COMMENT JE SUIS RENTRE CHEZ METAL CONNEXION - Ahasverus Cornelius

  • Le 06/04/2018

Avant-hier, vers dix heures,  j’écoutais tranquillement Seeds Of Mary sur le canapé du salon, tout en caressant  Fear Of The Dark, mon lapin nain femelle, et en grignotant des pop-corns. Ma mère arrive. Elle baisse la musique et elle me dit : «Prends la voiture de ton père, et va changer la bouteille de gaz».  «T’es gonflée, je réponds, je viens à peine de mettre le «Blackbird» album,  le dernier des Seeds, une tuerie métallo-alternative !»
 J’ai pas fini ma phrase que mon père rentre dans la pièce.
« - C’est qui qu’est gonflé ?»  demande-t’il d’un air vicieux. Je sens arriver l’orage. Ca va, je réponds, vous énervez pas, je vais aller la chercher votre bouteille.
Je mets la bonbonne dans le Zafira, et me voilà en route vers la station. Je passe devant chez Ludo, j’en profite pour aller lui dire bonjour, et on va boire un coup au Mistral.  Le temps d’échanger nos avis sur le nouveau Ask For Redemption, je regarde la pendule du bar. Dix-sept heures ! Tu connais ma mère, je fais en soupirant. Faut que j’y aille ! On boit une dernière mousse et on se quitte.

Seedsofmary 1024x914
J’arrive à la maison, mes parents sont tous les deux dans la cuisine. Je sens bien que ça tire un peu la gueule.
« - Qu’est-ce que tu as foutu ? gronde mon père. On a dû bouffer les nouilles froides !
- Je suis passé voir Ludo, j’explique. On a papoté un peu, j’ai pas fait gaffe à l’heure, c’est tout… 
- Tu nous emmerdes avec ton Ludo ! fait mon père.
- Assez perdu de temps, dit ma mère, amène la bouteille de gaz !
- La bouteille de gaz ?»

Mes parents pètent un cable ! ma mère attrape ma pile de CD, mes  Seeds Of Mary, mes deux Porno, mon September Again, le nouveau Ask For Redemption, et elle  fout tout sous clé. Mon père chipe ma veste à patchs et l’envoie valser par la fenêtre. 
«-  Tu fous rien de tes journées, demain tu iras déposer des CV pour bosser !
- Des CV papa ? Mais j’ai jamais travaillé, moi ! Je réponds.
- Et alors ? T’es plus un gamin, que tu dis à ta mère quand elle te demande de ranger ta chambre !  Tes 52 ans, tu sais les revendiquer quand on veut pas que t’ailles au Mistral traîner avec ton pote Ludo ! Et bein la fête est finie ! Si tu veux récupérer tes disques et pas voir ton lapin nain transformé en civet, tu vas filer chercher du travail !»

C’est comme ça qu’hier je me retrouve à déposer des CV dans Mandelieu. Je fais l’avenue de Cannes, (c'est la plus grande), son chocolatier, son marchand de poulet, ses banques, et au 589,  j’arrive devant le panneau du tatoueur. Tiens, je vais voir, ça mange pas de pain, je me dis. 
Dans la perpendiculaire, je vois l'enseigne «The Bloody Rock Shop». Ca me parle. Ah oui, c’est Ludo qui m’en a dit un mot ! Ils font des fringues métal et ils vendent des skeuds ! Je vais déposer un CV, on sait jamais... J’ouvre la porte, je dis bonjour à la dame, et je commence à regarder les rayons. Il y a un mec au fond, un blond aux  cheveux longs, genre un peu louche. Il farfouille dans les tee-shirts. Il a une tête à piquer des vestes. Je le surveille, mode vigile. Puis soudain, j’ai un doute. Je le connais, ce type, je me dis. Et là je percute : 
" - Valentin Jaskot !
- Bonjour. On se connaît ? 
- Bien sûr ! Tu te souviens pas ? Ahasverus ! C'est moi qui t'ai prêté un stylo l’année dernière, pour que tu dédicaces «Til’ Death Or Nothing» à une fan, quand Porno Graphic Messiah est passé en concert à la Hacienda d’Antibes ! 
- Ah ouais ? Il me fait. On a sorti un nouvel album depuis…

France pgm 1
- Terrorize Me ? Je sais ! Je l’ai ! Mais qu’est-ce que tu fais là ? Je lui demande.
- J’attends Scars, il répond. 
- Scars Summer ? Dingue ! Tout le groupe est là ? C’est mon jour de chance alors ! 
- Et toi, t’es venu acheter des fringues ?
- Euh… Non… C’est mon père… il veut que je cherche du boulot…
- Ah… Tu t’appelles comment déjà ?
- Ahasverus.»
Là dessus arrive Scars Summer, le chanteur de Porno Graphic Messiah. Valentin nous présente.
«- C’est Ahasverus, il a écouté Terrorize Me.
- Ah, bien ! répond Scars. Tu en as pensé quoi ?
-   C’est un album de Métal Indus, donc une machine de guerre, mais aussi un disque très équilibré. Il alterne les morceaux taillés pour la scène tels que Star ou Under My Skin, avec des plages plus douces, voire ambiantes, qui donnent à l’ensemble cette homogénéité qui manquait à son prédécesseur, Till Death Or Nothing.
- Pas faux. C’est parce que son enregistrement a été réalisé en un temps plus court. J’ai pu le faire dans mon studio en seulement deux à trois semaines, une fois que toutes les compos étaient prêtes. Pour  Till Death Or Nothing, l'enregistrement s’était échelonné sur deux à trois ans. Je pense que c’est pour celà que tu le trouve plus homogène. Tu es journaliste ?
- Euh… Ouais, ouais… journaliste métal, je réponds, sans réfléchir, pour faire l'intéressant. Enfin euh… rock métal… ouais.
- Il cherche du boulot ! Précise Valentin.
- Ah d’accord ? Pourquoi tu essaies pas le webzine Métal Connexion ? Leur rédacteur vient de les planter. Il s'est fait renverser sur un passage piéton et il a fait quelques jours de coma. Depuis son réveil, il jure plus que par Puppa Lek Sen,  le chanteur sénégalais…»

Et voilà comment je me suis retrouvé au «zine», sans même présenter un  CV, sur recommandation spéciale de Scars Summer et Valentin Jaskot, s'il vous plaît ! Avec le badge gratos pour la machine à café, l’adresse email @metal.connexion.fr et tout le toutim !

« - Faudra quand même que tu leur parles de tes conditions, et que tu vois pour une voiture de fonction ! A commenté ma mère.
- Et tant que tu y es, tu demanderas pour ton cousin Kevin. Il cherche un bain en entreprise pour finir sa troisième.»