ROCK

LAST TEMPTATION "FUEL FOR MY SOUL" (2022)

Le 22/05/2022

Groupe : Last Temptation
Origine: Strasbourg/Paris (FR)
Album: FUEL FOR MY SOUL (20/05/2022) - Chronique d'album
Genre: Hard Rock, Heavy, Grungy teinté de stoner.
Label :  http://http://www.goldenrobotrecords.com/
Par Dam'Aël

 

20220520 180122

 

LAST TEMPTATION : LE GROUPE

 

Evidemment, j'ai cette grande tentation de vouloir vous raconter la genèse et l'histoire de ce groupe dont la création remonte dans les années... ouais, tout dépend à quelle référence on fait allusionner. Bon, partons sur 2010. Donc Last Temptation (LT) voit le jour grâce au Strasbourgeois Peter Scheithauer  qui  a déjà bien roulé sa bosse : sideman pour des groupes aussi divers que Kiss, Megadeth, Testament, Slayer , Belladona et bien d’autres, il est également le fondateur de Stream, Killing Machine et Temple Of Brutality ... Cette formation se forge sur un line-up initial des plus impressionnants puisqu'il invite Bob Daisley (Garry Moore, Ozzy Osbourne),Winnie Appice (Black Sabbath, Dio) et Don Airey (Deep Purple, Rainbow). Malheureusement ou... comble de bonheur selon où nous orientons notre lorgnette, le projet a longtemps traîné, d’abord en raison des plannings hyper chargés de chacun et, d'autre part, Bob Daisley tient absolument à intégrer un chanteur avec des critères très précis; Il le veut inattendu, jeune et frais... mais sans acné! Reste à Peter de relever le défi lancé par Daisley. On peut l'imaginer courir jambes à son cou de métalleux vers le Festival Musica, le Festival des Artefacts, La laiterie ou le Molodoï pour trouver la perle rare. C'est par un pur hasard que le guitariste "tombe" sur des videos de HELLECTROKUTERS, un groupe parisien de hard rock qui, avec deux albums à son actif, envoie du bois qui sait réchauffer les salles les plus glaciales. Et le frontman  Butcho Vukovic dégage une vitalité rassurante et propose un chant plus que convaincant. Le tout sur une expérience de ouf puisqu'il est, entre autres, l'ancien frontman de feu Watcha, le premier groupe de Néo Metal français des années 90 bien pesées (1994-2008). Peter contacte téléphoniquement l'élu pour le job qui, croyant à une blague, se paie le luxe d'envoyer gentiment ballader le 6cordistes en mode "Va te faire pendre avec tes cordes plutôt que de me raconter des carabistouilles". Sauf que Peter ne lâche pas l'affaire et sait convaincre. Après divers échanges d’enregistrements comme démonstration de la qualité vocale de ce jeune français auprès de Bob, la réaction ne s’est pas faite attendre. Bob Daisley dit à Peter : « Voilà, c’est Ozzy qui chante juste ! », « C’est Ozzy, avec un timbre juste. ». L’affaire est pliée! Et Ozzy se lance dans la confiture de rhubarbe. Bon j'déc***.    Un premier album Last Temptation voit alors le jour le 19 septembre 2019 via earMusic.

20220520 105017

 Mais comment gérer les scènes avec un océan qui sépare les Américains des Français en période de pandémie. Il faut donc revoir le projet et faire appel dans l'hexagone, à un nouveau bassiste et un nouveau batteur respectivement Julien Rimaire  (Los Disidentes Del Sucio Motel ) et Vince Brisach (Mitch Ryder) . Peter expliquant: " la nouvelle composition facilite grandement les répétitions, les concerts au pied levé et la préparation des productions d'album".

Ce nouveau line-up ne va pas jouer les touristes en shorts de bain masqués jusqu'aux oreilles; ils vont travailler dur et à l'instar de la foudroyante multiplication virale que nous avons tous subie, le quartet va lui aussi multiplier les titres, jusqu'à une bonne quarantaine pour n'en choisir au final que 11 qui viennent plaquer de Hard Rock Old School les sillons de FUEL FOR MY SOUL, leur second opus. Cependant un nouveau changement intervient au sein de la formation, Farid Medjane (TRUST) reprennant les baguettes de Vincent, c'est donc lui que nous pourrons voir sur scène dans les prochains concerts et pour la suite de l'aventure.        

20220520 142127

 

Au cours de ce périple, le combo réussit un coup de maître en signant sur Golden Robot Records/Crusader Records complété par un contrat de management avec Doug Goldstein, lequel a assuré la gestion du groupe Guns N' Roses pendant 17 années de leur longue carrière. Privés comme tout le monde du spectacle et de la culture, ils n'auront pas pu livrer en live leur premier album mais ont malgré tout eu l'opportunité d'assurer la première partie de Dream Theater  et de présenter  en avant première LAST TEMPTATION sur la mainstage 1 du Hellfest en juin 2019, accompagnés de Steve Unger (Metal Church) et de Stet Howland qui a fait partie des groupes USA de Peter, et a été le batteur de WASP, Lita Ford ou encore Metal Church.                                    

 

LAST TEMPTATION : FUEL FOR MY SOUL

 

20220520 141858

 

En cette nouvelle période de tension internationale et de risque de pénurie énergétique, la solution est toute trouvée; carburer au FUEL FOR MY SOUL à l'indice d'octane LT 2022 qui assure une réaction exothermique d'oxydoréduction capable de réchauffer n'importe quel frileux du genre et les acolytes qui l'accompagnent. Last Temptation, les fans le savent, a pour influence  Black Sabbath, Black Label Society, Ozzy, mais aussi bien d'autres. Il s'inscrit dans un registre Old School des années 80's avec pour priorité le côté organique de la musique et de ses enregistrements; et pas question de faire de compromis sur cet aspect technique et artistique. FUEL FOR MY SOUL est une galette qui ne nous limitera pas aux 80 km/h autorisés dans un tout autre domaine; ces 11 titres savent donner la vitesse d'une écoute en chute libre jusqu'aux dernières secondes. Le quartet a généré une quarantaine de titres avant d'en sélectionner avec précision 11, jetant  les perdants au rebus. Le travail en amont est tel que l'enregistrement de ces 11 compositions a été réalisé en une seule semaine au Downtown Studio de Strasbourg; un enregistrement voulu en live et en prises intégrales de tous les instruments ainsi que la voix afin de respecter les critères rapportés plus haut. Le mixage est délégué à E.BISCAN et la masterisation est assurée par Peter lui-même. L'artwork est de nouveau réalisé par Headbang Design  (album « Throes of Joy in the jaws of defeatism » de Napalm Death, travaux pour des festivals de Stoner...) avec Antoine Defarges derrière le pinceau qui lui donne un style très graphique, une esthétique très colorée et cette dimension intemporelle. Je vous propose dès maintenant d'aller faire le plein à la pompe de Last Temptation pour un voyage chaud comme la braise.

 

EN PISTE :

1. Ashes and Fire :

Le sujet abordé dans « Ashes and Fire » est celui des personnes égocentriques et égotiques qui se prennent pour les rois du monde en utilisant le pouvoir et la violence. Explosif d'entrée de jeu, Heavy au possible, Last Temptation fait rougir les cordes de toutes origines confondues. Butcho Vukovic, le timbre écorché vif, se veut puissant dans un registre qu'il connaît très bien. Quelle est cette petite étincelle nouvelle qu'on perçoit en tendant l'oreille? La basse? La basse!!! Yes, cette basse a une sonorité toute particulière, elle est un poil plus stoner et ça m'plaît! Côté solo, nul doute qu'il s'agisse de Peter; reconnu Pit, sors de derrière les flammes STP. Cependant on remarque une variante importante: il s'y colle un côté mélodique plutôt rare chez le guitariste. A suivre... Concernant la batterie, on note une double pédale efficace sans démonstration ulcérante. Cette première piste est aussi le premier single supporté par une lyrics-vidéo diffusée en septembre dernier.

 

 

 

2. I Believe :

 Mid-tempo qui sonne et résonne, et qui rappelle l'intérêt qu'a le groupe pour le gigantesque Black Sabbath; I Believe confirme le son plus stoner de la basse qui s'associe à la guitare pour donner une atmosphère plus lourde. Le chant et le solo se tiennent un peu plus dans le registre du premier album (ceci n'engage que moi)

 

3. Stronger than fate :

Véritable déferlante de riffs, de notes et une ligne de chant qui défile à vive allure, ce titre est une machine à démonter tête et cou, à éroder tous les cartilages y compris ceux des plus jeunes métalleux; un big one en mode belliqueux, un titre version speed machine infernale dont le final appuyé par la double pédale est un mitraillage de grande envergure. Les nappes de guitare sont magistrales et pourraient faire rougir la horde de United Guitars de Ludovic Egraz. Une tuerie! Ce titre est une véritable tuerie; l'effet Kiss Hot du combo LT!

 

4. I Don't Wanna Be Your God :

Langue pendante, casquette sous le pied écorché vif, débraillé comme un pitre déluré, c'est dans cet état qu'on risque d'appréhender en sortie de Stronger Than Fate, le titre suivant "I don’t wanna be your god". Aux portes du Doom bien sale, gonflé à bloc en saturation, chargé comme un mulet en riffs bien lourds et syncopés, le sujet abordé est à prendre avec un second degré évident et une douce ironie. Mais la réflexion n'est pas bannie de toute interrogation. « ''I Don't Wanna Be Your God'', c'est Dieu qui s'adresse à l'humanité pour expliquer qu'il ne se sent plus responsable d'eux en raison de la façon alarmante dont ils se traitent les uns les autres. Il dit : « Désolé, mais j'abandonne ! » commente le guitariste Peter Scheitauer. Butcho Vukovic réussi ce tour de passe passe en rendant  moins pesant l'instrumental par des lignes de chant savamment recherchées et très mélodiques.

 

 

5. Fuel For My Soul :

Ce titre est un excellent combustible pour notre organisme et notre âme. Fortement influencé par les 70's et plus particulièrement par les britanniques Led Zeppelin dont les gimmicks et les plages de guitare ne sont pas s'en rappeler le fabuleux Whole Lola Love (Page non tournée, toujours au 1er Plan-t-); Butcho sait la jouer au plus près de l'effet voulu dans ce morceau, tant sa capacité d'interprétation est incontestable et incontestée. La basse s'est adoucie et en devient particulièrement mélodique et doucereuse. Fuel For My Soul est un des points forts de cet album qui se veut déjà d'un excellent niveau. On apprécie aussi la section rythmique solide et l'excellent travail fourni par le batteur. Le clip de cette piste est sortie le jour même de la release de l'album organisée au Hellfest Corner par Olivier Garnier de Replica Promotion le 20 mai dernier.

 

 

6. Carousel of hell :

Cette sixième piste fait aussi partie de mes préférées; très groovy, très rythmée, aux plages de guitare qui sauraient plaire à Yann Armellino et à grand nombre de 6cordistes.  Ce morceau est puissant, efficace tant par ses structures, son jeu, son inspiration et le choix des rimes du texte. La batterie sait appuyer la puissance des riffs, la mélodie du chant, par des patterns calmes ou beaucoup plus énervés en soutien inébranlable.

 

7. Free, Strong and Loud :

Pas de doute, ce morceau vous met la patate. Après une introduction très calme sur un duo guitare/basse ou basse reliée à un octaver, j'ai à peine eu le temps de me poser sur mon interrogation que les rockers décident d'allumer le feu en mode combustion Speed Metal. Groovy au possible, plus qu'efficace, très bien foutu et fédérateur au max (les politiques pourraient revoir leur copie...), Free, Strong And Loud est un concentré de Rock multi-fonction qui vaut toutes les recettes du monde, véritable exutoire qui ferait dégringoler le cours boursier de toute la pharmacopée allopathique. Encore une de mes sélections.

 

8. In The Mirror :

C'est sur cette 8ème piste que Last Temptation délivre la ballade de l'album, à la fois mélodique et mélancolique, on confirme le talent du frontman et plus particulièrement la fin vocale qu'il donne à ce titre. L'instrumental est chargé, syncopé, lourd et bruyant, frôlant les limites du noisy sur certains passages. La section est réellement massive, enfonçant le clou de la puissance du texte. 

 

9. Main Attraction :

Pour les fans de Suzy Quatro, ne vous attendez pas ici à trouver un cover de son 8ème album. Rien à voir. Mais écoutez plutôt. Les paroles de ce titre aborde le fait qu'il nous arrive à tous de penser bien agir, d'apporter une plus-value au monde qui nous entoure, mais malheureusement les conséquences peuvent être désastreuses et trop tard pour retropédaler. Le mal est fait. Et Last Temptation sait introduire le sujet et transcrire nos pleurs de notre noir constat, avec cette intro des plus sinistres sur guitares saturées et dissonantes pleurnichardes, à l'effet  très réussi. Bravo les gars. Le ton est donné et bien donné : lourdeur, rythme pesant à l'allure d'un compte à rebours, grungy, au son bien sale aussi sale que nos actions. Le solo tranchant, fusille à tout va y compris nos illusions. Une lyrics video appuie la sortie de ce troisième single depuis début mai dernier.

 

 

10. The Answer :

Où trouver la réponse à cette question princeps : "pourquoi sommes-nous sur terre ? ". Nous pouvons toujours parcourir en long, en large et en travers le dernier Gala du kiosque, tirer les cartes d'un jeu de tarot qu'Antoine Defarges aurait peut-être pu illustrer ou encore demander à la concierge de l'immeuble qui glâne allègrement toutes sortes d'information; le conseil que tente de nous donner le combo est sans nul doute bien meilleur, celui d'avoir cette approche introspective profonde et plus sérieuse. L'instrumental de The Answer est sombre, lourd à l'image de la difficulté à répondre à la question soulevée. Last Temptation rappelle ici ces influences musicales.

 

11. Going Crazy:

Stoner, Doom, Grungy filent la texture musicale de cette étoffe rugueuse tramée par toutes nos peurs. Et ça gratte! Si les guitares stridentes sont les premières à enfiler l'aiguille de ce canevas très Black Sabbath, la basse tisse une très belle partie de cet ouvrage, ourdant un son lourd et vrombissant pesant et alarmant, cependant bien rond. le chant doublé version écho, crée une résonnance telle, qu'elle pourrait se faire le juge de notre conscience. Le pattern de batterie règle à la perfection ce métier à tisser qui délivre cet habit crazy de notre folie humaine. Très bon final pour enfoncer le clou des messages passés dans les 11 pistes de cette galette.

 

NOTRE AVIS :

FUEL FOR MY SOUL marque une réelle évolution  du combo LAST TEMPTATION. Qu'il s'agisse des compositions ou de leur production. Qu'il s'agisse de l'évolution des soli de guitares qui prennent part à la mélodie des titres tout en gardant ce côté agressif et très technique signant la patte très identitaire de Peter. Que cela concerne le nouveau son de la basse qui, apportant un son plus stoner, amène une couleur différente et bien trouvée à cet ensemble instrumental. Qu'il s'agisse du chant de Butcho toujours aussi excellent et qui a su introduire des lignes de chant plus nuancées et peut-être plus caractéristiques du genre donné dans cet opus. Enfin que cela porte sur le travail de la batterie qui met en évidence une recherche toute particulière sur la construction des patterns et de ses nuances. On notera un jeu de double pédale qui ajoute une plus-value très notoire sur l'ensemble des compositions. FUEL FOR MY SOUL est un excellent album qui délivre des compositions puissantes, mélodiques, variées où l'énergie dégagée peut prendre des allures explosives, foudroyantes ou plus pesantes à l'instar des sujets abordés dans les textes. Nul doute à émettre concernant le talent de cette nouvelle configuration du groupe et de sa capacité à envoyer la charge et les watts avec une inspiration et un savoir-faire sans réserve. Last Temptation carbure à l'indice d'octane élevé. Son aisance, son inspiration, sa passion tissent avec brio l'étoffe d'une formation à mettre sur le devant de la scène sans demi-mesure et sans modération. Rendez-vous notamment au Hellfest le 18 juin prochain, en compagnie de The Darkness, Steel Panther, Deep Purple , Airbourne, Dead Daisies. Ouai, les mecs, ils savent aussi la jouer dans la grande cour !

 

DISCOGRAPHIE :

 

19  septembre 2019 : Last Temptation

Last Temptation, 1er album éponyme sorti le 27/09/2019

 

 

Track List :

1 Ashes and fire
2 I believe
3 Stronger than fate
4 I don’t wanna be your god
5 Fuel for my soul
6 Carousel of hell
7 Free, strong and loud
8 In the mirror
9 Main attraction
10 The answer
11 Going crazy

Line up :

Butcho Vukovic (vocals)
Peter Scheithauer (guitar)
Julien ‘Baloo’ (bass)
Farid Medjane (drums) qui remplace Vincent Brisacq

 

Les liens :

https://www.facebook.com/LastTemptationOfficial

http://www.goldenrobotrecords.com/


 

 

 

 

 

 

 

ANGRY SILENCE, « Strange Times Call for Strange Measures » (2022)

Le 18/05/2022

Angry Silence est un groupe breton basé dans les Côtes d'Armor. Il définit sa musique comme un indie rock nostalgique teinté de punk. Il cite pour influences Guided by Voices, Stereolab, Pavement, Sebadoh, Breeders, Pixies, Sonic Youth, Les Thugs, Cleaners from Venus, Sleater Kinney et Television Personalities. C'est le titre d'un morceau de ce dernier groupe qu'il a choisi pour nom.
Après une démo sortie en 2021, Angry Silence présente l'album « Strange Times Call for Strange Measures ».
« Strange Times Call for Strange Measures » est un douze pistes. Il est sorti le 01/04/2022.
La pochette de l'album a été réalisée par Bonjour Grisaille. Dans la suite de celle de la démo, qui présentait une photographie du grand-père de Manu (chant) durant son service militaire, celle-ci rend hommage à son père, disparu quelques semaines seulement avant l'enregistrement de l'album, tandis qu'il acheminait un container de fauteuils roulants à destination des déshérités du Pérou.
Angry silence cover
L'album a été enregistré en mai 2021, dans une grange, en une semaine (une journée par musicien) afin de mettre en avant une certaine spontanéité.
Avec douze plages de (punk-)rock direct, héritières d'une certaine scène française (Les Thugs, Les Dogs), Angry Silence oscille entre la liberté d'un The Clash (« The Battle Still Rages », « Time To Get Real ») et le son chaud et organique d'un Frank Black (« Pissing Rain »). Le social-punk qu'il propose claque efficacement, rock dans l'esprit, rock dans la chair. Parfois presque grunge (« My Mate Jeffrey »), saturant ses guitares (« Day in Day Out »), Angry Silence étonne par ses choix lorsqu'il sert un interlude instrumental ou lorsqu'il reprend un titre oublié de la soul de l'année 1967. Incontestablement, « Strange Times Call for Strange Measures » sonne juste, prenant résolument le parti des laissés-pour-compte et faisant le choix  de l'underground et d'une certaine marginalité pour distribuer sa musique. Authenticité est donc le maître mot de cet album comme de ce groupe de rock, et si l'intention vous séduit nous vous encourageons à les découvrir.
« Strange Times Call for Strange Measures » est disponible en formats CD, vinyle et cassette.
Découvrez l'album ICI.

Les Critiques :

  • On ne peut que saluer ce premier album du groupe, à la fois accessible, viscéral et sans concession, ce qui reste un équilibre pas toujours simple à trouver.
    ExitMusik
  • Strange Times Call For Strange Measures sonne vrai.
    MUZZART
  • On n’est pas là pour remplir les stades, juste exprimer certaines vérités crues et sans filtres apparents.
    Bretagne Actuelle
  • La musique d’Angry Silence dévoile un punk, qui, s’il continue de filer droit, n’a plus peur de lâcher la pression, de se faire plus doux, et d’intégrer une dimension pop.
    Positive Rage

Tracklist :

  1. The Battle Still Rages
  2. Another Sunday Night
  3. Our Place Called Future
  4. My Mate Jeffrey
  5. Day in Day Out
  6. Dark End of the Street
  7. Party's Over
  8. Brother
  9. Pissing Rain
  10. All Beauty Eludes Us
  11. The Best Place in the Sun
  12. Time to Get Real


 

 

 

 

Chronique d’Album : LAURA COX (Southern Hard Blues), Burning Bright (2019)

Le 14/02/2020

Groupe : Laura Cox
Album : Burning Bright (08/11/2019)
Genre : Southern Hard Blues
Origine : Paris
Laura cox firmin de montegut photos
Laura Cox par Firmin de Montégut Photos
Le Groupe :
Fondé en 2013 Laura Cox (initialement Laura Cox Band) est un quatuor de Southern Hard Blues parisien formé autour de la guitariste/chanteuse Laura Cox (c’est son vrai nom) et du guitariste Mathieu Albiac.
Laura se prend de passion pour la guitare vers l’âge de quatorze ans, influencée par la CDthèque de son père et par la comédie américaine de Mark Waters Fricky Friday (2003) dans lequel l’adolescente s’identifie à la jeune héroïne du film, Anna (Lindsay Lohan), qui joue dans un groupe.
Laura poste ses premières vidéos et se fait remarquer grâce à des cover sur Youtube à partir de 2008.
 
 
En 2013, son ami Mathieu Albiac la convainc de monter son premier groupe. Il choisissent pour nom “Laura Cox Band” afin de distinguer la formation de ses activités de Youtubeuse.
Le line-up Laura/Mathieu, est complété par François C. Delacoudre (c’est LE bassiste choisi pour accompagner de sa basse les vingt-quatre virtoses du projet United Guitars, ça vous donne une idée du niveau) et Antoine Guerin (batterie).
Le groupe sort “Hard Blues Shot”, son premier album, en 2017, annoncé notamment par le clip éponyme :
 
Craignant d’égarer ses fans, Le Laura Cox Band décide de changer son nom en Laura Cox. La chanteuse s’en explique dans une interview :
“Les groupes dont le nom finit par "Band" jouent généralement du blues, or ce n'est pas exactement ce que nous faisons. Cela créait une confusion, car nous étions parfois programmés sur des affiches où les gens pensaient que nous étions un groupe de blues. Si on ajoute à cela que le premier album s'appelle "Hard Blues Shot" (2017) et que nous avons un single sur le nouvel album qui s'intitule "Bad Luck Blues", la connotation blues commençait à être trop présente, même si c'est une des influences de notre musique, mais nous sommes un groupe de rock avant tout.”
(source : https://www.guitariste.com/interviews/laura-cox,5684,1.html)
La structure des compositions du groupe est signée Laura Cox/Mathieu Albiac. Laura revendique l’influence de Mark Knopfler, Slash et Joe Bonamassa. Les compositions de Mathieu sur le premier album s’inscrivent dans la lignée d’un Hard-Rock à la AC/DC.
En seulement deux albums, Hard Blues Shot (2017) et Burning Bright (2019) Laura Cox compte plus de 210 000 followers sur Facebook.
Voyons maintenant...

 

L’album :
“Burning Bright” est un dix pistes pour quarante-deux minutes.
Laura cox1
LAURA COX, Burning Bright (2019)

 

Banjo, dobro et lap steel font partie des instruments utilisés par Laura Cox sur cet album.

Freaking Out Loud et Bad Luck Blues comptent parmi les clips choisis pour illustrer l’album.

 

Enregistré à Bruxelles, aux ICP Studios, Burning Bright est masterisé par Howie Weinberg (Oasis, Aérosmith, The White Stripes).
Ces données objectives énoncées, voyons un peu...
Les Critiques :

 

Notre Avis :
Après un premier album très bon mais bicéphale, le duo Cox/Albiac harmonise ses influences et délivre un songwriting d’une parfaite homogénéité et d’une qualité inaltérée de titre en titre.
Si la virtuosité des guitares n’était plus à vanter, le chant de Laura Cox est lui aussi très agréable, laissant poindre sur certains morceaux un léger vibrato qui colle au Southern comme un gant.
S’il est prématuré à ce stade de clamer haut et fort que Laura Cox est le taulier du Rock français, il est néanmoins certain que ce groupe talentueux s’est fait faire un double des clés.
Burning Bright est le classique de Rock qui manquait à votre CDthèque et Laura Cox, qui s’exporte bien, est l’un des fers de lance de la nouvelle scène - puisse-t-il en devenir la locomotive !
Il me reste à vous donner...
Les Infos Utiles :
Laura Cox est sur Facebook :
https://www.facebook.com/lauracoxofficial/
Laura Cox est sur Spotify :
https://open.spotify.com/album/7lOutDr84PlBG1OAAylOAW
Laura Cox est en tournée en Espagne, en Allemagne mais aussi à Ris Orangis, Castres, Narbonne, Samoens... Toutes les dates sur :
https://www.lauracoxband.com/
 

DÄTCHA MANDALA : Janis

Le 09/05/2022

Le trio de heavy rock Dätcha Mandala sortira « The Last Drop », son nouvel opus, le 20/05/2022   chez Mrs Red Sound (label créé par le groupe Mars Red Sky).
Datcha mandala par julien dupeyron
Dätcha Mandala par Julien Dupeyron


Il s’agira d’un cinq pistes qui sera accompagné d’un documentaire vidéo intitulé « In Studio With Dätcha Mandala ».
Les cinq titres ont été enregistrés avec le producteur anglais Clive Martin (Queen, Tom Yorke, The Cure, Skunk Anansie) au studio Cryogène Prod à Bègles (33) et masterisé par Bill Skibbe de Third Man Mastering (Third Man Records) à Detroit (USA). Ce dernier commente ainsi sa collaboration avec Dätcha Mandala :
« Ils m'ont envoyé des morceaux fantastiques et parfaitement enregistrés, le son était incroyable ! J'ai vraiment beaucoup aimé écouter leurs jams. Les compos et leur interprétation sont extraordinaires ! »
L’artwork est signé Julien Dupeyron.
Datcha mandala artwork
En attendant la sortie de l’EP, Dätcha Mandala a dévoilé le single-clip « Janis », à propos duquel le groupe explique :
« Le point de départ est une jam guitare/batterie entre Jb et Jerem au local du groupe. Nico arrive ensuite, pose une mélodie vocale, et propose une idée de pré-refrain qui nous fait penser au titre Piece of my Heart de Janis Joplin. Il n’en fallait pas plus pour qu’on lui rende hommage. »

« The Last Drop » sortira aux formats CD digisleeve et digital accompagné du documentaire vidéo « In Studio With Dätcha Mandala » dans lequel vous pourrez découvrir  le processus créatif des Bordelais sur des images de studio filmées en noir et blanc par Roger Merpillat.


Tracklist :
1. Janis
2.​L.A. Hippie
3.I & You
4.Carry On
5. Hit & Roll
Line-Up :

  • Nicolas Sauvey - chant, basse, harmonica
  • Jérémy Saigne - guitare, chant
  • Jean-Baptiste Mallet - batterie, chant

 

WYVERN "RADIATIONS" (Album 2022)

Le 06/05/2022

Groupe : Wyvern
Origine: Toulon (FR)
Album: RADIATIONS (18/03/2022) - Chronique d'album
Genre: Rock Progressif, atmosphérique, Cinématographique
Label :  Whormholedeath (Italie)
Par Dam'Aël

 

 

WYVERN : LE GROUPE

 

Wyvern!?... Est-ce cette envie de voguer sur les eaux du Metal Progressif à l'instar de ce magnifique 2 mâts norvégiens du même nom de 1897 naviguant sur les eaux nordiques, ou la nostalgie de certaines radios nées dans les années 80 avec notamment celle qui diffusait dans le Herefordshire et la Worcestershire, qui a motivé ces quatre jeunes Sudistes à choisir ce patronyme. A priori pas du tout! La tramontane, le poulen, le ponant, le mistral ou encore l'aguieloun soufflent dans la rade de Toulon et ramènent quelques souvenirs... celui d'un ancien groupe dans lequel le papa de Laurent et Aurélie tenait place. Un formatage paternel, affectif mais pas que... est à l'origine de cette histoire.

WYVERN le groupe

Wyvern s'est formé en 2016 dans la région du Var (83) avec une envie puissante de donner une suite logique à leur formation artistique. Tout droit sortis du Conservatoire TPM de Toulon, Julien Wetterwald * à la guitare et au chant, Aurelie Martin ** à la basse, Laurent Martin *** aux claviers et Alexandre Prs **** à la batterie s'essaient à un style de Rock progressif y associant des sonorités Metal teintées d’électro. 

* étudiant au conservatoire de Toulon depuis l'âge de 6 ans, Julien obtient un Brevet d'Études Musicales (BEM) de solfège en 2013 avec Mention bien puis un BEM de guitare en Mai 2018 avec Mention très bien et les félicitations du jury. Actuellement en fin de cycle du cursus de guitare en "Musiques Actuelles" il a comme objectif de devenir enseignant au conservatoire.

** Aurélie :  BEM classique en solfège / BTS Design Graphique communication des medias numériques

*** Laurent : BEM classique en piano et solfège / DUT MMI (metier du multimédia et de l'Internet) / LP TSI (license pro techniques du son et de l'image) / en train de passer le CEM classique en piano 

**** Alexandre : en cours d'ontenir le BEM musique actuelle en batterie et solfège 

Wyvern devient lauréat du tremplin Classeurock qui le propulse sur la grande scène du cours Mirabeau à Aix-en-Provence en 2017 pour la fête de la musique en première partie d'Aqme et Blazing war machine. Il est vainqueur du tremplin Rockavalaire en 2018 et sélectionné par RTL2 pour la fête de la musique 2019 à Saint Raphaël...

2021 est une année importante dans le cursus du quartet avec cette signature sur le label italien Whormholedeath.

https://www.youtube.com/channel/UCDf3BAPumpCkSMXVJ7w17iA )

 

DISCOGRAPHIE :

 

En Janvier 2018 ils sortent leur premier album de 11 titres autoproduit «World Product».  https://0wyvern0.bandcamp.com/album/world-product


Le 23 Mars 2019 c’est l’EP 2 titres « Moonshine & Neoworld » qui fait son apparition, ce dernier étant entièrement enregistré par Sébastien  Camhi au StudioArtmusic». https://0wyvern0.bandcamp.com/album/moonshine-neoworld


En Novembre 2019 le premier clip du groupe (réalisé par Nicolas Fournier ) illustrant le titre Moonshine de leur EP est diffusé sur YouTube


Ils reviennent en 2022 pour leur second opus RADIATIONS. 

 

L'ALBUM :  RADIATIONS

 

L album radiations de wyvern

Présenté en version digipack le 18 mars 2022, les 7 titres de la galette Radiations délivrent près de 40 minutes de Metal Progressif qui joue l'alliance entre la musique et le 7ème art. " Notre communauté et nos auditeurs nous disent généralement que nous sonnons comme un mélange de Muse, Pink Floyd, Dream Theater et Devin Townsend. Le son Wyvern a été façonné par un large éventail d'artistes et de genres musicaux, mais surtout des groupes comme Leprous, Muse, Porcupine Tree, Devin Townsend, Haken, Avenged Sevenfold, Dream Theater.  « Nos influences viennent des différentes musiques que nous écoutons, ça peut être des groupes ou des artistes solo, de différents genres musicaux. Il peut également s'agir de films, de séries ou de jeux vidéo. " dixit le groupe.

C'est la raison pour laquelle ils ont donné vie à l'histoire narrée dans leurs chansons à travers une petite série de 4 vidéo-clips cinématographiques, 3 réalisés sous la direction de Nicolas Fournier et un, sous la collaboration  de Elisa Lecourtois pour l'animation du titre Amnesia, clips qu'ils ont diffusés du 18 février au 11 mars avant la sortie officielle de l'album. Ceci a été possible grâce à une contribution-crowdfunding largement atteinte via Helloasso.

 

Le travail de composition et d'écriture des textes est réalisé  pour une grosse partie par le claviériste Laurent, multi-instrumentiste à la productivité assez exceptionnelle. S'il fallait inventer le bouton off-humanoïde, ce serait forcément pour lui. Initiant les titres soit à partir de riffs de guitare, soit à partir de ses claviers, ou encore prenant comme support des banques de sons préexistants qu'il transforme pour leur donner une version plus identitaire, le plus gros du travail est ensuite présenté aux autres membres pour un peaufinement jusqu'aux moindres détails.

Fidèle au Studio Art Music (83), c'est Sébastien Camhi qui s'est occupé du travail d'enregistrement et du mixage des pistes. Le mastering a été confié à Kai Stahlenberg du Kohlekeller Studio (Seeheim-Jugenheim) en Allemagne. Quant à l'artwork, c'est la cinq-cordiste Aurélie qui s'est fait plaisir en réalisant le dessin de la pochette et Nicolas Fournier qui a mis la touche finale sur le design du titre de l'album. 

 

Tracklist:


01. Radiations (8:02)

"Radiations est un long morceau d'introduction qui retranscrit à travers les yeux d'une personne (Adam), l'arrivée de Radiations dans un monde paisible. Il est seul à survivre à ce cataclysme, sans comprendre pourquoi... Comme s'il était voué à survivre seul dans ce monde dévasté". 

C'est dans un univers d'arpèges électro-acoustiques que s'ouvre le parcours d'Adam et le nôtre dans Radiations. Le synthé et la batterie s'invitent à mi-distance dans la 3ème phrase musicale de cette longue introduction instrumentale, rejoints en 8 temps, 2 mesures par une basse lourde et sombre. Un duo basse / batterie qui donne une couleur inquiétante à ce tableau musical et au nouvel environnement d'Adam. Le chant clair et mélodique est supplanté par un scream soudain et violent. On note l'intervention de Alan Dufrêne pour les screams du titre, uniquement sur l'album (ce sera aussi le cas sur Amnésia et The Traveler).  Un morceau au décor changeant dont le rythme se module tout au long de ces 8:02.


02. Amnesia (5:27)

Le morceau « Amnesia » est un long rêve de notre protagoniste « Adam » qui essaie tant bien que mal de trouver un moyen d'échapper à ce nouveau monde sans espoir. Le monde réel ayant été dévasté par les radiations, Adam se réfugie dans ses rêves pour y créer son monde. Au début, tout va bien pour lui, il se découvre des pouvoirs de création qu’il n’avait pas dans le monde réel, il y découvre des paysages d’une pureté qu’il ne croyait jamais revoir. Mais plus son rêve avançait, plus il devenait instable et dangereux, jusqu’à ronger Adam de l’intérieur et ne plus lui permettre de se réveiller. "

Amnesia est plus électronique, plus moderne. Ses sonorités relèvent de ces musiques de dessin animé confirmées par l'animation-clip proposée le 18 février  par Elisa Lecourtois pour supporter cette deuxième piste. Le chant de Julien, très varié, propose des nuances très basses, parfois plutôt pop, sur fond plus délirant. Le passage screamé assuré par Alan apporte ce côté angoissant au stress rencontré par Adam, en opposition  avec les passages mélodiques chantés en voix claire par Julien. Les structures sont travaillées, recherchées et les sonorités plus électroniques contrastent avec ses passages plus classiques de l'interlude guitare/synthé  aux environs des 4 minutes.

 


03. Black Medicine (5:52)

Dans « Black Medicine », on assiste à la guérison de Adam et à l’extraction de son rêve dans lequel il est resté enfermé "

En trois pistes, on ne peut que constater la capacité qu'a Julien à nous proposer des tableaux vocaux très variés, contrastés et très différents d'un titre à l'autre ; mais aussi la capacité générale qu'a le groupe à plaquer une inventivité et une inspiration très redoutable. Top départ avec Aurélie à la basse, Black Medicine dévale la piste des sillons à un tempo plus rapide que les précédents, sans omettre d'y intégrer des plages plus modérées qui ne s'éternisent pas. Très dynamique, très Prog et tout autant inspiré que ce début d'album. Il semble évident que cet opus s'est engagé à nous proposer de la matière et de la belle matière pour nos oreilles! La technique est une base solide chez Wyvern au même titre que l'inspiration. Toujours dans le cadre de la promotion de Radiations, un clip a été mis en ligne le 25 février, réalisé par Nicolas Fournier.

 


04. The Race (5:14)

Dans « The Race », Adam tombe sur une civilisation d’un nouveau peuple vivant sous les radiations. Ils perçoivent Adam comme un étranger ou même comme un monstre, différent de par son apparence et ses vêtements. Nous avons vraiment voulu marquer et illustrer cette différence en habillant tous les habitants de cette même civilisation exactement de la même manière. "

Morceau très syncopé, jouant la magie d'un duo basse/batterie efficace, batterie qui se lâche en proposant des patterns énergiques aux débits galopants et aux sonorités particulières. Introduit par le clavier, ne ratez pas à 2:32 ce passage épique de percussions dont je vous précise l'anecdote. Sébastien tenait à ajouter des percussions supplémentaires dans ce titre ; l'idée était de faire intervenir en guest Les Tambours du Bronx. Malheureusement, la formation de Varennes-Vauzelles (58) n'a pas donné suite à cette demande. Vraiment dommage car ils auraient apporté une touche supplémentaire à la sculpture musicale des Toulonnais. Sébastien et Wyvern ont su réagir en réalisant un simulacre fait-maison qu'on pourrait nommer " Les Tabourets du Bronx de la rade de Toulon"... on apprécie aussi le jeu sur le Sharley, le piano énigmatique et ce solo de guitare magnifique et très technique.

Sortie du clip le 4 mars :


05. Acceptance (1:49)

Arpèges et bruits étranges constituent cet intermède qui signe une certaine résignation que les plages de synthé très atmosphériques complètent magnifiquement. Mais un rebondissement n'est-il pas possible? Acceptance pourrait être l'intro de Fading Fear.


06. Fading Fear (4:44)

Après avoir compris qu’il n’avait aucune chance de s’intégrer dans ce monde, Adam se résigne alors à le quitter. C’est ainsi que commence « Fading Fear », où on voit Adam seul avec ses pensées suicidaires. Au moment de passer à l’acte, il fait un étrange rencontre. Sa femme de sa vie d’antan l’a retrouvée. Tous les souvenirs d’Adam revenaient à lui. "

Morceau plus jazzy et dansant sur base de ternaire me semble t'il, où la basse prend les sonorités d'une contre-basse jazz. Chagrin, amour, mélancolie, beaucoup  d'émotions.. On nous invite dans un doux tourbillon à valser en mid-tempo sur un dénouement plus positif et joyeux. Tout est splendide musicalement : claviers, basse, batterie, guitare, chant. Nicolas Fournier nous délivre des craquements de vieux vinyls et ceux de vieilles bandes de film. Fading Fear sera le quatrième et dernier video-clip avant la sortie de Radiations. 

 


07. The Traveler (9:10)

"The Traveler" désigne Adam. C'est une sorte de rétrospective sur tout son parcours, il regrette la vie d'avant les Radiations (il se raccroche à tous les souvenirs de cette vie paisible) et maudit son destin tragique. On aime à penser qu'il se juge lui-même, comme s'il se voyait à la 3ème personne. Ce point de vue à la 3eme personne marque son impuissance dans toute cette histoire, c'est le destin qui l'a amené ici, tel un scénario de film déjà écrit. "

A l'instar du titre qui ouvre l'opus, The Traveler s'annonce sur des notes de guitare électro-acoustique sur lesquelles Julien pose un chant mélodique qui monte en hauteur et en puissance. Le relai est pris par Alan pour un chant plus musclé et screamé porté par une session rythmique plus agressive. Le voyage est changeant, passant d'une rive douce et calme à l'autre plus énervée et puissante : un Progressif moderne qui suit l'imagination du groupe, son émotion, fidèle à la veine de Radiations tout au long de ses 40 minutes.

 

Notre avis:

"Radiations" est un véritable projet artistique comme on aimerait en avoir plus souvent. Très intense par la qualité de ses compositions, léger crossover des genres mais surtout grand mélange des styles sur trame de pur Progressif moderne, voila comment on pourrait décrire l'univers musical du quartet dont l'originalité est l'introduction plus massive de sons électroniques divers et très variés. La guitare, les claviers,les synthé apportent les couleurs à ce tableau qui couvre un spectre très large de variations sonores, parfois lyriques, parfois symphoniques ou encore jazzy. "Radiations" présente le génie de ce jeune groupe rempli de talent. Leur travail est sculpté jusqu'au détail le plus microscopique, alliant émotion et inspiration. "Radiations" joue l'explosion des nuances, des énergies, de la diversité. L'inspiration irradie ses 7 titres et le talent rayonne tout au long de ses 40 minutes. Contamination totale et absolue avec un pronostic des plus sains et vivifiants. Le traitement aux résultats garantis est assuré. Quant aux effets secondaires, ils sont imparables et irréductibles: l'achat instantané de l'objet et la course folle aux lives proposés par le groupe. La dose de rappel est quotidienne et acceptée à une très large majorité.

A noter que si sur l'album les screams sont exécutés par Alan Dufrêne, Julien a travaillé et continue son travail vocal. Pour avoir vu le groupe en concert, Julien assure avec panache les envolées vocales, les tessitures de basse sans support technique annexe et les quelques screams qui jonchent cette fresque vocale. 

La structure des morceaux est complexe, parfois réalisée en 7/8, 5/4, en contre-temps et aux débits différents sur des tempi qui peuvent fluctuer au gré des émotions dégagées. Alexandre a mis en évidence un excellent travail d'interprétation et d'exécution sur les toms, la grosse caisse et ses deux caisses claires. Aurélie manie les 5 cordes de sa basse avec beaucoup de talent, excellant dans le slapping sur certains des titres. En plus du chant, on reconnaît la technique sur les 7 cordes de Julien qui sait donner l'intensité et les émotions aux soli de chaque morceau. Et pour finir, on constate une énorme capacité de la part de Laurent à composer, à imaginer, à transcrire, à créer avec aisance et beaucoup de subtilité du Prog de grande qualité ; l'étoffe d'un grand compositeur. 

Le talent de Wyvern est un véritable Talent qui mérite une exposition médiatique de plus grande envergure, qui devrait les amener jusqu'aux scènes internationales du Progressif, tant le niveau de ces jeunes est incontestable. En plus d'une grande générosité doublée d'une certaine humilité, une maturité grandissante ressort de ce nouvel opus, maturité qui est très loin d'avoir atteint le high level car "les petits étalons" en ont encore beaucoup sous leurs sabots.

Ceci n'engage que moi mais j'imaginerais très volontiers un concert de belle envergure proposant Wyvern et LAG I RUN: vague de talent dans la rade de Toulon.

 

 

Les liens :

https://www.facebook.com/20wyvern14/

https://www.youtube.com/channel/UCzDdXr-Lz_KAqjcaraFnP_w

https://0wyvern0.bandcamp.com/

 

Logo wyvern

 

 

SOLACE SUPPLICE : album en juin 2022

Le 03/05/2022

Solace Supplice a présenté un premier extrait de son futur album « Liturgies Contemporaines » qui sortira le 15/06/2022 via FTF - MUSIC.
Solace supplice
Formé en 2020, Solace Supplice est un groupe de rock en français formé par deux membres du groupe de rock progressif  Nine Skies, Eric Bouillette et Anne-Claire Rallo. Son premier EP éponyme est sorti en juillet 2020.
Le nouvel opus de Solace Supplice sera un onze titre. Le line-up du groupe est complété par la bassiste Willow Beggs et le batteur Jimmy Pallagrosi.
Le premier des morceaux dévoilé s'appelle « Le tartuffe exemplaire ».

Anne-Claire Rallo signe les paroles sur une musique d'Eric Bouillette :
« Éloquence inclusive / De réseaux virtuels / Cherche ardeur intuitive / Ou pensée sans séquelle / Tisse ta toile avec soin / Et bientôt ils croiront / Tes mensonges cartésiens / Le Tartuffe exemplaire / Au venin volte-face / Courbe l’échine en face / Puis chicane sur l'envers / Parangon de vertus / A la vie de scandales / Fourberie maladive / Simagrée compulsive / Catalepsie cérébrale / Bonimenteur asocial / Ce royaume illusoire / Est ta jouissance d’un soir / Déconvenues en séries / Ton palais est bâti / Sur des cendres forgées / D’affres et de calamités / Éloquence inclusive / De réseaux virtuels / Cherche ardeur intuitive / Ou pensée sans séquelle / Tisse ta toile avec soin / Et bientôt ils croiront / Tes mensonges cartésiens / Le Tartuffe exemplaire / Au venin volte-face / Courbe l’échine en face / Puis chicane sur l'envers / Parangon de vertus / A la vie de scandales, / Fourberie maladive / Simagrée compulsive / Le Tartuffe exemplaire / Au venin volte-face / Courbe l’échine en face / Puis chicane sur l'envers / Parangon de vertus / A la vie de scandales / Fourberie maladive / Simagrée compulsive. »
Solace supplice band
Line-Up :

  • Eric Bouillette : : guitares, chant, arrangements, composition
  • Anne-Claire Rallo : claviers, paroles
  • Willow Beggs: basse
  • Jimmy Pallagrosi : batterie

Les Liens :

 

 

 

 

­

Julien Bitoun & The Angels

Le 01/05/2022

Formé en 2019, Julien Bitoun & The Angels est un projet fondé par le guitariste/chanteur Julien Bitoun.
Julien bitoun par stella k
Julien Bitoun & The Angels par © Stella K


Julien Bitoun est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le rock et sur la guitare. Il intervient sur ces thématiques pour diverses grandes radio, et compte au nombre des organisateurs du Guitar Fest de Clichy.
Julien Bitoun & The Angels pratique un classic rock influencé autant par Creedence Clearwater Revival que par Neil Young ou encore The Who.
Après un album et un EP, le trio francilien sortira « Little Ones », son futur opus, le 20/05/2022 chez Mistiroux Production, dans un artwork signé Alan Forbes (Black Crowes, Queens of the Stone Age, Melvins).
Julien bitoun artwork
« Little Ones » a été enregistré au Studio 180 (Paris) puis mixé et masterisé par Arnaud Bascunana (Luke, Déportivo, les Wampas).
Ce titre, qui ouvre et referme cet album de douze pistes, a été choisi pour premier single avant la sortie de l'opus.

Julien Bitoun & The Angels sera en concert à Paris (21/05/2022), Montreuil (62 - 28/07/2022), Montluçon (08/10/2022) et Clichy (19/11/2022).

Tracklist :
01. Little Ones
02. Cuddly Toy
03. Explore the World
04. Laughing Gas
05. Filled to The Brim
06. Mermaid
07. Stolen Guitar
08. Lie To Yourself
09. Capybara
10. Wind At My Back
11. Angels
12. Little One

Line-Up :

  • Julien Bitoun : chant/guitare
  • Paul Iron (Kropol Trio) : Basse
  • Swanny Elzingre (Juniore) : Batterie

Discographie :

  • Big White Moon (2020)
  • A Day With Hank Williams (EP - 2020)
  • Little Ones (2022)

Le Lien :

RED BEANS AND PEPPER SAUCE prépare son nouvel album

Le 28/04/2022

Le groupe de rock RED BEANS AND PEPPER SAUCE a lancé une campagne de financement pour préparer son futur album.
Red beans and pepper sauce
Fort d'une discographie conséquente et variée (du studio, du live, du DVD, des covers), les Beans sortaient en 2019 l'album « Mechanic Marmalade » illustré notamment par le magnifique clip « My Land ».

Les Bitterois profitaient ensuite du confinement pour enregistrer « Songs From The Past Vol. IV », un recueil de standards à la Pepper Sauce

Valeur sûre du rock français, formée en 2010 et qui cite pour influences Led Zeppelin, James Brown ou The Beatles, Red Beans And Pepper Sauce s'attelle maintenant à un sixième album studio dont huit titres ont déjà été enregistrés.
Pour les trois derniers morceaux clôturant la track list, le groupe ambitionne de faire appel au Rockfield Studios, qui vit Queen enregistrer en partie son « Bohemian Rhapsody », et où a transité le gratin du rock, de Black Sabbath à Robert Plant, de Iggy Pop à Simple Minds.
Un très large choix de contreparties est proposé en échange de votre contribution : livraison digitale de l'album quinze jours avant sa sortie, coffrets divers, journée en studio avec le groupe, virée en tour bus ou masterclass avec le Haricot de votre choix... (sans oublier les incontournables galichonnades en fin d'annonce)

Et en attendant la sortie de ce nouvel album, vous pouvez retrouver le groupe en concert. Montpellier, Le Thor et Blamont sont annoncés avant la tournée d'été.
Red beans tour

Le Lien :

EUPHRATES RIDE, Therapy (2022)

Le 25/04/2022

Euphrates Ride est un projet de David Mauro (alias Rigil Kent).
Euphrates ride theo longojpg
Photographie : Théo Longo


Après une période dépressive sévère, il est hospitalisé en urgence dans une clinique psychiatrique pendant plusieurs mois. Poussé par le personnel soignant à aller de l’avant, et notamment par Lewis Feraud, musicien et ami de longue date faisant partie de l’équipe, on lui suggère s’affranchir de ses douleurs et angoisses par la musique (Lewis est détenteur d'un diplôme en psychologie clinique et spécialisé en psychologie de la musique). Ainsi, armé d'un enregistreur  Zoom R8 et de quelques instruments, David conçoit un nouveau projet comme une sorte de journal de bord de sa maladie mentale. Il en naîtra, le 18/02/2022 sour le nom d'Euphrates Ride, un album résolument personnel qui traite de lui et de son idée de la psyché humaine :

« THERAPY »

Euphrates ride artwork
Il s'agit d'un six pistes d'environ trente-deux minutes.
Son artwork est signé Anaïs Aledo. A son propos, David Mauro expliquait à Music Waves :
« Il y a bien sûr l'idée du paradis perdu dans l'image de ce symbole qui représente un âge d'or intemporel dont je parle dans Gathering The Waves et Every Single Grain Of Sand Has A Mass. Le derrière de la pochette montre un sablier sur une mer agitée, cela représente davantage le voyage dans l'espace temps que l'on peut tordre à l'envie, on peut effectuer ce voyage dans le sens que l'on veut... »  
Retrouvez l'intégralité de cette interview très complète  ICI.
« Therapy » est produit à La Ciotat, au studio Le Cri de la Tarente.
Il est conçu comme un voyage du passé au futur possible, l'angoisse n'étant jamais très loin. Les deux premiers morceaux racontent un passé fantasmé aux amours impossibles, le suivant parle du quotidien d'un malade mental sous traitement tandis que « Trans », en deux parties, se projette vers un avenir incertain.
Musicalement, Euphrates Ride serpente au son de la guitare fuzz, en vocaux parfois torturés ; il va s'épurer, apaisé par un chant féminin.
Les morceaux n'hésitent pas à musarder, capables de se parer d'une longue introduction instrumentale avant d'entrer dans le vif du sujet. L'univers de LEWIS et le progressif ne sont pas loin, mais Euphrates Ride peut aussi tendre vers quelque chose de plus brut (le Stonien « I Beg Your Pray »).
Indiscutablement intéressant et entier, « Therapy » mérite l'attention. Il est à classer parmi les albums des songwriters folk/rock français émergents qu'il faut connaître et surveiller, tels les talentueux Lewis,  Théo Charaf, et autres SomElse.

Les Critiques :

  • Une expérience musicale qui ne laissera personne indifférent !
    Paris-Move
  • Un album à découvrir absolument.
    Le Musicodrome
  • Son contenu, superbe, enchante et brille d’une authenticité, d’une patine sonore, qui ne peuvent que générer le mieux-être.
    MUZZART
  • Ce disque s’écoute dans sa globalité, comme un voyage initiatique.
    l'Oreille à l'envers
  • Vol lumineux au-dessus d’une marée noire.
    A Decouvrir Absolument
  • David Mauro nous permet de ressentir ses joies et doutes. C’est un cadeau, un partage, alors cela ne se refuse surtout pas.
    Lust4live.fr

Tracklist :

01. Gathering the waves
02. Every single grain of sand has a mass
03. Trans Part. I
04. Colours of grey
05. I beg your pray
06. Trans Part. II
Durée : env. 32mn
Euphrates ride par theo longo
Photographie : Théo Longo


Line-Up :

  • Rigil Kent : chant, guitare, basse, claviers, Glocksensplel
  • Lewis Féraud : guitare, basse (invité)
  • Linda Danao : chant (invité)
  • Sebastien Caviggia : guitare, basse, batterie (invité)
  • Tristan Reuther : guitare (invité)

Le Lien :

RONNIE ATKINS, Make It Count

Le 23/04/2022

Disponible depuis le 18/03/2022 chez Frontiers Music srl, « Make It Count » est le deuxième album solo de Ronnie Atkins, le chanteur de Pretty Maids.
Ronnie atkins artwork
Il s'agit d'un douze titres d'une durée totale d'environ cinquante-quatre minutes.
Comme pour l'album précédent, le chanteur danois s'est entouré d'un casting haut en talents parmi lesquels des membres de Pretty Maids, mais pas seulement, loin s'en faut ! (line-up complet in fine)
Les compositions sont nées sous la guitare ou le piano de Ronnie Atkins qui s'est assuré la collaboration de Chris Laney (Pretty Maids) aux arrangements et à la production.
L'album vous accroche avec le titre « I've Hurt Myself (By Hurting You) » qui saura vous attraper dès son premier couplet.

La voix totalement maîtrisée du chanteur de Pretty Maids est toujours bien là et la maladie contre laquelle il se bat n'a en rien entamé son énergie.
Rock mélodique, hard FM, les titres se succèdent avec brio en cultivant toujours un côté catchy (« Unsung Heroes ») très agréable.

L'accent sait aussi se faire plus heavy (« Rising Tide », « Blood Cries Out », « All I Ask Of You »), sans jamais renoncer au sens mélodique au sein d'un songwriting redoutable d'efficacité.

En hit maker, Ronnie Atkins enchaîne donc les bons morceaux dans un album où l'attention est sans cesse relancée par un couplet ou un refrain d'une veine FM bien pensée.
« Make It Count » se termine par la chanson qui donne son titre à l'album. Plus pop, il commence comme une ballade à la Elton John et s'éloigne un peu des pistes précédentes.
Sur la durée, ce nouvel album de Ronnie Atkins inscrit un grand nombre de titres redoutables à son compteur et s'impose ainsi comme l'un des  grands de l'année en termes de rock mélodique ou de hard FM. Bien composé, il est interprété avec la plus solide expertise et a bénéficié d'un son adapté. Si vous aimez ce style, laissez-vous aller avec cet album d'une qualité exceptionnelle, on prend le pari qu'au fil des écoutes vous n'aurez pas à le regretter puisqu'il est, tout simplement, incontournable.

Les Critiques :

  • Un album remarquable dépassant même en qualité son auguste prédécesseur.
    Music Waves
  • Très mélodique et accrocheur, ce Make It Count nous démontre encore une fois les talents de compositeur du vocaliste danois.
    Aux Portes Du Metal Webzine
  • L’ensemble de ce Make It Count atteint un niveau d’excellence inouï.
    Métal Intégral
  • Chaque titre est un hit potentiel.
    Metal News

Tracklist :
01. I've Hurt Myself (By Hurting You)
02. Unsung Heroes
03. Rising Tide
04. Remain To Remind Me
05. The Tracks We Leave Behind
06. All I Ask Of You
07. Grace
08. Let Love Lead The Way
09. Blood Cries Out
10. Easier To Leave (Than Being Left Behind)
11. Fallen
12. Make It Count
Durée totale env. 54mn

Line Up :

  • Ronnie Atkins : chant
  • Oliver Hartmann : Guitare
  • Pontus Norgren (The Poodles) : Guitare
  • John Berg (Dynazty) : Guitare
  • Chris Laney (Pretty Maids) : guitare, claviers
  • Anders Ringman (Animal) : Guitares acoustiques
  • Allan Sørensen (Pretty Maids) : Batterie
  • Pontus Eggberg (Treat) : Basse
  • Morten Sandager (Pretty Maids) : Claviers
  • Linnéa Vikström Egg (At The Movies) : Chœurs

Discographie :

  • One Shot (2021)
  • 4 More Shots (EP)
  • Make It Count (2022)

LEDA, Marocco Speed (2022)

Le 22/04/2022

LEDA est un groupe de rock alternatif italien.
Leda band 1
LEDA par Giulio Contigiani


Après « Memorie Dal Futuro  »,  sorti en 2019, Leda revient  le 22/04/2022 avec un album plus concentré qui a pour titre « Marocco Speed ».
Le groupe commente :
« Marocco Speed est notre deuxième album et porte le titre de son premier single, premier signe entre cet ouvrage et le précédent.

A l'intérieur coule une nouvelle lymphe apportée par un line-up renouvelé et la précieuse participation de Paolo Benvegnù. C'est un album qui est né dans la salle de répétition et pour cette raison, il trouve sa meilleure expression dans les performances live. »
La pochette de l'album a été réalisée par Claudio Cowarte Carloni, qui a gravé à la main la figure du chien avec une technique très spéciale et très longue sur papier, par soustraction. Claudio a partagé quelques moments dans le studio d'enregistrement avec Leda et l'œuvre est née de l'écoute d'un aperçu de la musique. La photographie, rétroéclairée, a toujours été confiée à Giulio Contigiani, nous explique-t-on.
Leda artwork
Leda a présenté plusieurs clips préalablement à la sortie de l'album. A propos de « Insonnia », Marco Di Battista, le réalisateur, expliquait :
« Le contexte urbain de la province, composé de fenêtres et de passages entre l'architecture des années 1970 et les sols en linoléum, devient le théâtre de visions et de compositions à la Hopper qui invoquent Magritte pour des tons froids, ambigus, non sentimentaux, typiques d'un rêve. Là-dessus les quatre membres du groupe bougent. Ils glissent dans leurs ombres, fluides dans les changements de lumière. L'insomnie du morceau surgit d'une absence et on se perd dans la solitude, dans le dédale d'une agglomération urbaine très semblable à une île. Un court-circuit visuel qui insinue le doute dans la réalité à travers la réalité elle-même. »

Avec « Marocco Speed », Leda propose un album de rock alternatif immédiatement captivant, qui allie la délicatesse à la puissance dans un songwriting hyper-solide. Leda fait défiler les ambiances comme des paysages et place les riffs percutants à côté des atmosphères vaporeuses en étant aussi incisif ici que délicat là. Il compose ce faisant un bel et court ensemble de musiques alternatives, sautant d'un titre l'autre avec harmonie. La réussite de « Marocco Speed » tient à cette alternance de rock et de ouate qui s'équilibrent et vous maintiennent collé à sa galette dans une production parfaite pour l'exercice. L'album ne fait que trente minutes, mais il ne vous lâche pas une seconde. « Marocco Speed  » a du chien autant que sa pochette, c'est sensible, c'est fort, c'est parfaitement maîtrisé. On recommande !

Tracklist : 

  1. Il politicante
  2. Niente è lo stesso
  3. Mai
  4. Insonnia
  5. Marocco Speed
  6. Femme flow
  7. Tu mi bruci (feat. Paolo Benvegnù)
  8. Quasi ombra
    Durée totale : 30mn49

Leda band1
Line-Up (photographie : LEDA par Giulio Contigiani) :

  • Serena Abrami (chant, guitare acoustique, synthétiseur)
  • Enrico Vitali (guitares)
  • Fabrizio Baioni (batterie, electribe)
  • Giorgio Baioni (basse)

Discographie :

  • Memorie Dal Futuro (2019)
  • Marocco Speed (2022)

Le Lien :

 

ANTECHAOS "APOCALYPSE" (Album 2022)

Le 14/04/2022

Groupe : Antechaos
Origine: Lorraine (FR)
Album: APOCALYPSE (15/04/2022) - Chronique d'album
Genre: Hard Rock Mélodique
Label :  M & O Music      Distribution : Season of Mist
Par Dam'Aël

ANTECHAOS : LE GROUPE

Groupe antechaos et logo

Antechaos est bien loin de fêter ses vingts printemps, et pour cause la formation voit le jour au printemps 2020. Mais rassurez-vous, leurs membres fondateurs sont loin d'être les jeunes perdreaux de l'année! Ce sont deux anciens musiciens de feu SEYMINHOL  qui mettent le projet sur la table :Nico Pelissier (guitare, claviers) et Chris Billon Laroute  (basse), avec en plus de leur talent et de leurs instruments, la ferme intention d'en découdre avec le Hard Rock chanté dans la langue de Molière , de Voltaire ou de votre voisin Pierre... et d'aborder avec hargne les sujets d'actualité qui titillent fortement leurs émotions. Et comme "Il est libre Max, il est libre Max, Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler" tout droit vers le duo en quête d'acolytes pour ce futur projet ; Maxime Boriolo (FOURTH CIRCLE) débarque avec sa guitare et forme le troisième de cordée. Suivront les cymbales, les toms et Dom Calastretti pour la batterie et enfin Laurent Fabisz (ex-KRYZEES,  Iron Killers et remplacement dans ex-SEYMINHOL) pour tenir le micro et poser sa voix sur des textes très inspirés.

Alerte info! Ah, on me précise à l'oreillette qu'un Telex est tombé! Je vous le livre tel que :  "Notre batteur Dom Calas range ses baguettes... Thorgis Supercake (alias Julien) reprend donc le flambeau pour nos concerts à venir et la promotion du nouvel album." Chez ahasverus.fr, l'information c'est du direct.

Bien la voilà la belle équipée lorraine!!! avec ses sabots de métalleux prête à fouler toutes les scènes de Hard Rock et autres festivals. Au niveau des influences du combo, il est évident que nombre de formations majeures ont formaté la sensibilité de chacun d'entre eux ; on citera globalement TRUST, MÖTLEY CRÜE, SIXX AM,SORTILEGE, TAGADA JONES... Entre influences, expériences et volonté, voilà de quoi donner matière à diriger Antechaos vers Clisson, Wacken, Donington Park, Helsinki ...même si leur objectif princeps n'est pas celui-ci.

Alerte info! Une dépêche de France Info m'informe que "le chanteur Laurent fabisz a connu cinq minutes de gloire en interprétant Swedish Pagans avec Sabaton sur la mainstage au Hellfest 2017https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/rock/hellfest-2017-laurent-fabisz-un-quot-metalleuxquot-lorrain-leader-vocal-de-sabaton-le-temps-d-039-une-chanson_3328923.html

Antechaos cover

L'ALBUM :  APOCALYPSE

L'Apocalypse se décline en douze pistes chez Antechaos dont 1 bonus track qui nous amène au Bord Du Monde. Tout un programme qui pourrait nous faire froid dans le dos. Que nenni, si vous voulez prendre un bon bol d'énergie à pas cher et sans taxe, et dégraisser vos esgourdes sans risque de finir chez l'ORL, vous avez pris la bonne route. Prévoyez tout de même un bon ostéopathe ou votre kiné habituel comme copilote dans cette embardée Rock car vos cervicales sont appelées à être menées à rude épreuve durant ces 55 minutes de gymkhana entre Modern Rock, Heavy et Hard Rock. Ceinture verrouillée, semelles de métalleuse bien harnachées, c'est en guide passionnée que je vous entraîne dans le sillage d'Antechaos.

1. Alpha :

Le décor est planté dès l'introduction avec des sonorités étranges, presque inquiétantes générant une certaine crainte sur ce qui va suivre... Ce sont des guitares lourdes, acérées genre rouleau compresseur qui s'annoncent pour décrier l'attitude de ces hommes alpha aux détriments de la gente féminine et plus largement au détriment de l'humanité. Les paroles sont subtiles: "L'âge des pères" qui rappellent sans contexte "L'âge de pierre"... ou celles qui font échos à l'année 1981" marche ou crève"... En un peu plus d'une vingtaine de secondes l'auditeur se fait prendre par une rythmique carrée, entrainante, marquée par des changements de bpm entre couplet et refrain qui donnent une excellente dynamique à ce titre, couronnée par un solo travaillé excluant toute démonstration excessive. On note une belle envolée mélodique aux environs des 4 minutes qui dessine une musique capable même de s'afficher sur de très bons dessins animés. 

En précision, Laurent Gisonna (Deficiency) est l'invité sur Alpha (Laurent Gsnn-Deficiency).

2. Exode :

Pas de sortie de route et encore moins l'envie de claquer la porte après ce premier jet. Cette deuxième piste est un peu plus épique frôlant la voie du symphonique dont la rythmique est sans conteste vigoureuse et rigoureuse. Les guitares encore parfaitement proposées font support à un tableau vocal de belle qualité dans lequel Laurent n'hésite pas à prendre quelques risques en voix de tête, avec des notes très hautes et très bien tenues,  sublimée par des choeurs pour le moins judicieux. On note un très bon jeu de la batterie avec des descentes de toms qui nous ravissent, et une référence aux classiques du cinéma "...mon nom est personne...".

3. Gangster :

C'est à l'image d'une bande annonce sur guitare acoustique que s'annoncent les Gangsters d'Apocalypse ; titre qui d'ailleurs a fait l'objet d'un clip diffusé le 3 juillet 2021 et filmé par le fils du bassiste Chris. Nico nous en dit plus: " le clip s'adresse à la fois aux adultes et aux enfants avec donc l'absence de  scènes choquantes". Très cinématographique donc, très vivant, aux changements de décors musicaux toujours bien recherchés et aux sonorités riches avec une basse majestueuse mise en avant dont le ronronnement renforce la déroute des gangsters. Laurent dans son songwriting et son interprétation  nous rappelle un  certain Renaud Hantson. Jocker, si vous n'êtes pas tout à fait d'accord! Satan m'a peut-être investie! Et encore une excellente prestation guitaristique des jumelles complices.

On appréciera, dans cette vidéo, le rôle de papa non alpha, faisant la lecture  aux enfants avides de belles histoires de pirates ou de gangsters...

4. Enfance 2.0 :

Rythmique syncopée pour trancher dans le vif d'un sujet des plus graves, la maltraitance de l'enfance sous toutes ses formes. Puissance, dynamisme, Antechaos sait garder la recette pour nous maintenir dans cette fureur Hard Rock tout en abordant des sujets difficiles. Le songwriting martèle nos neurones pour une meilleure prise de conscience alternant avec des plages mélodiques, et rendant l'ensemble parfaitement digeste. Un véritable équilibre entre tornade et douceur, un savoir faire intelligent qui convainc sous couvert de technique évidente. J'apprécie tout particulièrement le passage dès les 1'49 où un "gimmick" de guitare rythmique offre un support éclatant au solo Old School qui ne l'est pas moins, évoluant vers un passage plus tranchant à 2'13.

5. Veuve Noire :

Welcome To Antechaos's Nighmare! Ce n'est certainement pas Alice Cooper qui leur fera le reproche de traiter le sujet. A Black Widow et son cocktail neurotoxique à l'alpha-latrotoxine en guise d'invitation au plaisir ; "Rester en vie ou bien périr" Laurent aura su nous mettre en garde avec ses paroles bien choisies, son timbre grave ou son chant d'alerte de haute volée, appuyées par la sirène guitaristique en arrière plan sonore qui traduit le danger certain d'un mauvais choix. Puissant, efficace, aux sonorités en symbiose avec un thème de risque potentiel. Les contractures musculaires seront de toute façon notre lot après l'écoute de ce track 5, notamment avec ce léger crossover et cette séquence punk de tout début de notes qui nous invitent à secouer la tête sans demi-mesure. 

6. Le Bord Du Monde :

Séance de zenitude bien venue avec ce mid-tempo très fédérateur qui, très rapidement, nous invite à reprendre la rythmique et à chanter ce refrain accrocheur. Peu de répit donc malgré ce" titre mélancolique, intimiste et son refrain entêtant...Le bord du monde...où la frontière entre les vivants et les ombres...". Le single sorti le 10 janvier dernier s'accompagne depuis le 30 mars d'un clip filmé à Sierck en Moselle (57)

On s'attendrit, avant le solo, de ces rires d'enfants innocents encore naïfs et purs, non entachés par les rudes épreuves de la vie et surtout celles de la mort.

7. Lucifer :

Lucifer rime avec Gangster, "regard perdu sur la grève, c'est la fin de la trêve". Mais pas de trêve pour cette rythmique endiablée dont le groove dévore le timing à la vitesse de la lumière. Les patterns de batterie jouent un rôle majeur dans ce titre pour une dynamique galopante. Les guitares assènent des riffs de forcenés enfonçant le clou de la puissance ; ça galope fort et vite. Un enfer oui pour le rythme cardiaque mais pas pour le plaisir que nous procure encore ce morceau d'Apocalypse. Si vous êtes un tantinet observateur, vous pourrez lire Coagula sur le bras de Lucifer dans le livret de l'album : serait-ce un clin d'œil habile à un logiciel qui transforme les images en sons?

Petit délire personnel qui n'engage que moi : j'ai superposé le visuel du générique de Goldorak avec la bande son de Lucifer. Pour toutes les âmes d'enfants restées intactes, le résultat est loin d'être idiot... Bon, je prends RV chez mon médecin pour avis...

Vous pouvez toujours courir pour connaître son diagnostic ! Car...

8. Secret Médical :

Comment appréhender les avis et les recherches des scientifiques? Sincérité et Lobbying! Entre perfusion d'informations médiatiques et infiltration chimique protectrice! Comment faire la part des choses? Ce titre a la particularité de faire intervenir deux chants différents: celui de Laurent et sa voix claire, puissante et assez haute avec celui d'un guest Tarek de 3F qui propose un flow de rap. L'ensemble enrichit ce titre déjà bien coloré par sa thématique et son instrumental. Le clip qui supporte Secret Médical, diffusé le 23 mars 2021, a été tourné dans un endroit plutôt glauque que constituent d'anciennes douches de la mine de la région. 

9. Effet Papillon :

Antechaos nous sert une introduction très forte, entre déplacement sur les toms de Julien, voix qui revient du passé presque tyrannique passée au vocodeur ou similaire, et des arpèges de guitare stridentes, saturées qui finissent en pleurant à en donner la chair de poule en mode goosebumps'style ; le sujet promet d'être rude et ce ne sont pas les premières paroles synthétiques qui vont venir démentir la gravité des propos traités dans ce morceau. Scotchons-nous efficacement dans nos fauteuils car l'émotion risque de happer ou même frapper un certain nombre d'entre nous. C'est la guerre! Oui c'est devenu une mode...(x² ème degré, évidemment). L'instrumental secoue fortement, sombre, doté d'une résonnance qui martèle notre mémoire et surtout notre affect. Basse, batterie, guitares s'associent en une tornade de réminiscence bouleversante : une véritable battue de rappels émotionnels qui headbanguent dans la tête et se cognent contre les murs de cette prison crânienne. Ca martèle haut et fort tant au  niveau de la composition qu'au niveau des paroles magistralement choisies, très souvent métaphoriques : "chaque battement d'aile pour terrasser les grands empires". L'alternance vocale de Laurent et Wrath (3F) sur la fin, rend incandescent ce morceau et m'a rappelé des passages de Sam II de Watcha sans en faire un parallèle serré.

10. Obsolète :

C'est l'électro-acoustique qui nous fait la courbette de bienvenue et d'au-revoir, tout en douceur, en opposition complète avec la fureur des guitares à venir, rugueuses, incisives et fortement catchy. La production du morceau la joue en mode annonce commerciale de méga centre de surconsommation, de plaisirs volatiles et souvent éphémères. On peut féliciter Laurent pour sa capacité à envoyer du bois de grande densité et celle d'offrir une douceur presque enfantine. Le tout créant un alliage vocal digne de l'orfèvrerie française de renom quand le savoir-faire s'allie à celui de Tarek et Wrath (3F), au registre très différent. Belle alchimie des voix pour le trio et grande énergie globale qui n'est pas obsolète ni sur ce titre, ni sur l'album Apocalypse.

11. Apocalypse :

Douce entrée au piano sur fond d'océan au gré de la brise et des marées... Détrompez-vous, les paroles qui s'introduisent sont bien moins bucoliques que ce tableau d'ouverture vers l'Apocalypse. Ce sont des guitares tranchantes aussi cinglantes que les vagues déferlantes par temps de tempête, des riffs incisifs sur rythmique lourde, sombre et explosive qui estampe ce nouveau monde post-apocalyptique. Antechaos sait jouer encore une fois la couleur de l'alternance dans ses rythmes et ses sonorités  qui pleurent, qui couinent, le tout donnant corps et émotion au titre. Aïe, l'apocalypse, ça fait mal, ça pique!

12. Le Bord Du Monde (Radio Edit)

Bonus track

 

Toutes les compositions sont réalisées par Nico Pelissier, les paroles écrites par Laurent Fabisz et les arrangements assurés par l'ensemble du quintet. C'est encore Nico qui prend en main les enregistrements et le mixage de l'opus au Studio Diabolus in Musica, laissant la charge du mastering à Brett Caldos-Lima du Tower Studio. Au niveau du visuel, le dessin du groupe est une œuvre de William Aubert et les photos sont prises par David Kreb. Et on travaille en famille chez Antechaos car c'est le fiston de Chris, Axel Billon-Laroute qui a réalisé l'ensemble des clips de l'album pour 3F Production. On note au passage la qualité de l'ensemble qui aboutit à un objet dont il lui faut garder une place stratégique dans sa Cdthèque personnelle. Je vous conseille de prendre le temps de découvrir ce livret magnifique, aux détails fournis et aux idées très inspirées (notamment la tétine d'enfant avec une grenade : wouah explosif).

Alerte info!  Rock Hard France  nous confirme la publication d'un article sur l'album Apocalypse de Antechaos dans l'édition du 6 avril. Rendons-nous très vite dans notre kiosque habituel!!!

 

Notre avis :

Certes, Antechaos s'est doté de membres aguerris de par leurs expériences passées. Nonobstant, ils n'ont pas fait le choix de rester sur leurs acquis et ont pris le risque de faire un Hard Rock chanté en français, se mettant potentiellement en danger si la qualité des textes n'était pas aboutie. Défi relevé car les paroles sont recherchées, directes ou métaphoriques, cohérentes et cinglantes à point, originales avec un fil directeur qui conduit à ces textes remplis d'émotions, de vérités, de connotations et dans lesquels la rime s'invite avec subtilité. Apocalypse est un Hard rock solide, puissant, varié et non redondant où les tableaux sonores remplissent la galerie de cet album avec goût et classe. Du clair/obscur, du mélodique au plus agressif, l'ensemble est une douceur aux milles saveurs qui remplit notre âme après nos oreilles, laissant très peu notre imaginaire anticiper la suite de certains passages (surprise assurée) corroborant un effort de composition incontestable. Inspiration se couplant avec composition. Il est impératif de mettre en avant l'excellent travail des guitares jouant sur les sonorités, la saturation et autres, travail qui ne saurait être celui décrit si la rythmique d'ensemble basse/batterie n'était pas tout aussi excellente. Les changements de rythme se jouent sur les débits proposés mais aussi sur des changements de Bpm qui permettent ce panel musical très diversifié dans Apocalypse. On maîtrise les éléments chez Antechaos. Si une grande maturité ressort de cet opus, il s'en dégage pas moins les effluves d'une âme d'enfant que les 12 titres distillent ouvertement en parallèle d'une musique puissante, parfois violente, surtout efficace et très mélodique.

Alerte info! Médiapart divulgue : "On note la participation du groupe Antechaos à RagnaRok Star, un jeu de stratégie combinant programmation, collecte et objectifs dans lequel chaque joueur remplit sa salle de concert et signe des contrats pour gagner le plus de points de gloire possible". 

les liens :

https://m.facebook.com/Antechaos/

 https://youtube.com/c/ANTECHAOS

https://antechaos.bandcamp.com/

http://www.m-o-music.com

20220413 171535

20220413 171508

KIM MELVILLE - L'interview

Le 13/04/2022

En novembre 2021 la guitariste/chanteuse Kim Melville sortait son premier EP, cinq titres ouverts, teintés de blues et de rock, qui la mettaient sur les traces de Gaëlle Buswel et de Laura Cox. Il était intéressant de faire le point sur ce brillant début de parcours. Voici son interview.
Kim melville 2
Kim Melville par Rémus Marinelus


« C’est en apprenant des autres et en les mettant en valeur qu’on avance.  »


Ahasverus : Bonjour Kim Melville. Êtes-vous une enfant de la balle ?
Kim Melville :
Complètement !

Ahasverus : Danse, peinture et dessin à côté de la musique ?
Kim Melville :
Oui ! J’ai toujours été intriguée par l’Art sous toutes ses formes. Etant née dans une famille d’artistes (divers et variés), j’ai été intéressée très jeune par tout ce qui touche à l’Art.

Ahasverus : En remontant dans votre enfance, quel est votre premier souvenir musical ?
Kim Melville :
Sûrement d’entendre mon papa bosser dans son studio qui était juste à côté de ma chambre quand j’étais bébé !

Ahasverus : Dix ans de piano, c’est une base utile ?
Kim Melville :
Très ! Le piano est sûrement l’instrument le plus visuel de tous. Donc le plus logique en terme de solfège. Ça m’a beaucoup aidé à apprendre la théorie, et l’harmonie. En plus de ça jouer du piano me détend beaucoup !

Ahasverus : Et qu’est-ce qui vous fait quitter le piano pour la guitare ?
Kim Melville :
Jimi Hendrix.
Kim melville par remus marinelus
Kim Melville par Rémus Marinelus


Ahasverus : Que vous apportent trois ans à l’IMEP, section guitare ?
Kim Melville :
Ça serait très long d’expliquer tout ce que l’IMEP m’a apporté car c’est autant en terme psychologique qu’en terme de connaissances. L’IMEP m’a ouvert l’esprit sur énormément de genres musicaux et m’a appris à me trouver artistiquement. J’y ai fait des rencontres très importantes, et je me suis pris les murs dont j’avais besoin pour avancer et comprendre comment ça se passe dans la vraie vie entourée de gens mille fois plus doués que toi ! J’ai pu trouver ma singularité grâce à ça et confirmer que c’est en apprenant des autres et en les mettant en valeur qu’on avance.

Ahasverus : « Guitaristiquement », vers quel matériel vos goûts vous portent-ils et pourquoi ?
Kim Melville :
Je pense que mon papa m’a transmis l’amour du « matos » donc j’aime bien tout tester. Mais j’aime énormément jouer sur ma Gibson Les Paul Customshop de 1957. Et en terme de pédales, je pense que ma préférée pour le moment reste la Big Muff ! J’utilise la Green Russian Big Muff, et je suis amoureuse de ce son.

Ahasverus : A l’instar de Laura Cox, vous faites vos premières armes en « coverisant » sur Youtube ?
Kim Melville :
Effectivement ! Et quand j’ai commencé la guitare (assez tard) je regardais les covers de Laura sur YouTube et c’est comme ça que je l’ai découverte ! J’adore faire ces vidéos, on a beaucoup de chance de pouvoir faire ça ! Celle qui a été la plus fun à faire reste le cover de « Whole Lotta Love » que j’ai fait avec mon père pendant le premier confinement !

Ahasverus : Toute jeune vous placez un morceau dans la série « Joséphine, Ange Gardien »...
Kim Melville :
Oui ! Quel plaisir de doubler Stella Trotonda qui était toute jeune à l’époque ! Je n’étais qu’interprète mais c’était une expérience enrichissante qui m’a appris beaucoup sur le milieu du show-business. Haha !


« Je me dirige vers un univers de plus en plus rock.  »


Ahasverus : Parmi vos inspirations on trouve le rock, le blues, la country, la pop... Comment votre univers musical s’est-il forgé et quelle place la culture anglo-saxonne tient-elle dans votre vie ?
Kim Melville :
Mon univers musical s’est probablement forgé avec les expériences, tous les concerts auxquels je suis allée, toutes les personnes dont j’ai croisé le chemin. Mais aussi et surtout grâce à ma curiosité personnelle.
La culture anglo-saxonne tient une place très importante dans ma vie car la musique que je joue vient de cette culture. J’ai appris à parler anglais très jeune et j’ai toujours eu une obsession pour les cultures américaines et anglaises, et leur Musique.
Kim melville 1
Ahasverus : Vous citez Kiss, Led Zeppelin, David Bowie, Jimi Hendrix, Sparks parmi vos influences... Pas vraiment votre génération... Héritage familial ?
Kim Melville :
Oui...C’est l’éducation que j’ai reçue ! Haha !

Ahasverus : Votre EP éponyme comprend cinq titres aux univers différents, composés entre 2016 et 2020. Parfois rock et rugueux, parfois plus pop et mélodique... Est-ce une carte de visite qui vous représente bien ?
Kim Melville :
Oui et non ! Je me dirige vers un univers de plus en plus rock ; les deux chansons plus pop de mon EP (Back on your feet et Time) sont un peu des hommages à mes premières chansons, et à mon enfance ! Je n’exclus pas le pop et mélodique... Mais on se dirige plutôt vers du rock et rugueux !

Ahasverus : Quel souvenir gardez-vous de votre premier clip « Mr My Man » ?
Kim Melville :
Le tournage du clip de « Mr My Man » est l'un des plus beaux souvenirs de ma vie. Entourée des gens que j’aime et de mes potes les plus proches ! C’était une journée extraordinaire où j’avais l’impression d’être à ma place pour la première fois. On a beaucoup ri, et on a été accueillis très chaleureusement par Le Barde Atomique, qui est une super salle de concert !

Ahasverus : La pochette de l’EP est assez pastel, avec un côté vintage, usagé...
Kim Melville :
Oui, je suis partie sur une idée de Vinyle en hommage à toutes ces heures que je passe chez les disquaires à regarder et acheter des vinyles de groupes de Classic Rock. L’idée derrière ça était de faire une pochette qui attire l’œil car j’achète souvent des vinyles d’artistes que je ne connais pas juste grâce à la pochette.
Kim melville ep
Ahasverus : Un(e) artiste que vous admirez particulièrement ?
Kim Melville :
Jack White. Il incarne le parfait mix entre Classic Rock et la musique plus moderne. Entre la technique et la recherche due au manque de technique. C’est un vrai artiste qui se creuse la tête pour son Art et j’adore ce qu’il fait.

Ahasverus : L’album que vous écoutez le plus en ce moment ?
Kim Melville :
Là tout de suite, en écrivant, je suis en train d’écouter l’album « Dreams » d’Allman Brothers. Et l’album que j’écoute le plus en ce moment... « Fear of Dawn » de Jack White, et « Inviolate » de Steve Vai qui viennent tous les deux de sortir. Des tueries !
Jack white fear of the dawn
L'album « Fear of Dawn » (2022) de Jack White


Ahasverus : Kim Melville sur scène ?
Kim Melville :
Oh oui ! 2022-2023, pour sûr !

Ahasverus : Vos occupations pour les mois à venir ?
Kim Melville :
Je collabore depuis peu avec la marque Prodipe, donc pas mal de vidéos vont arriver sur mes réseaux sociaux dans les prochaines semaines ! On va continuer de travailler dur pour faire avancer le “Kim Melville Project“, répets... concerts... rendez-vous... Et croiser les doigts !
Un nouveau single arrive très prochainement !
Et puis bien sûr plein de nouvelle musique pour plus tard... Deuxième EP ? Album ? On verra !

Ahasverus : Merci d’avoir répondu à mes questions, Kim Melville.
Kim Melville :
Merci à toi !


Le Lien :

Kim melville ep 2

JACOB : nouveau clip

Le 12/04/2022

Alors que « Metamorphosis », son nouvel album, est sorti le 21 Janvier 2022, le Jaypee & the Cannibal Orgasmic Band revient avec un nouveau clip.

Au son de la voix de basse de Jaypee-Jaypar, « Rain » propose un voyage à travers les thèmes de la culpabilité, du bien et du mal, ou encore de la dualité d’une humanité imparfaite, le karma et la renaissance. Et bien sûr, toujours dans un univers musical atypique ni 100% blues, ni complètement rock, ni totalement folk, mais plutôt un peu de tout ça à la fois !
Jaypee-Jaypar (chant) explique :
« On peut considérer le clip de Rain comme une suite logique du clip de City of Lights, extrait de l’album  Meet me Again, dans lequel nous laissions le personnage abandonner sa vie urbaine. Dans Rain, on retrouve ce personnage dans un univers rural et décrépi, prenant, voire volant l’identité d’un local. Commence alors un voyage plus ou moins schizophrène, entre bien et mal, ange et démon, vice et vertu. Le personnage évolue vers une fuite en avant, la pluie symbolisant le salut, un renouveau, une purge, également une vérité crue, comme un jugement auquel personne ne peut échapper.  »
 Un songwriting solide, une interprétation au cordeau,des orchestrations soignées portées par une production qui laisse sa place à chaque instrument et qui permet de saisir les nuances, « Metamorphosis », le Jaypee-Jaypar nouvelle formule, est un bel album de voyage dont la musique fait naître des images. La nature trouve toujours son chemin, et la métamorphose est une évolution logique dans la carrière de de  Jaypee-Jaypar qui le voit abandonner la solitude de son précédent opus pour se produire en quintette dont les sonorités enrichissent des compositions entre blues, rock, folk et western, dont les tonalités graves et rocailleuses évoqueront parfois furtivement Léonard Cohen ou Tom Waits.
JacobTracklist :
01. Prayer
02. I’m Coming for You
03. Lonesome Bastard
04. The Loser Song
05. Son of a Bitch
06. Rain
07. John the Revelator
08. Another Summer Day in France
09. The Ballad of Black Bart
10. In My Realm
durée totale : 40mn42
Jaypee
JaCOB par Thierry Montchâtre-Jacquot
Line-Up :

  • Jaypee-Jaypar (Chant / guitare)
  • Marie Caparros (Violoncelle)
  • Fred Brousse (Harmonica / guitare)
  • Rémi Dulaurier (Batterie)
  • Jean Joly (Basse / contrebasse)

Discographie Jaypee-Jaypar :

  • On my way (2015)
  • Sinner (2016)
  • Meet Me Again (2018)

Le Lien :

NIPPERCREEP : triple album

Le 25/03/2022

Bitume annonce la sortie du coffret digisleeve 3CD célébrant les vingt ans de la formation du groupe de thrash punk Nippercreep.

Nippercreep abandoncover
« Abandon » (c'est le nom de ce coffret) regroupe les morceaux sortis sur des compilations et tributes, des chutes de studio, des versions alternatives, des démos ainsi que les morceaux des splits.
Il comprend toutes les reprises faites par le groupe : Nirvana, Sepultura, Gala, Witness, Medef Inna Babylone, Super Mario Kart, The Stooges, Napalm Death, Deume, Aerozeppelin.
Nippercreep fly promo
Découvrez-le sur la boutique en ligne du label et sur bandcamp :

SHARX " RISING ANGELS " (EP-2022)

Le 22/03/2022

Groupe: SHARX
Origine: Lille
Album: RISING ANGELS (EP de 4 titres)
Genre: Hard Rock, Glam
Par Dam'Aël

Sharx le groupe lillois

LE GROUPE :

Né de la rencontre entre Alex Ludwig (Alexis Ponchel à la basse) et Léonard Cakolli (à la batterie), le groupe lillois voit son line-up s'étoffer — j'ai failli écrire  "se draper", Cf Chronique d'album : SHARX (Hard/Heavy), Sharx (EP - 2020) — avec l'arrivée de Lucas Srsen (à la guitare solo),  Vikky Richards (Victor Taine à la guitare rythmique) et l'année suivante Liam Geenens (au chant). C'est au fil des répétitions, de prestations sur les petites scènes locales que l'ambition de Sharx grandit, amenant ses membres à explorer quelques  nouvelles contrées, allant jusqu'à investir — sans aucune action belliqueuse — les salles de concert belges. L'un des fondateurs du combo ira même, en grand voyageur, se frotter à l'expérience américaine accompagné du bassiste alex pour certaines dates, en se voyant proposer la place de batteur auprès d'un dénommé Adam Bomb dans sa tournée européenne. Léonard assure donc quelques concerts en France auprès de cet artiste qui a côtoyé pendant ces quelques décennies Geoff Tate de Queensrÿche, Kiss, Cliff Williams d'AC/DC, Axl Rose des Guns'N Roses, Steve Stevens de Billy Idol. Vous l'avez compris, Sharx a quelques ambitions naissantes, voire dévorantes à l'image de leur logo et expliquant le choix du nom de cette formation.

Evidemment très influencée par les groupes déjà cités, leur musique s'en inspire fortement complétée par celle de Deep Purple, Aerosmith, Mötley Crüe, Led Zeppelin, Metallica, Van Halen... Bon je vous épargne la liste de quelques kilomètres... vu le prix de l'essence... En somme l'inspiration de SHARX se batit sur le rock'N Roll 70's et 80's et se forge sur du Heavy, du Blues, de la Funk et même du jazz. Eclectique et ouverture d'esprit permettent ainsi d'avoir une base de données qui ne pourra qu'enrichir la base de fans des Sharx par leurs propres compositions catégorisées dans le Hard Rock teinté de Glam et prenant une légère couleur de Heavy.

DISCOGRAPHIE:

Ils n'ont pas encore la vingtaine quand le combo décide d'auto-produire en guise de carte de visite, son premier EP éponyme. Enregistré sur 2019 et 2020,  mixé par Phil Reinhalter et Yannis Geenens, masterisé par Frédéric Motte au Conkrete Studio, le trois pistes de plus de dix minutes sort dans les bacs virtuels en dématérialisé le 17 avril 2020. Il est désormais à l'achat sous forme numérique sur le bandcamp du groupe ( https://sharx1.bandcamp.com/album/sharx )

1. Deep Blue : https://youtu.be/gewIpK-dqa8
2. Don't Wanna Be Your Dog : https://youtu.be/OrYImg50WjQ
3. One More for Love : https://youtu.be/fNzkM80xfYc

Sharx - EP 2020

 

                    RISING ANGELS : EP 4 titres (2022)

 

A défaut de pouvoir buriner leurs faces sous les sunlights des projecteurs, de laminer les planches figées des salles de concert et d'user leurs semelles de Rockers endiablés, c'est la plume dont ils s'emparent pour noyer ennui, désespoir de jouer, et colère face à ce monde de ouf qui brandit des armes qui désarment. Covid, variants, masques, gants et gel, une panoplie qui n'a rien à faire dans la garde-robe du bon métalleux. Léonard se met donc à composer. S'en suit un travail d'équipe pour peaufiner et préciser les futures pistes de ce second EP qu'il nomme Rising Angels et dont la sortie est effective le 11 mars 2022.

L album rising angels

1. Broken Blade

Premier en piste, pour faire la une de Sharx le 9 septembre dernier et entamer l'écoute de ce quatre titres. Il s'agit donc du premier single et le seul avant la sortie de l'opus. Un rock qui se teinte de nuances Heavy avec des guitares bien lourdes et bien grasses, une batterie bien taillée, une basse qui ronronne à merveille, un tempo qui n'arrache pas les dents mais qui groove parfaitement. Et on se laisse surprendre à dodeliner du popotin et à frapper du pied (attention aux voisins du dessous...). Une voix assez mature ronde et chaude s'annonce, suivie (surprise surprise !) par celle du batteur, plus légère dotée d'un p'tit brin de folie, un duo qui s'articule parfaitement dans un songwriting mélodique, entrainant, un peu à la Kiss par moment, à la Marilyn Manson à d'autres. Un titre très réussi par ses plages variées tant au niveau du chant qu'au niveau de la couleur de ses guitares, parfois distordues, parfois plus légères, parfois limite rouleau compresseur. Belle entrée en matière.

 

2. The Angels

Nom de Zeus, un titre qui m'a donné envie de ressortir les albums d'HELLECTROKUTERS dont Léonard est fan, ainsi que ceux de Yann Armellino & El Butcho, tant les quelques notes d'introduction en sont imprégnées. Evidemment j'adore, étant mordue de ces formations qui regorgent de talent. Je rappelle en passant que son frontman/chanteur n'est autre que Butcho Vukovic (ex-Watcha/ Rednekk Rampage/ Last Temptation pour faire très court). 
Retour donc sur du Hard Rock bien solide,  édulcoré par Sharx d'une dosette de Glam et teinté de blues sur ce titre The Angels. Titre qui propose des envolées toujours très entrainantes sur les refrains et des plages guitaristiques recherchées et très variées. Et un final au son très malin que tout bon rocker va s'empresser de reproduire sur tous les bons zincs des festivals et autres...

3. Feel My Skin

Les premières mesures de ce troisième titre (qui me rappellent, pour l'anecdote, mes exercices de batterie sur Creep de radiohead) sont introduites par la batterie et le talent de son jeune batteur vite rejoint par les twin-guitares très efficaces et changeantes, légèrement distordues, lourdes ou acérées, c'est selon. La basse renforce avec une grande efficacité cette rythmique bien calée. On appréciera le très bon travail des guitares tout au long de ce titre. A noter un passage plus épique à partir des 3'25 basé uniquement sur une rythmique basse/batterie et percussions qui supporte le chant de Liam parfaitement maîtrisé.

4. Tie Your Mother Down

Si je vous livre ma conviction d'un Queen-like, vous allez me répondre : retourne à tes classiques. Evidemment, vous l'avez tous reconnu rien qu'à partir de son titre, Sharx se fait plaisir avec cette reprise écrite par Brian May, Tie Your Mother Down extrait du cinquième album sorti le 10 décembre 1976 "A Day At The Races"  via EMI Records au Royaume-Uni et par Elektra Records aux États-Unis, avec Freddie Mercury Brian May Roger TaylorJohn Deacon, plus Mike Stone (aux choeurs) .

Sharx se la ré-approprie, à la mode de Lille, plus moderne avec un respect total du morceau et de son âme originelle, version dotée d'un son et d'une production année 2022. On notera que Liam assure parfaitement la diction en anglais et plus particulièrement sur ce dernier titre au débit assez rapide.

NOTRE AVIS :

Une galette qui fait un joli taf ; celui de nous rappeler par voie supersonique les classiques des années glorieuses du Rock et du hard Rock et celui de rappeler que l'underground français s'est hissé à un niveau notoire dans ce domaine et est capable de toujours satisfaire notre soif de bonne musique. Du trois titres Sharx de 2020 au quatre titres Rising Angels de 2022, il est indéniable de constater l'évolution du groupe et de confirmer sa volonté d'en découdre avec le genre dans le but de se hisser petit à petit de la scène émergente vers celle beaucoup plus professionnelle. Les compositions sont recherchées, l'instrumental est travaillé, riche sans excès de fioritures, avec beaucoup de nuances et des tableaux instrumentaux très variés. En somme pas de répétitions. Le songwriting est toujours mélodique et fédérateur, tenu de voix ferme par Liam. On note une section rythmique droite, groovy et bien claquée. Un EP à écouter et ré-écouter sans se lasser et qui, surtout, mérite qu'on lui ménage une place dans notre CDthèque. Je finirais en soufflant aux oreilles de SHARX , Rising Angels aurait mérité d'être un peu plus long. Mais nous nous contenterons de ces 17'20 en attendant un album qui serait le bien venu.

L'ensemble nous ramène  très fortement dans ces années 70 ou 80. Force est de constater qu'il s'agit bien des influences du groupe. L'ADN de leurs compositions en est fortement estampé. A consommer sans modération (SHARX, vous avez prévu les capsules Sharx dans votre merchandising ?).

Les liens :

https://www.facebook.com/SHARXcompany/

https://sharx1.bandcamp.com/album/rising-angels

https://www.youtube.com/channel/UCR6gDWN8QL36l9ArbRhXKvQ

 

Pour aller plus loin :

En aparté et pour rendre hommage à l'Ukraine, voici le lien d'un concert de Queen + Paul Rodgers : Live In Ukraine 2008, Spécial  Collecte de fonds pour Ukraine Relief.  Queen + Paul Rodgers avaient répondu à un appel de la Fondation ukrainienne Elena Pinchuk AnitiAids pour tendre la main aux jeunes du pays avec le message « Ne laissez pas le sida ruiner votre vie » en jouant un concert gratuit de sensibilisation au sida Life Must Go On.    http:// https://youtu.be/PGCTQTZXGXs

 

 

 

 

MADAM, II (EP - 2022)

Le 20/03/2022

Un peu plus de trois ans après son premier EP qui la voyait évoluer en quatuor à  deux guitares, trois années ponctuées de quelques concerts en ouverture de formations prestigieuses (Lofofora, No One Is Innocent, Manigance),  Madam revient en trio le 18/03/2022 avec un cinq pistes au titre on ne peut plus sobre, même pas inscrit sur sa pochette : 

« II »

Madam cover ep ii scaled
Son artwork est signé Laure Aybram, tandis qu'au verso un dessin de Gabbie Burns (la guitariste et chanteuse, qui signe aussi quelques clips) nous rappelle le « Dying Breed » de BlackRain.
Pour garder l'esprit concert cher à Madam, « II » a été enregistré live par Lo' Spider au studio Swampland de Toulouse, les trois musiciennes jouant dans une même pièce, sauf pour les voix et certaines parties de guitares. Pour le mixage, Madam a fait confiance à Alexis Bardinet (Globe Audio).
Si Gabbie Burns (guitare, chant) évoque « White Stripes pour le côté brut et garage » et « Franz Ferdinand pour les tournes de batteries dance » dans une interview récente accordée à Rockfanch, ce ne sont pas ces références qui nous sont venues à l'écoute de cet opus des Toulousaines.
Dès « Witches », le son garage se fait efficace, avec un dépouillement sur les guitares qui sonne particulièrement bien.

Comme sur la vidéo, Madam semble avancer sans se poser de question, épure encore son jeu sur « Rodeo ». Gabbie lâche des vocalises qui confèrent à son chant une originalité bienvenue (« Rodeo », « Bye Bye Palace »).
La prise de son fait sonner les guitares qui enchaînent les riffs hyper efficaces (« Fire », « Mad »)

Elles filent très vite, ces cinq compositions dont pas une n'atteint les trois minutes. En resserrant les rangs, Madam a gagné en force. Elle se pose en héritière de L7, de Babies In Toyland, des Ramones, et en petite soeur de Tarah Who?. Précoce, elle balance sur le pavé un jet de punk rock dont l'efficacité et l'aboutissement éclaboussent et font tâche. La sauce a pris et le résultat est purement époustouflant. En treize minutes, Madam vient de nous frotter les oreilles et de nous botter le reste avec un EP d'une qualité telle qu'il pourrait leur ouvrir toutes les portes. C'est en tous cas ce qu'on aimerait voir par la suite tant ce « II » est incandescent, efficace sur son format court et rageur, et potentiellement fondateur de quelque chose de grand.

Les Critiques :

  • Clairement rock’n’roll, le - maintenant - trio constitué de Gabbie, Anaïs et Marine n’est pas là pour perdre son temps et nous faire perdre le nôtre..
    Froggy's Delight
  • Vous en avez marre de ces éternels bonshommes bourrins qui balancent du punk rock insipide voire aseptisé? Alors que diriez-vous d’écouter un trio guitare basse batterie, jouant pied au plancher comme si sa vie en dépendait ?
    Litzic

Line-Up :

  • Gabbie Burns (chant, guitare)
  • Anaïs Belmonte (batterie)
  • Marine Masachs (basse)

Le Lien :


Madam sera sur les routes tout au long de 2022. Suivez-les pour connaître leurs dates à venir...
Madam concerts

MATRASS, Inner Wars (EP - 2022)

Le 02/03/2022

Matrass est un quintette en ordre de marche depuis 2016. Il est basé à Bordeaux.
Fort d'un EP sorti en 2017, il revient le 18/02/2022 avec un opus intitulé :

« INNER WARS »

Matrass ep
Il s'agit d'un cinq titres d'environ trente et une minutes.
Sa production a été confiée à David Thiers (Secret Place Studio), qui a notamment collaboré avec Seeds Of Mary et Qlay.
Qlay est d'ailleurs invité sur la dernière piste de cet « Inner Wars ».
L'EP se place sur la thématique du conflit.


La première chose qu'on note sur « Inner Wars », c'est un chant polyvalent, capable de se teinter de jazz, d'utiliser avec goût une narration presque hip hop (« Y ») et qui soudain se lance dans un saturé d'une puissance qu'on ne lui soupçonnait pas. Ainsi tout au long de son opus, Matrass multiplie les ambiances et brouille les étiquettes, ni vraiment hypnotique, ni vraiment post-metal. Il dévoile ses ingrédients par petites touches pour composer un album dont la densité vous saisit au fil des minutes, dont l'instrumental s'impose, installant sa pression tous riffs en avant, la rythmique ronronnante. Matrass prend son temps et utilise l'espace. Sa fusion vous conduit jusqu'à un point d'orgue qui vous met en tension, prêt à rompre à tout moment, dégageant une énergie inquiétante que n'annonçaient en rien les moments les plus calmes. C'est bien écrit, c'est dense, c'est d'une puissance qui vous pénètre, ça profite de jolis arrangements (« Soldier ») mais ces belles couleurs peuvent se faire aussi inquiétantes qu'un épisode cévenol qu'on sent virer au rouge. En conclusion de cet opus d'excellente facture, Clémentine Browne - dont la puissance nous laisse sec -  s'offre un joli contrepoint avec Qlay pour le dernier titre. « Inner Wars » est donc à prendre avec attention et Matrass est à suivre car tout est en place et la suite sera forcément au moins aussi intéressante.


« Inner Wars » est appuyé par le clip « The Tide », réalisé par Robin Brisset. On lit qu'il « parle de la présence à l'instant et de la conscience de soi. La marée métaphorise ce va-et-vient entre présence consciente et moments de "flottement" dans nos vies. C'est ce qu'on a essayé de montrer dans le clip : le personnage est sans cesse happé vers le fond par le flot qui peut représenter le mental et les pensées parasites qui empêchent d'atteindre cet état de conscience. Sortir de l'eau, c'est un peu comme la sortie de la caverne. On a aussi mis en scène les membres du groupe dans des containers comme pour représenter l'intérieur du soi, nos bagages et nos histoires, capables de nous retenir dans l'expérimentation de ce genre de libération ! »

Tracklist :

  1. Parasites (Clean All)
  2. The Tide
  3. Y
  4. Berseker
  5. Soldier
    durée totale : env. 31mn

Matrass 2 theo pierrelMATRASS par Theo Pierrel
Line-Up :

  • Clémentine Browne : chant
  • Malo Gendrot : batterie
  • Corentin Lagrue : basse
  • Victor Roger : guitare
  • Simon Michot : guitare

Discographie :

  • Fulfillment (EP - 2017)
  • Inner Wars (EP - 2022)

Le Lien :

THE VERGE, Eccentric Girl (2022)

Le 28/02/2022

The Verge est un groupe de rock parisien.
The Verge (« bordure » en Anglais) a choisi ce nom car sa « musique est toujours à la limite entre la pop et le rock. C'est aussi le nom de l'une des plus grosses radios Rock de Californie. » (interview réalisée en 2017 par Music Waves à découvrir ICI)
Actif depuis 2014, le groupe a sorti, le 21/01/2022 son nouvel album :

« ECCENTRIC GIRL »
Cdcover 03 believe

« Eccentric Girl » est le troisième album de The Verge.
Les douze pistes de l'opus ont été sélectionnées parmi une trentaine de compositions nées de l'inactivité scénique due au confinement.


« Eccentric Girl » est soutenu par le clip « Keep The Head Up », à propos duquel The Verge expliquait dans une interview à Divertir :
« Nous avons été inspirés par un fait réel qui s'est passé en Caroline du sud (USA). En Juin 1944 un mineur noir de 14 ans est passé sur la chaise électrique, accusé à tort du meurtre de 2 fillettes blanches. Mais nous n'avons pas voulu donner un côté trop tragique à notre clip, le gamin qu'on voit passer sur la chaise électrique faisait en fait un cauchemar et se réveille soulagé à la fin. »
(retrouvez l'intégralité de cette interview ICI)

 


S'appuyant sur des riffs efficaces (« Eccentric Girl », « Keep The Head Up », « Nobody's Perfect ») auxquels l'électro accorde une certaine liberté (« Release The Sound » ), The Verge délivre un album à la production agréable et aux voix frisant parfois l'insolence. Si sa musique sait prendre des respirations (« 116 », « Just A Sign ») c'est toujours pour mieux repartir (« Lion In The Cage »). Très libre, l'album saura rappeler aussi bien les premiers  Roxy Music (« Sensual Fight ») que The Dandy Warhols (« I Don't Care », « Send The File ») mais, bien au-delà,  The Verge se caractérise par un rock volage et accrocheur. A l'évidence, son « Eccentric Girl » a des choses à dire. On vous recommande de l'écouter.


Les Critiques :

  • Entre réflexes psychédéliques 70’s et pop gagnées par les 90’s, « Eccentric Girl » sort grandi des écoutes successives.
    Rock Made in France

Line-Up :

  • Boodjie – Voix
  • Todd – Guitares / Voix
  • Ludy – Claviers/Voix
  • Joker – Guitare basse
  • Jammaria - Batterie

Setlist :

1. Eccentric Girl
2. Sensual Fight
3. Keep The Head Up
4. Release The Sound
5. 116
6. Nobody's Perfect
7. Lion In The Cage
8. I Don't Care
9. Butcher
10. Just A Sign
11. Let's Get It On
12. Send The File
Durée totale : env. 37mn

Discographie :

  • So Close So Far (2017)
  • Million Years (2019)
  • Eccentric Girl (2022)

Les Liens :

ALTERLIGHT, Fragments (EP - 2022)

Le 23/02/2022

Disponible chez M&O Music depuis le 04/02/2022, « Fragments » est le nouvel EP de la formation de rock belge Alterlight.
Alterlight s'inspire du rock alternatif des années 90/2000 (Weezer, Placebo, Muse, Coldplay, Linkin Park) pour un rendu au croisement de différents styles.
L'artwork de son nouvel opus est tiré du tableau « Parfum coloré » de l'artiste belge Mojo.
Alterlight


« Fragments » est un huit titres très court (22mn env.), que le groupe a voulu plus rock que son prédécesseur.
Il a utilisé pour l'enregistrement de l'EP des guitares à sept cordes.
« Fragments » est un mélange d'influences rock, pop et électro qui priorise les guitares. Les sonorités sont cependant rendues légères par un chant qui passe volontiers en voix de tête. Un featuring de Kaco CJ qui partage le chant sur « Rebirth » amène des choses intéressantes. L'ensemble a la sensibilité d'un VICIOUS GRACE. Il plaira aux amateurs de rock alternatif à la recherche d'un son qui sait conjuguer l'énergie du rock avec une certaine délicatesse.

Le Lien :

Pour en savoir plus sur Alterlight et son EP, nous vous recommandons l'interview de Divertir disponible sur ce lien.