MELODIC

TUNGS10 : Steampunk Not Dead !

(publié sur Hard French Metal le 14/02/2019)
Après “Season One” (2017), Tungs10 a annoncé la venue prochaine de “The Lost Manuscript”, un nouvel album pour lequel les Morlaisiens ont lancé un financement participatif qui a déjà atteint 45% de ses objectifs.
Ce crowdfunding, qui devrait crever allègrement son plafond, est évidemment le moment idéal pour essayer d’en savoir plus sur ce groupe breton et son futur opus.
Cédric, guitariste et chanteur du combo, a bien voulu répondre à nos questions.

52513996 2077561338977527 6072615072532791296 o

Tungs10

 

"Ce second album va être très différent du premier.
Il sera plus puissant, plus moderne, beaucoup plus technique .
Il y aura aussi un coté épique, avec des chœurs d'opéra
que nous n'avions pas sur le premier album.
Nous avons vraiment hâte de le présenter
et de le défendre !"


 

Cédric, peux-tu présenter Tungs10 aux lecteurs qui ne vous connaîtraient pas ?
Cédric (guitare/chant) : Tungs10 est un groupe de Metal Mélodique moderne évoluant dans l'univers Steampunk. On joue un Metal assez lourd, contrasté par le chant principalement mélodique de notre chanteuse Madeleine. Nous avons commencé fin 2015, sorti un premier clip en 2016, et notre premier album, Season One, est arrivé en 2017. D'autres clips sur la route, et nous voilà prêts à sortir notre second album. Nous avons joué pas mal en Bretagne lors de la promotion de notre premier album, de Brest à Rennes en passant par St Brieuc, Quimper, etc. Nous sommes cinq : une chanteuse, un chanteur/guitariste, un second guitariste, un bassiste et un batteur.

Quels sont vos parcours artistiques respectifs et comment s’est formé le groupe ?
Tungs10 est la première expérience de Madeleine en tant que chanteuse, mais elle a fait de la musique pendant de nombreuses années. Pierre-Yves et moi (guitares), Sébastien (basse) et Charles (batterie), nous avons tous joué dans plusieurs groupes avant de rejoindre Tungs10. Le groupe s'est formé en juillet 2015, quand nous avons commencé à répéter. En mai 2015, j'avais passé une annonce sur un site de musiciens. Notre premier bassiste avait répondu. Nous cherchions une chanteuse, il connaissait Madeleine, et c'est comme ça que nous avons commencé à répéter. Ils avaient aussi un ami batteur en commun, puis Pierre-Yves (guitares) nous a rejoints peu de temps après. En septembre nous avions un premier line-up, et nous commencions les concerts en octobre. On voulait faire des concerts assez vite parce qu'on aime tous ça ! Et le premier concert en a amené d'autres, etc.

Comment vous répartissez-vous les rôles dans Tungs10 ?

Je compose les morceaux et ensuite on les arrange tous ensemble. On a un process qui est bien rodé maintenant. On passe énormément de temps sur les arrangements. Environ six mois sur ce second album ! On fait tout par nous même : les enregistrements, le mixage, le mastering, les clips, les visuels... Ça demande de toucher à tout. Il faut également un peu d'équipement, et savoir s'en servir mais, au final, ça vaut vraiment le coup : on est libres de faire ce qu'on veut, sans concession ! C'est aussi à double tranchant, parce qu'on n’a pas forcément un regard extérieur. Il y a également tout le démarchage, qui prend beaucoup de temps...

Comment trouvez-vous votre inspiration, musicalement parlant ?
C'est assez difficile de répondre... Il faut certains critères à nos morceaux, la mélodie doit être présente et rester en tête. Il faut aussi de la puissance. On aime bien alterner le guttural et le chant clair. C'est la violence des voix criées qui fait ressortir la mélodie.

Côté textes, quelles thématiques aimez-vous aborder ?

Pour ce nouvel album, la réponse va être assez simple : nous racontons une histoire inspirée du monstre de Frankenstein. L'album évoque l'histoire d'un jeune couple qui vit une belle histoire, mais la femme va tomber malade et mourir. Son mari va essayer de la ramener à la vie en récupérant un manuscrit maudit. Il va se mettre a découper des animaux, et même des humains, pour remplacer les parties malades de sa femme. C'est un peu glauque, mais ça nous inspirait bien, et ça colle bien à l'ambiance Steampunk. On ne vous raconte pas la fin, il va falloir commander l'album (Rires).

Deux ans se sont écoulés depuis la sortie de Season One, votre premier album. Quelles ont été les étapes importantes qui ont jalonné ces deux années ?

Il y en a eu plusieurs ! La sortie du premier clip nous a fait gagner une certaine crédibilité et nous a ouvert quelques portes pour des concerts intéressants. Puis est venu le premier album. C’était beaucoup de travail, mais on était contents de ce qu'on avait produit. Maintenant il y a ce second album, qui va être très différent du premier. Nous avons aussi beaucoup travaillé sur l'aspect scénique et visuel, nous venons avec nos jeux de lumières, automatisés sur ce qu'on joue. Nous allons également investir dans des décors de scène. On veut vraiment faire un truc cool.

Pour en revenir à votre nouvel album, « The Lost Manuscript », il sortira en mai 2019. Sera-t-il dans la lignée de « Season One » ?

Il sera plus puissant, plus moderne, avec des synthés mieux assumés, des rythmes très syncopés, des arrangements plus travaillés. D'un point de vue musique, il est aussi beaucoup plus technique que le premier, ce qui va avec la volonté d'avoir des arrangements plus aboutis. On espère vous surprendre, tant par la musique que par les vidéos ou par la production. Il y aura aussi un coté épique, avec des chœurs d'opéra que nous n'avions pas sur le premier album. Nous avons vraiment hâte de le présenter et de le défendre !


Quels sont vos projets pour les mois à venir ?
Finir l'enregistrement, le mixage et le mastering. Finir de tourner le clip pour la sortie, démarcher les médias, labels, etc. On ne va pas s'ennuyer ! Il y a encore un boulot de fou... On doit aussi finaliser tout le merchandising pour envoyer ça à l'impression. Nous venons de lancer notre financement participatif sur ulule qui semble déjà bien marcher. Il faut aussi qu'on répète les morceaux pour préparer notre set. On les a déjà répétés, mais c'était pour l'enregistrement. Maintenant il nous faut les assimiler suffisamment pour ne plus y penser en live, pour pouvoir nous en détacher et bouger. Autant dire que jusqu'à fin mai, on ne va pas arrêter !

 

Merci Cédric d’avoir accepté de répondre à mes questions.
C'était un plaisir. Merci à toi de nous proposer cet interview.
 
           
Tungs10 en concert :
24/05/2019 à Brest (Cabaret Vauban)
12/10/2019 à Morlaix (Brasserie Brewpub Bleizi Du)


 

Retrouvez Tungs10 dans cette intéressante interview de Metal Breton  :