WIRE EDGE - Et pour quelques parcelles de plus (interview)

  • Le 10/10/2020
Groupe : Wire Edge
Genre : Cold Wave
Origine : Paris

Par Ahasverus

En juillet 2020 sortait “Workhorse Empire”, le premier album d’un groupe de cold wave totalement inconnu. On ne trouvait à son propos que des informations parcellaires, malgré les excellentes chroniques qu’il suscitait (voir in fine - c’est l’un des cinq meilleurs albums de l’année selon l’excellent zine Satan bouche un coin).
On a évidemment eu envie d’en savoir plus. Alors on a pris notre plus belle plume et on est allé leur poser les questions qui brûlaient nos lèvres de petits curieux, histoire de compléter la carte et le territoire.
Franck (batterie) et Yann (guitare) nous ont accueilli. Voici notre interview de Wire Edge, pour quelques parcelles de plus...
 
Band carre resized

 

“Une façon de convoquer l'art.

Bonjour Wire Edge. Difficile de faire rentrer la musique d'un groupe dans une petite case. Comment aimez -vous décrire la votre ?
Des tonnes de guitares sous des tonnes de batterie ! Des structures qui ne se privent d’aucune liberté dans un esprit très prog’, tout en restant fondamentalement métal. Le tout surplombé par un chant clair et sombre... Pour nous décrire, on aime parler de «Cold Metal» : au-delà de la signature vocale de Nico, ça évoque bien notre façon assez introspective et perfectionniste d’aborder la musique.

 

On lit effectivement souvent “cold wave” à votre propos. C'est quoi la “cold wave” ?
Ça renvoie pour nous à beaucoup de choses. En Europe, dans les années 80 c’est un mouvement post-punk très dark, souvent minimaliste. Joy division, sisters of mercy… mais aussi Depeche Mode qui glisse vers un son plus indus. Aujourd’hui pour nous c’est surtout une façon de convoquer l’art, de faire sonner une voix contenue, mesurée, distinguée… quelque soit le tumulte de l’instrumental derrière : c’est un spectre très large qui peut aller de David Eugene Edwards (16 horse power, Wovenhand), à Trent Reznor de Nine inch Nails. On est quelque part sur le chemin de cette vague…

 

Sludge, Death Metal, Rock Progressif, Electro ... Vous arrivez tous d'univers différents. Qu'est-ce que le parcours de chacun apporte au collectif Wire Edge ?
Au départ des morceaux, il y a toujours de solides bases à deux guitares. Mais une fois les riffs posés, chacun amène sa propre vision, ses idées, ses propositions de structures ou d’arrangements… la discussion est très ouverte. Le fait d’avoir des expériences, des parcours différents tout en se retrouvant absolument sur certaines références communes, c’est évidemment une grande richesse. En studio, très vite on fourmille d’idées différentes, alors on essaie tout, on se laisse le temps de comprendre où chacun veut en venir, puis on consolide chacun chez soi ce qui tient la route avant de le rejouer. Un gros boulot d’aller-retours pour ne garder que le meilleur, selon nous.

 

L'écoute de “Workhorse Empire”, votre album, me renvoie à Paradise Lost pour l'ambiance et la voix, et à Metallica pour les guitares...
C’est assez naturel avec nos influences respectives. On aligne deux guitaristes qui ont la même culture du riff, et on est tous amateurs de prog’. D’autres entendront du Tool, du NiN ou du Mastodon… Ambiance sombre, clair obscur musical, riffs accrocheurs… Dans tous les cas ça nous va comme références. On développe notre son sans chercher à mettre en avant nos influences, mais sans les mettre sous les tapis non plus : on n’a pas de complexe avec ça !

WIRE EDGE, Workhorse Empire (2020)

 

D'autres morceaux, comme “Comedian”, m'ont plutôt rappelé la musique progressive, notamment sur le refrain...
Tout l’album s’est construit sur des principes résolument prog : pas de limite, pas de format, pas de recette. Comedian fait partie des morceaux où on trouve le plus d’ingrédients différents : hyper riche et variée, oscillant entre moments calmes et planants, groovy, voire speed metal, avec un bon solo final… Elle est un peu à part c’est vrai.

 

Vous avez choisi “Plans Within Plans” pour en faire un premier clip. C'est justement l'un des morceaux qui m'a amené cette comparaison avec Metallica, avec ses guitares qui prennent le pouvoir sur le dernier tiers et qui m'ont rappelé la fin de “The Day That Never Comes”...
Quel morceau ! Enorme titre de Metallica bien sûr. Plans Within Plans, c’est un peu l’exutoire de l’album. Le titre sur lequel on a choisi justement de resserrer les arrangements au minimum pour laisser toute leur place aux riffs. Dans le même temps les textes sont parmi les plus symboliques de l’album. Donc le combo parfait pour un clip : grosse envie de jouer un morceau très énergique et dans le même temps, possibilité d’amener du sens avec les images, avec le choix de ce film sorti de nulle part, Carnival Of Souls… Le clip qu’a réalisé Matthieu, ça devait être une vignette de trois minutes, au départ, avec que des images empruntées. Quand on a commencé à voir où ça nous emmenait, on s’est dit que c’était trop dommage de s’en tenir là, alors on a tourné le reste… et nous voilà avec sept minutes de film : à regarder jusqu’au bout !

 

J'ai osé des comparaisons et c'est très réducteur. Mais Wire Edge est loin d'être un ersatz de tel ou tel groupe et votre signature est déjà extrêmement forte. Votre style semble avoir trouvé tous ses repères dès le premier album, notamment grâce à la voix de Nicolas...
On a choisi très tôt de placer Nico au chant, à un moment où on ne savait pas forcément où on irait. Immédiatement sa voix a transformé les premières maquettes. Elle est tellement identifiable, c’est une réelle force pour notre son. On aime ou pas, mais elle semble ne laisser personne indifférent… Pour le reste, on a travaillé en artisans : chacun amenant ses intentions, sa façon de faire. Yohann, notre ingé son, s’est sûrement arraché les cheveux mais il a réussi à tout faire passer dans le mix… une prouesse vu les quantités de matériau qu’il a reçu : cet album aurait pu sonner de mille autre manières !

“Les retours dépassent de loin nos prétentions de départ.”

Le registre exploré par “Workhorse Empire” est vaste et pourtant l'album est d'une homogénéité qui le rend particulièrement plaisant à écouter d'une traite... Un mot sur les compositions ?
Merci beaucoup ! En réalité la question de tout sortir sur un seul album ou de le faire en deux EP s’est longuement posée... On a fini par accepter que cette époque de notre histoire (des années, littéralement) méritait d’être regroupée sur un seul opus. Peut-être parce que tout a été fait à la suite, dans le même mouvement, sans jamais de break ou autre. On a tenu le coup sans se lasser et l’esprit est resté le même tout du long. Évidemment, on a beaucoup appris au fil du temps : à se connaître en tant que musiciens, et donc à ouvrir des possibilités qu’on n’aurait pas imaginées au début du processus. Le risque, c’était que certains morceaux paraissent d’une autre époque, décalés… Mais comme on les a tous remaniés à toutes les étapes de la composition puis de l’enregistrement, ils se sont conformés les uns aux autres. Ils ont trouvé leur place.

 

Pas de sortie physique pour cet album, même en édition limitée... Quel dommage !
Elle aura lieu, quoiqu’il arrive. Même si on n’a pas une grosse exposition médiatique, les retours dépassent de loin nos prétentions de départ. Ça nous a à tous donné l’envie de conclure cette époque par un bel objet. Manifestement, on n’est pas du genre à nous précipiter, donc on va prendre le temps de faire les choses bien. Et on va tout faire pour donner une chance à ce premier album de trouver son public.

 

Un grand merci pour avoir accepté de répondre à mes questions, Wire Edge...
Avec plaisir ! Merci surtout à toi pour ton intérêt pour Wire Edge, ainsi qu’envers toute la scène émergente et underground ! On se fera un plaisir de remettre ça bientôt… avec du son neuf !

Les critiques en disent :

  • "Wire Edge s'autorise des moments instrumentaux, quelques envolées apaisées, pour mieux nous scotcher au mur du son."
    http://www.dubucsblog.com
  • " Un bel équilibre et un son remarquable."
    Rock'n Force
  • "La musique de Wire Edge capte nos moindres émotions et nous enveloppe de sa trame aux effluves Toolienne."
    https://rockmetalmag.fr
  • "Je me rallie à l’avis général, je le classe volontiers dans le top 5 des meilleurs albums que j’ai pu écouter cette année et lui souhaite un succès mérité."
    https://satanboucheuncoin.com
  • "Les Parisiens nous impressionnent par leur palette technique et une empreinte mélodique marquante."
    https://www.lagrosseradio.com

Liens et Informations Utiles :

Line up : Nicolas (guitares chant), Yann (guitare voix), Franck (batterie) et Jeremy (basse).
Photographies et clip : Matthieu Desport et Sami Adjali.
 
 

COLD WAVE WIRE EDGE