DISCONNECTED

chronique d'album : DISCONNECTED (Metal), "The Downtime" (EP - 2021)

  • Le 05/06/2021

Groupe : Disconnected
Album : The Downtime (EP - 14/05/2021)
Genre : Metal moderne avec une pincée de prog'.
Origine : Troyes

On aime : La virtuosité, le chant, l'émotion, l'inventivité
Par Ahasverus

Deux ans après un premier album, "White Colossus", qui l'amenait à ouvrir pour Judas Priest au Zénith de Paris, et un an après le single "Unstoppable", Disconnected revient avec un EP qui revisite le répertoire du jeune groupe.
Ce choix est expliqué par la formation : 
"Nous nous sommes constamment interrogés sur la pertinence d'une sortie de notre nouvel album dans les semaines, mois qui viennent. Nous en avons conclu que sans tournées, ni dates conséquentes nous passerions certainement à côté d'une promotion digne de ce nom pour cet album. D'un autre côté nous avions tellement envie de vous proposer quelque chose de nouveau à écouter que nous avons eu cette idée d'EP, pour re-découvrir certains de nos titres dans des versions alternatives." (sources : Facebook/Bandcamp)
Ce sont donc quatre titres de Disconnected qui sont revisités sur ce six pistes d'une durée d'environ vingt-cinq minutes.
Le premier morceau, "Unstoppable unplugged", n'est plus une surprise puisqu'il avait été dévoilé à l'occasion d'un clip sorti mi avril.

Suivent des versions acoustiques de "Blind Faith" et "Feodora", dont les originaux figurent sur l'album "White Colossus". Toutes acoustiques qu'elles soient, ces versions remettent très vite les pendules à l'heure en nous rappellant le niveau élevé de technicité des membres de ce groupe. Les passes de guitare, notamment, sont un pur bonheur.
Pour la suite, le quota d'expertise s'allonge, puisque Disconnected est rejoint par le claviériste compositeur Vivien Lalu (Lalu) pour une version orchestrale de "White Colossus".
On remet le son pour la clôture : l'EP se termine sur deux versions remixées à la sauce électro (dont une sévèrement bidouillée) du dernier single en date, "Unstoppable".
L'artwork de "The Downtime" est signé Chromatorium Music (ACOD, Heart Attack), qui réalisait déjà celui de "White Colossus".

Actualite disconnected artworkDISCONNECTED, "The Downtime" (2021)

"The Downtime" aurait pu n'être qu'une manière d'occuper le terrain en   période de disette, c'est un essai de toute beauté et qui passe allègrement les qualifications de ce type d'exercice.
Les versions acoustiques/orchestrales sont saisissantes, les remix intéressants, les musiciens toujours aussi performants, tout concourt à faire de cet opus "alternatif" un élément indispensable de la discographie du groupe .
"The Downtime" est tout simplement  beau et son interprétation acoustique sublime certains morceaux. Disconnected a déjà prouvé qu'il est de la race des grands, à l'aise sur n'importe quel registre. Il a l'inspiration et les moyens de ses ambitions, alors quand il chante, un seul conseil, écoutez-le !


Tracklist :

1. Unstoppable unplugged (04:00)
2. Blind Faith unplugged (04:34)
3. Feodora unplugged (05:03)
4. White Colossus orchestral version avec Vivien Lalu (04:48)
5. Unstoppable Tristan Garner Remix (03:36)
6. Unstoppable MLD Remix (03:41)

Les Liens :

 

Rétrospective 2018 : Du Rififi dans les Line-Up !

  • Le 08/01/2019

La vie d’artiste n’est pas un long fleuve tranquille, et vous avez peut-être raté un épisode parce que vous n’êtes pas toujours devant le poste : voici une séance de rattrapage sur les mouvements de line-up de vos groupes préférés.


 
  • 111 (Rock) : Denis Simon a quitté l’aventure 111 en décembre 2018. Il laisse ses fûts aux bons soins de Julien Jousselme, également batteur de Çub, du groupe de Rock sans guitare Nikopol-band, et de la formation Math Rock Ça, dont je ne puis résister à vous citer le titre du dernier album : “Mon Tout petit Ça à moi S'est dévoilé Au grand jour Quand j'ai su le voir Sans lunettes” (2017).

 


 

Nesrine Mahbouli à Eindhoven avec Cartagena, par le photographe Albert Jolen

  • Cartagena (Metal Orchestral) : Souvent bien mal embouchées, les trompettes de la renommée n’auront d’autre choix en 2019 que de sonner en l’honneur des auteurs du somptueux Roma Delenda Est (2017). Les Tunisiens ont recruté au chant Nesrine Mahbouli, en lieu et place de Sherazade Amous. On vous parie qu’avec un tel apport Cartagena va bousculer la hiérarchie mondiale du Metal Symphonique.

La soprano était auparavant bassiste chez Persona. Un peu comme si Sinatra était cantonné au saxo dans un Big Band !


 
  • Dreamslave (Metal Orchestral) : Si on a bien tout compris, le guitariste rythmique Ragnar Mich, qui officie également chez Inner Torture, a rejoint Dreamslave en décembre 2018. Par contre, on n’est pas en mesure de vous dire si les Lyonnais ont trouvé leur nouveau batteur, malgré qu’on surveille Emma et sa bande comme le lait sur le feu en priant tous les jours pour que nous soit enfin livré le digne successeur de Rest In Phantasy (2015).

 


 
  • Fool's Paradise (Heavy Prog’) : Les Dunkerquois annonçaient en juillet 2018 le départ d’Anthony, leur chanteur. Aux dernières nouvelles, le poste était toujours vacant. L’enregistrement du successeur de Monopoly Society, prévu courant 2019, est tributaire de l’intégration d’un nouveau vocaliste.

 


 
  • GLAMORY (Hard West Coast) : En avril 2018, les Niçois, qui n’ont pas leur pareil pour ciseler des mélodies groovy, annonçaient qu’ils cherchaient leur nouvelle voix Lead. On sait depuis juillet que c’est à l’Américain Kevin Joseph O’Hara qu’il revient de remplacer le très talentueux Alban Sibilia. Les auteurs de Glam Over (2015) ont posté sur leur page Facebook en août 2018 une vidéo de sessions de travail des harmonies à 3 et 4 voix. C’est beau comme un arc-en-ciel ! Aucun doute : avec ce nouveau line-up, Glamory est de retour aux affaires !

 


 
  • Hajiro (Metal alternatif) : Suite au départ de Nelson, qui tenait le micro sur l’album Black Satori, Hajiro évolue désormais en trio. Cela n’a pas empêché les Fécampois de sortir “Dance With My Shadow”, un très bon EP, qui permet à Greg, (dont c’est l’anniversaire aujourd’hui 1er janvier !), guitariste de la formation, de donner la pleine mesure de son talent de chanteur.

 


 
  • Hot Hell RooM (Heavy Rock) : Les géniteurs de l’excellent Architect Of Chaos ont stabilisé leur line-up avec l’arrivée du batteur Alexis Bersot. Le successeur de Morrison sera disponible cette année. C’est pour nous l’une des grosses sorties 2019.

 


 
  • Manigance (Power Metal Mélodique) : Didier Delsaux était la signature de Manigance depuis la fondation du groupe. Contraint de passer le relais, il confie le témoin à Carine Pinto, qui partageait le chant sur “Face Contre Terre”, la seconde piste de Machine Nation, l’un de nos albums 2018 préférés. Nos vœux de réussite accompagnent Carine et Manigance dans ce challenge.

 


 
  • Marie Antoinette the band (Heavy Rock) : C’est vers octobre 2018 que la Reine a changé de tête. Yann était un excellent chanteur de Rock, mais pour l’avoir vue sur scène à Nice, nous croyons que sa remplaçante Loy pourrait bien conduire l’Autrichienne vers les routes plus Heavy d’un succès mérité. Long Live The Queen !

 


 
  • ODC metalband (Metal Alternatif) : Depuis mai 2018 et l’intégration de Yann, leur second guitariste, ODC est un quintette. Why est le troisième titre mis à disposition sur vos plateformes par ces franciliens particulièrement prometteurs. https://fanlink.to/ODC-WHY

ODC par Café Crème Paris


 
  • Porno Graphic Messiah (Metal Indus) : La bande à Scars Summer s’est payée le luxe d’aligner en 2018 un excellent LP (Terrorize Me) et un non moins excellent EP (Black Target). C’est tout simplement énorme ! J’imagine que ces mecs dorment deux heures par nuit pour réaliser tout ça. “Ces mecs”, puisque Marion est désormais remplacée à la guitare par Sol, du groupe Marie Antoinette the band, qu’on aime également beaucoup et qu’on vous invite à découvrir. On souhaite pour 2019 toute la reconnaissance qui lui est due à à Scars Summer et à la bande (et à Marie-Antoinette, of course !).

 


 
  • SEYMINHOL (Metal Orchestral) C’était le cadeau empoisonné du Père Noël : fin décembre, Seyminhol a annoncé que son chanteur Kevin quittait l’aventure. Ceux qui connaissent la formation de Metal Sympho savent que le remplacement de Kevin ne sera pas une mince affaire. Outre ses performances vocales, il prenait en compte l’écriture de leurs ambitieux concept-albums, dont les deux derniers tournaient autour de Shakespeare. Seyminhol sera tout de même au SATAN FEST X le 05/01/2019 à Paris, (jetez un oeil sur le lien de l’évènement, c’est inratable !) grâce à Laurent Fabisz qui va mouiller le maillot en remplaçant Kevin à l’arrachée. On adresse à Seyminhol et à Nico tous nos voeux de réussite dans leurs projets qui semblent déjà sur les rails, car les Seyminhol ont la hargne et semblent plus motivés que jamais !

 


 

  • The Foxy Ladies (Hard/Heavy) : Chloé, qui tenait la basse des Renardes, a quitté leur tanière fin juillet 2018. Les génitrices de l’excellent Blackbone (2017) ont pu assurer leurs concerts notamment avec la complicité de notre (contre)-bassiste et rockeuse préférée, également chanteuse du Power-Trio lyonnais 111, Emma Cordenod. https://open.spotify.com/album/0IXfEeUYwLYWY5k7uGE8Ir

DIX QUESTIONS A : FLORIAN MERINDOL (NOPILLOW, DISCONNECTED)

Il suffit de le voir une dizaine de minutes sur scène pour comprendre que ce guitariste est déjà inscrit dans l'avenir de la scène hexagonale. Il officiait dans Silvertrain, il tourne avec Disconnected qui jouera à la Boule Noire le 5 mai 2018, il prépare un album pour Nopillow. Aurait-il l’intention de prendre le contrôle de la planète Métal ? C'était plus que temps d'aller les lui poser, les dix questions, à Florian Mérindol !

1.- Nom, prénom, instruments pratiqués ?

Mérindol, Florian, Guitare.

Photo Cat'Ché13.

2.- A quel âge as-tu touché ta première guitare ?
Je crois que ça remonte à mes 6 ans, une guitare ½ que le père Noël avait eu la gentillesse de m’apporter. Ahasverus (flottement) : Euh... Je suis pas zicos. C'est quoi, "une guitare 1/2” ? Florian : C'est pour les enfants. Ils font des guitares 3/4 et des guitares 1/2, donc trois quarts de la taille d'une guitare standard ou la moitié... Ahasverus (flottement) : Ah ouais ? Ah, ouais...

3.- Par quel album as-tu découvert le Métal ?
“Take a look in the Mirror”, de Korn, a dû être le premier vrai album de Métal que j'ai écouté (à peu près en même temps que Kill em All de Metallica). Mais le premier album que j’ai acheté moi même était “St-Anger”, de Metallica. J'étais d’ailleurs assez déçu à l’époque, je m’attendais à un nouvel album de Metallica, et j’ai eu un groupe différent, qui avait choisi comme instrument principal une casserole en guise de caisse claire...

4.- Nopillow prépare actuellement son premier album. Ce que l'on découvre dans les vidéos est particulièrement excitant. Quand penses-tu que cet album sera prêt ?
Alors oui ! Nopillow prépare son premier album depuis un petit moment déjà, et il s’annonce super bien !!! On va y trouver du gros riff, des rythmiques composées, des textes dérangeants. C'est un projet déjanté basé sur du métal groove, et même funk selon les morceaux. La date de sortie n’est pas encore définie et je préfère ne pas m’avancer tant qu'on n’est pas sûrs de nous.

5.- Pour te féliciter de la qualité de ton jeu, la fée Métal exauce ton vœu : aller boire une bière, avec modération bien sûr, mais également avec ton idole, le musicien ultime, celui que tu rêves de rencontrer. Qui nommes-tu ?
Merci la fée Métal ! Très compliqué de choisir UN musicien ultime.. Je pense que je choisirais Mattias IA Eklundh, (NDLR : Freak Kitchen, Frozen Eyes, etc), car c'est probablement le guitariste qui m'a le plus influencé, et il a l’air vraiment super cool ! Comme de toutes façons, à l’occasion de cette bière, (qui sera plutôt du Ricard, d’ailleurs !), on va sympathiser et reprogrammer une soirée, il s’occupera forcément d’inviter Ron Thal et Christophe Godin, que j'ai eu la chance de rencontrer lorsqu’on les a fait venir en masterclass à Guitar Academy, (NDLR : Florian donne des cours de guitare), et leurs amis à la soirée suivante. Donc je confirme que c'est un bon choix !

6.- Fin février, tu as rejoint Disconnected, aux côtés d'Ivan Pavlakovic, Romain Laure, Adrian Martinot, Aurélien Ouzoulias, autant dire du grand format niveau pointures. Tu as eu moins d'un mois pour préparer le concert inaugural de leur album "White Colossus", et tu t'en es tiré sans aucune fausse note et avec le sourire. Florian Merindol est-il si heureux quand il joue qu'il ne connaît pas le stress ?
Le stress, je l’ai connu avant le live (haha!). Moins d’un mois pour apprendre les morceaux en bossant à côté la semaine, et en ayant eu notre dernier concert avec Silvertrain dans cette période ! J'ai donc été pile à l’heure, j’ai appris les dernières notes de l’album durant les derniers jours avant de monter à Troyes, où j’ai pu rencontrer ces quatre musiciens, très talentueux, et avec de grandes qualités humaines ! C’était une super expérience, qui n’est autre que le début d’une aventure qui s’annonce ENORME ! Et pour répondre à ta question, bien sûr qu'il est heureux, le Flo ! Il a réussi à contrôler son stress le jour où il a accepté d’avoir le droit de faire des fausses notes, justement !!!

7.- Il ne reste de place que pour un album dans l'arche de Noé du Rock. Lequel choisis-tu pour tout reconstruire ?
Un seul album ? Arf ! Pour reconstruire le monde en partant d’aujourd’hui, je dirais bien “Are you kidding me ? No.” de Destrage. Ou alors on remonte un peu, avec “Rust in Peace”, de Megadeth, et on voit comment ça évolue ?

8.- Si tu étais moi en plus doué, quelle question aimerais tu te poser ?
Ha ha ! Alors si j’avais une question à me poser, je me demanderais probablement si l'idée de faire un album solo m'a déjà traversé l'esprit...

9.- Florian, il y a une question que je me pose depuis un certain temps : l'idée de faire un album solo t'a-t'elle déjà traversée l'esprit ? (Je comprendrais qu'à cette heure tu préfères ne pas répondre à cette question...) Non... (rires) Si, bien sûr ! Je réfléchis de plus en plus à faire un album solo à la guitare, situé entre le Métal et l'expérimental, en fouillant un peu dans ce que l’on a pas l’habitude d’écouter, en essayant de pousser au maximum les limites que l’on s'impose inconsciemment en musique.

Photo Cat'Ché13

10.- De quel titre rock pourrais-tu faire ta devise ?
“Dash”, de Ron “Bumblefoot” Thal, pour son magnifique texte.

Autre chose à déclarer ?
Les pieds, c'est comme le soleil levant, c'est en mangeant qu'il pleut. Nous laissons à Florian l’entière responsabilité de ses propos...

Merci beaucoup, Florian Merindol, de nous faire entrer dans ton univers.
Avec plaisir, et merci à toi ! À bientôt !

Pour retrouver Florian avant la Boule Noire : https://www.facebook.com/Nopillow/ https://www.facebook.com/DisconnectedMetal/

DIX QUESTIONS A : IVAN PAVLAKOVIC (DISCONNECTED, HEAVY DUTY)

  • Le 08/04/2018

Il est capable de vous emmitoufler d’une voix chaude dans une mélodie exquise pour, la seconde qui suit, mieux vous asséner un énorme direct en pleine face. Ça fait un peu flipper une puissance pareille, alors j’ai pris mes précautions : j’ai laissé un mot sur la table au cas où j’en reviendrais pas, j’ai pris mon courage à deux mains, et puis j’y suis allé, les poser, mes dix questions à Ivan PAVLAKOVIC...

Ivan


 
"Si tu ne te bats pas pour tes rêves,
personne ne le fera à ta place.
Je suis dans cette optique de vie :
ne jamais rien lâcher !"
(Ivan Pavlakovic)

 

1.- Nom, prénom, instruments pratiqués, formation ?
Pavlakovic Ivan chant/guitare, autodidacte.

2.- Premier album acheté ?
The razor's edge, AC/DC.

3.- Tu es le chanteur de Heavy Duty,  groupe dont il s'est dit que le seul défaut que je trouve est de n'être pas Américain.
It's a long way to the top, chantait Bon Scott, mais j'ai l'impression que la route est encore plus longue pour une formation française, si excellente soit-elle. Qu'en penses-tu ?

Je ne peux qu'être d'accord avec toi : la France n'est vraiment pas le pays du rock, et encore moins du métal (même si nous avons des supers groupes dans notre pays). Arriver à faire certaines choses dans ce domaine en France, c'est la croix et la bannière, tous les groupes peuvent en témoigner.
De plus, avec Heavy Duty, ce côté très ricain dans le son et l'approche musicale ont plutôt été un frein à notre réussite dans notre propre pays. Ça va si tu t'appelles 5FDP, ou Stone Sour, et que tu es - justement - Ricain. Sinon, ben... Ça passe moins bien...

Ivan 3

4.-Quelle a été ta première réaction quand Adrian Martinot t'a contacté pour te proposer de participer à Disconnected ?
Ma première réaction a été : “Waouw ! C'est un type de métal beaucoup plus complexe que je connais moins bien que ce que je pratiquais avec Heavy Duty. Est-ce que je vais réussir à apporter quelque chose d'intéressant à cet univers ? Le challenge m'a séduit !

5.- Je ne te demande pas quelle est ton idole, je crois le savoir. Si Phil Anselmo t'appelait pour faire un duo avec toi en te laissant le choix du titre, que choisirais-tu ?
Oui, Phil Anselmo fait partie de mes influences majeures. En revanche, on parle de celui d'il y a une bonne quinzaine d'années. Il a malheureusement perdu de sa superbe en tant qu'interprète.... Mais avec le Phil en pleine bourre de la grande époque, sans hésiter "I'm broken" ! Ce titre est l’un de mes préférés de Pantera , avec une possibilité mortelle de questions/réponses pour un duo !

6- J'ai cru comprendre que les dix morceaux de "White Colossus", le premier album de Disconnected, évoquent la manière dont un homme peut se déconnecter de la société de dix manières différentes. Tu es l'auteur des textes. As tu apprécié de travailler sur un thème imposé et est-ce Adrian qui te l'a fixé ?
Pas de thème imposé, c'est venu comme ça. J'ai bossé dans l' ordre exact d'apparition sur le skeud. Adrian avait déjà sa track list et elle me convenait très bien. J'ai donc “parolé” en premier "Living Incomplete", ensuite "Blind Faith". Dés lors que ces deux titres étaient finalisés, j'ai remarqué que le point commun de ces deux titres étaient justement la déconnexion, en terme de “quelle est ma place dans cette vie”, pour le premier, et “d’aliénation totale vis à vis de la religion”, pour le second. J’'ai donc proposé à Adrian d'orienter tous les textes de l'album dans ce sens là. Puisqu'on faisait un vrai travail d'identité pour ce groupe, si les textes dégageaient un thème, une ambiance qui soit une première empreinte forte et identifiable pour le groupe, (de plus en lien direct avec le nom groupe), ce n'était que mieux !

6.- Disconnected est-il un concept “one-shot”, c'est à dire la collaboration entre d'excellents musiciens qui a donné lieu à un album brillant et varié, ou un vrai groupe qui a d'autres projets ?

Disconnected est définitivement un vrai groupe. C'est aujourd'hui une certitude !
C'est vrai que, quand on regarde ça de loin, avec des gars comme Aurel etc, on peut se dire : "ils se sont fait plaisir sur un album et puis s'en va..." Je peux te dire que tous les membres du groupe sont à 1000 % dans l'histoire, même si, effectivement, c'est surtout Adrian et moi qui gérons les affaires du groupe au quotidien. On a passé une semaine fantastique pour notre résidence, le mois dernier, avec en point d'orgue la “Release Party” qui fut une sacrée réussite ! DISCONNECTED Artistiquement ? Une équipe qui pousse dans le même sens avec des individualités ultra pros et très solides techniquement ; DISCONNECTED Humainement ? Un régal de bosser avec des mecs cool, et malgré certaines différences d'âge entre nous, on est vraiment sur la même longueur d'onde ! J'suis prêt à m'enfermer dans un Tour bus demain avec ces gars-là! Je peux te dire qu'en tant que frontman, quand tu montes sur scène avec ces gars-là qui jouent derrière toi, t'as l'impression de partir à la guerre avec un putain d'arsenal nucléaire dans la musette !!! Et c'est sans compter le super boulot, au niveau du son, de Pierrot, et des lights d'enfer d'Emmanuel Rousselle ! On est prêt à tout bouffer !!!!!
En somme, les projets d'avenir, c'est de tourner un maximum pour populariser le groupe, et ce partout où ce sera possible. Aucune limitation géographique ! On a des trucs sur le feu, on en parlera vraiment quand tout sera confirmé !

Ivan 2

8.- Sur ta page Facebook, tu es chanteur à Sortie de Secours et quand on clique dessus rien n'apparaît. Dis, Ivan, tu n'essaierais pas de nous cacher des trucs ?
(rires) Non ! Ce n'est un secret pour personne, j'ai la chance d'avoir fait de ma voix mon métier. J'ai déjà eu plusieurs vies en tant qu'artiste. Je suis intermittent du spectacle et, tu l'auras compris, ce n'est pas avec le métal que mon frigo se remplit (pour l'instant). Du coup, je bosse toute l'année dans la reprise, avec des groupes, orchestres de différentes régions, et Sortie de Secours en fait partie. Si tu cherches bien tu trouveras.

9.- Quelle est ton actualité dans les mois qui viennent ?
Mon actualité dans les mois qui viennent, c'est de continuer à développer le groupe au max en terme de contacts pour du live. Notre concert du 5 Mai à La Boule Noire (Paris), avec les potos de MolyBaron et Malemort. Ensuite nous auront un stand DISCONNECTED au VIP du Hellfest, histoire de continuer ce travail de mise en relation avec tous les partenaires français et internationaux du monde du live. Egalement des interviews planifiés par notre boite de promo, Replica . A partir de septembre beaucoup de choses devraient prendre forme. On vous en dira plus dés que tout sera verrouillé à 100%.

10.- Quel titre rock pourrait être ta devise ?
"This is my war ", (Track du dernier album en date de 5FDP). Si tu ne te bats pas pour tes rêves, personne ne le fera à ta place. Je suis dans cette optique de vie : ne jamais rien lâcher !

Merci beaucoup Ivan Pavlakovic !
Au plaisir, mec !

Pour continuer avec Ivan Pavlakovic :
https://www.facebook.com/Heavy.Duty.official/
https://www.facebook.com/DisconnectedMetal/

Et pour ceux qui en veulent toujours plus  :

Crédits photographiques : Inglewood :
https://www.facebook.com/inglewoodphotographie/
et Olivier Gobert : https://www.facebook.com/adjustprod/