Tommy Stewart's Dyerwulf (Doom, USA), "Doomsday Deferred" (2021)

  • Le 03/09/2021

Groupe : Tommy Stewart's Dyerwulf
Album : « Doomsday Deferred » (03/09/2021 - Black Doomba Records)
Genre : Doom
Origine : Atlanta, USA
On aime : L'originalité

Par Ahasverus

Voici un album saisissant, très justement qualifié par le dossier de presse qui l'accompagne d'approche minimaliste du doom. C'est que le son de ce « Doomsday Deferred » semble vous interpeller depuis le garage de votre voisin. Une ambiance underground qui interroge de prime abord, mais qui ne tient pas à un manque de moyens : le choix est délibéré et finalement tout à fait judicieux, la production sachant détacher le détail qui tue du vrombissement lancinant du doom.

Originaire des USA, Tommy Stewart's Dyerwulf est initialement le projet solo du multi-instrumentiste Tommy Stewart. On note un premier opus en 2015, un album éponyme en 2017, puis une succession de single et d'EP jusqu'à ce nouvel album, « Doomsday Deferred » livré dans un artwork signé par l'illustrateur sicilien MontDoom - Design & Illustration.

Tommy stewart s dyerwulf coverTommy Stewart est assisté sur ce nouveau produit par quelques guests, mais il opère au chant et tient avec brio la plupart des instruments : batterie, basse (le tourbillonnant « Madness For Two » ci-après en vidéo), mais aussi violoncelle. En sus, le voila qui frappe sur un peut tout ce qui peut faire « clic », « bam », « boom », comme l'indique sa page Bandcamp dont vous trouverez le lien in fine.

Tommy Stewart présente ainsi son nouvel opus :
« La réalisation de cet album s'est déroulée pendant une période sombre pour moi, la même année sombre que beaucoup d'entre vous ont dû endurer en 2020. L'écriture et l'enregistrement de cet album ont été une catharsis, une thérapie personnelle, et la session m'a aidé à rompre la solitude et l'isolement dans lesquels je suis sûr que beaucoup d'entre vous pourront se reconnaître. « Doomsday Deferred » partage avec vous mon parcours personnel, de l'obscurité à la lumière. »

Tommy stewart dyerwulfQui dit doom - et cet album est incontestablement à ranger dans cette catégorie - dit Sabbath, et on pense au phrasé d'Ozzy sur le titre « Stars Flee In Pain ».

Pour le reste, si le désespoir se déverse sur toutes les pistes, on pourra trouver sur certains passages le côté bluesy et crasseux d'un Tom Waits (« Two Trog Yomp »)...

Et une ambiance qui sait évoluer, pouvant virer au tribal en basant sa structure sur des percussions réhaussées par un chant féminin hypnotique (« Indiscriminate Trepidation »).

Ainsi Tommy Stewart's Dyerwulf réussit-il un album de doom qui semble d'abord vous désarçonner par ses choix de production, mais qui vous retiendra par ses intéressantes propositions, tout en restant au coeur de sa cible.
On a aimé. Vous veillerez à le découvrir sans faute.

« Doomsday Deferred » est disponible depuis le 03/09/2021 au format digital, CD, vinyle et cassette.

Les Liens :

 

DOOM