Nos articles

Chronique d'album : STONE HORNS (Death Metal), "Rise of Apophis" (2021)

  • Le 10/05/2021

Le Groupe : Stone Horns
L'Album : "Rise Of Apophis" (23/04/2021)
Genre : Death Metal
Origine : Marseille

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Stone Horns est un quartet fondé à Marseille en 2016. Il s'agit initialement d'un projet solo. "J’ai fait partie de pas mal de groupes avant cette aventure là, et à chaque fois j’étais le dernier arrivé. Difficile d’imposer ta vision quand tu débarques", expliquait Devf, son fondateur, à Daily Rock France.
    (https://www.daily-rock.fr/interview-stone-horns-devf-compositeur/)
  • Stone Horns est désormais un quatuor.

Stone horns promo 1

STONE HORNS - de gauche à droite : Antoine (guitare), Devf (chant), Vincent (basse) et Loïc (batterie)

  • Son univers musical se compose de death, black et de groove metal.
  • Sur leurs inspirations, Devf raconte à French Metal :
    "Au tout début, Stone Horns était très inspiré Machine Head et DevilDriver, deux groupes qui nous influencent encore aujourd'hui (en omettant le " Catharsis/ Catastrophe " de Machine Head). Sur ce nouvel album sont venues se greffer de nouvelles influences. Tout d'abord, en moderne, Jinjer, qui avec son djent qui tabasse et son accordage en La est venu fortement titiller mes oreilles. Dans le plus classique, on pourra citer Slipknot, qui ont dû influencer un paquet d'autres groupes avant nous. On finira par Behemoth. Pour ça, il faudra remercier mes copains d'ACOD avec qui j'ai pu travailler quelques temps derrière la console. Le Black et le blast, ça contamine vite !"
    (http://nawakposse.com/french/metal/stonehorns/interview.html)
  • Le  premier album de Stone Horns, « The Beast Inside », sort en 2018.
  • En 2021 Stone Horns revient avec un nouvel album :

« Rise Of Apophis »

Stone horns coverSTONE HORNS, "Rise Of Apophis, (2021)

L'Album :

  • « Rise Of Apophis » est un neuf pistes d'environ trente-neuf minutes.
  • Enregistré dans les Bouches du Rhône, à dBd Studio. (Double Bass Drum Studio), et au Stone Horns Studio, il est mixé et masterisé par Beast Production.
  • Sur l'évolution du son de Stone Horns, Devf explique dans une interview à Hard Force :
    "Après avoir bien lu et entendu toutes les critiques liées à la sortie premier album, la mission de « Rise Of Apophis » était claire : faire plus court, plus violent, plus diversifié. Je pense que nous avons su combiner les attentes du public et les nôtres sur ce nouvel album."

    (https://hardforce.com/actu/36293/stone-horns-interview)
  • Les compositions sont signées Devf et Antoine Roszak ; les arrangements et les paroles sont de Devf.
  • « Rise Of Apophis » est un concept-album. Son fil rouge est Apophis, dieu-serpent de la mythologie égyptienne,  personnifiant le chaos, le mal, et l'obscurité, cherchant à anéantir le monde.

Apep 2Apophis selon sa représentation égyptienne. Dans la plupart des représentations il est soumis, battu ou tué, pour représenter le triomphe du bien. (source Wikipedia)

  • L'artwork est signé Devf. Il s'inspire d'un symbole mythologique d'Apophis, essayant de manger le soleil chaque soir au couchant.
  • « Rise Of Apophis » est distribué par M&O Music, Season of Mist et Believe Digital.
  • Il est notamment appuyé par le clip "Surging Out The Nile"

Les Critiques :

  • "Un opus qui risque de faire du bruit et de donner quelques frayeurs à Machine Head  et Devildriver s’ils ne réagissent pas vite et s’ils ne veulent pas se faire dépasser."
    https://odymetal.blogspot.com
  • "Il y a une pluralité d’influences qui font de cet album une explosion en bouche."
    https://www.daily-rock.fr
  • "Un album accrocheur et motivant."
    https://actainfernalis.com
  • "Rise Of Apophis est rafraîchissant dans la façon dont il tourbillonne autour de ceux qui pensent avoir tout vu et tout entendu dans le métal moderne."
    https://worldofmetalmag.com
  • "La voix du chanteur, Devf, est plutôt dans les tons médiums entre le Death et le Black. Cela lui permet de « chanter » sur les parties mélodiques et d’user de plus de puissance sur les parties agressives."
    https://metalalliancemag.ch

Notre Avis :

Il a beau être de Marseille, n'espérez pas de Stone Horns qu'il vous serve l'anisette : « Rise Of Apophis » entre directement dans le vif du sujet avec un « The Unborn», qu'on pourrait sous-titrer « 4'32 minutes de bonheur ». (NDLR : Les artistes en demande sous-titres de leurs futurs morceaux peuvent envoyer un mail à ahasverus06@free.fr, la rédaction fera suivre)
Cette mise en jambes tonique vous ayant cueilli, l'album conserve un ton particulièrement agressif, en réussissant le tour de force d'insuffler des arabesques dans ses riffs. Stone Horns parvient en effet à installer son décor égyptien au sein d'un max de titres impressionnants de densité (Molten River, Shores Of Kismeth). Ah mais tiens donc ? Les égyptologues feraient-ils désormais leurs fouilles au marteau-piqueur ?
Si vous cherchez un album de métal moderne, du genre du pervers narcissique qui déshonora votre cousine, c'est à dire très séduisant mais fermement décidé à déboîter tout ce qui bouge, « Rise Of Apophis » est  réglé pour vous. Vous vous en sortirez à minima avec une otite moyenne aigüe (ça n'arrive pas qu'aux enfants !) à chaque oreille. Autant vous dire que « Rise Of Apophis »
est bon pour ce que vous avez, et qu'on vous le recommande !

Les Liens :

Distribué par M&O Music via Season of Mist et sur toutes les plateformes par Believe Distribution Services.

écouter/commander : www.cutt.ly/riseofapophis

Merch : www.stonehorns.bigcartel.com

Ma chronique rien qu'à moi : WARNING

  • Le 09/05/2021

Notre camarade Crysall a parfois des bouffées de nostalgie en se souvenant des groupes qui ont marqué l'histoire du métal français, quand l'acnée marquait encore ses joues.
Aujourd'hui, elles (les bouffées de nostalgie, pas ses joues...) le ramènent en 1980. 
C'est sa chronique rien qu'à lui...


WARNING

Warning est un groupe de Hard-Rock originaire de Paris. Il est en activité entre 1980 et 1985.

  • 1980. Rapha, qui vient d'être sollicité par le Label Major Polydor à la suite d'une Démo enregistrée en anglais avec un groupe de banlieue parisienne, se met en charge de réunir deux de ses ex-coéquipiers  : Didier Bernoussi (guitariste) et Henri Barbut (batteur).
    Durant les semaines qui suivent, une recherche additionnelle de musiciens complémentaires débute avec beaucoup de motivation. Joël Herve, (guitariste), et Alain Pernette, (bassiste), finalisent le clan.
    Quelques semaines plus tard, Joël quitte la formation tout en recommandant Christophe Aubert, qui débarque tout droit de chez Hallyday.
    Suite à un spot de Pub pour une marque célèbre de Jeans, le directeur d'agence les parraine sous le nom de Warning.
    Rapidement les scores de ventes atteignent le Disque d'Or. A la fin de ce Tour, les bilans se font sous forme de changements divers. Frédéric et Henri sont remplacés par Michel Ayme à la basse et Gérald Manceau à la batterie.

Warning 1WARNING - Warning (1981)

  • 1982. Sous les conseils du coach, l'esprit musical de Warning diffère totalement de ses origines. Votée à la majorité, la nouvelle « sauce » s'avère plus brutale, violente et agressive. Quelques mois plus tard, sous la direction de Dieter Dierks (producteur de Scorpions), Warning aborde un tournant qui sera malheureusement bien décisif. L'album (très controversé mais accueilli avec ferveur par le public hard rock) est tout juste gratifié de maigres vivas au sein des Médias français, et malgré une excellente critique internationale (Europe - Etats-Unis), le Label Polydor (en pleine crise de réorganisation), dicte de nouveaux protocoles qui finissent par désorienter l'alliance. Résultat : le contrat est cassé et voguent les nouvelles résolutions.

Warning2WARNING, "II", (1982)

  • 1983. Rapha, en désaccord total avec le reste de l'équipe, décide de jouer la carte de l'abandon et s'exile en Allemagne de l'Ouest pour devenir le leader de Rated X puis de Victory avant de créer The Element. Francis Petit prend la relève et malgré un troisième album de qualité l'aventure tournera court quelques temps plus tard. Alain Aymé et Gérald Manceau prendront le chemin des studios puis accompagneront des grands noms de la variété française. Christophe, fidèle à ses principes sortira un album solo remarquable quelques années plus tard, peu de temps avant sa disparition.

Warning 3WARNING, "Metamorphose" (1984)

  • 1994. Le seize août est une triste date : Christophe Aubert décède dans un tragique accident de voiture ; toute la scène metal française pleure l’un de ses membres et un excellent guitariste. Plusieurs témoignages parlent de la complexité de son jeu , comme de sa personnalité. Il fonctionnait à l’affectif, avait de l’ambition sans avoir les dents longues…Lui il voulait jouer de la gratte et s’éclater…
  • 1996. Alors abonné au magazine Hard N’Heavy, je reçois chez moi deux places pour aller voir un concert hommage à Christophe Aubert à la Loco’, petite salle de concert parisienne. Beaucoup de membres qui ont côtoyé ce guitariste sont réunis pour jouer et s’éclater, pour faire ce qu’aimait Christophe Aubert. J’étais tout devant avec un pote et croyez-moi c’était impressionnant.
  • 2016. En vacances (méritées, je vous vois venir, là !) chez ma grande sœur Florence, on a calé une bouffe avec un pote qui chante dans un groupe de reprises du côté de la Rochelle. Il nous dit : « on décale à un autre jour, il y a Rapha Garrido qui va venir »… Nous voilà fin fous, ma sœur et moi ! On va voir ce chanteur qui nous a fait vibrer lors de nos jeunes années. La veille, on en parlait, on parlait de cet opus « Warning I », et ô combien on l’adorait. J’avais fait la route de chez moi à chez elle en écoutant l’album sans savoir qu’on allait rencontrer son chanteur… On a discuté avec lui, il se rappelait de ce fameux concert hommage et était presque étonné de rencontrer une personne qui y assistait !

Discographie :

1. 1981 Warning I

2. 1982 Warning II

3. 1984 Métamorphose

L'actualité de la semaine 18/21

  • Le 04/05/2021

LES HURLEMENTS (ACOUSTIQUES) DE LEO

Vous l'avez peut-être déjà vu avec ses groupes SHARX ou COBRA SPELL , ou encore sur la dernière tournée française d'Adam Bomb puisqu'il accompagnait l'Américain à la batterie : Léonard Cakolli vient de sortir son premier EP solo.

Actualite leonard cakolly artworkLeonard Cakolly, "New Daisy" (2021)

Il s'agit d'un cinq titres acoustique intitulé « New Daisy » , masterisé par Phil Reinhalter au Psykron Studio (Mercyless notamment).

« New Daisy » est disponible sur vos plateformes depuis le 30/04/2021 :
https://open.spotify.com/album/0k1gns7aEeAoYmiDXX8CXq...


UNE BERCEUSE POUR 111

Le power-trio lyonnais 111 a mis en ligne le 07/05/2021 "Lullaby", son nouveau clip, enregistré live au Mikrokosm Studio de Lyon, avec l'appui du piano et des choeurs de Sacha Navarro-Mendez (Lux's Dream).

111 est accompagné par la Smac des Abattoirs et soutenu par la Région Rhône-Alpes dans le cadre de l'aide à la tournée Émergence.

Dates à venir :

  • Les Abattoirs
  • La Belle Électrique
  • Le Château du Rozier
  • Le Fil
  • Le Marché Gare
  • La Soute
  • La Source
  • La Tannerie

TRUCHAN NEFASTE ?

Néfastes, un projet black metal réunissant Julien Truchan (Benighted), Liem N'Guyen et Olivier Gabriel (tous deux guitaristes originels de Benighted), sortira son premier opus chez le jeune label Source Atone Records (Nature Morte, Junon), le 11/06/2021.

Actualite nefaste photo“Nous avons sorti notre premier single Progéniture Décadente, explique le groupe, en décembre 2020 et les retours sur ce morceau ont été juste hallucinants ! Nous avons été aussitôt contactés par Source Atone Records qui a montré une incroyable motivation à sortir l'album de Néfastes et nous sommes donc très fiers et heureux d'annoncer que notre toute première production sortira sur leur label avant l'été. Préparez-vous à une énorme vague de Black Metal violent et dérangeant !” (Néfastes)


VINYLE QUATRE TITRES POUR MNNQNS

"Deviant By Ego", le nouvel EP de MNNQNS , sera disponible en édition vinyle limitée en juillet 2021.

Artwork mmnqs

Il comprendra quatre titres :

Side A :

1. Idle Threat (featuring The Psychotic Monks) - 05:24

2. All I Need Is You Tonight - 04:01

Side B :

1. Overseas - 04:04

2. Underseas (Bungalow Depression) - 02:33

Les précommandes sont possibles ici :

http://www.diggersfactory.com/.../mnnqns-deviant-by-ego


PLUS C'EST LONG, PLUS C'EST BON

Ils sont Belges, ils s'appellent Apex Ten, et si vous aimez le stoner ils vous offrent douze minutes de bonheur en plus.

Ce morceau a été conçu durant le second confinement en Belgique.
Ce trio confesse pour influences des groupes tels qu'Electric Moon, Kyuss, Color Haze ou Sungrazer.


SEVENTH SON

"Rise From The Ashes", le septième album de Headcharger , groupe originaire de Caen, sortira le 10/09/2021.
Headcharger"Death Sound" est le premier single-clip de ce futur opus.

 


FAUXX ET USAGE DE FAUXX

Formé par Joachim Blanchet et Jean-Baptiste "Job" Tronel (Tagada Jones), FauxX sortira son premier album, "StatistiC Ego", le 28/05/2021.

Actualite fauxx artwork

Artwork : Struillou Glen

Après l’EP "NH3(il)" (2018), le duo poursuit sa quête de nihilisme musical avec un nouveau sept titres de métal industriel sombre, en proie aux hallucinations.
L’essence même de FauxX est de croiser l’asymétrie des sonorités organiques et synthétiques pour offrir une musique hybride. C'est la nature véloce d’une batterie alliée aux machines brutes, et des claviers composites assujettis à la voix.

"StatistiC Ego" sera par Blood Blast Distribution.
“Their Garbage In The Heart” en est le premier single.

Chronique d'album : FORTUNATO (Néo Classique), "Insurgency" (2021)

  • Le 03/05/2021

Groupe    :    Fortunato
Album        :   “Insurgency” (14/05/2021)
Genre        :    Néoclassique - Power Metal Symphonique - AOR - Hard & Heavy
Influences    :    Riot - Manowar - Midnight Sun - Opus Atlantica - Yngwie Malmsteen
Origine    :    Lyon (2012)

Par Pépé St@kaTTo

Fortunato est le projet de Markus Fortunato, bassiste, chanteur, compositeur prolifique, en activité depuis la fin des années 80 et que certains ont connu avec son groupe Lyonnais MZ de 1999 à 2011. Pas moins de sept albums au compteur dont l’excellent « live de 2008 » !

Markus spirit friends bis richard leroyMarkus Fortunato par Richard Leroy

Après le split de MZ, Markus a formé (sous sa propre bannière) Fortunato, comme une suite logique à son ancien projet avec de nouveaux chapitres à écrire, mais toujours dans un registre Néoclassique. Ce sera d’abord « Liberty » en 2012, « Restless Fire » en 2015 (disponible sur le Label Brennus Music), et aujourd’hui « Insurgency » pour le millésime 2021 dont nous allons découvrir avec attention les nouveaux titres.
Ce troisième album de onze titres pour cinquante-cinq, minutes sorti sur les plateformes numériques mi-avril, sera disponible en galette à partir du 14/05/2021 sur le tout nouveau label français Rock City Music Label, à qui je souhaite tout le meilleur !
[A noter que tous les membres du groupe ont travaillé sur les textes et la musique.]

Fortunato stan w deckerFORTUNATO, "Insurgency" (2021) - Cover Artwork Stan W. Decker

Tracklist :

01.Carry On To The Depths Of The Sea * 02.Blood Of The Unknowns * 03.For Eternity * 04.Fly Away * 05.The Sun Shall Never Shine * 06.Everywhere * 07.A Star In The Sky * 08.A White Cross On A Norman Field * 09.Big Time * 10.My Mother Was A Who ? * 11.Insurgency


  • 1.- Ce troisième opus débute par « Carry On To The Depths Of The Sea » sur une courte intro rapide au « clavecin » d’inspiration très Bachienne et sa relance guitare aux influences Malmsteeniènes catapulte le chant de Markus, appuyé par un son de basse monstrueux. Le pont d’inspiration baroque que l’on entend au milieu du morceau permet de marquer une courte pause pour mieux relancer la machine. Les chœurs lyriques que l’on retrouve tout au long du morceau appuient cette ambiance Power Metal Symphonique, pour une communion solennelle avec cette nature souillée et polluée par l’homme. Le solo de Seb qui débute en tapping va permettre de clôturer ce premier morceau.  
  • 2.- « Blood Of The Unknowns » d’inspiration très Maiden, avec son riff d’intro et sa rythmique implacable, son refrain et ses chœurs très martiaux, sonne comme un hommage aux soldats tombés au champ d’honneur, une divine prière. Les parties batteries de David sont énormes et ses nombreux roulements résonnent comme des tambours de guerre.  
  • 3.- « For Eternity » avec son mid-tempo et sa batterie bien mise en avant, son refrain à la UDO / Accept est assurément le plus beau morceau de l’album, mon préféré du moins. Le solo de Seb et celui de basse de Markus avant le dernier chorus sont magnifiques, un requiem au piano conclut ce titre : sublissime par son texte et sa composition. La vidéo présentée par le groupe et agrémentée des paroles nous raconte l’histoire de ce soldat parti à la guerre conscient de son sort et qui livre son ultime testament à sa femme et ses amis.

  • 4.- « Fly Away » est également un hommage militaire à la gloire de ces héros inconnus, un hymne porté au paroxysme par la puissance vocale de Markus. Ce titre démarre sur un riff guitare que l’on retrouve tout au long du morceau, et qui sert régulièrement de relance. Au milieu du morceau, on retrouve un pont guitare de toute beauté, avec une première partie, aussi émouvante pour moi que celui d’Ozzy avec son solo de « Mister Crowley » exécuté par le génial Randy Rhoads et qui finit en apothéose sur le deuxième solo lancé par de puissants bends et une montée chromatique atomique. Les parties claviers ainsi que les soli ciselés de main de maître de Seb renforcent l’ambiance délicieusement néoclassique du morceau.  
  • 5.- Si « The Sun Shall Never Shine » démarre sur une intro très calme ponctuée de magnifiques nappes de claviers, le tempo s’accélère rapidement comme un cheval au galop. La basse et la batterie martèlent leur rythmique pour soutenir les parties vocales de Markus dont le chant se veut toujours aussi puissant et incisif. La mélodie est toujours aussi carrée et les soli aussi tranchants et magistraux. Mention spéciale à la première partie du solo en son clair de toute beauté. On retrouve ici aussi les chœurs lyriques du premier morceau.   
  • 6.- Avec son intro en arpèges « Everywhere » est la ballade mélodique de l’album qui apporte ici son instant de sérénitude, et qui fait tout au long du morceau la part belle aux plans guitare (le solo pourtant simpliste n’a pas besoin d’en faire des caisses pour faire mouche). Une mélodie et un chant déchirant qui prennent aux tripes. Sublissime !
  • 7.- « A Star In The Sky » démarre sans intro, pied au plancher ! La voix rocailleuse de Markus nous prouve encore sur ce morceau qu’en plus d’être un de nos meilleurs bassistes métalleux français, il est également un remarquable chanteur. Et que dire de ce solo de basse « hispanisant » sur le pont, tout simplement bluffant de technicité, et quelle originalité !
  • 8.- « A White Cross On A Norman Field » débute par un bon riff très Black Sabbath et se poursuit par une rythmique appuyée par de nombreuses nappes de claviers, les breaks énergiques de batteries, le chant martial et mélodique de Markus ainsi que le long solo sur-vitaminé font de ce titre épique un petit bijou.
  • 9.- Le très rock « Big Time » lorgne ici vers l’AOR. De superbes nappes de clavier enjolivent la voix de Markus pour un morceau qui sort des sentiers battus et qui fait figure d’outsider sur les onze titres de l’album. C’est pourtant un titre très bien ficelé tant sur la composition que sur la partie chant (un hymne facilement identifiable que j’aurai bien vu comme une suite à « The final countdown » d’Europe), mais qui ne plaira peut être pas à tous les puristes du groupe.
  • 10.- « My Mother Was A Who ? » le titre phare qui a servi de teaser à l’album et que l’on a découvert en exclusivité sur Youtube est un vibrant hommage de Markus à ses parents et plus particulièrement une belle dédicace à sa maman. Ce morceau est lancé par une rythmique implacable et une partie chant particulièrement forte émotionnellement (renforcée par les chœurs de Mel Frs, Elsa Fares, Santa Phy, et Carine Pinto).
    Les paroles racontent ce rêve un peu fou que fit Markus une nuit où se retrouvaient au Paradis sur scène une partie du défunt groupe des Who avec sa mère au chant, son père à la guitare, John Entwistle à la basse et le célèbre batteur Keith « Moon the Loon ».

  • 11.- Le dernier morceau de neuf minutes, « Insurgency », qui donne son titre à l’album et qui clôture cet opus, démarre sur une sonate à la guitare, et se poursuit sur une bonne rythmique bien Power Metal Symphonique, avec de belles envolées lyriques. Une montée en puissance progressive, puis un intermède baroque qui sert de pont lance la dernière partie du morceau, avec son chant populaire de révolte et sa partie arpégée de fin comme un lugubre anathème, une ultime charge héroïque, un dernier baroud d’honneur…
    Ce dernier titre se déguste comme un bon film sur grand écran. Il suffit de regarder le magnifique artwork de Stan, tout y est ! Nous sommes cent cinquante ans en arrière, juste après la défaite de la guerre franco-prussienne de 1870 et le siège de Paris. La Commune de Paris, qui est en pleine période insurrectionnelle, refuse de reconnaître le gouvernement issu de l'Assemblée Nationale, qui vient d'être élu. Ce vent de révolte durera soixante-douze jours et verra l’anéantissement de la Commune durant la « Semaine sanglante ».

Transformation réussie pour ce troisième album de Fortunato  que les fans du groupe, et moi-même, attendions patiemment ! Les compositions sont homogènes, les textes très travaillés, la production de qualité. Le nouveau line-up est en parfaite osmose.
Amateurs de Néoclassique, de Power Metal Symphonique, d’Hard & Heavy et même d’AOR, cet album est à écouter d’extrême urgence. Pour ceux qui découvrent le groupe, je vous invite également à vous pencher sur les deux précédents qui contiennent eux aussi leurs lots de petits bijoux.

Markus jack jack bis yannick lartigueMarkus Fortunato par Yannick Lartigue


LINE-UP :

Line-up actuel :

  • Markus Fortunato    :   Lead Vocal, Bass (ex MZ - Fury Age - Archange - KingCrown)
  • David Amore        :   Drums & Machines (ex Nightmare - Archange - KingCrown)
  • Seb Vallee        :   Lead Guitar, Backing Vocals (Vae Viktis)

Membres passés :

  • Sly Tale        :    Batterie
  • Jimmys Cerrulo    :        Batterie
  • Brice Cerullo        :     Guitare, Violon
  • Stephane Laurens    :    Guitare
  • Eliad Florea        :     Guitare, Violon

Band photo Esther W. Pink Photographer
Cover Artwork Stan W. Decker
Music & Lyrics Markus Fortunato
Recorded, Mixed by Markus Fortunato
Mastered by David Guezennec at “Shorelyne Studios”
Edited and post-produced by Baptiste Maisterrena
Label : Rock City Music Label


Matoscope* :

  • Markus :  Basses US Tobias Design : Signature 6 (2007) / Basic 6 (2001) / Standard 6 (1991) / Killer Bs 6 (1993)  / Classic 6 (1989 ) / Classic 6 (1984) -  Ampli MarkBass Big Bang Black Beauty + baffle MarkBass 108 - Compresseur gate stereo DBX 266XS - Cordes Skull Strings Exposed Core Signature (32/45/65/85/110/135)
  • Seb : Guitare Fernandes AFR-85 (24 cases, micros actifs EMG 85 & EMG 60) - Ampli Bugera 333XL Infinium + baffle 4x12 Bugera - Pédalier Digitech RP1000 - Cordes Savarez Focus (10/52)
  • David : Tama Star Classic Custom  (2 GC) - Stagg Cymbals Series Furia - Samples Roland SPX - Trigg Roland

* (Remerciements à Jeep et Markus pour les précieuses informations sur le matos utilisé).


LIENS UTILES :

 

Chronique d'album : DRAKENBORG (Black Metal), "Darkness Of Light" (2021)

  • Le 01/05/2021

Groupe : Drakenborg
Album : Darkness Of Light (25/04/2021)
Genre : Black Metal
Origine : Aurillac

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Drakenborg est un duo composé de Vvarden: (tous instruments) et de Darkage (chant).
  • Il décrit son univers comme un mix sauvage de black et de death metal influencé par la scène scandinave,le pagan et le folk.
  • Son premier album, "Opus In Tormentis", sort en 2019.
  • En 2021, Drakenborg revient avec...

"DARKNESS OF LIGHT"

L'Album :

  • "Darkness Of Light" est un neuf pistes d'environ quarante-cinq minutes.
  • Son artwork est signé Elfenn.

1 drakengorg 1DRAKENBORG, "Darkness Of Light" (2021)

  • Frédéric "Wallace" Montil joue du piano sur "Morbid Sin".
  • Clément Gonod est crédité pour la guitare acoustique et la guitare lead. 

Notre Avis :

Bien qu'on soit très à la bourre dans nos chroniques (pardon ! pardon ! pardon !) on n'a pas pu s'empêcher de vous dire un petit mot sur "Darkness Of Light", nouvel album, découvert au hasard de Facebook, qui nous a accroché instantanément.
Drakenborg réussit un opus de black très mélodique qui ne nous lâche pas de la première à la dernière piste grâce à un songwriting particulièrement efficace. Le court intermède au piano est totalement bienvenu ("Morbid Sin"), l'artwork est très beau, le black'N'roll pointe son nez ("Purity Of Lust") . Rien ne vient entacher cet opus très bien ficelé, prompt à rompre son lot de cervicales, capable de séduire un public au-delà du black/death par sa musicalité.
A mettre entre toutes les mains métalliques, sans modération.

La Tracklist :

1.Philosophy of Darkness
2.Deviance
3 Religious Rage
4.Rotten Earth
5.Decerebration
6.Morbid Sin
7.Spread of Hate
8.Hidden truths
9.Purity or Lust

Les Liens :

https://drakenborg.bandcamp.com/

C'est l'histoire d'un clip : BLOOMING DISCORD, "Beyond The Flesh"

  • Le 28/04/2021

C'est l'histoire d'un clip...

BLOOMING DISCORD
"Beyond The Flesh"


"On voulait proposer une esthétique qui nous est propre, sans barrières de styles."
Blooming  Discord


Mis en ligne le 13/04/2021, "Beyond The Flesh" annonce la venue de "Shambles and Stones", le second opus de Blooming Discord.
Pour sa réalisation, la formation marseillaise a fait appel à des talents de la danse contemporaine, le chorégraphe/réalisateur Jérémy Tran et la danseuse Alizée Duvernois.

Bon danseuseAlizée Duvernois dans le clip "Beyond The Flesh"

"Après plusieurs rencontres avec différents réalisateurs, explique le groupe, on avait du mal à combiner de façon satisfaisante ambition, budget et moyens humains et techniques. Alors qu’on était sur le point de revoir nos espérances à la baisse, Sam est tombé sur le compte Instagram de Jérémy et sa touche artistique nous a très vite séduits ; on a donc décidé de le contacter. En effet, l’idée était de s’embarquer dans un projet en commun ambitieux, de mêler deux univers, deux styles complètement différents, pour permettre à notre musique de sortir des codes rock/metal « traditionnels ». On voulait proposer une esthétique qui nous est propre, sans barrières de styles, puis reproduire un peu tout ce qu’on vivait dans la vie de tous les jours et qui nous manque tant depuis un an : faire de la musique, voir nos potes, s’éclater et partager."

METAL ET  DANSE CONTEMPORAINE : L'HISTOIRE D'UNE RENCONTRE

"La rencontre et l’échange se sont très bien passés : Jérémy était hyper emballé ; ce qui était cool c’est qu’il proposait des idées qui allaient au-delà de ce qu’on aurait pu penser. Dès qu’on a commencé les réunions préparatoires avec lui, on a senti qu’il comprenait rapidement où on voulait en venir. Bien sûr, parfois on a pu ressentir un peu d’inquiétude par rapport au résultat escompté, se demander si on se comprenait vraiment bien ou si on visait la même chose… Mais c’est la confiance qui a primé, et Sam a proposé à Jérémy d’utiliser sa patte artistique au maximum, de faire appel à la danse et de chorégraphier.
L’avantage d’incorporer de la danse, c’était aussi d’avoir un clip à mi-chemin entre juste nous qui jouons le morceau comme sur Burn It, et une méga production avec scénario, acteurs, décors et effets spéciaux. Et au final, la performance d’Alizée Duvernois, électrisée et électrisante, nous a scotchés par son lien étroit avec la musique : elle s’enchevêtre dans les envolées du solo de guitare, et vibre explosivement au rythme de l’apothéose finale. Cette combinaison metal/danse contemporaine peut paraître osée, mais pour nous elle sublime un clip qui nous bluffe déjà visuellement grâce au boulot monstre de l’ensemble de l’équipe technique."

Prtscr capture


Le Commentaire de l'Equipe de Tournage :


"La musique métal est une musique instinctive, organique, intense, vibrante, autant de points communs aux gestes et mouvements de la danse contemporaine."
Jérémy Tran


Bonjour Alizée Duvernois et Jérémy Tran. La musique métal vous est-elle familière ?
Alizée Duvernois :
J'ai découvert l'univers du métal pendant mon adolescence et c'est un univers qui me transporte et qui m'est familier.
Jérémy Tran : C'est univers que je ne connaissais absolument pas avant de travailler avec Blooming Discord ! Je travaille habituellement dans un style musical plus minimal, électronique ou encore classique ! C’était donc un beau challenge pour moi d’aborder ce projet en respectant l’univers et les codes du métal tout en y apportant mon regard de directeur artistique et mon style artistique comme réalisateur spécialisé danse.


"La puissance de cet univers musical se rapproche beaucoup de la rage et de la force d'un corps en mouvement. C'était pour moi l'occasion de lâcher prise."
Alizée Duvernois


Qu'est-ce qui vous a intéressés dans ce projet, à priori très éloigné de vos lignes habituelles ?
Jérémy Tran :
J’ai été curieux de découvrir cet univers par l’intermédiaire de Sam Puleri, membre de Blooming Discord, qui m’a expliqué leur désir d’innover et de « casser » les codes du Rock Métal. J’ai apprécié la démarche et l’ouverture d’esprit, ce qui m’a donné envie de collaborer avec eux !
Alizée Duvernois : Ce qui m'a intéressée dans ce projet, était de mêler la danse contemporaine et la musique du rock métal. À mon sens ce mélange des genres est peu commun, alors que la puissance de cet univers musical se rapproche beaucoup de la rage et de la force d'un corps en mouvement. C'était pour moi l'occasion de lâcher prise. La musique étant intimement liée au corps, ce fut un support essentiel pour me transporter et m'amener dans une sorte de transe dansée.

Ok


Comment avez-vous orienté votre travail ?

Alizée Duvernois : Avec Jérémy nous avons essayé d'apporter à la fois une partition chorégraphique qui se rapproche de notre univers dit contemporain, mais aussi de développer grâce à l'improvisation, un état de corps qui ferait écho au rock métal. Combiner poésie et frénésie, je pense que c'était le pari de cette collaboration !
Jérémy Tran : Dans mon travail, j’aime hybrider les styles, les formats et les disciplines. Je trouvais intéressant de provoquer la rencontre entre le monde de la danse contemporaine et celui du métal, pour créer un objet différent qui permette de ressentir la musique sous un nouvel angle et de l’illustrer par le corps et les émotions. La musique métal est une musique instinctive, organique, intense, vibrante, autant de points communs aux gestes et mouvements de la danse contemporaine. J’ai donc construit le projet en collaboration étroite avec Blooming Discord et leurs équipes, en ayant à coeur d’intégrer leur histoire tout en mettant à leur disposition mon savoir-faire et mon univers. En tout cas ça été une expérience très enrichissante et une très belle découverte pour moi !


LES BIO et LES LIENS

  • Blooming Discord est un groupe de métal originaire de la région marseillaise. Il puise ses influences aux sources du hard rock et du metalcore. Il soigne également son aspect visuel et a d'ailleurs été distingué par le festival Emergenza de la cité phocéenne, remportant en 2016 le prix du meilleur show et celui du meilleur guitariste. Après "Bramble And Bones" (2019), son premier EP, "Shambles and Stones" sera son second opus.
    Facebook :

    https://www.facebook.com/bloomingdiscord/

  • Metteur en scène, chorégraphe, Jérémy Tran a commencé la danse classique à l'âge de huit ans puis s'est orienté vers la danse contemporaine. Récompensé par plusieurs prix (triple médaille d'or à la Confédération nationale de la danse,  trophée talent Prodij de la ville de Lyon), il a initié parallèlement une carrière dans l'audiovisuel, travaillant notamment aux U. S. A. sous la direction du metteur en scène Bob Wilson. En 2018, il crée son entreprise et devient directeur artistique ainsi qu'auteur indépendant, spécialisé dans la danse et la réalisation vidéo.
    Site officiel :
    jeremytran.com
     
  • Alizée Duvernois a commencé son parcours par la danse jazz et classique avant de se diriger vers la danse contemporaine. Elève au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, puis au Conservatoire Supérieur National de la Danse de Lyon, elle obtient en 2015 le Diplôme National Supérieur Professionnel du Danseur. En 2016, elle intègre la comédie musicale Notre Dame de Paris, puis performe pour le plasticien Denis Savary, en partenariat avec le metteur en scène et chorégraphe Jérémy Tran. Elle intègre aussi une compagnie contemporaine de rue « Autre Mina » dirigée par Mitia Fedotenko.
    Site officiel :
    alizeeduvernois.book.fr

Retrouvez nos histoires de clips : C'est l'histoire d'un clip : EIGHT SINS, "Beers & Moshpit"

 

Les Bio d'Apo : KriteriA

  • Le 09/05/2021

Chaque semaine Apolline nous présente une formation française.
Aujourd'hui c'est le groupe de métal isèrois KriteriA
- dont l'opus, intitulé "#Viral", est disponible sur Bandcamp depuis février 2021 - qu'elle nous permet de découvrir. C'est une nouvelle bio d'Apo.

Prtscr capture 7


KriteriA est un groupe de metal moderne originaire de Romans-Sur-Isère (26) fondé par le bassiste et compositeur Jérémy Salmeron en 2019.
Leur premier EP, "#VIRAL", sorti fin juin 2020, raconte la descente d'un être innocent et rêveur sur une Terre où toutes les technologies ont pris le contrôle sur la psychologie humaine. Il passera par toutes les étapes majeures auxquelles un être est confronté tout au long de sa vie : naître, aimer, se perdre, changer, avoir peur, souffrir et mourir.
Plusieurs styles se voient mélangés à travers cet EP : Du Neo metal, qui a sa principale importance dans la composition vocale, au metalcore et Djent, le tout habillé de sonorités électro qui rappellent l’univers futuriste et dystopique des jeux-vidéos.


Bonjour KriteriA. Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique, et pourquoi ce style en particulier ?
KriteriA : La musique est omniprésente dans notre société, et à chaque instant de notre quotidien depuis la plus petit enfance. Il est difficile de passer à côté, et quand vous avez des amis ou de la famille qui pratiquent un instrument ou le chant ça donne envie de s'y mettre.
Concernant le style, on joue du metal, car on en écoute tous depuis un moment déjà, et ça nous a toujours donné envie d'en jouer. C'est un univers musical très vaste qui offre la possibilité d'allier les approches les plus traditionnelles aux plus modernes. Les textures sonores qu'on y trouve et les contrastes d'ambiances et d'énergies qu'il est possible d'y réaliser, comme par exemple des clairs-obscures à la manière d'un Léonard De Vinci, nous touchent particulièrement.


Vos influences  et ce qui vous inspire ?
KriteriA : Nos principales influences sont les suivantes : Korn, Green Day, Periphery, Mick Gordon (Doom), Nobuo Uematsu (Final Fantasy), et Hikaru Utada (Kingdom Hearts).
En dehors de la musique, nous nous inspirons de certains évènements de nos vies qui ont été marquants.

Une chose que vous aimez dans le milieu du metal, et une chose qui vous déplaît ?
KriteriA : Ce qui nous plait globalement dans le milieu du Metal, ce sont les émotions et l'énergie qui s'en dégagent, ainsi que le fait que ce soit un style en constante évolution.
Ce qui nous déplait... on va dire que la mentalité peut encore être discutable sur certains points.

Une chanson que vous auriez aimé écrire ?
Val :
Pour moi ce sera "Berzerker" d'After The Burial, un chef-d'oeuvre.
Mody : "A Little Piece of Heaven" de Avenged Sevenfold, pour ce côté contage d'histoire sombre et déjantée.
Oliv : C'est une question très difficile ! Pour ma part, si je devais en choisir une seule ce serait "Dreaming" d'Avishai Cohen.
Jerem : "Existence" du groupe SIM, ou bien "Make Total Destroy" de Periphery.

Si votre groupe était un animal, lequel serait-il et pourquoi ?
KriteriA : Après une grande concertation, notre choix s'est déposé sur le corbeau. C'est un petit être messager autour duquel les mystères et les prèsages tournent.
Nos textes sont des messages qui peuvent toucher n'importe qui, en fonction de chaque situation. Cet animal nous évoque également notre "Entité", qui est le personnage principal et symbolique de notre 1er EP, "#VIRAL".
Et puis... on a des corps beaux ! (rires et aplaudissements d'Apolline)

Artwork kriteriaVotre parfum de pizza préféré ?
Val :
La pizza aux ravioles bien évidemment
Mody et Oliv : La Chèvre-Miel !
Jerem : La bonne petite Margherita (sans jambon). Allez, je vous paye un Uber !


LES LIENS :

Retrouvez la playlist d'Apolline sur Spotify :

Chronique d'album : MUR (Post-Metal), "Truth" (2021)

  • Le 05/05/2021

Groupe : Mur
Album : "Truth" (EP - 26/03/2021)
Genre : Avant-garde Post-Black Metal
Origine : Paris

Par Ahasverus


Le Groupe :

  • Mur est une formation parisienne créée voici dix ans. Elle se compose de six musiciens chevronnés ayant dans leur parcours des groupes tels que Mass Hysteria, Eyes Front North ou Darkness Dynamite. (line-up in fine)

Mur photo alexandra mocanuMUR, par Alexandra Mocanu.

  • Mur produit son premier EP en 2014. Deux albums suivront. (discographie in fine)
  • Mur pratique un black metal d'avant garde teinté de synthwave.
  • En 2021, Mur présente un nouvel opus :

"TRUTH"

L'Album :

  • "Truth" court sur une durée de trente-trois minutes pour cinq pistes.
  • Il est enregistré par Benjamin Leclere, mixé par Yacine Mdarhri Alaoui et masterisé par Francis Caste.
  • L'Artwork est réalisé par Alex Michaan & Jmcg. La sphère bleutée en son centre est issue de clichés du premier essai d'arme atomique réalisé par les Américains en 1945, sous le nom de code de Trinity. Il a semblé intéressant au groupe de le mettre en résonance avec l'effondrement [de l'humanité], thématique de cet opus.

1murMUR, "Truth" (EP - 2021)

  • Quatre titres sont des compositions originales.
  • Le cinquième, "Such A Shame", est une cover du tube international du groupe de pop britannique Talk Talk. Sorti en 1983 sur l'album "It's My Life", il fut écrit par Mark Hollis, chanteur de Talk Talk décédé en 2019 (le choix de la cover n'est pas particulièrement en relation avec le décès de l'artiste). Soulignant la filiation de Mur avec des groupes tels que Joy Division, Bauhaus, Depeche Mode et Talk Talk, Julien Granger expliquait dans un talk show à Loud Tv :
    "On a beaucoup respecté ce morceau. On a beaucoup respecté la marche harmonique, on a respecté sa structure. On s'est laissé une page blanche sur le solo de clavier, sur lequel la rythmique prend vraiment une grande part, ça c'est notre appropriation du morceau, mais pour le reste, on a été vraiment respectueux de sa structure."
    (nous vous recommandons cette interview très intéressante : https://www.facebook.com/loudtv.net/videos/294640358724680)
  • Les compositions originales sont signées Mur, pour la musique, Julien Granger, batteur de la formation, pour les textes.
  • "Truth" représente une évolution synthwave dans l'univers post-black metal de Mur.
    Avec ce disque, Mur est encore plus proche de ce qu’il a à exprimer : Truth est un manifeste d’espoir. Musicalement mais aussi symboliquement puisque cet EP traite de l’effondrement. L’effondrement du monde, et à travers lui, l’effondrement intérieur de l’individu. Or avec Truth, il s’agit bien au contraire de renouer avec la grandeur : celle de l’âme.  (source :Agence Singularités).
  • Sur cette évolution, Mur expliquait dans une interview accordée au webzine Le Scribe du Rock :
    "Nous sommes tous de grands amateurs de la musique des années 80s, de la cold wave, de la new wave, du post punk. C’est donc très naturellement que ces sonorités viennent à présent ponctuer la musique de Mur. Tout autant qu’elles sont, à leur manière, venues structurer les morceaux. Plus qu’une nouvelle inspiration, nous avons l’impression qu’il s’agit ici d’une évolution logique de notre identité sonore. Un équilibre est né avec ce disque, c’est vrai."
  • "Truth" fait l'objet de très belles éditions limitées en vinyle, disponibles sur Bandcamp (lien in fine).
  • Mur vinyle

Les Critiques :

  • "Une œuvre complète et forte, avec des partis pris audacieux et un véritable message."
    https://allrock.fr
  • "Si vous êtes un auditeur en recherche de nouvelles sensations auditives, cet EP devrait largement combler vos attentes."
    http://www.soilchronicles.fr
  • "Cet EP est une pure réussite mais il vise un public bien spécifique, celui qui apprécie pleinement les musiques chaotiques et énervées."
    https://www.unitedrocknations.com
  • "Le mélange sans cesse de styles qui semblent s'opposer rend la chose difficile à intégrer, mais une fois ce cap passé ce n'est que pur bonheur."
    https://www.pavillon666.fr
  • "La réussite de l’album se trouve ici, dans les choix artistiques audacieux, et dans la synchronisation des instruments et des enchaînements harmoniques, aussi différents soient-ils."
    https://seekersofmusic2019.wordpress.com

Notre Avis :

Voici un opus à la musique étrange et touffue, servie dans un packaging en relief d'une grande beauté.
Avec "Truth", Mur vous entraîne dans un monde post-apocalyptique où les néons grésillent, où les éclaircies ne sont que passagères et annonciatrices des malaises à venir. Le sol, à tout moment, peut se mettre à gronder et trembler sous vos pieds.
J'y vois deux parties : une première  faite de trois titres, chaotique, sauvée de l'asphyxie par des traits de musicalité qu'il faut aller chercher soi-même. L'album s'aère cependant au rythme d'un  synthé et fait parfois entendre une mélodie plus accessible, comme une boîte à musique tombée sur un champ de ruines. ("Inner Hole"). Un rayon de soleil perce ainsi parfois la désolation.

La seconde partie que j'entends sur ce "Truth" s'ouvre sur "Such A Shame", vestige d'un passé pris dans la moulinette. Reconnaissable souvent, dissonant parfois, il  est suivi en raccord parfait par "Truth", une longue plage musicale apaisée qui permet de reprendre du souffle et de finir debout.
"Truth" vous l'avez compris, est une maîtresse exigeante, une intello brillante qui connait sa valeur et qui ne transige pas. Sa densité complexe interpelle et se mérite.  Nous conseillerons à ceux qui cherchent  juste une musique pour headbanguer en sifflant des bières de méditer sur le sens de l'expression "se prendre un Mur", et de s'orienter sans attendre vers le rayon d'à côté. Mais pour tous les autres, "Truth" est une perspective fascinante dont ils n'ont pas fini de se gargariser. Unique !


Discographie :

  • Mur (EP - 2014)

  • Brutalism (2019)

  • Black Core (2020)

  • Truth (EP - 2021)

LINE UP :

  • Thomas Zanghellini (basse)
  • Julien Granger (batterie)
  • Benjamin Leclere (guitare)
  • Benjamin Gicquaud (guitare)
  • Jay Moulin (voix)
  • Alex Michaan (claviers)

Les Liens :

Chronique d'album : VISIONS OF DYSTOPIA (Metal Progressif cinématographique), "A Nightmare On Dystopian Street" (2021)

  • Le 05/05/2021

Groupe : Visions Of Dystopia
Album : A Nightmare On Dystopian Street (16/04/2021)
Genre : Métal progressif cinématographique
Origine : Montpellier

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Visions of dystopia est né de l’association de deux compositeurs montpelliérains, Eric Juskewycz et Damien Maurel, réunis autour d’une passion commune pour la musique et le cinéma
  • Spécialisé dans les musiques à thématique cinématographique, le duo a reçu le prix de la meilleure bande originale de film au Screamfest 2020 pour Les Animaux Anonymes.

5671984 jpg c 310 420 x f jpg q x xxyxxLes Animaux Anonymes, film de Jean-Baptiste Rouveure (sortie en salle le 23/06/2021)

  • En 2021, Visions Of Dystopia présente son nouvel album :

« A Nightmare On Dystopian Street »

L'Album :

  • « A Nightmare On Dystopian Street » est un huit titres d'une durée d'environ trente-deux minutes.
  • Le titre de l'album est un clin d'oeil au premier film de la série des Freddy, "A Nightmare On Elm Street".
  • Tirés de films d'horreur, les dialogues qui illustrent l'album sont ici réinterprétés par des "voix" professionnelles, (détail in fine, rubrique tracklist).
  • L'artwork, signé par le designer écossais Sam Hayles (DOSEprod), nous renvoie à plusieurs films d'horreur. La référence aux Griffes de la Nuit est évidente.

Vision of dystopiaVISIONS OF DYSTOPIA, "A Nightmare On Dystopian Street" (2021)

  • "A Nightmare On Dystopian Street" a été masterisé au Tower Studio  de Montpellier par Brett Caldas-Lima (Ayreon, Pain Of Salvation).
  • C'est une sortie M&O Music.
  • L'album est illustré par le clip "Shapeless Dreams", réalisé par Alexis Lartot.

Les Critiques :

  • "Tout est interprété à la quadruple croche près, tellement métronomique qu'on peine à croire que de simples humains sont derrière les instruments."
    https://www.pavillon666.fr
  • "Un moment stressant mais paradoxalement très plaisant, tout comme le ferait un bon film d’horreur."
    https://www.unitedrocknations.com
  • "Un album réussi, mais qui restera réservé à un public restreint."
    (https://www.themetalart.eu)

Notre Avis :

Rompus à illustrer musicalement avec succès  et trophées les images des autres, Eric Juskewycz et Damien Maurel s'offrent un espace de liberté et prennent le pari inverse de faire naître dans nos esprits des images à partir de leur musique.
Beaucoup de choses frappent l'imagination, à l'écoute de cet album : la dextérité, la vitesse d'exécution des musiciens, la diction des répliques et leur placement si précis qu'elles en deviennent une composante de la musique.
Musicalement, nous encadrerons « A Nightmare On Dystopian Street » entre un Yngwie Malmsteem et la BOF de l'Exorciste par Mike Oldfield. La qualité perce à tous les étages, de la composition au mastering, en passant par le casting. On est souvent dubitatif, à la rédaction, devant des opus estampillés "cinématographique", genre de plus en plus revendiqué ; rarement un album aura autant mérité cette étiquette tant convoitée tant il sait jouer de la mandoline à notre imagination.
« A Nightmare On Dystopian Street » est certainement l'un des exercices les plus réussis du genre, il faut impérativement l'écouter. Si vous aimez les classiques du cinéma d'horreur, la question ne se pose même plus.

La Tracklist :

1 – Shapeless Dreams (voix : PawPaw Greg Gidney & Oddie Beau) 5:15
2 – Kill The Fear (voix : Derek Daisey) 5:44
3 – From the Depths of Hell (voix : J.C. BigVox) 4:47
4 – The Call (voix : Alice Himora & Oddie Beau) 3:12
5 – The Devil Inside (voix: Alice Himora & Oddie Beau) 2:15
6 – Be Afraid 2:57
7 – Till The End (voix : Kat Jones) 2:52
8 – Suffering Games (Voix : Jeff Linley) 5:26

Les Liens

 

 

 

Chronique d'album : LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL (Metal alternatif), Polaris (2021)

  • Le 04/05/2021

Groupe : Los Disidentes Del Sucio Motel
Album : Polaris (02/04/2021)
Origine : Strasbourg
Genre : Metal Alternatif

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Los Disidentes Del Sucio Motel entre dans la carrière en 2005 et sort son premier opus, l'EP "Room 159" en 2007. (discographie complète in fine).
  • Il cite pour influences Mastodon, Alice in Chains, Deftones, Black Sabbath et Pink Floyd.
  • A propos de l'univers musical du groupe, Nicolas Foucaud (chant, guitare), explique à Heretik Magazine :
    "Au départ, LDDSM était un projet récréatif, et ce n’est que lorsque nos autres projets ont pris fin que nous en avons fait notre priorité. C’est vraiment à ce moment-là que nous avions décidé d’y aller à fond ! À l’époque, la scène Stoner n’était pas particulièrement populaire. Il y avait quelques groupes de Stoner en France, comme Glowsun et Mars Red Sky, mais ils n’étaient qu’une minorité. Puis, il y a eu ce morceau « Journey » sur Arcane, notre deuxième album, qui a fait la bascule. Du Rock Stoner, on se rapprochait désormais un peu plus du Metal Atmosphérique !"
    (http://www.heretik-magazine.fr)
  • A propos de son patronyme, le groupe jusitifiait sur le webzine Divertir :
    "Nous étions très inspiré par la culture Sud-Américaine, les vieux Motels délabrés et le Nouveau Mexique et à l’issue d’un brainstorming, c’est ce nom à dormir dehors qui est ressorti. Aujourd’hui notre style musical et visuel a beaucoup évolué et on se présente plus sous LDDSM."
    (Retrouvez cette interview en intégralité grâce au lien in fine)
  • En 2017, le groupe se produit au Hellfest (scène Valley).
  • En 2021, Los Disidentes Del Sucio Motel sort son quatrième album...

"POLARIS"

Lddsm polaris cover

L'Album :

  • "Polaris" est un album de dix pistes pour une durée d'environ quarante-quatre minutes.
  • Il inaugure l’arrivée de Katia Jacob à la basse et au chant. Le groupe compte donc désormais trois vocalistes.

Dsc 0272LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL par Benjamin Hincker

  • Les titres de "Polaris" sont tous crédités Los Disidentes Del Sucio Motel.
  • L'album s'intéresse à la relation qui relie l’Homme et l’Univers, qu'elle soit scientifique, politique ou spirituelle. Chaque chanson traite cette thématique sous un angle différent.
  • Polaris est introduit par ":-:o :-:", une plage énigmatique de treize secondes. LDDSM expliquait au webzine Divertir l'histoire de cette première piste :
    "Elle n’était pas vraiment voulue au départ, c’est un peu un hasard du studio. Un matin en préparant la session du jour, Rémi du White Bat Recorders, le studio où nous avons enregistré, repassait la bande à l’envers du titre The Great Filter et la reverbe de la table était enclenchée. Ca a créé cet effet super psyché qu’on a adoré. J’ai dit à Rémi « Attends ! Comment t’as fait ça ? On pourrait l’utiliser comme intro ! Le début serait donc la fin passée à l’envers »."
    (Retrouvez cette interview en intégralité grâce au lien in fine)
  • "Polaris" a été enregistré live et en analogique au studio White Bat Recorders par Rémi Gettliffe (SHINESKI), avec qui le groupe avait déjà collaboré en 2018 pour les cover "Welcome To The Machine", de Pink Floyd, et "Teardrop", de Massive Attack.
  • Sur "Polaris", Rémi Gettliffe intervient également au chant et au clavier.
  • "Polaris" fait partie du catalogue KLONOSPHERE - Season of Mist.
  • Il est soutenu par le clip Alpha Ursae Minoris, réalisé par Ben Auer.

Les Critiques :

  • "Los Disidentes Del Sucio Motel est le porte étendard du rock alsacien. Peu de doute qu’à terme il pourrait être celui du rock français."
    https://www.rockurlife.net
  • "Polaris est tout simplement un album remarquable."
    https://www.french-metal.com
  • "LDDSM arrive à s’extraire de la redondance liée au genre par une émotion palpable et omniprésente. Bravo !"
    https://amongtheliving.fr

Notre Avis :

Certains de ses membres étant de retour de l'escapade "Sapiens", Los Disidentes Del Sucio Motel revient au complet et avec un nouveau line-up pour un album qu'on aura du mal à catégoriser. Nous qualifierons donc sa musique de  "métal alternatif", en n'oubliant pas de remercier l'inventeur du mot "alternatif" pour les services qu'il rend régulièrement aux chroniqueurs de musiques rock qui ne savent pas où classer les albums qui refusent d'entrer dans une case.
Et c'est bien le cas de "Polaris", qu'on ne saurait résumer à un style. Puissant, mélodique, énergique ("The Plague"), il est également subtil et parfois progressif ("Horizon"). L'une de ses  marques de fabrique nous semble  l'explosivité, sa production rugueuse affichant de la puissance même dans les tempos les plus lents ("Earthrise"), donnant à l'opus des épaules de déménageur. La seconde part du lion revient à la beauté. J'en veux pour preuve le captivant "Blue Giant" dont vous trouverez la génèse dans une interview très intéressante du webzine Divertir, dont nous vous proposons le lien in fine.


"Polaris" est donc un voyage à vivre intensément, qui peut nécessiter plusieurs écoutes mais qui alors vous mettra les poils. C'est évidemment  un signe extérieur de richesse, et vous veillerez à ne pas passer à côté de cet album particulièrement réussi.

Line-up :

  • Nicolas Foucaud / Chant, guitares
  • Daniel Scherding / Chant, claviers
  • Katia Jacob / Chant + basse, claviers
  • Gregory Hiltenbrand / Batterie, percussions
  • Romain Reichhart / Guitares

Musicien additionnel: Rémi Gettliffe / Chant, Claviers

Dsc 0299 modifier 2Los Disidentes Del Sucio Motel par Benjamin Hincker

La Tracklist :

  1. :-:o :-:
  2. Blood-Planet Child
  3. Dark Matter
  4. Blue Giant
  5. The Plague
  6. Alpha Ursae Minoris
  7. Earthrise
  8. The Key
  9. Horizon
  10. The Great Filter

Discographie :

  • Room 159 (EP - 2007)
  • Tour Or Die (DVD - 2009)
  • Soundtrack From The Motion Picture (2010)
  • East Side Story (Split)
  • Arcane (2013)
  • Human Collapse (2016)
  • Polaris (2021)

Les Liens :

Pour tout savoir ou presque de cet album, nous vous invitons à lire l'excellente interview que Los Disidentes Del Sucio Motel a accordé au webzine Divertir :
https://www.divertir.eu/blog/culturel/los-disidentes-del-sucio-motel-l-album-polaris.html

News Of The World : BOREAL (Prog), "Las Mariposas Agitan Sus Alas" (Prog - 2021)

  • Le 03/05/2021

Le groupe de Prog' colombien Boreal vient de signer sur le label français M&O Music.
On vous en fait une petite présentation.

C'est les nouvelles du monde...

Boreal photoBOREAL


Børeal (Metal Progressif - Colombie), « Las Mariposas Agitan Sus Alas » (EP - 2020)

Malgré le confinement, M&O Music a vagabondé a Bogotta, et il ramène dans ses bagages ce papillon soufflé par un quatuor de métal progressif baptisé Boreal : l'EP « Las Mariposas Agitan Sus Alas », sorti fin 2020, mais qui reste inédit en France.

Boreal artworkBOREAL, « Las Mariposas Agitan Sus Alas » (EP - 2020)
Formé en 2018, Boreal a pour influences Mastodon, Baroness, ou encore Coheed & Cambria.
« Las Mariposas Agitan Sus Alas » est un quatre titres d'une durée d'environ vingt-et-une minutes. Chanté en espagnol, - son chanteur parviendra à vous surprendre - il est de très bonne facture et vous laisse pénêtrer facilement son univers. Impeccablement produit, « Las Mariposas Agitan Sus Alas » est enregistré et mixé à Bogotta, et masterisé par Dean Hadjichristou au All Buttons In Studio d'Ottawa (qui a collaboré notamment avec Obey The Brave).
Le clip Anhedonia (avec la danseuse contemporaiine Laura Phoenix) vous donnera une idée plus précise de leur univers :

« Las Mariposas Agitan Sus Alas » est disponible sur toutes les plateformes de streaming. Il existe également en format digipak limité à trois cents copies.


Line-up :

  • Jei Vera - Basse
  • Diego Vargas - batterie
  • Ivan Baquero - Guitare
  • Ricardo Linares - Guitare, choeurs, textes/musiques
  • Camilo Rodríguez - Chant, textes

Lien :

http://www.m-o-music.com/

 

NEWS OF THE WORLD : MULA (Avant-garde), "Resiliente" (2017/2021)

  • Le 03/05/2021

Ils viennent de signer sur des labels français.
On vous en fait une petite présentation.

C'est les nouvelles du monde...


DUR ET DOUX

MULA (Colombie), « Resiliente » (Rock in opposition - 07/05/2021)

Hola, quetal ? (c'est les deux seuls mots d'espagnol connus de la rédaction, autant vous dire qu'on vous ramènera pas l'interview!)

Originaire de Bogota, MULA partageait en 2018 un split album avec le groupe lyonnais PoiL. Ce trois titres, agrémenté d'un joli artwork signé Willy Ténia, sortait chez nos amis de Dur et Doux, collectif spécialisé dans les musiques de rock en opposition.

Dur et dou mula splitMULA POIL, split album trois titres sorti chez Dur et Doux en 2018
Le 07/05/2021, Mula revient nous visiter. Ca se passe toujours chez Dur et Doux, qui éditera en vinyle - c'est une première mondiale - « Resiliente », sorti initialement par les Colombiens en 2017 sur le label avant-gardiste de Bogotta Matik Matik discos.
« Resiliente » est un album bruitiste de huit pistes, (pour une durée approximative de trente-quatre minutes), infusé de doses de free jazz, de fragments mélodiques, de blasts, de drones et de lourdes textures saturées, dit la notice. Mula y intègre des samples en allemand et en espagnol ainsi que du field recording (NDLR : enregistrement de sons naturels).
L'album contient un hommage subliminal au bassiste colombien Humberto Monroy, fondateur aux début des années soixante de Los Speakers, l'un des premiers groupes de rock colombien, ainsi que de nombreuses évocations de formations telles que Supersilent, Swans, Behemoth, Sonic Youth, José José et Diomedes Díaz.
Le format vinyle de l'album comporte une piste de plus que sa version dématérialisée. Il s'agit d'une reprise de "Hija", ouvrant et clôturant - désormais - l'opus.

Dur et doux mula resiliente artworkMULA, « Resiliente »
Pour le profane, le cabinet de curiosité « Resiliente » s'apparente un peu à une fanfare dont les instruments chercheraient leur autonomie et commenceraient à prendre la poudre d'escampette. Mais si vous êtes curieux et que vous aimez le hors pistes, vous y trouverez de quoi creuser pendant une semaine rien que pour en trouver l'ouverture. Quant à reconstituer le puzzle, c'est une autre paire de manches (de guitaras), et il vous restera sûrement autant de pièces qu'à la fin de l'assemblage d'un meuble Ikea.
En conclusion, si vos oreilles aiment la musique qui interroge, laissez Mula leur parler et faites confiance à Dur & Doux : c'est l'un des meilleurs guides sur le marché du rock en opposition.


Tracklist :

Face A :

  1. Hija
  2. Siete
  3. Sonámbulo
  4. Ataraxia

Face B :

  1. Petricor
  2. Mondo Barbián
  3. Vagido
  4. Hija de Remy

Line-Up :

  • Santiago Botero: basse
  • Enrique Mendoza: guitare
  • Maria Valencia y Juan Ignacio Arbaiza: saxophone
  • Diego Herrera: programmation
  • Camilo Bartelsman: batterie

Invités :

  • Jose Miguel Vega "El profe" Trombone dans Ataraxia
  • Benjamin Calais: Enregistrements extérieurs "Agustín Velandia, diatriba sobre un Guacamole de un francés"

Lien :

https://duretdoux.bandcamp.com/

Les bio d'Apo : LIQUID FLESH

  • Le 03/05/2021

Chaque semaine Apolline nous présente une formation française.
C'est...

LES BIO D'APO


Hello la compagnie !
Je vous partage les réseaux du treizième groupe de la playlist (NDLR : lien in fine)Liquid Flesh, un groupe de death métal qui nous vient de Grenoble.
Band promo 2020 rgbLIQUID FLESH
Bonjour Liquid Flesh.  Pourriez-vous nous faire une petite présentation du groupe ?
LIQUID FLESH :
Salut ! Nous sommes Liquid Flesh, un trio de death metal grenoblois. Le groupe s’est formé en 2014 et il a sorti un premier album en 2016, “Spontaneous Liquefaction”, qui fut suivi d’un court break. En 2018 le groupe s’est reformé et a accouché de son dernier album en date “Chair Liquide”, publié en octobre dernier. On attend que toute cette crise se termine pour enfin reprendre les dates !

Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique, et pourquoi ce style en particulier ?
LIQUID FLESH :
Je crois que nous avons tous toujours fait de la musique, que ce soit via un enseignement musical ou une curiosité particulière. En grandissant nous avons créé nos premiers groupes, et c’est là que nous nous sommes rencontrés à des concerts de la scène locale - qui est relativement petite dans le genre - en tant qu’artistes ou spectateurs. Ces premiers groupes étaient déjà du death metal, c’est donc naturellement que nous avons été amenés à en faire ensemble.

1liquidfleshLIQUID FLESH, "Chair Liquide" (2020)
Vos influences, et ce qui vous inspire ?
LIQUID FLESH :
En metal je dirais toute la scène qui fait revivre le death old school actuellement - Undergang, Frozen Soul et les classiques du genre, Autopsy, Celtic Frost, Entombed… Nous écoutons plein d’autres genres de musiques, principalement du rock progressif, du jazz, de la musique électronique, mais qui ne rentrent pas trop en ligne de mire dans l’inspiration de Liquid Flesh, si ce n’est pour la qualité et la démarche artistique de certains albums.
Sinon, le cinéma, évidemment, plus particulièrement le cinéma de genre, les vieux films noirs, qui sont une composante très importante de l’univers du groupe. Nous allons essayer d’ailleurs à l’avenir de développer ce côté visuel autour du groupe...

Une chose que vous aimez dans le milieu du metal, et une chose qui vous déplaît ?
LIQUID FLESH :
Les concerts, mais ça c'était avant ! Sinon, le milieu du metal est très codifié, avec un public un peu vieillissant, ce qui est intéressant mais peut être aussi un peu freinant dans la création musicale...

Une chanson que vous auriez aimé écrire ?
LIQUID FLESH :
En ce moment je réécoute Eric Rutan (Hate Eternal, qui joue dans Cannibal Corpse maintenant) et il y a vraiment des riffs qu’on aurait aimé trouver je pense. "Ritual Annihilation", pour donner un exemple.

Si votre groupe était un animal, lequel serait-il et pourquoi ?
LIQUID FLESH :
Le singe-rat de Braindead, parce que ce film tue.

Votre parfum de pizza préféré ?
LIQUID FLESH :
Pizza raviole.

Voili voilou, ce sera tout pour cette semaine (c'est d'jà pas mal ma foi !).
Du coup bonne écoute à vous, et bonne semaine !


Les Liens :

Retrouvez la playlist d'Apolline :
https://open.spotify.com/playlist/0bTigPgUjUbhoUeCh2Cv77...

Chronique d'album : AKIAVEL (Death Metal), "Vae Victis" (2021)

  • Le 02/05/2021

Groupe : Akiavel
Album : Vae Victis (23/04/2021)
Genre : Death Metal
Origine : Toulon

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Akiavel est un groupe de death metal originaire du Var.
  • Il se compose d'Auré (chant), Chris (guitare), Jay (basse) et de Butch (batterie).

Akiavel mr canaAKIAVEL par Mr Cana photography (http://www.mrcana-photography.com/)

  • Son nom s'inspire du penseur florentin Nicolas Machiavel.
  • Le quatuor - initialement quintette - se constitue à partir en 2017, mais les quatre musiciens sont déjà très expérimentés, ayant fourbi leurs armes dans plusieurs formations du Sud-Est.
  • Dans une interview récente accordée au webzine hollandais Metal Maniac, Auré définit ainsi l'univers du groupe :
    "La musique d'Akiavel est un mélange de tous les styles de métal que nous aimons tous les quatre : thrash, death metal et même hardcore. Nous venons tous d'horizons musicaux très différents, tous liés au métal à un moment donné, nous avons donc beaucoup de références différentes en tête quand il s'agit d'écrire de nouvelles chansons. C'est pourquoi notre musique est difficile à étiqueter, c'est une sorte de mélange de beaucoup d'influences qui apporte, au moins à notre avis, notre propre style. Disons que c'est un mélange entre Arch Enemy et Hatebreed, avec quelques notes de Testament et de Benighted."
  • En 2018 Akiavel sort un EP trois titres sur lequel Soil Chronicles écrit :
    “Akiavel et son EP éponyme sont déjà au sommet avec trois titres méchamment biens construits.”
    (https://www.soilchronicles.fr/chroniques/akiavel-akiavel)
  • En 2019, Akiavel joue au Hellfest Off de Clisson et partage quelques morceaux avec avec Stéphane Buriez (Loudblast).
  • En 2020 sort un premier album, "V", un concept-album tournant autour des cinq blessures de l'âme définies par l'écrivaine Lise Bourbeau. Il constitue pour le webzine Nightfall In Metal Heart,  "l'une des plus belles découvertes de 2020".l’une des plus belles découvertes de 2020."
  • Ce premier album sera illustré par de nombreux cips brillamment mis en image par Mr cana production, dans lequels le groupe se forgera une image particulièrement stylée.

  • En 2021, Akiavel revient avec un nouvel album :

"VAE VICTIS"

L'Album :

Akiavel 2

  • A l'instar de son prédécesseur, "Vae Victis" est un concept-album. Sa thématique est la suivante :
    "Væ Victis - « Malheur aux vaincus ». Cet album concept plonge dans les parties les plus sombres de la psyché humaine et explore les profondeurs de la dépravation des humains les plus monstrueux : les tueurs en série." (source Bandcamp)
  • Pour enregistrer et mixer ce nouvel opus, Akiavel fait à nouveau confiance à Sebastien Camhi et à son Studio Artmusic.
  • "Vae Victis" a fait l'objet de très belles éditions vinyles colorées en séries limitées. La plupart sont épuisées.

Akiavel lp

  • Mimi Canavaggia prête sa voix claire sur le titre "Lady Of Death".
  • Un choeur d'enfants à deux voix se fait entendre sur le titre "Comrade". Ce titre parle du tueur en série ukrainien anthropophage Andreï Tchikatilo, surnommé le tueur de Rostov, auteur d'une cinquantaine de meutres de femmes et d'enfants. Auré voit dans ce titre un hommage à ces enfants disparus.
  • L'album est soutenu par le clip "Frozen Beauties", réalisé par Mr cana production. Ce titre évoque Ivanova Tamarin et sa fille de dix-sept ans, Olga. Ces tueuses en série estoniennes du début du vingtième siècle, chez qui l'on découvrit vingt-sept cadavres et des instruments de torture, furent convaincues de cannibalisme. Et oui, cet album d'Akiavel, c'est un peu "La Grande Bouffe" en version métal !

Les Critiques :

  • "« Malheur aux vaincus », ce qui signifie que ceux qui sont vaincus au combat sont entièrement à la merci de leurs vainqueurs et ne doivent pas attendre ni demander la clémence. Il en va de même pour l'auditeur."
    https://www.metaltalk.net
  • "Malgré son aura noire profonde, cet album est toujours très mélodique."
    https://www.stormbringer.at
  • "Avec son deuxième album, Akiavel devient une force sérieuse de la scène Death Metal des années à venir et « Vae Victis » devrait faire partie de la collection de tous les fans de Metal."
    http://www.metal-temple.com

Notre Avis :

Akiavel aurait pu jouer la facilité et surfer en douceur deux ou trois ans sur la vague "V" ; il a choisi de battre le fer métal tant qu'il est chaud et ranime les braises pour un nouvel album (et il parle même déjà du suivant !) servi par le même trio gagnant (Raf The Might sur l'artwork, Mr Cana sur l'image, Sébastien Camhi sur le son) pour un opus conceptuel au sujet sulfureux : les tueurs en série.
Akiavel annonce donc la couleur : sa dominante sera rouge. Vitesse d'exécution, ambiances de plomb, il enfonce le clou planté dans VOTRE chair par son prédécesseur. Cependant il y a quelque chose de plus musical ("Blind Torture Kill", "Zombie") dans cet album qui pourtant emprunte aussi au brutal death.
La sauce prend, les structures bousculent l'auditeur et le tiennent en haleine, les titres sont calibrés au millimètre, faits d'accélérations, de ruptures... Le son est toujours aussi puissant, mais il s'ouvre à d'autres voies. L'impressionnante Auré, cette furie grècque, varie ses growls ("Zombie") avec talent. L'adjonction du choeur d'enfants  sur "Comrade" et de la voix claire sur "Lady Of Death" sont des petites cerises sur notre forêt noire. Tout cela amène un album très dense, oppressant, mais brillant et qui ne s'essouffle pas. Purée ! On frémit d'avance à l'idée  de ce qu'on va prendre dans la gueule quand Akiavel montera sur scène !
Un son puissant et sombre, une image soignée, une écriture documentée et intelligente, une dextérité dans l'interprétation, une attitude, une "gueule", tout concourt à  faire d'Akiavel LE groupe qu'on aime aimer et LA révélation de l'année 2020 qui, enfin, transforme l'essai. Akiavel poursuit donc son ascension, et il porte en son sein et dans son entourage une telle conjugaison de talents qu'on ne voit pas ce qui pourrait l'arrêter. Autant vous dire la vérité : Akiavel a déboulé, il veut tout bouffer, et vous n'avez déjà plus aucune chance de lui échapper !

Akiavel band 2048x1535 408dAKIAVEL par Mr Cana photography (http://www.mrcana-photography.com/)


La Tracklist :

  1. Frozen Beauties
  2. Bind Torture Kill
  3. Zombie
  4. Needles From Hell
  5. Comrade
  6. Medium
  7. The Lady of Death
  8. Pentagram Tattoo
  9. Mommy I'm Capable
  10. Matrimonial Advertisements

 

Les Liens :

L'actualité du mois d'avril

  • Le 01/05/2021

Akiavel (notre photo) qui a le vent en poupe, un double-album et des guests pour Renaud Hantson, Des ex-Seyminhol dans le poste, Chaos Heidi et sa ligne de hoodies, ou Metal Workout, un nouveau concept de salles de sport conçues pour les métalleux, c'est, avec les clips et les sorties d'albums, l'actualité du mois d'avril vue par Ahasverus.

Akiavel band 2048x1535 408dAkiavel par Mr Cana photography


CABINET DE CURIOSITES

METALLISPORT ?

Yann Heurtaux (Mass Hysteria), coach reconnu, et Stéphane Lefèvre, co-fondateur du projet, vous donnent rendez-vous le 19/05/2021 à 19h30 pour le lancement de la première plateforme de fitness dédiée aux Metalheads : METAL WORKOUT .
Actualite metal workout photoIl permettra de "faire du sport où tu veux quand tu veux, sans matériel, avec un programme personnalisé via des vidéos d'exercices conçus par des coachs sportifs professionnels et diplômés, et de découvrir tous les mois de nouveaux groupes et de nouveaux morceaux dans ton style de Metal préféré (tu choisis Death, Metalcore, Heavy...), car l'objectif est aussi de supporter la scène Metal en donnant de la visibilité aux groupes."


RENAUD HANTSON VOIT DOUBLE

Le futur album de Renaud Hantson devrait être disponible en octobre 2021.
Il s'agirait d'un double album qui pourrait s'intituler « Essentiel, libre comme l’Art ».
Renaud Hantson a annoncé qu'il serait rejoint par Yarol Poupaud (FFF, Johnny Hallyday) pour un titre, en précisant :
"Cela fait maintenant partie de la signature de mes albums solo d’avoir la participation des plus grands guitaristes de notre pays, après Axel Bauer (dont je reste un « fan » absolu !) sur deux chansons et l’ami Jean-Felix Lalanne pour un Blues sur mon précédent album « Tatoués à jamais », c’est aujourd’hui Patrick Rondat, Christophe Godin, Max Waynn (alias Max Yme) et maintenant Yarol qui m’offrent leurs talentueuses idées à la six cordes et viennent soutenir mes incontournables Frantz Fagot et Michaël Zurita !"
A suivre...


ANTECHAOS DANS LE POSTE

Régivisions Méga Info, la chaîne du SIVOM Algrange-Nilvange, a consacré un reportage de dix minutes à Antechaos, le nouveau groupe des ex-Seyminhol Nico et Chris.

"Ophelian Fields", le dernier album de Seyminhol, est à gagner jusqu'au 16/05/2021 au concours Ahasverus - Métaux en tous genres.


ULTRAMOULE : ULTRAPRÊTES

Le trio de musique urbaine à violons et sans guitare UltraMoule sortira bientôt son premier opus.

Actualite ultramouleULTRAMOULE par Anne-Laure Etienne
Les Lyonnaises commentent :
"La semaine dernière on a enregistré notre premier EP ! Cinq titres sont dans la boîte, y a plus qu’à mixer, touiller et pétrir, mettre au four quelques mois et ce sera prêt !"
Ultramoule s'est fait remarquer par des clips décalés, drôles ou engagés tels que "Bouge ton boule", "Lèche-moi la verge" ou "Paye ta shnek".


CHAOS HOODIE

Chaos Heidi (Ex-Asylum Pyre, Funny Ugly Cute Karma) a dévoilé un teaser de son futur EP solo.

La Parisienne a également lancé une ligne de hoodies en série limitée disponible uniquement jusqu'au 03/05/2021. L'acquisition d'un "Chaos Hoodie" donnera accès à l'écoute de l'EP en avant-première.

Chaos heidi hoodihttps://www.helloasso.com/.../hoodies-chaos-heidi-serie...


LES SORTIES D'ALBUM

AKIAVEL

"Vae Victis", le deuxième album des death métalleux d' Akiavel, est disponible depuis le 23/04/2021.
Monté avec sensiblement la même équipe image/son que le premier album pour le studio, l'arwork et les clips, il s'intéresse aux tueurs en série. "Frozen Beauties" est le premier clip choisi pour l'illustrer, et sa réalisation  a donc à nouveau été confiée à  Mr cana production.

Ce titre évoque Ivanova Tamarin et sa fille de dix-sept ans, Olga, criminelles estoniennes du début du vingtième siècle, chez qui l'on découvrit vingt-sept cadavres et des instruments de torture. Elles furent convaincues de cannibalisme.


SILVERTRAIN

Sortie de "Steel Against Steel", le sixième album de Silvertrain.
Son artwork est signé Stan W. Decker et il est illustré par le clip "The Empire Of The Lords".


HIGH ON WHEELS

"Fuzzmovies" est le nom du nouvel album du trio de desert rock High On Wheels. Il est sorti le 23/04/2021 et rend hommage aux séries B et aux nanars.


SCRTCH

Un double single en formule basse/batterie un rien noisy. Ces Lillois s'appellent  SCRTCH et "Möther / Sümmer" est sorti le  20/04/2021.


GOJIRA

Ce mois est  évidemment marqué par la sortie de "Fortitude", le septième album studio de Gojira.
Comme pour les précédentes pochettes de la formation landaise, l'arwork est illustré par Joe Duplantier (chant, guitare).  "The Chant" est le dernier clip en date pour représenter cet album.


AETHERIA CONSCIENTIA

Disponible depuis le 06/04/21, "Corrupted Pillars of Vanity" de  Æthĕrĭa Conscĭentĭa propose un Black Metal Progressif  incorporant des éléments de rock progressif, de doom metal, de jazz et d'ambient. 


SYNESTHESIA

"The Omega Man", le deuxième album de Synesthesia, est sorti le 26/04/2021. Il suit de peu la sortie de "Room Seven", le nouveau Anthon-Norwell Experiment et c'est donc le second album que sort Anthon cette année.


STONE HORNS

Le groupe de Death Metal Stone Horns nous entraîne en Egypte pour son nouvel album, "Rise Of Apophis", sorti le 23/04/2021. Ce concept-album s'intéresse à Apophis, dieu-serpent de la mythologie égyptienne,  personnifiant le chaos, le mal, et l'obscurité, cherchant à anéantir le monde.


VISIONS OF DYSTOPIA

Ces deux Montpelliérains ont reçu le prix de la meilleure bande originale de film au Screamfest 2020 pour Les Animaux Anonymes. Autant vous dire que quand Visions Of Dystopia  annonce faire du cinematic metal, ils sait de quoi il parle. A Nightmare On Dystopian Street  est disponible depuis le 16/04/2021. "Shapeless Dreams" est son premier clip.


DRAKENBORG

Sorti le  est le 25/04/2021, "Darkness Of Light"  est le très efficace deuxième album du duo black d'Aurillac Drakenborg. Son artwork est signé Elfenn.


AVALAND

L'opéra métallique "Avaland - Theater Of Sorcery", signé Adrien G. Gzagg (AMON-SETHIS), est désormais disponible sur vos plateformes habituelles.
Au menu de cette ambitieuse galette de onze pistes des invités prestigieux et talentueux parmi lesquels Ralf Scheepers (Primal Fear), Zak Stevens (Savatage / TSO), Zaher Zorgati (Myrath), Emmanuelson (Rising Steel), Héli Andrea (Mobius) Stéphan Forté (Adagio), Madie (Nightmare/Faith in Agony), Ricky Marx (Now Or Never, ex-Pretty Maids).


GIOTOPIA III

Autre opéra métal, "Giotopia - Trinity Of Evil" , le troisième volet des aventures imaginées par Gio Smet
Outre Gio Smet, ont notamment participé à cet opéra métal international disponible depuis le 16/04/2021 :
Apollo Papathanasio (Spiritual Beggars), Jürgen Wulfes (Cholane), Kelly Thans, YGC (The Losts), Sara Vanderheyden (Cathubodua), Ginny Claes, Nienke Verboom, Ellen Peeters...


BRUIT ≤ ?

BRUIT ≤ , originaire de Toulouse, quatuor instrumental de post-rock, a sorti son premier album le 02/04/2021.
Il s'appelle... (on se pousse devant, j'ai besoin de la place) :
"The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again"

C'est un quatre titres. Il fait plus de quarante minutes !


OCTANE

Le nouvel album d'Octane , le groupe de Laval, est disponible depuis le 30/04/2021.


LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL

Sorti le 02/04/2021, "Polaris" est le quatrième album des Strasbourgeois de LDDSM qui reviennent avec un nouveau line-up.

Dsc 0272

LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL par Benjamin Hincker


FERADUR

Nouvel opus des Luxembourgeois qui ont choisi le format EP cette fois-ci. Le bébé s'appelle "Parakosm" et le bassiste de la formation nous en parle dans FERADUR : Visite guidée d'un paracosme (interview).
Cet opus est a gagner jusqu'au 16/05/21 sur Ahasverus - Métaux en tous genres.


VIOLENCE

Réunissant Fabio Meschini (Guitar / L’Esprit du Clan, ex-As They Burn), Morgan Sansous (Drums / Henker), Niveau Zero ( Production & Vocal). Et des invités prestigieux : Billy Graziadei (Biohazard, Powerflo), Julien Lebon (Atlantis Chronicles, ex-Deep in Hate), Bastien Hennaut (HORSKH), Violence, le bien nommé, est sorti le 30/04/2021 chez M&O Music.


LES CLIPS

LA VENUS DE ZURICH

Sorti le 02/04/2021, "Flower And Pain" est le premier single-clip du deuxième album de  Dead Venus, la formation de métal progressif suisse montée par Seraina Telli.

Le groupe explique :
« Flowers & Pain raconte l'histoire d'une fille qui décide de changer sa vie et d'évoluer. Malheureusement, elle doit réaliser que quelqu'un de très proche d'elle pense autrement et veut qu'elle reste là où elle a été. Même si cela signifie qu'elle soit malheureuse. Elle  décide donc de partir et de suivre son propre chemin.
Les vrais amis et les bien-aimés n'essaient pas de vous garder au sol - ils sont le vent sous vos ailes lorsque vous voulez voler ! »

Parallèlement et en attendant l'album, les Suisses accompagnent l'évènement d'une série de quatre EP disponibles par correspondance (par leur page Facebook) dont chacun contiendra des titres inédits, live, ou cover.


TERROR ON YOUTUBE

Parmi les sorties de clip du mois, les étonnants No terror in the bang jeune formation troyenne dont la singularité du premier album "Eclosion" (2021) a retenu toute notre attention.


HOWARD en live

Ce trio développe avec maestria la formule guitare/batterie/claviers, Howard - The Band a mis en ligne le 02/04/2020 une version live de leur standard "Void" qui se trouve sur le succulent "Obstacle" (2020).

Si vous êtes fan de The Doors, courez écouter Howard !


CHAOS INTERNATIONAL

Livré le 30/04/2021, "Limbo" est le nouveau morceau de Chaos Rising, projet féminin international à géométrie variable initié par la Française Stéphanie Nolf (UNSAFE) qui produit un titre par mois.
Orienté métal symphonique, ce nouveau morceau a été écrit par Behnaz Ghavidel, une chanteuse iranienne. Elle est accompagnée de musiciennes venues de Russie, de Suisse, d'Australie


SEEDS OF MARY ACOUSTIQUE

Les Bordelais reviennent avec "Not Where I Belong", un titre de leur album "Serendipity", visité en version acoustique.


L'album "The BlackBird And The Dying Three" est à gagner ce mois-ci sur la page Ahasverus - Métaux en tous genres.


MOLYBARON LÂCHE LA BÊTE

MOLYBARON - qui avait frappé très fort avec son premier album en 2017 - amorce son retour.
Dans l'attente de leur second opus, en préparation, ces Franciliens ont lâché quelques titres depuis un an, dont le dernier en date, intitulé "Animals", a été mis en ligne le 14/04/2021.


BLACK & WHITE

Entre shoegaze et post metal, le clip "White Goat, Dark Hoof"  du groupe parisien Nature Morte est sorti le 07/04/2021.

Nature Morte indique : “Ce clip est un patchwork vidéo synthétisant le parcours et la vie des membres du groupe : de leurs précédents projets musicaux à Nature Morte, de la fin des 90's à aujourd'hui. Il s’inscrit dans la continuité de l'artwork de Messe Basse qui, lui, est figé dans les 70-80's. Le montage volontairement anachronique (et nostalgique) montre un florilège d'images de live, de studio, d'avant/après concerts et de tranches de vie. Associée aux enivrantes sonorités du morceau, la vidéo emmène le spectateur dans un voyage temporel introspectif…”


QUAND VOTRE COEUR FAIT BLOOM

Blooming Discord a fait confiance au directeur artistique Jérémy Tran pour réaliser "Beyond The Flesh", le premier clip annonçant leur futur EP "Shambles and Stones".


CE QUI NOUS ATTEND EN MAI :

  • Des musiciens chevronnés issus des scènes black, hardcore ou stoner, aujourd’hui réunis en quête de la bénédiction post mortem de Layne Staley, c'est ainsi qu'on nous présente Dirty Black Summer nouvelle sensation azuréenne qui vient de sortir le clip "Your Great Deception". Leur EP du même nom sortira le 21 Mai 2021.

  • "La République Dominicale du Zoo", le nouvel album du bidouilleur avant-gardiste Jack Dupon ouvrira ses portes le 01/05/2021.
  • Faith In Agony, l'autre groupe de la chanteuse Madie (NIGHTMARE), sortira "Drowned & Exalted", son premier album, le 11/05/2021.Pour fêter l'événement le groupe a lancé une série de six clips, dont le premier "Act I ; Ghost", a été dévoilé.
  • Sortie de "The Downtime", le nouvel opus de Disconnected le 14/05/2021. Il s'agira d'un EP de versions alternatives de titres de leur répertoire.
  • Rozedale (qui s'écrit désormais avec un "Z") sortira "Rozedale", son nouvel album, le 28/05/2021.

  • "Fragments de destinées", c'est le nom du nouvel album d'Opprobre (post-metal), disponible le 14/05/2021 chez Klonosphere

  • "Let It Shine", le nouvel album de la rockeuse Jessie Lee & The Alchemists, brillera à compter du  07/05/2021.

  • sortie le 07/05/2021 de "Messe Basse", le second opus du groupe parisien de post-metal Nature Morte.
  • Dans un registre prog jazz metal, EKPHRASIS livrera "Weird Interbreeding" le 25/05/2021.

C'est tout pour le mois d'avril. Vous pouvez retrouver nos actualités chaque jour sur ahasverus.fr
Bon mois de mai !

 

SMELL LIKE GRUNGE SPIRIT

  • Le 29/04/2021

DIRTY BLACK SUMMER  - "YOUR GREAT DECEPTION"

Dirty Black Summer a présenté le 22/04/2021 "Your Great Deception", un clip annonciateur de son premier EP du même nom qui sortira le 21 Mai 2021 chez Nova Lux Production.

Dirty black Summer est composé de cinq éléments servant dans des formations qui comptent, nous dit une bio très bien ficelée, "parmi les plus abrasives de la Baie des Anges (Svart Crown, In Other Climes, Wormsand). Des musiciens chevronnés issus des scènes black, hardcore ou stoner, aujourd’hui réunis en quête de la bénédiction post mortem de Layne Staley. Un hommage empreint de nostalgie au genre alternatif de Seattle qui s’offre aujourd’hui un premier clip avec “Your Great Deception” .

Actualite dirty black summerDIRTY BLACK SUMMER par Mkp (Machine Kult)
On vous recommande absolument ce clip, tourné au théâtre Lino Ventura de Nice, prompt à réveiller le fan de Pearl Jam/Nirvana qui sommeille en vous, et on attend l'EP avec une grande curiosité.
Dirty Black Summer est programmé le vendredi 21/05/2021 à la MJC Picaud de Cannes (si les pangolins veulent bien nous foutrent la paix !).

Chronique d'album : BIG BATCH (Rock), "We're Back" (2020)

  • Le 29/04/2021

Groupe : BIG BATCH
Album : We're Back (29/12/2020)
Genre : Rock / Pop Punk
Origine : Villefranche-Sur-Saône

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Big Batch se forme en 2019.
  • Il se présente de la manière suivante :
    "Big Batch est un Power Trio Rock n roll et sexy ... Après toutes ces années avec Almond's Drive, on s'est dit que de ne faire des albums que pour se marrer, c'était vachement bien ! C'est quand même sympa d'avoir dix-sept ans toute sa vie..." (source : Facebook)
  • Ce projet est donc constitué de musiciens du groupe de punk-rock Almond's Drive (2002-2015).
  • La musique de Big Batch est faite de rock, d'influences punk et de pop-punk.
  • Les ex-Almond's Drive expliquaient sur Radio Calade :
    "En discutant autour d'une fin de soirée, on s'est dit que ça nous manquait vraiment et que, ce qui serait sympa, c'était de reprendre, mais dans une version minimaliste, de faire quelque chose de simple, d'efficace, que du plaisir... Pas de prise de tête ! Le plaisir de faire du rock ensemble, et d'envoyer..."
  • Dans cette même interview, le groupe précise que son projet serait de "faire éternellement un premier album".
    (Ecouter l'interview : https://www.radio-calade.fr/2021/01/26/big-batch/)
  • Fin 2020, Big Batch présente donc son "premier premier" opus...

"WE'RE BACK"

cover big batch we re back 3000px 1

L'Album :

  • "We're Back" est un neuf pistes d'environ trente-et-une minutes.
  • Sa version digitale est en téléchargement libre sur www.bigbatch.fr. Il existe également en CD.
  • La composition de l'album est collective, tandis que Kevin, batteur et chanteur principal, écrit les textes.
  • "We're Back" est soutenu par la publication de plusieurs clips, dont le déjanté "Such A Good Day".

Notre Avis :

Des riffs acérés, des choeurs à tous les refrains, un son garage et des compos directes (on imagine ce que donnerait un titre comme "Such A Good Day" avec une grosse prod' !). Big Batch prend le pari de vous faire headbanguer, et s'il dit vouloir le faire sans prise de tête, c'est tout de même à coups des cervicales qui la supporte qu'il a sélectionné les neuf pistes de son album. Ses trois zicos ne menacent pas de déclencher la prochaine révolution, mais ils manifestent le droit de renverser quelques tables. Big Batch fout le brin, mais il le fait quand même avec toute la culture musicale de ses musiciens qui sont loin d'être des manchots. Le songwriting au fort accent pop punk de l'opus séduira les amateurs de SUM 41, The Offspring et autres BLINK 182. Il est efficace, blindé d'énergie, et il défouraille jusqu'à ce que son chargeur soit vide. En plus, il est en téléchargement libre. Vous n'hésiterez donc pas à l'ajouter à votre collection.

Les Liens :

 

UN NOUVEAU CLIP POUR BLOOMING DISCORD

  • Le 28/04/2021

BLOOMING DISCORD PRESENTE "BEYOND THE FLESH"

Blooming Discord a mis en ligne le 13/04/2021 un nouveau clip intitulé "Beyond The Flesh". Il annonce la venue de "Shambles and Stones", le second opus de cette formation marseillaise.

Karim Arnaout, alias Kage, chanteur de la formation, nous explique :

« "Shambles and Stones" complète "Brambles and Bones", notre premier EP. A eux deux, ils forment une seule histoire, d'où l'effet miroir de ces titres. Cette histoire s'inscrit dans un monde ravagé par la pollution, avec des bulles de survie réservées aux puissants et aux riches, le reste de la population étant condamné à survivre dans des conditions dantesques, dans un milieu devenu hostile.
La trame des deux EP suit un héros, une créature pas vraiment consciente d'elle-même, qui se réveille au début de l'intrigue (la chanson "Avenger of the Deceived", présente sur le 1er EP) et qui va comprendre l'état du monde, ce qu'elle est, ce qui l'attend, au fil des chansons/scènes.
Le titre "Beyond The Flesh" arrive en fait en seconde position dans la narration. Il raconte la rencontre de cet individu étrange avec un groupe/clan/tribu méfiant mais ouvert, qui lui explique ce que le monde est devenu. Mais si tu sors la chanson de son contexte, on peut considérer qu'elle traite de la peur de l'autre, de celui qu'on ne connaît pas, et de la nécessité d'aller voir au delà de l'aspect, de la chair, du visage, pour connaitre la vraie nature de quelqu'un... »

Voici un peu plus d'un an, le titre "Beyond The Flesh" avait fait l'objet d'une version acoustique .

Chronique d'album : PRINCESSES LEYA (Métal parodique), "L'Histoire Sans Fond" (2021)

  • Le 27/04/2021

Groupe : Princesses Leya
Album : "L'Histoire Sans Fond" (12/03/2021)
Genre : Métal satirique
Origine : Paris

Par Ahasverus

Le Groupe :

  • Princesses Leya est né en 2017 de la rencontre de Dedo (chant) et Antoine Schoumsky (guitare, chant), musiciens, mais également comédiens, issus du théâtre et du stand-up, tandis qu'ils participent à la tournée des Insolents (avec notamment Blanche Gardin). 

Princesses leya jpg

  • Princesses Leya était initialement un projet exclusivement scénique, mélangeant sketchs et musique métal.
  • Le groupe cite pour références Tenacious D, Flight Of the Conchords et Ultra Vomit.
  • A propos du nom du groupe, Dedo précisait à  https://www.emaginarock.fr :
    "On s’appelle les Princesses Leya parce qu’on on a de beaux cheveux, sauf Antoine, qu’on est gracieux et chevaleresques, sauf Fifou, et qu’on porte très bien le string, sauf tout le monde."
  • Une première mouture de spectacle naît, les cover cèdent peu à peu le pas aux compositions originales.
  • Le line-up se complète par Cléo Bigontina (basse) et Xavier Gauduel (batterie).

Princesses leya groupePRINCESSES LEYA - De gauche à droite Cléo Bigontina, Dédo,  Antoine Schoumsky et Xavier Gauduel.

  • En 2019, Princesses Leya est à l'affiche de la tournée du  Warm up Helfest, avec Mass Hysteria, Ultra Vomit, Tagada Jones et Dagoba.

  • Devant le succès du spectacle (cf la vidéo ci-dessus), Princesses Leya ose l'album. Il sort en 2021. Il s'intitule : 

"L'HISTOIRE SANS FOND"

L'Album :

  • "L'Histoire Sans Fond" a été financé par un crowdfunding qui a permis de récolter 12500€, soit presque le double des 7000€ espérés.
  • Alternant chansons et sketchs, il est d'une durée d'environ une heure cinq.
  • Il s'agit d'un concept-album dont voici le sujet :
    "Une malédiction viking dit qu'un jeu de mots de trop peut vous projeter dans une dimension parallèle. il n'en fallait pas plus pour que Schoumsky, Dedo et leurs acolytes tombent dedans et attérissent sur Chlamidia 4, une planète où le vocodeur a balayé la diversité musicale. Le QI moyen y est proche du teckel, les salons de coiffure et les maisons témoins y pullulent. Rapidement, les Princesses Leya apprennent que ce monde est contrôlé par Joffrey Bisous, un magnat des médias qui n'a qu'un seul but : l'ultra consommation des masses. Nos protagonistes au goût prononcé pour l'absurde vont devoir retrouver une légendaire partition secrète sans laquelle pas de libération des esprits ni de retour sur scène."  (source : Agence Singularités)

Artwork princesses leya bestfit 600x600PRINCESSES LEYA, "L'Histoire Sans Fond" (2021)

  • Concernant la ligne directrice de l'opus, Dédo raconte à http://www.radiometal.com :
    "Nous voulions que ce soit un album qui représente complètement ce qu’est le projet sur scène, comme sur CD. Le projet sur scène, c’est un vrai concert et à la fois un spectacle, une pièce de théâtre, un truc un peu dense, et l’album, c’est un peu la même chose."
  • "L'Histoire Sans Fond" est produit au studio Axone par Pierre Danel, guitariste du groupe Kadinja et Tom Gadonna.
  • Depuis 2019, de nombreux clips ont annoncé l'album. Ouais ouais ouais...

Les Critiques :

  • "Fins musiciens, interprètes inénarrables, auteurs bourrés de talent, les membres de Princesses Leya nous offrent donc la distraction de l’année, et un film pour les tympans bien supérieur à pas mal de productions Netflix ou Amazon Prime."
    http://www.metalnews.fr
  • "Un bon moment gorgé de bonne humeur et de légèreté où la musique se met au service de l’humour."
    https://www.musicwaves.fr
  • "On se laisse prendre au jeu et se créer un univers plaisant à l'écoute de leur aventure absurde en forme d'escape game."
    https://hardforce.com
  • "J'ai fini dans mon canap bidonnée par une histoire complètement surréaliste, des vannes bien trouvées."
    https://mad-breizh.com
  • "Pourquoi vous priver d’une bonne tartine de divertissement metallico-burlesque ?"
    https://www.auxportesdumetal.com
  • "Une note finale de 8.6 puisque 1664 c’était un peu trop élevé."
    https://www.lagrosseradio.com

Notre Avis :

Un disque avec des sketch et de la musique métal ? En voila un concept gonflé ! Et d'entrée les vannes fusent dans cet opus qui vous apprend par exemple que le cacapo est un oiseau si stupide qu'il recherche parfois des prédateurs pour s'accoupler... Et oui, les Princesses osent tout dans cette partie carrée de l'humour, où chacun des musiciens/personnages se démarque par son caractère.
Côté chansons, la part belle revient aux compositions originales, dont de vibrants hommages (hem...) au club des vingt-sept (Joplin, Morrison, Cobain, et tous ces artistes disparus à vingt-sept ans) ou à la militante sud-africaine Miriam Makeba  qui se voit saluée par un "Ma que bella, Miriam Makeba !". La prod', en revanche, ne fait dans la pantalonnade et place judicieusement chaque instrument.
Il faudra être bien mal embouché pour bouder son plaisir et ne pas rire et sourire à l'écoute de cette "Histoire Sans Fond", car Schoumsky et Dedo ont du métier, et leurs deux compères ne sont pas en reste. "L'Histoire Sans Fond" est une bouffée d'air frais qui tombe au poil en cette période, et l'album  mérite incontestablement d'être nominé pour la compétition du Grand Nawak d'Or 2021.
Notez que les Princesses Leya donneront deux concerts à la Maroquinerie à Paris les samedi 12 et dimanche 13/06/2021. Les réservations sont ouvertes :
https://www.weezevent.com/princessesleya-maro


La Tracklist :

01. La Malédiction Viking *
02. Planète Chlamydia 4 *
03. Le Type Chelou en Capuche
04. La Mission *
05. Makeba
06. La Ziggurat *
07. Balls Balls Balls
08. La Salle Sans Intrus *
09. Ustensiles
10. Les Shitty Producteurs Zombies *
11. Single Lady Killer
12. Goule Jazz *
13. The Twenty Seven Club
14. Le Club des 27 *
15. La Vieillesse
16. Bibliothèque Paf *
17. Ouais Ouais Ouais
18. Décédés *
19. Renaissance *
20. Destruction Vaginale
21. Princesses Cocktails *
22. Grâce à l’Alcool
23. Eric Baudelaire *
24. Je Vous Emmerde et Je Rentre à Ma Maison
25. Home Sweet Home *
26. Tue Tes Parents
* Sketchs


Les Liens :

https://www.princessesleya.com/


Princesse leya artsonic


 

FERADUR : Visite guidée d'un paracosme (interview)

  • Le 27/04/2021

Après un MCD et deux albums, le groupe de death luxembourgeois Feradur revient avec un EP cinq titres intitulés "Parakosm", disponible dès aujourd'hui, 30/04/2021.
Mais pourquoi un EP ? Et que signifie "Parakosm" ?
Entretien avec le bassiste Fridtjof Kielgast...

Feradur band 2019FERADUR


"Nous n'avons pas voulu écrire de nouvelles chansons juste pour avoir un album plus long qui, à la fin, risquerait de ne pas tenir debout..."


Bonjour Fridtjof. Quinze ans d'existence et un nouvel opus pour Feradur... Comment présenteriez-vous votre univers  ?
Fridtjof (basse) :
Feradur c'est cinq gars qui font du Death Metal mélodique inspiré de la scène de Gothembourg. Pour ne pas avoir la flemme avec notre style, nous aimons ajouter diverses influences comme le Black Metal, le Thrash Metal et, à l'occasion, du Rock classique.

Le fait d'être basé au Luxembourg, carrefour de la Belgique, de la France et de l'Allemagne, est-il un plus pour un musicien de métal ?
Fridtjof :
Oui et non. Il est facile de jouer avec des groupes internationaux venant de plus ou moins cent kilomètres de la frontière. Mais en même temps, la scène est petite et il est parfois difficile d'organiser des concerts et de rallier des gens. De plus il est rare qu'un groupe luxembourgeois gagne en notoriété en dehors de la grande région.

Votre nouvel album s'appelle "Parakosm". J'ai grâce à vous appris qu'en psychologie de l'enfance, un paracosme était un monde imaginaire régi par ses propres normes, avec ses êtres vivants, son langage et son histoire. Comment vous est venu cette excellente idée de titre d'album ?
Fridtjof :
J'aime jouer avec les mots et ajouter différents préfixes. Quand je suis tombé sur "paracosme", plutôt par chance, j'ai cherché s'il y avait déjà des groupes ou des albums avec ce nom, et quand j'ai lu la définition d'un paracosme, j'ai été emballé. J'adore les histoires, mythologiques ou modernes, et un paracosme, soit créé en enfance, soit par un adulte, est super intéressant pour moi.

Fridtjof kielgast bassFERADUR - Fridtjof Kielgast (basse)

A quoi faut-il s'attendre avec "Parakosm" ? Aviez-vous envie d'aller dans une direction particulière, après "Legion" (2019), votre précédent album  ?
Fridtjof :
Côté musique, Parakosm est une sorte de continuation de Legion. La plupart des idées étaient déjà écrites lorsque nous avons sorti Legion. Ça se voit, ou plutôt ça s'entend, si on écoute les deux bout à bout. "Host of the Nightmare", par exemple, a changé de style, mais le texte et la majorité de la musique étaient déjà finis à l'époque de Légion.

Pourquoi avoir privilégié le format EP ?
Fridtjof :
On avait rassemblé de nouvelles idées mais nous avons eu l'impression que les chansons sur Parakosm sont nées en même temps et qu'elles transportent une idée similaire par rapport à Legion. La musique que nous créons est un produit de la musique que nous écoutons en ce moment, et nous n'avons pas voulu écrire de nouvelles chansons juste pour avoir un album plus long qui,à la fin, risquerait de ne pas tenir debout...

L'artwork est de Mosaeye Art&design. Comment s'est fait votre choix et quelles orientations lui aviez-vous données ?
Fridtjof :
Nous avions pensé avoir un artwork signé Mosaeye avant, et quand il a annoncé une grande vente de quelques pièces, Mich T. a dressé une liste et nous avons voté pour cette image. Vu qu'une grande partie des textes sur Parakosm est inspirée des films japonais, ce démon, qui nous rappelle un Oni  (NDLR : créature du folklore japonais de forme humanoïde), semble adéquat.

1feradurFERADUR, "Parakosm" (EP - 2021)


"J'ai écrit des lignes de basse que je trouve intéressants à jouer et qui me poussent à devenir un meilleur musicien. Tout en n'encombrant pas la chanson pour l'auditeur."


Comment se sont montées les compositions de "Parakosm" ?
Fridtjof :
À la base ce sont toujours les guitares et les trois guitaristes qui créent des riffs et mélodies. Pour moi, comme bassiste, j'essaye d'être au service de la chanson. Il y a des parties où les guitares donnent de la place pour un petit jeu harmonique ou mélodique pour la basse. Je n'aime pas trop jouer uniquement la fondamentale d'un accord, et pour Parakosm encore plus que pour Legion, j'ai écrit des lignes de basse que je trouve intéressants à jouer et qui me poussent à devenir un meilleur musicien. Tout en n'encombrant pas la chanson pour l'auditeur.

Vous avez présenté un premier single et un clip. Il s'appelle "Tetsuo". C'est inspiré du film japonais du même nom ?
Fridtjof :
Tout à fait ! Laurent, le frère de Mich T., est un cinéphile, et à travers lui, Mich T. et Mario sont tombés sur ce film. Laurent et Mario ont aussi collaboré pour créer la vidéo pour Tetsuo, qui rend encore hommage au film.
 
De quoi traitent les autres compositions de "Parakosm". Ont-elles un fil rouge ?
Fridtjof :
Certainement. Ce sont toujours des histoires inspirées de la mythologie, des films ou même des jeux vidéos, de différents paracosmes, peut-on dire... Leur point commun est qu'elles parlent du mal que les gens portent en eux, que ce soit la cupidité ou le mépris pour l'humanité. Concernant les compositions, je crois que les chansons sont assez différentes les unes des autres, mais en même temps on entend toujours que c'est Feradur. "Host of The Nightmare", par exemple, est écrit en tonalité de La, il en résulte un son plus sombre. "Saviours", d'autre part, a toujours eu un côté skate-punk, pour moi.


"Nous apprécions tous les groupes comme At The Gates, ou les premiers albums d'In Flames, mais c'est de la musique qui est déjà écrite, et rester dans ces limites n'ajouterait rien au monde musical."


Votre death est catchy et mélodique. Je trouve qu'il est parfois saupoudré de digressions qui amènent encore l'attention de l'auditeur à un niveau encore supérieur.
Fridtjof :
Chacun d'entre nous a un goût musical plutôt divers, et ça se combine pour donner de nombreuses influences. Nous apprécions tous les groupes comme At The Gates, ou les premiers albums d'In Flames, mais c'est de la musique qui est déjà écrite, et rester dans ces limites n'ajouterait rien au monde musical. En prenant inspiration dans la musique que nous aimons, à part du Death mélodique, nous créons quelque chose qui nous représente mieux. Si ça plait au gens, c'est génial.

J'apprécie aussi le travail des voix, avec des grunts dans différents registres...
Fridtjof :
Mario s'est surpassé sur Parakosm. À partir du moment où il a commencé avec Feradur, il a travaillé dur pour devenir un meilleur chanteur. Il essaye de nouvelles techniques et apporte de nouvelles textures au chansons. En plus, les vocals de Mich T. sont devenus plus perceptibles, ce qui donne encore plus de possibilités.

Un mastering signé Jens Bogren (Opeth, Dimmu Borgir). Sacrée référence ! C'est un plaisir que vous vous offrez ?
Fridtjof :
Mario et Mich T. sont responsables de l'enregistrement et du mixing de Parakosm (et d'ailleurs également pour Legion) et ils ont fait un très bon travail. Mais nous avons su qu'à la fin il faudrait une personne extérieure pour le mastering. Quelqu'un qui donne un nouveau regard. Nous connaissons tous le travail de Jens Bogren, et nous l'apprécions beaucoup, et l'avoir pour le mastering nous assure qu'au moins cette partie de Parakosm est faite au mieux possible.

Vous avez aussi mis les petits plats dans les grands côté merch : "Parakosm" sort aujourd'hui, 30/04/2021, en numérique, en CD, en vinyle et en cassette... Où peut-on se le procurer ?
Fridtjof :
En dehors des services streaming comme Spotify, la vente se fait sur notre page bandcamp. (NDLR : lien in fine) Les vinyles et les cassettes sont limités à cent-cinquante et cinquante pièces pour le moment, et il y a déjà un grand nombre de pré-commandes, il ne faut donc pas attendre trop longtemps ! Quand la pandémie sera finie, un jour, on pourra acheter tous nos albums et tee-shirts, etc, lors des concerts...

Feradur vinyleMerci Fridtjof d'avoir pris le temps de répondre à mes questions...
Fridtjof :
Merci de nous avoir prêté l'oreille et d'avoir subi mon français. Nous espérons que vous aimerez Parakosm et qu'on pourra se voir "en live" lorsque la pandémie sera finie.


Les liens :