Les Francophonies d'Ahasverus : CARTAGENA

Des envies de voyage à l’approche de l’été ? Vous êtes sur la bonne page ! “Hard French Metal - le Zine qui vous régale” a décidé de vous emmener à la rencontre de nos voisins francophones. Prenez une petite valise, quelques vêtements chauds, puis installez-vous dans votre fauteuil. Attachez votre ceinture, et attention au décollage !


 

L’escapade commence par la Tunisie. Le pays du jasmin serait-il en passe de devenir la nation du Metal ? Voilà qu’il s’est trouvé, avec Myrath, Persona et Cartagena, d'extraordinaires ambassadeurs qui le hissent au meilleur niveau de la scène internationale ! Allons voir ça ! Il est 19 heures 24, heure locale. La température extérieure est de 16°, il pleut légèrement. Nous amorçons notre descente sur Tunis. Silensium Tear nous accueille, avec la grande amabilité qui le caractérise.
Petit état des lieux : après “Eternal Variation”, son premier album, Cartagena s’était octroyé une pause de près de dix ans, dont notre hôte nous contera les raisons. Le groupe revient en janvier 2018 avec “Roma Delenda Est”, un séduisant disque de Metal symphonique mêlant chevauchées épiques, gros riffs métalliques, et ambiances orientales saupoudrées d’instruments exotiques (harpe, duduk, bansuri, et autres sarangi).
 

Cerise sur le gâteau : l’extraordinaire Nesrine Mahbouli (oui, il s’agit bien de l’ex-Persona !) a intégré Cartagena depuis peu, et c’est elle qui défend désormais “Roma Delenda Est” sur scène. Mais il est temps de laisser la parole à Silensium Tear : il vous racontera tout ça mieux que moi !


"La Scène Tunisienne est en mode pause actuellement.
Nous avons eu une phase de vide après la révolution,
pendant quelques années, mais ça commence à revenir petit à petit..."
Silensium Tear
 

“Je m’appelle Silensium Tear, et je suis bassiste dans Cartagena depuis 2009.”

 

Quel est le premier album que tu as acheté ?
“Mon premier album acheté ? C'était celui de Dark Tranquility, je crois... Mais je ne me rappelle plus lequel !”

Quel a été l'élément déclencheur de ta vocation ?
“Je pense avoir la musique dans le sang, puisque j'étais pianiste et luthiste dès mon plus jeune âge, (6ans !). Vers mes 11 ans, j'étais en “tête d'affiche” pour un spectacle de deux mille personnes, avec mon luth, une chorale de 20 personnes derrière moi, et un piano - tenu par mon prof de piano . C'était mon premier “Live”. Disons qu’il s'est passé à merveille... J'étais sélectionné pour ce concert parmi trente autres musiciens, largement plus anciens que moi en musique, vu leur âge par rapport au mien ! Je n'ai même pas eu d’élément déclencheur : ça s'est passé très spontanément, comme si c'était ma route, c'était mon destin...”

On trouve sur internet une vidéo "démo" d'Eternal Variation (2010). Cet album est-il toujours disponible ? “Eternal variation” était le premier album de Cartagena. Nous l'avons joué une quarantaine de fois, en “live”, un peu partout. Nous avons gagné plusieurs prix grâce à cet album ! Il est disponible facilement sur internet, à télécharger gratuitement. Entre temps, nous avons investi dans notre studio d'enregistrement. Puisque nous avions gagné une petite notoriété grâce à cet album, nous nous sommes vus dans l'obligation d'améliorer la qualité audio de nos prochains disques, notamment “Roma Delenda Est”, pour atteindre un niveau respectable à l'échelle internationale.”

Cartagena revient en 2018 avec “Roma Delenda Est”. Pourquoi autant de temps entre les deux albums ?
“La raison de notre pause entre “Eternal Variation” et “Roma Delenda Est”, c’est que nous avons transformé notre studio en quelque chose de vraiment pro. Cela nous a pris beaucoup de temps pour réaliser enfin ce projet. Il y'avait également d'anciens chanteurs et chanteuses qui sont partis vivre à l'étranger, du coup c'était pas vraiment facile de chercher des remplaçants avec le timbre "Parfait" pour l'album en cours, etc... Nous avons eu plusieurs soucis, qu'on a surmonté sans la moindre difficulté grâce à notre amour, vu que nous sommes une Famille, mais sans oublier aussi nos études en parallèle : Seif Kechrid, le Batteur du groupe, passait son doctorat en pharmacie ; le mien était en Marketing etc.”

Bon Scott chantait "It's a Long Way To the Top If You Wanna Rock'N Roll. Les groupes de Metal français, même les très bons, rament pour émerger, trouver des salles, rameuter du public, et je ne parle même pas des ventes d'albums. Qu'en est-il de la scène tunisienne ?
La Scène Tunisienne est en mode pause actuellement. Nous avons eu une phase de vide après la révolution, pendant quelques années, mais ça commence à revenir petit à petit... Nous avons vu quelques concerts importants, pas aussi importants qu'avant, puisqu’auparavant nous avons invité pas mal de groupes internationaux, notamment Symphony X, Haggard, Dark Tranquility, etc. Pour la vente d'albums, le seul moyen, (à mon avis, je ne suis pas un expert), est de vendre les albums pendant le concert, c’est à dire sur un stand. Pour les salles de concerts, ici, contrairement à la France, nous avons moins de choix. Je dirais cinq à six salles pour le Metal à Tunis, et quelques autres éparpillées un peu partout, notamment Tabarka avec ses concerts de jazz, etc. Les Métalleux, comme dans le monde entier, enfin en général, sont toujours une minorité, mais ici on voit de nouvelles têtes, de nouvelles générations, ça commence à s'élargir de plus en plus. Il faut noter que cette communauté est assoiffée de concerts, puisque, depuis 2011, ils n'ont pu assister qu'à quelques “Live” ! Depuis une année, on remarque que la scène en Tunisie commence à bouger. C’est loin de ce que c'était avant, mais c'est pas mal non plus !

La scène tunisienne s'impose en France avec des groupes de stature internationale tels que Myrath ou Persona. Cartage arrive en renfort. A l'inverse, certains groupes français parviennent-ils à percer en Tunisie ?
Pour les groupes Français, il y a certainement ceux qui sont très respectés en Tunisie, mais des Live s'imposent ! La scène Metal en Tunisie est une scène vierge qui ne demande qu'à être exploitée, surtout que cette scène, spécialement, est d'une importance capitale pour les groupes qui veulent se faire connaitre dans le monde ! Plein de groupes maintenant reconnus à l'échelle internationale sont passés par la Tunisie ! Les témoignages de ces groupes existent encore sur internet. Les Métalleux Tunisiens sont en général des gens très instruits, qui ont l'oreille musicale, et qui savent apprécier de la bonne musique, quelque soit son origine !

Cartagena compte désormais parmi ses membres la sublime Nesrine Mahbouli. Mais qui chantait sur “Roma Delenda Est” ?
L'album “Roma Delenda Est” à été enregistré avec la voix de notre ancienne chanteuse, Sherazade (NDLR : Sherazade Amous).
Nesrine Mahbouli a rejoint le groupe en 2017. C'est elle qui chantera “Roma Delenda Est” en “live” et créera la surprise avec une voix plus puissante, vu son parcours "Opéra". Avec elle, nous composons également notre troisième album, en ce moment. Il sortira en 2019.

Nesrine Mahbouli

On se propose d'envoyer un vaisseau à travers l'espace pour présenter notre culture aux autres formes de vie, s'il en est. Tu as le choix de l'album qui représentera le Metal. Lequel choisis-tu ?
Je vais sûrement être tenté de placer mon album à l'échelle cosmique, mais ça serait ÉNORMÉMENT égoïste de ma part ! (Rires) Du coup, je vais penser à un “medley” de plusieurs groupes. Si c'est de la triche, alors j'envoie un des albums de Rammstein...

Cartagena

Un titre Rock dont tu pourrais faire ta devise ?
“Nice To Know You”, (Incubus).

Un énorme merci, Silensium Tear, pour ton accueil chaleureux et ta disponibilité.
"Je vous remercie chaleureusement en mon nom et celui de Cartagena pour l'intérêt que vous nous portez."

https://www.facebook.com/CartagenaBand/
https://cartagenaband.bandcamp.com/album/roma-delenda-est-2

 

CARTAGENA METAL SYMPHONIQUE