PORNO GRAPHIC MESSIAH

PORNO GRAPHIC MESSIAH - “Interdit” ou le plaisir des sens (interview Scars Summer)

  • Le 15/10/2020
Après quatorze ans d’existence, le groupe de métal industriel Porno Graphic Messiah signe son album le plus ouvert, paradoxalement intitulé “Interdit”. L’occasion de faire un arrêt sur image avec son fondateur, et de revenir sur son parcours de musicien, avec en fond d’écran un message : une passion doit d’abord être un plaisir.
Voici l’interview de Scars Summer.

 

Pnm portrait 


"La statue de la liberté, c’est monsieur tout le monde qui l’a tuée ; En tuant la liberté d’expression, on se tue nous-mêmes."

 
Bonjour Scars Summer. Tu es ado quand tu es repéré par Undercover Slut, un groupe de Metal Indus parisien qui connait le succès et les plateaux télé avec le titre “Communism is Fascism”. Comment arrives-tu dans cette aventure, et qu'en gardes-tu ?
Scars Summer :
Salut Ahasverus. C’est assez marrant ! Je vais à l’époque sur le site Web de Undercover Slut, je vois une bannière «Guitarist Wanted». C’était typiquement le genre de groupe où je m'imaginais à la guitare. Le seul hic, c’est que j’avais dix-sept ans, et qu’il fallait en avoir au moins vingt-et-un pour jouer dans les clubs (en Angleterre par exemple, où l’entrée est interdite en dessous de cet âge). J’ai malgré tout fait en sorte de tout donner pour monter à Paris aux auditions et pour être pris. J’en garde de très bons souvenirs, car au final ça restera une superbe expérience ; même si je pense que le chanteur avait surtout un fort charisme avec malheureusement peu de connaissances sur la composition, la gestion d’un groupe, l'infographie, l'enregistrement, etc. Il voulait être leader sans vraiment de connaissances. C’est ça qui m’a fait comprendre qu’il fallait que je parte pour créer mon propre groupe. Et puis, Undercover s’appuyait sur un acquis de notoriété avec “Communism Is Facism”, mais en réalité, j’ai moins vibré en étant dans le groupe qu’en l'écoutant.

 

Undercover slut 

UNDERCOVER SLUT, "Communism Is Fascism" (2004)

 

Comment ton parcours avec Undercover Slut prend-il fin ?
Je décide de fonder Porno Graphic Messiah lors d’un after à Londres, en 2006. Mais j’étais encore un gamin avec finalement peu de bouteille. J’ai donc fait beaucoup d’erreurs dans les débuts de Porno Graphic Messiah ; je me suis rodé depuis. (Rire)

 

Tu nous racontes les débuts ?
Ce fut très compliqué... Je passe d’un groupe avec de belles dates et des opportunités, à un groupe tout neuf avec une chanson mal enregistrée. Et puis, en étant jeune, je me suis peut-être mal entouré aussi. Pour autant, je suis très content des retours positifs et de ce qu’est en train de devenir petit à petit Porno Graphic Messiah en France.
 
Indéniablement le style Porno Graphic Messiah est posé dès “Live & Frustrations”, ton premier opus...
A l’époque je voulais correspondre à un style musical bien précis, le Metal Industriel.

 

On reste sur le même ton - pour ne pas dire parfois sur le même riff - pour les deux premiers albums, “Till Death Or Nothing” et “Terrorize Me”. “Interdit”, votre nouvel opus, est très ouvert, il s'éloigne des gimmicks de ses prédécesseurs, même si l’ouverture avait été initiée par “Terrorize Me”, c'est une certaine prise de risques... Qu'est- ce qui a changé dans ton processus de composition ?
Aujourd’hui, je me nourris bien plus du monde actuel et de la stupidité des gens, pour les retranscrire en musique. Ça fait hyper cliché, mais c’est très vrai. Et parfois la stupidité ne vient pas uniquement des médias, comme on a tendance à le lire ; je pense plutôt qu’internet et les smartphones donnent clairement la possibilité de parler à des gens qui feraient mieux de la fermer afin d’éviter d’en influencer d’autres. A bientôt trente-deux ans, j’ai aussi, grâce au soutien d’Amandine, ma femme, plus de maturité et beaucoup plus d’expérience sur la vie, en tant que papa, ou bien en tant que chef d’entreprise dans l’évènementiel. Le retour du public me réjouit en tous cas énormément...


Interdit 

PORNO GRAPHIC MESSIAH, "Interdit" (2020)

 

Je défie quiconque de dire en blind-test que “Digital's Bird” est un titre de Porno Graphic Messiah... Et “#stayathome” pourrait être un morceau d'Indochine... J'apprécie aussi particulièrement l'idée du parallèle “Statue of Liberty”/”Statue of Interdit”, qui reprennent la même ligne mélodique mais dont les paroles diffèrent.
Statue Of Liberty”, c’est la statue de la liberté façon 2020 (que je note d’ailleurs “Z0Z0” sur l’album, pour faire une légère référence diabolique): Cette statue de la liberté n’a plus le droit de dire ce qu’elle veut ! Comme mise en image dans le clip il y a quelques semaines, elle passe d’une robe blanche et pure à une robe noire, pour finir morte avec un maquillage complètement coulant. Et c’est d’ailleurs nous même qui la ramassons, avec nos masques chirurgicaux sur nos visages. Comme pour faire passer un message : la statue de la liberté, c’est monsieur tout le monde qui l’a tuée ; En tuant la liberté d’expression, on se tue nous-mêmes.

 

Tu as essayé beaucoup de choses en matière de line-up. Un mot à ce propos ?
Je ne vais rien t’apprendre de nouveau. Dans tous les groupes, entreprises et équipes, c’est pareil : gérer l’humain, c’est loin d’être évident. Mais quelque soit le débat, ils savent que j’ai toujours raison… Donc au final … (Ça, c’est purement gratuit, et aussi pour me venger d’images salaces, que Val notre bassiste m’a montré sur le dernier trajet !). Réellement, je pense que mes musiciens se retrouvent aussi un peu comme public dans Porno Graphic Messiah. En tous cas, c’est mon ressenti. J’aime de plus en plus ce qu’on fait, et je m’amuse de plus en plus sur scène. Et tout autant à enregistrer nos albums dans mon studio ! Même si on a chacun nos défauts, et mes musiciens pourraient te faire une très longue liste des miens, je pense qu’ils sont tout de même heureux d’avoir un mec assez «tenace» comme moi pour gérer notre groupe (Rires).

 

J’ai eu le plaisir de te rencontrer plusieurs fois. Tu es impayable quand tu te mets à raconter des anecdotes autour d'un café. Je me souviens d'une fois où tu jouais pour un artiste hip hop et où tu croyais que les gens admiraient ton jeu de guitare, mais tu finissais par comprendre qu'ils regardaient le tatouage satanique que tu avais sur l'avant bras... Il faut dire que tu jouais dans une église !
Alors ça, c’est certainement mon côté chanteur … J’adore parler dès lors que je me sens à l’aise ! Et c’est tout à fait le cas avec toi. C’est vrai qu’avec un groupe, tu te fais beaucoup beaucoup, beaucoup (trop ?) de souvenirs ! On doit avoir de quoi faire deux ou trois bouquins d’ailleurs...

“C’est important d’avoir en tête qu’une passion doit avant tout rester un plaisir. Et encore une fois, je m’amuse beaucoup à travailler sur cette aventure.”

Tu es aussi un garçon qui a la tête sur les épaules, et le fondateur d'Another Management (www.anothermanagement.com). Tu peux en dire un mot ?
Another Management, c’est une deuxième partie de moi. C’était la suite logique des rencontres extraordinaires que l’on fait avec un groupe de musique. C’est une plateforme de réseau et d’opportunités pour les groupes de Rock à Metal extrême et entreprises-structures de cet univers, sur toute la France et le Canada.

C'est aussi autour d'un café, tu m'as dit un truc tout simple qui est devenu mon leitmotiv : en matière de musique, il faut toujours mettre le plaisir devant...
Oui, et beaucoup de jeunes groupes ne s’en rendent pas encore compte. Depuis 2006, je prends énormément de plaisir. Et c’est important d’avoir en tête qu’une passion doit avant tout rester un plaisir. Et encore une fois, je m’amuse beaucoup à travailler sur cette aventure.

 

Merci Scars Summer d'avoir répondu à mes questions. C'est toujours un plaisir de parler avec toi. Long Live Porno Graphic Messiah !
Merci beaucoup à toi !
 

Les Liens :

Porno Graphic Messiah sur Facebook :
https://www.facebook.com/PNMBand

Porno Graphic Messiah sur Spotify :
https://open.spotify.com/artist/4iAvOmvCQDUcmae4R3OpL1

L'interview de Scars Summer (PORNO GRAPHIC MESSIAH)

Son groupe a sorti en février 2018 “Terrorize Me”, un puissant mais subtil album de Metal Indus. Leur machine de guerre, bien huilée, taillée pour la scène, s’envole dans quelques jours pour une tournée américaine. C’était vraiment le moment idéal pour pécho l’interview qui allait faire baver de jalousie ma copine Alex ! Ni une ni deux, j’ai appelé l’aéroport de Nice : “Salut, c’est Ahas’. Ils sont arrivés les Porno Graphic Messiah ? Ça vous poserait problème, juste avant le décollage, si on lui posait vite fait mes dix questions, à Scars Summer ? (interview réalisée le 09/05/2018)

Scars Summer - Photo Frédéric Le Lay (Fred ShootàDonf )
 

 

"Le fait de partir avec Porno Graphic Messiah
aux Etats-Unis et au Canada fait aussi partie du “truc”.

Je sais pertinemment qu’en plus de réaliser un rêve,
nous allons beaucoup apprendre
sur le fonctionnement du Rock’N Roll
à l’autre bout du monde."

Scars Summer


 

1.- Nom, prénom, instruments pratiqués : Je m’appelle ScarS, et je suis le Chanteur - Guitariste (et fondateur…!) de Porno Graphic Messiah.

2.- Certains ont eu la révélation de leur vocation en voyant Freddy Mercury sur scène ou en découvrant Rammstein. Quelle a été le déclencheur de ta vocation ?
Je risque de ne pas être très original, mais j’ai eu un immense coup de cœur sur les Marilyn Manson de l’époque “Smells Like Children” et “Antichrist Superstar”. J’ai baigné dans cet univers (Merci à ma famille), et j’ai toujours écouté des groupes comme Nine Inch Nails, Christian Death, Skinny Puppy, mais aussi des groupes plus typés « Metal » comme Slayer, les anciens Metallica, Sodom, Kreator, Marduk, Sepultura, etc. Pour autant, j’ai toujours été super fan de New Wave à la Cure, Depeche Mode, Yazoo, Dead Or Alive ou encore Indochine… Et de Rap français comme IAM, NTM, Solaar, Arsenik ou US comme Xzibit, Dre, etc ! Bref, un gros mélange, mais au final avec des groupes puissants d’un point de vue identité visuelle. C’est ce qui m’a toujours plu ! Et à force de m’identifier à ces Artistes, j’ai très vite compris que la musique était faite pour moi. J’ai aussi mon papa, qui était Guitariste de Jazz et qui m’a, je pense, transmis cette passion. Comme tu le vois, j’aime bien répondre en quelques lignes seulement… (Oops !)

Scars Summer - Photo Frédéric Le Lay (Fred ShootàDonf)

3.- Dans quel état d'esprit abordes-tu la tournée de Porno Graphic Messiah en Amérique ? En fait, honnêtement, je crois que je n’arrive pas encore à réaliser. C’est un rêve de toujours de pouvoir aller jouer hors d’Europe… Alors là, aux Etats Unis et au Canada, c’est tout juste incroyable ! Avant même d’être parti, je sens déjà l’impact que cela a sur certaines personnes ou sur certains médias ! Je pense qu’en rentrant en France, on aura certainement encore plus d’expérience, et surtout l’envie d’aller beaucoup plus loin dans notre propre pays.

4.- Le nouvel album de Porno Graphic Messiah, “Terrorize Me” est sorti en février 2018. Développe-t'il une thématique particulière ? Oui tout à fait ! Porno Graphic Messiah déjà, comme son nom assez fort l’indique, développe toujours une thématique en fonction des albums et des différentes ères. L’univers de “Terrorize Me” décrit ce que l’on ressent, pour beaucoup : la peur de l’être humain ! De nos jours, en France, dans un Pays considéré comme “riche”, il est possible de mourir dans un concert de Rock (Le Bataclan), tout comme à la terrasse d’un café (Saint Denis). Je vais avoir du mal à laisser mon fils aller à l’école tout seul quand il sera grand, si le monde n’évolue pas dans le bon sens. A travers “Terrorize Me”, je parle donc de mon ressenti, de la vie sociale, et de cette peur au ventre que nous avons sans cesse depuis quelques années, sans être hypocrite comme beaucoup de groupes qui tentent de faire de la politique sans trop se risquer. D’ailleurs, faire de la politique quand tu es musicien, c’est quelque chose qui a le don de me gonfler aussi...

Terrorize Me (février 2018)

5.- Ton groupe dispose, avec “Til Death Or Nothing” (2015) et “Terrorize Me” (2018) d'une belle palette de hits. Comment ça se passe l'élaboration des compos, et as-tu déjà des idées de morceaux pour un futur album ? Tout d’abord, merci beaucoup pour tes compliments ! Il est vrai que même si nous sommes en train de parcourir les routes pour promouvoir ce dernier album, “Terrorize Me”, je cogite déjà beaucoup aux sonorités des prochaines chansons. J’ai toujours aimé les synthés très « festifs », et à la fois mélancoliques à la Dépeche Mode et The Cure. Je me penche beaucoup dessus, du coup. Pour la composition, “Terrorize Me” a été, par exemple, composé - enregistré - masterisé entièrement avant même qu’on ait joué une seule note en répétition. Cela faisait un long moment que je souhaitais casser le processus traditionnel du « On travaille des chansons en répétition et ensuite on enregistre ».

6.- Ils ont dit quoi tes parents quand tu leur as dit que tu fondais un groupe qui allait s'appeler "PORNO GRAPHIC MESSIAH" ? Je sortais d’un groupe qui s’appelait Undercover Slut, (NDLR : groupe de Metal Indus qui s’est notamment fait remarquer en 2005 grâce à son album “Communism is Fascism”) dans lequel j’ai joué en 2005, 2006 et quelques semaines de 2007. Donc si tu veux, ils commençaient à prendre l’habitude ! (Rires)

7.- Ton fils veut faire ce métier plus tard. Quel conseil lui donneras-tu ? D’en faire un vrai ! (Rires) Je le dis très souvent par le biais d’Another Management, mais si tu souhaites en vivre, tu ferais mieux de changer de passion, car la musique coûte beaucoup plus d’argent que ce qu’elle rapporte … Du moins les premières années ! Il faut savoir ensuite mettre un roulement qui t’apportera une sérénité financière. Il faut tout de même beaucoup investir pour te faire une réputation et ensuite espérer continuer ce qu’on pourrait appeler vulgairement « une petite entreprise avec laquelle ton objectif principal n’est pas de gagner de l’argent ».

8.- It's a long way to the top, if you wanna Rock'N Roll, chantait l'Australien Bon Scott. Tu es très investi dans le milieu du Metal, quel est ton regard sur la scène française ? La scène française est très mal représentée, alors que beaucoup de Français écoutent ce genre musical. Je pense qu’il y a plusieurs aspects qui font que nous sommes obligés aujourd’hui de repartir de zéro, en gagnant la confiance des gros festivals ou de grosses maisons de disques, voire de groupes qui ont cartonné à une époque et qui pourraient nous apporter quelques conseils. Le fait de partir avec Porno Graphic Messiah aux Etats-Unis et au Canada fait aussi partie du “truc”. Je sais pertinemment qu’en plus de réaliser un rêve, nous allons beaucoup apprendre sur le fonctionnement du Rock’N Roll à l’autre bout du monde.

Valentin Jaskot - Photo Frédéric Le Lay (Fred ShootàDonf )

9.- Il ne reste de place sur l'Arche de Noé du Rock que pour un album. Lequel y placeras-tu pour tout reconstruire ? Terrorize Me, sans aucune prétention (enfin, si un peu quand même). Cet album est typiquement un album “Nouvelle génération”. J’en ai plein le cul d’écouter les mêmes albums de ces grands groupes qui commencent malheureusement à dater. Aujourd’hui, je n’arrive pas à trouver de groupes à la Kiss ou Nine Inch Nails, Manson ou Metallica, ou même KORN, qui pourraient mettre de nouveau tout le monde d’accord et nous permettre d’être, nous groupes de Metal, de nouveau diffusés sur les grands médias. “Terrorize Me”, de Porno Graphic Messiah, c’est aussi un album aux mille influences, mais avec quelque chose que l’on a pas vraiment entendu, du moins depuis des années et des années, et avec une touche très actuelle, autant au niveau des textes que des sonorités et des visuels.

10.- Quel titre du répertoire Rock pourrait être ta devise ? “It's a long way to the top, if you wanna Rock'N Roll” !

Merci, Scars Summer pour ton accueil et ta disponibilité. Un gros merci à toi pour tes questions.

Liens utiles : Suivre Porno Graphic Messiah : https://www.facebook.com/PNMBand/ Ecouter Porno Graphic Messiah : https://open.spotify.com/album/4sKF6uE1HiRhutsPEjwXYN Trouver “Terrorize Me” : chez The Bloody Rock Shop à Mandelieu https://www.facebook.com/thebloodyrockshop/ auprès du groupe durant les concerts. Commander “Terrorize Me” : Konklav Records https://www.facebook.com/konklavrds/ ou sur la page Facebook du groupe : https://www.facebook.com/PNMBand/

Les magnifiques photos de Porno Graphic Messiah sont de Frédéric Le Lay, merci à lui pour son aimable autorisation. https://www.facebook.com/Fred-Shoot%C3%A0Donf-Live-Photography-616496405135327/

AMERIKA TOUR 2018

  • Le 09/06/2018

AMERIKA TOUR 2018 : La tournée américaine par le menu

 

C’est Robin, le rédacteur chargé des pages Quizz de Métal Connexion, qui m’a annoncé la nouvelle : 
« - Ahas’, le patron veut te voir tout de suite. 
- Tout de suite ? Mais j’étais sur un truc, là…», je réponds en finissant mes chips.
- Dépêche-toi , il a l’air « vénère », précise-t-il.
Je remets Fear dans sa cage et je monte au troisième, au bureau du boss.

«  - Bonjour Patron !» 
Il me reçoit avec un grand sourire. 
« - Bonjour Ahasverus, dit-il aimablement. Vous allez bien ? 
- Pas mal, merci Patron !
- Bien. Et Métal Connexion ? Vous vous plaisez à Métal Connexion ?
- Oui, ça va, la musique est cool !
-Tant mieux. Et les rédacteurs… Ils sont gentils avec vous ?
- Les collègues ? Euh… Oui… ils sont sympas, je...
-Parfait ! Et les horaires, c’est pas trop contraignant, les horaires, pour vous ? 
- Les horaires ? Et bien c’est vrai que rythme est un peu sout... »

Il me laisse même pas finir ma phrase, il explose : « Le rythme ? Quel rythme, Cornelius ? Vous êtes à Métal Connexion depuis bientôt deux mois  et vous n’avez pas rendu une ligne ! Vous comptez vous mettre à travailler quand, Cornelius ?
- Ah mais, justement, Patron ! J’allais m’y mettre ! J’étais en train de…
- Ca suffit ! Taisez vous ! Porno Graphic Messiah et Blackburst partent en Amérique, vous allez couvrir leur tournée ! Fini la glandouille ! Voici vos billets.»
Je sens bien que c’est pas le moment de le contrarier. Je prends le dossier de presse qu’il me tend. Je vais partir lorsqu’il me rappelle : 
«  - Dites donc, Ahasverus, c’est quoi cette histoire de lapin dans votre bureau ?
- Un lapin ? Quel lapin ? Ah oui ! J'allais vous en parler patron... C’est Fear Of The Dark, une petite femelle… Elle aime pas rester seule parce que quand elle était petite à la jard…
- Vous vous foutez de moi ? Vous vous croyez où ? Vous allez virer cet animal, ou c’est moi qui vous vire ! Sortez de mon bureau ! Et vous avez intérêt à ramener un bel article sur cette tournée en Amérique, sinon...»

L’Amérique… Mais qui allait s’occuper de Fear of the Dark ? 
« - Je l’aurais bien gardée, me fait Ludo, mais elle s’entend pas avec Paranoid...» 
Paranoid, c’est le perroquet de Ludo, un gris du Gabon. Pas foncièrement mauvais, mais très jaloux.
Quoi faire ?
« - Et si tu les suivais sur Facebook ? Propose Ludo. Coralie, la chroniqueuse de The Bloody Rock Shop TV, suit la tournée. Il y aura sûrement des tas d’infos à piocher ! »
Alors on s’est campés devant leurs pages Facebook…

La première photo postée par la bande au Canada date du 14 mai. Scars Summer pousse un caddy dans un supermarché.
Le 18 mai, tout le monde fait du shopping dans Montréal.
Le 19 mai,   Scars vend deux tee-shirts à Doan.

Scars doan
Le 20 mai, ils mangent des burgers à Ottawa.
21 mai : photo d’un fil à linge avec des tee-shirts noirs qui sèchent.
«T’es sûr qu’ils sont allés bosser ?» s’inquiète Ludo.

Met con 4

22 mai, photos de pizzas géantes.
23 mai, Coralie  poste la photo d’un sac de bonbons…
24 mai, petits pois saucisses…

Je suis retourné à  Metal Connexion le 30 mai. Le boss m’a immédiatement fait appeler dans son bureau. 
« - Alors Cornélius,  cette tournée américaine ?
- Aucun souci patron. Je vais vous détailler tout ça par le menu !»
 

Metcon 2

Le Presque-Live Report d’ H. F. M. : SPOOKY DAMAGE / SEEDS OF MARY PORNO GRAPHIC MESSIAH, 20/04/18, ANTIBES.

J’ai un Nokia 3310, parce que j’aime pas les téléphones tactiles !
Vendredi, en fin d’après midi, je fais une petite sieste devant le DVD de “Pop Rédemption”, le film culte du Métal français.
Mon Nokia est sur la table de salon. Voilà qu’il sonne. Tiens, on m’appelle, je me dis. Je décroche :
“ - Allo ? C’est Tristan, d’Hard French Metal ! Les Métalleux Alternatifs bordelais de SEEDS OF MARY commencent leur “Blackbird Spring Tour” par Antibes. T’es par là bas je crois ? Faut absolument que tu nous fasses une chro !
- Une chro ? Mais je sais pas écrire les chroniques, moi !
- Comment ? T’es pas rédacteur ? Tu m’as demandé une avance de cinquante euros quand on a signé le mois dernier !
- Ah ! Si bien sûr, je suis rédacteur, c’est pas la question ! Mais ma spécialité, ça serait plutôt le “likage” de pages, tu vois ! Si tu veux mon avis, tu devrais...”
Le rédac-chef m’interrompt sèchement :
“- On te le demande pas ton avis Coco ! T’as empoché ton avance, maintenant je veux ma chro ! Les Seeds partagent la scène de La Hacienda avec SPOOKY DAMAGE et PORNO GRAPHIC MESSIAH. C’est là qu’il faut être ! C’est pas tous les soirs que t’as des groupes de cette qualité à deux pas de chez toi ! Alors chausse ta veste à patchs, et file à Antibes ! Ouverture des portes à 20 heures. Dégrouille, Coco !”

Je regarde ma montre. Dix-neuf heures quinze ! Pas le temps de prendre une douche : je m’asperge de patchouli, j’enfile mon “Blackbird” tee-shirt, et je saute dans le Zafira...

Telechargement

“ - Après la sortie Antibes, gare-toi devant le Conforama. La Hacienda est derrière, c’est un club de motards”, m’indique l’assistante de rédac’ que je contacte par téléphone.
Je laisse mon Zaf devant l’hyper, je longe le mur, guidé par la musique.
La salle est baignée d’une lumière rose. Spooky Damage ouvre la soirée. Le groupe est déjà sur scène. Je regarde mes notes : “Jeune formation fréjusienne / Trio punk-grunge / Cinq ou six concerts au compteur”.
Pour l’heure, ils reprennent “La Vie Par Procuration”, de Goldman. Innovant, je me dis, pour un groupe punk !
Suivent “Quand la musique est bonne” et “Comme Toi”. C’est carrément gonflé ! Pourtant la salle a l’air d’adhérer !
Enfin, le groupe balance “Je te donne”, tandis que le public frappe dans ses mains et entonne le refrain pour les encourager. Fin du set.
Les musiciens abandonnent leurs instruments et filent vers le bar. C’est le moment pour “pécho” une petite interview.
Je m’approche du zinc et je commande une bière “à consommer avec modération”, mention légale oblige.
“- On sert pas d’alcool, répond la serveuse. C’est cocktail goyave-pamplemousse-patate douce, ou citron-brimbelles-carottes.
- Ah bon ? Ça a bien changé, les Bandidos !” Je fais en souriant.
Elle hausse les épaules en murmurant un truc inaudibleet sans fondement à propos de ma virilité, et se tourne pour sécher ses verres au torchon.
Je me rapproche des musiciens...

“- Salut ! Ahasverus, d’Hard French Metal ! fais-je en guise de présentation.
- Salut ! Jean-Marc, des Pigeons Du Balcon...” me répond l’un des zicos, d’un air goguenard.
Jean-Marc, ça fait pas très punk, je trouve...
“- Je fais un live-report, pour Hard French Metal. Ça vous dirait qu’on fasse un petit article sur vous ?
- Si tu veux, mon gars. J’ai pas l’habitude de pratiquer la langue de bois, alors envoie tes questions !”
Je sors mon calepin, un stylo, et je lance mon questionnaire :
“ - Depuis combien de temps tu joues dans Spooky Damage ?
- Euh... Je joue pas dans Spooky Damage ! Je joue dans “Les Pigeons Du Balcon”, un tribute-band à Jean-Jacques Goldman !
- Mais... C’est pas La Hacienda, ici ? Ils sont où les Seeds ?
- Non, il répond. Ici, c’est l’Antibilthy’S ! Le premier bar “Healthy” d’Antibes ! La Hacienda, c’est de l’autre côté de Confo.
- Ah mince ! C’est pour ça, je me disais : Jean-Marc, ça fait pas très punk !”

Jean-Marc me guide jusqu’à La Hacienda. En le remerciant, j’en profite pour lui soutirer quelques infos à propos des “Pigeons du Balcon”, au cas où HFM voudrait m’acheter leur interview.
Quand j’entre dans le club, SPOOKY DAMAGE a presque terminé son concert. Ils reprennent “In Heaven (Lady In The Radiator)”, du film “Eraserhead”. Puis ils enchaînent par “Dynamite”, et “Fuck You, Fuck U2”. Ça rappelle les Ramones, les Sex Pistols, voire les Clash, c’est à dire un bon vieux Punk teinté 77’ qui sait gueuler 1/2/3/4 sans faire d’histoires.
Le batteur tape dur et le trio se défend bien. Le set se clôture par “Will You Fight ?”
Spooky Damage a sous le coude un EP 4 titres qui sera bientôt disponible. Un bémol cependant : il ne contiendra aucune reprise de Jean-Jacques Goldman !

Hqdefault

Spooky remballe ses gaules, les Seeds installent leur matos.
J’avise ma jeune voisine. Sa tête me dit quelque chose, elle doit être de Cannes...
Soudain, je percute ! C’est Flora, l’ex-Porno Graphic Messiah ! Ni une, ni deux, je m’approche :
“ - Bonjour ! Vous êtes bien l’ancienne bassiste de Porno Graphic Messiah ? je demande.
- Bonjour, qu’elle répond. A qui j’ai l’honneur ?
- Ahasverus, d’Hard French Metal. Je peux vous poser quelques questions ? Vous faites quoi maintenant ?
- “Distoner Doom !” elle me répond.
Aussitôt, SEEDS OF MARY envoie “I’m Not Afraid”. Les riffs des guitares inondent la salle.
“Distoner Doom” ? Intéressant, comme info ! Le nom du nouveau groupe de Flora, ex-PNM. Ca doit se monnayer auprès d’HFM, je reprendrai l’interview plus tard !
Je vais me chercher une bière à consommer avec modération, et je regarde les Seeds.

Le set des Bordelais est imparable : il fait la part belle au “Blackbird” album, le groupe ayant pris le parti de mettre l’accent sur leur dernier né.
Malgré l’étroitesse de la scène pour un quintette, Julien frappe le plancher comme un diable, et les harmonies vocales de Jérémy et de Raph atteignent des sommets sur la chanson The Blackbird, bien qu’ils soient tous deux grippés !
La version live syncopée de Like a Dog est encore meilleure que celle de l’album.
En fin de set, les Seeds s’amusent à faire chanter le public (“C’est la Guitare !”). SEEDS OF MARY a désormais une signature immédiatement identifiable, la marque des grands groupes. Fort de son expérience et de deux magnifiques albums, il est aujourd’hui sans conteste l’un des tous meilleurs de la scène Metal alternative !

Seedsofmary 1024x914


Les Seeds ont terminé et rangent leur matériel. Scars Summer et sa bande, s’installent.
Sacrée discographie, eux aussi, entre “Til Death Or Nothing”, de 2014, et le récent “Terrorize Me”, qui conjugue puissance et homogénéité !
Scars a un souci de micro pendant la balance. Jeremy, le chanteur des Seeds, vient l’aider. Je profite qu’ils sont tous occupés à régler ce problème technique pour barboter la feuille sur laquelle est inscrite la setlist des Seeds. Sur ce papier, on voit clairement l’empreinte de pas laissée par Jérémy, je devrais en tirer un bon prix auprès d’HFM !
Je glisse la feuille dans ma poche. On m’observe. C’est Flora, l’ex-bassiste de PNM. Je crois qu’elle anime maintenant une émission radio sur Agora. Elle aussi devait guetter la setlist pour son zine ! Je retourne la voir, pour terminer son interview...
“ - Tu peux m’en dire un peu plus, sur Distoner ? je demande.
- Distoner ?
- Distoner Doom ! Vous avez un album en préparation ?" 
Flora me regarde d’un air étrange. Je sens que ça flotte. Je reprends :
"- Distoner Doom... ton groupe !
- Mon groupe ? Il a pas de nom, mon groupe !
- ... Tu m’as dit, tout à l’heure, que tu jouais dans Distoner Doom !
- Je t’ai dit que je jouais du Stoner / Doom... Du Stoner, et du Doom... C’est des genres de musi... Tu travailles pour quel mag, déjà ?”

PORNO GRAPHIC MESSIAH, a installé son matos. Je juge plus prudent d’éluder la question de Flora, dont je m’éloigne un peu.
Le quatuor de Metal Indus démarre son set avec “Star”. “Under My Skin”, “Help” le rejoignent. Ce ne sont pas les tubes pêchus ni l’expérience qui manquent, chez PNM ! Il manque rien, d’ailleurs ! Le show est rôdé ! Scars Summer joue avec son avant-scène et se paie le luxe de descendre dans la salle pour aller au contact du public.
Vers la fin du spectacle, Marion et Scars chantent en duo un “AOTA”, qui prend toute sa saveur lorsque Summer double la voix de la guitariste en hurlant dans son micro.
Set parfait visuellement et musicalement. Porno a les atouts pour réussir sa tournée américaine !

France pgm 1

La soirée se termine. Il me vient comme une évidence que le dénominateur commun est le plaisir qu’ont pris ces musiciens à faire leur musique, plaisir révélé par les sourires qu’ils affichaient durant leurs sets ! L’ambiance est sympa, je retourne chercher une bière à consommer avec modération.

Soudain, derrière moi, la voix de Raph, des Seeds, se fait entendre :
“ - Elle est où la setlist ? C’est qu’on a encore pas mal de concerts à assurer, ce mois-ci.”
Tout le monde cherche, fébrile.
On se répartit les secteurs : Spooky Damage prend l’arrière du bar et les loges, Porno investit la salle de billard, les Seeds le côté scène.
Moi, je fais semblant d’aider, tout en me rapprochant de la sortie.
“Qu’est-ce qu’on va chanter si on retrouve pas la setlist ?” font les Seeds.
Flora me scrute avec les sourcils froncés. Je fais mine de rien.
Subitement, elle part d’un pas décidé parler à Aaron et Eliott. Les deux Seeds regardent autour d’eux, très agités, ils ont l’air de chercher quelqu’un. Je profite de la pénombre pour quitter La Hacienda sans être vu.
De crainte que les Seeds n’aient repéré mon Zafira, je préfère me réfugier à l’Antibilthy’S, où un groupe reprend Le Parking des Anges.
C’est “Bascule Avec Lavoine”, un tribute mandolocien à Marc Lavoine, m’explique Jean-Marc.
Le public tape dans ses mains en chantant le refrain.
Je vais regarder par la fenêtre. Scars et Valentin, des Porno, soulèvent les couvercles des poubelles pour en vérifier le contenu. Les Seeds, sondent sous les voitures. Fabien et Marion, les deux derniers Porno, aident Spooky Damage à fouiller chaque côté de la rue. C’est clair, ils me cherchent !
J’écoute “Bascule Avec Lavoine” chanter Le Pont Mirabeau, en sirotant mon Goyave-Pamlemousse-Patate Douce, à consommer avec modération.
Je tâte ma poche. La setlist est toujours là.
Vers trois heures du matin, on chante à l’unisson “Les Yeux Revolver”.
J’ai des aigreurs d’estomac. Ca doit être la goyave.
L’Antibilthy’S va fermer ses portes, m’apprend Jean-Marc.
Je jette un coup d’oeil prudent dans la rue. Tout est calme. Les Seeds, Porno et Spooky ont abandonné leurs recherches.
A cette heure-ci, les Seeds doivent déjà se trouver vers Aix-En-Provence. Leur tournée les conduira jusqu’à Vannes, je suis pas prêt de les revoir !
Quand à Porno, ils partent en Amérique. Je vais pouvoir rentrer faire ma chro tranquille...
"Elle a les yeux révolver, Elle a le regard qui tue..."
Je chante, confiant...

Telechargement 1

CONCERTS PORNO GRAPHIC MESSIAH https://www.facebook.com/PNMBand/

CONCERTS SEEDS OF MARY https://www.facebook.com/SeedsOfMary/

SPOOKY DAMAGE (https://www.facebook.com/spookydamage/ ) Quatre titres devraient arriver prochainement.

PORNO GRAPHIC MESSIAH - Terrorize Me (2018)

Pfff... Suis de retour à Sainte-Marie. Tout ça parce que samedi dernier je suis rentré à 19 heures 30. C’est pourtant pas tard, 19 heures 30 ! Tous mes copains ont le droit de rentrer à 19 heures 30 ! Pourquoi pas moi ? Je suis plus un gamin. J’ai 52 ans et demi, quand même !
" - T'étais où ? elle demande comme ça, ma mère. T’es 'core allé aux filles ?
- Mais pas du tout, Man ! Je réponds. J'étais à THE BLOODY ROCK SHOP, 589 avenue de Cannes, Mandelieu (sortie 40), à côté de TATOO EVASION PIERCING, avec parking gratuit ou zone bleue à proximité. Je suis allé voir PORNO GRAPHIC MESSIAH qui vient de sortir son nouvel album,  "TERRORIZE ME".
- Je veux plus que tu traînes dans les sex-shops !"  elle me dit.
Il est vrai qu'entre son label ANOTHER MANAGEMENT, son groupe et le reste, Scars Summer, le fondateur/guitariste/chanteur de PGM diversifie beaucoup ses activités et qu'on pourrait s'y perdre. Mais de sex-shop, à ce jour, à ma connaissance, il n'a point (hein non, que t'en as point, de sex-shop, à ce jour, Scars Summer ?). 
"- Mais non, je réponds, Porno Graphic Messiah, c'est le groupe de Métal Indus qui a sorti l'EP "Live and Frustations" en 2010, et l'excellent LP "Til' Death or Nothing" en 2014. Tu te souviens comme il bastonne, Til' Death or Nothing ? Tu sais qu'il est toujours disponible ?
- Puisqu'il "bastonne",  ton "Til' Death or Nothing", pourquoi t'es allé en chercher un nouveau ?  s'étonne ma mère.
- On "Terrorize" pas sa mère, rappelle mon père.
- "Til' Death or Nothing", c'est un excellent album, mais "Terrorize Me" est encore un cran au dessus, à mon sens. Plus homogène ! je réponds.
- C'est un peu court comme argument, jeune homme, insiste mon père à juste titre.
- D'accord, je développe, Pa : Porno Graphic Messiah présente sur son nouvel album des titres taillés pour la scène tels Star, Terrorize Me, I am Satan, ou encore Anna Is Missing, reprise d'un titre qui se trouvait sur l'EP Live and Frustration. Mais il alterne avec des compos plus "lounge", parfois instrumentales, des respirations qui trouvent toute leur place sur ce CD, comme The Answer, ou  Bling Bling and Bang Bang (j'adore ce titre, pas vous ?). Elles aèrent l'album. Au final, cela donne un LP de Métal Indus au gros son, à la fois esthétique, raffiné et violent. Si c'était un film, ce serait Wide Eyes Shut. Si c'était un auteur, ce serait Sade. La puissance des riffs en plus, bien sûr. Un LP,  au final, très (dés?)équilibré.
- Voila que ça lui reprend de dire n'importe quoi, fait mon père. Va falloir qu'on augmente sa dose. Va chercher les pillules, je lui tiens les mains.
- Je dis pas n'importe quoi, je réponds en me débattant. Si vous me croyez pas, vous n'avez qu'à aller voir  Porno Graphic Messiah pour leur demander : ils seront le 21 avril 2018 à Miramas, le 16 mai  à New-York et du 17 au 20 mai au Canada, (Montréal, Valleyfield, Québec).
- New-York ? Montréal ? Québec ? soupire mon père. Et pourquoi pas l'Amérique, tant qu'on y est ?
- Mais bien sûr, l'Amérique ! je crie. Porno Graphic Messiah c'est une machine de guerre avec un arsenal taillé pour la scène ! En plus, ils vont rajouter quelques dates en France, alors faites comme moi,  surveillez leur page Facebook !"
Ma mère me touche le front pendant que mon père me fait sa fameuse clé de bras.
" - Je vais appeler les pompiers, elle lance à mon père, il est brûlant. Je me demande même si son "Terrorize Me" c'est pas tout de l'invention !
-Il existe, "Terrorize Me", je hurle. Je l'ai écouté ! Et même toi,  Man, et toi aussi, Pa, tu peux l'avoir en contactant THE BLOODY ROCK SHOP ou en allant sur le site d'ANOTHER MANAGEMENT ! Tiens, voilà les adresses : 

https://www.facebook.com/PNMBand/

https://www.facebook.com/AnotherManagement/

https://www.facebook.com/thebloodyrockshop/

https://www.facebook.com/tattoo.evasion?hc_ref=ARTeB8QNp-WYZ3BvR8mfASozutaevGyRiWGAk2xCuIFlqk_WBpehl-LKR06GjxP_HXQ&fref=nf&pnref=story

 

France pgm

Lire la suite