ALKEMY, REVUE DE PAQUETAGE : L'Album

  • Le 25/12/2020

Après une première partie (*) consacrée à l'histoire d'Alkemy, il est temps de rentrer dans le vif de l'actualité et de s'intéresser à la seconde version de l'album "Resilience".
La revue de paquetage continue !
(*)
ALKEMY, REVUE DE PAQUETAGE : Le Groupe

Alkemy 1

Alkemy - photo Pascal Knecht


Nous faisons de la musique comme d'autres voyagent.


Alkemy, en 2019 sort "Resilience". Êtes vous satisfaits des premiers échos qu'il reçoit ?

Katia : Oui et non... Les gens qui ont reçu l'album ont aimé le sujet et les musiques. On a eu pas mal de retours positifs, et aussi pas mal de remarques constructives. Celle qui ressort le plus est ma prononciation et mon anglais. On a remarqué aussi beaucoup, lors de nos concerts, que les gens s'attendent à une piètre représentation... Alors que dès l'ouverture de nos lives, les gens sont scotchés par ma voix, et j'ai cet immense bonheur de réussir à transmettre des émotions et à communiquer des messages liés à nos chansons. Au point que certains ont les larmes qui coulent durant nos concerts. Je pense que nos lives sont puissants et que nous avons encore beaucoup à apprendre pour réussir à les transmettre sur album ou vidéo. Les gens prennent réellement conscience de notre potentiel lors de nos concerts. Je n'ai pas encore trouvé le moyen de réussir à communiquer cela par les vidéos et les sons en ligne. Je réfléchis à réaliser de vrais clips, car tout ce qu'on fait est fait "maison", de manière spontanée et non réfléchie, contrairement à nos concerts.

Alkemy cd
 
Quelques mois après sa sortie, l'album connaît des problèmes de droits et vous choisissez de le réenregistrer en changeant les parties qui posent souci. Comment le groupe vit-il cette épreuve ?
Michel :
On a eu en effet quelques déboires avec deux personnes qui ont croisé notre route ; cela ne nous a pas empêché de poursuivre notre aventure, bien au contraire !
Bibi : C'était d'abord la stupéfaction... Et puis une énergie, comme un volcan sorti des tripes du groupe.. Une abondance d'idées créatives, Alkemy à libéré une source musicale, portée par des textes forts, qui a donné naissance à des petits bijoux.. Et a scellé des liens forts... en harmonie de résistance ou résilience face aux événements extérieurs.


Katia : Je le vis comme un apprentissage du manquement à mon devoir en tant que manager du groupe. J'ai basé ce premier album sur la confiance puisque j'avais tous les "OK" par écrit, mais j'aurais du faire signer toutes les personnes avant de graver l'album. J'en ressort grandie, et nous acceptons la situation puisque nous avons choisi de refaire, plutôt que de courir après des signatures qui n'ont pas de sens à nos yeux. La confiance était aveugle, les choses ont été faites dans le respect et nous avons décidé de ne pas entrer dans le jeu de certaines personnes en les écartant de notre projet. On préfère un album sain, plutôt que malade. C'est aussi ça le chemin de la guerison : suivre d'autres chemins désengorgés de toutes frustrations.


Le regard des autres ne nous définit pas.



"Résilience bis" est une  occasion inattendue de revoir sa copie. Avez-vous été tentés de changer plus que le nécessaire ?
Michel :
Juste le nécessaire. Le premier CD était un partage amical, avec apparemment pas les bonnes personnes ; le deuxième CD, c'est se réapproprier l'idée et la partager avec les bonnes, cette fois -ci.
Katia : Pour moi c'est  une magnifique opportunité de faire mieux.
 
Il s'écoulera près de deux ans entre "Resilience" et "Resilience-bis". Un des effets indésirables du COVID ?
Bibi :
Oui, mais pas que.. Une opportunité de peaufiner, de ciseler le travail de création... Encore la résilience !
Katia : Oui... Et non, puisque nous travaillons toujours à distance. On se voit uniquement pour la préparation de concerts, afin de mettre en place le spectacle. 2020 était une année de "festivals" reportés à 2021. Tout se goupille, et c'est finalement parfait !
 
Combien de titres figureront sur la nouvelle version de ce "Resilience-bis" annoncé au printemps 2021 ?
Katia :
Douze titres sont prévus, si tout va bien. Nous mettrons les huit existants, dont deux modifiés. "Resilience" et "I belong to no one". Les six autres sont revisités sur le plan technique (chant) et améliorés côté son (mix et mastering). Puis il y a les quatre nouveaux morceaux, dont un instrumental et une intro qui seront deux bonus. On parle même déjà du prochain album sur un tout autre sujet, mais finissons déjà celui-ci afin de clore un chapitre.

Alkemy3
Alkemy par Rainer Kerber
L'écriture en anglais est-elle un moyen pour Katia de mise à distance des textes autobiographiques,  ou c'est simplement la langue naturelle du rock ?
Katia :
Oui ! L'anglais me permet de préserver mon vécu, et met en effet une distance sur les paroles originales écrites sous forme de texte, adaptés pour des paroles de chansons (couplets-refrains). Et je n'aime pas chanter en français. Je ne sais pas écrire des chansons, je sais écrire mes textes, raconter mon histoire - d'où la sortie de mon livre idéalement prévu au moment de la sortie de notre album. Les paroles ne sont que des petits bouts de mots extirpés pour les insérer dans les chansons avec une mélodie.
Michel : La langue anglaise sonne et vibre d'une certaine façon, et c'est plus approprié pour notre style de musique.
 


Le pardon dit "c'est fini, c'est passé, et le passé a existé, maintenant je vis avec et au présent".



"The Eyes of the others"... Les autres n'ont que le pouvoir qu'on leur donne ?
Bibi :
Un titre important de l'album. Au-delà du regard des autres il évoque aussi l'importance du pouvoir que l'autre, l'environnement, veut ou peut prendre sur notre liberté de choix, sur notre propre définition de nous mêmes. Sommes nous prêts à cela ?
Katia : C'est avec Steff Peronne, du groupe Headless Crown (NDLR : groupe de heavy metal suisse qui a cessé ses activités en 2018 après deux albums), que j'ai écrit les paroles. Il les a mises en forme et en anglais sur la base d'une histoire que je raconte. Je voulais exprimer à quel point le regard des autres ne nous définit pas. Être soi-meme, poursuivre ses rêves, sans se laisser dérouter par les jugements. Ceux qui critiquent n'en font jamais autant.


 
"My Friend", c'est une dédicace à Jess, qui a fondé le groupe avec Katia ?
Katia :
Oui à la base... J'ai posé des paroles sur notre amitié, qui dure et durera pour l'éternité. J'ai d'autres ami(e)s pour qui ce texte est valable, il parle d'amitié sincère, sans espace temps.


Un texte signé est Stéphanie Y. Fischer. C'était important de lui donner la parole ?
Bibi :
Oui, très important. A travers son témoignage et sa parole qui lèvent le voile sur l'horreur, elle permet aux victimes de se reconnaître, de sortir de la honte, du silence...
Katia : J'ai lu son livre du même titre en deux jours, et j'ai pleuré. Je voulais être en lien avec elle et faire quelque chose de ce que j'avais profondément ressenti. Je lui ai proposé de co-écrire une chanson sur la base de son livre, elle a accepté et a écrit un texte en français. Et nous l'avons adapté en anglais. Elle est venue jusqu'au studio d'enregistrement. Une collaboration qui vaut de l'Or !


 L'album se termine sur "Forgiveness". On ne se reconstruit que par le pardon ?
Bibi :
Pas que.. Le pardon est le point d'orgue, il s'invite tout seul, lorsque le trauma a été soigné, que toutes les émotions tumultueuses se sont asséchées, et que la paix est revenue dans le cœur. Le pardon dit "c'est fini, c'est passé, et le passé a existé, maintenant je vis avec et au présent."
Katia : Le pardon aide à avancer. On se sent libéré d'un passé, sans l'oublier. On décide d'accepter notre histoire et de vivre avec ce qui EST. Pour réussir à pardonner, je visualise tout ce que j'ai reçu de bon, ou ce que j'ai pu en retirer et en faire. C'est aussi notre histoire qui fait de nous qui nous sommes.


Chaque musicien est là pour porter les textes de Katia.
Ecrire un texte c'est tout un art, et elle le fait à merveille.


Les textes de Katia sont très intimes et Alkemy est le premier à les recevoir en confession. Comment est-ce vécu par le groupe ?
Bibi :
Qu'est ce que l' intime, si ce n'est que l'authenticité brute sans fard ni enjolivures ? L'intime est un cadeau, un trésor offert, reçu par le groupe dans un respect pudique et conscient de sa valeur !
Jack : Je suis ouvert à tous les sujets, je ne vois pas d'inconvénient à faire un morceau qui parle de choses difficiles, ou tabou, comme  l'inceste. Pour Katia c'est son projet (évidemment je suis aussi impliqué) mais au niveau du texte, du contenu et du message qu'elle veut véhiculer c'est elle qui sait où elle veut aller.
Michel : Chaque musicien est là pour porter les textes de Katia, en effet. Ecrire un texte c'est tout un art, et elle le fait à merveille.
 
"Resilience" sortira au printemps 2021, mais on peut déjà acheter les chansons validées/signées  en ligne ?
Katia :
Oui, nous mettons à dispostion en ligne les chansons et l'album, téléchargeable et payant. Tous ceux qui ont acheté l'album en ligne recevront gratuitement l'album physique en 2021. Nous faisons de la musique comme d'autres voyagent ou investissent dans leur voiture, leur maison... C'est une réel plaisir, sans aucun but professionnel. On ne cherche meme pas à être connus, on cherche à transmettre un message et à partager des bons moments lors de nos concerts ! On n'est pas du tout dans l'attente, c'est ce qui fait  que nous sommes différents dans tout ce que nous faisons. On donne notre album, on joue gratos, on rentre dans aucun tabel standard !

Merci Alkemy d'avoir répondu à mes questions.
Katia :
Au nom du groupe, merci pour cette opportunité qui nous permet de nous exprimer dans ton média ; merci pour votre soutien également.


Les Liens :

https://www.alkemy.ch/music
https://www.facebook.com/alkemysymphonicmetal
https://www.youtube.com/channel/UCHf2cyKYWQ5oyGbWY7ajZNQ