Stéphane Portelli fil à fil (interview)

  • Le 09/04/2020
Quatre albums déjà pour Stéphane Portelli. Son dernier opus en date, “Sur le Fil” (2018), résonne toujours régulièrement sur nos platines. Riche et varié, remarquablement composé et écrit, il nous a donné envie d’en savoir plus sur ce singulier guitariste de Rock/Blues en français.
Stéphane Portelli a accepté de répondre à nos questions. Alors installez-vous, nous allons soulever le voile... fil à fil !
 
Photo presse 6
 
        
Bonjour Stéphane Portelli. J'aimerais vous entraîner quelques années en arrière : premier souvenir qui vous relie à la musique ?
Stéphane Portelli :
Mon père est un fan d’Elvis. J’ai donc baigné dès mon plus jeune âge dans la musique américaine, le rock’n roll, mais aussi le blues et le gospel. Ma mère avait une amie psychologue qui habitait Nîmes. Chez elle, au sous-sol, il y avait une grande pièce avec bar, canapé et tout le confort pour écouter de la musique. J’ai découvert dans ce lieu l’album des Eagles “Hotel California”. J’ai adoré le Son ! Ce sont mes premiers souvenirs musicaux.
 
Premier album acheté avec votre argent de poche ?
Brothers in Arms”, de Dire Straits.

 

Premier concert  ?
Le premier concert qui a compté pour moi est celui de Dire Straits, la tournée Brothers in Arms en 1985, dans l’amphithéâtre d’Orange.

 

Elément déclencheur de votre vocation ?
Devant ma télé, dans l’émission Les Enfants du Rock, en découvrant le groupe Dire Straits. Le feeling de Mark Knopfler sur le solo de “Tunnel of love” a déclenché une vive émotion et c’est certainement de là qu’est venue ma vocation. Dans la lignée, j’ai rapidement découvert le laid-back avec les artistes JJ Cale, Tony Joe White, le blues à travers BB King, Eric Clapton et le rock planant des Pink Floyd.

 

Première composition ?
J’ai commencé mes premiers pas dans la composition en jouant sur des titres qui passaient à la radio et plus particulièrement les albums de Sade -musicalement très aérés- sur lesquels je m’amusais à poser des guitares additionnelles. J’ai créé inconsciemment mes premières parties de guitare.
 

Portelli1

Stéphane Portelli par Chrislène P.
Vous êtes autodidacte en musique. Liberté ou ralentisseur ?
Liberté car je me suis créé mes propres codes ; ils définissent ma personnalité musicale. Je n’ai pas de barrière, je suis mon instinct. Les seuls principes qui me guident en musique sont ceux que me dictent mes oreilles.

 

Agathe Mulot c'est un bon souvenir ?
Oui, un bon souvenir car c’était ma première expérience sur scène. Dès que j’ai eu un peu d’argent, j’ai acheté une Fender Télécaster USA et un bon ampli à lampes et j’ai répondu à une annonce. Un groupe de Blues-Rock qui cherchait un guitariste. Petite anecdote concernant la première audition : je me présente, on commence à faire tourner quelques morceaux, essentiellement des reprises. J’étais habitué à placer des notes, des solos et non à faire des rythmiques et ils m’ont dit que mon niveau était sympa mais que pour jouer dans un groupe, il fallait savoir faire des rythmiques ! Du coup, après la répète, j’ai acheté un Best-of de Chuck Berry et pendant une semaine, j’ai fait saigner mes doigts dessus. A la deuxième répète, je maîtrisais les rythmiques et cette première aventure musicale a duré cinq ans.

 

L'aventure "Stéphane Portelli" commence en 2001. Qu'est-ce qui vous a motivé à monter votre groupe en nom propre après Agathe Mulot ?
Certainement l’envie de véhiculer mes idées artistiques. Raconter mes propres histoires. Et j’étais peut-être aussi lassé des reprises.
Vous comptez maintenant quatre albums. Je vous propose de nous en dire un mot. Commençons par "Stéphane Portelli", qui sort en 2003...
Avant cet album, j’ai enregistré un CD deux titres (Mam et Tu peux compter sur lui) qui est sorti en 2001. J’ai participé à un tremplin à Marseille, au festival Avec le temps, à l’Espace Julien, où il fallait jouer un morceau de sa composition et un titre de Léo Ferré réarrangé. J’ai choisi Mam qui marchait bien en live et la chanson C’est Le printemps de Léo Ferré. C’était une valse et j’en ai fait un Jungle Beat, inspiré de Bo Diddley. J’ai gagné le tremplin avec mon groupe. J’ai ainsi eu un petit budget pour enregistrer un album. Le deal était d’y intégrer la reprise de Léo Ferré.
Ce CD deux titres et le premier album, ont été surtout un support pour démarcher et faire de la scène. Ce dernier a été enregistré et mixé en deux jours dans une église désaffectée investie par une association, dans un quartier de Montpellier. L’ingénieur du Son était Guy Simon (père d’Emilie Simon).

 

Tête En l'Air” (en 2006) ?
Avec l’expérience de la scène, cet album était un peu plus abouti, quatorze titres. Les arrangements étaient davantage travaillés et il n’a pas été enregistré dans l’urgence comme le premier. Les titres sont un peu plus éclectiques. Cet album, enregistré au Studio Solis Prod à Aubais (30), m’a permis de dépasser le réseau des scènes locales et d’avoir l’opportunité de participer à un festival au Québec.
Portelli2
 
En 2011 vient “A bientôt sur les routes”...
L’élément déclencheur a été le tremplin national Milonga où j’ai été lauréat, ce qui a permis de financer totalement cet album. Il a été enregistré dans un très bon studio, dans le sud de la France à Pompignan (studio Recall). Pour cet album, il y a eu une nette évolution au niveau des arrangements. L’ambiance générale est plus posée, avec un travail sur les couleurs musicales. J’ai utilisé la guitare électrique bien sûr mais aussi la guitare folk, classique et le Dobro pour accentuer les différents styles abordés (sud-américain, irlandais, folk, rock…)

 

Enfin en 2018, votre quatrième album, "Sur le Fil". Il aurait pu ne jamais voir le jour ?
Oui, effectivement car suite à un grave accident, je n’étais pas sûr de pouvoir rejouer de la guitare. J’ai passé des moments difficiles mais, même si c’est relativement récent, je ne suis pas quelqu’un qui reste tourné vers le passé. Je regarde toujours devant, en sachant profiter du moment présent et cela m’a permis de rebondir assez rapidement.
 
Portelli 3
 
Cet accident dont vous avez été victime vous a-t-il amené à aborder la composition différemment ?
Il faut dire que ce quatrième album a été écrit en convalescence et pendant une période de grand doute, donc l’empreinte de l’accident est présente. Sachant qu’un album est toujours la photographie d’un moment… et celui-ci a duré neuf mois. Je me suis retrouvé face à moi-même et je suis naturellement revenu à mes premières influences musicales, le Blues et le Rock pour accompagner des paroles assez lourdes et poétiques à la fois.

 

Quels sont les musiciens qui vous ont accompagné “Sur Le Fil” ?
J’ai rappelé Vincent Declercq (batteur) qui m’accompagne sur les routes depuis 2011. Il y a une osmose musicale entre nous. On se connaît par cœur, c’est un ami. Il arrive à comprendre et anticiper mes pensées artistiques. Tout est fluide musicalement et c’est important car j’ai opté sur une formation en trio et il me fallait une personne sur laquelle je pouvais m’appuyer rythmiquement. Vincent était la personne idéale.
Je cherchais un bassiste qui colle parfaitement au jeu de batterie de Vincent et après des essais non concluants avec d’autres, c’est Patrice Gimenez qui est venu nous rejoindre pour compléter le groupe, quelques mois avant l’enregistrement de l’album.

 

Votre album est capable de séduire à la fois une audience Rock, des amoureux de guitare, mais aussi un public généraliste car c'est à la fois technique et catchy. Vous m'évoquez par exemple Paul Personne, Louis Bertignac, et même Matthieu Chedid sur le morceau "Sur le Fil"...
Merci pour la comparaison, ça me flatte. C’est sans doute que je partage leurs influences musicales, Led Zeppelin, les Rolling Stones, et Clapton période Cream. Pour la petite histoire, quand j’ai composé le morceau “Sur le fil”, je trouvais le chant trop grave. Plutôt que d’utiliser le capodastre et changer la tonalité, j’ai essayé le chant à l’octave, cette voix est arrivée et je l’ai gardée. Avec du recul effectivement, c’est une voix qui peut rappeler celle de Matthieu Chedid. Mais sur l’instant, je n’ai pas fait cette association.
Pour cet album, je voulais un son organique et très direct avec une guitare présente, d’où le choix du power trio, autant en studio que sur scène. J’ai laissé ma guitare acoustique dans son étui et ressorti mes Gibson Les Paul et 335, mon vieux Fender Deluxe reverb et mes pédales vintages. En studio, j’ai invité la violoncelliste Jade Neveux pour accentuer l’émotion sur trois titres. Enregistré au Studio Novason à Poulx (30), l’album “Sur le fil” m’a permis de renouer avec le Public.

 


Votre actualité dans les mois à venir ?

Des concerts où je revisite mes quatre albums, et en guest deux nouveaux titres du prochain opus.

 

Un opus en préparation ?
Effectivement, je finis de composer mon cinquième album, dont la sortie est prévue en 2021 pour mes vingt ans de carrière. Je travaille actuellement sur les arrangements avant de le présenter aux musiciens. J’ai déjà une petite idée du Studio où je vais poser mes guitares.
 
La chanson inavouable que vous écoutez en cachette ?
Un titre que je trouve excellent pour sa fraicheur et son parfum d’évasion : “Voyage en Italie”, de Lilicub. Pour l’anecdote, l’été dernier, lors d’un voyage en Sicile, un délire avec mon épouse : un petit clip improvisé de quelques secondes, diffusé sur Intagram et Facebook, dans une Fiat 500 de location. Italie oblige ! C’est certes différent de ce que j’écoute d’habitude mais pas franchement inavouable…

 

Merci Stéphane Portelli de m'avoir accordé cette interview.
Merci à vous et au plaisir de vous croiser sur ma route !
 
    
Liens utiles :
Stéphane Portelli sur Facebook :
https://www.facebook.com/stephane.portelli.1
Stéphane Portelli sur Spotify :

https://open.spotify.com/artist/2HQE0K8QC5clGto7B4ze4P
Photographies de Stéphane Portelli : Chrislène P.