SEYMINHOL

Back to the roots : SEYMINHOL II, Nothern Recital (2002) - L'album, son accueil, sa place

  • Le 10/02/2021

Dans une première partie d'interview, Seyminhol nous expliquait le contexte de la réalisation de l'album "Nothern Recital" (2002). Dans cette suite, le groupe d'Algrange s'attache à l'album proprement dit et à son impact.

Seyminhol meilleur def


"Un volume sonore à ressusciter les Guerriers du Valhalla..."


Passionné d'histoire, Kevin s'est intéressé à l'expansion et à l'évangélisation du futur empire franc. Parce que c'est une thématique qui colle bien au Metal ?
Julien (batterie) :
La thématique des Vikings et de la guerre païens/chrétiens colle bien au métal. Kevin est aussi croyant et c'est sans doute tout cela qui l'a fait écrire sur ce sujet.
Nico (guitares, claviers) : Je pense surtout que cette thématique lui a toujours été propre. Je l'ai toujours entendu disserter de la civilisation Scandinave, de l'amalgame «sanguinaire» souvent propagé à tort à propos d'une culture avant tout marchande. Sa culture a fait le reste, surtout que, comme je le disais précédemment, peu de groupes mélangeaient à cette époque l'histoire (la culture) et la musique.

Kevin fait les textes, Nico la musique. Lequel s'adaptait à l'autre ?
Julien :
C'était vraiment un travail d'équipe. Kevin donnait le thème général et le contexte pour que Nico puisse commencer à composer. On affinait ensemble une fois les textes terminés.
Nico : Tout à fait. Kévin posait les bases écrites en détaillant le concept :  temps forts,  calmes, narrations... et je composais en conséquence. Ensuite tout était décortiqué et retravaillé en répétition, de façon à ce que chacun apporte sa contribution et surtout son avis.

Vous utilisez des instruments particuliers pour renforcer le côté "nordique" de cet opus...
Nico :
Pas mal d'instruments ont été martyrisés durant cet album (mais encore plus sur le suivant), des percussions, des instruments à cordes médiévaux...
Julien : Et nous avons fait jouer deux cornemuses sur certains titres. Un meilleur souvenir pour nous que pour l'ingé son…
Nico :  C'est clair ! Un volume sonore à ressusciter les Guerriers du Valhalla...

Instruments medievauxPhoto d'archive fournie par Seyminhol

Le perfectionnisme dont est empreint Nothern Recital (cf. les bruitages ou le livret avec l'histoire en Anglais et en Français...) deviendra une marque de fabrique de Seyminhol. Le mieux n'est-il pas l'ennemi du bien ?
Kévin (chant) :
Non, il fallait montrer qu'un groupe français pouvait se hisser au niveau des grosses productions européennes et était en mesure d'aller taquiner les Allemands, les Italiens et les groupes anglo-saxons sur ce style. Nous voulions être estampillés groupe historique qui fait du travail sérieux. Et pour ça des cartes, une histoire, des faits explicités nous paraissaient essentiels.

Greg carte2 copieLa carte de Nothern Recital.
Julien : Tout ceci faisait intégralement partie du processus de création. Nous voulions aller au bout de notre idée. Le seul coté négatif était le coût d'un tel objet. Tant pour la création que pour l'impression.
Nico :  Par la suite, on a suscité une réelle attente, musicale, mais également artistique. Celle-ci nous a mené au superbe Digipack proposé sur «Septentrion's Walk».

L'artwork est réalisé sur vos indications ?
Kévin :
Bien entendu. C'est Greg Lé, un ami graphiste, qui réalisait toutes nos pochettes de l'époque. Il avait lui aussi cet amour de l'heroic fantasy, des films épiques comme Conan le Barbare, Braveheart ou le Seigneur des Anneaux (nous étions en plein dedans) et il a largement contribué à façonner l'imagerie du groupe. Nous avions des backdrops dessinés par lui sur scène, des boucliers vikings en décoration près des amplis et un style bien adapté à notre musique. Nous ne laissions vraiment rien au hasard.
Julien : C'est surtout Kevin qui a veillé à ce que tout colle bien aux légendes Nordiques. Pour le rendu général nous sommes vite tombés d'accord tant le travail de Greg était bon.


"Il y a une fougue, une envie et beaucoup de potentiel d'une manière générale sur cet opus."


Quelles sont les qualités et quels sont les défauts de Nordic Tales ?
Kévin :
A mon sens, il y a très peu de défauts sur ce disque, excepté peut-être le son. Il y a une différence entre les deux premiers chapitres et la dernière partie issue de "Nordic Tales". Cela est dû au style des différents guitaristes qui ont interprétés les titres et aux orchestrations plus poussées lors de la composition des nouvelles parties de "Northern".
Julien :  Difficile d'être objectif… mais je pense qu'une des qualités est l'ambiance générale, on peut vraiment s'immerger dans l'album. La production aurait mérité plus de moyens pour être aux standards internationaux de l'époque, bien qu'il s'agisse d'un sacré tour de main pour un si petit studio !
Kévin : Pourtant il y a une fougue, une envie et beaucoup de potentiel d'une manière générale sur cet opus. Mon chant est très différent de tout ce que j'avais pu faire par le passé. Je fais des chœurs, des narrations et j'utilise vraiment pour la première fois toute la tessiture de ma voix.
D'un point de vue de l'histoire également, on est vraiment sur un concept très novateur. Ce sera la marque de fabrique de Seyminhol.
Nico : Peu de défauts, c'est un album frais, original avec de superbes moments. Effectivement, le son aurait pu être meilleur avec un budget bien plus conséquent...


"Je croyais dur comme fer que cette fois-ci c'était la bonne."


Il vous permet d'ouvrir pour Royal Hunt, Blaze Bailey, Virgin Steel, Clawfinger... Seyminhol entre dans une nouvelle dimension ?
Kévin :
Mon rêve devenait réalité. On côtoyait certains de nos groupes favoris, les gros magazines et les fans étaient au rendez-vous et très nombreux à nous suivre. On participait à des festivals et des contacts sérieux nous laissaient présager le meilleur pour la suite. Je croyais dur comme fer que cette fois-ci c'était la bonne et que nous allions y arriver.  Pourtant, des arnaques, des promesses non tenues (contrat avec NTS qui n'a pas abouti et qui aurait permis au groupe d'être mieux diffusé en Europe) et un manque d'argent ont contribué à nous faire redescendre rapidement de notre nuage. Le retour à la réalité a été très difficile.  Ce qui explique la durée de réalisation entre "Northern Recital" et "Septentrion's Walk", là où nous aurions dû sortir un nouvel album dans la foulée pour profiter des exceptionnels retours reçus sur "Northern".
Julien : Toutes ces opportunités nous ont appris énormément. On se «professionnalise» en jouant sur de belles scènes. C'est ici qu'on voit la limite de notre label. Nous avons dû le plus souvent trouver les dates nous mêmes grâce à un réseau local.
Nico :  On voit nos tronches dans des mag nationaux, voire internationaux, sur des samplers, dans la rubrique des meilleurs espoirs. Là tu te dis vraiment que tu as bossé dur pour quelque chose.

Quel était l'accueil critique de l'album ?
Kévin :
Colossal dans de nombreux pays européens. Certains magazines pensaient que nous étions signés par un gros label et que nous vivions de notre musique. Or, nous étions tous étudiants, salariés ou en passe de le devenir. Des discussions avec des groupes étrangers ont aussi contribué à nous ouvrir les yeux sur le monde du business et de la musique. Certains groupes que nous pensions pro ne gagnaient pas assez d'argent pour vivre. Ils étaient obligés de donner des cours de musique, de travailler à côté dans des bars ou sur des projets qui étaient à des années lumières de leur quotidien musical. Bref, il y a peu d'élus et encore moins lorsque l'on est français. Mais en 2002-2005, il y a avait malgré tout encore des possibilités et de l'espoir.
Julien : A l'époque l'essentiel se faisait dans la presse papier, et c'était dingue de voir l'album dans des magazines internationaux.
Nico :  Si on compare à l'époque actuelle, on peut vraiment se dire que l'album a bien circulé et voyagé (et surtout sans mettre la main à la poche, chose ultra courante aujourd'hui...). Hormis les quelques défauts de «jeunesse» les médias ont reconnu cette originalité et ce mélange heureux entre histoire et musique.


"Après cet album, notre vision de la musique a complètement changé."


Quid de l'accueil public ? On dit qu'il s'écoulera à plus de 12500 exemplaires mais que vous abandonnez les droits pour la Russie pour un cachet de... cinq cents dollars !
Kévin :
Le public était présent à tous nos concerts. Je me souviens de soirées mémorables, avec des séances d'autographes à n'en plus finir. Des séances photos, des demandes d'interviews en rafale. Bref… Une autre époque.  Pour les arnaques dont je parlais, le plan avec un label russe a été la cerise sur le gâteau. On a cédé nos droits pour cinq cents dollars, en effet, et l'album s'est écoulé dans les Pays Baltes, en Russie et jusqu'en Finlande, à plus de 12500 exemplaires. Une anecdote réelle à ce sujet m'a été comptée par notre ancien guitariste, Éric, qui n'était plus dans le groupe en 2003. Il travaillait pour Goodyear au Luxembourg et se trouvait régulièrement en déplacement en Europe dans le cadre de ses activités. Un jour, alors qu'il travaillait en Finlande, autant dire dans le trou ….. du monde, il s'est trouvé dans un bar dont le jukebox passait notre album. Un pur délire…
Julien : Les gens étaient très enthousiastes aux concerts. Pour le reste, à l'époque, j'étais une jeune recrue et je ne m'occupais pas de cela.
Nico : On a conclu ce deal afin de propager au maximum notre musique, afin de pouvoir plaire à un label étranger. L'argent de nous semblait pas (à l'époque) si dérisoire que ça. En fait , le souci est que l'on ne savait pas avec exactitude combien de CDs se vendraient en Russie. On était loin de la vérité.

"Nothern Recital" me semble la pierre angulaire de la carrière de Seyminhol. Il orientera toute la suite de son parcours. Et pour vous, quelle est sa place dans la carrière de Seyminhol ?
Kévin :
Sa place est fondamentale dans l'histoire de Seyminhol. Il nous a fait grandir musicalement et, après cet album, notre vision de la musique a complètement changé. C'est l'album dont je suis le plus fier avec "The Wayward Son" paru en 2015.  Deux disques épiques, très symphoniques, avec une histoire forte. J'en suis fier parce qu'ils sont très originaux et un peu expérimentaux finalement dans leur forme. "Ophelians fields" est aussi un très bon album mais il est plus progressif, plus difficile d'accès. Susceptible de diviser.
Julien : Cet album est très important dans ma vie de musicien. C'est mon premier enregistrement, mes premières vraies scènes. Dans la carrière du groupe il marquera le passage du heavy metal au metal symphonique.
Chris (basse) : Tout à fait : la naissance du «nouveau» Seyminhol.
Nico :  A titre personnel, c'est l'album qui m'a permis de prendre conscience que j'étais capable de composer un album complet et varié et d'y mettre mes tripes.


"Je ne sais pas s'il y aura un jour un nouvel album. Est-ce d'ailleurs attendu ? "


Conseilleriez-vous cet album pour découvrir l'univers de Seyminhol ?
Chris : 
Comme bande son d'une série à succès sur les Vikings par exemple...
Kévin : Absolument, bien que je conseillerais davantage "The Wayward Son" parce qu'il est plus homogène, plus abouti, et qu'il réunit tout ce que nous savons faire de plus dramatique dans le symphonique. "Wayward" est plus gothique, symphonique, là ou "Northern Recital" incarne le power metal epique fortement empreint de rythmiques heavy metal traditionnelles.
Pour moi "The Wayward Son" est plus moderne, alors que " Northern Recital " est à la fois moderne pour son époque et pleinement enraciné dans une tradition inspirée par la NWOBHM. Le travail énorme fait sur les orchestrations et l'ajout de synthétiseurs ont donné à "Northern Recital" les caractéristiques d'un album novateur, par rapport au heavy traditionnel, mais il reste malgré tout ancré dans un style déjà pratiqué par Manowar ou Virgin Steele à la fin des eighties.
Julien : J'adore cet album mais je conseillerais peut-être le suivant, "Septentrion's Walk". La production  est meilleure et l'album plus homogène grâce à un line-up stable.
Nico :  Pour découvrir notre univers tout à fait. Après, je rejoins Kévin quant à la maturité et l'homogénéité de «The Wayward Son», album produit à 100% par le groupe contre vents et marées...

Seyminhol waywardSeyminhol, "The Wayward Son" (2015)

Seyminhol a mis un terme à sa carrière l'année dernière. Que faites-vous maintenant ?
Kévin :
Personnellement, je ne fais plus grand chose. J'ai un projet en sommeil avec Symakya mais il sera difficile d'enregistrer cet album rapidement bien qu'il soit terminé (concept et compositions). J'ai arrêté Seyminhol par manque de temps mais aussi par lassitude. Je ne me reconnais plus dans la société actuelle. Elle est éphémère, inintéressante, quasi millénariste. Et donc je n'accroche pas non plus à la scène musicale émergeante. Il n'y a plus de groupes capables de me faire vibrer. J'écoute donc d'autres styles de musique. Pour Seyminhol, je ne sais pas. Je ne souhaite plus faire de concerts et Nico aime la scène, donc c'est très compliqué. Un véritable dilemme. Je ne sais pas s'il y aura un jour un nouvel album. Est-ce d'ailleurs attendu ? Je n'en suis pas sûr… Vanité tout est vanité… Peut-être la conclusion à toute cette aventure humaine.
Julien : J'avais déjà quitté Seyminhol avant la fin du groupe. J'ai monté un nouveau projet, We Are Electric,  et nous venons de sortir notre premier album «Nipples Erection».
Nico : Une nouvelle aventure est en route avec Chris. Un groupe de Hard Rock chanté en Français,  Antechaos,  dont nous espérons sortir un album courant 2021,  avec beaucoup d'ambition.
Merci en tout cas pour cette interview et pour l'intérêt que tu portes à cet album et à l'histoire de notre groupe. On espère te croiser bientôt et sortir de ce merdier  au plus vite !
Merci Seyminhol d'avoir bien voulu m'accorder cette interview.


Retrouvez nos interviews "Back To The Roots" :

 

Back to the roots : SEYMINHOL I, Nothern Recital (2002) - Le contexte

  • Le 31/01/2021

Seyminhol, 1989-2019. Trente ans de métal,  cinq albums, quelques EP, une marque de fabrique, signe d'ambition et de qualité.
Le groupe d'Algrange, qui ne connaît pas la langue de bois, a accepté de revenir sur l'album "Nothern Recital", (2002), qui devait influencer la suite de sa carrière.
Cette interview "Back to the roots" est réalisée en deux parties : dans la première, nous verrons le contexte dans lequel "Nothern Recital" est sorti ; dans la seconde, Seyminhol nous parlera de La réalisation et de l'accueil de cet opus, ainsi que de sa place dans leur discographie.

Seyminhol 2003Seyminhol 2002 - de gauche à droite Chris, Julien, Nico et Kevin.


"Nous avons réalisé que le groupe prenait un nouveau virage."


Ahasverus : Pour commencer j'aimerais situer "Nothern Recital" dans son contexte : il sort en 2002. C'est le quatrième opus de Seyminhol, mais le premier au format "album". 2002, c'est l'année de sortie du "Rock In Rio" de Maiden, du "Reroute to Remains" d'In Flames et de "Six Degrees of Inner Turbulence" de Dream Theater. La France adopte l'Euro, le Front National accède pour la première fois de son histoire au deuxième tour des élections présidentielles contre Jacques Chirac. Comment se porte la scène française et où situe Seyminhol, en cette période ?
Kévin (chant) :
L'origine de "Northern Recital" est réellement à rechercher en 1998 lorsque nous préparions notre MCD "Indian Spirit". Sur cet album, le titre "Fury of the North" annonçait vraiment notre virage heavy metal alors que le reste du mini album était très orienté hard rock FM voire rock français (seuls quelques titres ont été conservés à l'époque alors que nous avions composé un véritable album). Mais ce virage il fallait l'amorcer et, surtout, il fallait pouvoir le faire. En 2000, après une énième séparation du groupe (déjà à l'époque), et le flop du MCD précité, il était temps d'évoluer. Je rêvais de faire du power metal symphonique à la Rhapsody qui était le groupe du moment et les anciens membres étaient plutôt ouverts à cette idée. En France, il n'y avait rien dans le style à l'exception de Dyslesia ou d'Heavenly.
Seyminhol indian spirit

Seyminhol, "Indian Spirit", (1998)


"Le thème développé, les Vikings, était très novateur en ce temps-là. Nous étions sûrement les premiers à proposer cette thématique dans le style avec un concept historique aussi fouillé."


En tous cas ces deux formations avaient une forte visibilité. Il fallait donc oser parce qu'il y avait encore de la place pour ce genre de métal et qu'il y avait des labels prêts à nous suivre. Le seul problème était les musiciens. Marco (guitariste) était un excellent soliste très inspiré par Malmsteen, Éric (second guitariste) avait un superbe jeu bluesy et savait s'adapter à tout mais ils n'étaient pas du tout prêts à trop évoluer. Nous n'avions pas de clavier, ni même un batteur capable d'assurer sur un style si particulier qui demandait beaucoup de double grosse caisse. C'est donc le moment où Julien Truttman nous a rejoints - un jeune très talentueux qui écoutait Dream Theater en boucle – et où j'ai proposé à Nicolas Pélissier - avec lequel je jouais dans Heresy (projet prog metal trop ambitieux…) - de nous rejoindre dans Seyminhol comme claviériste.
Il avait un très bon niveau, les idées pour modifier complètement notre son et les mêmes envies que moi. C'est donc lui qui a donné cette première couleur symphonique à nos morceaux, cette impulsion salvatrice. Le MCD dont je parle a ouvert la porte à "Northern Recital" et c'est sur ce premier album que l'alchimie entre Nico et moi a commencé à fonctionner. Il a composé une grande partie du disque et a donné un son plus moderne et une identité différente au groupe. Ce qui a engendré des tensions avec nos deux guitaristes de toujours (Nico était lui-même guitariste et il avait des idées bien arrêtées sur le style à développer).
Bref, nous étions malgré tout gonflés à bloc, sûrs de bouger les lignes avec ce disque qui, avec le recul, a fait l'effet d'une bombe à sa sortie. Il faut dire que le thème développé, les Vikings, était très novateur en ce temps-là. Nous étions sûrement les premiers à proposer cette thématique dans le style avec un concept historique aussi fouillé.
Julien (batterie) : Tout cela est vieux, j'étais encore un jeune étudiant à l'époque. Il me semble que cela bougeait plus que maintenant. Il y avait encore plein de cafés-concerts où voir jouer des groupes régulièrement.

Seyminhol album


"Je savais qu'il fallait tout changer : visuel, logo, style vestimentaire, son, ambiance. Bref, entrer dans les années 2000."


Seyminhol affiche donc de nouvelles ambitions et s'ouvre de nouvelles perspectives ?
Kévin : Comme je te le disais plus haut les ambitions étaient fortes pour ce qui me concerne. Je savais qu'il fallait tout changer : visuel, logo, style vestimentaire, son, ambiance. Bref, entrer dans les années 2000. J'avais depuis longtemps des contacts avec Brennus, Musea et d'autres labels. Je sortais beaucoup en concert, je travaillais ma voix comme un dingue, j'avais calmé mon mode de vie déjanté pour donner le meilleur de moi-même mais les freins venaient des anciens membres du groupe. L'arrivée du synthétiseur et des orchestrations posaient problème même si avec le recul tout le monde s'accordait à dire que cela était extrêmement bénéfique pour l'avenir du groupe. Je pense que Seyminhol a connu une renaissance en 2002 grâce à "Northern Recital".
Julien : Pour moi, à seize ans, aller en studio pour enregistrer était incroyable. Une fois le disque fini, il était évident qu'il fallait achever l'histoire. Nous avions, de plus, fait la connaissance de Nicolas pour quelques nappes de synthé. Ces nouvelles possibilités d'orchestrations enthousiasmaient tout le monde.
Chris (Basse) : C'est à ce moment que nous avons réalisé que le groupe prenait un nouveau virage, nos ambitions ainsi que l'apport d'une maison de disque devaient nous y aider.
Kévin : Et, hormis une escapade risquée en terre "electro-trash" en 2009 (cf. Ov Asylum), Seyminhol a depuis ce disque toujours produit des morceaux épiques à tendance progressive et symphonique.
Nico (guitares, claviers) :  Moi je débarquais dans le groupe, au début pour faire les claviers, mais j'ai de suite entraperçu le potentiel et la belle ambiance qui régnait entre nous.


"On n'a même pas essayé de s'inscrire à la Sacem parce qu'on souhaitait éviter de sortir trop d'argent."


La nouvelle orientation musicale de Seyminhol génère du rififi au sein du groupe et même des départs...
Kévin :
Et donc voilà la suite "logique" du groupe, les nouveaux départs. Mais nous avions l'habitude de cela puisque, le groupe ayant été officiellement fondé en 1989 sous le nom de Spirith, il y a eu beaucoup de musiciens dans nos rangs dès les origines. En 2002, au départ  de Marco et d'Éric nous en étions par exemple à notre sixième batteur… Bref, je savais que la période qui allait s'ouvrir serait très compliquée.
Julien : En effet… Les vrais problèmes sont arrivés vers la moitié de la composition. Nous décidions d'inclure Nico dans la formation comme clavieriste. Ce dernier étant également un talentueux guitariste, il apportait de bonnes idées. Les guitaristes ne virent pas cela d'un bon œil et leurs égos non plus. Seules la qualité et la musicalité nous importaient mais la jalousie a terni le tableau.
Chris :  La nouvelle orientation musicale sugérée par Nico a généré des tensions avec les membres originels. Il a pris les rennes des compositions avec notre approbation à Kévin et à moi-même.  

Ces désacords entraînent un retard dans la sortie de l'album...
Kévin :
Alain Ricard m'a téléphoné en mars 2002 pour me dire que Marco et Éric nous attaquaient en justice. On s'est rencontrés au tribunal et nous avons dû établir un document officiel qui évoquait les droits des uns et des autres. C'était davantage pour la forme que pour le fond parce nous n'envisagions absolument rien en terme de vente. Les royalties que nous percevions à cette date étaient dérisoires. Pour tout dire, on n'a même pas essayé de s'inscrire à la Sacem parce qu'on souhaitait éviter de sortir trop d'argent au moment du pressage de nos disques. En effet, depuis le début de nos enregistrements tous nos albums avaient été payés par nos soins à l'exception de "Septentrion's Walk" (pris en charge par Brennus en coffret collector).
Nico :   Je pense avec le recul que ce retard nous a été très préjudiciable compte tenu du succès underground de «Nordic Tales» et des concerts que l'on a donnés sans pouvoir rien proposer. De plus les chroniques commençaient à sortir sans que nous ayons de quoi contenter nos auditeurs.

Pochette nordic talesSeyminhol, "Nordic Tales" (2001)

Du coup, quel line-up jouera sur Nothern Recital ?
Kévin :
En live, ce sera la formation avec Chris Billon-Laroute à la basse, il était avec moi dans le groupe depuis les débuts (même depuis la création en 1989 pour ce qui le concerne) ; Julien Truttmann, le petit nouveau à la batterie, qui a très vite trouvé sa place au sein de l'équipe ; Nicolas Pélissier au synthétiseur (il est devenu le compositeur attitré) ; moi au chant ; Régis Reinert (un ancien Seyminhol et le compositeur principal d'Indian Spirit) à la guitare. Il y avait aussi des potes sur scène, avec nous pour les chœurs, les voix rauques, etc. Bref, l'aventure pouvait commencer. Nos problèmes juridiques se réglaient progressivement, les dates de concerts se multipliaient et nous gagnions en notoriété à chaque nouvelle prestation.
Nico :  Voir ce fameux concert à Woippy (57) dans un très gros festival de metal plutôt typé «extrême» où je me suis senti obligé de quitter mes synthés pour densifier les guitares (bon, jouer «The final Countdown» était un pari osé ! ).


"Cet album nous a différencié du métal français de l'époque."


Vous décrochez un contrat chez Brennus. Nouveaux espoirs, nouvelles contraintes ?
Julien :
Nouveaux espoirs… trop peut être. Des contraintes pas vraiment. C'est un label très petit.
Kévin : Nouveaux espoirs, oui. Et puis je connaissais Alain Ricard depuis 1995 et notre premier MCD "Thunder in the Dark". Il avait trouvé cet essai très chouette et m'avait juré que si nous pondions un disque complet avec la même qualité il nous signerait. Et c'est donc ce qu'il a fait en 2001. Mais bien sûr, malgré des ventes conséquentes en France (plus de 3000 albums vendus), les retombées financières se sont avérées bien maigres. On touchait seulement quelques euros par album et, si tu fais le calcul, cela représentait moins de dix mille euros à partager en cinq. Avec l'investissement pour les enregistrements, les décors de scène et tout le reste, autant dire que cela était beaucoup trop peu pour s'offrir les services d'un producteur. Nous avons toujours payé pour faire avancer la machine.
Chris :  Surement plus d'espoirs que de contraintes...

Le contrat en poche, vous vous attelez à l'album. Passer de quelques EP à un concept-album historique c'est gonflé et totalement différent du Seyminhol de la décennie précédente...
Chris :
  Cet album nous a différencié du métal français de l'époque, nous donnant accès à de belles scènes et festivals. Il pose les fondations du «nouveau» Seyminhol.
Kévin : Oui, et en plus les morceaux du MCD ont été repris sur "Northern Recital" pour constituer le dernier chapitre de notre "œuvre". Ils avaient été composés par Éric et Marco en grande partie. Avec l'arrivée de Nico, le synthétiseur a boosté les premiers enregistrements mais l'évolution lors de l'écriture des deux autres chapitres du disque a été tellement phénoménale qu'il y avait un sérieux décalage. À tel point qu'il  a fallu réenregistrer les morceaux du  MCD pour qu'ils collent davantage à l'album complet, rechanter des parties, refaire des chœurs, des orchestrations, etc. Un boulot de titan avec un très petit budget. Heureusement, notre ami de toujours, Gilles Kauffmann, - un ingénieur du son rencontré au studio Linster à Luxembourg - était là pour nous aider. Et il n'a pas compté ses heures tout au long des phases d'enregistrement, de pré-mixage et de mastering. Il appréciait notre musique et donnait vraiment tout ce qu'il pouvait pour que nous puissions avoir un super résultat et le meilleur son possible. J'ai dû aussi m'atteler à la création d'une histoire plausible mais largement romancée, qui devait intervenir juste avant le fameux MCD "Nordic Tales". Je suis donc parti de l'attaque Viking sur le couvent de Lindisfarne en 793 et j'ai imaginé l'épopée d'un danois, Thorgis, cherchant à venger ses frères Saxons défaits par Charlemagne à Verden en 785. La suite de l'histoire a été un véritable casse-tête.
Julien : Je n'étais pas là pour le Seyminhol d'avant, mais pour en avoir écouté tous les albums c'est vrai que l'évolution est grande ! Pour l'anecdote : à mon arrivée dans le groupe, Chris m'a donné tous les vieux albums sauf un, "Thunder in the dark", plus disponible. Je l'ai trouvé au Cash Converter quelques années plus tard pour compléter ma collection.
Nico : En contextualisant cet album et surtout sa thématique, tu peux te rendre compte que seuls des groupes mondialement connus comme Amon Amarth (et souvent Scandinaves) traitaient du sujet, et encore de façon plus extrême que nous. Les ambiances, cette richesse historique était remarquable car elle a été produite sans gros moyens, à l'aide d'amis et de passionnés comme nous.


La suite sur Back to the roots : SEYMINHOL II, Nothern Recital (2002) - L'album, son accueil, sa place
Retrouvez nos interviews "Back To The Roots" :

L'interview de Kevin Kazek (SEYMINHOL)

SEYMINHOL existe depuis vingt-six ans. Il a produit cinq LP, plusieurs EP, et son clip “Behind The Mask”, extrait de son dernier album “Ophelian Fields”, explose les compteurs de Youtube avec plus de 86.000 vues. Seyminhol c’est aussi le goût du travail bien fait : des concept-albums ambitieux, des pochettes magnifiques, des vidéos qui sont de vrais courts-métrages... Alors quand nous sommes allés poser nos petites questions à Kevin Kazek, le chanteur, vous pensez bien qu’il n’a pas répondu sur un coin de table... Et vous allez voir, ça valait le coup d’attendre !


"La trilogie "filles, motos et bières" n'est plus ma came. Dans ce que je veux faire et transmettre en musique en tous cas !"


Nom, prénom, instruments pratiqués ?
Kevin Kazek : Je ne pratique aucun instrument.

34507002 1711800572220274 9201940476465250304 n

Kevin Kazek, par Christian Brémont

Ton chant est puissant et varié, et j'ai lu que tu avais pris des cours au conservatoire de Metz. Comment est née ta vocation et comment entretiens-tu ta voix ?
J’ai eu la chance de prendre six mois de cours particuliers en 2001 avec une chanteuse soprano, Christina Dietsch-Carvin, qui, aujourd’hui, fait une belle carrière internationale. Elle m’a apporté la technique qui me manquait, le placement du corps, la méthode respiratoire, et m’a indiqué quelques exercices particuliers qui me servent bien pour chauffer ma voix. J’avoue ne pas vraiment entretenir mes cordes vocales. J’ai simplement un rituel avant chaque concert : boire beaucoup d’eau, ne pas manger, ne pas fumer et faire des exercices. J’aime la musique depuis tout jeune. Je chantais chez mes grands-parents sur ce qui passait à la radio ou à la télé. En 1986, j’ai découvert Europe et Scorpions, et j’ai trouvé ça très cool. Les chanteurs assuraient, les mélodies étaient superbes. Ça m’a donné envie de faire pareil. Elvis Presley a eu également une grande influence sur moi. C’est un excellent « entertainer » et une vraie voix. Et puis il y a eu Bruce Dickinson, sur “Powerslave” et “Seventh son of a seventh son”. Là, je me suis dit…Whaou ! Quelle puissance ! J’étais un grand fan à l’époque. Après l’album “Fear of the dark”, je suis passé à autre chose, et les dernières réalisations du groupe ne m’ont pas transcendé.

Le Métal, c'est les Vikings, les gonzesses, les motos et la bière. Shakespeare ? C'est quoi ce bordel ? Vous connaissez plus les codes chez Seyminhol ?
Là, tu résumes le métal à un poncif ! Une image véhiculée habituellement par les médias et par certains groupes qui sont dans ce créneau et qui en jouent.
Shakespeare, comme les grandes œuvres littéraires, ne sont pas des sujets incompatibles avec la musique que nous pratiquons, bien au contraire. Pour créer nos albums, nous recherchons des sujets dramatiques, noirs, avec de forts rebondissements, et il y a tout cela dans Hamlet ! Bref, le Hard-Rock et le Metal (le terme Metal me gêne vraiment car il est trop restrictif) ne se résument pas à une seule étiquette, une seule imagerie, et je crois que c’est sûrement le style, avec la musique gothique, qui traite des sujets les plus intelligents. Qu’il s’agisse de thématiques artistiques, historiques ou littéraires ! L’image du « métalleux » débile a vécu. La musique progressive, le Viking Metal , le Metal Atmosphérique ou le Black Metal traitent souvent de sujets très sérieux : religions, traditions, faits historiques, problèmes de société, métaphysique, etc. Il y a de superbes paroliers dans ce style de musique. Personnellement, j’étais – et je suis toujours d’ailleurs ! – un grand fan de Mötley Crüe et de la scène californienne des années 1980-1990. Les textes de ces groupes étaient à chier, mais ils étaient très drôles et subversifs. Ils reflétaient une autre époque, une autre envie. Aujourd’hui, tu ne peux plus retrouver cette ambiance. Le monde a changé, il est sans doute plus dur, moins insouciant. La musique et les artistes reflètent aussi leur époque et ils donnent, à travers leur sens artistique, leur vision du monde. Après, qu’il y ait encore des gars pour faire du rock gras et branché cul c’est super ! Et tant mieux… Mais clairement, à mon âge, je ne me vois plus chanter des trucs que je faisais il y a encore une dizaine d’années dans mes autres projets musicaux. La trilogie “filles, motos et bières” n’est plus ma came. Dans ce que je veux faire et transmettre en musique en tout cas !

Seyminhol meilleur def

SEYMINHOL, Nothern Recital (2001)

Ça fait bien longtemps que nous traitons de choses sérieuses dans Seyminhol, depuis notre premier album “Northern Recital”, paru en 2001. Être sérieux ne veux pas dire être un saint ou être chiant. C’est même tout le contraire, à la lecture de certains de nos textes. L’usage de symboles, que j’apprécie beaucoup pour dérouler la trame de nos concepts, permet de tout dire avec un peu plus de finesse. S’il y avait une caractéristique dans notre musique, ce serait cette volonté d’élever un peu le débat, le niveau. Nous avons choisi de nous orienter davantage vers le style progressif pour toutes ces raisons. Et je crois que le public apprécie aussi des textes à sens, des concepts ambitieux et des artistes qui leur content de vraies aventures. Dickinson a été l’un des premiers à le faire dans ses paroles où ils traitent événements historiques, de faits d’hivers et de géopolitique.

Quel est le premier album que tu as acheté ?
Le premier vinyle que j’ai eu entre les mains, je crois que c’était Voivod, l’album “Nothingface”. Mon premier album acheté devait être “No Prayer for the Dying”, ou “Hooked”, de Great White.

Nico et toi défendez votre album avec passion, et on sent que la culture et l'histoire tiennent une place importante, sinon passionnelle, voire un tantinet obsessionnelle, dans vos esprits. D'ailleurs tu travailles, me semble-t'il, dans un musée. En dehors des grands dramaturges, si tu devais cette fois adapter pour Seyminhol un romancier français, qui choisirais-tu ?
Ce n’est pas plus obsessionnel que d’écouter AC/DC ou Motörhead qui font toujours le même style de musique, avec des textes très répétitifs qui parlent de filles, de bières ou de motos justement ! Deux groupes, qu’au demeurant, j’adore, mais qui ne se sont pas renouvelés depuis leur origine. Pour répondre à ta question, je dois dire que c’est très compliqué, parce que je ne suis pas un grand amateur de littérature française. Je préfère les auteurs anglais ou russes, les « Gothic novels » et le romantisme noir. En France, il y a toutefois un géant du roman historique que tout le monde connait, c’est Alexandre Dumas. Pour cette raison, “Le Château d’Eppstein” aurait pu être revisité par Seyminhol. Sinon, Cioran me plaît, parce qu’il emmerde son monde et que c’est un pur nihiliste. Mais c’est surtout un gars qui a saisi le pathétique de l’existence et la futilité des choses du quotidien.

L’album Ophelian Fields laisse toute leur place à chaque musicien, notamment grâce à un son particulièrement soigné. Je pense par exemple au morceau Hidden Desire, dans lequel le jeu de batterie occupe l'espace avec une savoureuse richesse. Comment se fait la composition des morceaux chez Seyminhol ?
Nico et moi-même créons l’ensemble de l’œuvre. Je rédige le concept puis les textes. Nico s’imprègne du sujet et retranscrit cela musicalement : c’est lui qui compose toutes les parties musicales (piano, batterie, guitare et basse). Je lui propose parfois de modifier des passages, d’ajouter des mélodies, je travaille également avec lui sur les arrangements. J’imagine ensuite les phrasés, les chœurs, les doublages de voix et les bruitages.

34369165 1711804072219924 6978878125748781056 n

Kevin Kazek par Alexandre Maeder

It's A Long Way to the Top If You Wanna Rock 'n’ Roll, chantait Bon Scott. J'ai l'impression que la route est encore plus sinueuse pour un groupe français, quel que soit son talent. Tu tournes depuis près de vingt ans avec Seyminhol, quel est ton regard sur la scène hexagonale ?
Je joue dans Seyminhol depuis 1992. Cela fait 26 ans que je fais de la musique et que je sors des disques. J’ai l’impression que c’était plus simple avant. L’industrie du disque a évolué dans le mauvais sens, à mon avis. On gagne très peu d’argent, le téléchargement tue toutes les ambitions. Les concerts deviennent de plus en plus compliqués à trouver parce qu’il y a des restrictions budgétaires, des normes anti-bruit, du clientélisme parfois... Il y a aussi deux mondes que tout oppose : Paris et la province. C’est valable dans notre style. Et puis en France, on préfère regarder ce qui existe à l’étranger plutôt que de soutenir ses propres groupes. Heureusement, tout le monde ne raisonne pas comme ça. Nous jouons avec Trust le 08 juin. Le management a refusé que notre nom apparaisse sur l’affiche... Tout est dit ! Comment veux-tu que ça tourne rond dans ce pays. Nous n’avons pas eu la carrière de Trust mais nous existons depuis longtemps et avons fait de bons albums qui se sont vendus et qui ont été diffusés à l’étranger. Si les fers de lance du style réagissent ainsi, la scène hexagonale continuera longtemps d’être moribonde. C’est typiquement français, et c’est pathétique.

Quelle question aurais-tu aimé que je te pose ?
“Le fait de ne pas avoir les cheveux longs est-il un problème lorsqu’on fait du Metal ?”

Franchement, Kevin, le fait de ne pas avoir les cheveux longs n’est-il pas un problème majeur lorsqu’on fait du Metal ?
Non, il existe de très belles perruques.

Un titre de rock qui pourrait être ta devise ?
“School’s out”, d’Alice Cooper, parce que même si nous ne sommes plus à l’école, il y a toujours des cons pour essayer de t’apprendre à vivre, pour vouloir t’éduquer, te dicter une théorie. On t’emmerde avec les apprentissages, les stages de spécialisation, de professionnalisation ou de management toute ton existence. On va bientôt faire chier les vieux pour qu’il repasse une aptitude au permis de conduire. Bref, l’éducation et l’instruction sont fondamentales, mais les méthodes sont mauvaises comme le prosélytisme et les quotas.

 


 

Merci à Christian Brémont et Technical Spirit pour leurs jolies photos et leur aimable autorisation. Technical Spirit - Productions Audiovisuelles Grand Est a également réalisé les magnifiques vidéos de Seyminhol.

https://www.facebook.com/TechnicalSpirit/

 

34465420 1711898812210450 1010314825009463296 n

Seyminhol - Ophelian Fields (2018)

Merci à Alexandre Maeder pour sa jolie photo et son aimable autorisation.
https://www.facebook.com/alex.rcmad


Merci à Kevin pour sa confiance, à Nico pour sa bienveillance.

Seyminhol, c’est aussi :
http://www.seyminhol.net/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Seyminhol
https://open.spotify.com/search/results/seyminhol