NU METAL

Sortie d'album : THE MORGANATICS (Nu-Prog') The Love Riot Squad vs. The F​-​World (2019)

  • Le 21/09/2019
Groupe : The Morganatics
Album : The Love Riot Squad vs. The F​-​World (2019)
Genre : Metal Prog’
Origine : Paris

 

Le Groupe :
The Morganatics qualifient leur musique de Spleen Rock.
Les Parisiens revendiquent aussi bien pour influences Anathema que Metallica, Porcupine Tree ou Placebo.
Formés en 2012, The Morganatics sortent Grains of Sand, leur premier EP, la même année.
Never Be Part of Your World (2013) est leur premier album.
B4d253db0c90e3c09cf1a916ace46212
Il est suivi en 2015 par We Come From the Stars, puis par un EP acoustique intitulé Eternal Return - An Horizon of Infinite (2016).
2019 marque le retour du combo avec un nouveau batteur et un nouvel album :
The Love Riot Squad vs. The F​-​World.

 

L’Album :
The Love Riot Squad vs. The F​-​World est un opus de onze titres - près de soixante-quatre minutes. C’est une auto-production.
Il est proposé dans une pochette cartoonesque et colorée où s’épaulent Superman, Clark Gable, un requin et la Mort, composant une escouade bien décidée à lutter contre la morosité ambiante de ce f-monde.

 

A1053611469 10 

Dès Table 9 le rythme est enlevé et le Pop/Punk-Metal se teinte de touches Prog’ techniques. Les phases énervées le disputent aux plages atmosphériques.

The Morganatics font parler la poudre à coups de riffs puissants (The Bitter Strife / Stubborn Girl / Square One). Les refrains s’inscrivent dans les têtes (l’excellent “18’44” ).
Le chant masculin/féminin est haut et fluide. Il se relaie parfaitement. Les voix sont parfois transformées artificiellement, mais sans excès. Des choeurs saturés font leur apparition (Table 9).
Producteur/arrangeur de l’album, Bill Bastiani ( Enhancer ) appose son Rap’N’ Roll en français sur la troisième piste Shark of Tank.
La voix de Seb - son vibrato - peut faire penser à Nicolas Sirkis (Indochine) spécialement sur l’intro de 18’44 ou sur certaines phases de Stubborn Girl et d’OMDB.
L’album se termine sur OMDB (Il Faudra Me Passer Sur Le Corps), titre en français au chant masculin particulièrement réussi, qui mène l’opus à un zénith mérité.

 

Notre Avis :

The Morganatics revient avec un opus plus agressif que son prédécesseur dont il se démarque par quelques innovations.
Moderne et varié, il marie la fraîcheur du Punk et de la Pop avec des nappes Prog’/Techniques parfois brutales.
Colorés comme la pochette de l’album, les titres de The Love Riot Squad vs. The F​-​World éclatent en bulles entre les oreilles.
Très réussi, travaillé, il sait faire oublier son côté technique pour emporter dans son sillage un large public.
Un excellent album, capable de marquer cette année 2019. Et à sept euros sur Bandcamp ça ne se refuse pas !

 

Les Infos Utiles :
The Morganatics seront en concert au Gibus Live de Paris avec Galaad le 28/09/2019.

Sortie d'album : LYNN (Dark Nu Metal) Saint (2019)

  • Le 14/05/2019
Groupe : LYNN
Album : Saint (2019)
Genre : Dark Nu Metal
Origine : Paris

 
       LE GROUPE :
Lynn est un jeune quatuor parisien formé à l’initiative de Guime (Guitare), et de Dim (batterie), rapidement suivis par Ray (basse). Le groupe de Dark Nu Metal trouve ensuite son style et sa stabilité avec l’arrivée d’Anna, dont le chant caractéristique peut aussi bien être pleuré que hurlé.
En 2017, le quatuor se fait remarquer grâce à un EP 5 titres qui évoque les sorcières de Salem : “9”.
Aujourd’hui Lynn revient avec un nouvel album intitulé “Saint”.
Lynn saint cd digipak 79971 1
         L'ALBUM :
Son nom est “Saint”.

Lynn
plante le décor dès la première piste (Auror).
Elle réunit une partie des ingrédients goûtés par le quatuor : éléments horrifiques, climat pesant, rythme enlevé, chant hurlé.

L’ensemble de l’album alterne ambiances malsaines et riffs redoutables (Lithian, Flesh, Eroll).

Le chant : Anna est toujours aussi impressionnante.
De plus, elle s’aventure ici sur des terrains où l’on ne l’avait pas encore signalée : Cannibal, par exemple, dont le début prend des allures de ballade grunge, avec certaines lignes de chant très prometteuses, plus posées qu’à l’ordinaire chez Lynn, nous rappelant Courtney Love.

Les compos : Anna est portée par des musiques d’une belle qualité, aux tournures originales et très sombres.
La guitare sait se montrer catchy (l’irrésisitible riff de Lithian).
Les lignes instrumentales ne sont pas forcément prévisibles.

Le jeu des instruments : il est compact, homogène et violent. Il recherche l’efficacité.

 
Le clip : L’album était précédé par la vidéo “Saint”, troisième piste du CD qui lui doit son nom.
 

 
L’arwork : Sur la pochette de l’album, on voit une petite fille de dos (le modèle s’appelle Maylie).
Elle regarde par une fenêtre, ours en peluche à la main.
La pièce, sombre et nue, préfigure le climat angoissant de l’album.
La durée : L’album compte neuf pistes pour quarante-et-une minutes.

Et enfin :
9” était également le titre du EP. On imagine que ce n’est pas le fruit du hasard !
Les morceaux Auror et Eroll, qui débutent et clôturent l’album, étaient déjà présents sur “9”.
       NOTRE AVIS :
Lynn a trouvé son chemin. Il signe avec “Saint” un album puissant et inquiétant. Il mélange Nu Metal et ambiances Dark oppressantes et torturées.
Surpuissant, immédiatement identifiable, le chant d’Anna a encore étendu son territoire (
Cannibal). Il est parfaitement porté par des compositions carrées dans lesquelles des rythmiques catchy (Lithian) le disputent aux sonorités malsaines.
Une chose est certaine : si vous aimiez “
9”, vous allez adorer “Saint” !

 

51608128 2023826681040954 2491554483104907264 n 

 LYNN, Saint (2019) - Recto de la jaquette du CD.

 
      LES LIENS UTILES :

LYNN - Acte II

  • Le 13/05/2019
Interview réalisée le 11/03/2019
Groupe : LYNN
Genre   : Dark Nu Metal
Origine  : Paris

Fondé en 2017 à Paris, le Metal hurlant de LYNN se démarque par un univers gravitant autour des sorcières de Salem ainsi que par les interprétations habitées de sa chanteuse Anna.
Un premier EP remarqué, un étonnant clip acoustique et quelques concerts plus tard, Lynn revient en force avec “Saint”, un album qui verra le jour en avril 2019.
A un mois de cette sortie, Anna (chant) et Ray (basse) ont bien voulu nous en dire plus sur leur parcours et nous parler de ce second opus.
Anna Lynn au Klub par Pics' N ' Heavy.
"9 était une esquisse, 
on tâtonnait, stylistiquement parlant. 
Saint va creuser dans ce qu'on a préféré."
Ray Lynn
Bonjour Lynn, pourriez-vous présenter aux lecteurs qui ne vous connaitraient pas ?
Ray : Nous sommes Lynn, un groupe de cinq membres : Léa (ingé-son), Guime (guitare), Anna (Chant), Dim (batterie), Ray (basse).
Anna : Lynn, c’est également quatre ingrédients : la folie, la noirceur, la mélodie et la force.
Guillaume est le cérébral de l’équipe, toute la partie technique qui me fait saigner du nez, c’est lui (Rires). Il est très pro.
Dimitri incarne le mystère, la force tranquille, il est celui qui calme et défonce tout a la fois.
Ray se rapproche de moi par la noirceur, les riffs lourds, l’envie de hurler. C’est lui qui décortique le mieux ma tête.
Quant à moi, je porte la parole de tout ça, mais la rage est commune... Je donne voix à la colère et aux envies de meurtre que l’on peut avoir. (Rires)

Quels sont vos parcours artistiques respectifs et comment s’est formé Lynn ?
Ray :
On a tous pas mal de bouteille, on a beaucoup “voyagé” avant de former Lynn. Pour ma part, je suis autodidacte. J’ai joué dans plusieurs petites formations, allant de la cover Pop-Rock au Metal en passant par le Grunge, en France et au Cambodge.
Anna : Je suis autodidacte également, je fonctionne au ressenti. J’ai débuté a l’âge de seize ans, au lycée. A l’époque, je faisais du théâtre, et j’aimais ça parce que je pouvais y devenir celle que je ne suis pas. Puis j’ai conjugué mon goût de la scène et ma passion pour la musique, avec un petit groupe, par intermittence. En 2015, j’ai tout arrêté pour des raisons personnelles, et j’ai quitté Chambéry pour m’installer à Paris. J’y ai rencontré celui qui m’a donnée l’envie de recommencer - car j’avais lâché - ainsi que trois furieux avec lesquels nous avons formé Lynn.
Ray : Le groupe est né d'un projet commun de Guime et Dim.
J’ai rejoint le trio formé à l'époque avec Céline. L'intention était alors de suivre la voie (voix ?) d’ In This Moment.
Pour des raisons personnelles, Céline n'a pu poursuivre.
Après de longs mois d'incertitude, Anna est arrivée. Elle a insufflé la quasi-totalité de l'univers de Lynn.

Comment se répartissent les rôles au sein de Lynn ?
Ray :
Lynn est une “entreprise” compartimentée. Chacun y tient un rôle même s'il y a quelques porosités dans ceux-ci. Guime est principalement à la manœuvre pour la composition, Dim est “l'oreille technique” du groupe, Anna est notre chargée de communication, et je traite la plupart des questions administratives.

En 2017 sortait “9”, votre premier opus. Quelles ont été les étapes importantes depuis la parution de cet EP ?

LYNN, 9 (2017)
Ray : La première de toutes a été notre première date au Le Klub en juin 2018 à Paris. Ambiance “fête entre potes”, mais préparée avec sérieux et rigueur. La première impression doit être marquante, et on avait tout sauf envie de “se griller”. Et vous savez quoi ? La deuxième impression doit aussi être marquante ! Et la suivante, et la suivante... On s'attache à mettre énormément de travail dans tout ce qu'on fait, on veut produire de la qualité, avant tout pour notre plaisir, par fierté.
Anna : Pour le live, je rejoins Ray.
La résidence accompagnée de Faustine (Faust Do) a également beaucoup compté. Ça été ma rencontre-révélation (Rires). Elle a su nous guider, non pas dans le technique, mais dans le “Pourquoi es-tu là ? Pourquoi fais-tu ça ?” J’ai pris une claque monumentale sur mon envie d’être la petite frontgirl-power “Regardez moi aussi j’ai des couilles !” aux multiples facettes sûrement déjà utilisées. (Rires) Bref, elle m’a défoncée toute une journée et j’en suis sortie vraie ! J’ai compris que la scène c’est d’abord le lieu d’une guerre, celle que je ne peux pas faire dans mon quotidien, un lieu de libre-expression qui donne envie aux gens de lâcher prise et de vivre ce moment avec nous. Cette étape fut très importante, je pense que les garçons me rejoignent sur ce point, ma voix a changé, s’est chargée d’émotion, et la musique a suivi.

Vous annoncez la sortie d'un album en 2019, illustré par un court extrait d'un morceau intitulé “Cannibale”. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le futur opus ?
Anna :
Cet album arrive le 13/04/2019, soutenu par l’asso MusikÖ_Eye.
Jusqu’à présent tout est fait maison : enregistrement, artwork et mix, sauf le master pris en charge par L'Autre Studio et Jean-Pierre Bouquet.
Pour l’artwork, on voit une petite fille (notre modèle s’appelle Maylie) enfermée qui regarde vers l’extérieur, vers la liberté, sans savoir si c’est bien ou si c’est mal. Elle est en colère, mais on ne sait pas contre quoi, contre qui... Elle ressent des sentiments inconnus, l’impression d’entrer en mutation... Je n’en dis pas plus.
L’extrait “Cannibal” décrit sa folie et sa manière de se nourrir mais, dans le texte, on ignore si c’est acté ou rêvé. 
 
Comment décririez-vous “Saint” par rapport à “9”, son prédécesseur ?
Anna :
“9” est vraiment la gestation de ce que nous sommes aujourd’hui, d’ailleurs deux morceaux seront dans l’album. C’était un élan : cinq morceaux importants qui nous ont permis d’y croire et de proposer notre identité pas totalement assumée. L’album sera vraiment différent, et j’espère que l’auditeur pourra trouver ce qu’il recherche après l’EP.
Ray : “9” était une esquisse, on tâtonnait, stylistiquement parlant. “Saint” va creuser dans ce qu'on a préféré. Sans trop en dévoiler, on retrouvera plus de “Lord.S” que de “Enemy”. On y développe un peu plus notre “patte”, on y fixe notre son.

Ce nouvel opus explorera donc toujours la thématique des sorcières de Salem ?
Ray :
C'est l'ADN du projet, ce sera toujours au moins en filigrane.
Anna :
Ray a raison, les sorcières de Salem sont la ligne directrice de Lynn, et nous sommes toujours dans l’expression de cette “sorcière”, mais surtout de sa folie et de ce qu’elle peut raconter. L’album est composé de dix titres, et il se nomme “Saint”. C’est la naissance de la sorcière, et le morceau sera accompagné d’un clip pour démarrer le chapitre.
Anna Lynn au Klub par Pics' N ' Heavy.
Anna, ta manière de chanter est spectaculaire et demande beaucoup d'investissement émotionnel. Comment gères-tu ta voix et comment te sens-tu à l'issue d'un concert ?
Anna :
C’est fort agréable à entendre, même si je n’arrive pas à partager cet avis et que je pense avoir encore beaucoup de travail. Je gère grâce aux précieux conseils de Guillaume (guitare) pour la technique. Après c’est du feeling : ça passe, c’est cool ; ça ne passe pas, on trouve une alternative. Je dois ajouter qu’a l’issue d’un live ou d’une répète, c’est une tisane et au lit (Rires). Non, je plaisante ! Mais c’est comme une bonne séance de sport qui vide le trop-plein, et je compare ça a un combat ! J’ai une multitude de personnes qui m’inspirent : Kurt Cobain, pour ma génération, a été celui qui m’a marquée émotionnellement... Il y en a d’autres, mais j’ai commencé à pencher de ce côté grâce a lui.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?
Anna : Tout d’abord la sortie de l’album et son clip. Nous voulons pouvoir le partager et faire des concerts, on en a quelques-uns a venir... On espère que notre projet vous donnera l’envie de nous suivre. On remercie grandement l’équipe de Musikoeye de nous faire confiance et de nous accompagner pour cette sortie. Il est rare et difficile de trouver des gens comme eux. C’était ma parenthèse “love-love”. (Rires)
Ray : Dans les semaines à venir, nous devrions publier notre premier clip, tourné récemment. On nous retrouvera le 13/04/2019 au MusikÖ_Eye FEST #2 à Crosne. On profitera de cette occasion pour effectuer la Release de notre LP. Ensuite nous nous emploierons a jouer en province.
 
Merci Lynn d'avoir répondu à mes questions.
Anna :
Merci beaucoup pour ton attention
       
Pour suivre Lynn sur Facebook :
https://www.facebook.com/lynnofficielband/
Merci à Anna et Ray pour leur accueil.
Merci à Pics 'N' Heavy pour ses photographies, son accueil, son aimable autorisation.
D’autres photos sur : https://www.facebook.com/PicsNHeavy/