ODC

Nouveauté : ODC (Metal) Ending the Boredom (EP - 2019)

  • Le 18/06/2019

Groupe : ODC
Album : Ending the Boredom (EP - 2019)
Genre : Metal
Origine : Paris

LE GROUPE :

ODC est un quintette parisien fondé en 2017.

Il réunit, autour de Célia, (chant), deux guitaristes à huit cordes (Yann et Yannis), un bassiste (Pierre-André) et un batteur (Theo).
ODC pratique un Metal moderne à forte identité. Si nous devions le comparer à un autre groupe, nous citerions Lacuna Coil, avec un côté moins “Pop”, pour son évident potentiel à transformer le Metal en or.

Pour son premier opus, le groupe a hésité entre les deux formules : EP ou LP.
Dans une interview accordée à Hard French Metal le 13/06/2019, Célia explique : “Comme nous réalisons tout nous-mêmes, un album aurait nécessité de se retirer plus longtemps. Nous n'en avions pas envie, bien que nous ayons plusieurs autres titres à présenter.
Voici donc “Ending the Boredom”.
 
Odc ending the boredom
ODC - Ending the Boredom (juin 2019).
 
L' ALBUM :
 
D’une durée totale de vingt-trois minutes, Ending the Boredom est un cinq titres.

Soulignons d’abord la qualité de la présentation. Il est rare que le packaging d’un premier EP soit aussi soigné. Sur la pochette blanche, une photo du groupe, vu par une sorte de hublot. La chanteuse est au centre, dans un fauteuil ; les musiciens l’entourent dans une composition pyramidale.
A l’intérieur, un livret à deux feuillets, avec les paroles des chansons, et une photo du groupe en double page centrale.
Les photographies sont signées Café Crème Paris. Le graphisme est l’œuvre de Théo, le batteur d’ODC, également à l’origine du logo du groupe.

ODC apprécie décidément le DIY (Do It Yourself) puisqu’on doit mixage et mastering à Yannis, le lead guitariste du groupe. Là encore, le son est parfait (Play it loud, et au casque !) et très bien maîtrisé !
Puisqu’on est en famille, remarquons la présence sur le livret d’un nommé Cyryl, homme de l’ombre, aussi discret qu’efficace, qui participe au processus de composition. Il dirige également le clip qui représente l’opus.

Côté musique, l’EP s’ouvre sur un titre agressif et au texte original : “Houston (We Have A Situation...)”.
Le chant de Célia est soutenu par celui de William Wouaquet (Sons Of Distortion). Cette collaboration est d’autant plus surprenante que ce titre nous semble assez éloigné de l’univers des frères Wouaquet - on vous invite à visiter leur page.
Cependant ce morceau catchy est une entrée en matière totalement efficace : votre attention est captée !
Il est illustré dans un clip qui capte parfaitement le ton de l’opus (également totalement raccord avec la pochette - tout ça est savamment pensé !)
 

 

Ending the Boredom enfonce le clou en deuxième piste. Très carré, il donne son titre à l’EP, qui ne comptera effectivement pas une seconde d’ennui.
Trust in Lust est un inédit. Des phases douces permettent à Célia de poser sa voix et de dévoiler une autre facette de son talent. Son timbre alterne la douceur et l’attaque.

Why, en quatrième piste, est une pièce métallique compacte, moderne et sombre. On peut penser à Lacuna Coil.

Bleeding fait déjà figure de classique. Il clôture magnifiquement l’EP. Il est agrémenté d’un très beau solo de guitare. Le jeu évolutif de la rythmique est tout à fait intéressant. Le morceau devient plus saccadé et agressif sur sa fin, ramenant la boucle là où Houston (We Have A Situation) l’avait initiée.


NOTRE AVIS :

Packaging, compositions, textes, interprétation, qualité de l’enregistrement, clip, tout ça est super bien fichu. Il est rare de trouver un premier EP d’un tel niveau, surtout en mode “DIY”.

Moderne, bien structuré, réfléchi, musicalement très abouti, Ending the Boredom signe peut-être la “fin de l’ennui”. Il est surtout le signal de départ d’un groupe au potentiel remarquable déjà dans les starting blocks. La locomotive ODC est lancée, elle devrait partir vite et loin. Il vous appartient de monter à bord ou de rester sur le quai.

 

LES INFOS UTILES :

Retrouvez ODC sur leur site :
https://www.odc-metalband.com/

Likez leur page sur Facebook :

ODC metalband



 

ODC - Incitation au Voyage

Odyssée : voyage mouvementé, semé d’incidents variés, d’aventures. (définition Larousse)


 

 

Il est des alchimies qu’on n’explique pas.
ODC (Odyssey pour les intimes), est né en 2016 à Paris. Ce jeune groupe confirme, comme le chantait si bien Corneille, que la valeur n’attend point toujours le nombre des années ! Et s’il parvient à éviter les embûches que son nom suggère, ODC pourrait même gravir rapidement les marches qui mènent à un avenir métallique radieux.
Toujours à l’affût des bons coups, HFM s’est glissé sous le rideau, pendant que le vigile tournait la tête, pour interroger discrètement le compositeur et le parolier du groupe. A peine quelques questions, qu’on a dit, on va pas déranger pendant la préparation du premier album ! OK, ils ont fait. Nous, on rigolait sous cape ! Que quelques questions... Aujourd’hui, ouais ! Mais c’est sûr qu’on reviendra !

Odc

Photos LykhArts : https://www.facebook.com/LykhArts/

HRM : Noms, prénoms, rôles au sein d'ODC ?
- Yannis – Guitare - composition.
- Cyril - Parolier - âme damnée de Yannis”

Premier album acheté ?
Yannis : Iron Maiden, “Powerslave”.
Cyril : Queen, “Jazz”.

Qu'ont dit vos parents quand vous leur avez annoncé que vous renonciez à prendre la succession de l'épicerie pour aller jouer dans un groupe de rock ?
Yannis : J'ai préféré concilier les deux et garder l'épicerie, avec un rayon Metal !
Cyril : J'écris les paroles. Personne ne me connait. Donc pas de problème pour la reprise du commerce familial !

ODC surprend par son homogénéité, sa maturité, et une fanbase déjà conséquente alors que vous n'avez pas encore d'album. Comment ce groupe s'est-il construit ?
Yannis : Le projet à été construit autour de Célia, Cyril et moi. Je recherchais une voix et Internet nous a permis de nous trouver.
Cyril : Célia cherchait un compositeur ; La musique de Yannis avait besoin de paroles ; J'ai vu de la lumière, j'ai dit bonjour... Pierre-André, Théo et Yann nous ont rejoint un peu plus tard. On est nombreux...

Comment se passe l'élaboration des morceaux chez ODC ?
Yannis : Je travaille avec Cyril. Je m'occupe de la partie compo et lui des paroles. Une fois qu'on est arrivé à un résultat qui nous satisfait tous les deux, on le propose aux autres musiciens qui vont éventuellement penser à des arrangements. J'aime composer tranquillement dans mon coin, même si ça n'exclut pas dans le futur quelque chose de plus collaboratif.
Cyril : Yannis m'envoie la musique sur laquelle je pose les paroles. On discute du son, du sujet, du son, du sujet, du son, du sujet... On pleure un peu, et après on trouve.

Vous avez choisi pour nom "ODC" (Odyssey) afin de rendre hommage au Commandant Cousteau ? Est-ce en lui que vous puisez votre inspiration ?
Yannis : Je ne ratais jamais cette émission étant gamin. Mais il n'y a pas vraiment de rapport, même si j'ai toujours été convaincu de la nécessité de préserver le monde vivant.
Cyril : L'océan, c'est beau... C'était ma réponse la plus intéressante !

Il n'y a de place que pour deux albums dans l'arche de Noé du Rock. Lesquels on emmène pour tout reconstruire dans un monde meilleur ?
Yannis : S'il n'y a de place que pour deux albums, quel est le con qui a construit le bateau ? Résumer la musique à deux albums c'est tellement réducteur ! Au pire il y a vraiment moyen de construire un radeau de fortune pour en emporter un peu plus... Bon allez, je vais être gentil, je vais quand même te dire Strapping Young Lad, “Alien”, et l'album éponyme de Babymetal. Ce truc est tellement fun ! Si je finis tout seul sur une île autant me marrer un peu...
Cyril : “Nevermind” de Nirvana, et “Toxicity” de SOAD.

Quelle est l'actualité d'ODC dans les mois à venir ?
Yannis : De nouvelles compos, du live, de la vidéo... Plein de trucs à venir !
Cyril : En live au Kave fest le 30 juin, la sortie d'un acoustique pour la première édition de la “Sorbon' Acoustic Session”, de nouveaux titres, d'autres “Lives”...

 

ODC jouera au Kave Fest (Chatou) le 30 juin 2018

Un titre rock qui pourrait constituer votre devise ?
Yannis : “Born For Greatness”, parce que si on bosse vraiment je pense qu'on peut tous arriver à quelque chose de grand !
Cyril : “Breaking the Law”, de Judas Priest.

Quelle est la question à laquelle vous auriez aimé répondre ?
Yannis : Je ne sais pas quelle question, mais ce qui me vient à l'esprit aujourd'hui c'est de rendre hommage au travail de l'équipe de "Nolife", car malheureusement la chaîne s'arrête pour des problèmes financiers... C'est une chaîne de télé sur la culture geek, le japon et les jeux vidéos pour ceux qui ne connaîtraient pas. Cet espace de culture alternative et de liberté télévisuelle unique en son genre va me manquer, comme à beaucoup d'autres !
Cyril : "A quand l'album ?” Patience...


 

 

Suivre ODC et “liker” leur page ?
https://www.facebook.com/ODCmetalband/
Les infos sur le Kave Fest 2018 sont là : https://www.facebook.com/events/175860216499008/
Merci à LykhArts pour sa jolie photo et son aimable autorisation.
https://www.facebook.com/LykhArts/
Merci à Yannis, Cyril et Célia pour leur accueil.