BLACK METAL

LES ENFANTS DE DAGON, De Pronfundis (04/10/2022)

Le 27/01/2023

La qualité est au rendez-vous et l'écoute est recommandée au casque.

Voici un projet ambitieux (donc risqué) qui nous parvient via le label Sliptrick Record :

Les Enfants de Dagon

Les enfants de dagon
Les amateurs d'univers fantastiques auront identifié la référence à Lovecraft. C'est en effet le géniteur du mythe de Cthulhu qui inspire aux sept musiciens Lyonnais, réunis dans cette aventure, rien de moins que trois albums et deux romans !
Les Enfants de Dagon  placent leur histoire aux alentours de 1920, et leur personnage, Pierre Duval, est un prêtre catholique qui quitte la France pour exercer son ministère dans une ville portuaire des USA. Il y découvre une communauté vouant un culte à une étrange divinité.
Un premier roman, « Sous Ces Profondeurs », est disponible sur Bandcamp depuis juin 2022.
Le 04/10/2022 le collectif a livré le premier volet de sa trilogie musicale :

« De Profundis »

Les enfants de dagon cover
Le groupe est présenté comme un mix de death, de black et de doom metal. Nous lui trouvons une connotation symphonique importante, et c'est d'ailleurs l'opposition des univers métalliques du black et du sympho qui nous séduit et qui nous semble l'atout-maître de ce premier volet.
« De Profundis » est donc autre chose qu'un album de black : La richesse de son univers ouvre ses portes à un public plus large et curieux. Il s'écoute d'une traite, tel un voyage musical.
L'album bénéficie d'un son capable de merveilles, il accorde beaucoup de profondeur à certaines pièces. Cet excellent travail est signé Thomas Combépine et Mickael Kassapian (Warmaudio Décines).
Les Enfants de Dagon ont eu la bonne idée d'inviter Jeanne Soler à les rejoindre sur le morceau « Beyond ». L'intervention de son violoncelle aux côtés d'un piano et du chant lyrique remarquable de Céline Chassy fait naître une pièce baroque particulièrement réussie.
La technique vocale  est d'ailleurs à souligner (« Facing Darkness Part. I et II »), tenant parfois de la performance et ménageant quelques surprises et de belles oppositions de styles. Les interventions narrées ou chantées mélangent Anglais et Français.
« De Profundis » relève de l'engagement artistique, les Enfants de Dagon ont veillé à lui apporter un soin extrême et tout est parfaitement en place. La qualité est au rendez-vous et l'écoute est recommandée au casque.

Les Enfants de Dagon sont en concert le 28/01/2023 à Ambérieu-en-Bugey (Les Triplettes Social Club) avec la Fanfare Karlek (un très bon brass-band qui aime taper dans le catalogue Metal underground) et Hysteria. Ils proposeront à cette occasion en exclusivité un coffret limité, numéroté et signé à vingt exemplaires comprenant :

  •  L'album en CD et un livret collector « De Profundis »
  • Le roman « Sous Ces Profondeurs »
  • Une carte d'un visuel d'une des chansons signée par les membres du groupe

Ce coffret sera disponible au tarif de 25€ (CB ou espèces acceptées).

AKIAVEL, Veni, Vidi, Vici (23/12/2022)

Le 22/12/2022

Le pitbull du death signe probablement avec « Veni, Vidi, Vici » son meilleur album.

Il y a des groupes — On les compte sur une poignée de main — dont on perçoit dès la première apparition discographique qu'ils ont été bénis par les dieux du Metal. C'est le cas d'Akiavel.
Akiavel mr cana
AKIAVEL par Mr Cana Photography.
Dès son premier EP (2018), la formation varoise nous impressionnait par la mise en place de sa musique. On pensait « pour eux, c'est possible ». Petite vérification dans le background : bon sang mais c'est bien sûr ! Les quatre musiciens  avaient fourbi leurs armes dans plusieurs formations du Sud-Est.
L'album « V » (2020) marquait le début de la conquête, sans se laisser corrompre par l'apparition de la pandémie Covid-19 en France. Auré (chant) déroulait ses lyrics autour des cinq blessures de l'âme de Louise Bourbeau : la trahison, le rejet, l'abandon, l'humiliation et l'injustice. La growleuse s’expliquait sur cette thématique :
« J'ai eu l'idée de prendre ces cinq blessures et de les travailler en deux parties : côté bourreau et côté victime. »
Un an plus tard sortait « Vae Victis ». Auré avait fait un gros boulot sur les tueurs en série et lié le tout en dix chapitres. L'opus était servi par des clips remarquables. C'est qu'Akiavel ne lâche rien, et surtout pas l'image : ces beaux gosses en costards sont entourés par une équipe de fidèles : TOO MANY SKULLS (by Raf The Might) pour l'artwork, , Mr cana production pour les clips et Mr Cana photography pour les photographies. Ils les aident à développer un univers visuel macabre mais élégant, diaboliquement esthétique et fascinant.
2022. Adoubé par ses pairs (Loudblast, Benighted), Akiavel assoit sa réputation scénique (dates de concerts in fine).

Nonobstant, il piétine dans sa stalle de départ, impatient d'en découdre à nouveau sur sillons. C'est décidé, il lâchera son troisième album en version digitale avant la fin de l'année 2022. Son titre :

« Veni, Vidi, Vici »

Akiavel 5
« Veni, Vidi, Vici »... Une locution latine taillée sur mesure pour Akiavel !
Neuf  morceaux plus un bonus pour l'emporter.
Artwork Raf the Might, bien sûr.
Derrière l'enregistrement et le mixage, on trouve à nouveau la figure hexagonale de Sebastien Camhi et son Studio Artmusic, tandis que le mastering sera l'affaire de Jacob Hansen (Volbeat, Arch Enemy, Evergrey, Pretty Maids, Epica).
Quarante-trois minutes. Furie !
Pour l'intro, Akiavel lance une rythmique très sûre. La batterie s'installe. L'auditoire ronronne. 1:15. Explosion ! Tourbillon ! Beaucoup de maturité dans les vocaux. Le titre claque : « Purgatory » !

« [Help] Me Too » poursuit à un rythme effréné. Courte éclaircie apportée par la batterie et les guitares — on sait le Diable dans le détail. Féline, Auré variante (« Souls of War »). Rien n'est laissé pour compte.
Surprise en piste 4 : une voix claire fait son apparition. Qui ? On pencherait pour Ivan Pavlakovic, le chanteur de Disconnected. Sans certitude aucune... Mais la voix claire assure !
Démarrage hardcore pour « Witchcraft », l'un des premiers morceaux clipés de l'album.

Au coeur du plus bestial, Akiavel garde la musicalité. Les quelques phases mid-tempi restent denses (« Thoughts of a survivor »).
Brutal, savoureux, malsain, implacable. Du Black, Death, du Hardcore. Mais la mélodie reste perceptible jusque dans l'oeil du cyclone.
« Reign of lights », « Salvation », « A Few Words for Love » et sa rythmique Death'N Roll tellement addictive...
Chaque titre est servi par un tableau sublime, lumineux, et pourtant mystérieux, qui flatte notre fascination morbide.
9 salvation
En bonus, « Rape the limit ». Son final puissant termine la correction. Akiavel rappelle avec ce titre extrait du tout premier opus à quel point il était prêt à mordre et à ne plus lâcher dès son début de carrière. Parole tenue.
Akiavel impressionne. Le pitbull du death signe probablement avec « Veni, Vidi, Vici » son meilleur album. Dense, accrocheur, il porte la mélodie au coeur du hardcore. Il continue d'ouvrir le champ des possibles. Avec une grande classe. Toujours.
« Veni, Vidi, Vici ». Soumettez-vous. On vous le recommande évidemment.
L'opus sera dévoilé dès demain en version digitale, mais il vous faudra patienter jusqu'au 03/03/2023 pour profiter des premiers supports physiques.
Quant à nous, on guettera la sortie des vinyles numérotés pour embellir notre discothèque, parce que côté merch' aussi, Akiavel met généralement le paquet !
Akiavel cover
Précommandez ici :

Le groupe de black atmosphérique Imperium Dekadenz sortira son nouvel album le 20 janvier 2023

Le 13/12/2022

Il aura pour titre « Into Sorrow Evermore ».
Imperium dekadenz coverImperium Dekadenz  explique à son propos :
 « En cette saison sombre et froide, dans un monde qui menace de plonger dans les ténèbres, notre nouvel album Into Sorrow Evermore s’élève de cette brume d’incertitude. Mélancolique, puissant, poignant, une réflexion sur l’isolement et les bouleversements survenus ces dernières années, mais aussi un rêve dans l’ombre de ce qui pourrait advenir. Une fois de plus, nous sommes heureux de partager notre univers et combler vos coeurs. Dans l’obscurité nous luttons, menés par nos rêves, entraînés par le temps impitoyables ! »
« November Monument », un premier single-clip, a déjà été dévoilé.

« Into Sorrow Evermore » sortira chez Napalm Records aux formats suivants :

  • Coffret en bois : CD pochette cartonnée 6 volets, CD bonus des démos ‘Promo 2005’, drapeau, pendentif, patch - 300 exemplaires
  • 2 vinyles blancs - 300 exemplaires
  • Cassette coloris GRIS avec impression or - 100 exemplaires
  • 2 vinyles noirs
  • CD pochette cartonnée 6 volets
  • Lot CD pochette cartonnée 6 volets + t-shirt
  • Format digital
    Imperium dekadenz

Pré-commandes disponibles ICI

 

 

ETWAS, Enochian Keys - Chvpter I (01/09/2022 - chronique)

Le 17/11/2022

Un album à la séduction sulfureuse, rencontre de deux univers antagonistes sur la surface d'un miroir prêt à rompre.

Deux ans après « Behind The Veil », son premier opus, ETWAS revient avec « Enochian Keys - Chvpter I », disponible depuis le 01/09/2022.
Etwas
Ce premier long format des Nîmois marque un virage certain dans leur orientation musicale, mélangeant de forts éléments black metal aux ingrédients symphoniques qui caractérisaient l'EP.
Etwas se distingue par le chant très haut de Victoria Hove, cependant loin d'être figé car  la voix fait feu de tous bois, s'essayant même au growl avec éclat (« The Baphomet Cult »). Et c'est par des chuchotements incantatoires qu'elle nous accueille sur « The Purgatory »,  introduction aussi courte qu'efficace qui renvoie notre imaginaire aux films d'horreur les plus stressants.
La rythmique black appuyée (« The Mark Of The Goat ») prend ensuite le relais, serrant de près un chant céleste tandis que les chuchotements maintiennent l'atmosphère angoissante sur l'ensemble de la galette.  La pression est accentuée encore par l'arrivée des claviers et des growls ( « It's Alive » ).
Dans une alternance d'ombre et de lumière, les menaces succèdent aux promesses, les choeurs démoniaques côtoient les chants angéliques (« A Forked Tail And Horns »), les notes dissonantes (« Philosopher's Stone ») contrarient les aspirations néoclassiques (« Infernal Flames »).

Etwas compose ainsi un album à la séduction sulfureuse et gothique, rencontre de deux univers antagonistes sur la surface fragile d'un miroir prêt à rompre sous les coups d'un ballet tempétueux et diabolique qui tourbillonne sous chaque pas. La dualité black/symphonique installe donc en dix titres une atmosphère composite attirante qui sera familière aux amateurs d'ambiances ésotériques et de vampires de tous poils dont on ne sait bien s'ils ouvraient la bouche avec l'intention de vous sourire ou pour vous mordre.

FT-17, Aisne 1914 (06/06/2022 - chronique)

Le 10/11/2022

Retour en guerre avec Marcellin

Une chronique d'Apolline
Le groupe de metal extrême nantais FT-17 a sorti en juin son 3ème opus (sous le label nantais L'Ordalie Noire) intitulé « Aisne 1914 ».
Ft 17
Pochette de l’album « Aisne 1914 », réalisée par Newsålem (qui expose au WESTILL FEST de Vallet le 19/11/2022 puis le 21 janvier 2023, 18:30 au Purgatory de Bordeaux le 21/01/2023).


Pour ceux qui ne connaissent pas, FT-17, c’est du black metal mélodique, un peu influencé death.
Le groupe base ses œuvres sur la Grande Guerre (leur nom vient d’ailleurs d’un char d’assaut qui était utilisé à cette époque). Dans ce troisième album, tout comme dans les deux précédents (« Marcellin s’en va en guerre », sorti en 2016, qui donne une vision globale de la première guerre mondiale, puis « Verdun ! », paru en 2018, qui couvre la bataille du même nom) vous suivrez l’évolution de Marcellin Trouvé, un personnage fictif dont l’histoire est basée sur les écrits de trois poilus.
« Aisne 1914 » se focalise sur la bataille de l’Aisne (du 13 au 28 septembre 1914, mais c’est eux qui se chargeront du cours d’histoire hein, j’vais pas non plus tout faire, non mais !).
Les textes – en français s’il vous plaît – sont écrits dans un style moderne, mais renvoient sans nulle difficulté à cette époque lointaine, notamment grâce aux passages narratifs, où Marcellin avec sa voix grave – dans tous les sens du terme – raconte ce qu’il voit, ce qu’il vit sur le champ de bataille.
Ces moments d’accalmie sonore aident au passage l’auditeur à emmagasiner toute l’intensité des chansons, et nous permet de nous attacher encore plus à ce personnage.

Musicalement, on retrouve dans « Aisne 1914 » la même atmosphère – pesante et épique – du groupe. Leur black metal a un son très propre, caractéristique de FT-17, et la musique suit le cours de la bataille : la batterie accélère lors des offensives, et redevient plus lente lorsque la guerre se calme. L’enchaînement des différentes chansons est fluide et cohérent, et les quarante-cinq minutes que dure cet opus passent toutes seules, aussi délicieuses qu’une bière fraîche après une journée de travail par 40°C. Et plus on écoute plus on s’en délecte.
Le groupe peut se targuer d’avoir ouvert pour les Allemands de Kanonenfieber sur trois dates françaises fin octobre, et on leur souhaite autant de magnifiques concerts que possible. S’ils passent par chez vous, allez leur faire un petit coucou !
Je terminerai cette chronique en disant que FT-17, c’est un groupe qui nécessite du temps et plusieurs écoutes pour être apprécié à sa juste valeur. Il faut vraiment creuser dans leur discographie pour se rendre compte de toute la passion et le travail qu’ont mis les musiciens dans leurs œuvres. C’est pourquoi, même si cet album est excellent, je vous laisse ci-dessous le lien du premier album « Marcellin s’en va en guerre », car je pense que c’est celui des trois qui permet le mieux de se plonger dans l’univers du groupe, et dans le quotidien de Marcellin, et l’écouter en premier ne donnera que plus de profondeur aux suivants.

URAEUSES, Slithering through ancient catacombs (EP - 2022)

Le 10/05/2022

Noirceur au pays des pharaons

Par Apolline

« Dans l'antiquité égyptienne, l'uræus est le cobra femelle qui a pour fonction de protéger le pharaon contre ses ennemis. »
Eh bien il se trouve que dans l’ère moderne égyptienne, depuis 2018 plus précisément, Uraeuses (traduction anglaise de uræus) , c’est un groupe de black metal pas piqué des vers.
Uraeuses band2
Ils ont d’ailleurs sorti leur premier EP en janvier 2022, du nom de « Slithering through ancient catacombs »
Ce petit 7 titres d’une trentaine de minutes nous emmène loin, très loin, dans le temps comme dans l’espace, avec leurs ambiances obscures et possédées qui rappelleraient le Mayhem de fin 80 début 90 ou Emperor magnifiées par quelques notes atmosphériques. Et si on est tout de même loin de Summoning et de leur univers, ces pointes atmosphériques ajoutent une identité au groupe et à son album, et rendent l’ensemble d’autant plus agréable à écouter.
Quant aux textes, eh bien c’est simple, ils tournent tous autour de la mythologie égyptienne et des principaux Dieux qui la composent : Râ, Isis, Sekhmet…
Découvrez le deuxième titre de l'opus, « The Origins of Sand Storm » juste ici :

Il n’est pas superflu de se pencher sur la pochette de l’album, qui représente somptueusement bien ce qu’elle renferme : de multiples symboles liés à l’Egypte antique comme l’ânkh, le scarabée, le benben... et bien-sûr les fameux serpents, des uræus qui font écho au nom du groupe. Le tout s’enchevêtre sur un fond sombre et mystérieux, à l'image de leur musique.
Uraeuses artwork
Bref, on espère qu’après la lecture de cet article, vous vous empresserez d’aller découvrir cette petite pépite venue d’un autre monde, et que vous voyagerez avec nous vers d'autres horizons.
Uraeuses band

Le Lien :