Nos articles

Back to the roots : HEAVY DUTY, Endgame (2016), STILL ALIVE AND WELL ?

  • Le 03/03/2021

Heavy Duty, groupe de métal musclé, au talent régulièrement salué par les critiques, présentait en 2016 un album prophétique : "Endgame". Il mettait ensuite sa carrière entre parenthèses. On notait cependant en cette année 2021 quelques soubresauts et une envie intacte de jouer chez la formation toulonnaise. L'occasion de revenir avec Chris Caprin (batterie) et Ivan Pavlakovic (chant) sur la dernière ruade discographique du groupe et de s'interroger : Heavy Duty est-il toujours en vie ?

Heavy duty cherrydonHEAVY DUTY par Low Faure


"Heavy Duty, c’est pas du playback. On a ça chevillé au corps, on s’entend tous les quatre très bien et quand on se retrouve ensemble, que ce soit en répète, sur un soundcheck, en électro-acoustique devant vingt personnes ou sur un festival devant cinq cents, on se donne tous de la même façon : à 100 % !"


Bonjour Heavy Duty. Tout d'abord replaçons "Endgame" dans son contexte : François Hollande est président de la république. La France est en état d'urgence et la menace terroriste est "plus élevée que jamais". 2016, c'est aussi l'affaire Cahuzac, et Macron qui quitte le gouvernement pour fonder LREM. Musicalement, Gojira sort "Magma", Black Sabbath annonce "The End". Individuellement, vous êtes tous les quatre des musiciens très confirmés. Où se situe Heavy Duty sur la scène française ?
Chris (batterie) :
J’aurais tendance à répondre : « au trou du cul du monde »… Ça peut paraître un peu exagéré, mais c’est pourtant pas loin d’être vrai ! Si je devais placer Heavy Duty sur une carte de France du hard rock cette année-là, ce serait un petit village du Haut-Var d’une centaine d’habitants… C’est en tout cas à peu près le maximum de personnes que l’on attirait à l’époque dans notre région pour un concert.

Heavy duty duo2HEAVY DUTY par Low Faure
Il ne faut pas être superstitieux pour appeler son album "Endgame". On s'attendait plutôt à un "Built To Resist, Vol. II" !
Chris :
Ah mais, c’est au départ comme ça qu’il aurait dû s’appeler. L’idée de base était de sortir les deux volumes à moins d’un an d’intervalle. Nous avions enregistré suffisamment de matériel pour remplir deux albums et nous étions partis sur l’idée de scinder les morceaux en deux parties…
Malheureusement, l’année 2015 n’a pas été terrible du tout au niveau du nombre de concerts et au lieu de sentir que le groupe avait franchi un cap au niveau notoriété en étant allé jouer dans d’autres coins de la France, nous n’avons pas bougé de la région Paca. L’avenir nous semblait bien sombre, l’horizon bouché et nous avons perdu la foi.
Pourtant, je peux t’assurer que jusque-là, nous y avions toujours cru. Mais en huit ans et quatre albums, nous avions l’impression d’avoir tout fait, tout donné, sans avoir récolté le fruit de ce que nous avions semé…
Je n’aime pas dire ça, car depuis nos débuts en tant que musiciens de heavy metal, nous avons toujours fonctionné avec la même passion en donnant tout pour notre musique. Seulement là, devant le peu de connexions avec le milieu du rock, le manque de soutien local et l’absence d’un booker qui nous aurait permis d’aller conquérir un autre public, on a lâché l’affaire… D’où l’annonce – à demi-mot – que la partie était terminée !
Heavy duty chrisHEAVY DUTY (Chris) par Low Faure
Comment ce nouvel album avançait-il ? Aviez-vous une idée de la direction à prendre après "Built To Resist, Vol. I" ?
Ivan (chant) :
Comme l’a dit Chris, les morceaux étaient déjà enregistrés et nous avons finalement décidé de les faire mixer par Serge Begnis, un mec bien, professionnel, qui avait travaillé avec Respect, l’ancien groupe d’Alain (guitare) et Olivier (basse) dans les années 90.
Résultat, il s’est avéré que le son était bien mieux que sur “Built To Resist, Vol.1” et c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de sortir l’album en le renommant différemment.


"Venir envoyer le bois de temps en temps avec mes potes de Heavy Duty, en ce moment, c’est comme une bouffée d’oxygène…"


Musicalement, Endgame est très au point. Les mélodies sont accrocheuses, les soli magnifiques, et  Ivan développe tout son panel vocal. Heavy Duty semble en forme et au sommet de son art...
Ivan :
Merci, mec… Ça fait plaisir !
Chris : C’est bien pour dire qu’au bout du compte, nous y avons toujours cru. Nous étions tous d’accord pour stopper l’aventure Heavy Duty, mais dès que nous nous retrouvions en studio ou dans le local, l’envie et l’énergie étaient toujours présentes… Et ne nous ont finalement jamais quittés.
Nous ne sommes pas des dilettantes. Nous sommes juste une bande de mecs qui travaille sérieusement sans se prendre au sérieux. Si je peux me permettre, Heavy Duty, c’est pas du playback. On a ça chevillé au corps, on s’entend tous les quatre très bien et quand on se retrouve ensemble, que ce soit en répète, sur un soundcheck, en électro-acoustique devant vingt personnes ou sur un festival devant cinq cents, on se donne tous de la même façon : à 100 % !
D’ailleurs, aujourd’hui encore, à l’âge qu’on a, une fois que l’on se retrouve derrière nos instruments ou un micro, c’est comme si nous avions toujours vingt ans. J’estime que c’est une chance, car, avouons-le, combien d’autres ont jeté l’éponge à peine casés professionnellement, mariés et père ou mère de famille ?

Heavy duty ivanHEAVY DUTY (Ivan) par Low Faure
Ivan : Un paquet ! Moi, chanter, c’est ma vie, c’est mon métier. Et je peux t’avouer qu’en cette période difficile pour la culture et le spectacle vivant, je suis extrêmement malheureux de ne plus pouvoir exercer ma passion. Il y a une vraie frustration. C’est pour ça que de venir envoyer le bois de temps en temps avec mes potes de Heavy Duty, en ce moment, c’est comme une bouffée d’oxygène…
L'artwork, avec cette carcasse rouillée sur fond rouge, est l'un des plus beaux de votre discographie. On dirait une affiche de film...
Chris :
Merci. C’est signé Laurence Faure, ma femme. Tous les deux, nous avions eu l’idée de nous inspirer de l’affiche du film “Death Proof” (“Boulevard de la Mort” en français) de Quentin Tarantino. On a fait ce qu’on a pu… Tu sais, pour parvenir à réaliser et sortir “Endgame”, on a mis les bonnes volontés à contribution. Et crois-moi, elles n’étaient pas nombreuses. Que les quelques personnes qui ont toujours œuvré dans l’ombre soient ici remerciées. Elles se reconnaîtront.

Heavy duty endgameL'artwork de Endgame par Low Faure

Tout se passe comme prévu dans la réalisation de l'album ?
Ivan :
Je dirais même que, bizarrement, tout ne s’est jamais si bien passé ! Les prises avaient le son, le mix s’est fait rapidement, dans une ambiance au top et comme tu l’as souligné, c’est certainement le meilleur truc qu’on ait réalisé avec Heavy Duty. On voulait terminer sur une bonne note et c’est exactement ce qu’il s’est passé…


"Quand tu t’investis à fond et que tu donnes le meilleur de toi-même, impossible d’être déçu."


Aucun clip pour  défendre "Endgame" à sa sortie, si ce n'est une "lyric video" de "Because". Pourquoi ?
Chris :
Parce que c’était la fin, mec ! On a vraiment tout fait avec nos bites et nos couteaux et nous n’avions plus les moyens ni l’envie d’investir de nouveau pour un projet qui était voué à s’arrêter dans l’année qui suivrait la sortie de l’album.

Le succès critique est au rendez-vous, comme pour tous vos albums. L'accueil du public est-il à la hauteur ?
Chris :
Oui, et ça, on ne pourra pas nous l’enlever. De “Second Coming” à “Endgame”, les critiques ont toujours été très positives. En revanche, côté public, c’était que dalle… Les gens ne nous connaissaient pas, en fait. On va donc dire qu’on a eu un succès d’estime. Ce qui est toujours mieux que pas de succès du tout ! Personnellement, ça me va et je n’ai aucun regret. Quand tu t’investis à fond et que tu donnes le meilleur de toi-même, impossible d’être déçu.

La reprise de Lynyrd Skynyrd, je l'aurais plutôt vue en bonus sur l'EP qui précédait...
Ivan :
Tu as bien le droit de penser ça… Mais nous, on trouve que cette version vitaminée de “That Smell” a au contraire tout à fait sa place sur l’album. C’est une reprise que l’on a joué à notre pogne, qui sonne vraiment comme du Heavy Duty, bref, comme on dit aujourd’hui, nous nous la sommes appropriée. Et franchement, on en est assez fiers !

Heavy duty belleHEAVY DUTY (Olivier) par Low Faure
"Endgame" se termine par "So Far Away", un très beau morceau acoustique. Un peu comme  "No Tomorrow" clôturait "Built To Resist...
Chris :
Eh ouais, à la base, il y avait eu le concept du Volume 1 et 2… C’est donc normal que “Endgame” se termine comme ça. On n’allait quand même pas tout changer ! Et puis c’est aussi une manière de montrer une autre facette de Heavy Duty que nous avions dévoilée sur une petite série de concerts en électro-acoustique.
Ivan : A l’époque, il y avait eu un gros travail d’adaptation pour faire sonner certains de nos morceaux en acoustique… Je me souviens que des titres comme “Rage” ou “Haters” de l’album “Second Coming” sonnaient même mieux que les originaux ! On a toujours eu une démarche créative et le désir de se remettre en question.


"Si tu as entendu un long silence, c’est juste parce que tu étais loin et qu’on n'a pas dû jouer assez fort."


Michaelle Rudelle, la  chanteuse du premier Heavy Duty, partage avec Ivan le chant sur  "Complete",  un titre de  "Built To Resist, Vol. 1". Ca ressemble à une manière de boucler la boucle...
Chris :
C’est exactement ça. On a commencé l’aventure Heavy Duty avec elle et on la termine avec ce clin d’œil. Pour la petite histoire, si nous n’étions pas fâchés, nous ne nous sommes pas parlé pendant plus de cinq ans… Puis sur un concert de HD, j’ai recroisé le fils de la chanteuse et je lui ai demandé si sa mère m’enverrait chier si je lui passais un coup de fil. Il m’a dit non. J’ai appelé, ça s’est bien passé et j’ai ainsi pu lui proposer ce featuring qui me trottait dans la tête depuis quelque temps !
Michaelle est même venue chanter “Complete” sur scène avec nous plusieurs fois après la sortie de “Endgame”. La boucle était bien définitivement bouclée et la hache de guerre enterrée (rires) !

Le long silence qui suivra "Endgame" était donc prévisible pour vous à ce moment-là.
Ivan :
D’autant plus prévisible que programmé… J’ai eu l’opportunité de me lancer dans un autre projet avec Disconnected, qui est aujourd’hui mon groupe. Mais ça ne nous a jamais empêchés de continuer à nous voir et à jouer du bon vieux HD régulièrement pendant ces quelques années.
Chris : Oui, si tu as entendu un long silence, c’est juste parce que tu étais loin et qu’on n'a pas dû jouer assez fort (rires)…

Heavy duty alain belleHEAVY DUTY (Alain) par Low Faure
J'ai choisi "Endgame" pour revenir sur votre carrière parce qu'il est extrêmement bien composé, et parce que, d'une manière ou d'une autre, il me semble une pierre angulaire dans la carrière du groupe. Qu'en pensez-vous ?
Chris :
Tu peux demander à tous les membres du groupe, la réponse sera la même : musicalement, “Endgame” est la meilleure chose que nous ayons faite ensemble.
Le groupe était à maturité, Ivan avait réellement trouvé sa voie, mais devant l’absence de plans promos, de concerts, il fallait passer à autre chose et ne pas ruminer éternellement sur ce que l’on n’avait pas eu. Plutôt penser à ce que nous avions : un bon album dont nous sommes fiers.

Quel regard portez-vous aujourd'hui sur "Endgame", et est-ce l'album à recommander pour découvrir Heavy Duty ?
Ivan :
Je conseillerais plutôt “Second Coming”… C’est le premier album avec moi au chant, c’est brut, live, sans fioritures, bref, c’est nous. C’est Heavy Duty.
Chris : Oui, je suis d’accord. Cet album contient de très bons morceaux, il a même été classé album du mois à sa sortie dans Rock Hard et c’est une bonne entrée en matière.
Après, mon cœur va tout de même plus vers “Endgame”… C’est plus mature, c’est là où on voulait tous aller.

Heavy duty second coming

HEAVY DUTY, "Second Coming" (2012)
Même s'il n'a plus rien sorti depuis 2016, Heavy Duty n'a jamais annoncé sa dissolution.
Alors aujourd'hui, vous êtes plutôt...  "Endgame" ou "Built To Resist" ?
Chris :
“Still Alive And Well”, plutôt… Avec, pourquoi pas, une petite touche de “Back In Business” si l’occasion se présente !

Merci Heavy Duty d'avoir pris le temps de répondre à mes questions.
Ivan :
Merci à toi de nous avoir permis de nous replonger dans ce qui restera comme une super aventure musicale.
Chris : Oui, merci. Et puis bon, on est toujours vivants. Toujours aussi passionnés, alors comme nous jouons encore ensemble régulièrement, qui sait, on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise dès que les salles rouvriront…


Gagnez l'album "Edgame" et quatre autres CDs en participant au concours Ahasverus du mois de mars 2021.
CONCOURS AHASVERUS - GAGNEZ CINQ CD

The line mobius 3

Photographies de Heavy Duty :  Low Faure. Nous la remercions pour son aimable autorisation.

Chronique d'album : NAWATHER (Métal Oriental), "Kenz Illusion" (2021)

  • Le 26/02/2021

Groupe : Nawather
Album : Kenz Illusion (27/02/2021)
Genre : Métal, Prog, Oriental, Death...

Origine : Tunisie

par Dam'Aël 

 

Nawather - le groupe

LE GROUPE :

Nawather est un groupe de Metal oriental tunisien fondé en 2013 par Hichem Ben Amara à la basse ( Melmoth, ex-Out Body Experience), Saif Ouhibi à la batterie (Xtazy, Myrath), Yazid Bouafif (Guitare), Nidhal Jaoua (Qanûn), Raouf J Occulta (Chant) et Ryma Nakkach (Chant), fortement influencé par des formations telles que  Orphaned Land, Opeth ou My Dying Bride. Outail Maaoui et Riadh Sioma rejoignent le groupe avec leur violon pour l'enregistrement de ce nouvel opus, suivi par Nabil Garsi aux percussions.
La chanteuse Ryma foule les planches dès l'âge de cinq ans posant déjà son talent de vocaliste sur des chansons folkloriques tunisiennes. Cet instant marquera à jamais son esprit, imprimera au plus profond de son être cette passion pour la musique et orientera desormais sa vie. Elle fréquente le conservatoire jusqu'à l'âge de douze ans et sera au passage, un an plus tôt, hâpée par la découverte du Metal. Quelques pièces du puzzle sont déjà en place pour la suite. A noter que de surcroît, la jeune Tunisienne joue un peu de violon, une corde supplémentaire à son arc... (https://www.metalmadtv.com/post/nawather-l-interview-avec-saif-ryma)
Saif découvre Sepultura en 1995. Un véritable safari (nooon pas dans le désert !) s'offre à lui et il y adhère au tempo qu'il mène à la baguette comme tout bon drummer metalleux qui se découvre. Nirvana, Metallica (qu'il considère comme une véritable "ère Metallica"  dans l'histoire de la musique Metal), le Black Metal... "...toutes ces sections rythmiques nous ont aidés à créer notre musique..." dixit Saif  (https://www.metalmadtv.com/post/nawather-l-interview-avec-saif-ryma). Le batteur du groupe se défend de faire du Myrath ( Middle Eastern Folk/Progressive Metal - Tunisie) dont il est membre, pas plus que du Orphaned Land (groupe israélien - Doom/Death/Middle Eastern Folk Metal (au début); Middle Eastern Folk/Progressive Metal plus tard). Nous pourrions aussi les rapprocher de Sand Aura (Egypte - Progressive Metal with Middle-Eastern Folk influences), voire  Acyl  (France - Progressive/Middle Eastern Folk Metal).
Le nom Nawather vous intrigue... il s'agit d'une gamme en musique orientale dont s'est inspiré le groupe pour choisir son patronyme.

 

LEUR MUSIQUE : 
La formation tunisienne a cette idée un peu originale issue de ses racines,  d'introduire un instrument à cordes pincées faisant partie de la famille des cythares sur table, le Qanûn. Et cet instrument  joue un rôle à part entière dans leur musique, lui donnant ainsi la saveur orientale d'un métal très identitaire. Aucun doute que cet héritage culturel investit leurs compositions, n'en faisant pas uniquement une toile de fond mais bien une part incontestable dans la construction instrumentale et tout autant vocale ; une fusion culturelle et musicale sur des plages souvent alternées, ne noyant ni l'une, ni l'autre.
On notera que le qanûn est considéré comme l'instrument-roi  des instruments arabes utilisés dans la musique classique tunisienne et que l'on nomme  «malouf».
 Nawather offre ainsi une musique qui se caractérise par une alternance de musique orientale authentique et de Metal  prennent racine dans le Death, le Doom et autres. C’est une sorte de rencontre culturelle  qui pourrait se décrire comme une sublime recette alliant avec beaucoup d'intelligence chant lyrique féminin à la voix claire et au chant lourd d’une voix masculine. Une double dualité donc : l'une musicale, l'autre vocale du plus bel effet,  soigneusement combinées et dressées, tel un plat proposé par un grand restaurant,  grâce au mixage et au mastering de Fredrik Nordström (Dimmu Borgir, Arch Enemy) qui subliment cette galette très exotique. Un voyage réussi sans quitter son sofa largement écrasé depuis des mois par cette sédentarité obligée...

A partir de là, chacun des membres apporte sa touche pour initier les nouvelles compositions puis sous la patte experte du bassiste, l'instrumental émerge pour être ensuite complété par les lignes de chant de Ryma. Les textes sont écrits par Raouf Jelassi, Souhir Jadli et Wajdi Manai

 

 

                                                                                   Kenz Illusion

Nawather - Kenz Illusion - 26/02/2021

L'ALBUM :

  L'album dix titres "Kenz Illusion" nous offre plus de quarante-sept minutes de ce subtile mélange de folklore venu tout droit du Maghreb qui se téléscope avec l'univers du Metal provoquant une véritable magie dont les effets collatéraux  sont une osmose musicale parfaite. Une drôle de révolution qui a sans doute pris ses racines et s'inspire des évènements liés au "Printemps arabe", mouvement inédit de contestation rapidement propagé durant le printemps de 2011 au Maghreb et au Moyen-Orient : les populations protestant à la fois contre la pauvreté et le chômage, contre la tyrannie et la corruption des gouvernements autoritaires installés au pouvoir depuis des décennies. Nawather ayant vécu ces évènements s'engage à travers ses textes  et devient comme un porte-parole de cette jeunesse qui ne veut plus à avoir à lutter contre  une réalité très amère, opressante et tyranique. Ayant gagné en liberté, la formation en profite pour décider de l'orientation de sa musique clamant des paroles d'espoir, exprimant avec douceur ou rage cette liberté conquise sur fond de sang et de hurlements, lâchant chevaux et watts sans chaines aux pieds ni mains, ne conservant que celles qui les lient à ce Metal salvateur. Et si nous voyagions dans ces terres devenues plus calmes... je vous invite à nous engager sur une piste tunisienne, genre tourisme musical.


1. "Treasure Chest"


Une introduction à la flûte de pan invite au voyage sur les mille et un sillons de cette galette nawatherienne, devrais-je plutôt dire sur la mtabga folklométalleuse tunisienne, faisant surgir comme un mirage cette voix claire, douce, ensorcelante. Sors de cette léthargie ! batterie martelante et rythmiques énervées se chargent de ce réveil, bien complétées par le growlement du chanteur. Vous l'avez compris, le ton est donné et ce titre aiguise notre curiosité. On note, en plus de cette alternance voix claire et chant guttural, une alternance de textes chantés en arabe et en anglais.

                                         

2. "Breath Of Jasmin"

Je n'ai pas les paroles mais j'imagine aisément l'allusion qui doit être faite à cet évènement  de 2010/2011 et cette bouffée d'oxygène ainsi générée, saupoudrée du doux parfum du jasmin emblématique. Ce titre est très mélodieux d'autant que les violons (à la Orphaned Land) apportent une note de douceur et une pointe épique et très folklorique.  Cette imbrication metal et folk tunisien est une gourmandise à consommer sans modération.  Un véritable oasis instrumental purement arabe ponctue (1'57) le titre avec un solo des plus judicieux et se plaît à en faire  aussi son outro. Les guitares font monter la température avec intelligence sans passer par la case Guitar Hero.  Poursuivons notre voyage...

3. "Money Slave"

 Money Slave est encore un parfait exemple d'une belle combinaison entre deux voix, une claire et une saturée,  entre les instruments traditionnaux et plus métalleux, entre des techniques de la musique brutale et de celles qui inspirent la tradition tunisienne. Les mélodies sont harmonieuses, les guitares efficaces sans en faire trop s'articulent tantôt en duo, tantôt en dialogue se répondant mutuellement ;  le tout laisse une part belle au folklore, très bien suppléé par le duo basse / une batterie. 

J'aimerais  savoir qui a fait les choeurs gutturaux en support au chant saturé et sombre de Raouf : Lui-même ou Ryma ?

4. "Falleg"

Falleg est le premier titre qui a fait l'oblet d'un video-clip dirigé par Ahmed Khanfir, sorti le 27 janvier dernier et qui, en quatre semaines a généré plus de 21.300 vues sur la seule plateforme YouTube. L'ambiance "arabesque" de départ est completée sur les trente premières secondes par de subtiles percussions en soutien à la rythmique et qui mettent en évidence un souci de recherche dans la composition des morceaux et plus particulièrement dans celui-ci. Je suppose que ces percussions additives ont été jouées par Nabil Garsi, percussions que l'on retrouve dans les toutes dernières secondes de Falleg.  Excellent titre qui vous entraine dans un headbanging dès l'entrée de Raouf, dans lequel la basse vrombissante joue une belle part dans l'instrumental, bien secondée par l'ensemble des percussions dont la batterie qui martèle fort avec sa tonitruante double pédale. Belle prouesse.

 

5. "The Winter Serenade"

Autre très belle prouesse, cette sérénade d'hiver entrainante et dynamique dont le groove vous embarque illico presto, passeport vaccinal ou pas en poche. La voix de Ryma est superbement travaillée et vous embarque, tel le vent du sahara, au-dessus et loin de ces terres nourricières. L'instrumental est une pure merveille résultant d'une imbrication au micron près de ces différents instruments pouvant être si diamétralement opposés. Le Qânum reste l'ami fidèle de cette orchestration des plus réussies. 

6. "Yamira"

ça court, ça groove, tout en ne lâchant rien de son côté folkorique et traditionnel, Yamira (sous la pression du parrain) est très largement plus Metal, associant tel une orfèvrerie suisse les instruments de la pure tradition arabe avec ceux de l'univers incisif du Metal et un clavier très présent : la parfaite alchimie qui aurait pu paraître improbable. Un envol long courrier proposé par la compagnie Nawather .

7. "Khatwa"

Au même titre que les six titres précédents, vous le constaterez, ainsi que les les deux suivants, Khatwa s'introduit avec un instrumental folk vite rattrapé par son acolyte de scène, le metal et ses riffs heavy, ciselés, incisifs, treillis solide pour soutenir la force et la lourdeur des grondements du roi Raouf. Quand l'alchimie investit les murs du studio de Nawather, c'est du solide.

8. "Kings Cards"

J'ai sans doute trop peu parlé des guitares, aussi Kings Cards m'en donne l'occasion. Nawather a voulu ce parfait mélange qui relève d'une mixologie musicale de haut niveau. Les guitares l'ont bien compris ; leurs présences sautent à nos écoutilles plutôt averties en apportant la, disons plutôt, les jolies couleurs musicales des deux six cordes au tableau Kenz Illusion. Elles ont su garder la place optimale nécessaire à l'harmonie de cette fresque musicale qui allie, on le rappelle, le traditionnel folk tunisien et la sévérité du Metal lourd et vénère. Le Metal peut s'exprimer dans la langue germanique, on le sait tous, langue que Rammstein manie évidemment avec perfection. Et bien tenez-vous bien Ryma, qui alterne depuis le début de cet opus, l'arabe et l'anglais, nous envoie un message court ( deux phrases) dans ce langage d'outre-rhin. Nawather est décidé à en découdre avec l'internationnal, vous l'aurez compris. Et pour ceux qui ont envie de faire travailler leur imagination, Kings Cards propose des passages construits façon valse, oui écoutez bien... imaginez une valse à quatre temps sur le sable chaud saharien à la nuit tombante....

9. "The Wind Of Death"

Une petite brise mid-tempo sur délicieuse basse/batterie vient nous lécher... Le Qânum ne s'en prive pas. 

10. "Immortal Greed"

Immortal Greed est le seul morceau de cette galette qui attaque direct dans l'énergie d'un metal.  Les ambiances y sont assez variées, frôlant presque le symphonique si les violons s'étaient invités. La batterie ne lâche rien et sait  marquer la frappe quand il le faut tout en reprenant une rythmique binaire qui laisse l'espace libre aux instruments plus traditionnels.

 

L'album est enregistré par Hichem Ben Amara aux Hawala Studios (Tunisie), "Kenz Illusion" a été mixé et masterisé par Fredrik Nordstrom (Dream Evil) au Studio Fredman (Suède). L'artwork   a été confié à Giannis Stergiou de dtopgraphics. 
Le disque est disponible sur  Believe pour la version numérique, ainsi que sur Season of Mist pour l'édition physique (CD) dès le 27 février 2021 en France et le 28 février dans les pays du Maghreb. Des diffusions à l'internationale sont déjà prévues.

 

Discographie

8 janvier 2016 : "Wasted Years" 9 titres   M & O Music

 

 

LA PRESSE EN PARLE :


"Le metal oriental est bien trop méconnu en France et c’est bien dommage, certaines pépites valant le détour. Nawather en fait partie et la sortie de leur nouvel album, Kenz Illusion, ne devrait pas rester inaperçue bien longtemps..." https://www.emaginarock.fr/2021/chroniques/musique/kenz-illusion-nawather/


"男性デス・ボイス、女性クリーン・ボイスのツイン編成かつ、アラブ音楽で伝統的に使われる撥弦楽器カーヌーン奏者擁するチュニジア産プログレッシブ・デス/オリエンタル・メタル・バンドの21年作2ndアルバム。カーヌーンをメインとしたアラブ音楽独特の音階やメロディ、モダン・テイストあるプログレ・メタル・サウンドなど様々な要素がクロスオーバーをしている。スタイルは違うがTHE HUみたく国有の音楽をこれでもかっというくらい詰め込んだ中毒性ある1枚に仕上がっている。" pour nos amis Japonais, l'album étant diffusé au Japon. https://diskunion.net/metal/ct/detail/HMHR210114-301


"Avec Kenz Illusion Nawather propose un second album surprenant mais qui possède de grandes qualités tant dans la composition que dans sa réalisation. Le metal oriental a de beaux jours devant lui si des groupes comme celui-ci continuent à émerger dans nos contrées !"
 https://www.emaginarock.fr/2021/chroniques/musique/kenz-illusion-nawather/


 "... là ou Myrath ne faisait qu’effleurer les sonorités arabisantes, Nawather, lui, fonce tête baissée, créant un mélange détonnant et inédit, comme si la world music se mettait soudainement à copuler frénétiquement avec le heavy metal..." https://www.soilchronicles.fr/chroniques/nawather-wasted-years

 

NOTRE AVIS :

Avec ce second opus "Kenz Illusion", Nawather a fait un  pari surprenant pour beaucoup d'entre nous en mêlant une musique moderne testostéronée et sonorités traditionnelles du nord de l'Afrique. Un mélange couillu du plus bel effet qui sait aussi y intégrer charme et douceurs grâce aux ambiances exotiques et à la voix ensorcelante de Ryma. La construction des compositions sait faire la part belle aux ambiances alternant des plages plus calmes qui invitent au voyage et des passages beaucoup plus énervés qui participent à tout un chacun à s'engager dans un éventuel headbanging. Nawather sait allier ses deux mondes très différents sans laisser l'un prendre le dessus sur l'autre. Aucun effet belliqueux qui viendrait écraser la tradition ou la modernité. D'ailleurs leur musique est un excellent rendu instrumental moderne et ouvert d'esprit. La production réalisée par Fredrick Nordstrom (Studio Fredman) est un vrai travail d'orfèvrerie suisse, enfin en l'occurence plutôt suédoise d'ailleurs, qui a su maintenir une texture à la fois rugueuse et cotonneuse, sans noyer le tout dans une compression qui rend malheureusement quelquefois les galettes insipides. La qualité du mixage et du mastering s'allie à celle de l'orchestration que nous offre Nawather. Des breaks subtilement placés pour tenir en haleine sans aucune difficulté l'auditeur durant ses quarante-sept minutes. Les mélodies et les lignes de chant sont très agréables à écouter ; elles ne vous perdent pas en cours de route mais vous accompagnent sans aucun ennui jusqu'à la fin de cette Mtabga. D'ailleurs on aurait plutôt envie de se resservir... accompagné de houblon ou de thé à le menthe, ou pourquoi pas les deux dans un cocktail détonnant à la mode de Nawather...

Avec Carthagods, Myrath et Cartagena, Nawather font partie de ces groupes susceptibles d'exporter avec panache le métal tunisien jusqu'au fin fond d'îles qui restent à découvrir car ce folklore oriental se conjugue à merveille avec le Metal. L'alternance de passages chantés en arabe apporte la preuve irréfutable que le métal ne connaît aucune limite.

Nawather

 

LES LIENS :  

https://www.facebook.com/nawather.official
http://nawather.com/
https://nawatherofficial.bandcamp.com/album/kenz-illusion
https://twitter.com/nawatherband
https://shop.season-of-mist.com/nawather-kenz-illusion-cd

 

 


 

111 - Le Chiffre du Malin

Ce week-end, en surfant sur Facebook, je remarque une page intitulée 111.
666 The Number of the Beast, d'accord, mais c'est quoi, ça, Un-Un-Un ? Le chiffre du Malin ?
Je vais dans la cuisine, je récupère mes lunettes en téflon qui protègent des radiations, puis j'ouvre la page https://www.facebook.com/111trio/ .
Là je tombe sur une photo. Il y a une fille brune. Elle me regarde de haut. Elle tient une pancarte à la main sur laquelle je lis "111 viendra ce lundi 5 février dès vingt heures dans l'émission Le Rock à Kiki (écoute, sinon je te pète ta gueule ! Oui !)"

C'est curieux, quand même, cette histoire ! Pourquoi elle me menace, la fille ? Je la connais même pas ! En plus le 5, je peux pas, l'infirmier vient me faire les soins à domicile.
Je ferais mieux de prévenir la police... Je décroche mon téléphone.

Une patrouille arrive quinze minutes plus tard. Je fais entrer les trois policiers, je leur montre la photo.
" - Ah j'aurais parié ! C'est encore Emma Cordenod ! fait l'un d'entre eux en lissant sa moustache.
- Vous la connaissez ? je demande.
- Si on la connaît ? Elle est chanteuse, contrebassiste et bassiste ! Et aussi l'auteure d'In Uterock, une monographie sur le rock au féminin qu'elle a écrit avec Aurélien Maillet. (https://www.facebook.com/inuterock/)
- Elle fait partie de 111, un power trio rock lyonnais créé en 2016, poursuit une policière, avec Denis Simon à la batterie et Rémi Selles a la guitare.

- Sans oublier Nicolas Robert, leur ingé son, qui fait partie du groupe a part entière et assiste à toutes les répétitions, souligne le policier moustachu.
- Et Fanny Revel, la régisseuse lumière ? C'est elle qui optimise leurs prestations scéniques, reprend la policière, et Denis Veillas ?
- Alors en somme, 111 c'est un trio à six ?"
Ils hochent la tête.
" - Mais pourquoi elle me menace ? je reprends.
- Mais parce que vous n'avez pas encore écouté Extented Play, leur album, mon pauvre monsieur ! me fait le troisième policier. Depuis ce matin, on en est à la douzième intervention pour le même motif ! 
- Mais je dois faire quoi ?"

Ils me regardent d'un air compatissant.
" - Faut l'écouter au moins une fois."

Puis voilà que le policier moustachu me demande s'il peut disposer de mon ordinateur. Il va sur Souncloud où le groupe a mis son EP 5 titres à disposition (mais si vous voulez soutenir 111, vous pouvez aussi l'acheter sur les sites marchands qu'il me dit), et l'écoute commence. Un bon rock, avec une grosse personnalité, à la fois épuré et puissant. Ca me rappelle White Stripes. Pas forcément pour le style, mais pour la puissance qu'ils affichent juste avec leurs tripes, une basse ou une contrebasse, une guitare et une batterie. Mince, c'est bon, ça, je dis. Et je vois les policiers qui commencent à s'agiter progressivement, dès Weaponless. Quand arrive Sweet Murderer, le troisième titre, le moustachu perd toute contenance, il jette sa casquette en l'air et se met carrément à gueuler "Your tongue is rough". Sur Mother, c'est encore pire, les trois reprennent en choeur "Hey ! Loveeeer". Et ils se mettent a faire des grands mouvements de balancier avec leur buste tout en hurlant.

C'est là qu'on sonne.

J'ouvre la porte, j'ai un nouvel équipage de police devant moi. Des CRS, je crois.
" - On vient pour le tapage, ils disent. 
- C'est vos collègues, je réponds. 
- On sait. On a des plaintes depuis ce matin, on les suit à la trace."
Pendant ce temps, les trois premiers policiers, de plus en plus excités, dansent sur "Closer", le dernier titre. Le troisième se roule même sur mon tapis.
"- Vous les interpellez pas ? je demande.
- On va attendre la fin du EP, me répond un des nouveaux arrivants. Là c'est trop dangereux. Tout à l'heure il y en a un qui a tenté de me mordre."
Tout ça c'est la faute à 111, ils m'expliquent, notamment à Emma. Elle écrit des textes qui portent sur la relation à l'autre et à la folie, alors forcément... Et ça risque de pas s'arranger de sitôt : le groupe cherche un label dans l'optique d'un album pour l'été 2018.
- Mais pourquoi vous les arrêtez pas ? je demande.
- Pas facile : ils bougent tout le temps à cause de la musique ! ils seront le 10 février à Saint-Julien de Civry, le 14 à Paris, le 17 à Grenay, le 2 mars à Vienne et à Lyon le 6 mars."

L'EP se termine. Les trois CRS empoignent leurs collègues. "Pas de résistance, on va s'expliquer au poste", ils disent. "Je suis de la maison" crie le moustachu. "Les amendes je les fais sauter" hurle la policière.
" - Vous devriez quand même écouter 111", me lance en sortant l'un des fonctionnaires. "Moi j'écoute que du Metal", je lui crie dans l'escalier. "Il y a une telle force dans 111 que ça peut vous plaire quand même !" il me gueule. Puis tout le monde sort du bâtiment en chantant "Mother" en canon.
Je retourne devant l'ordinateur. Emma Cordonod me regarde toujours, avec sa pancarte. Elle a pas l'air de déconner, Emma... Vaudrait peut-être mieux qu'on le commande, cet EP...

 

France emma

 

 

L'actualité du mois de février 2021

  • Le 02/03/2021

WELCOME TO THE CLUB

Après "Dancing Bones" en 2017 (notre clip) et "Last Word First Move" en 2019, les Parisiens de Club Bombardier ont sorti le 19/02/2021 son troisième EP, "Run Mofo".

Six titres, soit environ vingt minutes d'instantanés rock, avec des choeurs hauts et un son qui claque, à découvrir sur vos plateformes et chez M&O Musique.
https://backl.ink/143917962


BEST WITCHES !

Les Suissesses de Burning Witches ont présenté l'artwork de leur futur album "The Witch Of The North", qui sortira le 28/05/2021 Chez Nuclear Blast. Il est signé par le Chilien Claudio Bergamin, (responsable du Fire Power de Judas Priest).

Burning witchesA propos de son travail, Claudio précise :

"Le groupe avait un concept tout à fait unique, il m'a donc fallu quelques semaines pour trouver une idée satisfaisante. Il voulait une illustration classique, à peu près dans l'ambiance de Ken Kelly (NDLR : responsable du "Destroyer" de Kiss) et Frank Frazetta (NDLR : Conan, notamment). La sorcière de la forêt a été inspirée par les Ents de la trilogie "Le Seigneur des anneaux" et par "La Naissance de Vénus", de Botticelli. Les représentations des filles étaient faites dans le pur style de la bande dessinée, et travailler sur leurs visages pour les faire ressembler le plus possible aux vraies personnes était très amusant. J'aurais aimé que plus de groupes me demandent ça ! "

L'album "The Witch Of The North" comportera treize pistes. Les pré-commandes seront ouvertes à partir du 19/03/2021.

BURNING WITCHES en 2020, extrait de l'album "Dance With The Devil" (2020)


PESTIFER - LE DOC

Le groupe de death metal belge Pestifer a mis en ligne le 19/02/2021 le documentaire "Expanding The Virus".

Long d'environ dix-sept minutes, rythmé par les explications de Phil Gustin (batterie) et Jérôme Bernard (chant), il tourne essentiellement autour du dernier album du groupe, son processus de composition, ses conditions d'enregistrement et de distribution ainsi que l'accueil qu'il reçut.

Pestifer expanding oblivion"Expanding Oblivion" sortait en mars 2020, au tout début du confinement, chez l'excellent label de métal extrême XENOKORP , privant le groupe d'une release-party sans cesse reportée.
https://xenokorp.bandcamp.com/album/expanding-oblivion


NAWATHER ARRIVE

Avec CARTHAGODS, MYRATH et Cartagena, ils font partie de l'armada capable de porter la voix du métal tunisien à l'international : Nawather a rendu public "Kenz Illusion", son deuxième album, le 27/02/2021.

NawatherEnregistré par Hichem Ben Amara aux Hawala Studios deTunisia, "Kenz Illusion" a été mixé et masterisé par Fredrik Nordstrom (Dream Evil) au Studio Fredman (Suède).

Le sextet, qui mélange métal et musique orientale, utilisant des instruments de percussion à cordes et arabes, avait dévoilé "Falleg", un premier clip, le 27/01/2021.


LE VIEIL HOMME ET LA MER DU NORD

Le groupe de prog' AmartiA a mis en ligne le 02/02/2021 le clip "Old Man And The Sea", septième piste de "Daylight Beauty", son sixième album, qui sortira le 12/03/2021.

Les Lillois précisent : "À l’heure où la plupart des gens consomment la musique plus qu’ils ne l’écoutent, nous avons voulu créer avec cet album, un parfait contrepoint. Véritable invitation à un beau voyage musical, «Daylight Beauty» prend son temps pour livrer ses secrets et demande une immersion totale de l’auditeur."

AmartiaA noter que Clive Nolan (Pendragon) intervient en tant que narrateur sur la dernière piste de l'album "Daylight Beauty" tandis qu'Amandine, chanteuse d'AmartiA, participe à son prochain album solo "Song of the Wildlands".

Amartia Website :
http://amartia.fr
Amartia Facebook :
https://www.facebook.com/amartiaband
Amartia Instagram :
https://www.instagram.com/amartiaband
Amartia Bandcamp :
https://amartia.bandcamp.com


SIMPLEX RECORDS : VIDE GRENIER

Simplex Records, le label lyonnais qui avait retrouvé des bandes de Ganafoul dans un tiroir pour en faire un 33 tours -Chronique d'album : GANAFOUL (Hard Blues), "Sider Rock" (2020) - exhume cette fois «Viola d’Amore», de Villa Borghese, un groupe qui sortait en 1980 le 45 tours «Gate 46 / La vie est simple et gaie».

Villa borghese 45trLaissons la parole au petit label, qui explique tout ça bien mieux que nous :
"Renforcé aux claviers par un certain André Manoukian lors de leurs trop rares concerts, le groupe ne va sortir qu’un 45 tours chez RCA, en 1980. Pourtant, la même année, Villa Borghese prend la direction des studios Aquarius de Genève pour enregistrer douze titres avec Steve James - qui cartonne alors avec Toyah - derrière la console. On n’aura même pas le temps de se demander pourquoi ces bandes magnétiques resteront sur une étagère puisque le combo, composé de fortes personnalités, va se crasher quelques mois plus tard. Quelques titres serviront de base de travail pour Angèle et Maimone au moment du décollage de leur formidable Entreprise en 1982, mais ceci est une autre histoire.
« Viola d’Amore » propose l’intégralité de ces enregistrements de Genève que Steve James a mixé à l’époque aux prestigieux studios londoniens de Maison Rouge. Douze bombes alors inédites d’un style inclassable, entre new-wave survoltée, post punk experimental et rock touffu."

Les titres "Woodenleg Dance" et "Do You Like It" ont été présentés.

L'album et son code de téléchargement MP3 sont disponibles par correspondance (simplexrecords@orange.fr) et dans les boutiques suivantes :

  • Dangerhouse, 3 rue Thimonnier, Lyon 1er 
  • Gibert Musique, 3 quai Gailleton, Lyon 2e
  • Sofa Records, 7 rue d'Algérie, Lyon 1er
  • Tiki Vinyl Store, 13 rue René Leynaud, Lyon 1er
  • Gibert Musique, 34 boul. St Michel, Paris 6e
  • Hands And Arms, 72 rue Crozatier, Paris 12e
  • Passerelles, 19 cours Brillier, Vienne

BIRTHDAY PARTY

A l'occasion des un an (à la louche) de son album "Sisyphus", le groupe de rock 7 WEEKS a donné un concert "live stream"  depuis le centre culturel Yves Furet de La Souterraine le mardi 16/02/2021 à 19 heures.
"Nous jouerons plusieurs titres dans les conditions du direct live afin de recréer un peu d'urgence pendant cette période d'attente", avait annoncé le groupe.

7 weeks(photographie © Ardonau)

Le concert, impeccablement filmé, d'une durée d'environ trente six minutes est à suivre ici (reportez-vous directement à la cinquième minute de la vidéo) :
https://www.facebook.com/watch/live/?v=700802017275342&ref=watch_permalink


RESERVATION DE VOYAGE

La rockeuse francilienne Gaëlle Buswel a dévoilé le 19/02/2021 la pochette de son quatrième album, "Your Journey".

Gaelle buswellElle est signée Guillaume Malheiro pour la photo, Guillaume Saix pour le graphisme.
"Your Journey" sortira le 26/03/2021. Il succède à "New Day's Waiting", sorti en 2017.

Gaëlle Buswel, "So Blue", extrait de l'album "New Day's Waiting".
Il s'agira d'un double album avec six bonus enregistrés à Londres aux studios Abbey Road.
Réservez votre voyage ici :
https://gaellebuswel.lnk.to/YourJourney


SCHRODINGER : UNE PINCEE DE CELL

Après l'EP "Santa Sierra", dont l'originalité avait été saluée par la critique - Chronique d'Album : Schrodinger (Fusion), Santa Sierra (EP - 2019) -

Schrodinger pochetteLe groupe de fusion niçois Schrodinger revient avec un single intitulé "In A Cell".
"Un massacre dans une supérette, des flics au regard lubrique... Le clip qui accompagne le morceau mêle drame et humour dans un cadre inspiré des séries US", explique le groupe.

"In A Cell" a été enregistré et mixé par David Thiers, du Secret Place Studio (Seeds Of Mary).


EMMA COEUR DE LYON

La rockeuse (elle est la frontwoman de 111) et auteure de l'opuscule "In Uterock" Emma Cordenod  était l'invitée le 08/02/2021 de Radio Nova pour l'émission "Dans La Rue" :
https://www.nova.fr/.../dans-la-rue-demma-cordenod-1-5.../

Emma vous entraîne dans les rues lyonnaises où elle a ses habitudes. Elle parle de musique, du rock et de ses engagements.

Emma 2Emma Cordenod photographie © Eric 'Rx' Thibault

DERNIERE MINUTE : 111 vient de lancer un crowdfunding pour son procain opus. Les détails ici :
http://www.leetchi.com/c/45-tours-et-clips-111


THE LOSTS : DE PROFUNDIS

Le groupe de heavy The Losts a dévoilé "The Drug I Miss", un premier single de son futur album "Mystery Of Depths".

Ce nouvel opus paraîtra en 2021, (date de sortie non arrêtée).

A propos de ce titre, le chanteur YCG expliquait :
«The Drug I Miss est le titre le plus "classique" du disque. Pour le reste, on poursuit sur les petits mélanges initiés sur le précédent album.»

A noter qu'YCG compte à nouveau parmi le casting de l'opéra métallique Giotopia , dont le troisième volet,  "Trinity Of Evil" , est annoncé. Il reprend son rôle de Magus "The Forest Walker" et sera présent pour six titres et trois soli de guitare.

Ycg


CUM ON FEEL THE NOIZE

Le quatuor toulousain BRUIT ≤ (Clément Libes, Basse, violon / Théophile Antolinos, Guitare / Julien Aoufi, Batterie / Luc Blanchot, Violoncelle), s'était fait remarquer en 2018 en sortant "Monolith", leur premier EP de postrock instrumental , dans une très jolie version vinyle de style "Lava Lake", aujourd'hui épuisée.

Bruit monolithBRUIT ≤, "Monolith" version vinyle "Lava Lake"

C'est cette fois par la longueur du titre de son futur album que BRUIT ≤ recommence à se faire remarquer : il s'intitulera "The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again".

Bruit(Photographie : © BOBBY & Mehdi Thiriot)

L'opus comprendra quatre compositions instrumentales post-rock teintées d'éléments électroniques et d'arrangements classiques. Il s'agira d'un conte philosophique mettant en scène une humanité dans sa chute et sa renaissance.

"Ce premier album est une parenthèse musicale et poétique, explique BRUIT ≤, où chaque instant est une introduction à l’instant suivant. L’auditeur ne peut que très rarement se raccrocher à un thème ou une voix, il se laisse alors immerger dans des atmosphères impalpables permettant à l’imaginaire de créer les contours d’une histoire dont lui seul est le maître…"

Sortie attendue le 02/04/2021.

BRUIT ≤, live en 2018.


ODC : NOUVEAU LINE-UP

Le groupe parisien ODC qui nous avait convaincu avec l'excellent EP "Ending The Boredom" (2019) a présenté son nouveau line-up.

Odc newODC par Emeric Gallego
Derrière la chanteuse Célia Do, on trouve désormais Robin Cabaret (batterie), Sonny Bellonie (basse) et Raphaël Neveu (guitare).
ODC avait présenté "I Don't Know", un nouveau single, en novembre 2020.


SCARRED : DE PROFUNDIS BIS

Après "Mirage", Scarred vient de présenter un nouveau clip extrait de son album éponyme sorti le 22/01/2021. Il s'agit de "A.H.A.I.A.", neuvième piste du nouvel opus.

A son propos, les Luxembourgeois nous déclaraient dans une interview :

"Dans l’histoire que raconte l’album, A.H.A.I.A., c’est le fond du gouffre. Niveau texte c’est probablement la chanson la plus sombre qu’on ait jamais écrite. Une fois qu’on a touché le fond à la fin de la partie death s’amorce le processus de guérison et de transformation par le rituel shamanique qui suit avec une partie d’abord psychédélique puis un véritable rouleau compresseur de graves et de double pédale, symbolisant le caractère à la fois hallucinatoire et intensif de ce genre d’expérience. Une fois le rituel terminé, on se retrouve seul pour réfléchir à ce qu’on vient de vivre en contemplant la lune (LUA) au milieu de la forêt. On n’est pas encore complètement guéri, mais la musique commence à changer."

ArtworkL'interview complète par Ahasverus : SCARRED fait peau neuve - (interview)

Notre chronique par Dam'Aël : Chronique d'album : SCARRED (Death Metal et autres), "Scarred" (22/01/2021)


WELCOME TO THE CLUB

Très actifs depuis le début de l'année, les Princesses Leya ont présenté un nouveau single de leur album "L'Histoire Sans Fond" qui sera disponible le 12/03/2021.

"The 27 Club" est un hommage au "Club des 27", assemblée virtuelle de musiciens de la scène rock (Cobain, Hendrix, Joplin, Morrison, Winehouse et Brian Jones pour ne citer que les plus emblématiques) qui ont le triste point commun d'être décédés à l'âge de vingt-sept ans.

Le groupe de métal parodique en profite pour passer un message :

"La drogue c'est mal n'en prenez pas /Sauf si vraiment y a pas le choix."

Rappelons que les Princesses seront également à La Maroquinerie (Paris XXème) les 12 et 13/06/2021 pour deux représentations dont le concept sera le suivant :

"Grand Amateur de pop acidulée et de chemises Interflora, Schoumsky a un rêve : gagner l’Eurovision ! Mais dans son entourage personne ne veut l’aider à part Dedo, «Le prince des ténèbres». Sauf que celui-ci pose une condition : l’Eurovision oui, mais en faisant du Heavy Metal !"

Princesses leya groupePhotographie © Laura Gilli

Les réservations pour les deux spectacles sont ouvertes :
https://www.weezevent.com/princessesleya-maro


LE PLEIN D'OCTANE

Mixage terminé pour "The Life I Choose", le nouvel album du groupe de Laval Octane. Il sortira le 02/04/2021 chez M & O Music.

Octane albumIl succède à "C8 H18", sept titres livré en 2018, dont est extrait le clip "Bullshit".


LE VOYAGE DE SIRENIA

Juste avant la sortie de son nouvel album "Riddles, Ruins & Revelations" (le 12/02/2021), le groupe de métal sympho franco-norvégien Sirenia a présenté un nouveau single.

Actualite sireniaIl s'agit d'une cover de la chanson "Voyage, Voyage", tube de la chanteuse Desireless en 1986.

Ecrit par Jean-Michel Rivat et Frank Thomas, "Voyage, Voyage" était initialement proposé à Michel Delpech, qui l'avait refusé.


GALAAD : AVANT-GOÛT DU PARADIS

Le groupe de Prog' suisse Galaad a quasiment finalisé l'enregistrement de son quatrième album, "Paradis Posthumes".

Il s'agira d'un onze pistes rendu disponible en mars 2021.

"Ton ennemi", "Paradis posthumes", "Jour sidéral" et "Divine" sont les quatre morceaux restant à enregistrer.

L'artwork de "Paradis Posthumes", dont chaque symbole illustre une piste de l'album, est signé par l'incontournable(1) Stan W Decker

Actualites galaad(1) Pléonasme, car de Bonfire à Primal Fear, de Blue Oyster Cült à Jorn, de Manigance à Now Or Never, de Ross The Boss à Pride Of Lions, vous avez forcément du SWD sur vos rayonnages !

Un single de "Paradis Posthumes", intitulé "Moments", a été dévoilé :

Fangroupe Galaad :
"La Loge de Brenn" https://www.facebook.com/groups/411082773401314/


CERNUNNOS : NOUVEAU CLIP

Cernunnos a mis en ligne le 05/02/2021 "Breaking", un nouvel extrait de son premier opus "EP Project" (2020).


La mise en boîte du morceau, signée Never Heal Production , avait été contrariée par le second confinement et les divers projets du groupe.

Cernunnos photo sandrine never healCernunnos - photo Sandrine/Never Heal

Cinquième piste de "EP Project", "Breaking" est aussi le morceau le plus long et le plus progressif de cet album.
https://cernunnos13.bandcamp.com/album/cernunnos-ep-project


REDEMPTION : DE LIVE & LOUD A PLAY LOUDER...

Connu pour compter dans ses rangs le plus jeune batteur ayant foulé une mainstage du Hellfest - voir notre article Sortie d'album : REDEMPTION (Rock'N Thrash) - Angel (EP - 2019) - Redemption présentera le 23/04/2021 son premier album, "Three Of A Kind ".

Redemtion gropueRedemption - photographie © Bastien Kolodriejerak

Ce onze titres succèdera aux EP "Live & Loud" (2018) et "Angel" (2019).

Le trio messin a révélé un premier single efficace et au titre sans équivoque : "Play It Louder".


NOS CHRONIQUES DU MOIS :


NOS INTERVIEWS DU MOIS :

  • Exanimis : Le maître des marionnettes (interview)
    "Sur des projets passés il y avait toujours un inconfort à l'écoute de l'album qui m'obligeait à justifier les imperfections comme «alors oui, mais tu verras le mix n'est pas dingue» ou «oui mais on  a du faire vite...». Il était absolument hors de question de réitérer cette erreur avec Exanimis."
  • Back to the roots : SEYMINHOL II, Nothern Recital (2002) - L'album, son accueil, sa place
    "Mon rêve devenait réalité. On côtoyait certains de nos groupes favoris, les gros magazines et les fans étaient au rendez-vous et très nombreux à nous suivre. On participait à des festivals et des contacts sérieux nous laissaient présager le meilleur pour la suite. Je croyais dur comme fer que cette fois-ci c'était la bonne et que nous allions y arriver."

Chronique d'album : MIY (Metal Indus/Darkwave), "Work" (2021)

  • Le 02/03/2021

Groupe : MIY
Album : "Work" (21/02/2021)
Genre : Metal Indus/Darkwave
Origine : Luxembourg

Par Ahasverus

Le Groupe :

MIY (la signification de ces capitales est pour l'heure tenue secrète) est le projet de Gábor Bándi (chant, guitares, claviers), artiste établi au Luxembourg.
Initié en 2018, il est rejoint en 2020 par le batteur Mattia D'Agostino, notamment pour les prestations live.

Miy img1 horizontal

Gábor Bándi - MIY
Il revendique pour influences Deathstars, The Birthday Massacre, VNV Nation, Covenant, Perturbator, Rammstein et la scène dark/goth des années 2000.

L'Album :

"Work" est un treize pistes d'environ soixante-huit minutes.
Il a été enregistré comme un one-man band.

Son artwork est signé  Erzsébet Schlett, artiste hongroise dessinatrice de la BD "Tales of Midgard". ( https://talesofmidgard.com/ ).
Gábor Bándi explique :
" Comme l'album lui-même, il met en scène la crainte existentielle de l'individu, en quête de grandeur tout en naviguant sur les mers des ténèbres profondes du subconscient. Doté d'un clocher d'église en ruine, il résonne également avec le thème de certaines chansons sur la recherche de la foi et du sens de la vie."

Miy coverDIY, "Work" (2021)

La chanteuse estonnienne Remeya Kingston intervient sur deux titres.

Notre Avis :

Voici un album proche de ses racines, et qui n'est pas sans rappeler l'émergence de la new wave des 80's et sa succession de courants coldwave/darwave.
Maniant parfaitement indus et darkwave, l'un respectant l'autre et  servant surtout à lui apporter sa modernité, MIY cultive une dominante mélancolique soulignée par un chant masculin plutôt monocorde. Il est aéré par les interventions lumineuses de Remeya Kingston, dont les notes aériennes secouent les frimas. Ces respirations parfaitement placées apportent l'équilibre à un album froid et  industriel qui sait se parer de paysages beaux et tristes comme l'automne. A découvrir.

Discographie :

  • Albums studio : The Seeking (2018), Work (2021)
  • Singles: Hallowed (2020), Beat (2020)
  • Cover albums: The Goddess (2020) - Katy Perry covers

Les Liens :

QUEENS OF METAL : L'actualité de février 2021

  • Le 01/03/2021

ODC : NOUVEAU LINE-UP

Le groupe parisien ODC qui nous avait convaincu avec l'excellent EP "Ending The Boredom" (2019) a présenté son nouveau line-up.

Odc newODC par Emeric Gallego

Derrière la chanteuse Célia Do, on trouve désormais Robin Cabaret (batterie), Sonny Bellonie (basse) et Raphaël Neveu (guitare).
ODC avait présenté "I Don't Know", un nouveau single, en novembre 2020.


BEST WITCHES !

Les Suissesses de Burning Witches ont présenté l'artwork de leur futur album "The Witch Of The North", qui sortira le 28/05/2021 Chez Nuclear Blast. Il est signé par le Chilien Claudio Bergamin, (responsable du Fire Power de Judas Priest).

Burning witchesA propos de son travail, Claudio précise :

"Le groupe avait un concept tout à fait unique, il m'a donc fallu quelques semaines pour trouver une idée satisfaisante. Il voulait une illustration classique, à peu près dans l'ambiance de Ken Kelly (NDLR : responsable du "Destroyer" de Kiss) et Frank Frazetta (NDLR : Conan, notamment). La sorcière de la forêt a été inspirée par les Ents de la trilogie "Le Seigneur des anneaux" et par "La Naissance de Vénus", de Botticelli. Les représentations des filles étaient faites dans le pur style de la bande dessinée, et travailler sur leurs visages pour les faire ressembler le plus possible aux vraies personnes était très amusant. J'aurais aimé que plus de groupes me demandent ça ! "

L'album "The Witch Of The North" comportera treize pistes. Les pré-commandes seront ouvertes à partir du 19/03/2021.

BURNING WITCHES en 2020, extrait de l'album "Dance With The Devil" (2020)


NAWATHER ARRIVE

Avec CARTHAGODS, MYRATH et Cartagena, ils font partie de l'armada capable de porter la voix du métal tunisien à l'international : Nawather rendra public "Kenz Illusion", son deuxième album, le 27/02/2021.

NawatherEnregistré par Hichem Ben Amara aux Hawala Studios deTunisia, "Kenz Illusion" a été mixé et masterisé par Fredrik Nordstrom (Dream Evil) au Studio Fredman (Suède).

Le sextet, qui mélange métal et musique orientale, utilisant des instruments de percussion à cordes et arabes, avait dévoilé "Falleg", un premier clip, le 27/01/2021.


INVITATION AU VOYAGE

La Francilienne Gaëlle Buswel a dévoilé le 19/02/2021 la pochette de son quatrième album, "Your Journey".

Gaelle buswellElle est signée Guillaume Malheiro pour la photo, Guillaume Saix pour le graphisme.
"Your Journey" sortira le 26/03/2021. Il succède à "New Day's Waiting", sorti en 2017.

Gaëlle Buswel, "So Blue", extrait de l'album "New Day's Waiting".
Il s'agira d'un double album avec six bonus enregistrés à Londres aux studios Abbey Road.
Réservez votre voyage ici :
https://gaellebuswel.lnk.to/YourJourney

 


EMMA COEUR DE LYON

La rockeuse (elle est la frontwoman de 111) et auteure de l'opuscule "In Uterock" Emma Cordenod  était l'invitée le 08/02/2021 de Radio Nova pour l'émission "Dans La Rue" :
https://www.nova.fr/.../dans-la-rue-demma-cordenod-1-5.../

Emma vous entraîne dans les rues lyonnaises où elle a ses habitudes. Elle parle de musique, du rock et de ses engagements.

Emma 2Emma Cordenod photographie © Eric 'Rx' Thibault

Chronique d'album : PSYKUP (métal moderne), "Hello Karma!" (2021)

  • Le 25/02/2021

Groupe : PSYKUP
Album : "Hello Karma!" (05/02/2021)
Genre : Metal Moderne
Origine : Toulouse

Par Ahasverus

Le Groupe :

Psykup est un groupe de métal formé à Toulouse en 1995.
Il se compose de Julien Cassarino (chant, guitare), Matthieu Miegeville (chant), Brice Sansonetto (batterie), Julian Gretz (basse) et Victor Minois (guitare).

Psykup pierre wetzel

Psykup par Pierre Wetzel
Julien Cassarino définit ainsi l'univers de sa formation :
"Psykup est un mélange de mille influences diverses et variées, allant du jazz au death metal, et il faut être avant tout ouvert d’esprit et curieux pour apprécier notre musique."
https://chairyoursound.com
Psykup a notamment partagé la scène de Soulfly, des Eurockéennes de Belfort, du Hellfest, et de la plupart des grands du métal français (Loudblast, SUP, Sidilarsen, etc).
En 2021, Psykup sort son cinquième album (discographie in fine) :

"HELLO KARMA!"

L'Album :

"Hello Karma!" est un douze pistes pour environ quarante-quatres minutes.

Mixé par Fred Duquesne (Mass Hysteria, Watcha, No One Is Innocent) il a été masterisé par Thibault Chaumont (Trepalium, Klone)

Planifiée sur huit jours, la durée de l'enregistrement a été ramenée à trois jours seulement en raison du contexte sanitaire, obligeant le groupe à s'adapter coûte que coûte.

Il est servi par le clip d'animation "Lucifer Is Sleeping", réalisé par Nicolas Leroy, qui a notamment travaillé avec Ultra Vomit pour le clip animé "Le Train Fantôme".

L'artwork, signé Jouch, graphiste et guitariste/chanteur du groupe de prog' toulousain Naïve, (https://www.jouch.com/), représente deux personnes allongées dans des rocking chair devant un champignon atomique. Au verso, la photo au filtre tout aussi orangé  d'un couple faisant un selfie tandis qu'il se baigne en masque et tuba sur fond de centrale nucléaire.
Julien Cassarino en explique ainsi l'intention à https://chairyoursound.com :
« Le monde est en crise sanitaire, écologique et humanitaire. Il nous paraissait essentiel d’en parler, toujours avec un certain décalage. "Hello Karma!" est un lanceur d’alerte pour nous tous, Psykup y compris : à nous de regarder plus loin que notre nombril.  »

Psykup 2021 hellokarma cover

PSYKUP, "Hello Karma!" (2021)

Sur le travail de composition, le groupe explique :
« Pour l’album "We Love You All", on était partis très loin, trop loin, dans les expérimentations. Et avec le recul, on s’est rendu compte que ça rendait l’album un peu indigeste. Donc, quand on a recommencé à jouer ensemble, on s’est mis d’accord sur l’idée qu’il fallait composer une musique plus épurée, plus efficace. »
http://www.heretik-magazine.fr

Julien Truchan (Benighted) apparait sur le titre "Nice To The Bone".

Le titre "Letter To Greta" est une lettre ouverte à Greta Thunberg.

Les Critiques :

  • "Un tourbillon de riffs qui donneraient la jaunisse à Billie Joe Armstrong."
    https://www.coreandco.fr
  • "Franchement, Psykup, c’est des barjots…"
    http://metal-eyes.com
  • "Si la masturbation a échoué, que tu t’es encore endormi devant Attrapes-moi si tu peux, et que ta lettre à Greta n’a rien donnée, ouvres Hello Karma, mets cet album dans ton mangedisques (oui même si il est cassé) et laisses-toi emporter par cet exutoire totalement jubilatoire."
    https://www.auxportesdumetal.com
  • "Leur travail de déconstruction des codes du genre est d’une précision diabolique."
    https://www.musicwaves.fr
  • "Des morceaux déjantés et déroutants, mais le tout avec une sacrée maîtrise et tout cela s'enchaîne presque naturellement."
    https://mad-breizh.com
  • "Douze titres, passionnant de noirceur, douze trips bien barrés, qui forment un tout à l’efficacité inattendue. Une grosse baffe…"
    https://lust4live.fr
  • "Moins jusqu’au-boutiste, toujours hors de sentiers battus. Mission accomplie."
    https://www.guitarpart.fr
  • "Les titres, les textes, les thèmes, les idées d’arrangement ponctuelles, la présence d’un accordéon et une introduction à l’influence klezmer, des chœurs angéliques sur des textes salaces ou encore certaines mélodies absurdes sont autant d’éléments à la fois grotesques et captivants qui nous prouvent qu’en dépit des années et d’un style exigeant, Psykup n’a rien perdu de son mordant, de son cœur, ni de son humour à la gaieté communicative."
    http://www.radiometal.com

Notre Avis :

S'il fallait résumer notre point de vue sur "Hello Karma!" par une image, ce serait celle du loup de Tex Avery dont la mâchoire  se décroche face à Betty Boop. Car tout est impressionnant dans cet album, barré certes, mais barré de main de maître. Sa virtuosité laisse pantois et ses douze pièces foisonnantes mises en boîte en seulement trois jours échafaudent une fantasia permanente. Déjanté et accrocheur, "Hello Karma!" est une leçon de métal bondissant, brillant à l'extrême sous ses allures badines.  A classer dans le  "Big Four" de la scène moderne : vous n'êtes pas prêts de venir à bout des détails cachés dans son métal-cartoon.

Discographie : 

  •    Sors La Tête (EP – 2001)
  •    Le Temps De La Réflexion (2002)
  •    Acoustiques & Remixes (EP – 2004)
  •    L’Ombre Et La Proie (2005)
  •    We Love You All (2008)
  •    Ctrl+Alt+Fuck (2017)
  •    Live In Bikini (Live – 2018)
  •    Hello Karma! (2021)

Les Liens :

L'actualité de la semaine 8/21

  • Le 23/02/2021

EXISTANCE : LEGENDS II

Existance, le groupe de heavy metal originaire de Clermont de l'Oise, a initié une série de covers, intitulée Legends Never Die, en commençant le mois dernier par une reprise du groupe Van Halen. C'est ce mois-ci à Thin Lizzy que le groupe rend hommage.

Le groupe précise :
"Phil Lynott a marqué le paysage musical de son époque. Chanteur charismatique à la voix bien reconnaissable, il n'a pas hésité à briser les barrières entre les genres et à révolutionner le son du hard rock. Ses talents d'écriture et son éclectisme visionnaire ont propulsé Thin Lizzy au panthéon des légendes. Il était inconcevable de ne pas lui rendre hommage pour tout cet héritage musical. "


ANOTHER BRICK IN THE WALL

Le groupe de post-black metal Mur a mis en ligne "Inner Hole", un second extrait de "Truth", son mini-album dont nous vous parlions récemment dans nos actualités.

Truth

Tourné en noir et blanc, sous-titré en Russe, le clip est dépeint ainsi par la formation parisienne :

« Nous sommes sensibles à la symbolique qui entoure le cheval. Sa prestance, ses allures, ses formes. L’utilisation de cascades et du caractère obsessionnel du mouvement de l’eau vient contraster avec la beauté animale et compléter notre volonté de mettre en valeur sa puissance. Nous avons donc esthétisé ces éléments pour constituer, à travers le caractère hypnotique d’images quasi abstraites, une trame que l’on pourrait presque qualifier de "narrative". Ce clip est un chemin.
L’usage du russe, au-delà de la dimension cryptique qu’il comporte pour nous, nous renvoie aux grands films du cinéma russe et à cet imaginaire lié à la force de la Terre, à la puissance de cette langue qui fédère encore des millions de gens. Et bien évidemment à la qualité graphique inégalée du cyrillique, dans lequel les paroles sont fidèlement traduites tout au long du clip. »

"Truth" sortira 26/03/2021. Il comprendra cinq titres dont une reprise d'un tube de l'année 1984 que nous sommes curieux de découvrir.


SUPERTZAR SUR LE STYX

Le trio stoner doom de Colmar Supertzar a présenté le 14/02/2020 le single « Styx », premier extrait de son premier album « Epic Truthes & Fantaisies » à paraître en 2021.

Formé en 2017, Supertzar a choisi son nom en hommage à Black Sabbath (il s'agit d'un instrumental présent sur l'album "Sabotage).


BEST WITCHES !

Les Suissesses de Burning Witches ont présenté l'artwork de leur futur album "The Witch Of The North", qui sortira le 28/05/2021 Chez Nuclear Blast. Il est signé par le Chilien Claudio Bergamin, (responsable du Fire Power de Judas Priest).

Burning witchesA propos de son travail, Claudio précise :

"Le groupe avait un concept tout à fait unique, il m'a donc fallu quelques semaines pour trouver une idée satisfaisante. Il voulait une illustration classique, à peu près dans l'ambiance de Ken Kelly (NDLR : responsable du "Destroyer" de Kiss) et Frank Frazetta (NDLR : Conan, notamment). La sorcière de la forêt a été inspirée par les Ents de la trilogie "Le Seigneur des anneaux" et par "La Naissance de Vénus", de Botticelli. Les représentations des filles étaient faites dans le pur style de la bande dessinée, et travailler sur leurs visages pour les faire ressembler le plus possible aux vraies personnes était très amusant. J'aurais aimé que plus de groupes me demandent ça ! "

L'album "The Witch Of The North" comportera treize pistes. Les pré-commandes seront ouvertes à partir du 19/03/2021.

BURNING WITCHES en 2020, extrait de l'album "Dance With The Devil" (2020)


CROWLING - LE CLIP

Le groupe de Thrash CROWLING a présenté le 22/02/2021 le clip ''When Domination Leads to Submission''.Il a été réalisé par Mr cana production (Akiavel, Scarlean).

Ce titre est extrait de l'EP cinq titres ''When Domination Leads to Submission'' sorti le 01/11/2020.

Crowling coverCROWLING, "When Domination Leads To Submission", EP - 2020.


VIOLA D'AMORE - DEUXIEME EXTRAIT

Après "Do You Like It", Simplex Records, label lyonnais spécialisé dans la réédition de titres rares ou inédits sous forme de vinyles, a présenté "Woodenleg Dance", un second extrait de l'album «Viola d’Amore», de Villa Borghese, groupe éphémère des années 80.

Le vinyle est livré avec un code permettant de télécharger les douze titres inédits. Il est disponible par correspondance (simplexrecords@orange.fr) ou dans les rayons des boutiques suivantes :

-Dangerhouse, 3 rue Thimonnier, Lyon 1er (tel 04 78 27 15 64)

-Gibert Musique, 3 quai Gailleton, Lyon 2e (tel 04 72 77 76 76)

-Sofa Records, 7 rue d'Algérie, Lyon 1er (tel 04 78 39 06 56)

-Tiki Vinyl Store, 13 rue René Leynaud, Lyon 1er (tel 09 51 23 44 83)

-Gibert Musique, 34 boul. St Michel, Paris 6e (tel 01 44 41 88 55)

-Hands And Arms, 72 rue Crozatier, Paris 12e (tel 06 48 36 62 07)

-Passerelles, 19 cours Brillier, Vienne (tel 04 74 85 09 50)


Retrouvez nos chroniques de la semaine :


Retrouvez nos interviews de la semaine :

Chronique d'album : JUNON, (Post-Harcore), "The Shadows Lenghten" (EP - 2021)

  • Le 22/02/2021

Groupe : JUNON
Album : "The Shadows Lenghten" (EP - 09/02/2021)
Genre : Post Metal
Origine : Béthune

Par Ahasverus

Le Groupe :

Junon est né des cendres de General Lee, formation originaire de Béthune  auteur de sept opus entre 2003 et 2015.
En 2015, General Lee décide de mettre un terme à sa carrière.

General lee

"Knives Out Everybody !" (2015), dernier album de GENERAL LEE.

Arnaud s'en explique dans une interview à https://cacestculte.com :
"C’était en juin 2016 avec notre dernier concert au club de l’Aéronef de Lille. Un split que l’on croyait définitif et qui s’est lentement transformé en pause à durée indéterminée, plus que nécessaire afin de recharger les batteries et retrouver l’envie de cramer de nouveau des amplis après 15 ans d’activité non-stop."
Concernant l'univers de Junon, il explique à http://www.heretik-magazine.fr
"cet EP condense en quatre titres les différentes facettes du groupe : entre explosions Hardcore, envolées post-rock et toujours cette bonne dose de mélodies salvatrices et déchirantes, le tout soutenu par une palette de chants plus variés et aux textes inspirés par la littérature fantastique (Poe, Lovecraft…) et par le combat perpétuel de la planète face aux attaques répétées de ses hôtes."

Le line-up de Junon est constitué de Alex Renaux, Fabien Zwernemann et Martin Catoire (guitares), Arnaud Palmowski (chant), Florian Urbaniak (batterie) et Vincent Perdicaro (basse).
Le nom de Junon est une référence à un morceau de General Lee présent sur le premier EP de la formation, "The Sinister Menace".
En 2021, Junon présente son premier EP :

"The Shadows Lenghten"

L'Album :

« The Shadows Lengthen » est un quatre titres d'environ dix-neuf minutes.

Cover junon 1

JUNON, "The Shadows Lenghten" (EP - 2021)

Enregistré en trois jours "The Shadows Lenghten a été mixé et masterisé au Boss Hog Studio par Clément Decrock, premier batteur de General Lee.

« The Shadows Lengthen » est soutenu par le clip "Carcosa, tourné dans le cadre du FRAC (le Fond Régional d'Art Contemporain, autant dire le musée d'art moderne de Dunkerque).

Les Critiques :

  • "Ces quatre années de pause ont été une bonne chose pour Junon, dont la motivation est désormais aussi intense que le son."
    https://actainfernalis.com
  • "Je le dis HAUT et FORT j'ai pris une claque avec ce premier opus de Junon."
    https://www.bgpmusiclive.com
  • "L’une des plus belles sorties de ce début d’année !"
    https://rstlss.com
  • "Les quatre titres font étalage de tout le savoir-faire du groupe."
    https://amongtheliving.fr
  • "Junon a du talent à revendre, ce EP nous le prouve."
    https://www.auxportesdumetal.com
  • "Un EP tout bonnement magnifique de la première à la dernière note."
    http://www.emaginarock.fr
  • "Un EP excellent qui permettra aux fans de General Lee de se rassurer et aux nouveaux fans d’avoir un avant-goût de ce qui approche : du très très lourd ainsi que du très très planant."
    https://allrock.fr

Notre Avis :

"Rude Awakening", c'est ainsi qu'aurait dû s'appeler cet EP qui botte le cul ! Ce qui est clair, c'est que "The Shadows Lenghten" donne envie de se lacher au niveau du son, histoire d'éduquer ses voisins avec un cours de post-metal. Vous l'aurez compris et tous les zines l'affirment : les quatre titres de "The Shadows Lenghten" envoient du lourd et sont une belle illustration d'un genre de métal à la fois explosif et planant. Les mecs de feu General Lee ont retrouvé la niaque, ils vous la déclinent en quatre leçons.
General Lee s'appelle maintenant Junon, son retour avec cet opus bluffant ne passe pas inaperçu.

La Discographie :

  • Junon : The Shadows Lenghten (EP - 2021)
  • Junon : Carcosa (single - 2020)
  • General Lee : Kinves Out, Everybody ! (2015)
  • General Lee : Split w/ Euglena (Split - 2014)
  • General Lee : Roads (2010)
  • General Lee : Hannibal Ad Partas (2008)
  • General Lee : Split w/ As We Bleed (Split - 2004)
  • General Lee : The Sinister Menace (EP - 2003)

Les Liens :

 

Chronique d'album : VICIOUS GRACE (Metal alternatif), Glass Houses (2021)

  • Le 22/02/2021

Groupe : VICIOUS GRACE
Album : Glass Houses (15/01/2021)
Genre : Métal alternatif
Origine : Cavaillon

Par Ahasverus

LE GROUPE :

Vicious Grace est un quintet de métal alternatif formé à Cavaillon en 2013.
Son line-up se compose de David (chant), Ambroise-Marc et Alain (guitares), Thierry (basse) et Jean-Baptiste (batterie).
Sur l'origine du nom, David expliquait à https://www.musicwaves.fr : 
"Vicious Grace vient de Sid Vicious (chanteur des Sex Pistols) et de l’album "Grace" de Jeff Buckley. Les deux se contrastant par un coté violent et mélancolique. C’est aussi le titre du troisième volet d’une série littéraire "The Black Sun’s Daughter" écrite par Daniel Abraham."
Vicious Grace revendique des influences très diverses,  de The Cure aux Red Hot Chili Peppers en passant par Iron Maiden.
Le groupe compte deux EP et un album. (discographie in fine).

En 2021 il revient avec un second album :

"GLASS HOUSES"

Vicious grace

L'ALBUM :

"Glass Houses" est un dix pistes d'environ trente-six minutes.
Il a été mixé au studio Homeless Records de Marseille.
Il  est défendu par le clip "Silver Lining".
"Glass Houses" est distribué par M & O Music.

LES CRITIQUES :

  • "C’est un très bon album que le quintet nous offre avec Glass Houses, et nul doute que les amateurs de Rock musclé et alternatif saupoudré d’ambiances fleurtant parfois avec la pop y trouveront leur bonheur."
    https://amongtheliving.fr
  • "Plusieurs chansons pourraient parfaitement se mouvoir en single et donc faire un chouette bonhomme de chemin."
    https://www.musicinbelgium.net
  • "Cette combinaison de tranchant et de délicatesse, de riffs puissants avec des lignes vocales délicates et mélodiques rendent le groupe et son album uniques."
    https://artmundus.pl
  • "L’opus est de bonne facture et devrait conquérir les fans de ce registre mais également ceux qui souhaitent avoir un rock un peu plus typé."
    https://odymetal.blogspot.com

NOTRE AVIS :

Après un joli "All My Gods Are Monsters", Vicious Grace reprend les hostilités où il nous avait laissé. Sa marque est gravée sur chacune des maisons de verre qu'il nous invite à visiter : puissance des guitares, rappels pop ponctuels qui peuvent évoquer la new wave des 80's, chant  capable de mordre ("Silver Lining") mais qui préfère se charger d'émotion.
C'est d'ailleurs plutôt là qu'il faut attendre le groupe, même si "Glass Houses" reste un opus de métal qui sait faire parler les riffs. Il est à la fois  musclé et sensible, et surtout alternatif, en ce qu'il se détache du lot commun par une sensibilité à fleur de peau. Vicious Grace est suivi par une fan base conséquente, rien d'étonnant : ce groupe racé a su trouver un son, il le confirme par ce second album, s'il en est besoin.


DISCOGRAPHIE :

  • The Doors Inside (2014)
  • Wake Up (2015)
  • All My Gods Are Monsters (2017)

LES LIENS :

iTunes : https://apple.co/2E9pM00
Amazon : https://amzn.to/2E5Oddz
Bandcamp : https://bit.ly/2X0HBWE
Spotify https://spoti.fi/2tCA8zo
Deezer https://bit.ly/2SncS2k
Facebook https://bit.ly/2E7A14W
Instagram https://bit.ly/2DztnDb
Official Website http://www.viciousgrace.com

SWEET DIVERGENCE - To Buy Or Not To Buy (interview)

  • Le 22/02/2021

Actif sur les scènes du Sud depuis plusieurs années, les Toulousains de Sweet Divergence ont présenté fin 2020 "Don't Buy This Shit", un premier EP ambiance 90's.
Nous vous proposons de faire connaissance avec eux dans cette interview.

Img 4674Source photographie : SWEET DIVERGENCE


I.- CURICULUM VITAE :

Le Line up :

  • Clément (chant, guitare)
  • Arnaud (guitare, choeurs)
  • Julien (basse, choeurs)
  • Fred (batterie, choeurs)

Img 6352Source photographie : SWEET DIVERGENCE

L'univers musical de chacun :

  • Clément : A perfect circle, The Foo Fighters, Nirvana, Children Of Bodom, In Flames, Linkin Park, Rage Against The Machine, The kooks, Anti Flag, Placebo, Radiohead.
  • Arnaud : Deftones, Foo Fighters, Tool, A perfect Circle.
  • Julien : Métal, rap à l'ancienne, électro, original soundracks de films et de jeux vidéo.
  • Fred : Fusion des années 90, rock 60's/70's.

Img 3606Source photographie : SWEET DIVERGENCE

Groupes dont pourrait se rapprocher Sweet Divergence :

  • Arnaud : Peut-être Foo Fighters du fait de la variété, c'est aussi un groupe "commun" à nous tous.
  • Julien : Les groupes des 90's, voire début 2000, tels que Nirvana, Deftones, Pearl Jam, Rage against the Machine ou encore Linkin Park, Blink 182 et Queens of the Stone Age.
  • Fred : Foo Fighters, Incubus.
  • Clément : Joker !  

"On a eu un mal de chien à se stabiliser ! On jouait un peu, on faisait quelques concerts, et puis on perdait un membre."


II.- LES ORIGINES :

J'aime beaucoup le grain de voix de votre chanteur, il se marie parfaitement à votre style. D'ailleurs comment s'est formé Sweet Divergence et Clément était-il là dès l'origine ?
Clément :
J’étais là, et j’ai même lancé le projet. J’avais écrit quelques morceaux guitare/voix, je prenais des cours de technique vocale. Du coup, une petite annonce sur Zikinf et c’était parti. C’était en 2011. Ça n’avait pas encore de nom, et c’était très embryonnaire. Je suis le seul survivant de cette époque préhistorique. J’ai commencé assez vite à jouer avec Nono (2013 de mémoire, suite à la scission avec le guitariste de l’époque pour une sombre histoire de Rack en BX4000). Ju est arrivé en 2015, et Fred en 2019. Je pense que beaucoup de groupes amateurs en passent par là, mais entre les contraintes familiales, les projets professionnels et les divergences de vues, on a eu un mal de chien à se stabiliser ! On jouait un peu, on faisait quelques concerts, et puis on perdait un membre. Moi-même j’ai disparu de la circulation entre 2017 et 2019. Petit coucou d’ailleurs à Alex, Stumpy, Johan et Kevin qui ont fait un bout de chemin avec nous.
Arnaud : C'est Clément qui chante et qui est l'initiateur du projet. Il y a eu plusieurs line-up, je fais partie du deuxième, on en est au quatrième. C'est lui qui amène son côté folk mélodique à la musique que nous proposons (dont il est le principal fournisseur, avec en plus ses rythmiques). Mon arrivée faisait suite au départ du guitariste du premier line-up. Clément souhaitait poursuivre son projet avec deux guitares. Un de mes collègues est un pote de Clément et me voilà à auditionner... Je me rappelle de cette audition d'ailleurs... J'étais venu de vingt à vingt-deux heures et un autre guitariste devait venir de vingt-deux heures à minuit. J'avais bossé les reprises demandées et vers la fin des deux heures l'autre gars prévient qu’il ne vient pas... Du coup j'ai prolongé la soirée car j'avais aussi bossé les premières compos du groupe. C'était un chouette moment même s’ils ne m’ont jamais dit  "ok c'est bon !", j'ai toujours répondu présent aux autres répétitions !

Img 3609Source photographie : SWEET DIVERGENCE


"Je ne sais pas si un métalleux pur et dur y trouvera son compte, mais s’il veut venir nous voir en live, on lui promet qu’il prendra quelques copeaux dans la tronche."


III.- L'EP :

Début décembre 2020 sort votre premier EP, "Don't Buy This Shit". On pense au titre "Steal This Album", de SOAD...
Clément :
Alors oui ! Mais non ! En fait «Don’t buy this shit» fait référence directement à Treason, le morceau qui donne son identité graphique à l’EP. Je l’aime parce qu’il a différents niveaux de lecture : ça fait écho à un rejet de la surconsommation, mais aussi de l’idée qu’un monde de merde comme ça ne serait pas améliorable, que la misère sociale serait inévitable, que le capitalisme serait la seule solution. Nous, on s’en fout si tu «buy» notre «shit» tu vois, d’autant que tu peux l’écouter partout sur les sites de streaming, gratos, à travers les waves, et comme le disait un grand philosophe belge, les waves c’est l’amour, et l’amour c’est be aware.
Julien : Ah tiens, SOAD, une autre référence que j'ai oubliée dans les questions précédentes... C'est vrai qu'il me semble que ça n'a jamais été évoqué clairement entre nous mais j'avoue y avoir évidemment pensé lorsque le titre a été choisi.
Fred : Le titre de l'EP provient de la première phrase du refrain du morceau "Treason", le morceau "phare" de cet EP ; on trouvait le pied nez intéressant !

Vous tournez depuis un moment et vous disposiez de plus d'une heure de compositions originales, assez pour remplir un album. Pourquoi avoir privilégié le format EP ?
Clément :
C’était un premier passage en studio ensemble, donc ça semblait plus réaliste d’enregistrer un EP. On a peu d’expérience dans le domaine (pour ma part aucune). La deuxième raison c’est que c’était plus simple d’arriver à lever mille deux-cent balles via Kickstarter (NDLR : une platerforme de financement participatif) que deux mille !

Arnaud : Les deux facteurs principaux sont le temps pour les enregistrer "proprement" et donc le budget qu'il faut y allouer. On a essayé de concilier ces paramètres pour proposer un produit qualitatif. On regrette de ne pas avoir pu enregistrer "Red Stain" en acoustique, ce qui était prévu... on trouve un essai de cette version sur notre chaine Youtube.

Le format "album" n'est peut-être pas/plus adapté aux groupes comme nous... L'EP permet aussi de maintenir une certaine actualité.
Julien : On a déjà eu du mal à trouver un créneau de trois jours pour enregistrer ces cinq titres ! Alors un album complet...
Fred : Pas évident de se mettre d'accord sur cinq titres, alors sur dix... (Rires) Puis on voudrait du sang neuf dans les morceaux, les titres de cet EP ont déjà quelques années.

Justement, d'où sortent ces cinq titres, et comment s'est opérée la sélection parmi les morceaux dont vous disposiez ?

Clément : Alors clairement, l’idée derrière l’EP, c’était de se «fabriquer» un support de démarchage pour accéder à plus de scènes, et permettre aux gens de nous «retrouver» en ligne avant et après les concerts. Il fallait donc que ce soit suffisamment hétérogène pour représenter les différentes facettes du groupe. «Treason», «Do we rise» et «Red Stain» ont fait consensus immédiatement parce qu’on sentait qu’on avait besoin de montrer aux gens qu’on pouvait bien faire chauffer une scène et envoyer du gros rock... Ceux qui nous ont vu en live le savaient, mais on manquait de preuves. «Days like matches» et «Along the way» ont trouvé logiquement leur place dans l’EP (après quelques débats quand même) puisqu’ils illustrent la facette un peu plus «pop-rock» de ce que l’on est capables de produire.
Arnaud : Il était évident que «Treason», «Do we rise» et «Red Stain» soient enregistrés. On voulait "montrer" au public que l'on pouvait faire autre chose que des morceaux pêchus avec «Day's Like Matches», et aussi un morceau plus "grand public" qu'est «Along The Way». D'ailleurs, «Along The Way» avait été enregistré lors de notre démo... On se rend compte du "bond" en écoutant les deux versions.


Julien : Ce sont les titres composés le plus récemment pour quatre d'entre eux, maintenant que j'y pense... Quant à la sélection, «Treason», «Do we rise» et «Red Stain» étaient effectivement évidents pour nous. En revanche pour les deux derniers, ça a été un long et vaste débat... Il y a eu des disputes, des larmes, des combats de lucha libre et des concours de qui mangerait le plus gros tacos pour départager les différents morceaux en compétition pour avoir sa place sur l'EP. Mais au final je pense qu'on a tous trouvé notre compte avec ces choix.
Fred : La sélection a été très évidente pour deux d'entre eux : «Treason» et «Do we rise». «Red Stain» est arrivé rapidement dans les choix. Pour ce qui est de «Day's Like Matches», c'était surtout avec moi qu'il a fallu négocier,  puis pour «Along The Way» ce fut auprès d'Arnaud et Julien. Je pense qu'à la sortie on est tous ravis du choix hétéroclite que propose l'EP, il ressemble bien au set que l'on joue en concert.

Img 3610Source photographie : SWEET DIVERGENCE

Même si je l'ai hâtivement catalogué "90's", "Don't Buy This Shit"présente beaucoup de diversité et peut convenir à un public métalleux comme à ceux qui écoutent les radios rock US...
Julien :
J'en sais fichtre rien mais j'espère... étant moi-même dans la catégorie du public metalleux, ce serait une joie de plaire à ce public-là.
Arnaud :
C'est ce qui nous caractérise et qui est aussi plaisant à jouer même si on a tous nos préférences dans notre set. Nos divergences se retrouvent à travers un set varié qui peut plaire à beaucoup d'oreilles rockeuses. On colore nos morceaux avec nos influences et elles sont larges.
Fred :
C'est très fidèle aux styles sur lesquels on surfe, Clément apporte un côté très "Folk" dans les morceaux, puis lorsqu'on met le morceau dans le mixeur de Ju, Arnaud et moi, on obtient SD. Arnaud est à l'origine de morceaux plus péchu ("Treason" par exemple) et plus Néo qui se marient à merveille avec les voix de Clément et Ju !
Clément :
Je ne sais pas si un métalleux pur et dur y trouvera son compte, mais s’il veut venir nous voir en live, on lui promet qu’il prendra quelques copeaux dans la tronche.

Un mot sur la mise en boîte de l'EP ?
Clément :
Une putain de galère ! (Rires) Non, franchement, on a failli finir comme les Tranxen, tant c’est dur de tomber d’accord sur le mix, le mastering, les choix artistiques musicaux et graphiques, l’ordre des morceaux, la SACEM ou pas la SACEM... Moooooon dieu quelle galère ! J’ai même failli arrêter d’écrire !
Julien :  Sacrée expérience... Très compliqué à mettre en place. Initialement nous aurions dû enregistrer en Avril... Ces trois jours nous ont finalement fait beaucoup grandir sur le plan musical. Certains morceaux se sont enregistrés très facilement, d'autres ont amené à pas mal de réflexion et de retouches de dernière minute. Mais je pense que tout cela valait totalement le coup.

J'ai lu que vous aviez été surpris par le rendu studio de certaines compos qui sonnaient différemment en live.
Clément :
Tu veux dire rapport aux pains qu’on a planqué avec des raccords MAO et de l’autotune ?
Arnaud : Pour ce qui est du rendu, dans les différentes étapes, on avait fait une démo voilà trois ou quatre ans... Elle était à la hauteur du budget engagé : pas élevée !  Donc on fait le choix du financement participatif. Cela nous a permis de franchir un cap dans la technique d'enregistrement et dans les conseils prodigués. Du coup, le son prend une nouvelle dimension. On a pu enregistrer des choeurs à plus de quatre voix, doubler des guitares... Tout cela n'est pas possible en "live". Ceci étant, on n'a pas non plus dénaturé ce que l'on est capables de faire sur scène.
Julien : Perso, j'ai été surpris par «Do we rise». J'adore les deux aspects de la chanson, mais la version studio prend une autre dimension, elle a un côté plus power pop à mes oreilles, là où, jusque là, en live, elle sonnait comme un bon gros son rock bien gras avec des relents de punk sur les chœurs

Une explication de texte sur l'artwork ? Il est en liaison avec votre titre "Treason" ?
Clément :
Oui en effet, et je tiens à remercier mon frère Julien qui nous a fait ce travail graphique exceptionnel. C’est l’image d’un monde qui part en couille, socialement et environnementalement parlant, tenu par une minorité sans foi ni loi, qui demande au petit peuple de bien fermer sa gueule et de consommer encore et toujours pour faire tourner la machine jusqu’à l’explosion.
Julien : J'ai aimé l'idée de voir un personnage central maléfique sur notre jaquette. J'aime les grands méchants, ce sont eux qui donnent leur sens à la quête des héros dans les histoires. Et comme je l'ai dit plus haut, j'aime Gorillaz, l’idée d'une représentation cartoon de l'univers du groupe me bottait donc beaucoup.

Sweet divergence artworkL'EP est-il disponible en digital et en CD ?
Clément :
En streaming partout, je crois qu’on peut l’acheter sur Amazon et Apple music au format numérique. Après on s’est bien sortis les doigts et on a fait un beau Digipack qui sera du plus bel effet dans la Cdthèque des vieux qui ont encore ce genre de trucs chez eux. C’était surtout pour récompenser nos Backers, mais en effet, techniquement il est possible d’acheter «Don’t buy this shit». Ironic Isn’t it ? Pour la version CD c’est auprès de nous directement, l’idée c’est simplement de financer les prochains passages en studio avec le produit des ventes, parce que ça fait ch**** mais sans argent pas de CD !
Arnaud : On a fait un financement participatif pour l'EP et on a fait le choix de proposer un "beau CD", pas un simple carton pour le protéger. On voulait faire un bel objet avec graphisme, paroles, photos, remerciements... On en est très satisfaits.


"Rejouer ensemble, composer et aller défendre notre EP sur scène."


IV.- L'AVENIR :

Quels sont les prochains objectifs de Sweet Divergence ?
Clément :
Écrire des morceaux ensemble pour revenir avec du neuf sur scène si un jour on en termine avec cette saleté de crise sanitaire (Et avoir du contenu pour le prochain EP... ou album, qui sait...). On voudrait bousculer l’ordre mondial aussi , mais sur ce point précis je suis encore en train d’étudier la question.
Arnaud : L'objectif majeur est de décoincer la "machine à compos". En fait, une espèce d'auto-pression s'est installée. On a trop d'exigence envers nous-mêmes et du coup, on ne creuse pas les idées qui arrivent. Mais tout ça est posé et va se décanter. Ce qui a complexifié le problème c'est la période actuelle : on sait travailler en répétition et pas à distance. L'effervescence de nos interactions "live" est la base des précédentes compos. On a du mal à s’adapter et à trouver un fonctionnement qui nous correspond. Donc, les prochains objectifs sont : rejouer ensemble, composer et aller "défendre" notre EP sur scène.
Julien : Oui, faire vivre l'EP en live ! Et composer de nouveaux titres !
Fred : On y travaille, même si la situation n'est tristement pas toujours propice aux groupes de musique... On se lance sur de nouvelles compos, et on va monter un nouveau set, pour proposer nos nouveaux mélanges en concert, puis peut-être un album ! De mon côté je n'ai qu'une hâte, c'est de repartir en répète et en concert, et aussi, essayer mon nouveau matos flambant neuf !

Merci Sweet Divergence de m'avoir répondu.
Clément :
Avec plaisir, merci de nous offrir cette opportunité.
Arnaud : Avec grand plaisir d'autant plus que les questions étaient pertinentes !
Julien : Merci de nous avoir questionné, c'est un exercice auquel on n'est pas encore habitués et c'est assez rigolo.
Fred : Merci à vous pour vos questions justes et pertinentes, c’est plutôt agréable de faire ce style d’exercice, c’est une première pour ma part !

 


LES LIENS :

https://www.sweetdivergence.rocks
https://www.facebook.com/SweetDivergenceBand
https://www.youtube.com/channel/UCvd5M61Z736xIMxFa_AnBgw/videos

Chronique d'album : KRAV BOCA (Rap Metal), Barrikade (2021)

  • Le 20/02/2021

Groupe : Krav Boca
Album : Barrikade (14/02/2021)
Genre : Rap Metal
Origine : Toulouse

Par Ahasverus

Krav boca toulouseKRAV BOCA sera en live depuis le skatepark d'Albi sur la page de Pollux Asso le 25/02/2021.

Le Groupe :

Krav Boca est un groupe dont les membres sont originaires de France, du Maroc et de Grèce.
Formé à Toulouse en 2014, il compte huit membres, dont trois chanteurs, un mandoliniste, un batteur, un bassiste, un guitariste, auxquels s'ajoute un performer lors des concerts.
Il cite pour influences aussi bien Beastie Boys, Bérurier Noir, Grip Inc, Rage Against The Machine que... Daniel Balavoine !
Il pratique un rap et un punk militants et emprunte également des influences méditérranéennes, recourant à des sonorités traditionnelles  (mandoline, tzouras).


Le nom «Krav Boca» fait référence au Krav Maga et au terme «boca» («bouche» en espagnol), soulignant ainsi l’importance des textes dans l’univers du groupe et son côté militant.
Plusieurs albums sont à l'actif de Krav Boca : “Sanatorium” (2015), “Canette à la Mer” (2017), “Marée Noire” (2019), et City Hackers (2020).

Krav boca 1L'album "City Hackers" (2020)
Il sollicite régulièrement en featuring des artistes de la scène rap/rock du bassin méditérranéen.
En 2021, Krav Boca revient avec un nouvel album :

"BARRIKADE"

L'Album :

Barrikade est un treize titres d'environ quarante-et-une minutes.

Son artwork est signé par l'illustrateur Arnaud S. Maniak.(http://maniak.sa.free.fr/)

Cover barrikade lp rectoBarrikade est disponible en téléchargement gratuit sur Bandcamp (lien in fine). Krav Boca précise dans un communiqué :
« A l’heure où certain(e)s risquent la prison pour avoir participé à une fête, et où les acteurs culturels sont jugés "inutiles" par le gouvernement, nous réaffirmons notre droit d’exister. (...) Depuis maintenant cinq ans de tournée, nous rencontrons des personnes exceptionnelles qui nous accueillent au-delà des frontières. Elles ne sont pas motivées par l’appât du gain mais par l’urgence de vivre. D’être libre. Sans elles, nous ne serions rien. Pour rendre hommage à toutes ces personnes de l’ombre, nous avons décidé d’offrir notre nouvel album Barrikade en téléchargement gratuit. »

"City Hackers" sorti au plus fort de la pandémie en 2020, avait de la même manière été mis à disposition gracieusement.

A propos du nouvel album, le groupe explique :
"Atypique et originale, notre formation instrumentale guitare-basse-batterie-mandoline développe une esthétique sonore inédite voyageant entre rap, punk et metal. "Barrikade" est un disque beaucoup plus punk et abrasif que les précédents, qui condense nos expériences, influences et rencontres ces dernières années (plus de trois-cent-cinquante concerts dans le monde entier). Il a été entièrement mixé et masterisé par l'ingénieur du son David Castel (ex- Psykup)."

Barrikade - Le Piste Par Piste (par Krav Boca) :

1.- Intro : Dans la composition de cet album, nous avons intégré un nouvel instrument, le tzouras, joué par notre ami grec A. Atak Tos, du groupe Ataxia. Il apparaît en filigrane tout au long du disque.

2.- Vertigo Ft. Sponty : Pour ce morceau, nous nous sommes connectés avec Sponty, figure montante du rap grec. Les textes reflètent nos réalités actuelles, de Thessalonique à Toulouse avec des samples d’émissions radio. Un contexte de pression policière de plus en plus forte, hanté par les restrictions des libertés.

3.- Fumigène : Un hommage à notre public qui depuis plusieurs années a pris l’habitude de craquer des fumigènes lors de nos concerts.

4.- Brasero : C’est le premier titre que nous avons composé pour l’album. Nous l’avons imaginé comme un morceau un peu plus électro, dans les sonorités et la construction.

5.- Barrikade Ft. Sara : Nous avons appelé ce morceau «Barrikade» car il représente parfaitement l’état d’esprit de l’album en compagnie de Sara, figure du rap militant d’Athènes.

6.- Ceinture Ft. Skalpel, HPS : Avec le rappeur du 93 Skalpel et le groupe HPS, nous avons détourné les différents sens du mot «ceinture» et ce qu’il évoque pour nous.

7.- Interlude

8.- Synora Ft. A Atak. Tos : Nous avons écrit ce morceau sur la route. Une ode au voyage qui retrace toutes nos rencontres en Italie, en Allemagne, au Maroc et en Grèce.

9.- Tercian : Ce morceau a été composé après le séjour d’un des membres du groupe en hôpital psychiatrique. Le traitement sous anti-dépresseur de type «Tercian» provoque de nombreux effets secondaires. En voici un petit extrait…

10.- Krav The Cops Ft. Call the Cops : Un morceau de pur punk avec le groupe Call The Cops de Bologne. Nous avons composé ce titre dans une ambiance western, en imaginant une scène de course-poursuite avec le shérif.

11.- Ultra Ft. Brigada Flores Magon : Cela faisait longtemps que nous voulions rendre hommage aux groupes Ultra dans le football. Dans l’état d’esprit, ils ont beaucoup de points communs avec notre façon d’aborder la musique alternative. Nous avons invité Mateo, chanteur et leader du mythique groupe parisien Brigada Flores Magon.

12.- L’État Assassine : Reprise de Rockin’ Squat du groupe Assassin. Nous l’avons mis au goût du jour en citant des victimes de bavures policières récentes. Un constat plus que jamais d’actualité…

13.- On Va Venir Te Chercher (OVVTC) : Un morceau aux sonorités actuelles «drill UK». Le tempo est ralenti. L’atmosphère est lourde et sombre. Notre sentiment sur cette fin d’année 2020.

Notre Avis :

Ca fait quelques bons albums d'affilée que propose Krav Boca, et on dresse désormais l'oreille à chaque nouvelle sortie. Car les Toulousains ont pris l'habitude de présenter des opus d'un sacré niveau sur lesquels ils invitent d'intéressants artistes méditérranéens qui partagent le trip.
"Barrikade" ne fait pas exception à la règle : un poil plus énervé que son prédécesseur - contexte oblige ! - il alterne rap ("Ceinture") et punk ("Brasero", "Fumigène", "Ultra"), mélangeant son flow vindicatif à la puissance métallique des guitares ("O.V.V.T.C.").
Loin d'avoir épuisé sa recette binaire punk/rap, il traîne à nouveau ses Sneakers sur les rives de la Méditerrannée ("Interlude") pour nous présenter des feat de qualité ("Barrikade, "Synora"), offrant à ses aficionados (il en compte bon nombre) un opus  en droite ligne de ses prédécesseurs.
Si vous avez aimé les tubesques "Chourave", "Kamtar" ou "Souterrain" des précédents albums, dites-vous bien que la fête continue. Krav Boca remet le courant, et vous ne serez pas déçus par cette nouvelle prod'. Et si vous ne connaissez pas encore leur univers insubordonné, c'est une nouvelle occasion pour les découvrir, puisqu'avec la démarche militante qui les caractérise ils proposent leur skeud en téléchargement libre.

Les Liens :

Chronique d'album : NaKhArA (Prog/Death), The Procession (2021)

  • Le 17/02/2021

Groupe : NaKhArA
Album : The Procession (07/02/2021)
Genre : Prog/Death
Origine : Rambouillet

Par Ahasverus


"The Procession" est à placer aux côtés des nouveaux Psykup et Loudblast, en se disant que le métal français est en forme et qu'il a de beaux jours devant lui.


Nakhara artwork


Le Groupe :

  • NaKhArA est le nouveau projet de Simon "Saïmon" Thevenet, l'un des fondateurs de Pitbull In The Nursery.
  • "NaKharA défend un métal frais, brut et franc brassant divers ingrédients empruntés aux classiques, tels que le Doom, le Black Metal ou le Tech Death", dit la bio. Il combine également des éléments progressifs et éthniques, n'hésitant pas à truffer son métal de sitar, de guitare classique ou d'accordéon.
  • A propos du nom du groupe, Simon explique :
    "Je cherchais un nom, mais tout était souvent déjà pris ou manquait d’originalité. Je suis donc parti sur le mot « Nacarat », une couleur entre le rouge et le orange. J'ai changé l’orthographe, pour le rendre plus abordable, en  « Nakara » et j'ai dû ajouter un "h" au milieu car le nom était déjà utilisé par un groupe de punk brésilien. Du coup, le final est « NaKhArA », qui est aussi une ville russe. Mais ça n’a aucun rapport avec celle-ci !"

L'Album :

  • "The Procession" est un huit titres d'un peu moins de trente-huit minutes.
  • Son artwork est signé Michal Piotr Wowczuk Augustynowicz (https://www.instagram.com/mwmotion/).
  • Guitare, basse, sitar, tous les instruments présents sur l'album, ainsi que le chant, sont tenus par Simon "Saïmon" Thevenet. "Il y a juste la drum que j’ai programmée car je n’ai pas le niveau", précise-t-il.
  • Djahal et Baloo apportent également leur contribution à l'opus. Simon explique : "Ce sont deux amis de longue dates qui jouent dans un groupe de rock nommé Dirty Species. Je leur avais demandé de poser sur une musique chacun (du moins un passage) en leur laissant carte blanche."
  • La sortie de l'album a été précédée par le clip "Commination" :

  • Enregistré au NaKharA Studio à Rambouillet (78) et masterisé au Dark Wizard Studio par François Ugarte, "The Procession" est une autoproduction.

Notre Avis :

Voici une sortie dont la faible couverture médiatique prouve que médiatisation et talent sont deux choses différentes, bien qu'il serait souhaitable que l'une accompagne l'autre.
Publié en toute discrétion, ce premier
NaKhArA propose un métal prog/death mêlé de sonorités orientales, extrême-orientales ou espagnoles (le côté flamenco de 7th "Sense - Creative Destruction"). Sombre, il laisse pourtant entrevoir le ciel, mais un soleil noir le baigne. Et si "The Procession" est incontestablement cohérent et homogène, il réussit à vous faire lever le sourcil, comme si votre chauffeur n'empruntait pas le chemin habituel pour rentrer à la maison. Au hasard d'une piste, un carousel à la Tim Burton se dévoile au son d'un accordéon qui n'était pas là avant ("All These Voices"). "The Procession"  maintient vos sens en éveil. Il réussit le tour de force de conjuguer diversité et unité à l'intérieur d'une galette à la maturité évidente. Considérons enfin l'étrange pochette. Elle vous plaît ? Elle reflète parfaitement l'album : moderne, inspiré, abouti, sombre, mystérieux et  éthnique, "The Procession" est à placer aux côtés des nouveaux Psykup et Loudblast, en se disant que le métal français est en forme et qu'il a de beaux jours devant lui.


"The Procession" piste par piste, expliqué par Simon "Saïmon" Thevenet :


Chaque piste défend un thème original, s’inscrivant résolument en rupture totale avec les poncifs du genre, partant d’un constat pessimiste sur l’état de notre monde (Commination), pour aller explorer les horreurs du génocide Rwandais (Grey Sky) en passant par les abîmes de la schizophrénie (All these Voices) et la peur viscérale des éléments (Submerged ).

  1. Commination : c’est plutôt le constat d’échec de l’évolution de l’humanité et la manifestation naturelle ou sociétale d’une communauté qui dégénère.
  2. The Procession : une sorte de métaphore du passage de la vie vers la mort en imaginant un individu contemplant une sorte de cortège funeste passant par son chemin.
  3. Until The End : raconte que la tune prévaudra tristement jusqu’à la fin malgré le fait que plein de gens défendent d’autres valeurs.
  4. All These Voices : la schizophrénie à travers un personnage qui raconte ses voix.
  5. 7th sense - Creative Destruction :  met en gloire Shiva, le dieu de la destruction créatrice.
  6. Grey Sky : aborde le génocide rwandais.
  7. No Justice No Peace : traite des injustices en fonction que l’on soit riches ou pauvres.
  8. Submerged : l’histoire d’un gardien de phare en pleine tempête.

Les Liens :

 

L'actualité de la semaine 7/21

  • Le 17/02/2021

BIRTHDAY PARTY

A l'occasion des un an (à la louche) de son album "Sisyphus", le groupe de rock 7 WEEKS a donné un concert "live stream"  depuis le centre culturel Yves Furet de La Souterraine ce mardi 16/02/2021 à 19 heures.
"Nous jouerons plusieurs titres dans les conditions du direct live afin de recréer un peu d'urgence pendant cette période d'attente", avait annoncé le groupe.

7 weeks(photographie © Ardonau)

Le concert, impeccablement filmé, d'une durée d'environ trente six minutes est à suivre ici (reportez-vous directement à la cinquième minute de la vidéo) :

https://www.facebook.com/watch/live/?v=700802017275342&ref=watch_permalink


CARNET DE VOYAGE

La Francilienne Gaëlle Buswel a dévoilé hier, 19/02/2021 la pochette de son quatrième album, "Your Journey".

Gaelle buswellElle est signée Guillaume Malheiro pour la photo, Guillaume Saix pour le graphisme.
"Your Journey" sortira le 26/03/2021. Il succède à "New Day's Waiting", sorti en 2017.

Gaëlle Buswel, "So Blue", extrait de l'album "New Day's Waiting".
Il s'agira d'un double album avec six bonus enregistrés à Londres aux studios Abbey Road.
Réservez votre voyage ici :
https://gaellebuswel.lnk.to/YourJourney


PESTIFER - LE DOC

Le groupe de death metal belge Pestifer a mis en ligne le 19/02/2021 le documentaire "Expanding The Virus".

Long d'environ dix-sept minutes, rythmé par les explications de Phil Gustin (batterie) et Jérôme Bernard (chant), il tourne essentiellement autour du dernier album du groupe, son processus de composition, ses conditions d'enregistrement et de distribution ainsi que l'accueil qu'il reçut.

Pestifer expanding oblivion"Expanding Oblivion" sortait en mars 2020, au tout début du confinement, chez l'excellent label de métal extrême XENOKORP , privant le groupe d'une release-party sans cesse reportée.

A noter que Xenokorp profite de l'occasion pour vous proposer durant tout le week-end une remise de 20% sur tous le merch Pestifer.

https://www.xenokorp.com/product.../artists/pestifer/...


NAWATHER ARRIVE

Avec CARTHAGODS, MYRATH et Cartagena, ils font partie de l'armada capable de porter la voix du métal tunisien à l'international : Nawather rendra public "Kenz Illusion", son deuxième album, le 27/02/2021.

Nawather

Enregistré par Hichem Ben Amara aux Hawala Studios deTunisia, "Kenz Illusion" a été mixé et masterisé par Fredrik Nordstrom (Dream Evil) au Studio Fredman (Suède).

Le sextet, qui mélange métal et musique orientale, utilisant des instruments de percussion à cordes et arabes, avait dévoilé "Falleg", un premier clip, le 27/01/2021.


CUM ON FEEL THE NOIZE

Le quatuor toulousain BRUIT ≤ (Clément Libes, Basse, violon / Théophile Antolinos, Guitare / Julien Aoufi, Batterie / Luc Blanchot, Violoncelle), s'était fait remarquer en 2018 en sortant "Monolith", leur premier EP de postrock instrumental , dans une très jolie version vinyle de style "Lava Lake", aujourd'hui épuisée.

Bruit monolithBRUIT ≤, "Monolith" version vinyle "Lava Lake"

C'est cette fois par la longueur du titre de son futur album que BRUIT ≤ recommence à se faire remarquer : il s'intitulera "The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again".

Bruit(Photographie : © BOBBY & Mehdi Thiriot)

L'opus comprendra quatre compositions instrumentales post-rock teintées d'éléments électroniques et d'arrangements classiques. Il s'agira d'un conte philosophique mettant en scène une humanité dans sa chute et sa renaissance.

"Ce premier album est une parenthèse musicale et poétique, explique BRUIT ≤, où chaque instant est une introduction à l’instant suivant. L’auditeur ne peut que très rarement se raccrocher à un thème ou une voix, il se laisse alors immerger dans des atmosphères impalpables permettant à l’imaginaire de créer les contours d’une histoire dont lui seul est le maître…"

Sortie attendue le 02/04/2021.

BRUIT ≤, live en 2018.


CROWDFUNDING DE PHOEBUS THE KNIGHT : DERNIERS JOURS

Derniers jours pour le financement participatif de Phoebus The Knight, initialement un projet de cover (Nightwish, Epica, Within Temptation) devenu une ambitieuse aventure conceptuelle de métal symphonique épique au coeur de la révolution française.

PhoebusL'album, dont la date de sortie n'est pas encore annoncée, a pour nom "Ferrum Fero Ferro Feror" ("Je porte le fer, le fer me porte" - devise de la famille De Montalembert). Il est accompagné notamment des illustrations de Mohamed Aouamri, dessinateur ayant contribué au magazine Pilote et à la BD "L'Or Des Fous" de Bernard Lavilliers.

Un clip de Phoebus est en préparation.

Le crowdfunding et ses contreparties sont accessibles sur ce lien :

https://fr.ulule.com/-ferrum-fero-ferro-feror-new.../...


WELCOME TO THE CLUB

Très actifs depuis le début de l'année, les Princesses Leya ont présenté un nouveau single de leur album "L'Histoire Sans Fond" qui sera disponible le 12/03/2021.

"The 27 Club" est un hommage au "Club des 27", assemblée virtuelle de musiciens de la scène rock (Cobain, Hendrix, Joplin, Morrison, Winehouse et Brian Jones pour ne citer que les plus emblématiques) qui ont le triste point commun d'être décédés à l'âge de vingt-sept ans.

Le groupe de métal parodique en profite pour passer un message :

"La drogue c'est mal n'en prenez pas /Sauf si vraiment y a pas le choix."

Rappelons que les Princesses seront également à La Maroquinerie (Paris XXème) les 12 et 13/06/2021 pour deux représentations dont le concept sera le suivant :

"Grand Amateur de pop acidulée et de chemises Interflora, Schoumsky a un rêve : gagner l’Eurovision ! Mais dans son entourage personne ne veut l’aider à part Dedo, «Le prince des ténèbres». Sauf que celui-ci pose une condition : l’Eurovision oui, mais en faisant du Heavy Metal !"

Princesses leya groupePhotographie © Laura Gilli

Les réservations pour les deux spectacles sont ouvertes :

https://www.weezevent.com/princessesleya-maro


ODC : NOUVEAU LINE-UP

Le groupe parisien ODC qui nous avait convaincu avec l'excellent EP "Ending The Boredom" (2019) a présenté son nouveau line-up.

Odc line up

Autour de la chanteuse Célia Do au centre on trouve désormais de gauche à droite sur cette photographie signée Emeric Gallego : Raphaël Neveu (guitare), Sonny Bellonie (basse) et Robin Cabaret (batterie).


LE PLEIN D'OCTANE

Mixage terminé pour "The Life I Choose", le nouvel album du groupe de Laval Octane. Il sortira le 02/04/2021 chez M & O Music.

Octane album

Il succède à "C8 H18", sept titres livré en 2018, dont est extrait le clip "Bullshit".


Nos chroniques de la semaine :

Cinq titres qui déboitent et un EP si pro qu'on en oublierait presque qu'il s'agit d'un petit format.

"The Procession" est à placer aux côtés des nouveaux Psykup et Loudblast, en se disant que le métal français est en forme et qu'il a de beaux jours devant lui.

Si un premier EP est une carte de visite qui laisse entrevoir l'univers d'un groupe avec plus ou moins de réussite ou de maladresse, c'est indéniablement du côté de la réussite que se place In Excexx.

Si vous avez aimé les tubesques "Chourave", "Kamtar" ou "Souterrain" des précédents albums, dites-vous bien que la fête continue. Krav Boca remet le courant, et vous ne serez pas déçus par cette nouvelle prod'.


Nos interviews de la semaine :

Exanimis : Le maître des marionnettes (interview)

"Sur des projets passés il y avait toujours un inconfort à l'écoute de l'album qui m'obligeait à justifier les imperfections comme «alors oui, mais tu verras le mix n'est pas dingue» ou «oui mais on  a du faire vite...». Il était absolument hors de question de réitérer cette erreur avec Exanimis."

Exanimis : Le maître des marionnettes (interview)

  • Le 16/02/2021

Exanimis. Formation du grand-est qui doit autant à la scène death et au prog' qu'aux musiques de films.
En attendant de découvrir "Marionnettiste", un premier album très ambitieux qui sortira en mars 2021, nous vous proposons de faire un peu mieux connaissance avec ses géniteurs, Alexandre Dervieux (chant, guitare), Julien Marzano (Guitare) et Julien Prost (Basse), au travers de cette interview.

Groupe 1


"Nous souhaitons que les gens nous découvrent avec le concept le plus abouti possible, et laisser derrière nous un album qu'on pourra ré-écouter dans quelques années et en être toujours fiers."


Bonjour Exanimis. Ce nom vient du latin. Qu'est-ce qui vous a intéressé dans sa représentation ?
Alexandre (chant / guitare) :
Bonjour Ahasverus et merci de nous consacrer cette petite interview ! Notre nom vient en effet du latin et signifie littéralement "sans vie"... Le but était de trouver un nom qui incarne l'idée d'un être dépourvu de vie ou d'âme, comme peuvent l'être les marionnettes (ce qui rejoint le concept de l'album) et comme le sont les personnages que nous incarnons dans notre premier clip ainsi que lors de nos futurs concerts.

Logo exanimis texture

Le 05/03/2021 sortira "Marionnettiste", votre premier album. Quel public peut-il toucher ?
Alexandre : La plupart des fans de Death Metal ou de musiques extrêmes en général peuvent y trouver leur compte. Bien évidemment, notre musique parlera d'avantage aux fans de groupes comme Fleshgod Apocalypse ou SepticFlesh. Elle pourrait également intéresser les amateurs de musique progressive.
Julien P (Basse) : Je dirais, globalement, les fans de musiques extrêmes, musiques de films et jeux vidéos. Mais il ne faut pas oublier que nous venons du prog et c'est quelque chose qui, je pense, se ressent aussi dans notre musique.

"Notre influence cinématographique vient des films avec lesquels nous avons grandi."


Vous êtes issus de la Music Academy International de Nancy, qui laisse dans son enseignement musical beaucoup d'espace  au cinéma. L'influence de cet établissement a-t-elle été prépondérante sur l'univers d'Exanimis  ?
Julien P :
Sincèrement je ne pense pas, en ce qui me concerne tout du moins. Dans le cursus que nous avons suivi il était surtout question de musiques actuelles ; la musique de film au sens où on l'entend n'y était pas enseignée, ce qui ne nous a pas empêché d'étudier les partitions de compositeurs célèbres comme Elfman ou Shore, qui sont des sources d'inspiration quasiment illimitées. Mes influences dans ce domaine viennent surtout des films, dessins animés et jeux vidéos qui m'ont énormément marqué.
Alexandre : Étant tous les trois sortis diplomés du cursus "musiques actuelles" de l'école, nous n'avons pas eu la chance d'assister aux cours réservés au cursus "musique de film/musique à l'image". Notre influence cinématographique vient plus des films avec lesquels nous avons grandi, les BO de John Williams, Danny Elfman ou Howard Shore.
Julien M (Guitare) : La MAI nous a surtout apporté les clés pour comprendre l'harmonie et nous a inculqué une rigueur technique pour composer et jouer notre musique.

exanimis

Les compositions sont d'une grande richesse, j'ai d'ailleurs imaginé qu'elles étaient le fruit d'un travail collectif et que leur squelette s'était  étoffé avec  le temps. Pouvez-vous revenir sur  votre processus de création ?

Alexandre : Nos morceaux partent en général d'une idée, d'un concept ou d'une histoire à illustrer. Julien Prost et moi-même nous partageons ensuite la majeure partie de la composition, en commençant toujours par la section Metal (Guitare/Basse/Batterie), puis l'arrangement orchestral vient se greffer dessus, même si avec le temps et l'expérience, les deux sections finissent par progresser de concert pendant le processus d'écriture. Vient pour finir l'écriture des paroles et des lignes de chant.
Julien P : Effectivement c'est un travail partagé, Alexandre et moi avons une manière très différente de travailler mais finalement on se complète . Il préfère partir d'un thème, d'une ambiance ou d'un concept alors que moi je préfère démarrer sur quelque chose de plus concret comme par exemple un riff de guitare, une mélodie ou un gimmick orchestral. Une fois que j'ai une vision globale de ce que je veux, j'y associe un concept.

"Les morceaux s'enchaînent comme une série de visions cauchemardesques."


Un mot justement sur le concept de l'album et sur votre état d'esprit lors de son écriture ?
Alexandre : Le concept global de l'album est l'idée de manipulation, de se faire contrôler par quelque chose de plus grand/puissant que soi, telles des marionnettes ! L'idée est que les morceaux s'enchaînent comme une série de visions cauchemardesques où l'on suit des personnages subissant cette idée. 
Dans "Cogs, Gears & Clockworks" par exemple, c'est le temps qui passe, incarnant la mort qui nous guette à chaque instant, et la peur manipulatrice que cela peut entraîner, qui sont mis à l'honneur. 
 
"Cogs, Gears & Clockworks", le clip, est un vrai mini-métrage autour d'une comptine macabre...
Alexandre : C'était exactement l'idée que nous avions en tête pour notre premier clip ! Nous sommes vraiment très fiers du résultat et du travail qu'ont accompli Tom Capron (le réalisateur) et son équipe. Nous n'avons eu pour l'instant que des retours extrêmement positifs, ce qui n'était pas forcément gagné avec un clip de plus de neuf minutes... 


Le sablier de "Cogs, Gears & Clockworks" a tourné aussi pour vous : "Marionnettiste" représente cinq ans de votre vie !
Alexandre :
Et oui, déjà... C'était sûrement le temps nécessaire pour trouver la ligne directrice du groupe et recruter/rencontrer toutes les personnes qui ont contribué au projet !
Julien P : Cinq ans déjà... J'ai l'impression que c'était hier. Le fait est que trouver le bon équilibre et les bonnes personnes ne fut pas un long fleuve tranquille. Il y a eu quelques périodes d'intenses réflexions, ce qui n'a rien arrangé ! (Rires)  Aujourd'hui nous avons trouvé notre vitesse de croisière et nous sommes très motivés.


"Sur des projets passés il y avait toujours un inconfort à l'écoute de l'album qui m'obligeait à justifier les imperfections comme «alors oui, mais tu verras le mix n'est pas dingue» ou «oui mais on  a du faire vite...». Il était absolument hors de question de réitérer cette erreur avec Exanimis."


L'artwork et les illustrations du livret sont de Loïc Muzy. Quelles orientations lui avez-vous donné ?
Julien P :
Honnêtement pas grand chose, nous lui avons juste fait écouter l'album avec une petite liste de mots clefs pour chaque titre et...c'est tout. Ensuite chaque illustration a été un one shot qui était en parfaite adéquation avec les thématiques des morceaux. Très sincèrement je ne pense pas que d'autres illustrations auraient pu fonctionner aussi bien. On le remercie  mille fois pour le travail accompli.
Alexandre :
Etant plus qu'à l'aise dans le domaine de l'horrifique et du surnaturel, il nous a soumis l'idée de lui donner juste des mots clés pour chaque morceau à illustrer, son imagination faisant le reste !

Pochette 1

Vingt mille euros c'est un budget extrêmement ambitieux pour un  premier opus. Il était impératif de ne renoncer à rien ?
Julien M :
C'est exact ! Nous n'avons fait aucun compromis sur la qualité du mixage et du mastering, ni pour les photos, les costumes ou notre premier clip... Même si toutes ces dépenses ont été réparties sur des années, cela représente un sacré coût... Nous souhaitons que les gens nous découvrent avec le concept le plus abouti possible, et laisser derrière nous un album qu'on pourra ré-écouter dans quelques années et en être toujours fiers.
Julien P :
Sur des projets passés il y avait toujours un inconfort à l'écoute de l'album qui m'obligeait à justifier les imperfections comme "alors oui, mais tu verras le mix n'est pas dingue" ou "oui mais on  a du faire vite...". Il était absolument hors de question de réitérer cette erreur avec Exanimis. Ce que je voulais avec ce projet c'était pouvoir faire écouter un album abouti dont je serais fier sans devoir lire la déclaration des droits de l'Homme avant  ! (Rires) C'est pour cela que rien n'a été laissé au hasard.

exanimis2Un mot sur la place des voix dans l'album : outre le chant death et un chant clair, on compte trois narrateurs et un travail quasi-lyrique des chœurs .
Alexandre : Vous l'aurez peut être remarqué, nous sommes très influencés par Opeth pour l'écriture et le traitement des lignes de chant principales. Je pense que les éléments narratifs viennent en grande partie de la scène "Prog" qui nous inspire énormément et qui est très marquée par ce côté "cinématique" ! Quant aux chœurs, le travail d'Elfman ainsi que les BO orchestrales de jeux-vidéos y sont sûrement pour quelque chose.

"Dans nos lives nous voulons aussi intégrer une certaine mise en scène inspirée du théâtre."


Vous transposerez Exanimis sur scène. A quoi faudra-t-il s'attendre ?
Julien M : 
Alors déjà, nous, avec nos costumes et nos masques sur scène, on s'attend à avoir très chaud ! (Rires)
Nous espérons mettre en avant le côté théâtral autant que possible, et faire ressortir toutes les ambiances que présente notre musique à travers les personnages que nous incarnons. Ca sera donc parfois violent, mélancolique, épique, effrayant, fou... On a vraiment hâte de défendre Marionnettiste sur scène, maintenant !
Julien P : L'idée derrière ça est que nous voulons que les personnes qui viendront nous voir sur scène, n'assistent pas simplement à un concert mais  à un vrai spectacle. Dans nos lives nous voulons aussi intégrer une certaine mise en scène inspirée du théâtre.
exanimis3Merci  Exanimis de m'avoir accordé cet entretien.
Merci à vous et à bientôt.

Chronique d'album : AS A NEW REVOLT (Rap Metal), Fares (2021)

  • Le 15/02/2021

Groupe : AS A NEW REVOLT
Album : Fares (EP - 29/01/2021)
Genre : Rap Metal
Origine : Grenoble

Par Ahasverus

Le Groupe :

As A New Revolt est un duo de rap métal originaire de Grenoble.
Il est formé par Manu Barrero (chant sampler, sound system) et Julien Lhuillier (batterie).

As a new revolt groupeAS A NEW REVOLT - Photographie © Sofiane Houir Alami
Le groupe sort un EP éponyme en 2015, suivi par un autre EP, "Speechless", en 2016. Son premier album, "TxRx", est présenté en 2018.
A 2020, As A New Revolt revient avec un nouvel EP :

"F A R E S"

As a new revolt artwork

L'Album :

"Fares" est un cinq titres d'une durée de vingt-et-une minutes.
A propos de son titre, le groupe explique :
"Une de nos connaissances s’appelle Fares. C’est une personne aux multiples facettes qu’on croisait souvent lors de l’enregistrement du disque. Et on trouvait que le nom sonnait bien, alors on a donné ce nom à notre album." (http://www.loudtv.net)
Son artwork est signé Pascale Cholette.Le duo raconte à https://lust4live.fr :
"Cette photo est comme une synthèse visuelle de ce disque. Ce visage se faisant prendre, comme si on essayait de lui couper les sens, d’empêcher toutes ses expressions, cette personne sur cette photo : c’est simplement chacun d’entre nous."
L'EP est illustré en décembre 2020 par le clip "Kanuni", le Kanun étant un code coutimier médiéval auquel se réfèrent encore certains clans des territoires albanais du nord. Il prescrit les pratiques de la vie quotidienne, dont celles qui régissent... la vendetta !

Les Critiques :

  • "Vache ! ça fait du bien par où ça passe."
    http://satanowesusmoney.blogspot.com
  • "un EP surprenant mais vraiment intelligemment conçu."
    http://www.emaginarock.fr
  • "Vingt-et-une minutes qui vont te choper la tête et te remuer le cerveau."
    https://www.soilchronicles.fr
  • "Rien de moins qu’une petite bombe."
    https://lust4live.fr
  • "L’énergie développée est telle qu’on ne peut qu’approuver."
    http://metal-eyes.com/as-a-new-revolt-fares
  • "Une des valeurs sûres de la musique amplifiée, avec un mélange détonnant de musique traditionnelle, de rap et de rock !"
    https://allrock.fr


Notre Avis :

Voici cinq titres qui déboitent et un EP si pro qu'on en oublierait presque qu'il s'agit d'un petit format. Servi par un son précis comme un coup de faux, As A New Revolt saupoudre "Fares" de soupçons de musique éthnique qui particularisent son crédo. Côté musicalité, on est loin du service minimum. L'opus conjugue puissance et énergie avec un certain souci du détail et des arrangements. Vindicatif, carré des quatre côtés, "Fares" est une oeuvre subtile de haut niveau, dans laquelle il est impossible de ne pas trouver son compte. Un rap métal irréprochable et crédible, un EP totalement recommandable.

Les Liens :

https://asanewrevolt.com/
https://www.facebook.com/asanewrevolt
https://www.instagram.com/stories/asanewrevolt/

Back to the roots : SEYMINHOL II, Nothern Recital (2002) - L'album, son accueil, sa place

  • Le 10/02/2021

Dans une première partie d'interview, Seyminhol nous expliquait le contexte de la réalisation de l'album "Nothern Recital" (2002). Dans cette suite, le groupe d'Algrange s'attache à l'album proprement dit et à son impact.

Seyminhol meilleur def


"Un volume sonore à ressusciter les Guerriers du Valhalla..."


Passionné d'histoire, Kevin s'est intéressé à l'expansion et à l'évangélisation du futur empire franc. Parce que c'est une thématique qui colle bien au Metal ?
Julien (batterie) :
La thématique des Vikings et de la guerre païens/chrétiens colle bien au métal. Kevin est aussi croyant et c'est sans doute tout cela qui l'a fait écrire sur ce sujet.
Nico (guitares, claviers) : Je pense surtout que cette thématique lui a toujours été propre. Je l'ai toujours entendu disserter de la civilisation Scandinave, de l'amalgame «sanguinaire» souvent propagé à tort à propos d'une culture avant tout marchande. Sa culture a fait le reste, surtout que, comme je le disais précédemment, peu de groupes mélangeaient à cette époque l'histoire (la culture) et la musique.

Kevin fait les textes, Nico la musique. Lequel s'adaptait à l'autre ?
Julien :
C'était vraiment un travail d'équipe. Kevin donnait le thème général et le contexte pour que Nico puisse commencer à composer. On affinait ensemble une fois les textes terminés.
Nico : Tout à fait. Kévin posait les bases écrites en détaillant le concept :  temps forts,  calmes, narrations... et je composais en conséquence. Ensuite tout était décortiqué et retravaillé en répétition, de façon à ce que chacun apporte sa contribution et surtout son avis.

Vous utilisez des instruments particuliers pour renforcer le côté "nordique" de cet opus...
Nico :
Pas mal d'instruments ont été martyrisés durant cet album (mais encore plus sur le suivant), des percussions, des instruments à cordes médiévaux...
Julien : Et nous avons fait jouer deux cornemuses sur certains titres. Un meilleur souvenir pour nous que pour l'ingé son…
Nico :  C'est clair ! Un volume sonore à ressusciter les Guerriers du Valhalla...

Instruments medievauxPhoto d'archive fournie par Seyminhol

Le perfectionnisme dont est empreint Nothern Recital (cf. les bruitages ou le livret avec l'histoire en Anglais et en Français...) deviendra une marque de fabrique de Seyminhol. Le mieux n'est-il pas l'ennemi du bien ?
Kévin (chant) :
Non, il fallait montrer qu'un groupe français pouvait se hisser au niveau des grosses productions européennes et était en mesure d'aller taquiner les Allemands, les Italiens et les groupes anglo-saxons sur ce style. Nous voulions être estampillés groupe historique qui fait du travail sérieux. Et pour ça des cartes, une histoire, des faits explicités nous paraissaient essentiels.

Greg carte2 copieLa carte de Nothern Recital.
Julien : Tout ceci faisait intégralement partie du processus de création. Nous voulions aller au bout de notre idée. Le seul coté négatif était le coût d'un tel objet. Tant pour la création que pour l'impression.
Nico :  Par la suite, on a suscité une réelle attente, musicale, mais également artistique. Celle-ci nous a mené au superbe Digipack proposé sur «Septentrion's Walk».

L'artwork est réalisé sur vos indications ?
Kévin :
Bien entendu. C'est Greg Lé, un ami graphiste, qui réalisait toutes nos pochettes de l'époque. Il avait lui aussi cet amour de l'heroic fantasy, des films épiques comme Conan le Barbare, Braveheart ou le Seigneur des Anneaux (nous étions en plein dedans) et il a largement contribué à façonner l'imagerie du groupe. Nous avions des backdrops dessinés par lui sur scène, des boucliers vikings en décoration près des amplis et un style bien adapté à notre musique. Nous ne laissions vraiment rien au hasard.
Julien : C'est surtout Kevin qui a veillé à ce que tout colle bien aux légendes Nordiques. Pour le rendu général nous sommes vite tombés d'accord tant le travail de Greg était bon.


"Il y a une fougue, une envie et beaucoup de potentiel d'une manière générale sur cet opus."


Quelles sont les qualités et quels sont les défauts de Nordic Tales ?
Kévin :
A mon sens, il y a très peu de défauts sur ce disque, excepté peut-être le son. Il y a une différence entre les deux premiers chapitres et la dernière partie issue de "Nordic Tales". Cela est dû au style des différents guitaristes qui ont interprétés les titres et aux orchestrations plus poussées lors de la composition des nouvelles parties de "Northern".
Julien :  Difficile d'être objectif… mais je pense qu'une des qualités est l'ambiance générale, on peut vraiment s'immerger dans l'album. La production aurait mérité plus de moyens pour être aux standards internationaux de l'époque, bien qu'il s'agisse d'un sacré tour de main pour un si petit studio !
Kévin : Pourtant il y a une fougue, une envie et beaucoup de potentiel d'une manière générale sur cet opus. Mon chant est très différent de tout ce que j'avais pu faire par le passé. Je fais des chœurs, des narrations et j'utilise vraiment pour la première fois toute la tessiture de ma voix.
D'un point de vue de l'histoire également, on est vraiment sur un concept très novateur. Ce sera la marque de fabrique de Seyminhol.
Nico : Peu de défauts, c'est un album frais, original avec de superbes moments. Effectivement, le son aurait pu être meilleur avec un budget bien plus conséquent...


"Je croyais dur comme fer que cette fois-ci c'était la bonne."


Il vous permet d'ouvrir pour Royal Hunt, Blaze Bailey, Virgin Steel, Clawfinger... Seyminhol entre dans une nouvelle dimension ?
Kévin :
Mon rêve devenait réalité. On côtoyait certains de nos groupes favoris, les gros magazines et les fans étaient au rendez-vous et très nombreux à nous suivre. On participait à des festivals et des contacts sérieux nous laissaient présager le meilleur pour la suite. Je croyais dur comme fer que cette fois-ci c'était la bonne et que nous allions y arriver.  Pourtant, des arnaques, des promesses non tenues (contrat avec NTS qui n'a pas abouti et qui aurait permis au groupe d'être mieux diffusé en Europe) et un manque d'argent ont contribué à nous faire redescendre rapidement de notre nuage. Le retour à la réalité a été très difficile.  Ce qui explique la durée de réalisation entre "Northern Recital" et "Septentrion's Walk", là où nous aurions dû sortir un nouvel album dans la foulée pour profiter des exceptionnels retours reçus sur "Northern".
Julien : Toutes ces opportunités nous ont appris énormément. On se «professionnalise» en jouant sur de belles scènes. C'est ici qu'on voit la limite de notre label. Nous avons dû le plus souvent trouver les dates nous mêmes grâce à un réseau local.
Nico :  On voit nos tronches dans des mag nationaux, voire internationaux, sur des samplers, dans la rubrique des meilleurs espoirs. Là tu te dis vraiment que tu as bossé dur pour quelque chose.

Quel était l'accueil critique de l'album ?
Kévin :
Colossal dans de nombreux pays européens. Certains magazines pensaient que nous étions signés par un gros label et que nous vivions de notre musique. Or, nous étions tous étudiants, salariés ou en passe de le devenir. Des discussions avec des groupes étrangers ont aussi contribué à nous ouvrir les yeux sur le monde du business et de la musique. Certains groupes que nous pensions pro ne gagnaient pas assez d'argent pour vivre. Ils étaient obligés de donner des cours de musique, de travailler à côté dans des bars ou sur des projets qui étaient à des années lumières de leur quotidien musical. Bref, il y a peu d'élus et encore moins lorsque l'on est français. Mais en 2002-2005, il y a avait malgré tout encore des possibilités et de l'espoir.
Julien : A l'époque l'essentiel se faisait dans la presse papier, et c'était dingue de voir l'album dans des magazines internationaux.
Nico :  Si on compare à l'époque actuelle, on peut vraiment se dire que l'album a bien circulé et voyagé (et surtout sans mettre la main à la poche, chose ultra courante aujourd'hui...). Hormis les quelques défauts de «jeunesse» les médias ont reconnu cette originalité et ce mélange heureux entre histoire et musique.


"Après cet album, notre vision de la musique a complètement changé."


Quid de l'accueil public ? On dit qu'il s'écoulera à plus de 12500 exemplaires mais que vous abandonnez les droits pour la Russie pour un cachet de... cinq cents dollars !
Kévin :
Le public était présent à tous nos concerts. Je me souviens de soirées mémorables, avec des séances d'autographes à n'en plus finir. Des séances photos, des demandes d'interviews en rafale. Bref… Une autre époque.  Pour les arnaques dont je parlais, le plan avec un label russe a été la cerise sur le gâteau. On a cédé nos droits pour cinq cents dollars, en effet, et l'album s'est écoulé dans les Pays Baltes, en Russie et jusqu'en Finlande, à plus de 12500 exemplaires. Une anecdote réelle à ce sujet m'a été comptée par notre ancien guitariste, Éric, qui n'était plus dans le groupe en 2003. Il travaillait pour Goodyear au Luxembourg et se trouvait régulièrement en déplacement en Europe dans le cadre de ses activités. Un jour, alors qu'il travaillait en Finlande, autant dire dans le trou ….. du monde, il s'est trouvé dans un bar dont le jukebox passait notre album. Un pur délire…
Julien : Les gens étaient très enthousiastes aux concerts. Pour le reste, à l'époque, j'étais une jeune recrue et je ne m'occupais pas de cela.
Nico : On a conclu ce deal afin de propager au maximum notre musique, afin de pouvoir plaire à un label étranger. L'argent de nous semblait pas (à l'époque) si dérisoire que ça. En fait , le souci est que l'on ne savait pas avec exactitude combien de CDs se vendraient en Russie. On était loin de la vérité.

"Nothern Recital" me semble la pierre angulaire de la carrière de Seyminhol. Il orientera toute la suite de son parcours. Et pour vous, quelle est sa place dans la carrière de Seyminhol ?
Kévin :
Sa place est fondamentale dans l'histoire de Seyminhol. Il nous a fait grandir musicalement et, après cet album, notre vision de la musique a complètement changé. C'est l'album dont je suis le plus fier avec "The Wayward Son" paru en 2015.  Deux disques épiques, très symphoniques, avec une histoire forte. J'en suis fier parce qu'ils sont très originaux et un peu expérimentaux finalement dans leur forme. "Ophelians fields" est aussi un très bon album mais il est plus progressif, plus difficile d'accès. Susceptible de diviser.
Julien : Cet album est très important dans ma vie de musicien. C'est mon premier enregistrement, mes premières vraies scènes. Dans la carrière du groupe il marquera le passage du heavy metal au metal symphonique.
Chris (basse) : Tout à fait : la naissance du «nouveau» Seyminhol.
Nico :  A titre personnel, c'est l'album qui m'a permis de prendre conscience que j'étais capable de composer un album complet et varié et d'y mettre mes tripes.


"Je ne sais pas s'il y aura un jour un nouvel album. Est-ce d'ailleurs attendu ? "


Conseilleriez-vous cet album pour découvrir l'univers de Seyminhol ?
Chris : 
Comme bande son d'une série à succès sur les Vikings par exemple...
Kévin : Absolument, bien que je conseillerais davantage "The Wayward Son" parce qu'il est plus homogène, plus abouti, et qu'il réunit tout ce que nous savons faire de plus dramatique dans le symphonique. "Wayward" est plus gothique, symphonique, là ou "Northern Recital" incarne le power metal epique fortement empreint de rythmiques heavy metal traditionnelles.
Pour moi "The Wayward Son" est plus moderne, alors que " Northern Recital " est à la fois moderne pour son époque et pleinement enraciné dans une tradition inspirée par la NWOBHM. Le travail énorme fait sur les orchestrations et l'ajout de synthétiseurs ont donné à "Northern Recital" les caractéristiques d'un album novateur, par rapport au heavy traditionnel, mais il reste malgré tout ancré dans un style déjà pratiqué par Manowar ou Virgin Steele à la fin des eighties.
Julien : J'adore cet album mais je conseillerais peut-être le suivant, "Septentrion's Walk". La production  est meilleure et l'album plus homogène grâce à un line-up stable.
Nico :  Pour découvrir notre univers tout à fait. Après, je rejoins Kévin quant à la maturité et l'homogénéité de «The Wayward Son», album produit à 100% par le groupe contre vents et marées...

Seyminhol waywardSeyminhol, "The Wayward Son" (2015)

Seyminhol a mis un terme à sa carrière l'année dernière. Que faites-vous maintenant ?
Kévin :
Personnellement, je ne fais plus grand chose. J'ai un projet en sommeil avec Symakya mais il sera difficile d'enregistrer cet album rapidement bien qu'il soit terminé (concept et compositions). J'ai arrêté Seyminhol par manque de temps mais aussi par lassitude. Je ne me reconnais plus dans la société actuelle. Elle est éphémère, inintéressante, quasi millénariste. Et donc je n'accroche pas non plus à la scène musicale émergeante. Il n'y a plus de groupes capables de me faire vibrer. J'écoute donc d'autres styles de musique. Pour Seyminhol, je ne sais pas. Je ne souhaite plus faire de concerts et Nico aime la scène, donc c'est très compliqué. Un véritable dilemme. Je ne sais pas s'il y aura un jour un nouvel album. Est-ce d'ailleurs attendu ? Je n'en suis pas sûr… Vanité tout est vanité… Peut-être la conclusion à toute cette aventure humaine.
Julien : J'avais déjà quitté Seyminhol avant la fin du groupe. J'ai monté un nouveau projet, We Are Electric,  et nous venons de sortir notre premier album «Nipples Erection».
Nico : Une nouvelle aventure est en route avec Chris. Un groupe de Hard Rock chanté en Français,  Antechaos,  dont nous espérons sortir un album courant 2021,  avec beaucoup d'ambition.
Merci en tout cas pour cette interview et pour l'intérêt que tu portes à cet album et à l'histoire de notre groupe. On espère te croiser bientôt et sortir de ce merdier  au plus vite !
Merci Seyminhol d'avoir bien voulu m'accorder cette interview.


Retrouvez nos interviews "Back To The Roots" :

 

L'actualité de la semaine 6/21

  • Le 10/02/2021

EMMA COEUR DE LYON

La rockeuse (elle est la frontwoman de 111) et auteure de l'opuscule "In Uterock" Emma Cordenod  était l'invitée le 08/02/2021 de Radio Nova pour l'émission "Dans La Rue" :
https://www.nova.fr/.../dans-la-rue-demma-cordenod-1-5.../

Emma vous entraîne dans les rues lyonnaises où elle a ses habitudes. Elle parle de musique, du rock et de ses engagements.

Emma 2Emma Cordenod photographie © Eric 'Rx' Thibault


LE SON D'HOWARD

Howard vient de mettre en ligne "I Hear A Sound", un nouveau single.

Les Parisiens, une formule trio guitare/batterie/orgue à la manière de The Doors, avaient sorti le superbe EP "Obstacle" en 2020.

https://howardtheband.bandcamp.com/album/obstacle


LE VOYAGE DE SIRENIA

Juste avant la sortie de son nouvel album "Riddles, Ruins & Revelations" (le 12/02/2021), le groupe de métal sympho franco-norvégien Sirenia a présenté un nouveau single.

Actualite sirenia

Il s'agit d'une cover de la chanson "Voyage, Voyage", tube de la chanteuse Desireless en 1986.

Ecrit par Jean-Michel Rivat et Frank Thomas, "Voyage, Voyage" était initialement proposé à Michel Delpech, qui l'avait refusé.


SIMPLEX RECORDS : VIDE GRENIER

Simplex Records, le label lyonnais qui avait retrouvé des bandes de Ganafoul dans un tiroir pour en faire un 33 tours -Chronique d'album : GANAFOUL (Hard Blues), "Sider Rock" (2020) - exhume cette fois «Viola d’Amore», de Villa Borghese, un groupe qui sortait en 1980 le 45 tours «Gate 46 / La vie est simple et gaie».

Villa borghese 45trLaissons la parole au petit label, qui explique tout ça bien mieux que nous :
"Renforcé aux claviers par un certain André Manoukian lors de leurs trop rares concerts, le groupe ne va sortir qu’un 45 tours chez RCA, en 1980. Pourtant, la même année, Villa Borghese prend la direction des studios Aquarius de Genève pour enregistrer douze titres avec Steve James - qui cartonne alors avec Toyah - derrière la console. On n’aura même pas le temps de se demander pourquoi ces bandes magnétiques resteront sur une étagère puisque le combo, composé de fortes personnalités, va se crasher quelques mois plus tard. Quelques titres serviront de base de travail pour Angèle et Maimone au moment du décollage de leur formidable Entreprise en 1982, mais ceci est une autre histoire.
« Viola d’Amore » propose l’intégralité de ces enregistrements de Genève que Steve James a mixé à l’époque aux prestigieux studios londoniens de Maison Rouge. Douze bombes alors inédites d’un style inclassable, entre new-wave survoltée, post punk experimental et rock touffu."

Le titre "Do You Like It" est d'ores et déjà en ligne :

L'album - sous forme de LP - sera disponible dans la semaine.


CERNUNNOS : NOUVEAU CLIP

Cernunnos a mis en ligne le 05/02/2021 "Breaking", un nouvel extrait de son premier opus "EP Project" (2020).


La mise en boîte du morceau, signée Never Heal Production , avait été contrariée par le second confinement et les divers projets du groupe.

Cernunnos photo sandrine never healCernunnos - photo Sandrine/Never Heal

Cinquième piste de "EP Project", "Breaking" est aussi le morceau le plus long et le plus progressif de cet album.

https://cernunnos13.bandcamp.com/album/cernunnos-ep-project


REDEMPTION : DE LIVE & LOUD A PLAY LOUDER...

Connu pour compter dans ses rangs le plus jeune batteur ayant foulé une mainstage du Hellfest - voir notre article Sortie d'album : REDEMPTION (Rock'N Thrash) - Angel (EP - 2019) - Redemption présentera le 23/04/2021 son premier album, "Three Of A Kind ".
Redemtion gropueRedemption - photographie © Bastien Kolodriejerak

Ce onze titres succèdera aux EP "Live & Loud" (2018) et "Angel" (2019).

Le trio messin a révélé un premier single efficace et au titre sans équivoque : "Play It Louder".


GALAAD : AVANT-GOÛT DU PARADIS

Le groupe de Prog' suisse Galaad a quasiment finalisé l'enregistrement de son quatrième album, "Paradis Posthumes".

Il s'agira d'un onze pistes rendu disponible en mars 2021.

"Ton ennemi", "Paradis posthumes", "Jour sidéral" et "Divine" sont les quatre morceaux restant à enregistrer.

L'artwork de "Paradis Posthumes", dont chaque symbole illustre une piste de l'album, est signé par l'incontournable(1) Stan W Decker

Actualites galaad

(1) Pléonasme, car de Bonfire à Primal Fear, de Blue Oyster Cült à Jorn, de Manigance à Now Or Never, de Ross The Boss à Pride Of Lions, vous avez forcément du SWD sur vos rayonnages !

Un single de "Paradis Posthumes", intitulé "Moments", a été dévoilé :

Fangroupe Galaad :

"La Loge de Brenn" https://www.facebook.com/groups/411082773401314/


NOS INTERVIEWS :

Cette semaine est également marquée par la sortie de la deuxième partie de notre interview de Seyminhol, qui a accepté de revenir sur l'album "Nothern Recital" (2002) :

Back to the roots : SEYMINHOL II, Nothern Recital (2002) - L'album, son accueil, sa place

Seyminhol meilleur def

Retrouvez toutes nos interviews "back to the roots" qui reviennent sur des albums clés dans la carrière d'un groupe :

2020


RESULTATS DU CONCOURS MENSUEL :

Enfin nous félicitons Bernadette Psaila, Vanessa Fauvet, Nancy RN Roll et Apolline Soulier Piarou : elles sont les gagnantes de notre concours de février 2021 :

  • Bernadette Psaila gagne les CD de Manignance (Machine Nation) et Loki Lonestar (Show No Mercy)
  • Nancy RN Roll gagne le CD de September Again (From Nothing To Nowhere)
  • Apolline Soulier Piarou gagne le concept-album de Synesthesia (Battle For Montsegur)
  • Vanessa Fauvet gagne le CD de Your Shapeless Beauty (Sycamore Grove)

The line mobius 2Rendez-vous début mars pour cinq nouveaux CD à gagner !
Bonne semaine à tous !

Chronique d'album : LATEX (Cabaret Punk), "Star Dans Ma Salle De Bain" (2021)

  • Le 06/02/2021

Groupe : LATEX
Album : Star Dans Ma Salle De Bain (30/01/2021)
Genre : Cabaret Punk
Origine : Nice

Par Ahasverus

LE GROUPE

"On est comme ces personnages des films de John Waters, complètements déjantés, qui sortent la nuit de leur repaire pour des opérations-commandos dans le but choquer les bourgeois coincés du voisinage…"
Ainsi Guitarfox présentait-il sa formation dans notre interview LATEX : Café gourmand.
Semant la perturbation sur la Riviera, le “groupe le plus déjanté de la Côte-d’Azur” a pour line-up Sandy Bollocks (voix, danses), Guitarfox (guitare, voix, beatprog), Shock Absorber (chant) et Pits ESB (basse, synthé et beatprog).

LatexLATEX compte quatre albums, un EP, et une dizaine d'années d'existence.
En 2021, LATEX revient avec un cinquième album intitulé "Star Dans Ma Salle De Bain".

L'ALBUM :

"Star Dans Ma Salle De Bain" est un onze pistes d'environ trente-huit minutes.
Son artwork est signé Guitarfox & Pits ESB.

Actualite latex artwork

Le mixage et le mastering ont été réalisés par Pits ESB.
L'album est soutenu par le clip "Star Dans Ma Salle De Bain", dont le groupe indique qu'il a été "filmé à Althérax Music à Nice, à Hit Import, chez Gisèle, chez Yannick et Sandra, et sur un parking..." (NDLR : L'Altherax, une salle de spectacles, et Hit Import, un magasin de disques, sont des hauts-lieux du punk/rock/métal niçois).


L'album est disponible en téléchargement ou sur une clé USB comprenant des bonus (liens in fine).

NOTRE AVIS :

Après le très réussi "Kanibal Café" (2019) LATEX poursuit son bonhomme de chemin et passe réchauffer l'hiver avec un album aussi haut en couleur que l'est sa pochette. "Star Dans Ma Salle De Bain" reprend où son prédécesseur nous avait laissé, entre slogan ("Police Ou Désordre", "Télévision Boite A Cons") et déconne ("Nik Tout").
Musicalement, le punk rock des Niçois emprunte à la dance ("Indigénez-vous", "Star Dans Ma Salle De Bains"). Le style n'est pas si important, puisque c'est la fin qui justifie les moyens. Et la fin, c'est une impertinence. Elle a connu ses lettres de noblesse avec des grands aînés,  Dutronc, Gainsbourg (Narko Society) ou Bijou. C'est un point de vue, mais Latex ne revendique pas d'ascendance ; il veut juste continuer à s'amuser et y applique toutes ses forces : "Star Dans Ma Salle De Bains" est avant tout un album réjouissant, idéal pour s'aérer en cette période morose. Il fait du bien, et on conseille.

LES LIENS :

Web : http://latexxx.fr/​
BandCamp : https://latexxx.bandcamp.com/​
Facebook : https://www.facebook.com/LatexCabaretPunk/

QUEENS OF METAL : L'actualité de janvier 2021

  • Le 05/02/2021

IN HELL WITH DOPE

Dope 1Dope Mushroomera par Nicholas Marakas

Dope Mushroomera, fondatrice/guitariste/chanteuse du groupe de punk-rock québecois Bad Skin sera à l'affiche d'un court-métrage intitulé "Succubus". Elle y tiendra le rôle de Lilith, une "séductrice qui entraînera Martin dans les profondeurs de l’enfer".

Bad Skin, quatuor féminin de Montréal, s'était notamment illustré en 2017 avec l'album "Pussy Power" et le clip "All The Drugs".


CHAOS HEIDI -  REPORT DE L'EP

Chaos Heidi (ex-Asylum Pyre, Funny Ugly Cute Karma) a annoncé le 08/01/2021 le report de la sortie de son EP solo initialement prévu début 2021.

Funny ugly cute karma on the run videoclip youtube mozilla firefox 8Précisant qu'elle souhaitait proposer "le meilleur EP possible", elle ajoute : "Le travail artistique en coulisses est fait de hauts et de bas, de grandes avancées puis de frustrations, ce n'est pas tous les jours facile, mais ça reste fascinant."

La Parisienne, également professeure de chant, qui dispose de larges possibilités vocales, avait présenté en juin 2020 le premier single de ce futur opus, "Nuage de Maux". Il s'agit d'une reprise en mode électro d'un titre qui figurait sur l'EP “Before it was cool” de Funny Ugly Cute Karma.

Vous pouvez supporter Chaos Heidi en likant sa page
https://www.facebook.com/chaosheidisinger/

Ou en contribuant à son patreon :
http://www.patreon.com/chaosheidi


CONAN LA BARBARE

Karoline Rose (SUN) est actuellement en répétition.

La reine de la Brutal Pop sera en effet à l'affiche du théâtre des amandiers de Nanterre dans "Conan Le Barbare", une relecture de l’œuvre du romancier Robert E. Howard par le cinéaste Bertrand Mandico.

Exit Schwarzenneger dans cette adaptation très libre - qui fera également l'objet d'un film. Elle s'attache aux pas d'une (!) barbare, plusieurs actrices interprétant Conan à des âges différents.

Karoline rose conanPour Bertrand Mandico - auteur de l'onirique et thrashy "Les Garçons Sauvages" - "proposer à des femmes des personnages inhabituels, c’est «presque une forme de fétichisme»."

Puisse le fétiche porter bonheur à Karoline, qui mettait également en ligne, en ce mois de janvier, une version acoustique de son titre "I Killed My Man", extrait de l'EP "Brutal Pop".

Le lien du spectacle "Conan", programmé en mars 2021, est ici :

https://nanterre-amandiers.com/.../conan-la-barbare.../


CHAOS INTERNATIONAL

Chaos Rising est un projet féminin international à géométrie variable initié par la Française Stéphanie Nolf (Unsafe), chanteuse multi-instrumentiste et compositrice.
Il regroupe des musiciennes originaires de France (on reconnaîtra sur la photo ci-après en bas à gauche Auré du groupe Akiavel),  d'Allemagne, du Royaume-Uni, de Suisse, d'Iran, du Mexique, de Suède, du Brésil et d'Australie, mais aussi des techniciennes assurant le graphisme, le montage vidéo, etc.

Chaos rising familySortant des singles au rythme d'un morceau par mois, Chaos Rising vient de présenter son huitième jet, intutulé  "Lost", avec cette fois Stéphanie à la guitare et à la basse, l'Argentine Nicole Trinchero (Acroma, Scale to Infinity) à la batterie, et l'Allemande Corinna Kurschatke (Bloodfinch) au chant.

Découvrez la discographie de Chaos Rising ici  :

https://chaosrising.bandcamp.com/track/lost


HELI EXPORT

Le groupe de prog' britannique Midnight Jazz Club a sorti le 08/01/2021 un clip intitulé "Lucid Element" sur lequel Heli Andrea, la chanteuse de Mobius, est au micro.
Héli a aussi composé ses lignes de chant et écrit les paroles du second couplet.

Cette excellente composition, qui démarre presque en lounge, lui permet de donner beaucoup de chaleur dans les médiums et dans les basses.
Alors installez-vous "comfortable", montez le volume, just push play, et vous ne serez pas déçus. Si vous ne connaissez pas encore cette remarquable technicienne qu'est Heli Andrea, c'est une bonne porte d'entrée vers son univers.

Heli autoportraitHeli Andrea, autoportrait, (2021).

Le single est disponible sur Bandcamp :

https://midnightjazzclub.bandcamp.com/.../lucid-element...


EGERIE STORY

Hikiko Mori, frontwoman du groupe de shock-rock Bad Tripes (qui prépare actuellement son quatrième album), fait la couverture de l'édition française du livre de Rafael Courtoisie "Le Roman du Corps". (aux Editions L'atinoir, spécialisées dans les oeuvres d'Amérique Latine)

Actualite hikiko livre

Rafaël Courtoisie est un poète, essayiste et romancier uruguayen. Il a enseigné la littérature latino-américaine en Uruguay, aux Etats-Unis et en Angleterre. Il a reçu un grand nombre de prix et de distinctions dans de nombreux pays, et son œuvre est publiée dans plusieurs langues. (source : http://www.latinoir.fr)

"Hydre moderne" , telle que se nomme la photographie d'Hikiko Mori, est signée Philippe Ordioni, avec qui la belle a collaboré à de nombreuses reprises. Retrouvez ses oeuvres ici :

https://www.facebook.com/philippe.ordioni/photo

Actualite hikiko 2Sa Sublissime Hikiko Mori par Philippe Ordioni

Ecoutez Bad Tripes là :
https://badtripes.bandcamp.com/