendre son souffle, aller s'hydrater, grignoter éventuellement un petit en-cas. Timing respecté, l'un des Big 4 lance l'intro sur backdrops, un énorme écran et deux plus petits, le tout cernant la batterie de Dirk Verbeuren, le benjamin du groupe et dernier arrivé (en mai 2016 il joue sur la tournée d'été de la formation en remplacement de Chris Adler puis en devient un membre permanent deux mois plus tard). Plus besoin de vous les citer, vous avez compris, l'un des plus grands groupes de Thrash s'annonce sur scène, Megadeth.
Scénographie presque minimaliste uniquement constituée de backdrops qui met en avant le charisme du quartet , show millimétré qui traduit une performance de haute volée même si Mustaine n'est pas au mieux de sa forme. La section rythmique et la guitare de kiko ont fait un bouleau dantesque pour livrer un show  dans de belles conditions . Si Mustaine se cache derrière sa tignasse plus qu'identitaire, Olivier a l'œil ouvert et le regard pointé à  l'horizon,  remarquant que certains petits malins investissent des territoires interdits sans autorisation spécifique. Kiko Loureiro (guitare), James LoMenzo (basse), Dirk Verbeuren et Dave Mustaine livrent leur Trash mélodique en place depuis 40 ans (bravo Messieurs) avec une setlist de 15 titres sans temps morts, d'une précision époustouflante et d'une énergie imparable. Technique, puissance, déplacements ont fait vibrer les pierres de ce théatre qui, bien qu'il en ait déjà beaucoup vu, devrait voir graver ce moment dans une inéluctable empreinte de son histoire.
 
Setlist :
01. Hanger 18 
          
02. Wake Up Dead      
03. In My Darkest Hour                  
04. Dread Of The Fugitive Mind                     

05. Angry Again                                   

06. Sweating Bullets
07. We'll Be Back
08. Conquer Or Die!
09. Dystopia
10. Tornado Of Soûls feat. Matt Heafy (Trivium)
11. A tour le Monde
12. Trust
13. Symphony Of The Destruction
14. Peace Sells

(Rappel)
15. Holy Wars (The Punishment Due)


A noter l'invitation de Matt Heafy sur le titre Tornado Of Souls, seul titre qui ne sera pas interprété par Dave, dont certaines notes, assez hautes, posent une difficulté au leader eu égard à son état de santé du jour. Un Matt qui investit la scène avec beaucoup d'humilité et de reconnaissance mais libérant une énergie totale pour faire vivre au mieux le titre et honorer la confiance qui lui est accordée par un des grands maitres du Big 4.

Petit message explicatif de la part de Dave Mustaine :

Prestation de Matt Heafy sur Tornado Of Soûls :

Riffs de guitare speed et complexes, soli très techniques,  imagerie sur backdrops tout au long du concert, quelques échanges parlés avec le public, nombre de déplacements couvrant la totalité de la scène de ce théâtre dopé au Metal classieux qui force le respect, voici ce qui pourrait être un résumé très concis de la prestation de l'un des majors du Metal de qualité.

Sortie peignoir noir brodé au nom MEGADETH pour Dave et bande annonce résumant l'ensemble de la discographie de la formation 

CARPENTER BRUT :


Carpenter Brut , je l'avais raté au Hellfest en raison de son heure tardive et au vu du périple de la journée... 
Certains se demandent pourquoi un tel groupe dans ce festival. On peut leur accorder.
Mais personnellement j'en retiens une belle découverte, un alliage particulier qui englobe dans un Metal présent mais certes discret, de l'électro en mode tornade d'été et cinématique de qualité sur trame de synthwave Made in France, dont Franck Hueso est à l'origine. Je n'avais prévu que quelques dizaines de minutes pour cette prestation,  j'y ai passé tout le concert, assidue, beaucoup plus que ma batterie de téléphone qui m'a lâchée à la fin du 11ème titre. Force est de constater qu'une partie du public a déposé les armes et pris la poudre d'escampette mais de véritables fans sont présents, déterminés à vivre un moment magique, extrêmement immersif, dansant donc festif. La performance se traduit par un jeu de lumière savamment élaboré en syntonie avec la puissance de la musique que chacun des musiciens délivrent avec beaucoup de brio. Pour les tournées, on note la présence de Adrien Grosset (Hacride) à la guitare et Florent Marcadet (Jabberwocky, Klone, Step In Fluid), un trio poitevin qui envoie du puissant et du technique dans un écrin très dynamique et lumineux. 

 Dirk Verbeuren : " c’est une nouvelle vague musicale intéressante, ce côté cinématique mélangé avec de la musique électronique et du metal. Je trouve cool qu’il ait autant de reconnaissance non seulement en France mais aussi à l’étranger. A Los Angeles, où j’habite, tous ceux qui écoutent de la musique connaissent Carpenter Brut".
 

 Setlist :
Opening Title
01. Straight Outta Hell
02. The Widow Maker
03. Roller Mobster
04. Beware The Beast
05. Day Stalker
06. Night Prowler
07. Disco Zombi Italia
08. Imaginary Fire
09. Monday Hunt
10. Hairspray Hurricane
11. Leather Terror
Pour une véritable découverte ou pour les fans irréductibles, la vidéo suivante propose les 11 premiers titres de la setlist jouée lors de ce festival 2023 par Carpenter Brut.

12. Turbo Killer
13. 5 118 574
14. Le Perv
15. Maniac (Michael Sembello cover)
Clin d'œil :  Le nom Carpenter Brut fait référence au réalisateur américain John Carpenter, féru de musique électronique dans ses films. 
               
POUR CONCLURE :
 

Un excellent moment qui fait prévoir dès à présent dans mon agenda, la 3eme édition du Orange Metalic Festival, évènement qui rentre dans le cadre d'un panel sans commune mesure de manifestations culturelles très diversifiées dans la ville d'Orange ; on note depuis 1970, opéra, Chorégies, variétés françaises (Johnny Hallyday, Eddy Mitchell ...), pop-rock international (The Cure, The Police, Frank Zappa, Trust, Iron Maiden, Within Tentation, Epica, Beast In Black, Hans Zimmer...) l'électro (David Guetta...) et bien d'autres. Aux dernières informations l'édition 2024 devrait se couvrir sur deux jours, ce qui signe l'engouement pour ce festival et l'implication des organisateurs à savoir la ville d'Orange, Adam concerts, Replica Promotion.

Je tiens à remercier tout particulièrement Olivier Garnier de Replica Promotion pour l'invitation à ce magnifique évènement. 
 
 
Les citations de Dirk Verbeuren sont extraites de l'interview réalisée par le journal La Provence (https://www.laprovence.com/article/sortie-loisirs/4800493778827114/megadeth-le-thrash-dorigine-a-lorange-metalic-festival)
 

OVERT ENEMY (thrash metal), Official Live Thunder In the Hill Country (22/09/2023)

Le 20/08/2023

Une déflagration live
Par Ahasverus
Overt enemy band
Le 25 mars 2023, le groupe de thrash Overt Enemy se produisait au vingt-et-unième Thunder In The Hill Country, un rassemblement de motards qui se retrouvent annuellement à Bandera, au Texas. Overt Enemy a profité de l'opportunité pour enregistrer l'intégralité de son set de soixante-quinze minutes qui comprend des chansons de ses deux EP, des reprises de Slayer (pas moins de huit !) et trois nouvelles chansons qui figureront sur leur prochain album.
La sortie live, attendue pour le 22/09/2023, prenait le nom de « Overt Enemy: Official Live Thunder in the Hill Country ». Rob Canales assurait le mixage aux Red Barn Studios.
Overt enemy cover
A propos de son album, Overt Enemy laissait ce long commentaire : 
« Victimes sans méfiance, pas d'avertissements, pas de signes….. C'est une façon assez précise de décrire ce qui s'est passé à Bandera, au Texas, lors du rassemblement de motards Thunder in the Hill Country. Nous avons présenté un peu notre nouvel album, ça nous avait vraiment manqué de jouer en live et nous avons pensé quelle meilleure façon d'introduire notre nouveau membre (le batteur Saul Castillo) était de tester des nouvelles chansons avec un groupe de motards tapageurs ! Nous avons donc emballé notre matériel d'enregistrement dans la camionnette de location, rassemblé l'équipe et pris la route pour la "plus grande petite fête du Texas". Apparemment, nous étions le premier groupe de métal à jouer sur l'événement en vingt-et-un ans d'histoire et nous avons lancé les concerts du samedi soir par une vraie raclée texane… Soixante-quinze minutes d'agressivité à tuer un boeuf… et nous avons capté le tout ! Plutôt que d'attendre la sortie de notre nouvel album, nous avons pensé que la famille Overt Enemy qui nous suit de longue date apprécierait d'avoir un peu de sang neuf dans les oreilles, alors nous avons demandé à notre frère Rob Canales des Red Barn Studios de mixer l'ensemble. Nous vous apprécions, les gars, et espérons que vous le mettrez à fond dans la voiture ou lors de votre prochain barbecue et que vous passerez un bon moment… assurez-vous de vous étirer le cou de manière appropriée. »
Originaire de la frontière mexico-américaine, Overt Enemy joue depuis sa création en 2013 un thrash agressif et moderne. Musicalement influencés par des titans du métal comme Slayer, auquel ils rendent largement hommage sur cette galette, Pantera, Sepultura et Fear Factory, Overt Enemy arrive à frayer son chemin avec un son brillamment capté par Rob Canales sur cette prestation. Les amateurs de thrash metal et d'album live puissants et hyper-énergisants, lancés comme une véritable déflagration, peuvent s'y plonger de confiance.

HELLWITCH (thrash death), Annihilational Intercention (09/06/2023)

Le 17/08/2023

Les amateurs d'un thrash/death capable d'affoler les sens les plus aiguisés seront aux anges.
Par Ahasverus

Hellwitch nait en Floride, plus précisément à Gainesville, en octobre 1984, mais c'est en 1985 qu'il prend sa forme de trio, avec un line-up qui évoluera régulièrement autour de son fondateur, le guitariste/chanteur Patrick Ranieri.
Hellwitch roberto badillo 5
HELLWITCH par Roberto Badillo
Les Américains sortent leur première démo en 1986, puis une seconde en 1987. L'année suivante, le trio enregistre trois pistes. Son bagage lui permet de signer sur le label de métal extrême Wild Rags Rec. Il crée au Morrisound (Death, Morbid Angel) l'album « Syzygial Miscreancy ». Extrême et violent, technique et rapide, il sort en 1990 et permet au groupe d'asseoir sa réputation.
En août 1991, Hellwitch retourne aux studios Morrisound pour enregistrer l'EP trois titres « Terraasymmetry », qui sortira sur Lethal Records. Début 1994 sort la démo « Anthropophagi » en mode duo. Patrick Ranieri assure toutes les cordes et le chant.
Après une longue pause, Hellwitch refait surface en 2005 avec un CD promotionnel qui lui permet de signer avec le label espagnol Xtreem Music. Il permet au groupe de sortir en 2009 son second album, « Omnipotent Convocation », toujours extrême, technique, agressif et rapide.
Si Hellwitch ne chôme pas scéniquement (il s'est produit avec Death, Obituary, ou encore Whiplash), il ne lance le processus de création de son nouvel album que le 12/07/2022. Il aura pour titre « Annihilational Intercention ».
Hellwitch cover
Pour le son, Hellwitch fait àppel à Jeremy Staska (Malevolent Creation, Divine Empire, Poison The Well) et au Studio 13 à Fort Lauderdale, en Floride.
Quarante-et-une minutes de death thrash particulièrement technique joueront avec nos nerfs dès le premier morceau. Le fantastique « Solipsistic Immortality » semble décidé à vous laisser sur le carreau, tandis que  l'étourdissant « Delegated Disruption » ne vous laisse pas le temps de récupérer.

Les guitares, sans cesse en mouvement, n'accordent aucun répit. « Megalopalypytic Confine » lève parfois le pied mais reste fulgurant dans ses accélérations. Enfin, « Sorcerous Imminence » introduit une pause musicale pour lancer « Hellwitch », un inédit écrit en 1985.
« Epochal Cessation » a un côté Rock N'Roll dans son introduction, et si le premier tiers d' « Anthropophagi » surprend par ses arpèges, elles ne sont là que pour annoncer la tempête, suivies par « At Rest » et ses guitares incontrôlables. « Torture Chamber », dont la version originale sortait en 1987, vient refermer l'album dans un souffle malsain. 
Avec bientôt quarante ans d'expérience, Hellwitch impose un album sans concession, dont le rythme incroyable est basé sur une technique éprouvée. Les amateurs d'un thrash/death technique capable d'affoler les sens les plus aiguisés seront aux anges. Les autres vivront une expérience dont le principe consiste à tenter de s'introduire dans l'oeil d'un cyclone en mouvement.

OVERKILL (thrash metal), Scorched (14/04/2023)

Le 01/07/2023

Overkill n'a rien perdu de sa hargne, le vétéran alterne le heavy, le speed et le  thrash metal en multipliant les déflagrations.

Par Ahasverus

OVERKILL 1.- La Story :

Overkill est originaire du New Jersey. Le premier qui dit « Comme Bon Jovi » se verra privé de newsletter Ahasverus pendant trois mois !
En 1980, Rat Skates et DD Verni, issus de la scène punk, sont désireux de monter un nouveau groupe. Ils passent une annonce pour trouver un guitariste et un chanteur. C'est ainsi qu'ils font la connaissance de Bobby Ellsworth, vocaliste au timbre haut et hargneux, dont le registre peut rappeler Rob Halford (Judas Priest) et Udo Dirkschneider (Accept).
Après avoir évolué un temps sous le nom de Virgin Killer, la nouvelle formation décide de s'appeler Overkill. Outre l'idée de puissance qu'il dégage, ce nom est un clin d'oeil au standard de la bande à Kilmister sorti un an plus tôt. Bobby Ellsworth explique d'ailleurs à Metal Overload : « Nous étions un groupe de covers quand nous avons commencé et Motörhead était dans notre set. Une des plus grandes raisons pour lesquelles nous avons choisi ce nom est parce que nous avons été reconnu via la chanson Overkill que nous avions jouée. »
Outre Motörhead, Overkill se fait les dents sur des reprises de la scène punk, mais aussi sur des morceaux de Judas Priest ou Riot avant de commencer à créer ses propres compositions. Une première démo diffusée à 1500 exemplaires (« The Power In Black ») sort en 1983 et permet au groupe de figurer sur la compilation Metal Massacre II aux côtés d'un autre débutant appelé lui aussi à devenir célèbre : Armored Saint. 
Overkill sort un EP éponyme de quatre titres dans la foulée, mais il faut attendre 1985 pour voir arriver « Feel The Fire », son premier album, avec au chant Bobby Ellsworth, à la guitare Bobby Gustafson, à la basse D. D. Verni et à la batterie Rat Skates. 
Overkill feel the fire
Si certains de ses titres sonnent heavy dans la veine d'un Judas Priest (« Raise The Dead »), d'autres compositions du calibre de « Rotten To The Core » ou « Second Son », font la différence et restent à ce jour des références remarquables du thrash metal.
L'album, qui rappelle les origines du groupe en affichant une cover du combo punk The Dead Boys, donne à Overkill l'opportunité de rejoindre la tournée américaine de Megadeth pour le « Peace Sells Tour », puis de tourner en Europe avec Anthrax.
Plutôt fidèle à son prédécesseur, « Taking Over », second long format d'Overkill, est livré en 1987 sur le label Atlantic Records. C'est cette fois en première partie du groupe Helloween que les Américains fouleront les scènes européennes. Ce « Keeper Of Th Seven Keys 1 Tour » passera par Paris, Besançon et Douai !
Overkill helloween
Un EP intitulé « !!!Fuck You!!! », avec une cover du groupe punk britannique Subhumans et des titres live, sort la même année.
« Under The Influence » (1988), troisième album des Américains, marque le départ du batteur/fondateur Rat Stakes, qui confie ses baguettes à Sid Falck. Il propose une introduction fracassante et presque bruitiste, des structures quasi avant-gardistes (« Ma Gone World ») mais l'album trouve rapidement son rythme. Il permet au groupe de lârguer une petite bombe heavy sur MTV : « Hello From the Gutter », troisième piste de l'album.

Le quatrième album, « The Years Of Decay », arrive un an plus tard. Un opus aux structures complexes, avec des morceaux volontiers supérieurs à huit minutes. Overkill place le titre « Elimination » sur MTV. Ce morceau monstrueux agrémentera régulièrement les setlists des concerts. 

« Horrorscope », cinquième album des thashers américains, arrive en 1991. Bobby Gustafson quitte son poste. Overkill recrute deux guitaristes pour le remplacer : Merritt Gant (du groupe de thrash  Faith or Fear) et Rob Cannavino (un technicien guitare de Gustafson). Durant la tournée suivante, c'est au tour du batteur Sid Falck de quitter le groupe.  Tim Mallare, qui jouera sur le prochain opus, prend sa place. A ce jour, « Horrorscope » reste un très bon album de thrash.


« Horrorscope » comprend une reprise de « Frankenstein » en sixième piste. Sortie en 1973, cette pièce instrumentale est issue du répertoire du Edgar Winter Group. Edgar est le frère de Johnny Winter, le fameux guitariste albinos, avec lequel il a d'ailleurs joué. « Frankenstein » figure d'ailleurs en avant-dernière piste du « Live at Royal Albert Hall » de Johnny Winter.


En 1993 sort « I Hear Black ». Ce sixième album voit Overkill s'éloigner du thrash pour une musique stoner/doom faite de riffs plutôt sombres (le lancinant instrumental « Ghost Dance »). Bobby Ellsworth le reconnaissait à Radio Metal : « Ce qui s’est passé, au final, à ce moment précis est que j’écrivais mes parties avec trois compositeurs différents. Ces gars étaient plus jeunes et apportaient des morceaux plus modernes, inspirés par la côte ouest, surtout le nord-ouest des Etats-Unis et Seattle, ils étaient à fond dans Alice In Chains, les premiers Soundgarden, Temple Of The Dog, etc. Ecoute, certains de ces trucs sont super – ne te méprends pas – mais j’étais un thrasheur, je n’avais rien à foutre sur leur terrain de jeu. » 
Un an plus tard, le septième album marque la reprise en main de la direction musicale par la paire Verni/Ellsworth qui remet le cap au thrash avec l'album  : « W. F. O. ».


.L'instrumental « R. I. P. (Undone) », présent sur l'album « W. F. O. », est un tribute instrumental à Criss Oliva, guitariste de Savatage, décédé quelques mois avant la sortie de l'album.


Les guitaristes Rob Cannavino et Merrit Gant quittent Overkill. Ils sont remplacés sur « The Killing Kind »  (1996), huitième album de la formation, par Sebastian Marino, co-fondateur d'Anvil, et par Joe Comeau, qui rejoindra Annihilator dans les années 2000. L'opus fait la part belle au heavy/thrash sans toutefois renoncer totalement au doom (« Burn You Down - To Ashes », « The Cleansing »). Il aborde des horizons qui peuvent surprendre les fans (« The Morning After / Private Bleeding »).

A la fin de l'année 1996, Overkill réunit les EP  « Overkill » (1985) et « !!!Fuck You!!! », agrémentés de quelques live et d'une cover de Black Sabbath, sur un douze pistes intitulé « !!!Fuck You!!! and Then Some ».
Il sort l'année suivante, 1997, son neuvième album : « From the Underground and Below ». Le heavy qu'il contient est très éloigné des débuts (la ballade « Promises »), même si des morceaux comme « F. U. C. T. » ou « Little Bit O' Murder » tentent de donner le change.
« Necroshine » voit Overkill inviter Mary Ellsworth, la soeur de Bobby, à chanter sur deux morceaux. Une cover des Sex Pistols (« No Feelings ») agrémente l'édition japonaise de l'album. Elle sera reprise sur l'album suivant.
Sebastian Marino (guitare) est remplacé par Dave Linsk (Anger On Anger). Avec ce nouveau line-up, toujours en 1999, Overkill signe « Coverkill », qui regroupe douze reprises allant de Jethro Tull à Dead Boys, en passant par Manowar et Kiss.
Toujours très prolifique, Overkill revient dès 2000 avec son onzième album, « Bloodletting ». Malgré quelques arpèges, il marque un retour au thrash metal furieusement agressif. (« My Name Is Pain ») Comeau ayant quitté le groupe, c'est un quatuor qui signe cet opus. « Bloodletting » est suivi par l'album live « Wrecking Everything » en 2002. Le guitariste  Derek Tailer vient renforcer le groupe à la guitare rythmique. Il sera désormais présent sur les albums studio.


Comme Iron Maiden a Eddie, Overkill a sa mascotte. Elle se nomme Chaly, et c'est une chauve-souris à tête de mort, avec  des cornes, et capable de faire sortir des rayons laser de ses yeux. 
La mascotte surgit pour la première fois en 1988, sur l'album « Under The Influence ». Elle reviendra régulièrement sur les artworks, mise en situation. Les cornes en moins, le groupe Avenged Sevenfold utilise une mascotte à l'apparence très proche de Chaly : Deathbat.

Overkill under influence chaly


« Killbox 13 » (2003) et « ReliXIV » (2005) maintiennent la recette heavy thrash d'Overkill, de même qu' « Immortalis » (2007), fidèle au thrash metal nerveux, cependant que le batteur Tim Mallare laisse sa place à Ron Lipnicki et que Ranndy Blythe (Lamb Of God) est sollicité pour un featuring sur le morceau « Skull And Bones ».
« Ironbound » (2010) est suivi par le très dynamique « The Electric Age », percutant et efficace tout au long de ses cinquante minutes. « White Devil Armory » (2014) a la lourde charge de lui succéder. Il s'en sort plus qu'honorablement puisqu'il sera l'album le mieux classé de la carrière du groupe.
Overkill white devil
Après avoir fait patienter les fans avec le coffret « Historikill: 1995–2007 », Overkill revient en 2017 avec « The Griding Wheel ». Bobby Ellsworth expliquait à HARD FORCE : « Ce qui me plait vraiment sur The Grinding Wheel  est qu’il est d’une grande diversité. Il y a de la New Wave of British Heavy Metal, du metal classique, de l’énergie thrash, du rock 'n' roll, du groove, du punk… » 
Après cet opus, le batteur Ron Lipnicki quitte le groupe, cédant sa place à Jason Bittner (Shadow Falls) pour l'album « The Wings Of War » (2019), qui sait se faire complexe (« Heads Of A Pin »).

La pandémie qui frappe la planète repoussera à 2023 la sortie de l'album suivant.

OVERKILL 2.- Le nouvel album : « Scorched »

Le fait de sortir en même temps que « 72 Seasons » de Metallica aura peut-être éclipsé à vos yeux le nouvel Overkill ? Il est grand temps de vous rattraper ! Et « Scorched », qui donne son titre à l'album, est une p*** d'entrée en matière qui va remettre vos pendules à l'heure ! 

Pour l'artwork, Overkill retrouve Travis Smith qui signait déjà « The Wings Of War ». Bobby Ellsworth expliquait à Radio Metal :  « Nous avons suggéré à Travis Smith l’idée de l’ouroboros, le serpent circulaire qui mange sa propre queue, je crois que ça vient de la mythologie grecque. Il a commencé à utiliser notre chauve-souris à la place du serpent et ça a continuellement évolué. »
Overkill
Bobby Ellsworth éructe comme un démon. Il enchaîne sur un morceau de speed metal à la Accept («Goin' Home ») et ne faiblit pas en suivant (« The Surgeon »). « Wicked Place » est groovy et peut rappeler sur le pont un Black Sabbath en mode thrash. 

« Won't Be Comin Back » rappelle Judas Priest. « Know Her Name » tire plus vers le timbre porcin de Dirkschneider. « Harder They Fall » met le pied au plancher avec des rythmiques d'une rapidité extrême. « Bag o' Bones » fait cingler les cordes et clôt l'album en mode groovy.
Fidèle à lui-même, Overkill alterne le heavy, le speed et le  thrash metal en multipliant les déflagrations. L'inusable formation américaine n'a rien perdu de sa hargne ni de sa puissance. Elle garde sous le pied largement de quoi vous faire headbanguer et réussit à nouveau un excellent album heavy-thrash qui ne vous posera pas question.  Plongez dans cette galette sans hésiter et sans risque d'hydrocution : elle est à la hauteur de la carrière de cet énorme groupe.

VOIVOD (thrash metal), Morgöth Tales (21/07/2023)

Le 28/06/2023

Ils ont contribué à écrire l'histoire du thrash metal : VOIVOD fête ses quarante ans en cette année 2023 !

Pour l'occasion, les pionniers québecois ont annoncé la sortie d'un album studio spécial anniversaire qui retrace leur évolution, un opus intitulé « Morgöth Tales ».
Voivod cover
Ce nouvel opus a été enregistré et mixé par Francis Perron au RadicArt Studio etmasterisé par Maor Appelbaum (Faith No More, Overkill).
Produit par Voivod, « Morgöth Tales » comprend de nouveaux (ré)enregistrements en studio par le line-up actuel du groupe de neuf morceaux spécialement sélectionnés et pas si évidents de l'arrière-catalogue hyper classe et extrêmement diversifié du groupe (entre 1984 et 2003) ainsi qu'une toute nouvelle chanson qui donne son titre à l'album : « Morgöth Tales ».
L'occasion pour l'auditeur de retracer le parcours musical du groupe et de matérialiser en une seule écoute toute son évolution.
Le batteur de Voivod, Michel "Away" Langevin, dit à ce propos :
« Morgöth Tales  couvre quarante ans d'exploration spatiale. C'était vraiment excitant pour nous de revisiter une partie plus obscure du catalogue Voïvod, du thrash-punk au prog-metal en passant par…? La chanson titre est une nouvelle chanson, que nous avons commencé à écrire dans le bus de tournée et les hôtels lors de la tournée européenne d'Opeth en novembre/décembre 2022. Elle a l'ambiance de la musique expérimentale que nous faisons de nos jours, avec une nouvelle tournure je pense. Nous avons également eu le grand plaisir d'impliquer E-Force et Jasonic sur cet album. J'espère que vous l'apprécierez, Chewy, Rocky, Snake et moi nous sommes certainement amusés à l'enregistrer. Tous à bord et prêts à décoller ! »

Pour l'occasion, Voivod a invité deux anciens bassistes de la formation : Eric Forrest et Jason Newsted, qui font chacun un featuring sur un morceau.
« Morgöth Tales » succède à « Synchro Anarchy », quinzième album de Voivod, toujours disponible ici : https://voivodband.lnk.to/SynchroAnarchy

« Morgöth Tales » sera accessible aux formats suivants : 

  • CD Jewelcase de Ltd. aux formats O-Card et Digital Album, accompagné d'une cover de "Home" de Public Image Ltd. en bonus.
  • Vinyle noir 180g et avec un livret LP de 4 pages
  • Vinyle blanc 180g et avec un livret LP de 4 pages Ltd. 800x copies (Canada & www.cmdistro.de)
  • Vinyle vert transparent 180g et avec un livret LP de 4 pagesLtd. 800x copies (Canada & www.cmdistro.de)
  • Vinyle rouge 180g et avec un livret LP de 4 pages– Ltd. 300x copies (VOIVOD outlets)

« Morgöth Tales » sortira le 21 juillet 2023 via Century Media Records.

XENTRIX, Seven Words (sortie le 04/11/2022 - chronique)

Le 19/09/2022

S'il excelle dans la vitesse d'exécution, le quatuor britannique ne la recherche pas systématiquement.

Xentrix, est un groupe de thrash metal anglais fondé en 1985 (sous le nom de Sweet Vengeance) par  le guitariste Chris Astley. Il est cité comme l'un des Big Four du thrash anglais avec Acid Reign, Onslaught et Sabbat.
Il présente le 04/11/2022 chez Listenable records son septième album :

« Seven Words ».

Xentrix coverDan Goldsworthy (Alestorm, Accept) en a réalisé l'artwork.
Le guitariste Kristian Havard commente :
« Ce LP est l'aboutissement des deux dernières années où nous avons expérimenté et essayé de nouvelles idées. Cela ressemble à un grand pas en avant pour le groupe, mais sans s'éloigner de notre passé Thrash Metal et j'ai hâte que les gens l'entendent. »
« Seven Words »  a été enregistré au Royaume-Uni dans les studios Backstage du Derbyshire et Viscon dans le Lancashire, l'album a été mixé et masterisé par Andy Sneap (Judas Priest, Exodus, Megadeth).
S'il excelle dans la vitesse d'exécution, le quatuor britannique ne la recherche pas systématiquement et en tous cas il ne s'y emploie jamais au détriment de la mélodie. Il sait d'ailleurs parfaitement développer sa puissance en introduisant des riffs carrés dans le mid-tempo (« Everybody Loves You When You’re Dead »). Il réalise ce faisant un album bien conduit, totalement Bay Area thrash metal compatible, c'est à dire un bon opus de thrash exécuté dans les règles de l'art.

Un peu de dissonnance (« My War »), d'arpèges (« Everybody Loves You When You’re Dead », « Anything But The Truth »), un timbre ce voix dans la veine d'un James Hetfield, des guitares volontiers jouées à la tierce, une section rythmique décidée, et surtout de belles passes instrumentales telles que le thrash sait en produire, voici en substance ce qui vous attend dans ce septième album de Xentrix, qui plaira au fans de Metallica et de Testament.

LISTENABLE RECORDS : Ca thrash pour moi !

Le 08/09/2022

Le label français Listenable records a annoncé la signature du groupe de thrash metal suédois Eternal Evil.
Eternal evil band
Influencé Slayer, Kreator, Destruction et Exodus, Eternal Evil s'est formé à Stockholm en 2019. Le groupe a l'intention de perpétuer l'héritage de la folie des débuts du Thrash classique à haute énergie.
Leur démo « Rise of Death », rapidement épuisée, a été rééditée par Iron Fist et Redefining Darkness Records. Ce dernier label a sorti le premier album du groupe « The Warriors Awakening... Brings The Unholy Slaughter » (voila un titre qui sent bon le thrash !) en novembre 2021.
Aujourd'hui, Eternal Evil arrive chez Listenable Records. Il sortira son deuxième long format en 2023.
Eternal Evil sera en concert à Paris (Le Klub) le 13/09/2022.
Eternal evil tour
Line-Up :

  • Adrian Tobar – chant, guitare
  • Tobias Lindström – guitare
  • Jacob Livåg – basse
  • Alphonse Bouquelon – batterie

Wraith - Black Knife - Graveripper - Unholy Night : Faster Than the Fucking Devil (split album - 2022)

Le 05/09/2022

Si vous êtes amateur de thrash metal, jetez une oreille sur « Faster Than the Fucking Devil », un split-album proposé le 02/09/2022 par le label américain Wise Blood Records.
Son artwork est signé Eyedust.
Split faster than the fucking devil
Cette galette propose quatre formations pour un total de onze pistes.
Wraith ouvre la voix pour trois titres d'un thrash old school typique du genre et qui n'est pas sans rappeler les débuts de Metallica et ses accélérations speed metal.
Black Knife prend ensuite la main pour trois morceaux et patine l'album d'un son plus punk, joué dans l'urgence — aucune des trois compositions n'atteint les trois minutes — tirant sur le black dans des accélérations fulgurantes.
Graveripper garde le pied au plancher et les vociférations de son chanteur n'apportent aucune pause sur les trois titres proposés. Le son est plus cru pour cette formation qui se caractérise par un sens du riff parfaitement solide.
Seule participation qui ne soit pas américaine sur ce split-album, Unholy Night est Moscovite. Il conclut l'opus avec deux titres thrash'N'roll à la dissonnance bienvenue, bien exécutés, au son un peu plus clair que les précédents morceaux.
« (Call Me) The Destroyer », « Land Of The Dead », « Satanic Commander », « Tomb Of The Opressor » ou encore « Louder, Angrier », les titres colorés des compositions de cette galette vous donneront le ton de son écoute. Si le son peut manquer d'homogénéité, ce qui s'explique par le contenant, « Faster Than the Fucking Devil » reste dans la course en proposant de bonnes compositions d'un thrash énergique et instantané taillé pour les amateurs de old school.
Le Lien :

FESTIVAL METAL UP THE OPERA 2022

Le 04/09/2022

Live-report du 3 septembre 2022 à l'Opéra de Nice

Par Dam'Aël pour http://www.ahasverus.fr/

 

L'IMPROBABLE est arrivé à Nice!

 

Serait-ce l'évènement majeur de cette rentrée 2022 qui semble déjà bien fournie...

Pas la peine d'être le p'tit rat d'opéra fouinant ici et là pour découvrir ce 3 septembre l' EXCEPTIONNEL, mettant en exergue de façon magistrale une ouverture d'esprit qui fracture nette les codes habituels. Peut-être certains coincés du popotin l'évoqueront comme l'INTOLERABLE! Comment avons-nous pu laisser faire cela?!... Franchement : Jouissif!!! Bertrand ROSSI êtes-vous désormais désavoué par ces quelques irréductibles? J'ose espérer que non. En tout cas, vous faites le buzz dans le monde du Metal et dans le monde de l'évènementiel. Merci à vous.

 

l'avant-concert :

Tout se déroule dès les 16 h avec sur le parvis de l'opéra de Nice, une prestation de Common Enemies et de Liepzig  pour se terminer aux alentours des 20h, avec celle de Schrodinger , avant l'ouverture des portes vers une envolée dans l'extrême. 

Les Métalleux tatoués ou pas, vêtus de cuir noir ou pas, enchainés de pacotilles ou pas... foulent le perron de l'Opéra de Nice, investissent les sièges des loges et du parterre pour un festival Metal. Avec exubérance ou non de la part des envahisseurs, rassurez-vous, l'opéra a gardé toute sa splendeur et toute son âme érigées sur l'art et la passion. Ce 3 septembre cochait bien toutes les cases de l'art musical et de cette passion livrée avec beaucoup de générosité par les trois groupes qui se sont produits ainsi que par celle d'un public averti, très spécialisé et très mélomane, respectueux vis à vis des groupes de Metal et du lieu.

 

 

metal up the opera heart attack

 

Le festival :

Ce concert complètement décalé débute avec le groupe niçois de Death mélodique  Unchained formé en 2010 par le batteur Olivier Gavelle (ex-ACE, ex-Dirty Side, Kragens, Sticky Finger) et Jonathan Rabache à la guitare. Beaucoup d'émotion pour eux dans ce lieu prestigieux et énormément d'énergie pour fêter leurs retrouvailles avec la scène. On notera que le "papi" du groupe affectueusement interpelé par Pierre (le chanteur) lors de leur show (non Pierre, Olivier n'est pas né en 1885), déborde d'énergie et n'hésite pas à nous offrir avec passion des acrobaties de baguettes sur tempi extrêmes. Les watts et décibels ont fait trembler les murs de l'édifice. Une excellente mise en jambe avec le groupe Unchained qui a livré des compositions techniques et des lignes de chant parfaitement tenues, maitrisées et bien envoyées.

 

Olivier Gavelle (batteur)

 

 

UNCHAINED

 

Suit en seconde prestation et pas des moindres, celle du groupe à l'origine de cet évènement HEART ATTACK. Tout commence lors de la pandémie avec une envie un peu étonnante, celle de vouloir réaliser le clip du titre Wings Of Judgment issu de leur troisième album "Negative Sun", sorti sur le label Atomic Fire Records , enregistré, mixé et masterisé par Sebastien Camhi  de Studio Artmusic . (Cela n'est pas sans me rappeler l'initiative de Jennifer Gervais de Dust in Mind très déterminée à réaliser le clip d'un de leurs titres sur la Tour Eiffel).

 

 

  Au vu du résultat et avec cette envie croissante de vouloir innover et se renouveler, le directeur de l'Opéra Bertrand Rossi décide d'ouvrir la saison 2022/23 avec un festival qui marquera au fer rouge un tournant historique dans l'histoire de ce magnifique édifice inauguré en 1885. Et dommage pour tout ceux qui ont manqué le rendez-vous. C'est donc une occasion extraordinaire de faire la release-party de ce nouvel album et d'offrir au public un concert d'exceptionnelle qualité ponctué de surprises ; prestation scénique et magie dans un lieu unique! L'Opéra a vibré au sens propre comme au sens figuré autant que son public très réactif et respectueux, saluant cet instant étonnant et détonnant. Un grand remerciement au groupe cannois qui a vraiment  fait preuve d'une magnifique générosité et s'est donné les moyens d'offrir un concert mémorable.

 

 

 

L'Opéra tape plus haut et plus fort a en devenir plus que percutant. Place à Les Tambours du Bronx venu de la Nièvre pour la plupart pour fêter l'évènement à grands coups de martèlements et de percussions foudroyantes. Onze percussionnistes de tous ages hyper-dynamiques cassant à tout va les énormes bois sur des fûts martyrisés -pour la bonne cause-, deux guitaristes, un bassiste, un électro-claviériste, Renato Di Folco (Flayed, Trepalium, Dropdead Chaos) au chant et FRANKY COSTANZA (ex-Dagoba, Blazing War Machine) à la batterie. On note l'absence de Reuno et de Stéphane Buriez qui étaient précisés sur l'affiche.

 

 

Un show tout aussi époustouflant que celui de ces  prédécesseurs, enchainant les titres dans une nuée de vibrations magistrales jusqu'à venir percuter nos corps d'ondes évidemment très positives. Les murs de cet édifice majestueux va-t'il tenir face à cette énergie vibratoire aussi intense  ; bien sûr, et il va s'en nourrir pour son futur. Renato donne le meilleur de lui, ne lâche rien bien au contraire et se plaît à faire monter la pression salvatrice du Metal percuté sur la scène en synergie avec son complice Franky qui ne ménage ni ses efforts ni sa monture ; ça tape et ça fracasse sévère dans une harmonie virulente où d'aucun ménage ses forces. Perlent à la fois les gouttes de ces efforts titanesques que les notes vrombissantes extraites sans ménagement de chaque instrument. 

La même folie se joue dans le public conscient de l'évènement qui se joue ce 3 septembre à l'Opéra de Nice, acteur à part entier et spectateur d'un moment où le temps s'arrête. 

 

Je citerai pour terminer Bertrand Rossi : " Je suis heureux d'accueillir dans cette salle un public qui se rapproche de celui de l'opéra : respect des artistes, du lieu, et d'un public qui aime par dessus tout la musique. C'est pour cela que j'avais envie d'en faire un évènement." (Interview de Pascal Linte)

 

Un grand merci pour cet extraordinaire moment, magique, rempli d'émotion, d'altruisme et de don au sens large. Dam'Aël

 

 

Heart attack album 2

 

 

 

 

STITCHED UP, Jupiter Jazz and the Suicide Cult (2022)

Le 22/08/2022

Basé à Austin (Texas), Stitched Up trouve ses influences dans la scène punk-rock des années 60/70 et dans le thrash des années 80 et 90. Il a sorti son premier album en 2018 et a partagé la scène notamment avec Otep, I Am Morbid, Doyle et Combichrist.
Le 26/08/2022, le trio américain revient avec un nouvel album intutulé « Jupiter Jazz and the Suicide Cult ».
L'artwork est signé James MacMorran et Neo Sabbath.
Stitched up
Cultivant un côté hardcore et in your face façon Pro-Pain, Stictched Up compose pied au plancher un album de thrash-punk au vocaux furieux, garanti sans édulcorants.
Produit et mixé par Kfir Gov aux Evil Snail Studios, il est masterisé par Maor Applebaum (Halford, Sepultura).
Il est illustré par le clip « Goat Fucker ».

Line-Up :

  • Matthew MacMorran: Guitare/Chant
  • Chris Roger : Basse/Chant
  • Rom Gov : Batterie

Avec James MacMorran au clavier.

Lien :

TONIC BREED, Fuel The Fire (EP - 2022)

Le 22/08/2022

Tonic Breed était un groupe de thrash/heavy norvégien qui prenait naissance en 2006 sous la forme d'un quatuor. Après trois albums, il splittait en 2019. Mais son guitariste/chanteur Patrik K. Svendsen décidait de le ranimer sous la forme d'un projet solo dont il présentait au cours de l'été 2022 le premier opus :

« Fuel The Fire »
Tonic breed

« Fuel The Fire » est un EP quatre titres, un patchwork thrash d'environ seize minutes réalisé dans plusieurs pays avec des ingénieurs du son différents et des musiciens aux styles variés.
On trouve ainsi :

  • Dirk Verbeuren (Megadeth) et Bernt Jansen (Artch/Wig Wam) sur la première piste, Fuel The Fire
  • Björn Strid (Soilwork) et Martin Skriubakken (Endezzma) sur le titre No Rocks On The Scotch
  • Oliver Palotai (Kamelot) sur le morceau suivant, H. E. Antagonist

Les quatre pistes sont signées Patrik K. Svendsen.
Le ton d'ensemble est donné par le titre « Fuel The Fire ».

Le morceau rappelle immanquablement le son des groupes de la Bay Area du début 80's.
Les morceaux sont bien structurés, d'une complexité intéressante et fluide, servis par une production puissante. L'interprétation est évidemment totalement maîtrisée. Elle tisse un mur de riffs particulièrement dense. La conclusion arrive avec « Blood Moon » un titre plus lent, sans invité, mais qui reste pertinent. Tout à la fois moderne et respectueux d'une certaine tradition, « Fuel The Fire », l'EP, a de quoi satisfaire les amateurs de thrash metal les plus exigeants. Il est disponible depuis le 22/07/2022.

Le Lien :

HEART ATTACK, Negative Sun (2022)

Le 16/06/2022

Notre amie Max, être issue de la scène malgache, ça lui confère un oeil neuf sur la scène française. Aussi quand elle nous parle de coup de coeur pour un groupe local  (avec Max, tout ce qui n'a pas la notoriété d'un Slayer ou d'un Metallica est catégorisé « groupe local » ...) sur le salon privé du zine, ça appelle notre attention.Son dernier coup de coeur, c'est Heart Attack.

Heart attack album
L'album des Cannois s'appelle « Negative Sun ». Pochette noire et blanche, inhabituelle pour le genre. La précédente, le tigre au costard, était très colorée.
Elle s'est pas loupée, Max ! L'accroche des Cannois, façon tribale, très bien ficelée ! Une promesse ! Les trois titres qui suivent vous font passer le mur du son.

Le rythme ne ralentit que sur la piste suivante, « The Messenger », mais même durant cette pause le son reste heavy ; les riffs claquent  façon fouet.

L'album repart en mode laminoir avec « Twisted Sacrifice ». 

Chaque titre est prétexte à headbanguer.
Septième piste déjà ? Ca fuse ! L'album ne fait que quarante-quatre minutes pour dix titres. Les guitares dominent. Le rythme est menaçant.  Les vocaux sont hargneux, bien doublés en saturé. Le pont martelé en milieu de compo de ce septième morceau est aussi efficace et méchant.
«  Take Your Pride Back », plus classique, plus rock, ne rompt pas le rythme. Les guitares tricotent joliment.

«  Negative Sun » donne son titre à l'album. Dernière composition originale. L'intro est fine. L'accélération vient dès la minute passée. Toujours ce rideau de guitares dans un morceau aux grandes variations de tempo.
L'album se termine « Jesus He Knows Me ». Reconnaissable sur le refrain, le morceau de Genesis est sérieusement thrashisé
Heart attack opera
Heart Attack enchaîne les grosses affiches ! Il était au Hellfest le 17/06/2022, il sera au Silak en août, puis à l'opéra de Nice à la rentrée avec Les Tambours du Bronx (feat. Séphane Buriez, Franky Constanza et Reuno ! des légendes de la scène française !), Unchained complètera la programmation.
Le Metal (et quel Metal !) à l'opéra... Super idée, non ?

Les Liens :