BIOGRAPHIE SÉLECTIVE DE LA SCÈNE DE L’ISÈRE

  • Le 08/01/2019

Notre séjour dans les Alpes-Maritimes touchait à sa fin. Le patron du zine nous avait clairement fait savoir qu’on n’était pas payés pour prendre des vacances sur la Côte d’Azur, mais bien pour entreprendre un tour de France des scènes locales. Mais où aller, après Lyon et Nice ? “Et si on allait faire un petit coucou au frère du patron ?” qu’on s’est dit. On avait vaguement compris qu’il était ingénieur à Grenoble. C’est comme ça qu’on est retrouvés dans l’Isère... Voici donc une biographie sélective de la scène isèroise, arbitraire et indiscutable, parce que les goûts, parce que les couleurs... Douze portraits de groupes officiant dans le Blues, le Prog’, le Thrash ou le Hardcore. Le frère du patron, on l’a pas trouvé, ni à Grenoble, ni ailleurs dans le département. Mais on a ramené douze pépites !


 

anasazi : l’invitation au voyage

 

anasazi - Ask The Dust (2018)

Ne vous fiez pas à son absence de majuscule : anasazi fait incontestablement partie du haut du panier des groupes de Prog’ Metal français ! Né en 2004 à Grenoble, fort de cinq albums et de quatre EP, le combo a présenté son dernier né, “Ask The Dust”, en avril 2018. King Crimson, Porcupine Tree, Tool ou Dream Theater font partie des références de ce quartette aux pochettes toujours soignées dont l’univers varie au fil des morceaux et des albums. Fan de Prog’, visitez leur discographie, elle regorge de jolies surprises à petits prix !

anasazi travaille déjà sur son nouvel album. Le groupe sera en concert le 21/10/2018 au Brin de Zinc de Chambery avec le groupe de Prog’ Rock Symphonique cubain Anima Mundi. https://anasazi.bandcamp.com/

 

 


 

Charlie’s Frontier Fun Town : le chant des Outlaws

 

Charlie's Frontier Fun Town, "In Dust We Trust" (mars 2017)

Charlie's Frontier Fun Town, né en 2010, réunit tous les ingrédients du Stoner et compte deux rejetons : Molloko Vellocet (2013), et In Dust We Trust (2017). Vous l’avez deviné : nous sommes installés au plus aride du territoire des Etats-Unis. Soudain, Charlie-le-rugueux déboule au galop, comme s’il avait toute l’armée Yankee à ses trousses. Il a visiblement les couilles à l’envers, et son douze coups pourrait bien nous contraindre danser la guigue. Ça empeste le cuir, la poudre et le whisky... On aurait peut-être tous intérêt à gueuler avec lui : “In Dust We Trust !”

https://cfft.bandcamp.com/album/in-dust-we-trust

 


 

 

DEMENSEED : la Forêt Enchantée

 

L'EP "Granite Forest" (2015) après un sérieux coup de lifting réalisé en 2018.

Né en 2009 et fort de trois EP, Demenseed fait partie de ces groupes de Death technique qui peuvent séduire un large public grâce à une musique teintée de Prog’ qui n’hésite pas à lever le pied et même à nous servir des intermèdes accoustiques. Le groupe a sorti cette année un trois titres, et réédité un EP sept titres dont l’une des compos ne fait pas moins de ... 17 minutes ! 17 minutes durant lesquelles on ne s’ennuie pas une seconde, et qui donnent envie de retourner illico dans cette p*** d’inquiétante forêt minérale ! A noter que l’artwork des albums de Demenseed est signé par leur guitariste, Luc Messina. Ca confirme qu’un talent peut en cacher un autre.

https://demenseed.bandcamp.com/album/granite-forest-2 Le prochain album de Demenseed s’appellera “Growing Darkness”. Il devrait arriver cet automne.

 


 

EIGHT SINS : le péché mignon

 

EIGHT SINS, EP "It's A Trap" (2018)

Comme vous le constatez, EIGHT SINS est un groupe de goût. Son artwork est signé Chris regnault, et ses vidéos sont l’oeuvre d’une récidiviste, en matière de joyaux décalés, Magali Laroche. Ça n’empêche pas le Hardcore Trashy de EIGHT SINS de passer allègrement le blindtest ! Vous n’aurez qu’à poser votre oreille sur n’importe quelle piste du furieux dernier EP pour le comprendre. Né en 2006, le quartette compte deux albums, trois EP, et toute une palette de concerts à travers l’Europe avec des têtes d’affiches prestigieuses.

https://eightsins.bandcamp.com/album/its-a-trap EIGHT SINS commencera son “It’s A Trap Tour” par Ugine le 21/10/2018. A noter une belle édition vynile collector du dernier EP, dont la pochette a été réalisée par Chris “Bis” Regnault, tiré à seulement 100 exemplaires. https://eightsins.bigcartel.com/product/it-s-a-trap

 


 

ELECTRIC SHOCK : du Pur Heavy !

 

ELECTRIC SHOCK, "Wild Bastard" - Avril 2018

Pas de tromperie sur la marchandise : vous comprendrez immédiatement en voyant la pochette de “Wild Bastards” (2018), dernier EP d’ Electric Shock, que ce groupe va chercher sa matière première brute dans la scène heavy des 80’s. Le quintette reprend d’ailleurs avec une grande efficacité le “Nice Boys” des Tatts, ainsi qu’un morceau des Suédois de Bullet. Né en 2011, Electric Shock, également auteur de l’énergique “Burn Out” (2016), se concentre actuellement sur l’enregistrement de son premier album, qui débutera courant août et qui séduira, j’en prends le pari, tout amateur de pur Heavy.

https://electricshock.bandcamp.com/

Electric Shock sera au Trveheim Festival Vol. 3 qui se tiendra les 24 et 25/08/2018 à Munich. Le groupe jouera également le 27/10/2018 à Marmoutier. Enfin, si vous aimez les collectors, Electric Shock a sorti chez Forgotten Wisdom Productions un vynile disponible ici : http://www.forgottenwisdomprod.com/fr/7-eps/6143-electric-shock-wild-bastards-7ep.html

 


 

Faith In Agony : à répéter sans modération

 

Faith In Agnony, "Do Not Repeat" (2017)

“Do Not Repeat” (2017), qu’y disaient... Et comment qu’on va le répéter ! Faith In Agony propose un rock qui claque et qui caresse, des soli qui bastonnent, une voix qui vous mord. Sans céder à la copie, sans respecter les limites à la lettre, quelque part entre Led Zep et Alice In Chains, les Grenoblois vous proposent deux EP à prix libre, et des envolées qui laissent penser que le détonateur pourrait bien nous avoir été livré avec la poudre... A surveiller de très près !

 

https://faithinagony.bandcamp.com/album/do-not-repeat

 

 


 

 

FLAYED : la Groovin’ Machine

 

FLAYED, "Monster Man" (2015)

Vous aimez quand ça groove ? Voici FLAYED. Le combo viennois a vu le jour en 2013 et n’a pas perdu son temps : déjà deux LP et un EP à son actif. Dès le début, la sauce prend. La journaliste Laurence Faure ne s’y trompe pas lorsqu’elle les questionne pour Hard Force à la sortie de leur premier album, “Symphony for the Flayed” (2014) : les membres de Flayed ont déjà tous un joli parcours ! L’orgue Hammond nous ramène aux 70’s, la voix rocailleuse de Renato a parfois des intonations de Gary Cherone, un peu comme si “Extreme”, période Pornograffitti, tapait secrètement le boeuf avec Glenn Hugues. Enfin bref, ça groove, ça groove, c’est excellent !

Aux dernières nouvelles, après l’EP XI Million (2016), FLAYED nous prépare son FLAYED III - Empty Power Parts - pour septembre 2018, et il jouera au Nantes Festival Fest le 8/12/2018.

https://flayedband.bandcamp.com/album/symphony-for-the-flayed

 


 

LONEWOLF : les artilleurs

 

Cuir, clous et artillerie lourde : Lonewolf est une machine de guerre dopée à la testostérone dont les intentions belliqueuses ne font aucun doute. Née en 1991, la formation splitte en 1996 après des déboires avec son label, puis renaît en 2000. En 2017, elle sort “Raised on Metal, un dixième opus hargneux et sans concession, un Metal digne des meilleurs forgerons allemands. Les grenoblois sont annoncés au South Troopers Festival 2018 de Marseille le 21/09/2018.

 

https://open.spotify.com/artist/0zQ0483uMsHNEta3WbXb7R

 


 

Nightmare : un bien joli cauchemar

 

Nightmare, Dead Sun (2016)

Impossible de parler “scène isèroise” sans penser “NIGHTMARE”. Ce géant du Metal français est né dans les années 80 à Grenoble. Après un split, il renaît en 1999. Le talentueux Jo Amore a la bonne idée de s’emparer du micro, qu’il ne lâchera plus. Mais en 2015, les divergences musicales poussent Jo et son frère David (batterie) à partir fonder ÖBLIVÏON. Nighmare recrute alors la Metal Queen Maggy Luyten (Ayreon) et pimente son Metal, dans l’album “Dead Sun” (2016), d’une pointe d’extrême. Pendant ce temps-là, Öblivïon revisite le Power Metal avec Resilience (2018). Le fan peut donc faire taire ses inquiétudes : le titan Nightmare a donné naissance à deux supergroupes au lieu d’un, et ils ont chacun un bel avenir métallique devant eux.

Nightmare sera sur la scène du LeymFest 6 le 01/09/2018, et vous pouvez retrouver deux de ses membres pour un cours Guitare / Chant à Grenoble dès le 17/08/2018.

https://open.spotify.com/artist/3gSYde7QNAYJhvZnRtSCG5

 


 

Norwalk : Thrash’ Em All !

 

Amateurs de cavalcades effrénées et de headbanging interminables, Norwalk est fait pour vous ! Posez votre oreille sur le titre “Neverland” présenté ci-dessous, qui ouvre l’EP “Rebirth” (11/2017), il ne vous faudra pas plus de quinze secondes pour réaliser que vous êtes en face d’une tuerie digne des meilleurs classiques du Thrash Old School. Il faut dire que nous n’avons pas affaire à un quarteron de lapins de six semaines : Norwalk existe depuis 2005, et “Rebirth” est son second EP.

https://norwalk.bandcamp.com/album/rebirth Le successeur de “Rebirth” est actuellement en préparation. Aucune date de sortie n’est avancée pour l’instant.

 


 

Titans Fall Harder : le monde des Titans

 

Titans Fall Harder, "Evolve", (Septembre 2017)

Fondé en septembre 2016, le jeune Titans Fall Harder sort un an plus tard son premier EP, “Evolve”, suivi du single “Machine World”, en janvier 2018. Adepte de musiques extrêmes et des ambiances futuristes version cinémascope, le quintette nous fait partager sa vision d’un futur angoissant dominé par les machines, cerné de pointes électro, ou un chant clair se fait parfois - rarement - entendre au détour des voix torturées du Death.

https://titansfallharder.bandcamp.com/

 


 

The Chainsaw Blues Cowboys : Macadam Cowboys

 

“For a Few Chainsaw More” (2015)

Imaginez Charlie Wiston qui oublierait de mettre les patins pour entrer au studio, ou enfermez Sergio Léone et Rob Zombie dans la chambre d’un motel américain perdu entre un désert et une station-service crasseuse. Tout ça vous donnera une idée de ce que peut être la musique de The Chainsaw Blues Cowboys ! C’est donc tout naturellement que ce duo a baptisé ses deux albums râpeux à souhait, dans lesquels le rock et le gospel le disputent au blues, “The Good, The Bad and the Chainsaw” (2013), et “For a Few Chainsaw More” (2015).

https://thechainsawbluescowboys.bandcamp.com/album/for-a-few-chainsaw-moreFew

Le successeur de “For a Few Chainsaw More” est en bonne voie. Les duellistes ont terminé leur travail de composition et vont entrer en phase d’enregistrement. Le titre de l’album suivra-t-il le modèle de la “trilogie du dollar” ? Vous le saurez écoutant le prochain épisode de... The Chainsaw Blues Cowboys !

 


 

 

C'est tout pour aujourd'hui...

Merci aux groupes pour leur accueil et leurs indications.

 

scène locale