111 - Le Chiffre du Malin

Ce week-end, en surfant sur Facebook, je remarque une page intitulée 111.
666 The Number of the Beast, d'accord, mais c'est quoi, ça, Un-Un-Un ? Le chiffre du Malin ?
Je vais dans la cuisine, je récupère mes lunettes en téflon qui protègent des radiations, puis j'ouvre la page https://www.facebook.com/111trio/ .
Là je tombe sur une photo. Il y a une fille brune. Elle me regarde de haut. Elle tient une pancarte à la main sur laquelle je lis "111 viendra ce lundi 5 février dès vingt heures dans l'émission Le Rock à Kiki (écoute, sinon je te pète ta gueule ! Oui !)"

C'est curieux, quand même, cette histoire ! Pourquoi elle me menace, la fille ? Je la connais même pas ! En plus le 5, je peux pas, l'infirmier vient me faire les soins à domicile.
Je ferais mieux de prévenir la police... Je décroche mon téléphone.

Une patrouille arrive quinze minutes plus tard. Je fais entrer les trois policiers, je leur montre la photo.
" - Ah j'aurais parié ! C'est encore Emma Cordenod ! fait l'un d'entre eux en lissant sa moustache.
- Vous la connaissez ? je demande.
- Si on la connaît ? Elle est chanteuse, contrebassiste et bassiste ! Et aussi l'auteure d'In Uterock, une monographie sur le rock au féminin qu'elle a écrit avec Aurélien Maillet. (https://www.facebook.com/inuterock/)
- Elle fait partie de 111, un power trio rock lyonnais créé en 2016, poursuit une policière, avec Denis Simon à la batterie et Rémi Selles a la guitare.

- Sans oublier Nicolas Robert, leur ingé son, qui fait partie du groupe a part entière et assiste à toutes les répétitions, souligne le policier moustachu.
- Et Fanny Revel, la régisseuse lumière ? C'est elle qui optimise leurs prestations scéniques, reprend la policière, et Denis Veillas ?
- Alors en somme, 111 c'est un trio à six ?"
Ils hochent la tête.
" - Mais pourquoi elle me menace ? je reprends.
- Mais parce que vous n'avez pas encore écouté Extented Play, leur album, mon pauvre monsieur ! me fait le troisième policier. Depuis ce matin, on en est à la douzième intervention pour le même motif ! 
- Mais je dois faire quoi ?"

Ils me regardent d'un air compatissant.
" - Faut l'écouter au moins une fois."

Puis voilà que le policier moustachu me demande s'il peut disposer de mon ordinateur. Il va sur Souncloud où le groupe a mis son EP 5 titres à disposition (mais si vous voulez soutenir 111, vous pouvez aussi l'acheter sur les sites marchands qu'il me dit), et l'écoute commence. Un bon rock, avec une grosse personnalité, à la fois épuré et puissant. Ca me rappelle White Stripes. Pas forcément pour le style, mais pour la puissance qu'ils affichent juste avec leurs tripes, une basse ou une contrebasse, une guitare et une batterie. Mince, c'est bon, ça, je dis. Et je vois les policiers qui commencent à s'agiter progressivement, dès Weaponless. Quand arrive Sweet Murderer, le troisième titre, le moustachu perd toute contenance, il jette sa casquette en l'air et se met carrément à gueuler "Your tongue is rough". Sur Mother, c'est encore pire, les trois reprennent en choeur "Hey ! Loveeeer". Et ils se mettent a faire des grands mouvements de balancier avec leur buste tout en hurlant.

C'est là qu'on sonne.

J'ouvre la porte, j'ai un nouvel équipage de police devant moi. Des CRS, je crois.
" - On vient pour le tapage, ils disent. 
- C'est vos collègues, je réponds. 
- On sait. On a des plaintes depuis ce matin, on les suit à la trace."
Pendant ce temps, les trois premiers policiers, de plus en plus excités, dansent sur "Closer", le dernier titre. Le troisième se roule même sur mon tapis.
"- Vous les interpellez pas ? je demande.
- On va attendre la fin du EP, me répond un des nouveaux arrivants. Là c'est trop dangereux. Tout à l'heure il y en a un qui a tenté de me mordre."
Tout ça c'est la faute à 111, ils m'expliquent, notamment à Emma. Elle écrit des textes qui portent sur la relation à l'autre et à la folie, alors forcément... Et ça risque de pas s'arranger de sitôt : le groupe cherche un label dans l'optique d'un album pour l'été 2018.
- Mais pourquoi vous les arrêtez pas ? je demande.
- Pas facile : ils bougent tout le temps à cause de la musique ! ils seront le 10 février à Saint-Julien de Civry, le 14 à Paris, le 17 à Grenay, le 2 mars à Vienne et à Lyon le 6 mars."

L'EP se termine. Les trois CRS empoignent leurs collègues. "Pas de résistance, on va s'expliquer au poste", ils disent. "Je suis de la maison" crie le moustachu. "Les amendes je les fais sauter" hurle la policière.
" - Vous devriez quand même écouter 111", me lance en sortant l'un des fonctionnaires. "Moi j'écoute que du Metal", je lui crie dans l'escalier. "Il y a une telle force dans 111 que ça peut vous plaire quand même !" il me gueule. Puis tout le monde sort du bâtiment en chantant "Mother" en canon.
Je retourne devant l'ordinateur. Emma Cordonod me regarde toujours, avec sa pancarte. Elle a pas l'air de déconner, Emma... Vaudrait peut-être mieux qu'on le commande, cet EP...

 

France emma

 

 

 

Emma Cordenod ROCK 111