THE DAWN RAZOR

THE DAWN RAZOR : Questions à Sylvain SPANU

The Dawn Razor est né à Paris en 2017. En moins d’un an, le groupe a sorti “Renaissances”, son premier album. Ce LP mélange des inspirations Death et Black et a la singularité de présenter un titre en Allemand et un autre en Russe. The Dawn Razor part très prochainement dans une tournée qui le conduira de Paris à la Belgique. C’était le moment idéal pour essayer d’en savoir plus auprès de Sylvain, le fondateur du groupe.

1.- Nom, prénom, instruments pratiqués ?
Spanu, Sylvain, guitare électrique, chant.

2.- Premier disque acheté ?
Un “best of” de Carlos Santana.

3.- Pourquoi l'album de The Dawn Razor se nomme-t'il “Renaissances”, et pourquoi “Renaissances” au pluriel ?
Les chansons de l'album parlent de thèmes très durs, comme les guerres ou les catastrophes naturelles mais, à chaque fois, ces événements terribles laissent la place à quelque chose de nouveau, d'où le nom “Renaissances”.

4.- Qui a réalisé la pochette de l’album et quelles thématiques lui aviez vous donné ?
C'est un jeune graphiste, il n'a pas encore de page Facebook. Je la ferai suivre dès qu'elle sera là. Les images sont toutes des thèmes sublimes.

5.- Vous avez un titre en Allemand et un autre en Russe. Vous ciblez un public d'Europe de l'Est ?
Pas spécialement. Il y a même quelques phrases en d'autres langues dans certaines chansons ! Je vous laisse découvrir...

6.- Qui a écrit ces chansons en Russe et en Allemand ?
J'ai écrit celle en Allemand. Pour le Russe, je me suis fait aider par une russophone.

7.- Tu as quitté ton précédent groupe pour fonder The Dawn Razor en 2017.Qu'est-ce qui a été le plus difficile à mettre en place pour ton jeune groupe depuis sa création, et que penses-tu de la situation de la scène Métallique française ?
Le plus difficile a été l'organisation de concerts. Je n'avais encore jamais fait ça ! Je suis fier de la scène métallique française, beaucoup de jeunes groupes travaillent très dur pour percer ! Et quand on pense à des géants comme Gojira, ça laisse rêveur !

Sylvain Spanu

8.- Ta musique est “comme des tableaux alliant violence et soli lyriques”, un “mélange explosif d'inspiration death et black”, à la croisée de Children of Bodom et de Gojira. Concernant les paroles, vous abordez avec “Lisboa 1755” le tremblement de terre de 1755 qui fit environ 60.000 victimes. Quels sont les autres thèmes visités par Renaissances ? Un parle d'un volcan islandais, un autre d'un chasseur perdu la nuit en forêt en plein hiver, un autre d'un monde futuriste...

9.- Peux tu dire un mot sur les musiciens qui t'accompagnent ?
Je suis accompagné par Yohann à la batterie, également batteur de Department of Correction (Grindcore), et par Florian à la basse qui est aussi chanteur guitariste de Telperion (Folk Metal).

10.- Il est rare qu'un jeune groupe sorte un album et parte en tournée si rapidement. Comment se passe l'élaboration des compos,tu les avais déjà dans ta musette quand tu as créé ton précédent groupe pour fonder The Dawn Razor ?
Bien sûr, j'avais terminé les compositions en 2016 !

11.- Vous partez la semaine prochaine pour une série de concerts entre Paris et la Belgique. Comment appréhendes tu cette tournée ?
Ça va être très intéressant de voir les gens réagir aux nouveaux morceaux, et ça fait un moment que je n'ai pas fait de concert. J'ai hâte!

12.- Quelle est la question que tu aurais adoré que je te pose et que je n'ai pas posée ? Pourquoi The Dawn Razor ?
Oui, au fait : pourquoi "The Dawn Razor ?" J'aime l'image que ce nom évoque, la fine lame de lumière sur l'horizon qui sépare le jour des ténèbres.

Merci beaucoup, Sylvain, d’avoir répondu à mes questions.