METALCORE

Chronique d'album : Mirizøn "Shrinking Violet" (Metalcore différent et nouveau, mêlant violon et Metal)

  • Le 05/07/2021

Groupe : Mirizøn
Album : « Shrinking Violet » (26/02/2021 M&O Music)
Genre :  Metalcore différent et nouveau, mêlant violon et Metal
Origine : Nantes (Fr-44)
On aime : la virtuosité, l'énergie, les ambiances 

Par Dam'Aël

 

105603018 265967381502295 9191140254996770430 n

LE GROUPE :


Très connus dans la région , La rigolette, Le berlingot, La biguenée, La bardatte, L'anguille, Le bottereau, Le petit mouzillon... Ce sont quelques spécialités nantaises certainement déjà dégustées par nos cinq gaillards  qui, vous allez le constater par vous-même, nous proposent une de leurs spécialités bien à eux... Mais commençons par le commencement.
Martin Rambaud, Matthieu Baudiment et Jules Tijou font de la musique.
Martin Rambaud, Matthieu Baudiment et Jules Tijou se rencontrent.
Martin Rambaud (chant+guitare+synthétiseur), Matthieu Baudiment (chant+chœurs) et Jules Tijou décident alors de constituer un groupe. Pas vraiment un scoop me direz-vous !  Sauf que Jules joue du violon et qu'ils vont avoir une idée très luminueuse en décidant de l'intégrer dans une musique Metalcore, pour lui apporter un côté plus planant. Louis Chamballu (basse), Antoine Daniel (batterie) rejoignent le trio et dès lors Mirizøn  voit le jour ; nous sommes en mars 2019. 
(Mirizøn est une contraction des noms des anciens groupes auxquels les membres ont appartenu).


L'ALBUM : "SRINKING VIOLET"

Mirizon

Mirizøn  fait poindre sur notre horizon, leur premier  album " Shrinking Violet " le 26/02/2021. ll s'agit d'un onze titres de Metal Alternatif, au rythme intense, mêlant avec  un savoir-faire notoire, mélodie, ambiance plus ou moins aérienne, mélancolie, émotion sans manquer d'y rajouter une certaine agressivité qui donne toute l'énergie à cet opus. C'est Martin qui, plus à l'aise en métaphores, se charge de l'écriture des textes, aux sujets toujours très engagés, et c'est Matthieu qui construit la ligne de chant dans un second temps. Ce chant est assuré par un duel chant clean (Martin), chant growlé et screamé (Matthieu).
L'album a été enregistré, mixé et masterisé par HK Krauss au Vamacara Studio, arrangé par Frédéric Leclercq (ex-Dragonforce, Kreator, Loudblast, Sinsaenum, Amahiru…) 
L'artwork et le logo sont délégués à Juliette Ménant qui avait pour critères le paradoxe, le côté novateur et la couleur.
La rencontre avec Alexandre Saba de M&O Music qui avait aimé le concept lors de la réalisation du projet, s'est concrétisée en novembre 2020 par la signature du groupe sur le label avec une distribution via Season of Mist, dans certains points de vente locaux, nationaux et et internationaux, puisque Mirizøn est vendu en Allemagne, au Royaume-uni et en Belgique.
C'est Krist'hell Mirizon qui assure le management de Mirizøn.


CE QUE DIT LA PRESSE :


"Porté par un chanteur à l'immense potentiel, un violoniste inspiré, des riffs et une batterie acérés et un « screamer » qui, ..., en a gros sur la patate et apporte le mordant nécessaire". 
http://www.leseternels.net/chronique.aspx?id=18597


"Les morceaux sont d'une bonne durée et assemblés avec une part de génie, c'est très fluide, varié et équilibré." 
https://www.unitedrocknations.com/chronique-shrinking-violet-mirizon-3615


"Shrinking Violet est un remarquable premier jet pour les nantais de MIRIZON, qui laisse augurer une suite intéressante pour peu qu’ils affinent leur sujet et gardent leur identité séduisante. Bravo." 
https://amongtheliving.fr/chronique-album/mirizon-shrinking-violet/


"Shrinking Violet est le premier album de Mirizøn, et ça fait un bien fou ! Un groupe français intelligent, qui joue et nous embarque dans sa puissance poétique. " 
https://metalalliancemag.ch/2021/06/mirizon-shrinking-violet/


"Un metalcore puissamment ambitieux mélodique et mélancolique, aux arrangements musicaux et vocaux excellents, qui devrait trouver un public bien plus large que les seuls fans de metalcore compte-tenu que chaque titre apporte une nouvelle dimension et originalité." 
http://https://odymetal.blogspot.com/2021/03/mirizon-shrinking-violet.html


"On sent un vrai souci du détail et des arrangements" 
https://www.lagrosseradio.com/metal/webzine-metal/chronique-metal/p29440-les-gros-emergents-du-mois-de-mars-2021.html


 LE TITRE PAR TITRE :


1. "AWARENESS"   4'27
Et v'lan, Mirizøn réveille notre conscience quelquefois qu'elle serait endormie. La couleur est jetée sur la toile avec véhémence, avec une prod qui nous amène le son d'arrière plan vers l'avant, pour nous jeter en pleine figure les screams de Matthieu. Rapidement les choeurs ont un rôle modérateur, efficaces pour ramener un peu de tendresse dans cet univers bousculé.

Single sorti le 15/12/2020


2. "NOTHING LEFT TO SEE"   4'31
Plus rien à voir, peut-être, mais encore beaucoup à découvrir avec cet album de Metalcore hybride. De quoi se recharger les batteries jusque dans le rouge/violet. Vous voulez des ambiances, vous en aurez ! Entre ces screams énervés et colériques, ce violon douceureux qui apaise, la batterie qui martèle en duo avec basse/guitares, ce chant clair aérien et planant en duel avec les screams de Matthieu évoluant en growls agressifs sur une montée en puissance du violon bien complice, on ne s'ennuie pas, je vous le garantis!


3. "ATLANTIS"  4'26
Bien loin de l'instrumental composé par Jerry Lordan et enregistré par Les Shadows en 1963, ou même de l'album jazz de Sun Ra sorti en 1969, Mirizøn nous plaque au sol comme l'aurait très bien fait Atlantis sur le ring (pour les plus curieux : cf  Alfonso Vega Lopez). A contrario la rythmique instrumentale est implaccable et génère une énergie monumentale dans ce titre, violon et basse enfonçant le clou de cette envolée musicale. A noter des tonalités d'un violon moderne qui s'adapte au climat musical sans broncher, ravi d'y rajouter une plus-value incontestable.


4. "REQUIEM FOR AN END"  3'50
Une lithurgie sombre, énervée, en colère qui pourrait bien nous faire prendre la tête entre nos mains tant le désespoir est palpable. Les lignes de violon bousculent avec force comme le chant de Matthieu d'abord screamé puis évoluant vers des growls rugueux que la double pédale crédite en compagnie d'une basse vrombissante et sombre. On s'exprime haut et fort chez Mirizøn avec beaucoup de conviction musicale.


5. "SMALL WAR"  5'16
Une petite transition, un moment de calme dans ce monde de brutes, de folie, d'incohérence, proposée par Martin en chant clair... Oups pas vraiment très long ce répit, Mirizøn  aime surprendre et rester dans son univers en passant le relai à cette marche combattante jouée par une batterie belliqueuse suivie par ces acolytes de scène. Une montée en puissance, crescendo magnifiquement ornée de lignes de violon bien choisies : un virtuose ce Jules.


6. "FIGHT FOR DESTINY"  4'04
Emboîtant le pas à Small War, le quintet est bien décidé à en découdre et livré le combat pour lequel il s'est engagé. Quitte à me répéter, je souligne encore une fois le choix des lignes de violon, stridentes qui ajoutent la charge de violence que dégage ce titre très agressif, vindicatif. Des plages différentes  ne quittant pas cette véhémence,offrent une variation ponctuelle au cours de ce morceau. Technique, recherche sont évidentes dans les compositions de Mirizøn.


7. "ETERNAL DISILLUSION"  5'50
Une totale désillusion soufflée par les notes d'un violon plus celtique dans l'univers des Nantais, soutenu par la basse et par des envolées vocale et instrumentale qui confirment la volonté qu'a la formation, de donner du relief et du corps à cette galette. On peut goûter au petit vibrato de Martin dans ce titre, lorsqu'il va chercher des tonalités en voix de tête. Mention spéciale à la basse pour son côté plus encore dramaturge vers les trois minutes ouvrant sur le break du morceau et son côté tout autant dramatique.


8. "CRYSTAL CRANE"   3'33
A l'instar de Fight For Destinity, Crystal Crane très Metalcore dans son introduction, screame haut et fort, et toujours à l'instar de ce qui a déjà été précisé, on aime les ambiances chez Mirizon, allant même y rajouter des samples d'électro rappelant certains jeux video. La construction reste égale dans sa qualité ainsi que la production qui s'y colle, donnant perspective, profondeur au sein d'un même titre.


9. "SWANS AND SHADOWS"  5'54
Un peu plus classique avec une approche power balade dans sa seconde partie ( à 2'35), le violon se taille une belle part du lion, justifiée et magnifique. Un passage calme accompagné par une guitare acoustique lui rendant  un stamp mélancolique appuyé par le chant de Martin tout aussi mélancolique. Une atmosphère propice à la réflexion que l' "INTERLUDE" (track 10) d'une durée d'1 minute 13 continue à nourrir pour plus de poids.


11. "A LA CENDRE ET A LA NEIGE"  5'38
Clavier, basse, guitare acoustique violon puis rejoints par la batterie, un univers plaintif qui s'ouvre sur une plage émotionnelle très, très, très forte qui m'a valu, personnellement une montée des larmes et le dressage incontrôlable des poils tout aussi haut et fort que le chant, façon Grand Coeur Malade (si vous me le permettez) beaucoup plus véhément, sur nappe d'ambiance très urbaine, extrêmement en colère. Une ambiance explosive, farouche, perçante, poignante, féroce, pénétrante... Je vous laisse le choix des adjectifs à exprimer à la lueur de votre émotion...

 

NOTRE AVIS :

Si Mirizøn est un jeune groupe, il montre avec cette première galette qui certes, passée au microscope, peut révéler des détails à améliorer, un véritable potentiel de composition - textes et musique. Il s'agit d'un opus cohérent, varié, équilibré, coloré, au relief et à la profondeur incontestables. L'émotion y est de mise notamment sur la dernière piste "A LA CENDRE ET A LA NEIGE" chanté en partie en français. Mirizøn fait preuve d'une maîtrise musicale évidente ; on signale au passage que :

  • Jules est au Conservatoire de Nantes, en parcours préparatoire (parcours académique)
  • Louis a fait sept ans de violon (tiens, tiens) avant de passer à la basse qu'il continue de perfectionner en école de musique dans un parcours de musique actuelle.
  • Martin a fait dix années de guitare classique en école de musique et qu'il est, à l'heure actuelle, en chant lyrique au Conservtoire de Nantes.

Mirizon se situe dans un registre Metalcore aux portes de Death et à l'orée du Djent quand le pas n'est pas franchi, des influences variées mais une grosse imprégnation d'Architects, de Muse - petite indiscrétion si la voix de Martin est rapprochée dans les chroniques à celle de Mathieu Belamy, il en a adopté la coupe de cheveux au collège pendant quelques années.
"Shrinking Violet" est un concentré de rythmes, d'ambiances réfléchies, de riffs sauvages, de lignes de violon subtiles et maîtrisées dans ses choix, un choc frontal avec des vocaux véhéments et des plages instrumentales qui décoiffent très sérieusement mais, qui sait allier la mélodie à la fureur de l'instrumental. Le chant clean en duel ou en complémentarité avec les screams/growls, bien connus dans le genre font leur part dans cette réalisation qui mérite toute attention et sa place sur notre platine ou dans le lecteur assoiffé de bonne musique. 

Mirizøn a été sélectionné dans la liste des finalistes de The Voice of Hell 2022. Malheureusement, ils ne fouleront pas la scène du Altar ni du Temple mais ce n'est que partie remise. En attendant, la formation est saluée pour son fair-play :" Félicitations à Shade And Dust & Mortis Mutilati, gagnants de The Voice Of Hell 2022".

Mirizon the voice of hell 2022


Petit prolongement : 

"Tout est musique. Un tableau, un paysage, un livre, un voyage ne valent que si l'on entend leur musique".
Jacques de Bourbon Busset.


Entendez donc le monde de Mirizøn

Logo mirizon