Quintana

Le cas QUINTANA

Piero Quintana arpente les scènes françaises et espagnoles depuis les années quatre-vingt-dix. Il multiplie et renouvelle les expériences scéniques, accumulant les opus et un public fidèle. Convaincus par la sortie de son nouvel album “Older” (2018), publié sous le nom de Quintana Dead Blues eXperience, nous avons sollicité une interview à laquelle, malgré les dates qui s’enchaînent actuellement, le maestro a accepté de se prêter.
Voici “Le cas Quintana”, l’interview d’un artiste atypique.

(interview réalisée par Ahasverus pour Hard French Metal le 22/02/2019)

 
Bonjour Piero Quintana. Tout d'abord te souviens-tu de ton premier émoi musical et du premier album acheté ?
Piero Quintana :
Comme beaucoup de personnes de ma génération, je pense, mon premier disque et premier choc musical a été le fameux “Thriller” de Michael Jackson, en 1982. J'avais alors 13 ans. Bien avant, mon enfance à été baignée dans du Serge Reggiani, Paco Ibañez, Georges Moustaki et même Claude François et Joe Dassin !

Comment est née ta vocation de musicien, comment as-tu découvert ta première guitare et quel est ton parcours artistique ?
Ma grand mère, qui fut premier violon à l'orchestre de Chambéry, m'a “mis” au conservatoire dés l'âge de sept ans, pour étudier le solfège et la flûte traversière. Puis, vers l'âge de dix-huit ans, un peu dégoûté par le côté rigide du classique, et plus intéressé par la musique du moment, comme Duran Duran, INXS et pas mal de groupes de Rock espagnol, je me suis mis à la basse, pensant (à tort) que c’était l'instrument le plus facile pour faire du rock et avoir un groupe rapidement. Je n’ai commencé la guitare, en autodidacte, que bien plus tard, à l'âge de trente-deux ans. Au départ, cet instrument ne me servait qu'à m'accompagner, puis le temps est passé, et avec les progrès j'ai commencé à lui donner une plus grande place, comme dans Quintana Dead Blues eXperience. Dans plusieurs de mes projets, j'ai mis aussi un peu de flûte traversière et de l'harmonica, mais mon instrument principal reste le chant.
Mg 1588 sans
               Piero Quintana par  Jessica Calvo.

Dans une interview à Virgin Radio en 2014, tu disais faire “le grand écart entre Dépêche Mode et Nirvana”. Aujourd'hui comment définirais-tu ton univers ?
Ce n'est pas original ce que je vais dire, mais c'est toujours difficile de définir son univers et d'y mettre une étiquette. C'est pour ça que j'aime dire que je fais le “grand écart” entre Dépêche Mode et Nirvana. Je suis fan de Dave Gahan et de tout ces rythmes Electro mélangés à ces riffs de Blues, comme dans Personal Jesus ou I Feel You, et j'ai aussi toujours aimé cette folie dans Nirvana, ce côté crade, sauvage et imprévisible.
S'il faut donner d'autres noms d'artistes, je suis très certainement influencé par ce que j'écoute : Black Rebel Motorcycle Club, Iggy Pop, The Rolling Stones, The Kills, Triggerfinger...


"Chaque période de ma vie à eu son univers, tout en gardant une identité forte. Mais je recommande aux gens de venir aux concerts, c'est là que ça se passe !"


Où trouves-tu ton inspiration musicale, et quelles thématiques aimes-tu aborder ?
Dernièrement, j'essaye d'écouter plus de Blues, des choses plus près des racines, plutôt que des musiques déjà digérées et transformées, afin de m’imprégner de l'essence et d'y mettre ma propre personnalité. Depuis l'album “Older”, de Quintana Dead Blues eXperience, je travaille des titres avec Rémi Guirao (Arabella), qui me permet d'avoir un autre angle de vue sur ma musique. Il me propose des morceaux “sur mesure” que l'on travaille ensemble. Je cherche quelque chose de plus direct et de moins produit. Pour cela j'épure le plus possible les morceaux et j'y mets l'essentiel, pour que ça soit plus lisible et émotionnel. Au niveau des textes, les thèmes abordés sont souvent des ressentis personnels sur mon histoire, des états d'âmes que j'essaye de retranscrire le plus sincèrement possible.
 
Les textes de tes derniers opus sont en Anglais. Cette langue correspond-elle mieux à la musique que tu crées désormais, ou tu n'exclus pas de revenir aux textes en français ou en espagnol dans des productions postérieures ?
J'écris en anglais, car effectivement j'ai la sensation que ça se prête mieux à cette période musicale. Auparavant, j'ai toujours chanté en espagnol et défendu cette langue, car le Rock “en” espagnol à le droit à sa place. Beaucoup s'imaginent que le “Rock espagnol” c'est forcément avec de la guitare flamenca ou des mélodies andalouses, que c’est soit du Ska-P, soit style Gypsy Kings, (qui sont français soit dit en passant). En France, c’était à la fois pas facile d'être un groupe de Rock espagnol dans ce milieu fermé, et en même temps une force et une originalité ; on jouait partout, on était différents et on laissait une trace.
En 2014, je me suis mis à chanter en Anglais, après avoir fait une première tentative en français avec un nouveau titre qui n'aboutissait vraiment pas. Après plusieurs jours de recherches, j'ai tenté le même morceau avec un bout de texte en anglais, et j'ai eu une révélation ! c’était These Mornings (De Novo 2014), et j'avais l'impression d'être Dave Gahan ! (Rires) Mais aujourd'hui je ne me pose plus de question ; si je dois revenir à l'Espagnol, sur certains titres, ça se fera naturellement, et peut être même un jour en français. Je n'ai plus aucune règle.

52816618 2093186097415051 7684964087716904960 o

Quintana artiste "underground"  ?  Photo Jessica Calvo.
Depuis Quintana Roo , voici treize albums au compteur de ta discographie. Quatuor, duo, tu as aussi exploré plusieurs types de formations. Pourrais-tu nous brosser l'histoire et les caractéristiques de tes divers projets ?
J'ai commencé la musique en groupe sérieusement avec Quintana Roo (nom d'un état du Mexique), en 1991, après plusieurs autres formations éphémères. C'était du Rock espagnol, fortement influencé par les groupes espagnols de la “movida”, des années 80/90. On était quatre : deux guitaristes (Greg et Chris), un batteur (jean H), et j'étais à la basse et au chant. C'est là qu'on a fait nos armes, c'est là qu'on a su qu'on serait musiciens avant tout ! Pendant sept ans, on a joué dans toute la France, et même quelques dates en Espagne. Puis, le groupe s'est arrêté en 1998 après trois disques.
C'est ainsi que je me suis retrouvé seul, comme un con avec ma basse, et que j'ai dû me mettre à la guitare pour m'accompagner, puis remonter un projet quelques années plus tard, en 2001, avec Liga Quintana. Le nom Liga à été choisi pour sa signification (Ligue), car après la séparation douloureuse de Quintana Roo, je voulais un groupe modulable, avec des musiciens qui entrent dans le projet, puis partent quand ils le veulent, sans que le groupe ne meure. Ce n'était plus "à la vie-à la mort" : c'était Liga Quintana, un collectif Quintana... Même si finalement l'histoire s'est répétée, nous avons vécu des moments énormes et sommes devenus comme des frères.


 

Liga Quintana c'est des centaines de dates entre la France et l'Espagne, c'est quatre disques dont deux enregistrés en Espagne, c'est aussi “StarDiscount”, un film. C'est quatre mecs (Les frères Tarricone, Benjamin et Simon, David Litavicki et moi) sans concessions qui font une sorte de Rock Electro-Grunge, chanté en espagnol, sauvage et classe à la fois. L'histoire s'est arrêtée elle aussi, dix ans après en 2011.
Faire de la musique, tourner, c'est un peu maladif chez moi, et j'ai toujours la flamme, donc je décide immédiatement de continuer, mais seul cette fois-ci, avec différents projets, sous le nom de Quintana et sous forme de duos. Je compose l'album “El Mayor Enemigo”, avec Tom Lopez en 2012. Un truc très perso et acoustique, basé sur les textes et des mélodies assez noires ; ma voix, une grosse caisse au pied, une guitare acoustique, une petite boite à rythme minimaliste, et Tom avec son vieux clavier Farfisa et une guitare électrique. Puis j'ai eu à nouveau envie de pression acoustique, d'un truc lourd, Electro-rock, puissant et dansant, tout en restant en formule légère. J'ai donc réintroduit une groove box, comme on le faisait dans Liga, et j'ai composé “De Novo” (2014) et “69” (2016), avec ma guitare électrique et accompagné par Spike à la basse.
Ces projets on été joués aussi partout entre la France et l'Espagne, c'est là que j'ai vu que je pouvais pousser le délire plus loin et être plus radical ; “être seul sur scène avec une guitare a fond et une vieille groove box Roland MC909”.
Quintana 3
Quintana Dead Blues eXperience - Older (2018)
On y arrive,
tu te produis donc aujourd'hui, sous le nom de Quintana Dead Blues eXperience, un "One Man Rock'N Roll Electro Heavy Blues" Est-ce à proprement parler une "expérience", ou se produire seul sur disque comme sur scène est-il choix durable du futur Quintana ?
Oui, en 2017 j'ai fait mes premières dates tout seul sous le nom de Quintana Dead Blues eXperience, pour différencier ce projet du précédent. J'ai choisi un nom à rallonge, pour noyer le poisson ! “Vu que je suis seul, je vais trouver un nom super long !” J'avais déjà joué seul auparavant, notamment en première partie de Christine & The Queen et Gaëtan Roussel, et sur quelques festivals, et l'idée, même si c'est flippant, me plaisait. C'est effectivement une expérience artistique et de vie, car je suis ouvert à tout, je suis prêt à tenter tout ce dont j'ai envie tout en gardant ma personnalité. Être seul, c'est vraiment être libre, même si la musique est un échange et que la vie de groupe et de partage me manque parfois.
Mais en réalité je ne suis vraiment pas seul, je suis très entouré, il y a Chris Martin ( KNT Editions), mon éditeur, qui m'accompagne dans le développement du projet, ma compagne Jessica Calvo Photographe , qui apporte énormément à mon image à l'heure où le visuel est primordial, et beaucoup d'autres personnes. Je partage bien évidemment avec le public et les gens que l'on rencontre lors des tournées. Je sais aussi qu'un jour je remonterai un groupe, mais encore une fois, je ne me pose pas de question, quand, où, pourquoi...

Où peut-on écouter et se procurer tes albums ?

Les albums sont sur internet (Spotify, Deezer, etc.), mais aussi en vente par correspondance, on peut les commander sur www.pieroquintana.com Et sinon, il y a pas mal de vidéos de tous ces groupes sur Youtube.

Outre “Older” (2018), ton nouvel album sous le nom de Quintana Dead Blues eXperience, quel opus recommanderais-tu à un lecteur qui voudrait découvrir ton univers ?

“Older” se rapproche le plus de ce que je recherche, des chansons avec une énergie Rock, un son un peu Stoner, un côté intense et sauvage, avec juste une voix, une guitare et une machine. Chaque période de ma vie à eu son univers, tout en gardant une identité forte. Mais je recommande aux gens de venir aux concerts, c'est là que ça se passe ! Je fais des nouveaux morceaux et des nouveaux disques juste pour pouvoir tourner et monter sur scène, ces “opus” ne sont que des prétextes en fait ! Au pire, trouvez des vidéos live sur Youtube !
(Note du rédacteur : Qualifier son dernier opus de “prétexte” est révélateur de l’envie de l’artiste d’en découdre en Live, mais je vous recommande néanmoins de jeter une oreille sur “Older”, le “prétexte” en question, qui est un album totalement convaincant !)


Après l'Espagne, tu es actuellement sur les scènes françaises. Un mot sur la tournée du Quintana Dead Blues eXperience ?
J'ai fait près de soixante-dix dates en 2018, j’espère en faire autant cette année. J'essaye de jouer dans de meilleures conditions d'années en années, je joue partout, du petit bar à la grosse scène de festival, venez aux concerts, je passe peut être près de chez vous, surveillez les dates sur Facebook ou sur le site officiel !

Merci Piero Quintana de nous avoir accordé cette interview.

Merci à vous et à très vite sur un concert !

 
         
 
Quintana1
Piero Quintana par Jessica Calvo.
Piero Quintana sur Facebook (N’oubliez pas de liker sa page !) : Quintana Dead Blues Experience
Retrouvez le Quintana Dead Blues eXperience en concert :

- le 03/03/2019 à Saint-Sorlin d’Arves ( Avalanche Café St So)
- le 7/03/2019 à Bourg Saint Maurice ( Giovanni’s pub arc 1800)
- le 12/03/2019 à Valfréjus ( Rock N Beer - Valfréjus)
 
Plus sur Piero Quintana : www.pieroquintana.com

Merci à Jessica Calvo pour ses photographies de Piero Quintana. Retrouvez toutes ses photos de concerts (Avatar en autres !) sur :
https://www.facebook.com/JessicaCalvophotographe/