HEAVY METAL

Emma’s Backstage Stories : Emma, la petite souris du rock, vous emmène dans les coulisses de la musique.

Le 22/01/2023

Emma souris 2

Iron Maiden dénonce un monde au bord du désastre.

Iron maiden powerslave

IRON MAIDEN - Powerslave (1984)


En 1947, une horloge virtuelle (Doomsday Clock) a été créée et mise à jour par les directeurs du « Bulletin of the Atomic Scientits » de l’université de Chicago, une revue scientifique qui traite de la sécurité mondiale. Sur cette horloge, minuit représente la fin du monde.

 

 

 

 

Doomsday clock 1
L’horloge utilise l’analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l’humanité du fait des menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Le nombre de minutes restantes avant minuit (Heure de fin du monde) est mis à jour après une estimation collégiale, et en fonction de la menace sur la terre. Plus la menace est imminente, plus on se rapproche de minuit. Il survient un événement grave qui pourrait nous amener à la guerre ? On avance l’aiguille de l’horloge !
En 1947 l’heure était fixée à 23h53.
Depuis le 23 janvier 2020 l’horloge affiche minuit moins cent secondes (23h58 min 20 s) en raison de l’ « incapacité des dirigeants mondiaux à faire face aux menaces imminentes d’une guerre nucléaire et du changement climatique ».
Ainsi, dans sa chanson « 2 Minutes to Midnight », (2 minutes avant minuit), Iron Maiden fait référence à l’horloge de la fin du monde qui en septembre 1953 avait atteint 23h58. Cette année-là, à la suite des essais de la bombe H par les États-Unis et l’union soviétique, l’horloge a été très proche de minuit.
Iron maiden 2 minutes to midnight
Créée en 84, cette chanson est une accusation. Elle accuse la guerre ayant pour but le profit et la destruction négligente du seul rocher sur lequel nous devons vivre. La guerre est comme une grande entreprise, un système de prédation économique et social et les seuls qui en pâtissent sont les gens ordinaires, et non les magnats et les politiciens qui la causent et la perpétuent.
La notion d’Economies de guerre est apparue, évoquant ces complexes militaro-industriels qui tirent profit de toute entrée en guerre d’un pays suffisamment prospère.
La convoitise et la négligence, deux grandes menaces humaines qui font avancer l’aiguille sur l’horloge, qui nous amènent au bord du gouffre.
La musique comme message d’alerte… Iron Maiden s’en charge.

 

LIVE-REPORT : EVER AFTER + ANTIPOD + STEREOSUCKERS au ROCK N EAT (13/01/23)

Le 18/01/2023

LIVE-REPORT EVER AFTER-ANTIPOD-STEREOSUCKERS au ROCK N EAT (Lyon-13 janvier 2022)

Par Dam'Aël 

Habitant sur Saint-Raphaël, je n'étais pas revenue au ROCK N EAT official(by céd & mike)  située quai Arloing dans le 9e arrondissement de Lyon, depuis le passage de Mobius, Altesia et Talvienkeli le 28 octobre 2021. Je me replonge dans l'univers bien particulier de cet endroit atypique de par son architecture. Au niveau "déco", on confirme le fidèle flipper Iron Maiden, une section de carcasse de voiture parée d'un drapeau anglais (Iron Maiden oblige), une sculpture par soustraction de Eddie (Iron Maiden oblige), un baby foot sur roulettes mais oups banal (Iron Maiden évincé). Pizza, burger, frites défilent sous mon nez, beer, bier, birra, cerveza, bière pétillent dans les gobelets à l'effigie du Rock N Eat. 

Venue principalement pour soutenir et assister à la première de Antipod, j'en profite aussi pour découvrir en live ce vendredi 13 janvier Ever After et Stereosuckers.

STEREOSUCKERS :

Le quartet est composé de Terence Bougdour (Filthy Brats) au chant, Dizzy Viper (Sleekstain) aux guitares et Gregg Erin (8Ball Ink) à la basse et CJ Butcher à la batterie et investit la petite scène avec le sourire franc et communicatif de Terence. Il le gardera tout au long de ce set qui nous envoie en pleine face, en mode bonne droite de boxeur, leur hard Rock old school posé sur une voix très identitaire, parfois même avec un mélange de Billy Idol et de Brian Johnson qui a attiré mon attention. C'est efficace, carré, joué avec passion. ils sont là pour se faire plaisir les guys, ça se voit et ça se transmet au public bien présent. Les quatre singles de la formation Revolutiön, Moments Like These, Still In my Dream et My Home Town sont proposés dans une setlist de dix titres, ponctuée d'une magnifique balade électro-acoustique qui narre avec beaucoup d'émotion une déception sentimentale vécue par le guitariste lui-même. Le groupe prévoit la sortie de son premier EP, on garde donc un œil de Rockeur sur eux. Stereosuckers, vous avez parfaitement chauffé la scène pour l'entrée du groupe Antipod.
ANTIPOD : 
 
La formation lyonnaise formée par Sébastien Lelong attendait cet évènement depuis des mois et imaginez sept bipèdes qui piétinent depuis de longues journées avec cette envie irréductible de fouler les planches du Rock N Eat! Non seulement ils ont soulevé la poussière résiduelle de cette scène mythique, bousculé les nuages de fumée imaginés par la scénographie, libéré les watts haute tension, mais ils sont allés jusqu'à déclencher l'alarme incendie à la fin de leur set. Quand Antipod décide de marquer les esprits, il sait s'y prendre!
L'entrée du groupe s'effectue membre par membre fédérant un public déjà bien excité et encore plus interactif avec le groupe; il est aussi là pour Antipod et sa toute première prestation scénique!.. Un vendredi 13 !!! Je pourrai même les soupçonner d'avoir acheter sept billets de loterie...
Revenons sur leur set d'une durée d'environ quarante minutes : après une intro au séquenceur, les Lyonnais s'échauffent avec élégance, talent et force sur Heylel au chant féminin proposé par Jemina Robineau, très maîtrisé et délicat. Naufrage suit avec l'arrivée masculine, en second lead vocal, de Stéphane Monserrat en tenue de rockeur accompli (Il sévit aussi dans le groupe clermontois depuis plus de trente ans Awacks). La complicité est réelle et magique et les deux chants offrent une précision et une justesse irréfutables. Aucun doute, le potentiel est là et confirmé de surcroît par une section rythmique de haut niveau. A n'en point douter, Antipod et son avenir sont à surveiller et à suivre avec beaucoup d'assiduité.
Le duo enchaîne sur Ne Jamais Douter. Si jamais les membres d'Antipod ont un quelconque doute sur leur talent, on les rassure immédiatement "Ne Jamais Douter" doit être la devise princeps de la formation. La vie au Temps prend le relai avec pour terminer leur passage sur scène, Nouvelle Ere qui devrait être désormais l'horizon de vie de Antipod. Il est indéniable que la qualité instrumentale fait mouche, et on fait un clin d'œil au tout nouveau batteur Aurel Haddock qui a su reprendre au pied levé les baguettes de Greg en y apportant une touche personnelle sans revisiter totalement le travail originel des percussions, une touch plus métalleuse pour cette section rythmique qui explore avec une réelle alchimie Heavy, Symphonique et Progressif dans un espace très mélodique. Les compositions sont riches, variées : l'auteur, compositeur n'est autre que le claviériste et fondateur du groupe, Sébastien Lelong. On cite Bilel Adda à la guitare rythmique, Matthieu à la basse et Elias Bouabib à la guitare lead, qui lâche des soli solides, parfois shreddés qui déchirent et qui font leur effet. Un potentiel dans les cordes d'Antipod.
Je rejoins Noise Injection sur la perception du son selon l'endroit où l'on se trouve. Les voix de Jemina et surtout celle de Stéphane auraient mérité un peu plus de mise en avant sur l'instrumental.
Antipod est en train de finaliser son tout premier album EVEIL qui sortira dans les bacs vraisemblablement dans les semaines voire les mois à venir ; un album qui devrait prendre sa place dans le catalogue international du label italien Wormholedeath.
Merci encore à Sébastien Lelong et sa petite famille pour l'accueil particulier qu'ils m'ont accordé.
EVER AFTER :
Ever After en chiffres :
2017 : formation du groupe par Hélène Finaud (chant lead) et Laurent Moulin (basse et chant), basé sur des reprises
2018 : Eclosion du groupe sur des compositions
2019 : 1er EP "Lost Control" un 5 titres
2020-2021 : vide temporo-spatial Covid
2022 : clip de "Earth Rehab" (27/11/22)
2023 : Sortie du premier album Fucking Phoenix et sa release party au Rock N Eat (13/01/23), avec Romain Thual à la guitare, Anthony Sejalon à la batterie, Loïc Dole à la guitare et Jérémy Gubian au clavier.
Ever After est prêt à en découdre car l'ambiance est électrique, le public réintègre la salle du Rock N Eat après la fausse alerte incendie, une façon originale de la part d'Antipod, de passer le relai à leurs confrères Lyonnais. Le combo est là pour défendre son premier album Fucking Phoenix, tout frais, rempli de motivation, de plaisir, d'énergie. Le ton est très rapidement donné avec une ligne vocale féminine qui aiguise quelque peu notre curiosité. Le spectre vocal de la chanteuse est très intéressant et son songwriting l'est tout autant. Je serais même tentée de dire qu'elle ne nous a peut-être pas donné la totalité de son potentiel dans cet opus. Hélène au fin fond de ses retranchements pourrait être une sacrée surprise. C'est pourquoi j'attendrai le second album avec beaucoup d'impatience. Cela dit, les six membres de Ever After, avec les dix titres de Fucking Phoenix, ont offert une prestation sérieuse, passionnée et digne d'un groupe qui en a sous les fers. Un Metal Symphonique qui n'a pas à faire rougir tant le travail est sérieux, accrocheur et pour lequel la patte Ever After marque au fer rouge un "Symphonique au cachet dingue" comme l'a très bien écrit mon confrère Ahasverus ( sa chronique : http://www.ahasverus.fr/blog/ever-after-fucking-phoenix-13-01-2022.html). Une véritable surprise malgré la panne vite résolue de la tête d'ampli guitare qui est venue compléter le monde de l'imprévu. Une soirée pleine de rebondissement sur fond de talent et de bienveillance.
On rappelle que Ever After sera présent au PLANE 'R FEST qui se tiendra les 6 et 7 juillet prochain dans la région lyonnaise.
 
Merci à tous pour cet excellent moment musical, festif et bienveillant.
 
 

Nouvel album de SORTILEGE en mars (concert en janvier)

Le 15/01/2023

« Apocalypso », le nouvel album de Sortilège version Christian "Zouille" Augustin (voir * in fine), sera disponible dès le 03 mars 2023 via Verycords.
Sortilege
Au contraire de l'album  « Phoenix » (2021) « Apocalypso » sera composé uniquement de morceaux inédits.
Il s'agira d'un dix pistes.
Sortilege investira le 27/01/2022 Le Forum de Vauréal. Plusieurs morceaux du nouvel album seront joués sur scène pour la première fois. Le concert fera l'objet d'une captation DVD en vue de la sortie d'un Live.
Sortilege concert vaureal
La billetterie est déjà ouverte :

Sortilege est en concert le :

  • 28/04/2023 à Lille
  • 30/04/2023 à Bordeaux
  • 06/05/2023 à Les Pennes-Mirabeau
  • 13/05/2023 à Metz

Line-Up :

  • Christian Zouille Augustin : chant
  • Bruno Ramos : guitare
  • Olivier Spitzer : guitare
  • Sébastien Bonnet : basse
  • Clément Rouxel : batterie

Lien fanclub :

(*) Sortilege est l'un des représentants majeurs du Metal français des années 80, caractérisé par la voix très haute de son chanteur et un style heavy semblant déjà annoncer cette branche du power metal qui serait initiée peu après par les deux Keeper de Helloween . Sortilege se sépare en 1986 après trois albums. Il se reforme brièvement en 2019 avant qu'une scission ne s'opère entre les musiciens, engendrant deux formations, chacune revendiquant ses droits sur le nom du groupe.

BORN AGAIN, Live Hard, Die Free (10/06/2022)

Le 15/01/2023

Cette galette de vingt minutes monte à l'assaut sabre au clair avec cinq morceaux de bravoure qui conjuguent foi et talent.

Il n'est jamais trop tard pour parler des bonnes choses et ce petit retour en juin 2022 s'intéresse à une formation née à Besançon en 2016 : BORN AGAIN.
Le groupe sort deux albums : « Strike With Power » en 2017 et « True Heavy Nation » en 2018. Il a le bon goût d'en confier les artworks à Stan W Decker.
Born again 2 albums
C'est à nouveau à ce maestro français qu'il s'adressera pour illustrer son troisième opus, un EP de cinq pistes intitulé :

« Live Hard Die Free »

Born again artwork
Nul besoin d'en appeler à l'ADN mitochondrial pour savoir à quelle famille appartient « Live Hard Die Hard » : Cette section basse/batterie qui bombarde, cette guitare qui s'enroule comme une liane, cette voix rocailleuse qui éructe, bon sang mais c'est bien sûr ! On est en plein heavy anglais !
« Night of the Beast » vous prend aux tripes. Il aurait pu figurer sur une galette comme « Bomber ».

« Hellbreaker » fonce tête baissée et livre des phases musicales instrumentales savoureuses telles que savaient en réserver les vieux Sabbath.
« Metal Wings » gagne en efficacité et développe des grattes à la Judas Priest (période 80's) sur une rythmique de malade.
« Day Of The Reaper » est capable d'accélérations aussi fulgurantes que sulfureuses.
« Live Hard Die Free » imprime à sa basse trépidante une cadence à la « Ace of Spades ».
Dans une maitrise savante du style, Born Again donne une leçon de bon heavy en cinq chapitres. Motorhead, les vieux albums de Judas Priest et une pincée de Black Sabbath sont les ingrédients d'un opus digne de la frange dure du heavy 80's ou des meilleurs Vulcain. Le moindre riff, le moindre détail jusqu'à l'artwork, le moindre titre de chanson résonnera dans les tripes du fan de heavy. Le chant rocailleux enfourche les morceaux et mène chaque titre à la bataille. La section rythmique fait un travail de fou, pied au plancher, la guitare lead ne donne pas sa part au chien et les soli ne manquent pas, et tout ça respire l'authenticité et une connaissance parfaite de son art. Cette galette de vingt minutes monte à l'assaut sabre au clair avec cinq morceaux de bravoure qui conjuguent foi et talent. Elle est savoureuse et puissante, tout à fait digne de ses grands aînés de la NWOBHM. Elle mérite toute votre attention.

MANIGANCE : carnet de Bal

Le 03/01/2023

« J’ai décidé de faire de nouvelles parties de guitare plus lourdes que sur les albums précédents. » (François Merle)

La version anglaise de l'album « Le Bal des Ombres » sortira le 24/02/2023 chez Rockshots Records. Elle s'intitulera « The Shadows Ball ». Il ne s'agira pas d'une simple version traduite de l'album initial.
Manigance artwork hd 1500 1500 px
Ce huitième opus studio de Manigance marque sa volonté de rendre sa musique plus accessible au public international, en amont de la tournée européenne 2023, avec notamment Rhapsody Of Fire, une affiche prévue de longue date et contrariée par la pandémie. (Retrouvez toutes les dates des concerts de Manigance en fin de publication)
Manigance tour
Les Béarnais précisaient récemment :
« Nous voulons élargir notre audience et faire, après la version française, une nouvelle proposition artistique plus accessible au public étranger, mais aussi une nouvelle approche pour notre public francophone. The Shadows Ball est un album avec des sujets actuels et contemporains. Un univers à découvrir entre liberté et colère, trahison et isolement, manque et injustice. Un album qui à la fois dénonce et dessine une fenêtre d’espoir. Un album engagé et percutant ! »
Premier long format en anglais, certes, mais pas premier essai dans la langue de Shakespeare, puisque le groupe présentait notamment sur la tournée « Machine Nation » (2018/2019) une version remaniée du morceau « Loin d'Ici ». Il devenait devenait, tandis que Carine Pinto remplaçait au chant Didier Delsaux, « Your Energy ».

Ce single était destiné à remercier le public d'une tournée européenne qui entérinait l'intronisation de Carine au poste de chanteuse. Le groupe concluait en remerciant son public pour son « accueil chaleureux qui nous encourage toujours à pousser plus loin les limites ! »
Repousser les limites ? Nous y sommes en plein ! 2023 voit Manigance désireux d'exploiter la tessiture de voix de sa chanteuse et d'élargir son champ d'action. Il refuse une simple traduction des morceaux du « Bal des Ombres ». François Merle (guitare) s'en explique :
« Cet album contient différentes chansons répondant aux standards de Manigance. Nous avons raccourci les chansons et travaillé sur les arrangements. Nous allons jouer beaucoup de ces chansons lors de nos concerts. Les fans devraient apprécier. Elles sont adaptées pour être jouées en live. Nous avons évolué dans notre processus d’écriture. Les titres sont encore très riches, mais la structure est plus simple. Nous écoutons également les dernières productions pour offrir un album moderne avec un son actuel. »
Manigance 1 promo 2023
Manigance promet de surprendre les fans morceau après morceau. François complète :
« J’ai décidé de faire de nouvelles parties de guitare plus lourdes que sur les albums précédents. J’ai acheté de nouveaux amplis pour pouvoir produire un son de guitare particulier pour le nouvel album. J’ai écrit la majorité des nouvelles chansons. Avec la nouvelle voix de Carine, j’ai proposé de nouvelles structures. J’ai préféré raccourcir les parties instrumentales des solos pour me concentrer sur la composition. Lionel Vizerie a beaucoup travaillé sur les arrangements de guitare pour apporter une atmosphère nouvelle et plus moderne. Nous avons profité de la pause avec la COVID pour trouver de nouvelles inspirations. Le temps nous a permis de travailler sur les mélodies. Nous avons également décidé de remplacer certaines parties de clavier par des parties de guitare pour avoir un son plus lourd. Dès que les démos des chansons ont été terminées, nous avons commencé le processus d’enregistrement. »
Rien n'a été négligé pour donner cette nouvelle vie au Bal des Ombres qui a été repensé jusqu'à l'artwork, dessiné par Stan W Decker. (Ci-dessous les deux versions)
Manigance deux albums
Les douze titres de « The Shadows Ball », précise le communique de presse, « s’inspirent des paroles de Carine Pinto à partir d’émotions personnelles et intimes, mais qui peuvent aussi concerner la plupart des auditeurs : de la trahison d’un ami, l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, le changement climatique, la violence contre la communauté LBGT, le confinement pendant la COVID, la violence familiale...
Une sortie alléchante qui appelle une question sur le devenir du groupe : Manigance continuera-t-il à sortir des albums en Français ou choisira-t-il désormais de privilégier un public international avec des opus en Anglais ? Only time will tell...
Manigance tournee

Munroe's Thunder « The Black Watch » (sortie le 11/11/2022)

Le 10/11/2022

"The Black Watch" a cette qualité à reprendre des influences majeures et à livrer avec passion de grandes tendances Rock Metal en y faisant éclore le style Munroe.

Groupe : Munroe's Thunder
Origine : USA
Album : The Black Watch (11/11/2022) - Chronique d'album
Genre : Power Metal Mélodique
Label : RFL Records
Par Dam'Aël

 

Munroes thunder

LE GROUPE :

Cinq membres constituent ce groupe de Power Metal Mélodique mais Munroe's Thunder, formé en 2015, est d'abord et avant tout un projet solo de l'Américain Ronny Munroe  connu pour avoir été le frontman et vocaliste de Metal Church avec sa participation sur quatre de leurs neuf albums : "The Weight Of The World" (2004), "A Light In The Dark" (2006), "This Present Wasteland" (2008) et "Generation Nothing" (2013). Ronnie intègre aussi le groupe de Rock Progressif du guitariste Kurdt Wanderhoof, Presto Ballet qui lui permet de mettre encore plus en avant ses talents vocaux ( album "Invisible Places" et un EP "Like What You've Done With The Place"). Il rejoint par ailleurs Trans-Siberian Orchestra en octobre 2011 et avait au préalable officié dans Zero Discipline, Madhouse, Moxi, Seattle Palatin (1986-1988), Farcry (1990). Enfin, depuis juillet 2022 il est annoncé comme le nouveau chanteur d'un autre combo de Power Metal Vicious Rumors. Vous l'avez compris, Ronnie Munroe en a sous ses semelles et sur ses cordes vocales, nul doute à avancer.  A rappeler dans la foulée, la discographie solo de l'artiste : Internal Quest (EP 2007), He Fire Within (2009), Lords of the Edge (2011) et Electric Wake (2014).

Ronnie Munroe joue aux côtés d'artistes tels que Motorhead, Black Sabbath, Dio, Iron Maiden, Judas Priest, Queensryche, System of a Down, Fear Factory, Blind Guardian, et réalise de nombreuses performances aux USA mais aussi en Europe , y compris sur des festivals comme le Wacken Open Air, Rock Hard Fest, Sweden Rock,  Graspop, Bang Your Head, BW & BK, Rocklahoma sans oublier des salles prestigieuses telles que la House of Blues (Chicago, Cleveland, LA), BB King's (NY) et le Roberto Clemente Coliseum (San Juan, Porto Rico). Difficile de tout nommer et ce n'est pas l'objet princeps de ce papier. 

Je vous signalais en préambule la présence de cinq membres au total ; en effet Munroe s'est octroyé le support de David Mark Pearce à la guitare lead et à la basse, Oliver Wakeman aux claviers, Justin Zych à la guitare et BJ Zampa  à la batterie.  A préciser que David Mark Pearce revêt un autre rôle important, celui de directeur musical assurant également le mixage et la production  de la galette The Black Watch

Line-up de MUNROE'S THUNDER :
Ronny Munroe - Vocals
David Mark Pearce - Guitars, bass
BJ Zampa - Drums 
Justin Zych - Guitar 
Oliver Wakeman-Keyboards

 

20221107 115157

L'ALBUM : THE BLACK WATCH

Un petit historique sur cet album ne s'impose pas mais donne quelques informations supplémentaires pour les fans jusqu'au-boutistes. The Black Watch devait sortir l'été 2016 mais la vie sait arrêter  diaboliquement les heures douces et légères quand elle le décide. Un cancer est diagnostiqué chez la femme de Ronnie, Joy Von Hughes qui de surcroît contracte une pneumonie. L'album devra attendre. La période du Covid y rajoutera une couche supplémentaire pour différer nombre de projets et notamment celui de Munroe's Thunder. Après le décès de Joy en juin 2019, il était primordial de terminer cet opus qui devient un véritable hommage envers Joy et son courage.

Le titre relève d'une intrigue assez extraordinaire et inattendue. Ronnie nous explique : " The Black Watch, est vaguement basé sur mon héritage familial, car certains de mes ancêtres étaient en fait dans The Black Watch qui gardait Mary, Queen Of Scots. Découvrir cela m'a suffisamment intrigué pour faire un album conceptuel à propos de mon héritage familial." 

Rappel historique : " Mary Queen of Scots, nom d'origine Mary Stuart ou Mary Stewart, (08/12/1542 en Écosse - 08/02/1587 en Angleterre), reine d'Écosse (1542-1567) et reine consort de France (1559-1560). Ses actions conjugales et politiques imprudentes ont provoqué une rébellion parmi les nobles écossais, la forçant à fuir en Angleterre, où elle a finalement été décapitée en tant que menace catholique romaine pour le trône anglais. L'histoire est l'un des contes les plus reconnus de l'histoire " et tenez-vous bien Munroe découvrant qu'il a des liens avec cette histoire légendaire décide d'en faire un album concept.  

Le 16 sept. 2022 Munroe's Thunder  déclenche les précommandes de l'album via RLF Records avec un bonus pour les 100 premières commandes : une affiche en édition limitée.

Ce sont 11 titres au total que nous pourrons découvrir le 11 novembre prochain, dont une très brève intro instrumentale de 21 secondes " Battle Cry"et un interlude de 1'46 "Falkirk".

"Battle Cry" (Pearce) s'introduit au son des cornemuses irlandaises et laissent très rapidement la place au premier véritable morceau, le titre éponyme,

"The Black Watch" ( Zych, Munroe, Pearce) qui nous mène sans ménagement dans le vif du sujet et en immersion totale dans le thème historique de la galette. Un Bruce Dickinson n'aurait sans doute pas fait beaucoup mieux sur ce titre tant la ligne de chant de Ronnie délivre des mélodies incisives dont certaines envolées claquent de plein fouet notre système auditif, ravi des sons qu'il a à traiter. Les riffs de guitare puissants se posent sur une rythmique solide, et proposent des plages sonores bien choisies et inspirées. Bien, les hostilités sont lancées et le feu est mis en moins de 8 mn depuis la déclaration de guerre.

"Awaken The Fire(Pearce, Munroe) n'éteindra pas l'incendie décidé par Munroe's Thunder avec cette structure instrumentale combative, ses riffs monstrueux et dévastateurs que les claviers essaient de rendre plus joyeux. Cette troisième piste offre deux solo, le premier proposé par Pearce et le second en collaboration avec Zych. Le trig de la batterie peut même rappeler les crépitements des flammes qui viennent lécher les mains ensanglantées du texte.

"Gray Hall (Pearce, Munroe) laisse la place à la colère, au chant cinglant, agressif et belliqueux que chaque instrument mène tambour-battant ; une véritable invective sonore que les plages de claviers alimentent avec détermination. Une alliance Maiden/Deep Purple sur contrat émis par Munroe's Thunder! En d'autre termes, des influences évidentes qui s'ouvrent sur du Munroe's Thunder en barre. Portez une attention toute particulière au passage qui débute aux 2'04 et qui s'étire aux 2'50, qui est pour moi, un passage épique et magistral.

"Baddington Mary(Pearce, Munroe) s'ouvre sur une plage acoustique et la voix de Ronnie, basse, même très basse. Les couplets sont proposés ainsi, en opposition aux refrains plus dynamiques et sur envolées vocales qui crient douleur et déchirement. On rappelle ici, que lors de la composition de l'album, Joy souffrait énormément... cette souffrance s'exprime magistralement dans l'interprétation de Ronnie sur ce titre qui aborde la trahison d'un certain  Anthony Babington (on note l'absence d'un double b, par rapport au titre) condamné pour avoir comploté l'assassinat d'Élisabeth Iʳᵉ d'Angleterre et pour avoir conspiré avec la reine Mary, emprisonnée, qui avait su communiqué par l'intermédiaire d'un cryptage de ces lettres... La prestation au chant de Munroe démontre, s'il fallait encore le démontrer, une grande capacité à changer de tonalité et de tessiture.

"Brace For The Night" (Pearce, Munroe) Batterie, claviers et ... le reste! Ce 6ème titre est tout en puissance sur des claviers qui n'ont rien à envier à ceux de grands groupes auxquels nous pensons tous. Situé Oliver Wakeman dans la veine d'un Don Airey ou d'un Jon Lord est loin d'être exagéré. On salue la puissance du duo basse / batterie. Ca ronfle et ça martèle! Et nous pouvons tirer notre chapeau pour le gigantesque travail que David Mark Pearce exécute sur chacun des titres. Aucune redondance dans des soli tout aussi magiques qu'efficaces.

"Dead Man's War" (Pearce, Munroe) s'annonce comme une ouverture de film à la Golden Meyer. Encore un titre qui tue sur riffs qui décapitent (Mary Stuart apprécierait sans doute assez peu l'expression) en duo avec une basse plus qu'endiablée. Ces deux monstres nous proposent deux soli, celui de Zych puis celui de David durant ces 5'54.

"Falkirk( Zych, Munroe) offre une pause douce et tendre sur guitare acoustique et claviers délicats, mélodieux presque soyeux. Un peu de tendresse dans cette histoire de brutes (en référence à la bataille de Falkirk). Ronnie Munroe délivre une prestation tout aussi délicate. La photo de J Von Hughes Munroe figure sur la page de ce titre Falkirk, dans le livret de l'album (est-ce une référence au texte : "We lost a legend...)

20221108 113046

"Thirty Years War" (Pearce, Munroe) : Une des forces de Munroe's Thunder est de savoir nous délivrer des instrumentaux colorés et puissants donnant une place importante aux claviers qui voguent sur mer calme et océans agités, donnant le crescendo au titre en habile complicité avec les riffs de guitare et la solidité de la section rythmique; le chant doublé de choeurs texture ce titre qui flirte ouvertement avec un progressif évident.

"Echoes Of The Dead (Pearce, Munroe) : 5'11 de Power Metal carrément trashy qui envoie les watts sans retenue avec pas moins de trois soli en cadeau : le premier livré par David Mark Pearce et les deux suivants par Justin Zych. Les claviers restent efficaces et opportuns et BJ Zampa ne lésine pas sur les toms qui assure une structure béton du début jusqu'à la fin. 

Ce titre est supporté par une vidéo officielle accompagnée des paroles sortie le 23 septembre dernier, qui intègre en introduction Battle Cry, le court instrumental de début d'album.

"The Executioner(Pearce, Munroe) : The executioner est un condensé de puissance, d'efficacité, de riffs cinglants, fracassants et étourdissants appuyés sauvagement par des claviers stupéfiants. La ligne vocale est incisive et redoutable, confirmant sans contestation possible le talent de Ronnie Munroe dans sa capacité de lâcher envolées et robustesse.

Track List:
1. Battle Cry
2. The Black Watch
3. Awaken The Fire
4. Gray Hall
5. Babbington Mary
6. Brace For The Night
7. Dead Man's War
8. Falkirk
9. Thirty Years War
10. Echoes Of The Dead
11. The Executioner

Pour vous donner un bel aperçu en 2'14, un petit clic pour une grande claque :

Notre avis :

The Black Watch est un album qui ne peut que rassembler un grand nombre d'aficionados de Maiden, Deep Purple, de Dio, de Metal Church, de Rainbow... car il a cette qualité à reprendre des influences majeures et à livrer avec passion de grandes tendances Rock Metal, en y faisant éclore le style Munroe. La richesse des compositions, le panel vocal, la technique de chacun des membres en fait un album, texturé, varié, puissant. Son côté à la fois conceptuel et très personnel rajoute encore plus d'émotion à cet opus. La dynamique des onze titres sait allier puissance, douceur, énergie, émotion. The Black Watch bénéficie d'une production high level, assurée par David, qui magnifie le talent de chacun des membres du quintet et en fait un album de grande qualité, très inspiré ; il ne faut surtout pas passer à côté. Vous pourrez vous le procurer auprès de son label RFL Records.

On va plus loin chez Ahasverus :

L'album étant prévu à l'origine pour 2016, nous avons retrouvé le teaser d'origine proposé le 30 déc. 2015 avec un line-up légèrement différent. La basse devait être assurée par RC Ciejek ( Ancien bassiste de Joey Belladonna et d'Anthrax), la batterie, elle, par Rick Ward (Midnight Circus & Azrael's Bane).

 

Les liens :

https://www.facebook.com/munroesthunder

https://www.facebook.com/ronnymunroefb

RFL Records

https://www.facebook.com/rflrecordsroxx

 

 

 

EVIL-MINDED, Lucy’s Fate (14/10/2022 - chronique)

Le 27/10/2022

Pour les fans d’Iron Maiden cet opus est un petit bijou tant l’inspiration est évidente.

Groupe : Evil-Minded
Album : « Lucy’s Fate »
Genre : Heavy Metal
Influences : Iron Maiden / Judas Priest / Metallica / AC/DC / Motörhead
Origine : Toulouse
Sortie : 14/10/2022

Par Pépé St@kaTTo

Line-up 2022 :

  • Jonathan Sendrané (chant, guitare)
  • Jonathan Jourdan (batterie)
  • Romain Bourgeois (guitare)
  • Guillaume Lefebvre (basse) Lorraine Cross, Nemedian Chronicles

Evil minded music records france promo

Anciens membres :

  • Anaïs Abbadie (chant)
  • Yann Lehue (basse)
  • Damien Oliveira (basse)

Discographie :

  • Rock'N'Roll Road (2015 – démo 10 titres)
  • Into The Jaws Of Death (2019)
  • Weighing of the Heart (2020 – EP 3 titres)
  • Lucy’s Fate (2022)

« Rock'N'Roll Road » (2015) - Démo
« Into the Jaws of Death Label » (2019) - Autoprod’
Tracklist :
1.Into the Jaws of Death - 2.No Man's Land - 3.The Old Knight - 4.Missing Paradise - 5.Call of Duty - 6.Pain - 7.Holy Wars - 8.Evil-Minded - 9.U235
« Weighing of the Heart » (2020) Artwork Mario Lopez - Autoprod’
Tracklist :
1.1789 - 2.Unmerciful Life - 3.Weighing For The Heart

« Lucy’s Fate » (2022) - Artwork Mario Lopez - Label Music-Records
01.The Evil Within - 02.The Last Strike - 03.The Eternal City - 04.Filibusters -05.1789 - 06.London Vampire - 07.Lucy’s Fate - 08.Weighing Of The Heart - 09.Trust My Lies - 10.Unmerciful Life - 11.Rock Squadron
Evil minded lucys fate music records
C'est à Muret très exactement, en banlieue Toulousaine (Sud-Ouest, Haute-Garonne et patrie de la Chocolatine) qu’Evil-Minded voit le jour en 2010. Sous l’impulsion des deux Jonathan, Jourdan et Sendrané, guitaristes et grands passionnés de Hard Rock des années 80 (Iron Maiden, Judas Priest, Metallica, AC/DC, Motörhead), le groupe va intégrer de nouveaux membres, répéter, participer à quelques scènes locales et sortir finalement une démo en 2015.
Après quelques changements notoires, Jonathan Jourdan ayant lâché sa guitare (au profil de Romain Bourgeois) pour la batterie, vu un défilé de plusieurs bassistes, et Jonathan Sendrané succédant à Anaïs Abbadie au chant, que le groupe livre en 2019 son premier album en autoproduction « Into the Jaws of Death » (en mémoire d'une photographie prise le 6 juin 1944 par Robert F. Sargent lors du Débarquement de Normandie). Ce concept-album dont le thème récurrent a pour cadre historique la seconde guerre mondiale rend ainsi hommage à ces héros, ces soldats ou résistants qui ont forgé l’Histoire et que l’on retrouve dans le titre des morceaux. Les critiques positives de la scène Metal, tant nationales qu’internationales, vont pousser nos amis Toulousains à poursuivre l’aventure…
En 2020, Evil-Minded présente (encore en mode autoproduction) une nouvelle démo de trois titres toujours aussi Heavy, intitulée « Weighing of the Heart » dont la sublissime pochette est signée par le graphiste guatémaltèque Mario Lopez (King Diamond / Metal Church / Them). Pour plus d’informations sur le groupe et cet EP, je vous invite à lire l’excellente chronique de ma collègue Dam'Aël.
Après la signature d’un contrat avec le Label hexagonal Music-Record (Cf. photo en début de chronique), le groupe va profiter des multiples périodes de confinement pour peaufiner les onze titres de leur second album « Lucy’s Fate ». Lancement des sessions studio début 2021 pour une sortie effective et attendue le 14 octobre 2022.
La pochette très « Old-School » de ce nouvel opus a également été réalisée par Mario Lopez, elle représente « Lucy Westenra », vampirisée par le Comte Dracula dans le célébrissime roman de Bram Stoker. Cependant, les divers conflits et mythes populaires de notre monde ont continué d’inspirer le groupe et se retrouvent ici.
L’album débute sur le très Maidenien « The Evil Within » avec son riff abrasif. Le chant sans être trop poussé drive ce morceau puissant et martial, les chœurs venant renforcer cette atmosphère de conflit latent. Ce titre qui pourrait être encore d’actualité aujourd’hui, décrit le climat hostile de la « guerre froide » et l’affrontement entre les « deux maîtres » du monde pour la domination de l’humanité, sur fond de peur d’holocauste nucléaire. Les solos de guitares omniprésents sont légion et viennent magnifier ce premier morceau. Une très bonne entrée en matière !
On poursuit avec « The Last Strike » qui démarre comme un cheval au galop, ou plutôt comme un Stuka en piqué avec son long riff d’intro, le chant démarrant dans la foulée. La rythmique basse/batterie puissante est rehaussée par des solos rageurs et on retrouve encore ici une mélodie dans la veine d’un Maiden, que du bonheur ! Le thème abordé dans ce titre est celui de l’affrontement entre Allemands et Soviétiques pour le contrôle de Stalingrad.
« The Eternal City » et son intro très Epic-Metal est pourtant un morceau très Heavy avec un gros son, classique mais accrocheur. La basse est bien mise en avant, le chant est guerrier et cadencé comme une phalange de soldats romains partis en découdre pour la gloire de l’Empereur et la splendeur de Rome. Pour vous en persuader, il suffit de regarder le clip officiel du morceau ci-dessous :

« Filibusters » démarre sur un tempo lent, rythmé pour les galériens. Hissez la grande voile et venez naviguer avec les Flibustiers. Un morceau Hard/Heavy certes bateau mais qui a l’avantage de ne pas se prendre au sérieux dans ses paroles. Le pont de fin est plus rapide et lance enfin l’abordage, le solo tonnant comme un canon de 12.
En piste 5 on retrouve « 1789 » déjà présent sur la démo « Weighing of the Heart », un titre ici aussi fortement influencé par Maiden et la révolution Française. Le chant est martial et repris par des chœurs, la rythmique implacable et mouvante comme une marée humaine qui marcherait vers la Bastille. A noter le pont de fin et son changement de tempo, avec une basse bien mise en avant, une batterie délivrant ses roulements de tambours de guerre et un solo incandescent prêt à briser de ses riffs toutes les chaînes. Un excellent titre.
Le génialissime « London Vampire » est un instrumental d’un peu plus de six minutes qui au dire de ses géniteurs aurait pu mériter des parties philharmoniques avec un vrai quatuor à cordes, ce qui constitue comme l’on s’en doute une boutade de Hardos de la belle époque. On retrouve cependant quelques nappes de claviers qui viennent de ci-de-là enjoliver le morceau. Grosse influence encore ici de la « Vierge de Fer », et un rythme haletant symbolisant assurément la traque du Vampire dans le cœur du vieux Londres.
« Lucy’s Fate » qui donne son nom à l’album débute sur des arpèges en sons clairs d’inspiration gothique, sur une lecture d’Abraham Van Helsing qui préambule le sort de Lucy. Un premier solo mélancolique lance ensuite sa rythmique entêtante et un chant qui ne demande qu’à être repris en chœur. Fermez les yeux et laissez-vous entraîner dans cette chasse au vampire, laissez l’esprit de vengeance vous envahir en mémoire de la belle Lucy. La mélodie de ce morceau est sublime et envoutante, les parties de guitares magiques. Mon deuxième morceau préféré de l’album.
« Weighing For The Heart » que l’on retrouvait également sur la démo « Weighing of the Heart » démarre sur une partie batterie bien speedée, Jonathan Jourdan pouvant libérer toute son énergie dévastatrice, et il est vrai que sur ce morceau il « bucheronne » grave le bougre ! L’ambiance lourde nous plonge immédiatement dans l’Egypte antique au temps des pharaons, encore une belle référence à Maiden et à son album « Powerslave ». Les solos guitares sont époustouflants et invitent à un « headbanging » permanent. Un titre qui doit tout défoncer en Live…
« Trust My Lies » avec sa longue intro hypnotique, (le chant ne commençant qu’à 1’43), traite de la manipulation mentale et du contrôle de la population par le mensonge. Ce morceau est particulièrement travaillé, avec ses changements de rythmes, ainsi que le « discours parlé » d’un gourou qui cherche à attirer dans ses filets les pauvres ouilles crédules, et qui conclut par des rires sataniques. Le riff répétitif et incisif tourne inlassablement et relance le chant tout le long du morceau. C’est tellement malsain que cela en devient démoniaque…
Sur « Unmerciful Life » (mon titre fétiche de l’album) c’est la basse qui est mise à l’honneur, même si la batterie perce également au mix. Ce morceau est très musical et s’inscrit dans un Heavy relativement rapide, limite speed par moment. Le pont, basse / guitare sons clairs suivis par un solo ultra décoiffant, est de toute beauté ! Le discours très engagé dans les paroles pourrait également être d’actualité car il traite de l’absurdité de la guerre…
Avec « Rock Squadron » nous arrivons à la dernière piste de l’album, « dommage » diront certains, « trop long » trouveront d’autres. La question a été posée au groupe lors d’une interview radio, les morceaux sont longs car ils reflètent leur vision et inspiration du moment dans leurs titres (riffs guitares et solos à la pelle, désolé pas fait exprès !), n’oublions pas non plus que certains Maiden, Judas ou Metallica tapent allègrement dans les 6 minutes. Et puis, pourquoi se priver de certains titres ? Il est parfois également difficile de faire un choix…
Bref, avec ses 4’55 « Rock Squadron » reste dans la moyenne et balance un bon titre guerrier Heavy et bien catchy. Ce titre a bénéficié d’un clip Youtube Officiel que je vous laisse découvrir ci-dessous :

Pour les fans d’Iron Maiden (dont je fais partie) cet opus est un petit bijou tant l’inspiration est évidente, « trop » diront certains, « jamais assez » diront les autres, chacun se faisant sa propre opinion.
Reste également la question du chant avec son accent « trop frenchie » là également les opinions divergent. Personnellement je pense que ce n’est pas dérangeant, ni agressif à l’écoute, et puis si Jonathan chantait avec l’accent de Toulouse C*N, ou de Marseille PUT1, ou en patois (l’Occitan bien de chez nous), ça changerait quoi ? Pour moi il n’y a pas besoin de débat, ce n’est qu’un détail, le Metal c’est avant tout de la musique et du feeling, et pour ça les Evil-Minded « hé bé C*N, ils en ont ! ».
Je ne saurais donc que trop vous conseiller de vous jeter sur cette galette et d’en apprécier chaque ingrédient, en ce qui me concerne j’attends patiemment le prochain skeud, et également l’occasion de les voir jouer sur la Capitale …

MUNROE'S THUNDER : sortie d'album en novembre

Le 29/09/2022

Munroe's Thunder présentera son nouvel album le 11/11/2022. Il s'agira d'un onze pistes intitulé « The Black Watch ».
Munroe s thunder
Munroe's Thunder est un groupe mené par Ronny Munroe, ex-chanteur de Metal Church avec lequel il a enregistré trois albums. Il a également fait partie du Trans-Siberian Orchestra. Il est, depuis juillet 2022, le chanteur de Vicious Rumors.
Munroe s thunder band
Munroe's Thunder pratique un heavy qui peut rappeler les univers de Metal Church, Savatage et Iron Maiden.
Pour lancer son album, Munroe's Thunder a présenté un premier single. il s'agit de la dixième piste de l'album, « Echoes Of The Dead ».

Les précommandes du futur album sont déjà ouvertes ici :

SILVERTRAIN aux prémices du nouvel album

Le 15/09/2022

Au sortir de sa trilogie futuriste (Walls Of Insanity/No Illusion/Steel Against Steel), trois concept-albums aux artworks réalisées par Stan W Decker (Blue Öyster Cult, Jorn), Silvertrain a annoncé que son prochain long format sortirait courant avril 2023.
Silvertrain logo 1
Le nouvel album s'intitulera « Bring Back The Silence » et sa production sera confiée à David Potvin et au DOME STUDIO (Deficiency, Lyzanxia).
Deux single-clips sont déjà dans les projets du groupe.
Le line-up du futur opus sera composé de Phil "Rock Or Burn" York (chant), Micky Ramirez et Manu Drillin (guitares), Jean Lançon (basse) et Sébastien Cros (batterie).

Discographie :

  • Witch Platform Please (1979)
  • Silvertrain (2014)
  • Walls Of Insanity (2016)
  • No Illusion (2018)
  • Steel Against Steel (2021)
  • Bring Back The Silence (2023)

FOOL'S PARADISE, Living In A Fantasy (sortie le 21/09/2022)

Le 06/09/2022

Fool's Paradise est un groupe de heavy metal originaire de Dunkerque. Il s'est formé en 2007. Il cite pour influences Iron Maiden, Metallica, Megadeth, mais également des formations plus ancrées dans la scène progressive telles que Pink Floyd, Dream Theater et Opeth.
En 2014 sort « Forest », son premier EP. Il présente son premier album trois ans plus tard et participera à des festivals tels que le Raismes Fest ou  Du Metal A La Campagne.
En 2019 Freddy Richard, chanteur dans les cover-bands Made of Iron et Heavylized rejoint le combo.
Fool's Paradise finalise son line-up en 2020 avec l'arrivée du bassiste Corrado Pinna.
Le 21/09/2022 Fool's Paradise présentera son nouvel album dans très bel artwork réalisé par JDGraphiste. :

« Living In A Fantasy »


Cover title
« Living In A Fantasy » est un concept-album. Il raconte en onze pistes le voyage intérieur de Liam, réfugié dans une cabane pour échapper au monde qu’il rejette. Il est la suite logique du précédent opus.
L'album a été enregistré au studio de Franck Manceau de Zuydcoote en partenariat avec le Lieu Musical Expérimental de Grande-Synthe. Il a été mixé par Frank Manier (ancien membre de Syren’s call) et masterisé par Brett Caldas Lima (Megadeth, Pain of Salvation, Ayreon, Devin Townsend).
Musicalement « Living In A Fantasy » s'avère un album de heavy aux propositions variées. Les compositions sont rapides, bien exécutées, la guitare lead amène beaucoup de mélodique à l'ensemble et le chanteur se distingue particulièrement par sa capacité à monter et à tenir sa note dans les aigus. Les morceaux sont inspirés, et Fool's Paradise dévoile dans sa nouvelle configuration suffisamment de qualités pour prendre toute sa part du gâteau sur les scènes du Nord.
La release-party de « Living In A Fantasy »  aura lieu le mercredi 21/09/2022 à 18h30 au Palais du Littoral Grande-Synthe  (invitations à retirer à l'accueil). Le groupe Blues Eaters, qui sort également le même jour son album dans un registre plus bluesy, complètera la soirée.
Fool's Paradise sera enfin en concert au Bellenaert café Dunkerque  le 08/10/2022.

Discographie :

  • Forest (EP - 2014)
  • Monopoly Society (2017)
  • Living In A Fantasy (2022)

Line-Up :

  • Freddy Richard : chant
  • Olivier Mevaere : guitare, choeurs
  • Stéphane Lalan : guitare, choeurs
  • Corado Pinna : basse, choeurs
  • Frédéric Hembert : batterie

SPLINTERED THRONE, The Greater Good of Man (2022)

Le 17/08/2022

Splintered Throne est un groupe originaire de l'Oregon. Il a partagé les scènes de Flotsam & Jetsam, de Primal Fear, de Pat Travers, de Lita Ford et de quelques autres sommités du genre.
Après dix ans d'existence, connaissant le départ de son vocaliste Brian Garrison, la formation américaine faisait appel à Lisa Mann (White Crone), chanteuse à la voix puissante qu'on avait remarquée dans son interprétation du « Stargazer » de Rainbow que vous pouvez écouter ici : White Crone, "Stargazer" (cover, single).
Splintered throne band

Splintered Throne line-up 2022


Splintered Throne était donc à nouveau en formation de combat. Il présente son nouvel album en cet été 2022 : « The Greater Good of Man ».
Splintered throne
A propos de l'album (elle s'est grandement impliquée dans son écriture) et de son nouveau groupe, Lisa Mann commente :
«  Je me pince toujours pour vérifier le fait que je suis bien dans ce groupe - et maintenant nous avons écrit et enregistré un album qui déchire. C'est une sensation aussi bonne que le sexe et le chocolat. J'ai hâte de le lâcher sur le monde ! »
« The Greater Good of Man » s'ouvre sur l'excitant « The Ripper Is Calling », une avalanche de riffs à grande vitesse façon Judas Priest ou Accept.

Il alterne les titres hard et heavy (le survitaminé « Night Of The Heathens ») mais sait aussi prendre le temps d'une ballade (« Underdogs »), et même de deux puisque les Américains ont choisi pour  l'occasion de réenregistrer « Immortal », un titre  chanté par Brian Garrison sur l'album « Red Line » (2017).
Ainsi Splintered Throne, fort de sa nouvelle voix, offre-t-il avec « The Greater Good of Man » un album qui saura retenir l'attention des amateurs de heavy échevelé (mais pour les chauves c'est bien aussi...)

L'album sort le 19/08/2022.
Line-Up :

  • Matt Dorado - guitare
  • Jason “JMo” Moser - guitare
  • Lisa Mann - chant
  • Kris Holboke - batterie
  • Brian Bailey - basse

Track Listing :
1.The Reaper is Calling (4:10)
2. The Crossing (6:09)
3. Morning Star Rising (5:50)
4. The Greater Good of Man (3:55)
5. Let it Rain (4:04)
6. Underdogs (4:50)
7. Night of the Heathens (3:23)
8. Time Stands Still (4:03)
9. Immortal 2020 (Remastered) (4:34)

Les Liens :


 

SPIRIT WAR, « Soundhouse Tracks Vol.1 » (2022)

Le 02/06/2022

Groupe : SPIRIT WAR
Album : « Soundhouse Tracks Vol.1 » - EP Autoprod’
Genre : Hard Rock US / Heavy Metal / Rock’n’Roll énervé !
Influences : Dokken / Saxon / Helloween / Accept
Origine : 2021 (Région du Bugey)
Sortie : Fin 2021

Par Pépé St@kaTTo

Line-up actuel :

  • Markus Fortunato :  basse et chant
  • André « Deiz Kergo » Kergonna » : guitare
  • Nicolas Lebrat : guitare et choeurs
  • Valentin Leroy : batterie et choeurs

 

Spirit war

SPIRIT WAR par Fred Versailles


Discographie :

  • « Soundhouse Tracks Vol.1 » (EP - 2021)
    Tracklist : 01. Death Idols – 02. Turn on the light – 03. Fight to survive
    EP 3 titres en commande sur le site du groupe.

Spirit War est le nouveau groupe de Markus Fortunato, bassiste, chanteur, compositeur prolifique, en activité depuis la fin des années 80 et que certains ont connu avec ses groupes MZ, et Fortunato, trois albums et toujours en activité !
Pour la chronique du dernier Fortunato, c’est par ici : Chronique d'album : FORTUNATO (Néo Classique), "Insurgency" (2021) 
Après l’aventure Kingcrown (ex Öblivïon), Markus a lancé ce side-projet mi-2021, accompagné de son ami guitariste André « Deiz » Kergonna (aka « Deiz Kergo », Emposium et Crack In Time, qui avait participé au chant sur « Liberty » le premier album de Fortunato), avec pour principal objectif de former un nouveau groupe orienté Hard Rock US/Heavy Metal. Deux jeunes talentueux musiciens viendront également compléter la formation : le batteur Valentin Leroy (Les Marmottes, Flying Sharks) et le second guitariste Nicolas Lebrat (ex-Dyslesia). L’osmose parfaite entre ces « anciens » musiciens chevronnés et les « p’tits nouveaux », va aboutir à ces trois brûlots que je vous propose de découvrir maintenant !


01. C’est sur une rythmique bien hachée à la Accept et appuyé par un riff « oriental » décapant que « Death Idol » entame ce mini-EP. La ligne de basse fusionne d’entrée avec la batterie, et on sent déjà que la mayonnaise prend bien dans la section rythmique ! La voix de Markus est toujours aussi rauque et énergique, ce qui prouve qu’en plus d’être un de nos meilleurs bassistes métalleux français, il est également un remarquable chanteur. Les solos sont puissants et rappellent la période « Perfect Strangers » de Deep Purple ! Alchimie donc parfaite sur ce premier morceau Heavy Rock.

02. On poursuit avec « Turn on the light » et son intro toujours aussi punchy, à noter le changement brutal de tonalité sur le début du chant de Markus qui surprend un peu au départ, mais qui est bougrement efficace pour accrocher l’auditeur ! Le son des guitares est vraiment phénoménal, pour exemple le superbe pont en milieu de morceau, juste avant les solos en twin-guitares dopés aux « effetamines ». Une mélodie superbement composée. 
03. « Flight to survive » débute sur une guitare folk avec ses arpèges magiques appuyés par un sublissime solo de basse de Markus. La rythmique galopante qui suit, entraine le morceau dans un Heavy plus traditionnel. La mélodie est martiale et colle parfaitement au thème des paroles, la voix de Markus véhicule toujours autant d’émotions. Le pré-chorus avec ses riffs hypnotiques ainsi que les nombreux solos incisifs font de ce dernier titre un pur morceau dans la tradition Maidénienne. Un vrai petit bijou !


Ce premier EP qui devrait être suivi dans les prochains jours d’un second est hautement explosif de puissance sonore ! Carton plein donc pour ces trois compos entre Hard & Heavy, certes classiques mais terriblement mélodiques et efficaces.
« Soundhouse Tracks Vol.1 » fait une excellentissime entrée en matière, nous attendons maintenant le plat de résistance avec un appétit plutôt vorace !


Matoscope :

  • Markus Fortunato : Mark Bass Big Band black Edition ; Standard Cabinet 108; Ninja 102 Combo, Skull Strings Wound Exposed Core 6 Strings Bass
  • André Kergonna : Charvel Pro Mod So-Cal Style 1 Vibtage, Cort CR250-SP Amber (+ Seymour Duncan), Schecter , Mooer GE 200 & GE250 Amp Modeling, Skull Strings 10-46 STD Stainless Steel
  • Nicolas Lebrat : guitare LTD EC-1000 Amber Sunburst, ESP Horizon FR II Black Aqua, Zoom G11, DV Mark Power Cab 112/60
  • Valentin Leroy : Ludwig Drums Epic Series, cymbales Zildjian Avedis, caisse claire Grescht

Les Liens :

 

 

CRYSTAL VIPER : Petit mais costaud

Le 19/04/2022

Le 25/03/2022, Crystal Viper sortait « The Last Axeman ».
Crystal viper thelastaxeman
Bien que ce nouvel opus des Polonais soit catalogué comme un mini-LP, il comprend en fait plus de matériel que de nombreux albums (la durée totale pour les huit titres est d'environ trente-six minutes).
La face A commence par une nouvelle version du premier hit de Crystal Viper, « The Last Axeman », qui donne son titre à l'ensemble. 

Il est suivi d'une toute nouvelle chanson intitulée « In The Haunted Chapel », dont les paroles s'inspirent d'une histoire de H.P. Lovecraft.
Vient ensuite « Ulitsa Roz », une cover du Iron Maiden russe Aria. Ces trois morceaux sont disponibles uniquement sur ce mini LP, agrémentés d'un bonus supplémentaire : une reprise du « It's Electric » de Diamond Head !
La face B du mini LP comprend quatre chansons extraites de l'album « The Cult », mais enregistrées en direct en studio, dans le cadre de la série #RockOutSessions. Ces nouvelles versions dépouillées et rugueuses de « The Cult », « Asenath Waite », « Whispers From Beyond » et « Flaring Madness » ont également été publiées sous la forme d'une vidéo live de vingt minutes que nous vous présentons ici :

Tracklist :
Face A:
1. The Last Axeman (2022)
2. In The Haunted Chapel (new song)
3. Ulitsa Roz (ARIA cover)
4. It’s Electric (DIAMOND HEAD cover)
Face B:
5. The Cult (live in studio)
6. Asenath Waite (live in studio)
7. Whispers From Beyond (live in studio)
8. Flaring Madness (live in studio)

Line-Up :

  • Marta Gabriel - chant, guitare
  • Andy Wave - guitare
  • Eric Juris - guitare
  • Blaze Grygiel - basse
  • Cederick Forsberg - batterie

Crystal viper par tim tronckoe
Crystal Viper par Tim Tronckoe


Discographie :

  • The Curse of Crystal Viper (Album - 2007)
  • Metal Nation ( Album - 2009)
  • Legends ( Album - 2010)
  • Crimen Excepta ( Album - 2012)
  • Possession ( Album - 2013)
  • Queen of the Witches ( Album - 2017)
  • Tales of Fire and Ice ( Album - 2019)
  • The Cult ( LISTENABLE Album – 2021)
  • The Last Axeman (LISTENABLE Album- 2022)

Les Liens :

ANIMALIZE prépare son retour

Le 07/04/2022

ANIMALIZE, le groupe de heavy metal qui nous avait régalé avec un premier EP, « Tales From The Crypt » (2020), jouant délicieusement des clichés du heavy metal, a amorcé son retour par un clip.
Animalize band
Animalize par Mickaël Dorvidal


Il annonce son nouvel album qui sortira le 30/06/2022 .
« Meat We're Made Of » (c'est son nom) sera un neuf pistes dont voici la tracklist :

  • Face A :
    1. Samouraï de l'Univers / 2. Back From The Sematary / 3. ...If However You Can Last... / 4. Eternal Second / 5. Pigs From Outer Space
  • Face B :
    1. Escorte Funèbre / 2. Saturday Night Witchcraft / 3. The Witch You Are / 4. Esprit de l'Asile

Animalize cover
Livré dans un artwork sur une photographie de Louise Durel,  « Meat We're Made Of » a été enregistré, mixé et masterisé par Alex Thiong-Sion au Noise Maker Studio.
Peu enclin à faire les choses à moitié et imposant déjà sa marque de fabrique, Animalize a présenté un premier single-clip réjouissant, sous-titré en Italien, en Allemand et en Japonais !

Il est réalisé par Niels Bang, alias Coyote, bassiste/chanteur du quatuor lyonnais, qui signe aussi le songwriting de l'opus.
« Meat We're Made Of » est ouvert dès maintenant à la précommande en version numérique, vinyle, vinyle coloré et CD.
Les Liens :

KINGCROWN, Wake Up Call (2022)

Le 07/04/2022

Kingcrown est un groupe de heavy power metal fondé par les frères Jo (chant) et David (batterie) Amore après leur départ de NIGHTMARE en 2015.
Officiant initialement sous le nom d'Öblivïon, il sort en 2018 l'album « Resilience » illustré par un premier clip : « In The Arms Of The Queen ».

Confronté à des problèmes de droits, le groupe préfère éviter la bataille juridique en changeant son patronyme en KingCrown. C'est donc sous ce nom que parait en 2019 son second album, « A Perfect World ». On y trouve notamment la ballade « Over The Moon », transcendée par la voix de Jo Amore, chanson enregistrée en deux versions : l'une électrique, l'autre acoustique.

En 2021, changement de line-up : les frères Amore sont rejoints par deux membres de Galderia ainsi que par Ced Legger (voir rubrique line-up in fine).
Sous cette configuration, KingCrown revient le 25/03/2022 chez ROAR - rock of angels records avec un troisème album :

« WAKE UP CALL»

Kingcrown cover
« Wake Up Call » est un opus qui touche au thème de l'éveil de la conscience humaine, lisait-on sur la page du groupe. « C'est le voyage d'un monde ancien et inquiétant vers un monde nouveau, centré sur l'équilibre, la clarté d'esprit et l'unité des âmes. L'album raconte les défis auxquels nous allons devoir faire face pour changer notre  mode d'existence et transformer nos vies pour le mieux. »
Il s'agit d'un onze pistes d'environ quarante-trois minutes.
Cette fois-ci, KingCrown a fait confiance à l'illustrateur colombien Felipe Machado Franco (Iron Savior, Lords Of Black, Blind Guardian) pour son artwork.
Pour le mixage et le mastering, KingCrown a choisi l'ex-Helloween Roland Grapow.

Notre avis :
Après deux albums d'un excellent tonneau, KingCrown revient avec ce qui nous semble son opus le plus heavy.
La batterie, très carrée, est une charpente omniprésente, tandis que la basse la marque à la culotte en ronronnant. La guitare virevolte et intervient judicieusement et sans démonstration. Quant à Jo Amore, son chant est toujours aussi performant, puissant, varié, et unique. Il ne se ménage pas, loin s'en faut, ses attaques se font agressives, ses envolées épiques. Il est soutenu par des choeurs à l'Allemande (« The End Of The World ») auxquels la formation ne nous avait pas habitués.
Le songwriting est plus dynamique et moins mid-tempo que sur les deux précédents albums. Il reste très  accrocheur (« One With Earth », « To The Sky And Back » ) et voit défiler très vite ses quarante-trois minutes.

La production de Roland Grapow sonne agréablement à l'oreille et nous parait faire les bons choix.
Il y avait un risque sévère à renouveler les deux-tiers du line-up de KingCrown, surtout avec des musiciens d'un tel calibre (ils travaillent d'ailleurs déjà  tous sur différents projets). Les frères Amore ont semble-t-il mis les bouchées doubles, choisissant de laisser peu de répit à l'auditeur. Ils ont ce faisant évité les écueils,  proposant avec « Wake Up Call » un digne successeur – globalement plus agressif – aux deux très bons albums qui précèdent. C'est donc à nouveau une réussite pour un groupe qui a trouvé son crédo et qui sait se renouveler sans se dédire. « Wake Up Call » est un album de power metal (« Fire Burns Again »), de heavy metal, voire de speed metal (« A New Dawn ») qui ne dépareillera pas entre vos Accept, vos Maiden, vos Manowar et vos Helloween. On recommande donc sans aucun bémol à tous les amateurs du genre.

Les Critiques :

  • Il y a un indéniable savoir-faire, de la part des membres fondateurs et des p'tits nouveaux.
    RockMeeting
  • Jo Amore nous prouve à quel point il fait partie de ce qui se fait de mieux en matière de chant, et pas uniquement à l’intérieur de nos frontières.
    Soil Chronicles
  • Ne passez pas à côté de ce brulôt de power mélodique.
    Hard Rock 80
  • Une des très belles surprises de ce début d’année à vous procurer de toute urgence.
    Heavymetalreviews
  • Un second opus rempli de talent, prompt à casser des gueules sans ménagement.
    Power Metal France

Tracklist :

1. Wake Up Call
2. The End of the World
3. Story of Mankind
4. Lost Foreigner
5. One with Earth
6. To the Sky and Back
7. The Awakening
8. A New Dawn
9. Gone So Long
10. City Light
11. Fire Burns Again
Durée totale : env. 43mn

Line-Up :

  • Jo Amore : chant
  • David Amore : batterie
  • Bob Saliba : guitare, choeurs
  • Ced Legger : guitare, choeurs
  • Sebastien Chabot : basse, choeurs

Kingcrown band
Anciens membres :

  • Florian Lagoutte : guitare
  • Stef Rabilloud : guitare
  • Markus Fortunato : basse

Discographie :

  • Resilience (2018)
  • A Perfect World (2019)
  • Wake Up Call (2022)

Le Lien :

Le coin des fans :

  • Retrouvez Jo Amore avec cette interview réalisée par Jacky sur IDF1 et découvrez KingCrown en acoustique sur un titre.

EVIL INVADERS : Album en avril

Le 27/02/2022

Cinq ans après son premier opus, le groupe de heavy Evil Invaders revient avec « Shattering Reflection », son troisième album, qui sortira chez Napalm Records le 01/04/2022.
Evil invaders cover
En guise de premier aperçu, le groupe belge dévoilait  récemment « In Deepest Black », un mid-tempo accompagné d'un clip  à propos duquel Joe (chant, guitare) expliquait :
« In Deepest Black est certainement l'un des meilleurs morceaux que nous ayons écrits jusqu'à présent. Malgré le fait que ce soit quelque chose de complètement différent de ce que nous avons fait par le passé, c'est très naturel de jouer ce titre. J'ai toujours voulu sortir une sorte de "ballade lourde d'Evil Invaders" et je pense que nous avons finalement réussi avec ce morceau-là ! »

Le 22/02/2022, Evil Invaders revenait avec un second single intitulé « Sledgehammer Justice », le titre le plus extrême du futur opus, mêlange de heavy et de thrash digne de la scène speed metal des 80's.
Le groupe complète : « Sledgehammer Justice est le morceau le plus direct de notre prochain album Shattering Reflection. Il a le clip vidéo le plus cool que nous ayons sorti jusqu'à présent ! Cette bombe d'adrénaline fracassante va vous rendre fou. »

Revenant sur le futur album, Joe affirme :
« Je suis très satisfait de ce que nous avons réalisé sur Shattering Reflection. Nous avons créé un album très polyvalent et surprenant. Parce que cela faisait si longtemps que nous n'avions rien sorti de nouveau, nous avions beaucoup de matériel démo dans lequel puiser et je pense que c'est ce qui a rendu ce disque si intéressant. Nous avons eu le temps d'expérimenter l'écriture, les arrangements et les lignes vocales. De plus, la collaboration avec Francesco Paoli en tant que producteur était vraiment cool. Nous avons réussi à procurer une ambiance unique aux morceaux. C'est comme si nous commencions un nouveau chapitre pour le groupe et j'ai hâte de découvrir les réactions des auditeurs ! C'était un processus long et dense mais ça en valait vraiment la peine ! »
Evil invader par tim tronckoe
Tracklist :
1. Hissing In Crescendo
2. Die For Me
3. In Deepest Black
4. Sledgehammer Justice
5. Forgotten Memories
6. Realm of Shadows
7. Eternal Darkness
8. My World
9. Aeon
10. The Circle

« Shattering Reflection » sera disponible dans les formats suivants :

  • CD boitier crystal
  • Bundle CD + Tee-shirt
  • Vinyle noir
  • Vinyle marbré noir et bleu - édition limitée à 300 exemplaires
  • Album numérique

Les précommandes sont ouvertes ICI.

SILVERTRAIN de Phil en Phil - L'interview Part. I

Le 26/02/2022

Silvertrain prépare son nouvel album, le sixième d'un groupe qui a commencé à jouer à l'âge d'or du hard-rock, en 1976. Brûlant de retrouver la scène, Phil Yborra a bien voulu répondre à nos questions dans cette interview articulée en deux parties : la première évoque le temps où la formation s'est vue proposer d'ouvrir pour la tournée européenne du Bomber Tour de Motörhead. La seconde parlera de l'actualité du groupe et de ses projets.
Voici donc la première partie de cette interview... de Phil en Phil !

Photo silvertrain line upSILVERTRAIN - Line-Up 2022


Ahasverus : Bonjour Phil Yborra. Tu as tourné avec Rose Tattoo sur une quinzaine de dates et tu as ouvert pour le Bomber Tour de Motörhead. Quels souvenirs en gardes-tu ?
Phil : Bonjour Ahasverus. Quand tu fais ça au moins une fois dans ta vie, à moins d'arriver à être l'égal de ces gens-là, tu es sur un nuage. Quand tu as la possibilité à notre âge - on avait à l'époque deux ans d'expérience et un album en poche - de faire des dates avec Motörhead et  Rose Tattoo, et les deux dans la foulée en plus, tu n'en crois pas tes yeux. Tu es propulsé dans un autre monde car passer d'un public de cent à cent-cinquante personnes, ce qu'on avait dans nos propres tournées au démarrage, à sept à douze mille personnes chaque soir, ce qu'avait Motörhead, ou encore quatre à sept mille, ce que connaissait Rose Tattoo... ça nous a rendus très fiers d'être sur cette grosse tournée, avec ce p*** d'avion, le bombardier, mais surtout, et j'en suis heureux encore aujourd'hui, on a rencontré Fast Eddie Clarke, Phil Animal Taylor et Lemmy Kilmister, les trois zicos des débuts de Motörhead. Et là tu te dis : « j'ai joué avec les vrais ! » Jouer avec des gens comme ça t'amène dans une dimension que tu ne connais pas. Mais le plus con, dans l'histoire,c'est quand même moi ! A l'époque, quand on prenait des photos, c'était avec des Kodak. Et à ton avis qui était le préposé à la photo ? C'était toujours moi ! Alors je n'étais jamais dessus ! Enfin si, une fois j'ai été dessus... Mais de dos ! (Rires) Par contre on a des photos avec Phil Animal Taylor  et Eddie, avec Badger et Martin ou Chris, et ça, ça fait super plaisir...
Silvertrain chris badger motorhead 3
Chris Badger (Silvertrain) avec "Fast" Eddie Clarke et Phil "Philty Animal" Taylor.


Ahasverus : J'ai vu Rose Tattoo lors de leurs premiers concerts en France et j'avais été très impressionné par la folie d'Angry Anderson : il s'étranglait avec le fil du micro, se frappait le front jusqu'au sang, crachait sur le public, s'évanouissait...
Phil :
Il était blindé de chez blindé ! Autant Lemmy en coulisses était quelqu'un de sage, de raisonnable, tout au moins à l'époque où je l'ai connu, autant Angry Anderson c'était autre chose. Sur la vingtaine de jours passée avec Rose Tattoo, j'ai dû le voir plus à poil qu'habillé... Et c'était du 24h/24 ! Ce qui m'a toujours étonné, chez Anderson, c'est qu'il a une voix assez claire, et malgré tout ce qu'il s'envoyait, sa voix n'a jamais cassé. Il tenait le rythme ; quelque soit son état c'était juste ! Ca m'a vraiment épaté, moi qui faisais attention pour entretenir ma voix, pour pas être enroué !
Ahasverus : Elle est arrivée comment, cette participation au Bomber Tour ?
Phil :
C'est une longue histoire. Dans les années 1979/1980, on tourne par nos propres moyens. On est dans notre gare, et on fait deux ou trois tournées par an, en remaniant le show à chaque fois. Chaque tournée, c'est trente ou quarante dates. On a le camion, la voiture et notre équipe : Robert au son, Jean-Lucaux lights, et Haidesse, un fan de Silvertrain, s'occupe de toute la partie road, des effet techniques.
Un jour je reçois un appel de Patrice Boutin, le patron du magazine Best. Il m'explique qu'il a un poulain dans son écurie, un groupe, qu'il veut  faire tourner pour qu'ils essuient les plâtres et qu'ils apprennent le métier. Si on accepte de tourner avec eux, il s'engage à prendre en charge tous nos frais, il propose même en sus une page de pub par mois pour Silvertrain dans le magazine, et ça pendant une année.
Phil et martin 5
SILVERTRAIN - Phil et Martin


Ahasverus : Une page par mois pendant une année dans Best, c'était énorme. Parce qu'il n'y avait pas beaucoup de choix à l'époque en magazines musicaux pour les rockers, il y avait Best et Rock & Folk... Enfer Magazine n'arriverait qu'en 1983.
Phil :
C'est vrai. Il y avait GIG qui pointait un peu son nez, et c'est tout. Ainsi on a eu notre page pendant un an. C'était à chaque fois le même motif : une page en noir et blanc avec, en grand, SILVERTRAIN ON TOUR, plus la photo de l'album, et parfois quelques autres photos, puis toutes nos dates de concerts... Patrice Boutin tient donc ses engagements. En fin de tournée, il me conseille de contacter Michel Kilhoffer de Music For Ever. Rendez-vous est pris et d'emblée, Michel me fait une proposition : une tournée européenne avec un groupe connu. Les conditions : décharger les camions (quatre semi-remorques !), monter le matos, nous débrouiller pour dormir, faire la route, etc.... Je questionne « —Tu ne peux pas me donner le nom du groupe, qu'on sache au moins avec qui on tourne ? » Il refuse. J'essaie de glaner des indices : « —C'est un groupe de grandeur européenne ? » Il confirme. C'est même un peu plus... Je prends la responsabilité sur moi, pas besoin d'en parler à mes potes : on fait les dates ! On accepte les conditions ! Je lui demande juste de nous prévenir suffisamment avant, pour qu'on puisse s'organiser. Nous, à l'époque, on était autonomes, on pouvait dormir sur la scène d'une MJC comme dans notre camion. On avait nos sacs, on avait tout, ça faisait partie de notre vie de tournée. Je me lève pour partir, et en attrapant la poignée de porte je tente un dernier coup :
« —P***, tu peux vraiment pas me dire le nom de ce groupe ? 
—Allez bon, t'es gentil... Je vais te le dire quand même : c'est Motörhead ! »
Et là, tu es sur le cul. Tu ne sais pas si on t'a shooté, si tu es au paradis ou en enfer, si tu es mort, si tu es vivant... Tu es sur une autre planète !
Ahasverus : La première date avec Motörhead, tu dois sentir un peu les jambes qui flageollent...
Phil :
Pas que les jambes ! (Rires) La première date à Angoulème a été annulée, parce que la scène en bois ne permettait pas de supporter les quatre vérins qui actionnaient le bombardier. La véritable première date, c'était Bordeaux. Et là, à Mérignac, Lemmy est venu nous voir dans les loges. Je dis dans les loges... Nous on n'avait pas de loges ! C'était le couloir ! Donc Lemmy vient nous voir et nous dit « — Les gars, on compte sur vous pour foutre le feu. Si vous vous tenez bien je vous proposerai quelque chose. » On a joué une demi-heure. Le public était en transe. On a même eu, sur ce premier show, un rappel ! Lemmy nous annonce dès la fin de notre set que dorénavant Silvertrain ne montera ni ne démontera plus le matos. On a beaucoup apprécié. A la fin de la tournée, en mode rigolade, on s'est même mis à genoux devant Lemmy pour le remercier de son geste. Je n'aime pas dire ça parce qu'on peut penser que j'en rajoute, mais Lemmy était un type génial . Il tenait sur scène, et il tenait bien !
Ensuite tout s'enchaîne : à la fin de la tournée, le tourneur de Rose Tattoo pour l'Allemagne, qui avait assisté au show du Bataclan et à celui de Selestat, contacte Michel Kilhoffer pour nous faire passer en première partie des Australiens.
Silvertrain rose tattoo
SILVERTRAIN et ROSE TATTOO


Ahasverus : Rose Tattoo n'avait pas à l'époque la même notoriété que Motörhead mais j'imagine que vous les connaissiez ?
Phil :
On les connaissait un peu. Et c'était une deuxième cartouche. Ensuite nous devions ouvrir pour Foreigner, mais la tournée fut annulée. A cette époque on surfait sur la vague, on était sur un nuage. Toutes les portes des associations et des MJC de France et de Navarre nous étaient ouvertes ! On n'avait aucun mal à empiler les dates.
Silvertrain motorhead 7
SILVERTRAIN sur le Bomber Tour


Ahasverus : Tout à l'heure tu parlais d'une gare. Elle est à l'origine du nom de Silvertrain. Vous répétiez dans une gare ?
Phil :
A seize ans, avec Chris Lane, le guitariste on a commencé à travailler sur le concept qu'on voulait faire, des shows à l'Américaine, avec de la pyrotechnie et des gros moyens techniques. Sur le papier, tout était prêt, mais il nous manquait le local adapté pour travailler de manière professionnelle.
A l'époque, ma tante travaille à la SNCF, au fret. Elle me dit « — Philipou (elle m'appelait Philipou !) dès que j'ai quelque chose, je te le dis. »
Un dimanche, elle m'informe qu'elle a trouvé un truc, et elle m'emmène à quinze bornes de Strasbourg, où j'habitais, dans un patelin qui s'appelle Marmoutier. Il y a une scierie, le canal de la Marne au Rhin, et une grande gare désaffectée.
« —C'est là, m'indique-t-elle.
—Là ? Où ?
—C'est la gare. »
Je m'inquiète du prix, tout ça doit coûter horriblement cher !
« —Deux-cent cinquante francs, précise-t-elle.
—Par mois ?
—Par an ! »
Voila pour la gare. Nous l'avons agencée pour qu'on puisse y vivre tous ensemble. Quant au Silver de Silvertrain, c'était pour le côté argent/monnaie. On voulait devenir des stars, avoir de belles petites bagnoles rouges garées devant la porte.
Silvertrain band1 1
On n'avait pas le melon, c'était juste des rêves de gosses de seize ans... On a travaillé. Notre manager avait dix-neuf ans. C'était un Anglais avec qui on est restés pendant plus d'un an, jusqu'à ce qu'il commence à déconner. Alors c'est moi qui ai pris le management. On avait tout dans cette gare, même un studio qu'on avait confectionné avec du polystyrène. Nous devons  à notre ami et sponsor Music Boech de Colmar nos premières affiches. Elles faisaient 120X90, en quadrichromie. Tu imagines, à l'époque ? On avait un immense hangar, un truc d'une bonne dizaine de mètres, ce qui fait que nous avions tout l'espace qu'on voulait pour être prêts...
Gare marmoutier
La suite de l'interview de Phil Yborra ici :  SILVERTRAIN de Phil en Phil - L'interview Part. II

RUBICON (Heavy/Power Metal, Russie), Demonstar (2021)

Le 10/08/2021

Groupe : Rubicon
Album : « Demonstar » (16/07/2021 - Rock City Music Label)
Genre : Heavy / Power Metal
Origine : Krasnoïarsk (Russie)
On aime : Le chant, les arrangements, la guitare lead

Par Ahasverus

Sorti en France mi-juillet 2021 sur le jeune label français Rock City Music Label, Rubicon, comme son nom italien ne l'indique pas, est un groupe de power/heavy français à 25%, puisque Bob Saliba (Stonecast) se charge des guitares. Le reste du quatuor est russe.

Formé dans les années 2000, le groupe connaîtra des changements de line-up et seul Ian Bulankov, le chanteur, est issu de la fomation d'origine.
Rubicon prend réellement son envol en 2015 et il commet son premier long format en 2018 (discographie in fine).

En 2021 Rubicon revient avec un deuxième album :

« Demonstar »

Artwork album demonstar« Demonstar » propose onze titres de power/heavy metal servis sur un artwork très raccord signé Oleg Sherbakov. Pour les amateurs de belles illustrations, on vous invite à visiter sa galerie, elle vaut le clic : www.voodoo-darkart.com.
Dès le premier titre, on a affaire à un songwriting construit solidement et très bien huilé, qui va faire ronronner votre lecteur comme une machinerie allemande. D'ailleurs rien, avec ce chant en anglais, ne laisse supposer l'origine géographique du groupe, et l'on pourra penser à Accept, mais aussi à Judas Priest. Le quatuor évolue parfaitement à son aise en plein territoire heavy, .
La guitare lead fait de belles propositions et se pose parmi les points forts de l'album. Le chant tient la note et a du coffre, il ouvre de vastes possibilités, dans une veine qui peut rappeler Bruce Dickinson.
Les arrangements sont bien pensés, les parties acoustiques agréables, et la production confère à l'opus de l'efficacité. 
Si l'album est 100% heavy, tout cela reste suffisamment personnel pour que Rubicon évite l'écueil de nous servir une copie des références citées.
La durée de l'album est d'environ une heure

Vous l'aurez compris, « Demonstar » est un candidat sérieux et il est armé pour secouer votre été en mode heavy. Jugez-en par vous-mêmes avec cette lyric-video qui vous donnera le ton pour la suite :

Les Critiques :

  • « Voilà un album très susceptible de ravir les amateurs de heavy / power metal ! »
    http://rockmeeting.com
  • « Une découverte fantastique. »
    https://www.unitedrocknations.com

Tracklisting :

1. Demonstar
2. Neon Gladiators
3. Last Floor Of Hell
4. Down The Darkness
5. Speed Of Night
6. Snake King
7. If It Bleeds
8. The Darkness Machine
9. Robot God
10. I, Immortal
11. Line Of Dreams

Line Up :

  • Ivan "Ian" Bulankov - chant
  • Dmitry "Belf" Safronov - basse, arrangements
  • Katerina Pobedinskaya - claviers
  • Bob Saliba - lead guitare et guitare acoustique

Rubicon line upMusiciens de session et invités :

  • Dmitry "KIV" Korolev - guitares rythmiques, solo sur "Line Of Dreams"
  • Richard Fisher - guitare solo principale sur Demonstar.
  • Vladislava Sahanevich - chant additionnel sur "Snake King"
  • Xenia Vaulina - épigraphe sur "If It Bleeds"
  • Humanoid Lambothrondth - batterie

Technique :

  • Paroles : Ivan Bulankov, Vsevolod Razumov et Leonid Novikov.
  • Musique : Dmitry "Belf" Safronov, Ivan Bulankov et Bob Saliba, sauf 4,10 (Ivan "Ian" Bulankov, Pavel Sedykh) et 11 (Dmitry "Belf" Safronov).
  • Enregistrement, mixage : "KIV Records" studio (www.kivrecords.com).
  • Produit par Dmitry "KIV" Korolev et Dmitry "Belf" Safronov à KIV Records.
  • Enregistrement et production voix : Michail "Virus" Serebrennikov (Pepel's bay sound) - Sayar Sadykov ("Heartpiercer Studio") (https://vk.com/heartpiercerstudio)

Discographie :

  • 2002 - Trail (demo)
  • 2010 - T-800 (EP)
  • 2018 - Welcome To The Wasteland
  • 2021 - Demonstar

Les Liens :

 

 

Command the Machyne (Heavy - Allemagne), "Command the Machyne" (2020)

Le 20/06/2021

Groupe :Command The Machyne
Album : « Command the Machyne » (06/04/2020 - Pest Records)
Genre : Power Heavy Metal
Origine : Allemagne
On aime : Le son, le chant, le songwriting

Par Ahasverus

Ctm cover artCOMMAND THE MACHYNE, "Command The Machyne" (2020)

Mieux vaut tard que jamais, et bien qu'il soit sorti depuis plus d'un an voici une présentation d'un premier album de heavy classique plus qu'estimable signé Command The Machyne.
Command The Machyne est un groupe allemand formé en 2017 autour de Florian Reimann (Goblins Blade), ex-frontman de feu Destillery, formation germanique qui connut son heure de gloire entre 1997 et 2002.
Entouré de Sasch Machyne et de Michael "Reaper" Ulrich (tous deux guitaristes de Highway Killer) ainsi que du batteur/basiste américain Vince Icopro, la formation présente chez le label roumain Pest Records un album de onze titres  soutenu par le clip « Sarah's Heart ».

Musicalement, Command The Machyne pratique un heavy power metal parfois à la limite du speed, porté par un chant dans une tonalité classique pour le genre, mais néanmoins extrêmement brillant et polyvalent. Le niveau des musiciens et du songwriting transpire l'expérience, et les rouages de cette "machynerie" sont impeccablement huilés pour vous pondre un hymne heavy quasiment à chaque piste.  Inspiration, maîtrise des instruments, production plus qu'irréprochable, tout contribue à faire de cet opus un excellent album qui pourrait vous accompagner longtemps. Si vous jurez habituellement par Judas Priest, Accept, Gamma Ray et autres Helloween, jetez deux oreilles sur ce « Command the Machyne » : sa version numérique  n'est actuellement qu'à cinq euros sur le Bandcamp  de Pest Records et, à ce prix-là, il serait dommage de vous en dispenser !

Line-up :

  • Florian Reimann (chant)
  • Sasch Machyne (guitare)
  • Reaper Ulrich (guitare)
  • Vince Icopro (basse, batterie)

Ctm 2020

Tracklist :

1. Burn 'em
2. Sarah's Heart
3. Emerge
4. Drenched in Pain
5. Prisoners Of Time
6. Stones
7. Reaper
8. Kingdoms Prayer
9. River Of Life
10. The King
11. Shadows

Les Liens :

Chronique d'album : HERZEL (Heavy Metal), Le Dernier Rempart (2021)

Le 24/04/2021

Groupe : Herzel
Album : "Le Dernier Rempart" (19/03/2021)
Genre : Heavy Metal
Origine : Quimper

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Herzel est un quintette de heavy metal au chant français originaire de Quimper.
  • Il prend naissance en 2013 dans l'environnement du groupe Peryton, dans lequel exercent alors deux des musiciens.
  • Herzel se compose de Thomas Guillesser (chant), Gurvan Lardeux et Kévin Le Vern (guitares), Mordiern Le Dissez (basse) et Ion Philippon (Batterie).
  • A propos du nom du groupe, Thomas Guillesser explique à http://metalbrothers.es :
    "J'ai choisi le terme Herzel au tout début car je voulais un mot breton comme nom de groupe. J'ai ouvert le dictionnaire breton-français et c'est le premier mot que j'ai vu. J'ai lu la traduction qui disait en effet «résister, braver, affronter, affronter» et j'ai pensé qu'elle correspondrait parfaitement à la philosophie et au concept de la musique que je voulais faire. J'ai demandé à plusieurs bretons autour de moi quel était le sens du mot pour avoir un point de vue différent et ils ont eu du mal à trouver une traduction directe mais ils étaient tous d'accord sur le fait que la puissance contenue dans ce mot était très forte. J'ai adoré ça."
  • Interrogé sur ses influences, le groupe explique au webzine grec https://www.filthydogsofmetal.com :
    "Nous sommes influencés par les groupes et les artistes avec lesquels nous avons grandi et que nous écoutons toujours. Au sein du Heavy Metal, des groupes comme Warlord, Manilla Road, Cirith Ungol, Judas Priest, Queensryche sont ceux que je peux citer pour principales influences. Mais nous écoutons beaucoup des groupes progressifs, tels que Yes, Marillion, Pink Floyd ainsi que de la musique bretonne traditionnelle ou non, la musique celtique de notre région. Des artistes comme Yaouank et Dan Ar Braz seraient les principaux, il y en a évidemment d'autres ..."
  • A propos du chant en français, Herzel confiait à https://www.invisibleoranges.com :
    "Le Heavy Metal français des années 80 a toujours une très grande influence sur la scène actuelle. Des groupes comme Sortilège ou ADX ont une aura très forte partout dans le monde pour les maniaques du Heavy Metal. Mais quoi qu'il en soit, nous ne voulons pas chanter en anglais et ne le ferons jamais. Quand Thomas écrit les paroles et imagine les mélodies vocales, il le fait toujours en français, depuis le début du groupe."
  • En 2015 Herzel sort la démo  "Unis Dans La Gloire".

Artwork herzel 1HERZEL, "Unis Dans La Gloire" (2015)

  • En 2020, Herzel s'engage avec le label italien spécialisé dans le métal 80's Gatesofhellrecords.
  • En 2021 Herzel sort son premier EP :

"LE DERNIER REMPART"

 

L'Album :

  • "Le Dernier Rempart" est un six titres d'une durée d'environ trente-six minutes.
  • L'artwork est signé Flog Diver | Illustration & Design , qui a également créé celui de la démo "Unis Dans La Gloire".

1herzelHERZEL, "Le Dernier Rempart"  (2021)

  • Les six titres de l'opus ont été composés entre 2015 et début 2020. Leur enregistrement a été retardé par la crise sanitaire.
  • Les parties de batterie ont été enregistrées au studio Le Novomax, à Quimper, début 2020, juste avant le premier confinement. Le reste des instruments a été mis en boîte dans le «home studio» de Gurvan Lardeux à l'issue du premier confinement.

  • Tony Riou qui a été guitariste live du groupe, pose un solo sur "La Flamme", deuxième piste de l'EP.
  • Ronan Le Dissez, frère du bassiste du groupe, joue de la bombarde sur les titres  "Le Dernier Rempart" et "L'Ultime Combat". (NDLR : il nous a également semblé l'entendre sur  "Berceau de Cendre" , mais ce titre n'est pas cité par le groupe)
  • Concernant les thématiques de l'album, le groupe explique à https://heavymusichq.com :
    "La première moitié de l'album raconte des épisodes liés à l'histoire de la Bretagne (de différentes périodes). La seconde moitié est une trilogie autour de la naissance, la vie et la mort d'un héros appelé Herzel. Les deux parties sont réunies par un intermède, «Le dernier rempart», qui met en scène le frère de notre bassiste sur des instruments traditionnels bretons. Concernant la trilogie, l'auditeur pourra lire plusieurs nouvelles liées au contexte des chansons, celles-ci figureront dans l'encart de l'album."

Les Critiques :

  • "Un groupe définitivement à part, avec pour lui une identité particulièrement marquée qui fait bien évidemment toute la différence."
    https://www.thrashocore.com
  • "Un album fantastique, qui transpire la passion et qui nous rappelle que la scène underground française, que ce soit pour le Heavy ou encore le Black se porte à merveille."
    https://www.unitedrocknations.com
  • "Bien que les années 80 soient révolues et que toute cette variété de heavy metal soit pour la plupart partie avec elles, je suis heureux que des groupes comme Herzel maintiennent la flamme vivante et qu’ils le fassent si bien."
    https://www.invisibleoranges.com
  • "Si la qualité est au moins équivalente pour leurs prochaines sorties, ce Dernier Rempart n'est certainement pas l'Ultime Combat, mais bien la première pierre d'un formidable bastion du heavy francophone."
    http://ultrarock.free.fr

Notre Avis :

Après une démo remarquée en son temps et toujours disponible sur Bandcamp (liens in fine), Herzel durcit le ton et prouve qu'il n'a pas vendu du rêve en présentant six nouveaux titres en droite ligne de l'âge d'or du heavy metal.
Si sa musique évoque parfois, selon les chroniqueurs, le groupe américain Manilla Road, "Le Dernier Rempart" m'a plutôt ramené, par ses changements de structures et par la grande richesse de ses parties de guitares - une régalade ! -  aux pièces les plus progressives de Maiden période Paul Di'Anno,
L'ajout de la bombarde, qui fait parfois les yeux doux aux guitares, est particulièrement judicieux et d'autant plus indispensable qu'Herzel n'en fait pas des caisses et la met au service de ses compos plutôt que d'en revendiquer les armoiries. 
La voix haute de Thomas Guillesser- qui quitte rarement les altitudes -
peut d'abord surprendre. Elle donne pourtant rapidement à l'ensemble une signature originale adaptée au style.
On souligne donc la grande qualité de ce jeune groupe qui se distingue naturellement dans  un genre pourtant arpenté de long en large depuis quarante ans. Herzel sait composer,  ne joue pas des clichés, et trouve naturellement sa place dans ce style musical où il développe de belles qualités. Il a d'ailleurs heureusement réussi à retenir l'attention de plusieurs webzines internationaux.
Le "Dernier Rempart" est donc, pour faire simple, un  skeud affriolant qui emportera sans difficulté tout fan de early heavy.

Tracklist :

  1.  Maîtres de l’Océan (08:35)
  2. La Flamme (05:16)
  3. Le Dernier Rempart (01:41)
  4.  Berceau de Cendres (07:19)
  5.  L’Epée des Dieux (05:22)
  6.  L’Ultime Combat (07:48)

Les Liens :