HEAVY DUTY

Back to the roots : HEAVY DUTY, Endgame (2016), STILL ALIVE AND WELL ?

  • Le 03/03/2021

Heavy Duty, groupe de métal musclé, au talent régulièrement salué par les critiques, présentait en 2016 un album au nom prophétique : "Endgame". Il mettait ensuite sa carrière entre parenthèses. On notait cependant en cette année 2021 quelques soubresauts et une envie intacte de jouer chez la formation toulonnaise. L'occasion de revenir avec Chris Caprin (batterie) et Ivan Pavlakovic (chant) sur la dernière ruade discographique du groupe et de s'interroger : Heavy Duty est-il toujours en vie ?

Heavy duty cherrydonHEAVY DUTY par Low Faure


"Heavy Duty, c’est pas du playback. On a ça chevillé au corps, on s’entend tous les quatre très bien et quand on se retrouve ensemble, que ce soit en répète, sur un soundcheck, en électro-acoustique devant vingt personnes ou sur un festival devant cinq cents, on se donne tous de la même façon : à 100 % !"


Bonjour Heavy Duty. Tout d'abord replaçons "Endgame" dans son contexte de 2016 : François Hollande est président de la république. La France est en état d'urgence et la menace terroriste est "plus élevée que jamais". C'est aussi l'année de l'affaire Cahuzac, et Macron qui quitte le gouvernement pour fonder LREM. Musicalement, Gojira sort "Magma", Black Sabbath annonce "The End". Individuellement, vous êtes tous les quatre des musiciens très confirmés. Où se situe Heavy Duty sur la scène française ?
Chris (batterie) :
J’aurais tendance à répondre : « au trou du cul du monde »… Ça peut paraître un peu exagéré, mais c’est pourtant pas loin d’être vrai ! Si je devais placer Heavy Duty sur une carte de France du hard rock cette année-là, ce serait un petit village du Haut-Var d’une centaine d’habitants… C’est en tout cas à peu près le maximum de personnes que l’on attirait à l’époque dans notre région pour un concert.

Heavy duty duo2HEAVY DUTY par Low Faure
Il ne faut pas être superstitieux pour appeler son album "Endgame". On s'attendait plutôt à un "Built To Resist, Vol. II" !
Chris :
Ah mais, c’est au départ comme ça qu’il aurait dû s’appeler. L’idée de base était de sortir les deux volumes à moins d’un an d’intervalle. Nous avions enregistré suffisamment de matériel pour remplir deux albums et nous étions partis sur l’idée de scinder les morceaux en deux parties…
Malheureusement, l’année 2015 n’a pas été terrible du tout au niveau du nombre de concerts et au lieu de sentir que le groupe avait franchi un cap au niveau notoriété en jouant dans d’autres coins de la France, nous n’avons pas bougé de la région PACA. L’avenir nous semblait bien sombre, l’horizon bouché et nous avons perdu la foi.
Pourtant, je peux t’assurer que jusque-là, nous y avions toujours cru. Mais en huit ans et quatre albums, nous avions l’impression d’avoir tout fait, tout donné, sans avoir récolté le fruit de ce que nous avions semé…
Je n’aime pas dire ça, car depuis nos débuts en tant que musiciens de heavy metal, nous avons toujours fonctionné avec la même passion en donnant tout pour notre musique. Seulement là, devant le peu de connexions avec le milieu du rock, le manque de soutien local et l’absence d’un booker qui nous aurait permis d’aller conquérir un autre public, on a lâché l’affaire… D’où l’annonce – à demi-mot – que la partie était terminée !
Heavy duty chrisHEAVY DUTY (Chris) par Low Faure
Comment ce nouvel album avançait-il ? Aviez-vous une idée de la direction à prendre après "Built To Resist, Vol. I" ?
Ivan (chant) :
Comme l’a dit Chris, les morceaux étaient déjà enregistrés et nous avons finalement décidé de les faire mixer par Serge Begnis, un mec bien, professionnel, qui avait travaillé avec Respect, l’ancien groupe d’Alain (guitare) et Olivier (basse) dans les années 90.
Résultat, il s’est avéré que le son était bien mieux que sur “Built To Resist, Vol.1” et c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de sortir l’album en le renommant différemment.


"Venir envoyer le bois de temps en temps avec mes potes de Heavy Duty, en ce moment, c’est comme une bouffée d’oxygène…"


Musicalement, Endgame est très au point. Les mélodies sont accrocheuses, les soli magnifiques, et  Ivan développe tout son panel vocal. Heavy Duty semble en forme et au sommet de son art...
Ivan :
Merci, mec… Ça fait plaisir !
Chris : C’est bien pour dire qu’au bout du compte, nous y avons toujours cru. Nous étions tous d’accord pour stopper l’aventure Heavy Duty, mais dès que nous nous retrouvions en studio ou dans le local, l’envie et l’énergie étaient toujours présentes… Et ne nous ont finalement jamais quittés.
Nous ne sommes pas des dilettantes. Nous sommes juste une bande de mecs qui travaille sérieusement sans se prendre au sérieux. Si je peux me permettre, Heavy Duty, c’est pas du playback. On a ça chevillé au corps, on s’entend tous les quatre très bien et quand on se retrouve ensemble, que ce soit en répète, sur un soundcheck, en électro-acoustique devant vingt personnes ou sur un festival devant cinq cents, on se donne tous de la même façon : à 100 % !
D’ailleurs, aujourd’hui encore, à l’âge qu’on a, une fois que l’on se retrouve derrière nos instruments ou un micro, c’est comme si nous avions toujours vingt ans. J’estime que c’est une chance, car, avouons-le, combien d’autres ont jeté l’éponge à peine casés professionnellement, mariés et père ou mère de famille ?

Heavy duty ivanHEAVY DUTY (Ivan) par Low Faure
Ivan : Un paquet ! Moi, chanter, c’est ma vie, c’est mon métier. Et je peux t’avouer qu’en cette période difficile pour la culture et le spectacle vivant, je suis extrêmement malheureux de ne plus pouvoir exercer ma passion. Il y a une vraie frustration. C’est pour ça que de venir envoyer le bois de temps en temps avec mes potes de Heavy Duty, en ce moment, c’est comme une bouffée d’oxygène…

L'artwork, avec cette carcasse rouillée sur fond rouge, est l'un des plus beaux de votre discographie. On dirait une affiche de film...
Chris :
Merci. C’est signé Laurence Faure, ma femme. Tous les deux, nous avions eu l’idée de nous inspirer de l’affiche du film “Death Proof” (“Boulevard de la Mort” en français) de Quentin Tarantino. On a fait ce qu’on a pu… Tu sais, pour parvenir à réaliser et sortir “Endgame”, on a mis les bonnes volontés à contribution. Et crois-moi, elles n’étaient pas nombreuses. Que les quelques personnes qui ont toujours œuvré dans l’ombre soient ici remerciées. Elles se reconnaîtront.

Heavy duty endgameL'artwork de Endgame par Low Faure

Tout se passe comme prévu dans la réalisation de l'album ?
Ivan :
Je dirais même que, bizarrement, tout ne s’est jamais si bien passé ! Les prises avaient le son, le mix s’est fait rapidement, dans une ambiance au top et comme tu l’as souligné, c’est certainement le meilleur truc qu’on ait réalisé avec Heavy Duty. On voulait terminer sur une bonne note et c’est exactement ce qu’il s’est passé…


"Quand tu t’investis à fond et que tu donnes le meilleur de toi-même, impossible d’être déçu."


Aucun clip pour  défendre "Endgame" à sa sortie, si ce n'est une "lyric video" de "Because". Pourquoi ?
Chris :
Parce que c’était la fin, mec ! On a vraiment tout fait avec nos bites et nos couteaux et nous n’avions plus les moyens ni l’envie d’investir de nouveau pour un projet qui était voué à s’arrêter dans l’année qui suivrait la sortie de l’album.

Le succès critique est au rendez-vous, comme pour tous vos albums. L'accueil du public est-il à la hauteur ?
Chris :
Oui, et ça, on ne pourra pas nous l’enlever. De “Second Coming” à “Endgame”, les critiques ont toujours été très positives. En revanche, côté public, c’était que dalle… Les gens ne nous connaissaient pas, en fait. On va donc dire qu’on a eu un succès d’estime. Ce qui est toujours mieux que pas de succès du tout ! Personnellement, ça me va et je n’ai aucun regret. Quand tu t’investis à fond et que tu donnes le meilleur de toi-même, impossible d’être déçu.

La reprise de Lynyrd Skynyrd, je l'aurais plutôt vue en bonus sur l'EP qui précédait...
Ivan :
Tu as bien le droit de penser ça… Mais nous, on trouve que cette version vitaminée de “That Smell” a au contraire tout à fait sa place sur l’album. C’est une reprise que l’on a joué à notre pogne, qui sonne vraiment comme du Heavy Duty, bref, comme on dit aujourd’hui, nous nous la sommes appropriée. Et franchement, on en est assez fiers !

Heavy duty belleHEAVY DUTY (Olivier) par Low Faure
"Endgame" se termine par "So Far Away", un très beau morceau acoustique. Un peu comme  "No Tomorrow" clôturait "Built To Resist"...
Chris :
Eh ouais, à la base, il y avait eu le concept du Volume 1 et 2… C’est donc normal que “Endgame” se termine comme ça. On n’allait quand même pas tout changer ! Et puis c’est aussi une manière de montrer une autre facette de Heavy Duty que nous avions dévoilée sur une petite série de concerts en électro-acoustique.
Ivan : A l’époque, il y avait eu un gros travail d’adaptation pour faire sonner certains de nos morceaux en acoustique… Je me souviens que des titres comme “Rage” ou “Haters” de l’album “Second Coming” sonnaient même mieux que les originaux ! On a toujours eu une démarche créative et le désir de se remettre en question.


"Si tu as entendu un long silence, c’est juste parce que tu étais loin et qu’on n'a pas dû jouer assez fort."


Michaelle Rudelle, la  chanteuse du premier Heavy Duty, partage avec Ivan le chant sur  "Complete",  un titre de  "Built To Resist, Vol. 1". Ca ressemble à une manière de boucler la boucle...
Chris :
C’est exactement ça. On a commencé l’aventure Heavy Duty avec elle et on la termine avec ce clin d’œil. Pour la petite histoire, si nous n’étions pas fâchés, nous ne nous sommes pas parlé pendant plus de cinq ans… Puis sur un concert de HD, j’ai recroisé le fils de la chanteuse et je lui ai demandé si sa mère m’enverrait chier si je lui passais un coup de fil. Il m’a dit non. J’ai appelé, ça s’est bien passé et j’ai ainsi pu lui proposer ce featuring qui me trottait dans la tête depuis quelque temps !
Michaelle est même venue chanter “Complete” sur scène avec nous plusieurs fois après la sortie de “Endgame”. La boucle était bien définitivement bouclée et la hache de guerre enterrée (rires) !

Le long silence qui suivra "Endgame" était donc prévisible pour vous à ce moment-là.
Ivan :
D’autant plus prévisible que programmé… J’ai eu l’opportunité de me lancer dans un autre projet avec Disconnected, qui est aujourd’hui mon groupe. Mais ça ne nous a jamais empêchés de continuer à nous voir et à jouer du bon vieux HD régulièrement pendant ces quelques années.
Chris : Oui, si tu as entendu un long silence, c’est juste parce que tu étais loin et qu’on n'a pas dû jouer assez fort (rires)…

Heavy duty alain belleHEAVY DUTY (Alain) par Low Faure
J'ai choisi "Endgame" pour revenir sur votre carrière parce qu'il est extrêmement bien composé, et parce que, d'une manière ou d'une autre, il me semble une pierre angulaire dans la carrière du groupe. Qu'en pensez-vous ?
Chris :
Tu peux demander à tous les membres du groupe, la réponse sera la même : musicalement, “Endgame” est la meilleure chose que nous ayons faite ensemble.
Le groupe était à maturité, Ivan avait réellement trouvé sa voie, mais devant l’absence de plans promos, de concerts, il fallait passer à autre chose et ne pas ruminer éternellement sur ce que l’on n’avait pas eu. Plutôt penser à ce que nous avions : un bon album dont nous sommes fiers.

Quel regard portez-vous aujourd'hui sur "Endgame", et est-ce l'album à recommander pour découvrir Heavy Duty ?
Ivan :
Je conseillerais plutôt “Second Coming”… C’est le premier album avec moi au chant, c’est brut, live, sans fioritures, bref, c’est nous. C’est Heavy Duty.
Chris : Oui, je suis d’accord. Cet album contient de très bons morceaux, il a même été classé album du mois à sa sortie dans Rock Hard et c’est une bonne entrée en matière.
Après, mon cœur va tout de même plus vers “Endgame”… C’est plus mature, c’est là où on voulait tous aller.

Heavy duty second coming

HEAVY DUTY, "Second Coming" (2012)
Même s'il n'a plus rien sorti depuis 2016, Heavy Duty n'a jamais annoncé sa dissolution.
Alors aujourd'hui, vous êtes plutôt...  "Endgame" ou "Built To Resist" ?
Chris :
“Still Alive And Well” (1), plutôt… Avec, pourquoi pas, une petite touche de “Back In Business” si l’occasion se présente !

Merci Heavy Duty d'avoir pris le temps de répondre à mes questions.
Ivan :
Merci à toi de nous avoir permis de nous replonger dans ce qui restera comme une super aventure musicale.
Chris : Oui, merci. Et puis bon, on est toujours vivants. Toujours aussi passionnés, alors comme nous jouons encore ensemble régulièrement, qui sait, on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise dès que les salles rouvriront…

(1) "Back In Business" est le titre d'un EP de Heavy Duty.

Photographies de Heavy Duty :  Low Faure. Nous la remercions pour son aimable autorisation.


LES CRITIQUES ONT DIT :

  • "Je me demande encore une fois si les amateurs de metal sont conscients de la qualité des groupes de nos contrées."
    https://www.auxportesdumetal.com
  • "Une galette de qualité et d'une efficacité redoutable. Bénéficiant d'une bonne production qui pourrait rendre jaloux certains groupes d'Outre-Atlantique, il faut saluer ici la qualité d'écriture du quartet et leur souhaiter le meilleur pour l'avenir."
    https://www.pavillon666.fr
  • "Un excellent album, le son et l'interprétation de l'ensemble des musiciens étant sans reproches."
    http://rockmeeting.com
  • "Un disque très puissant, plein d’énergie."
    http://www.soilchronicles.fr"
  • "Résolument le meilleur album du groupe à ranger parmi les plus grands noms."
    https://hardforce.com

Gagnez l'album "Edgame" et quatre autres CDs en participant au concours Ahasverus du mois de mars 2021.
CONCOURS AHASVERUS - GAGNEZ CINQ CD (lien : Ahasverus - Métaux en tous genres).
The line mobius 3


RETROUVEZ NOS INTERVIEWS "BACK TO THE ROOTS" :

 

DIX QUESTIONS A : IVAN PAVLAKOVIC (DISCONNECTED, HEAVY DUTY)

  • Le 08/04/2018

Il est capable de vous emmitoufler d’une voix chaude dans une mélodie exquise pour, la seconde qui suit, mieux vous asséner un énorme direct en pleine face. Ça fait un peu flipper une puissance pareille, alors j’ai pris mes précautions : j’ai laissé un mot sur la table au cas où j’en reviendrais pas, j’ai pris mon courage à deux mains, et puis j’y suis allé, les poser, mes dix questions à Ivan PAVLAKOVIC...

Ivan


 
"Si tu ne te bats pas pour tes rêves,
personne ne le fera à ta place.
Je suis dans cette optique de vie :
ne jamais rien lâcher !"
(Ivan Pavlakovic)

 

1.- Nom, prénom, instruments pratiqués, formation ?
Pavlakovic Ivan chant/guitare, autodidacte.

2.- Premier album acheté ?
The razor's edge, AC/DC.

3.- Tu es le chanteur de Heavy Duty,  groupe dont il s'est dit que le seul défaut que je trouve est de n'être pas Américain.
It's a long way to the top, chantait Bon Scott, mais j'ai l'impression que la route est encore plus longue pour une formation française, si excellente soit-elle. Qu'en penses-tu ?

Je ne peux qu'être d'accord avec toi : la France n'est vraiment pas le pays du rock, et encore moins du métal (même si nous avons des supers groupes dans notre pays). Arriver à faire certaines choses dans ce domaine en France, c'est la croix et la bannière, tous les groupes peuvent en témoigner.
De plus, avec Heavy Duty, ce côté très ricain dans le son et l'approche musicale ont plutôt été un frein à notre réussite dans notre propre pays. Ça va si tu t'appelles 5FDP, ou Stone Sour, et que tu es - justement - Ricain. Sinon, ben... Ça passe moins bien...

Ivan 3

4.-Quelle a été ta première réaction quand Adrian Martinot t'a contacté pour te proposer de participer à Disconnected ?
Ma première réaction a été : “Waouw ! C'est un type de métal beaucoup plus complexe que je connais moins bien que ce que je pratiquais avec Heavy Duty. Est-ce que je vais réussir à apporter quelque chose d'intéressant à cet univers ? Le challenge m'a séduit !

5.- Je ne te demande pas quelle est ton idole, je crois le savoir. Si Phil Anselmo t'appelait pour faire un duo avec toi en te laissant le choix du titre, que choisirais-tu ?
Oui, Phil Anselmo fait partie de mes influences majeures. En revanche, on parle de celui d'il y a une bonne quinzaine d'années. Il a malheureusement perdu de sa superbe en tant qu'interprète.... Mais avec le Phil en pleine bourre de la grande époque, sans hésiter "I'm broken" ! Ce titre est l’un de mes préférés de Pantera , avec une possibilité mortelle de questions/réponses pour un duo !

6- J'ai cru comprendre que les dix morceaux de "White Colossus", le premier album de Disconnected, évoquent la manière dont un homme peut se déconnecter de la société de dix manières différentes. Tu es l'auteur des textes. As tu apprécié de travailler sur un thème imposé et est-ce Adrian qui te l'a fixé ?
Pas de thème imposé, c'est venu comme ça. J'ai bossé dans l' ordre exact d'apparition sur le skeud. Adrian avait déjà sa track list et elle me convenait très bien. J'ai donc “parolé” en premier "Living Incomplete", ensuite "Blind Faith". Dés lors que ces deux titres étaient finalisés, j'ai remarqué que le point commun de ces deux titres étaient justement la déconnexion, en terme de “quelle est ma place dans cette vie”, pour le premier, et “d’aliénation totale vis à vis de la religion”, pour le second. J’'ai donc proposé à Adrian d'orienter tous les textes de l'album dans ce sens là. Puisqu'on faisait un vrai travail d'identité pour ce groupe, si les textes dégageaient un thème, une ambiance qui soit une première empreinte forte et identifiable pour le groupe, (de plus en lien direct avec le nom groupe), ce n'était que mieux !

6.- Disconnected est-il un concept “one-shot”, c'est à dire la collaboration entre d'excellents musiciens qui a donné lieu à un album brillant et varié, ou un vrai groupe qui a d'autres projets ?

Disconnected est définitivement un vrai groupe. C'est aujourd'hui une certitude !
C'est vrai que, quand on regarde ça de loin, avec des gars comme Aurel etc, on peut se dire : "ils se sont fait plaisir sur un album et puis s'en va..." Je peux te dire que tous les membres du groupe sont à 1000 % dans l'histoire, même si, effectivement, c'est surtout Adrian et moi qui gérons les affaires du groupe au quotidien. On a passé une semaine fantastique pour notre résidence, le mois dernier, avec en point d'orgue la “Release Party” qui fut une sacrée réussite ! DISCONNECTED Artistiquement ? Une équipe qui pousse dans le même sens avec des individualités ultra pros et très solides techniquement ; DISCONNECTED Humainement ? Un régal de bosser avec des mecs cool, et malgré certaines différences d'âge entre nous, on est vraiment sur la même longueur d'onde ! J'suis prêt à m'enfermer dans un Tour bus demain avec ces gars-là! Je peux te dire qu'en tant que frontman, quand tu montes sur scène avec ces gars-là qui jouent derrière toi, t'as l'impression de partir à la guerre avec un putain d'arsenal nucléaire dans la musette !!! Et c'est sans compter le super boulot, au niveau du son, de Pierrot, et des lights d'enfer d'Emmanuel Rousselle ! On est prêt à tout bouffer !!!!!
En somme, les projets d'avenir, c'est de tourner un maximum pour populariser le groupe, et ce partout où ce sera possible. Aucune limitation géographique ! On a des trucs sur le feu, on en parlera vraiment quand tout sera confirmé !

Ivan 2

8.- Sur ta page Facebook, tu es chanteur à Sortie de Secours et quand on clique dessus rien n'apparaît. Dis, Ivan, tu n'essaierais pas de nous cacher des trucs ?
(rires) Non ! Ce n'est un secret pour personne, j'ai la chance d'avoir fait de ma voix mon métier. J'ai déjà eu plusieurs vies en tant qu'artiste. Je suis intermittent du spectacle et, tu l'auras compris, ce n'est pas avec le métal que mon frigo se remplit (pour l'instant). Du coup, je bosse toute l'année dans la reprise, avec des groupes, orchestres de différentes régions, et Sortie de Secours en fait partie. Si tu cherches bien tu trouveras.

9.- Quelle est ton actualité dans les mois qui viennent ?
Mon actualité dans les mois qui viennent, c'est de continuer à développer le groupe au max en terme de contacts pour du live. Notre concert du 5 Mai à La Boule Noire (Paris), avec les potos de MolyBaron et Malemort. Ensuite nous auront un stand DISCONNECTED au VIP du Hellfest, histoire de continuer ce travail de mise en relation avec tous les partenaires français et internationaux du monde du live. Egalement des interviews planifiés par notre boite de promo, Replica . A partir de septembre beaucoup de choses devraient prendre forme. On vous en dira plus dés que tout sera verrouillé à 100%.

10.- Quel titre rock pourrait être ta devise ?
"This is my war ", (Track du dernier album en date de 5FDP). Si tu ne te bats pas pour tes rêves, personne ne le fera à ta place. Je suis dans cette optique de vie : ne jamais rien lâcher !

Merci beaucoup Ivan Pavlakovic !
Au plaisir, mec !

Pour continuer avec Ivan Pavlakovic :
https://www.facebook.com/Heavy.Duty.official/
https://www.facebook.com/DisconnectedMetal/

Et pour ceux qui en veulent toujours plus  :

Crédits photographiques : Inglewood :
https://www.facebook.com/inglewoodphotographie/
et Olivier Gobert : https://www.facebook.com/adjustprod/