HETEROCHROME, From The Ashes (2022)

Le 18/04/2022

Le Metal est parfois comme ces herbes folles qui s'accrochent aux endroits les plus improbables. Ainsi en est-il de Heterochrome, groupe progressif originaire d'Iran. Ce n'est d'ailleurs pas le premier représentant de la scène iranienne que nous accueillons dans nos pages, le pays était déjà représenté par la voix lyrique de Behnaz Ghavidel tandis qu'elle participait avec le titre « Limbo » au projet Chaos Rising initié par la Française Stéphanie Nolf (UNSAFE).
Mais je m'égare ! Revenons à nos moutons. Ainsi Heterochrome est un groupe de métal progressif originaire d'Iran. Il est né de la rencontre de Mida Malek (c'est elle) et de Mohammadreza Arash Rezaei (c'est lui) à l'université. Ils citent pour influences Opeth, Porcupine Tree, Gojira, Draconian et Lacuna Coil, ainsi que la scène alternative et gothique des années 1990 et 2000. Leur premier opus, « Melancholia », point en 2017. Le 13/05/2022 Heterochrome revient avec un nouvel album :

« From The Ashes »

Heterochrom artwork
A propos de ce nouvel album, le groupe déclare :
« Cet opus a été écrit comme un album concept, chaque piste constituant une petite partie d'une image plus grande. Bien que chaque morceau recèle une histoire unique et puisse être apprécié individuellement, l'album a été monté avec des transitions fluides pour relier les titres. »
Il ajoute qu'il s'agit d'une « plongée beaucoup plus profonde dans les expériences personnelles des membres du groupe qu'à nos débuts. Nous espérons que les fans apprécieront le chemin que nous prenons et se connecteront aux chansons avec nous. »
Avec « From The Ashes », Heterochrome introduit pour la première fois le Farsi dans sa musique. Il nous éclaire sur ses intentions :
« Les paroles et la musique de notre deuxième album soulignent les problèmes sociaux et politiques de notre pays d'origine, l'Iran, tels que l'incarcération et la criminalisation du Metal, de l'homosexualité et du chant féminin, et à plus grande échelle les problèmes du monde, comme le dilemme du changement climatique. »
L'écriture et la production de  « From The Ashes » ont pris quatre ans, et il a été enregistré dans plusieurs pays : Iran, Finlande, Canada, Espagne et Corée du Sud, tandis que le mastering avait lieu en Russie. Contrairement au premier album, celui-ci contient de nombreux instruments acoustiques enregistrés en direct, notamment une batterie acoustique et un violoncelle.
Faisons maintenant un tour de pistes. Les commentaires en italiques sont donnés par le groupe :

  1. « For Tomorrow » ouvre l'album d'un rythme décidé, un chant féminin en Farsi succède aux vocaux death, accompagné par le violoncelle. « L'une des dernières chansons que nous avons mises sur l'album. Cette piste a commencé tandis qu'Arash réfléchissait au changement et au réchauffement climatique ainsi qu'à l'état général de danger dans lequel se trouve notre monde et notre planète. Après avoir écrit le premier couplet et le refrain, il l'a envoyé à Mida, qui en est immédiatement tombée amoureuse avant même d'avoir entendu ce qu'elle signifiait pour Arash. Mida s'est immédiatement mise à écrire le deuxième couplet, s'inspirant de l'environnement sociopolitique de l'Iran, faisant savoir à Arash qu'ils avaient besoin de cette chanson dans leur album. C'est l'un de leurs morceaux préférés, il peut être compris différemment par chaque auditeur. »
  2. « Badbadak » poursuit toujours avec un chant alterné Anglais/Farsi d'un bel effet, et des rythmiques presque death. Le groupe explique la génèse du morceau : « Janvier 2020 a été marqué par la tragédie de l'avion de ligne ukrainien abattu par le gouvernement iranien , tuant nombre de nos proches, dont l'un des anciens camarades de classe de Mida. Dans le chagrin qui a suivi, Mida s'est inspirée d'une vieille chanson  appelée Badbadak et a écrit ce titre.»
  3. Malgré son titre, « Rage Against The People » joue sur les harmonies. « L'une des chansons les plus agressives de l'album, traitant des problèmes de chagrin et de confiance et de la lutte intérieure causée par ces sentiments. »
  4. L'instrumental « WOTB » commence très doucement. Le clavier se fait plus présent. Il s'agit du « seul morceau instrumental de l'album qu'Arash a commencé à écrire peu de temps après avoir quitté l'Iran, se confrontant à une pléthore de nouveaux défis. »
  5. « The Bearing » voit sa structure bousculée, ses guitares torturées, entre des phases puissantes assez agressives. Il s'agit d'un morceau sur la discrimination et l'oppression à l'égard de l'homosexualité féminine.
  6. Comme son titre l'indique, « Transition » est « une intro pour la face B de l'album. Essayer de créer l'ambiance adéquate à la prochaine piste. »
  7. Sur « Time’s Up » le chant masculin se fait clair. On oublie un instant qu'on écoute un album de Metal. « Cette chanson développe deux histoires distinctes sur les difficultés amoureuses et la dévastation émotionnelle qui peut en découler. La première partie traite d'un profond chagrin dans la vie d'Arash, et la deuxième partie évoque un souvenir de Mida. »
  8. « Through Evil Within » rebranche les guitares mais conserve des plages athmosphériques entre des phases death. « C'est probablement le titre le plus travaillé de l'album ! Quel voyage sauvage ça a été ! Presque tout le monde a ces discussions introspectives. Asseyez-vous avec vos démons intérieurs, votre côté le plus sombre, nommez-le comme vous voulez. Cette bataille pour essayer de reprendre le contrôle de votre cerveau et gérer votre mental. Anxiété, dépression, crises de panique, presque tout le monde a dû faire face à au moins un de ces problèmes et pourtant, on en parle rarement. »
  9. « Sargardan » démarre sur un tempo heavy qui lui donne un côté catchy. Les choeurs et l'ambiance persane en font l'un des titres les plus originaux de l'album. « L'une des premières et des plus amusantes chansons que Mida et Arash ont écrites pour cet album ! Ils voulaient tous les deux jouer avec des thèmes persans plus classiques et vous pouvez entendre ces éléments à la fois dans les paroles et dans les mélodies. Cette chanson tente de capturer l'essence du métal alternatif dans le son du groupe. »
  10. L'enchaînement avec « Outlaw » est si bien amené qu'on a l'impression d'avoir affaire à une longue pièce de dix minutes. C'est l'un des morceaux les plus Metal Prog' de l'album. Sur les lyrics, Heterocrome explique : « En 2017, Mida avait prévu de rejoindre son fiancé aux États-Unis, mais une décision de Donald Trump lui interdit d'entrer aux USA. Une fois de plus, Mida voyait sa vie partir en vrille à cause des décisions stupides de politiciens ignorants qui n'ont jamais à payer le prix de leurs propres choix. » C'est donc la colère et la frustration qui prédominent sur ce  morceau qui clôture l'album.

Notre Avis :
Engagé et loin d'être anecdotique, le métal progressif de Heterochrome est aussi à l'aise quand il s'agit de charmer vos oreilles par des mélodies caressantes que lorsqu'il faut aller les chatouiller au son dudeath metal. Le chant à deux voix est varié : la voix féminine présente de solides possibilités dans les notes hautes tandis que la voix masculine  s'exprime plutôt en chant saturé mais se défend tout de même en clair. L'utilisation de la langue persane est un véritable atout qui donne du cachet aux compositions, elle se marie agréablement aux sonorités anglaises. L'adjoinction du violoncelle est bienvenue. Heterochrome est donc un groupe de métal progressif fiable, déjà expérimenté, et « From The Ashes » pourra vous séduire par ses ambiances variées et ses touches originales. A découvrir.

Track Listing :
1. ب رای ف ردا (Baraye Farda, For Tomorrow) - 3:39
2. ب ادب ادک (Badbadak, The Flight) - 3:28
3. Rage Against The People - 4:34
4. WOTB - 4:10
5. The Bearing - 4:29
6. Transition - 2:22
7. Time’s Up - 3:06
8. Through Evil Within - 5:03
9. سرگ ردان (Sargardan, Wanderer) - 3:20
10. The Outlaw - 7:20
Durée totale : 41:21

Line-Up :

Discographie :

  • Melancholia (2017)
  • From The Ashes (2022)

Le Lien :

 

PROGRESSIVE