PARIS

PENNY WAS RIGHT, nouvel album " HAPPY MACHINE " (10/12/2021)

Le 09/12/2021

Groupe : Penny Was Right
Album : HAPPY MACHINE (10/12/2021 - Upstartz Records, Germany )
Genre : PUNK ROCK et POP ROCK
Origine : PARIS (Fr)

par Dam'Aël

Penny was right le groupe

LE GROUPE : Female fronted skate punk band from Paris

Créé à Paris en octobre 2013 par Dalia Al-Shahawi , Penny Was Right est un quintette punk rock parisien remanié très légèrement en 2019 dont les cinq membres actuels sont Cara Rio  et  Loïc Perrin à la guitare, Clément Schepens à la basse et Alexis Labro à la batterie. Bmo roller derby girls
Et comme je suis une grande curieuse, j'ai dépoussiéré mon skate jeté sauvagement dans les bas fonds de la cave de mes parents après une jolie luxation de l'épaule, et ai même retrouvé à ma plus grande surprise la paire de patins offerte pour mes 15 ans, avec une idée complètement délirante de découvrir  l'univers parallèle de Dalia : WFTDA (Women's Flat Track Derby Association). 

Oui, car Dalia est une passionnée ;  le rock punk jusqu'au bout des pieds car c'est une fervente de Roller-Derby, et on sait tous que le roller-derby est un style de vie avec des valeurs proches des mouvements rock, punk ou DIY (Do It Yourself). Vous suivez ? La boucle est bouclée. Nous avons affaire à un groupe "Female fronted skate punk band" dont la frontwoman  (La Mèche Tsé-Tsé) est  chaussée de quads lorsqu'elle ne tient pas le micro.


Bon inutile de vous dire que la suite de la chronique se fera en charentaises pour moi, c'est plus sûr.

 

 

LEUR MUSIQUE :


" Penny Was Right de Paris livre une musique énergique, sans prétention ni artifices, à la croisée du punk rock et du pop rock californiens " nous précisent le label Upstartz Records ( Allemagne ) et l'agence de promotion  NRV Promotion . Evidemment largement influencé par des groupes marquants du genre évoqué, nous citerons Blink 142, Sum 41, Billy Talent, Penny Was Right s'inspire bien entendu d'autres tendances telles que Rise Against, The Distillers, Alter Bridge, ou Bring Me The Horizon.

 

LEUR DISCOGRAPHIE :

On aime la vitesse chez Penny Was Right ! Cette même année 2013 très rapidement après sa formation,  Penny Was Right propose le 10 octobre son éponyme de quatre titres en version CD et numérique, avec cette troisième piste qui surprend pour le moins mais qui confirme la mouvance du groupe et la passion de sa vocaliste. Heu... Dam'Aël, tu peux expliquer car nous, on patauge un peu... Bon on rembobine la pellicule : WFTDA, vous vous souvenez ? et bien  l'imagerie de ces roller-derbies  est fortement influencée par les modes du rockabilly, du punk, de la pin-up  mais elles sont aussi particulièrement sensibles aux films d'horreur.  Venez découvrir comment "The Brain Wouldn't Die" sorti sur les écrans en 1962, est vu par les Parisiens formant le line-up de l'époque ( Dalia Al Shahawi · Jeremie Estique · Pascal Vaccaro · Yoann Ayer · Julien Maublanc)

Pour info, le synopsis : "Lorsque le Dr Bill Cortner perd sa bien-aimée, Jan, dans un accident de voiture, il refuse de perdre espoir pour sa vie. Ramassant sa tête décapitée, il la ramène au laboratoire pour réanimation. Mais garder sa tête en vie est une chose – lui trouver un nouveau corps en est une autre. Ainsi, pendant que le docteur fou est à la recherche de pièces détachées, elle est coincée à la maison en train de perdre la tête – littéralement ! Et rien ne l'empêchera de se venger de l'homme qui la garde comme petite amie trophée."
Reconnaissez que cela vallait la sortie de piste...

Viendra ensuite un single numérique " Zebra Style Losers " le 14 décembre 2014 avec 3'34, très punk. Deux mois suffiront pour donner l'occasion au combo de présenter un second EP, " We Were Kids ",  enregistré et mixé par Raphaël James, masterisé par Sacha Besson at 12axsound, proposé en version physique et numérique, et dont le artwork ( Atelier Graffite) évoque largement l'univers  Skate Punk de Penny Was Right et son côté juvénile. "We Were Kids",  leur permet ainsi d'ouvrir pour un certain nombre de groupes de la scène parisienne. We were kids penny was right 1

Le D Day de Dalia et de ses acolytes est le 30 mars 2018, date à laquelle le premier album de Penny Was right prend place dans les bacs, un 11 titres qu'ils nomment " Dumb & Wild " sous le  Label  Too Loud Records dont l'enregistrement, le mixage et le mastering sont réalisés par  Riccardo DAGA (Titans Lab Recording Studio - Italy) et le Artwork confié à Caradec Rio lui-même ( je vous laisse le soin d'aller lorgner le verso  de cet artwork, tout un programme et rectangle blanc bien connu pour certaines générations. Sans doute un clin d'oeil à un certain clip de Blink182). Cet album sera un point de départ important pour la formation avec des concerts en France, en Belgique, au Royaume unis et même en Europe de l'Est, avec notamment le Dumb & Wild Tour 2018.

L album happy machine 1

L'ALBUM : HAPPY MACHINE

Happy Machine est le second album des Rock Punk Parisiens. Devenus plus matures, leur musique le devient aussi. Encore qu'ils aient gardé leur âme d'enfant, notamment dans le artwork de l'album, très épuré, aux couleurs peu habituelles, artwork qui incite la fouine que je suis à y fourrer un nez inquisiteur. Que cache cette machine certes joyeuse mais énigmatique...un robot glacial aux oreilles aiguisées comme des pics, des émoticones dont l'un sourit, l'autre fait la g***,  un pistolet habilement caché, masqué par l'attention que créent les deux coeurs rouges, l'un en guise de boucle de ceinture, l'autre sorti violemment de la machine métallique et rattrapé in extremis par l'engin lui-même. Mon p'tit diable personnel me chuchote à l'oreille que c'est peut-être ce monstre métallique qui se l'est arraché lui-même... but " the heart wouldn't die..."
 Et de surcroît, c'est Machine qui est colorée de vert et non pas Happy. Je crains le pire...
 hum!... Dualité il y a ! Elémentaire, ma chère Dam'Aël!

1. " Happy Machine "

Sur un texte plutôt positif où l'entraide se présente avec force afin de sortir l'autre de ses démons, cette première piste semble rassurante. Perso, je colore le happy en vert... l'instrumental s'ouvre sur une répétition de deux temps rythmés par les guitares et la batterie à l'instar des trois coups frappés juste avant le  début d'une représentation théâtrale, version revisitée. Très Pop Rock, Happy Machine est dynamique, syncopé et place un break annoncé par un trio batterie/basse/guitares qui martèle les mots essaimés par Dalia, plantant le décor de Penny Was right. Le riff de guitare très chantant, semble effectuer une seconde ligne de chant en parallèle à celui de la vocaliste. Cette première piste est le tout premier single qui a fait l'objet d'un  video-clip diffusé le 22 octobre dernier, mettant en scène le thème de la reconstruction : " tout détruire autour de soi pour renaître plus heureux ". 

" Clip officiel de "Happy Machine"...Conçu, enregistré et mixé par Robin Schneider et Nicolas Wilhelm au We Tailor Sound Studio. Masterisé par Sacha Besson chez Tubecult Mastering. Vidéo tournée et montée par Caradec Rio avec l'aide précieuse de Loïc Perrin, Pierre Hurtel et Alexandre Hurtel. Avec Alexandre Hurtel : Moped guy et Pierre Hurtel : Burning Man Stream "Happy Machine " .

2. " Paper & Pen "

"Please beat me to wake me up, hit me till you knocked me out", Dalia aime à s'aventurer dans des expressions à double sens et percutantes. " Paper & Pen ", plus punk, est énergique et fédérateur. J'imagine aisément en live, le public survolté dans la fosse, scander poing en l'air, " Paper and Pen " en sautillant dans une même rythmique folle et furieuse, sans pour autant les mettre " knocked out " au bout des 3'04 de pur délire. Ce morceau nous délivre un break basse/batterie bien rond et vigoureux avant une reprise surexcitée de fin de titre.

3. " Friendzone "

Bienvenue dans la punkzone de Penny Was right où tous s'agitent, entremêlant chevelures et tignasses ébouriffées ( tiens mon voisin a perdu sa moumoute oubliant les quelques décennies écoulées depuis ses folles années de jeunesse acnéique, désoeuvrée, révoltée et provocatrice...). Si la voix de Dalia rappelle pour certains quelque peu celle de P!nk, j'y ai, personnellement, retrouvé aux alentours des 55 secondes d'écoute quelques intonations à la Kim Wilde, mais cela reste très personnel. Le songwriting de la chanteuse est toujours parfaitement livré avec énergie et nuances,  complétant celle que les quatre musiciens délivrent au niveau instrumental, distillant aussi quelques choeurs en soutien à la vocaliste et au texte. C'est simple mais très efficace. On pourra noter une transition au tempo réduit sur laquelle une voix masculine à peine perceptible fait écho à une version plus douce du chant principal ( certains y retrouveront certainement les influences de Green Day).

4. " Scratches "

Sur " Scratches ", le travail sur le chant est plus poussé ce qui donne plus de profondeur au titre, avec en arrière-plan une ligne de chant très haute dans les aigus pour Dalia, en second plan les choeurs très entrainants et en frontline la ligne de chant de la frontwoman modulée en fonction de l'énergie qu'elle veut y mettre, d'une tendresse à peine livrée jusqu'à une rage évidente. Un morceau qui marque un travail de groupe encore plus évident sur ces trois minutes de crossover Pop Punk Rock.

5. " Told U So "

La batterie d' Alexis mène le titre avec efficacité dans une rythmique rigoureuse et solide complétée par la basse de Clément, rythmique sur laquelle la grosse caisse parle habilement haut et fort, rejointe par des choeurs de caisse claire complice. Rassurez-vous les guitares ne lâchent rien et sans en faire trop rattrapent la joyeuse bande qu'est Penny Was Right, s'aventurant un peu sur les traces d'un Sum41. " Told U So " est supporté par une video diffusée sur les plate-formes de streaming le 19 novembre dernier.  Conçue, enregistrée et mixée par Robin Schneider et Nicolas Wilhelm au We Tailor Sound Studio, elle est masterisée par Sacha Besson chez Tubecult Mastering. Le tournage a été assuré par Thoma's Prod et Chloé Varin au Meltdown bar à Paris et éditée par Thoma's Prod. " Ce single parle de nos relations (amoureuses ou amicales) qui finissent par ternir lorsque l’un ne fait plus attention aux appels à l’aide de l’autre. Lorsque rien ne change, ces relations finissent par mourir mais ce ne sera pas faute d'avoir prévenu …"

6. " Until The End "
Le temps de reprendre leur skate, les cinq membres s'aventurent sur la piste d'un skatepark parisien, surfant sur les paroles très fortes de " Until the end "... telle pourrait être dans l'imaginaire de l'auditeur, la vision de ce titre un peu moins excité, mais qui appelle à la réflexion.


7. " Behind The Haze "
 Miroir, miroir dis-moi qui... susurre Dalia bien consciente qu'il faut savoir rester objectif sur sa propre personne et bien sûr sur celle des autres. Alternance de rythmes et de nuances sur tempo variable, " Behind The end " ne manque pas d'énergie et se termine sur un a cappella incisif des trois derniers mots du texte.

8. " The Devil In My Bed "
Ce titre assez fédérateur fait la part belle à une basse vrombissante mettant un accent supplémentaire au sujet - diabolique - abordé. Le chant hurlé en clair de la vocaliste rajoute de la pesanteur et les guitares aiguisées tranchent dans le vif du sujet, des secondes voix ponctuant l'ensemble.


9. " Is It A Punk rock Song? "
Peut-être le titre le plus radiophonique de Pop pacsé au Punk Rock de Penny Was Right qui pourrait innonder des ondes plus mainstream. La formation ne change pas les codes du genre mais les appliquent plutôt bien, alors que les paroles de " Is It A Punk Rock song " s'interrogent sur la possibilité de déroger au schéma habituel. On ose la diversité chez les Parisiens qui tablent sur un final à la voix portée uniquement par des accords de guitare acoustique.

10 " Game Over "
Evidemment Penny Was Right ne rate pas l'occasion de rajouter des plages guitaristiques plus électro, très chantantes, électro souvent présentes dans les jeux video, gardant toujours sous leur pied de punk une âme d'enfant qu'il cache à peine mais n'écrase surtout pas. Les guitares sont plus lourdes et tranchantes ponctuant une rythmique plus brutale dans son ensemble.
... Disconnected.... sera le mot de fin d'opus scandé par la vocaliste!


 Ce nouvel album « Happy Machine » est prévue pour le 10 décembre 2021 sous le label allemand « Upstartz Records »  et distribué via Sounds of Subterrania, avec une release party organisée le 8 décembre au Supersonic à Paris.  Il est proposé en digipack et vinyle dès sa sortie sur le bandcamp du groupe et le site du Label Upstartz Record , sans oublier lors des futurs concerts du groupe. La promotion est assurée par NRV Promotion.

 

NOTRE AVIS :

Penny Was right reste fidèle à son Punk Rock qui l'a forgé  mais est devenu de toute évidence plus mature que les productions antérieures jusqu'alors proposées. La formation a pris quelques années, son Punk aussi devenant plus solide et moins juvénile, " s'éloignant de l'énergie adolescente " de " Penny Was Right " ou de " Dumb & Wild " (que je suis aussi allée découvrir). Cependant le combo sait garder ce côté léger et fun qui lui permet de ne pas se prendre au sérieux tout en gardant pour objectif de fournir un travail des plus sérieux possible. L'instrumental offre une belle technique largement complétée par une énergie communicative et fédératrice. Le chant de Dalia est parfaitement maîtrisé et solide, offrant des plages nuancées autant dans les tonalités vocales que dans la couleur des émotions qu'elle est capable de proposer. La production de l'album n'a rien à envier aux grandes productions ; elle a su dégager suffisamment de profondeur sonore tout en respectant l'essence artistique du groupe. Les textes écrits par Dalia que nous pouvons retrouver sur le livret de l'opus, sont inspirés et traitent de "problèmes profonds tels que la dépression, la recherche de sa place dans la société, mais n'hésite pas à y introduire des chansons pleines d'amour, d'espoir et d'un fort désir de lutter contre ces démons" ce qui a donné l'idée du titre  "Happy Machine". Petite information supplémentaire, la demoiselle est copyrocker, enfin copywriter quand elle ne chante pas, ce qui explique l'aisance avec laquelle les textes sont écrits avec subtilité. "Du Rock dans les oreilles - Une plume entre les doigts "
" Happy Machine " est à déposer au pied du sapin ; il saura redonner la magie à notre âme d'enfant...

 

 Penny Was right est prévu au REBELLION Festival (UK) en 2022.

LES LIENS :
https://www.pennywasright.com

https://www.facebook.com/PennyWasRight

https://pennywasright.bandcamp.com/

http://twitter.com/Pennywasright

http://www.instagram.com/pennywasright/

Relations Presse : NRV Promotion            
Angela Dufin : angie.nrvpromotion@gmail.com
Label : Upstartz Records, Germany                                            
alex@upstartzrecords.net

JE T'AIME (Paris) - Le tour d'horizon sur le trio

Le 24/05/2021

JE T'AIME (Paris) - Le tour d'horizon sur le trio

Genre: Post-Punk, Cold Wave

Origine: Paris (2018)

Par Dam'Aël

Je t aime trio

 JE T'AIME  fait ménage à trois. No comment please ! Chacun s'organise comme bon lui semble, ça ne nous regarde pas.
Bon vous l'avez compris cette formation parisienne est un trio qui fait appel parfois à deux chanteuses en complément sur quelques titres.
Après un premier single "The Sound" sorti en mars 2018, le groupe au genre hybride de post-punk et de cold wave décide de s'isoler sur les côtes bretonnes pour travailler sur son premier album éponyme.

Le onze titres sort le 13/05/2019 en quatre-vingt-quinze exemplaires sous la forme de CD Digipack et en cinquante exemplaires sous forme de vinyle. On note Dany Boy (à la programmation, au synthé, à la basse, à la guitare et au chant), Tall Bastard (à la basse et à la guitare), Crazy Z (à la guitare), Anaïs Novembre et Marion Parfait au chant. "Je t'Aime" est mixé par Dany BOY et Crazy Z, et masterisé au Zoé H Studio

Dès sa première année, le groupe a participé à des événements majeurs tels que W-Fest ou Owls 'n' Bats Winterfest, et s'est produit dans toute l'Europe.
La musique du trio, signée à la fois chez Icy Cold Records et Manic Depression Records, rappelle la grande époque de la Mancunian Factory.

https://jetaime-music.bandcamp.com/album/je-taime

Le 14/02/2020, la formation choisit de sortir un EP de remix réalisé avec des invités comme le Portugais  David Wolf, producteur de She Pleasures HerSelf, qui est sur le même label Manic Depression,  Ash Code, un trio italien qui produit un son dark wave, Ambassador21 groupe biélorusse de pure musique industrielle dans lequel Crazy Z. joue de la guitare, et Zus  guitariste de Chenille, dBOY. Au total cinq titres forment cet EP "En Négatif- Remixes".
S'en suivra un album live "Live At The Gibus" sorti le 15/03/2021, enregistré le  14/09/2019 au Gibus (Paris) par Cédric Guesdon, mixé et masterisé à nouveau au Zoé H. Studios. Line-up et ingénieurs : dBoy (vocals, synth & percussion), Tall Bastard (guitar & backing vocals), Crazy Z. (bass, synth & backing vocals), Cédric Guesdon (sound engineer) et  Julien Beauchet (light engineer).
https://jetaime-music.bandcamp.com/album/je-taime-live-at-gibus

Un excellent Live à Le Reacteur est à regarder sans faute, et c'est entre vos oreilles, ici :

Tout récemment, un deux titres pointe le bout de son nez : "Another Day In Hell", écrit, composé et produit par JE T'AIME, avec dBoy sur la programmation, les synthés, la basse et le chant, Tall Bastard à la guitare (Mixé et masterisé par Crazy Z. aux Zoé H. Studios), en prévision d'un futur album qui devrait sortir en octobre 2021 sur Icy Cold Records / Manic Depression Records. La vidéo de "Another Day In Hell" de cette prochaine galette est déjà disponible:


 

Et déjà, des concerts de JE T'AIME sont programmés :

 

  • Festival des Bruits De La Cave 2021, 26/06/2021, Chez Heinz - Liepmannstrasse 7b - 30453 Hanovre, Allemagne.
  • Ship Of Rebels 2021 , 23/07/2021, Oberländer Ufer - 50968 - Cologne, Germany.
  • Return To The Batcave Festival 2021, 07/10/2021 – Saturday 09/10/2021, CRK - Jagiellończyka 10c/d - Wrocław, Poland.
  • Black Spring Festival Liège 2022, 16/04/2021, Centre Culturel D'Engis, Engis, Belgium.

 

Les liens:

Je t aime le groupe

 

REDNEKK RAMPAGE

Le 03/01/2020

Par Dam’Aël

...Non, il ne s’agit absolument pas de la toute première BD de notre toute nouvelle décennie...

Le groupe :

Rednekk rampage le groupe

REDNEKK RAMPAGE avec son front-man BUTCHO VUKOVIC
 
Ce groupe de Franciliens est formé aux alentours des années 2010 par un certain Bob, qui se languissait de pouvoir fouler de nouveau les planches encore toutes chaudes de certaines scènes. Le nom de ce front-man très aguerri par son extraordinaire expérience Watcha , raisonne encore dans nos oreilles :Butcho Vukovic , celui que certains surnommaient le “hurleur” du premier groupe français néo-métal ! - Hurleur, vous pouvez revoir votre copie messieurs les géniteurs de cette expression le concernant, car il pousse la chansonnette autrement que par vociférations rageuses déclencheuses d’acouphènes - (mon premier cri de guerre, ça défoule...).
Un autre membre talentueux vient le rejoindre ;
Iann Lewis qui n’est autre que l’ex drummer de BlackRain. Bien ! quatre gambettes, mais pas suffisant... il faut s’encorder un peu plus pour oser l’ascension vers ce tentant projet. Un six cordes B Whore (babylon Whore), de son véritable nom Dino Orsetti, complété par un quatre cordes Will Atkins (Lady Liberty) viennent renforcer le duo. La machine de guerre est formée sous Rednekk Rampage, et très vite, dans une simple chambre d’adolescent et armés d’un simple ordinateur, ces quatre “péquenauds” titi parisiens vont nous concocter une p*** de playlist de plus d’une dizaine de titres tout aussi rapidement que peuvent défiler les images d’une bande dessinée!
Et oui , je confirme : tout a pris pied dans la chambre du guitariste qui squattait encore chez papa et maman dans le XIVème arrondissement. Non son véritable prénom n’est pas Tanguy.
 
 
Rrpage1 8Et éviter d’imaginer la chambre dans ces circonstances où chips, pizza aux quatre vingt dix-neuf fromages (et oui ils baignaient jusqu’au neck dans le monde des dessins animés) et C..a .o.a pour potion magique ( non je n’ai fait aucune Pub...) ; la bière se sera pour plus tard!
 


Leur musique :

 
Le combo s’éclate à quatre entre ces quatre murs qui vont finir par se fissurer à force de décibels bien envoyées. Et comme leur terrain de prédilection c’est le bon Hard Rock des années quatre-vingt , ils nous lancent une extraordinaire invitation à les rejoindre dans leur joli “foutoir” avec “Join Us In The House”, un trésor Hard US, pur jus, le genre d’élixir dont tous les amateurs de Hard des eighteens raffolent à s’en enivrer, à s’en faire exploser les esgourdes et à en devenir sourds (Investissez dans les actions “sonotones”, vous allez vous enrichir). Leur Hard Rock est parfois nuancé par des touches Glam, avec pour référence Mr Big, Mötley Crüe, ou Extreme. Des skuds envoyés par cette guitare tenue par un génie qu’est Dino (Dixit Butcho Vukovic), la basse endiablée de Will Atkins en couple exemplaire avec les martèlements incessants et violents de Iann Lewis , une voie puissante mais mélodieuse à souhait pour sublimer à la fois les textes et la musicalité décidée : telle est la recette de Rednekk Rampage . Et la mayonnaise monte. Les refrains sont largement fédérateurs et viennent investir les mémoires avec ou sans autorisation. On connaît la fascination que porte Butcho pour Georges Lynch et son style ; on ne s’étonnera donc pas d’en trouver référence dans le titre “Join us in the house”.

Doscd 

 
Les composition de Hard US sont bien envoyées, au groove qui vous fait headbanguer sans répit, à finir chez le kiné en urgence dès le lendemain. Monter les potards à fond la caisse pour “Pump up the Volume”, “Bored 2 Death” à la guitare bien lourde, “Valley Girl” ou tout autre morceau pêchu, qui demandent que les fadeurs soient à fond les manettes ! Une véritable musique Hard Rock des mieux construites dans ses compositions, des plus vivantes, et des plus dynamiques et percutantes sur scène où le combo fédère un public accrocheur et demandeur. On peut rappeler leur franc succès aux ROCKALIES du 02/11/2013, pour son onzième festival, près de Caen.

Rr rockalies
Et cela ne les empêche cependant pas de proposer des ballades dont “Hold On” qui se termine aux notes de piano qui prennent étrangement la couleur de Mr Big dans “To Be with You” ou encore “Baby you’re Gone”, un joli slow qui dès la première mesure rappelle instantanément les Platters (le cri de guerre de fin en moins).

Discographie :

 
C’est bien là où le bât blesse!...
 

All night long

EP 3 titres : All Night Long
Un EP sort le 30 mai 2011 en auto-production, dont la tracklist propose trois titres :
1. All Night Long
2. Live Fast Die Slow
3. Reach for the Stars
 
                                   

Et malgré la qualité des compositions, malgré la qualité scénique du combo, malgré bien des qualités et des critères plus que positifs, les moyens financiers manquants et... malheureusement, aucun label qui s’intéresse au financement de cet opus tout prêt !!!
A noter que même l’Artwork était finalisé ! Tous les dessins de cette possible galette, qui vous sont présentés dans cette chronique, ont été dessinés par Butcho Vukovic, évidemment en clin d’oeil à Beavis and Butt-Head . Avec au minimum quatorze titres possibles qui déménagent au point de penser que Rednekk Rampage aurait pu être en tête d’affiche dans l’hexagone et outre hexagone avec un Hard US des plus solides et ciselés, aux g-Riff-es Dinosiennes acérées et aux notes azymutées du combo, la formation ne verra jamais sa galette se matérialiser et dans les bacs. Bien triste!... Et quel gâchis!...

Rrpage6 3new

 

 

 

Alors pourquoi ne pas donner une seconde chance à cette pépite et permettre à cette formation, de voir leur travail validé par la réalisation d’un CD à partir d’un album qui nous tend, qui vous tend les bras, album qui mérite largement sa place dans les bacs actuels et qui attend d’avoir le tournis sur chacune de nos platines en folie...

En remerciant très chaleureusement Butcho Vukovic pour son aide très précieuse, son énorme gentillesse, son indéniable patience à préciser certains éléments et surtout à m’avoir permise de vous offrir ces documents inédits dans cette modeste chronique. Merci aussi à Nikki de HardRock80 dont la chronique du 23 septembre 2019 m’a très précieusement aidée (https://hardrock80fr.wordpress.com/2019/09/23/rednekk-rampage-join-us-in-the-house-2012/)
 
ECOUTER REDNEKK RAMPAGE SUR BANDCAMP :
https://rednekkrampage.bandcamp.com/album/join-us-in-the-house