GET THRASHED! The Story of the Thrash Metal (documentaire - 2006)

Le 15/01/2023

« Si tu veux écrire sur la face mauvaise du monde, grâce à la musique tu as le pouvoir de le crier. On ne peut rien changer, mais on peut le crier. » Tom Angelripper (Sodom)

« Get Thrashed: The Story of Thrash Metal » est un documentaire américain réalisé par Rick Ernst en 2006.
Get thrashed
Long de cent minutes, c'est un cours magistral, une véritable leçon d'histoire par les plus grands acteurs de la scène Thrash Metal qui nous édifient par leurs réflexions pertinentes parfaitement agencées par un montage qui privilégie la chronologie.
On trouve le Thrash dès ses balbutiements. Il est né à trois endroits selon DJ Will (Knac) :
« A Los Angeles on a Metallica et Slayer ; dans la Bay Area de San Francisco avec Exodus ; et à New York avec Anthrax et Overkill. »
Nous sommes bien avant l'arrivée des ordinateurs et d'internet. Le mot Underground renferme alors une sorte de magie dont Lars Ulrich se souvient :
« Les scènes régionales n'étaient pas si différentes. Elles s'étaient formées autour de disquaires qui importaient beaucoup d'albums, ainsi qu'autour du bouche à oreille et de l'échange de cassettes. Quand vous obteniez une copie d'une démo c'était parfois la quatorzième copie et c'était presque inaudible mais mec, tu comprends, c'était comme dire : Hey, devine quoi ? J'ai une démo que tu n'as pas ! »
La première compilation Metal Massacre plante la première graine du Thrash en incluant « Hit The Light » en fin de galette. Un coquille affuble Mettalica d'un second T. Nous sommes en 1981.
A tout saigneur tout honneur ! « Ils l'avaient avant tout le monde ! » affirme Phil Anselmo (Pantera). « Kill Em' All » sort le 25 juillet 1983. L'album est fondateur et clairement en avance sur son temps. Le terme Thrash n'est pas inventé, tout au moins il n'a pas cours en France où l'album est catalogué Speed Metal. Un sticker sur le trente-trois tours nous prévient : « Plus Vite Que Moi Tu Meurs. »
Kill em all
Metallica gardera le leadership du mouvement durant cinq albums incontournables.
Cependant les loups se disputent le territoire. « J'étais meilleur et plus rapide qu'eux quand j'étais dans Metallica » affirme Dave Mustaine (Megadeth).  « Sans Mustaine il n'y a pas de Metallica. Sans Mustaine, il n'y a peut-être pas de thrash tout court. » confirme Scott Ian (Anthrax).
Megadeth... « Presqu'un jazz band qui jouait du Metal ! » selon Mille Petrozza (Kreator). Un avis partagé par Scott Ian.
Megadeth
Le documentaire s'intéresse ensuite à Slayer, seconde vague du Thrash Metal, puis à Exodus, le pionnier. Le transfuge Kirk Hammet (Exodus/Metallica) se souvient :
« Exodus a continué sans moi et je pensais vraiment que leur premier album Bonded By Blood (1985) était un album de Thrash tellement génial et exubérant... »
Exodus
Anthrax complète, avec Metallica, Slayer et Megadeth, le quarté gagnant d'un genre encore très underground. Il inscrit « Among The Living » (1987) au titre des albums fondateurs, se démarquant par les qualités de chant de Joey Belladonna.
Le Thrash amène l'urbain dans le Metal, superpose le stage-diving au headbang, et le hardcore s'y fait une place à coups de poings. C'est l'arrivée de Suicidal Tendencies.
Overkill, Death Angel, Dark Angel complètent le tableau américain avant qu'on taille la route vers la scène allemande (Kreator, Sodom, Destruction). De l'avis général, l'Allemagne se trouvant propulsé meilleur pays d'accueil. Puis l'on parle des scènes suisse (Coroner et Celtic Frost), canadienne (Voivod), brésilienne (Sepultura) et même australienne (Mortal Sin).
Kreator
La route, les addictions, et c'est toute l'histoire du Thrash Metal qui s'anime sous nos yeux dans un documentaire éclairé qui trouve son épilogue avec le Clash Of The Titans, une tournée qui marque la fin de l'année 1990.
Sur le papier : Megadeth, Slayer, Anthrax et Death Angel. Mais Death Angel est victime d'un grave accident avec son tour bus, il décline et c'est un inconnu qui le remplace : Alice In Chains. Totalement inapproprié sur l'affiche, il est reçuà coups de canettes de bières par un public thrasher qui n'entend pas cette musique qui ne dit pas encore son nom. 
Elle l'affirmera le 24 septembre 1991. Huit ans après « Kill Em' All », Nirvana ringardise le Thrash et toutes les ramifications du Metal avec son bien nommé « Nevermind » qui sert de phare à la vague Grunge. Seul Pantera réussira à tirer son épingle du jeu.
Pantera
Mais l'histoire se répète. Nous laisserons la conclusion à Scott Ian (Anthrax) :
« En ce moment il y a des jeunes dans un garage quelque part qui deviendront le prochain grand groupe de Metal et j'aime à penser que ce qu'on a fait dans notre carrière et que tous ces groupes dont on a parlé ont eu une grande influence sur ça. »
« Get Thrashed: The Story of Thrash Metal » est disponible en DVD. Vous le trouverez également en streaming sur The Pit. Il vaut le détour, n'hésitez pas.
Slayer

 

cinema