Le Presque-Live Report : SPOOKY DAMAGE / SEEDS OF MARY PORNO GRAPHIC MESSIAH, 20/04/18, ANTIBES.

  • Le 23/04/2018

J’ai un Nokia 3310, parce que j’aime pas les téléphones tactiles !
Vendredi, en fin d’après midi, je fais une petite sieste devant le DVD de “Pop Rédemption”, le film culte du Métal français.

21000901 2013042317444331Mon Nokia est sur la table de salon. Voilà qu’il sonne. Tiens, on m’appelle, je me dis. Je décroche :
“ - Allo ? C’est Tristan, d’Hard French Metal ! Les Métalleux Alternatifs bordelais de Seeds Of Mary  commencent leur “Blackbird Spring Tour” par Antibes. T’es par là bas je crois ? Faut absolument que tu nous fasses une chro !
- Une chro ? Mais je sais pas écrire les chroniques, moi !
- Comment ? T’es pas rédacteur ? Tu m’as demandé une avance de cinquante euros quand on a signé le mois dernier !
- Ah ! Si bien sûr, je suis rédacteur, c’est pas la question ! Mais ma spécialité, ça serait plutôt... Je “like” les pages, tu vois ! Si tu veux mon avis, tu devrais plut...”
Le rédac-chef m’interrompt sèchement :
“- On te le demande pas ton avis Coco ! T’as empoché ton avance, maintenant je veux ma chro ! Les Seeds partagent la scène de La Hacienda avec Spooky Damage et Porno Graphic Messiah. C’est là qu’il faut être ! C’est pas tous les soirs que t’as des groupes de cette qualité à deux pas de chez toi ! Alors chausse ta veste à patchs, et file à Antibes ! Ouverture des portes à 20 heures. Dégrouille, Coco !”

SpookyJe regarde ma montre. Dix-neuf heures quinze ! Pas le temps de prendre une douche : je m’asperge de patchouli, j’enfile mon “Blackbird” tee-shirt, et je saute dans le Zafira...

“ - Après la sortie Antibes, gare-toi devant le Conforama. La Hacienda est derrière, c’est un club de motards”, m’indique l’assistante de rédac’ par téléphone.
Je laisse mon Zaf devant l’hyper, je longe le mur, guidé par la musique.
La salle est baignée d’une lumière rose. Spooky Damage ouvre la soirée. Le groupe est déjà sur scène. Je regarde mes notes : “Jeune formation fréjusienne / Trio punk-grunge / Cinq ou six concerts au compteur”.
Pour l’heure, ils reprennent “La Vie Par Procuration”, de Goldman, dans une version très fidèle à l'originale. Innovant, je me dis, pour un groupe punk !
Suivent “Quand la musique est bonne” et “Comme Toi”. C’est carrément gonflé ! Pourtant la salle a l’air d’adhérer !
Enfin, le groupe balance “Je te donne”, tandis que le public frappe dans ses mains et entonne le refrain pour les encourager. Fin du set.
Les musiciens abandonnent leurs instruments et filent vers le bar. C’est le moment pour “pécho” une petite interview.
Je m’approche du zinc et je commande une bière “à consommer avec modération”, mention légale oblige.
“- On sert pas d’alcool, répond la serveuse. C’est cocktail goyave-pamplemousse-patate douce, ou citron-brimbelles-carottes.
- Ça a bien changé, les Bandidos !” Je fais en souriant.
Elle hausse les épaules en murmurant un truc inaudible et sans fondement à propos de ma virilité et se tourne pour sécher ses verres au torchon.
Je me rapproche des musiciens...
“- Salut ! Je suis Ahasverus, d’Hard French Metal !
- Salut ! Je suis Jean-Marc, des Pigeons Du Balcon...” me répond l’un des zicos, d’un air goguenard.
Jean-Marc, ça fait pas très punk, je trouve...
“- Je fais un live-report, pour Hard French Metal. Ça vous dirait qu’on fasse un petit article sur vous ?
- Si tu veux, mon gars. J’ai pas l’habitude de pratiquer la langue de bois, alors envoie tes questions !”
Je sors mon calepin, un stylo, et je lance mon questionnaire :
“ - Depuis combien de temps tu joues dans Spooky Damage ?
- Dans quoi ?
- Ton groupe, Spooky Damage...
- Je joue dans “Les Pigeons Du Balcon”, un tribute-band à Jean-Jacques Goldman !
- Mais... C’est pas La Hacienda, ici ? Ils sont où les Seeds ?
- Non, il répond. Ici, c’est l’Antibealthy’S ! Le premier bar “Healthy” d’Antibes ! La Hacienda, c’est de l’autre côté de Conforama.

La haciendaJean-Marc me guide jusqu’à La Hacienda. En le remerciant, j’en profite pour lui soutirer quelques infos à propos des “Pigeons du Balcon”, au cas où HFM voudrait m’acheter leur interview.
Quand j’entre dans le club, Spooky Damage a presque terminé son concert. Ils reprennent “In Heaven (Lady In The Radiator)”, du film “Eraserhead”. Puis ils enchaînent par “Dynamite”, et “Fuck You, Fuck U2”. Ça rappelle les Ramones, les Sex Pistols, voire les Clash, c’est à dire un bon vieux Punk teinté 77’ qui sait gueuler 1/2/3/4 sans faire d’histoires.
Le batteur tape dur et le trio se défend bien. Le set se clôture par “Will You Fight ?”
Spooky Damage a sous le coude un EP 4 titres qui sera bientôt disponible. Un bémol cependant : il ne contiendra aucune reprise de Jean-Jacques Goldman !

Spooky remballe ses gaules, les Seeds installent leur matos.
J’avise ma jeune voisine. Sa tête me dit quelque chose, elle doit être de Cannes...
Soudain, je percute ! C’est Flora, l’ex-bassiste des Porno Graphic Messiah ! Ni une, ni deux, je m’approche :
“ - Bonjour ! Vous êtes bien l’ancienne bassiste de Porno Graphic Messiah ? je demande.
- A qui j’ai l’honneur ?
- Ahasverus, d’Hard French Metal. Je peux vous poser quelques questions ? Vous faites quoi maintenant ?
- “Distoner Doom !” elle me répond.
Aussitôt, SEEDS OF MARY envoie “I’m Not Afraid”. Les riffs des guitares inondent la salle.
“Distoner Doom” ? Intéressant, comme info, le nom du nouveau groupe de Flora, ça doit se monnayer auprès d’HFM, je reprendrai l’interview plus tard !
Je vais me chercher une bière à consommer avec modération, et je regarde les Seeds.

Le set des Bordelais est imparable : il fait la part belle au “Blackbird” album, le groupe ayant pris le parti de mettre l’accent sur leur dernier né.
Malgré l’étroitesse de la scène pour un quintette, Julien frappe le plancher comme un diable, et les harmonies vocales de Jérémy et de Raph atteignent des sommets sur la chanson The Blackbird, bien qu’ils se disent tous deux grippés !
La version live syncopée de Like a Dog est encore meilleure que celle de l’album.
En fin de set, les Seeds s’amusent à faire chanter le public (“C’est la Guitare !”). Seeds Of Mary a désormais une signature immédiatement identifiable, la marque des grands groupes. Fort de son expérience et de deux magnifiques albums, il est aujourd’hui sans conteste l’un des tous meilleurs de la scène Metal alternative !

Les Seeds ont terminé et rangent leur matériel. Scars Summer et sa bande, s’installent.
Sacrée discographie, eux aussi, entre “Til Death Or Nothing”, de 2014, et le récent “Terrorize Me”, qui conjugue puissance et homogénéité !
Scars a un souci de micro pendant la balance. Jeremy, le chanteur des Seeds, vient l’aider. Je profite qu’ils sont tous occupés à régler ce problème technique pour barboter la feuille sur laquelle est inscrite la setlist des Seeds. Sur ce papier, on voit clairement l’empreinte de pas laissée par Jérémy, je devrais en tirer un bon prix auprès d’HFM !
Je glisse la feuille dans ma poche. On m’observe. C’est Flora, l’ex-bassiste de PNM. Je crois qu’elle anime maintenant une émission radio sur Agora. Elle aussi devait guetter la setlist pour son zine ! Je retourne la voir, pour terminer son interview...
“ - Tu peux m’en dire un peu plus, sur Distoner ? je demande.
- Distoner ?
- Distoner Doom ! Vous avez un album en préparation ?" 
Flora me regarde d’un air étrange. Je sens que ça flotte. Je reprends :
"- Distoner Doom... ton groupe !
- Mon groupe ? Il a pas de nom, mon groupe !
- ... Tu m’as dit, tout à l’heure, que tu jouais dans Distoner Doom !
- Du Stoner / Doom ! Du Stoner, et du Doom... C’est des genres de musi... Tu travailles pour quel mag, déjà ?”

Porno Graphic Messiah a installé son matos. Je juge plus prudent d’éluder la question de Flora. Je m’éloigne un peu.
Le quatuor de Metal Indus démarre son set avec “Star”. “Under My Skin”, “Help” le rejoignent. Ce ne sont pas les tubes pêchus ni l’expérience qui manquent, chez Prono ! Le show est rôdé. Scars Summer joue avec son avant-scène et se paie le luxe de descendre dans la salle pour aller au contact du public.
Vers la fin du spectacle, Marion et Scars chantent en duo un “AOTA”, qui prend toute sa saveur lorsque Summer double la voix de la guitariste en hurlant dans son micro.
Set parfait visuellement et musicalement. Porno a des atouts pour réussir sa tournée américaine !

La soirée se termine. Il me vient comme une évidence que le dénominateur commun est le plaisir qu’ont pris ces musiciens à présenter leur musique, plaisir révélé par les sourires qu’ils affichaient durant leurs sets ! L’ambiance est sympa, je retourne chercher une bière avec modération.

Soudain, derrière moi, la voix de Raph, des Seeds, se fait entendre :
“ - Elle est où la setlist ? C’est qu’on a encore pas mal de concerts à assurer, ce mois-ci.”
Tout le monde cherche, fébrile.
On se répartit les secteurs : Spooky Damage prend l’arrière du bar et les loges, Porno investit la salle de billard, les Seeds le côté scène.
Moi, je fais semblant d’aider, tout en me rapprochant de la sortie.
“Qu’est-ce qu’on va chanter si on retrouve pas la setlist ?” s'inquiètent les Seeds.
Flora me scrute avec les sourcils froncés. Je fais mine de rien. Alors elle part d’un pas décidé parler à Aaron et Eliott. Les deux Seeds regardent autour d’eux, très agités, ils ont l’air de chercher quelqu’un. Je profite de la pénombre pour quitter La Hacienda sans être vu.
De crainte que les Seeds n’aient repéré mon Zafira, je préfère me réfugier à l’Antibealthy’S, où un groupe reprend Le Parking des Anges.
C’est “Bascule Avec Lavoine”, un tribute grassois à Marc Lavoine, m’explique Jean-Marc.
Le public tape dans ses mains en chantant le refrain.
Je vais regarder par la fenêtre. Scars et Valentin, des Porno, soulèvent les couvercles des poubelles pour en vérifier le contenu. Les Seeds, sondent sous les voitures. Fabien et Marion, les deux derniers Porno, aident Spooky Damage à fouiller chaque côté de la rue. C’est clair, ils me cherchent !
J’écoute “Bascule Avec Lavoine” chanter Le Pont Mirabeau, en sirotant un Goyave-Pamlemousse-Patate Douce, à consommer sans modération.
Je tâte ma poche. La setlist est toujours là.
Vers trois heures du matin, on chante à l’unisson “Les Yeux Revolver”.
J’ai des aigreurs d’estomac. Ca doit être la goyave.
L’Antibealthy’S va fermer ses portes, m’apprend Jean-Marc.
Je jette un coup d’oeil prudent dans la rue. Tout est calme. Les Seeds, Porno et Spooky ont abandonné leurs recherches.
A cette heure-ci, les Seeds doivent déjà se trouver vers Aix-En-Provence. Leur tournée les conduira jusqu’à Vannes, je suis pas prêt de les revoir !
Quand à Porno, ils partent en Amérique. Je vais pouvoir rentrer faire ma chro tranquille...
"Elle a les yeux révolver, Elle a le regard qui tue..."
Je chante, confiant, en fermant doucement les yeux...

 

SEEDS OF MARY PORNO GRAPHIC MESSIAH SPOOKY DAMAGE