LITTERATURE

HIKIKO MORI : "Humeurs Noires et Lettres Mortes" (Recueil - Perav' Prod, 2021)

  • Le 06/07/2021

«Piètre peintre, dessinatrice dégueulasse, plumitive à poil(s), folle aux chats professionnelle.»
C'est ainsi qu'Hikiko Mori griboulle sa quatrième de couverture.

Hikiko 1Elle aimerait qu'on la croit, elle qui se raconte mais qui jamais ne se la raconte, et qui ne voudrait surtout pas qu'on pense qu'elle puisse poêter plus haut que son cul.
« Être artiste ce n'est pas si facile, avoir quelque chose à dire c'est précieux, elle cartonne dans ce registre  », rectifie en préface Grolivier Paulin, des éditions Perav' Prod.

Hikiko Mori, prêtresse des Bad Tripes, peinturlureuse à ses heures, flot ininterrompu de création underground, revient avec un recueil de textes et dessins. Elle écrit aussi cru qu'elle dessine, aussi fort qu'elle chante, en prose ou en vers, et l'on ne sait jamais si c'est de l'art ou du cochon.

« Par moments, je me dis que si j'écoute avec autant de ferveur les émissions de faits divers glauquasses, regarde autant de true-crimes et lit autant de récits épouvantables, fictifs ou non, c'est pour me convaincre que ma famille n'est pas si à chier que ça », lâche-t-elle.

« La Vie La Pute », « Napalm Pour Tous », « La Veuve Poignet ». Barrée et baroque, Hikiko Mori enchaîne les outrances comme on pique des aiguilles dans une poupée de chiffon.

Le recueil est épuisé. Une réédition est à l'étude. Un seul conseil : réservez !

1b bad tripesHikiko Mori dans BAD TRIPES - cover de l'album Splendeurs et Viscères (2013)


« Humeurs noires et lettres mortes », recueil de textes et de dessins, 76 pages en noir et blanc, 21 x15 cm.
Préface d'Olivier Paulin. Éditions Pérav Prod.


Ce mois-ci, gagnez un recueil d'Hikiko Mori au concours Ahasverus - Métaux en tous genres :

Concours hd 1

Philippe Saidj, "Sous Pression" (Roman - 2020)

  • Le 20/06/2021

Vous cherchez un peu de lecture pour cet été ? Nous attirons votre attention sur « Sous Pression », le dernier ouvrage de Philippe Saidj, qui vous permettra de vous adonner à la littérature sans délaisser totalement l'univers du métal...

Prtscr capture 10PHILIPPE SAIDJ, « Sous Pression » (Malpermesita - 2020)

Fan de métal et de polars, Philippe Saidj se lance dans l'écriture en 2005. Il sort son premier roman, un conte fantastique intitulé « Monsieur B. », en 2010.

Suivent quelques ouvrages fantastico-policiers puis, en 2018, « La Forme Du Désespoir », son sixième roman.
On y fait la connaissance d'Alex, un personnage largement inspiré de la vie de son auteur,  dans une étrange histoire de rencontre qui mêle polar et métal - je dirais même plus : qui mêle polar fantastique et doom metal.

En 2020, Philippe Saidj rappelle Alex à notre bon souvenir avec « Sous Pression ».
Antérieur chronologiquement à « La Forme Du Désespoir » - mais doué d'une trame totalement indépendante même si l'on retrouve des personnages récurrents - il raconte les années prépa du doomboy un rien rebelle et misanthrope, qui semble pourtant le seul à s'inquiéter de la disparition d'une de ses camarades.

En deux cent cinquante pages, « Sous Pression » nous plonge progressivement dans un univers gothico-fantastique de non-dits, de pièces sombres et de dortoirs désaffectés, où l'on comprend que "Pravemi" est un anagrame du mot "Vampire".
Les références métalliques sont omniprésentes, les dialogues souvent cocasses.

« Sous Pression » est édité sous label Malpermesita Records & Bookstore, maison de disques spécialisée dans le black metal/doom.
Son prix est de quinze euros.

Vous pouvez retrouver sa bande son sur Spotify :
https://open.spotify.com/playlist/6NZdLdXmNtAp4NjmJZZBup

 

CHRIS CAPRIN - "My Way..." (récit - 2020)

  • Le 10/09/2020
Testeur, Journaliste, photographe pour des magazines de Metal, de moto-cross ou de VTT, batteur de Sweet Lips puis de Heavy Duty, Chris Caprin a vécu plusieurs vies en même temps, toutes guidées par ses passions.
Le voici lancé dans un récit autobiographique adressé à sa fille, un livre intimiste et lucide qui prend sa source au début du vingtième siècle avec ses grands-parents, pour se refermer en 2016 sur la page Heavy Duty.
Un récit très digeste : véritable couteau suisse, Chris Caprin écrit aussi efficacement qu'il martelait les fûts des regrettés Heavy Duty (écoutez leur discographie : https://open.spotify.com/artist/6MVGFcyv5mkNxQ9NA5m5Jy). Madeleine de Proust, il ranime le Vélosolex, le service militaire, et mille choses vécues qui viennent se rappeler à votre bon souvenir.
Affichant un penchant pour une certaine forme de misanthropie, il s'excuse, mais assume tout. Son ton reste nuancé, excellant à se faire comprendre à demi-mots, rappelant qu' à cinquante ans, "on commence à avoir du mal à distinguer les lettres de près, mais en revanche, les cons, on les voit arriver de loin !"
Très fluide, la lecture de "My Way" ne prendra pas plus d'une après-midi, tandis qu'on aurait aimé que Chris nous montre encore un layon ici ou là sur un parcours où le bruit des motos le dispute à celui des guitares.
L'ouvrage de deux-cent quatre-vingt pages est agrémenté d'un livret photos. Il est disponible pour vingt euros port compris auprès de son auteur.
Caprin my way
 

SAAD JONES : La Plume et le Metal (interview)

  • Le 03/11/2019
En 2017, nous découvrions “Violent Instinct”, un roman qui s’attachait aux pas d’HM, un trio de Death Metal en route pour la gloire ou pour l’enfer.
Du photographe à l’animateur de radio, du chroniqueur de fanzine à l’organisateur de festivals, tout le petit monde du Metal se retrouvait dans ce livre savoureux et haletant. Refermer sa dernière page nous avait laissé sur notre faim, et la perspective prochaine d’une suite à Violent Instinct nous a paru le moment idéal pour poser quelques questions à son auteur.
Voici notre interview de Saad Jones.
SAAD JONES
       


Bonjour Saad Jones. Je te propose de commencer cet entretien avec un saut dans le passé : premier album acheté ?
Saad Jones :
Je dois t’avouer ne me souviens pas du premier album que j’ai acheté. Adolescent, je recopiais plutôt les cassettes que mes camarades me prêtaient, jusqu’à ce que je puisse me les payer. Si mes souvenirs sont bons, ma première vraie discothèque contenait Violator de Depeche Mode, Nevermind de Nirvana, le Black Album et And Justice for all de Metallica, et Chaos AD de Sepultura. Je me rappelle une époque où pour obtenir des albums de Metal, je devais les choisir sur catalogue et les commander. Je choisissais les albums en fonction des chroniques de Hard Force Magazine, et tout mon argent de poche y passait.

METALLICA - ... And Justice For All (1988)
Premier concert ?
Je n’ai pas assisté à beaucoup de concerts quand j’étais jeune car je vivais dans une petite ville (je me rattrape depuis), mais je me souviens d’un concert de Metallica à Paris en 1996 pendant lequel j’ai perdu contrôle de moi-même. Quand les four horsemen sont entrés un par un dans Bercy pour monter sur leur scène en 8 et jouer tous leurs classiques, je me suis mis debout sur mon siège et je suis devenu fou… J’ai pris une grande claque ce jour-là.

 
Comment as-tu découvert la littérature ?
Tout d’abord, je dois t’avouer que ne suis pas un « littéraire ». Je préfère me présenter plutôt comme un conteur, car mes références en littérature sont très limitées, même si j’aime lire. J’ai toujours eu des livres chez moi mais bien moins que des albums de Metal !
Depuis que j’ai commencé à écrire et faire la promotion de mon roman, je lis beaucoup plus, notamment les ouvrages d’autres écrivains rencontrés au fil de mes voyages. Cela m’aide à comprendre certains processus d’écriture, mais aussi à définir ce que j’ai envie d’écrire et de raconter.

 

En lisant Violent Instinct, je n'ai pas pensé un instant qu'il s'agissait d'un premier roman. Il est très abouti. Quel chemin t'a amené à l'écriture ?
Artiste dans l’âme et dans le geste, je suis venu à l’écriture par défaut car, je le répète souvent, écrire a été à un moment de ma vie le seul moyen de créer. Dans les trains et les avions, ne pouvant plus peindre ou jouer de la musique, je me suis mis à écrire une histoire que j’avais en tête depuis longtemps et que j’ai nourrie de mes voyages.
Violent Instinct est en effet mon premier roman, mais écrire est devenu pour moi indispensable. Je suis en ce moment en train de mettre en place la structure de mon troisième roman, et je me retiens de ne pas commencer à tapoter sur mon clavier pour voir mes personnages s’animer. C’est devenu un élément essentiel de ma vie.

 

Saad Jones avance masqué. Ce personnage au masque noir et or, ce n'est pas uniquement pour préserver ton anonymat...
Garder mon anonymat est essentiel, et le sera de plus en plus, mais la manière dont je me présente, masqué, costumé, silencieux en public, s’inscrit aussi dans une démarche artistique. J’ai le souhait de garder une certaine cohérence entre ce que j’écris et l’image que je renvoie. Ayant travaillé sur la dualité (celle de mes personnages comme de la mienne), j’ai souhaité proposer un visage double à mes interlocuteurs, avec ce masque sombre d’un côté et doré de l’autre. De même mon nom de plume à un double sens, car « sad » en anglais veut dire « triste » alors que « saad » en arabe signifie « heureux ».
 
"J’ai vécu personnellement beaucoup de scènes
de Violent Instinct, même les plus étranges."
 

 

Violent Instinct est tout à la fois drôle, truculent et dramatique. Mais toi, Saad Jones, tu écris plutôt dans la douleur ou dans la joie ?
Je suis toujours surpris quand on me dit que Violent Instinct peut être drôle !
Je n’écris pas dans la joie, ni même dans la douleur, mais je choisis souvent de travailler avec un fond sonore approprié à la scène que je suis en train d’écrire. Je dirais que j’écris plutôt « sous tension », en essayant de « vivre » ce que j’écris, en déroulant le film des actions et en me plaçant physiquement dans la peau de mes personnages.
Tu as joué dans des groupes et ça se voit, les personnages et l'univers de Violent Instinct sentent le vécu ! J'ai, pour des raisons personnelles, adoré le fanzine HM Blog dont le rédacteur est fâché avec l’orthographe ! Y a-t-il une part biographique dans Violent Instinct et des gens de ton entourage ont-ils cru se reconnaître ?
Je ne pense pas que des gens de mon entourage puissent directement se retrouver dans les personnages de mes romans mais, inconsciemment, j’ai dû poser sur papier des éléments de ma vie. Certains personnages ressemblent forcément à des gens rencontrés lors de mes nombreux voyages, et Tilio, mon personnage principal, contient beaucoup de moi. Par exemple, comme Tilio, découvrir le Liban a modifié ma vision du monde, de la politique, de la religion, des relations entre les êtres humains…
J’ai vécu personnellement beaucoup de scènes de Violent Instinct, même les plus étranges. On dit que le premier roman d’un écrivain est le plus personnel, c’est sans doute vrai mais j’ai tout fait pour le cacher...

Je sais que tu aimes Albert Camus, mais quel livre emmènerais-tu sur une île déserte ?

J’emmènerai sans doute le guide de survie en milieu hostile ou comment construire un trimaran en feuille de palmier… J’aime la solitude, je la chéris, mais je reste un humaniste, et un humaniste ne peut pas accepter de vivre coupé de ses semblables.

 

Artiste à facettes, tu avais initié des planches dans l'idée de publier Violent Instinct en bande dessinée. Tu nous en montrerais un bout où tu n'aimes pas qu'on regarde par dessus ton épaule quand ce n'est pas fini ?
L’histoire de Violent Instinct devait voir le jour en BD, et j’avais commencé à travailler les premières planches (que je veux bien partager). Malheureusement mon dessin est trop enfantin et ne correspondait pas à la gravité que je voulais mettre dans l’histoire. De plus, j’ai trouvé dans l’écriture une liberté incroyable que je ne retrouve pas en dessinant.
Cependant, j’aimerais bien un jour peindre et publier des scènes de mes romans. C’est un projet qui me tient à cœur. Cela arrivera sans doute avec la sortie du troisième épisode de la trilogie Violent instinct.

 

Ton actualité, c'est un nouveau roman. Il commence en Afrique, et le mot "Metal" n'apparaît qu'à la fin du quatrième chapitre. Est-il trop tôt pour en savoir plus ?
Pas du tout, la suite de Violent Instinct, qui aura pour titre Red Roots, sortira en décembre 2019. J’ai déjà mis en ligne le (court) prologue et la couverture que j’ai réalisé en collaboration avec l’artisane finlandaise solekoru.
Ce roman se déroulera entre l’ile de Madagascar et la Norvège. Évidemment, mes lecteurs retrouveront plusieurs personnages de Violent Instinct, mais je leur laisse le soin de découvrir lesquels.
A quoi occuperas-tu les prochains mois ?
J’ai énormément de projets autour de mon activité d’écrivain, et ils doivent s’ajouter à une vie personnelle déjà bien chargée ! Outre la sortie de Red Roots et sa promotion, j’espère pouvoir organiser quelques rencontres avec mes lecteurs dans des lieux Metal en 2020. Je serai sans doute en Aout au Motocultor Festival car j’y ai passé des moments merveilleux cet été, mais j’aimerai aussi être présent au Salon Livre Paris 2020, au Hellfest et à la Convention Metal de Paris en octobre 2020. Je dois également terminer la traduction en anglais de Violent Instinct et finaliser la structure de mon troisième roman Dark Desires (titre provisoire) pour terminer la trilogie, en plus de trouver du temps pour travailler avec mon camarade photographe Colin du Mont.
 
Tu parles de “suite” et de “trilogie”. Ton nouveau roman, Red Roots, pourra-t-il être lu indépendamment de Violent Instinct ?
Il pourra bien sûr être lu indépendamment, mais avoir lu préalablement Violent Instinct permettra d’en profiter pleinement. Il en sera de même pour le roman suivant.

 

Merci Saad Jones d'avoir répondu à mes questions.
C’est toujours un plaisir.