WHITE SOFA (Metal Electro) : Nouvel album en janvier 2020

  • Le 31/12/2019
Groupe : WHITE SOFA
Genre   : Metal Electro
Origine  : Tours

Par Dam'Aël le 31/12/2019 pour Ahasverus - Métaux en tous genres

White Sofa
est un groupe tourangeau ( Indre et Loire) fondé en 2016 par cinq musiciens talentueux qui, à l’origine sont : Gauthier Barbon (chant), Patrick Scotto-Di-Perta et Thibault Talidec (guitares), Charlie Scotto-Di-Perta (basse) et David Moreau (batterie) ; tous, plutôt plus que moins, aguerris car issus de formations telles que Phoenix Avenue, Rage Dedans… Ces loulous-là ont plus d’un...Tours... dans la poche, puisque, à force de travail, répétitions et scènes locales - ils ont fait leurs preuves en jouant aux cotés de Eths, The Arrs, Smash Hit Combo ou encore Betraying The Martyrs, sans aucune prestidigitation, mais avec un certain talent, ils nous font paraître un EP éponyme “White Sofa” très rapidement (sorti le 16 décembre 2016). Un six pistes de Rock et Metal Indus, alternant la langue de Molière et l’anglais et, qui je vous le garantis, n’est à aucun moment une langue de bois : du genre introspection et positionnement par rapport aux dérives de notre société contemporaine telles que les souffrances possibles, provoquées par la quête d’un bien-être absolu que nous impose notre modèle de consommation sociétal.
 
 
White Sofa, relooké est prêt aujourd’hui à défendre ses nouvelles compositions et son tout nouveau show dans l’hexagone pour ajouter sa pierre au Rock/Metal Français. Le Line-up a en effet été revu et corrigé avec l’arrivée d’une touche féminine qui vient y rajouter une pointe de douceur (et une part de parité), mais rassurez vous,Tristana Viana y va à touche homéopathique !!! Car ça déménage toujours autant.
Yoann Tessier est désormais derrière la guitare et Guillaume Caban martèle la batterie à baguettes rompues. Combo revisité et premier album déjà finalisé qui sortira début 2020, le 3 janvier normalement, accompagné de plusieurs clips vidéo. Pour les situer, projetez-les quelque part entre Mass Hysteria, Korn, System Of A Down et Machine Head ; White Sofa propose des compositions basées sur l'énergie, le groove et la mélodie ; une musique à la fois puissante et prenante qui émerge de la synergie efficace de ses membres.
 

Discographie

 

Avec cet EP “White Sofa”, on vous invite à prendre place sur un superbe canapé blanc... A priori pour vous offrir une écoute bien cosy de cette petite galette alitée sur la platine qui tourne gentiment... Mais ne serait-ce pas plutôt celui beaucoup moins confortable d’un psy qui va vous titiller les méninges tout en vous secouant les deux esgourdes, vous savez ces deux palettes aussi torturées que ce thérapeute, qui captent ce Rock Metal habillé de sons électro indus, parfait pour torpiller au plus profond vos entrailles en ébullition. AHAHAHAH... Sacré problème existentiel.... C’est l’effet que vous fait le tout premier titre “Lay Down qui dure peu, à l’image de la mise en place face à votre extracteur d’idées ou aux réglages qui vous arrachent les cheveux quand la journée est un peu compliquée. “L’homme Par Fait(s)”, et oui tout le monde l’attend !, en alternance de phrasés en anglais et en français, la puissance de la demande est bien ressentie avec la puissance de ce titre qui rappelle Mass Hysteria, alternance de voie claire et plus soutenue. Jolie entrée en matière pour “My Own Reason”, avec une batterie qui charme et qui tue au cours des 2’17, bien suppléée par une voix claire qui s’énerve ici et là sans toutefois se saborder en cris inaudibles et parfois exaspérants. J’ose espérer que jusqu’à présent, personne d’entre vous n’en a rien à f*** de White Sofa qui, eux, hurlent dans un bilinguisme ravageur “ I Don’t Care” leur côté réactionnaire! Quel désordre cette société et ce n’est pas ce combo qui me contredira avec “Mess” qui envoie un sacré pâté dans la marre du Metal Indus. Un véritable dédale musical qui prend la direction de l’est en tout dernier titre ; “Empty Maze” prend des couleurs et des nuances plus orientales et calme autant ce combo que l’auditeur grâce à de très jolies notes acoustiques qui s’étiolent en douceur et se dirigent vers le calme. Vous pouvez vous le lever ; Vous êtes requinqués!!! Ohohoh... le psy s’est endormi... Laissons-le tranquille, il remonte son propre labyrinthe... sans fil d’Ariane? on est tranquille pour un moment ! Alors consommons une autre part de galette.
 
 
A Bout de Fil” est le premier album studio du groupe ; les prises ont été faites dans le studio le ‘Rock Style Studio’, situé à côté de Tours, et le mix et le mastering ont été confiés à HK du ‘Vamacara Studio’, basé à Clisson (ohoh, on veut s’offrir les clés du Hellfest!). HK a notamment travaillé avec Sinsaenum, Dagoba et Black Bomb A... A noter que White Sofa est à la recherche d’un label et d’un tourneur sérieux. “A Bout de Fil”, ce sont des riffs bien lourds sur des rythmiques très rapides mais sans jamais y perdre ni le groove, ni la mélodie. Le texte est en français sur ce titre qui annonce l’album prévu, je le rappelle le 03/01/2020.
Gauthier s’explique sur les textes du groupe : “On écrit nos textes selon nos humeurs, et nous ne réfléchissons pas vraiment au retour qu’ils vont avoir. Nos textes sont sombres et critiques, c’est vrai. C’est une façon de nous libérer l’esprit d’où le nom White Sofa. On crée et on joue de la musique comme un patient pourrait aller chez un psychologue, s’allonger sur le sofa et y laisser ses mauvaises pensées. White Sofa, c’est notre thérapie ! (rire)(tiré de l’interview de MetalObs avec Gauthier Barbon).
Servi par des gros riffs et une rythmique écrasante, « A bout de fil » montre un combo maîtrisant son sujet et le très bon mix de l’album met parfaitement en valeur les instruments. Les sons Electro apportent aussi beaucoup de fraîcheur et quelques respirations à l’ensemble (« Funambule »), mais c‘est pour mieux repartir (« Le bal des vautours »). WHITE SOFA signe donc un très bon premier album assurant la relève de l’Electro-Metal hexagonale.” (François Alaouret de MetalObs). https://www.metalobs.com/white-sofag-roove-et-percutant/)
De quoi nous tenir en haleine jusqu’au trois janvier, n’est ce pas !